undrgrnd Cliquez ici Toys Livres Cahier de vacances nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Lingwilocë-Valandur > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Lingwilocë-Val...
Classement des meilleurs critiques: 1.920
Votes utiles : 208

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Lingwilocë-Valandur

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
The Hobbit 3 : La bataille des cinq armées - Edition Limitée Digipack
The Hobbit 3 : La bataille des cinq armées - Edition Limitée Digipack
Prix : EUR 15,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le dernier au revoir de la Terre du Milieu, 17 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Hobbit 3 : La bataille des cinq armées - Edition Limitée Digipack (CD)
Certains ont été déçus de la prestation de Howard Shore pour la trilogie du Hobbit, car ils s’attendaient à quelque chose d’aussi (voir plus) épique et majestueux que ce que le brave homme nous avait délivré pour le Seigneur des Anneaux. Seulement, il faut tout de même garder à l’esprit que le Hobbit n’est pas le Seigneur des Anneaux que ce soit par comparaison entre les deux livres ou les deux trilogies de films, donc la musique n’échappera pas à cette règle. Elle est certes moins mythique que le SDA (et c’est tout à fait cohérent et compréhensible) mais elle se colle parfaitement à l’univers du Hobbit.

Pour la Bataille des cinq armées, H. Shore reprend des thèmes du SDA et des Hobbit précédents en les remixant à merveille (et ce n’est pas du pauvre recyclage, car elles se justifient très bien dans les scènes du film auxquelles elles sont rattachées). Toutefois, il y a aussi du nouveau dont le plus remarquable sera sans doute les titres de « Battle for the Mountain » ou le magistral « Ironfoot » ! « Sons of Durin » est vraiment très prenante également ! Si j’avais été déçu de la musique de générique pour le volume 2, celle du volume 3 est tout simplement une grosse claque émotionnelle chantée à perfection par notre bon Peregrïn Touque. Le dernier au revoir de la Terre du Milieu…


L'Encyclopédie du merveilleux 3
L'Encyclopédie du merveilleux 3
par Edouard Brasey
Edition : Relié

5.0 étoiles sur 5 Le Merveilleux Tome III, 5 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Encyclopédie du merveilleux 3 (Relié)
Edouard Brasey est connu pour ses ouvrages ayant attrait à tout ce qui est fantasy, magie et mythologie. L’encyclopédie du merveilleux qui compte trois volumes est d’ailleurs l’une de ses principales œuvres. Le premier tome concerne les « peuples de la lumière », le second traite « du bestiaire fantastique » et enfin, le dernier, auquel s’attache cette critique, s’intéresse aux « peuples de l’ombre ».

Divisé en six parties, on trouve ainsi dans ce troisième tome : les peuples de la peur avec les cyclopes, les géants, les trolls, les ogres (etc.), les peuples de la mort avec les spectres, les armiers, les draugrs (etc.), les peuples des cimetières avec les goules, les vampires, les zombies (etc.), les peuples des métamorphoses avec les loups-garous, les garaches, les nahuals (etc.), les peuples de l’enfer avec les succubes & incubes, les démons, les alps (etc.) et les peuples sorciers avec les tempestaires, les sorciers, les nécromants (etc.). Si je fais référence aux créatures les plus emblématiques, il n’en demeure pas moins que le livre regorge d’autres êtres beaucoup moins illustres et tout aussi intéressants. Il faut néanmoins se le dire, si cette encyclopédie parcourt des mythologies diverses, elle reste toutefois loin d’être exhaustive.

Malgré tout, c’est une bonne édition avec un descriptif pour chaque peuple et une mise en page très soignée (comme d’habitude chez les éditions Le Pré aux Clercs) accompagnée d’illustrations diverses comme d’anciens tableaux ou des peintures & dessins magnifiques de Sandrine Gestin (dont j’invite d’ailleurs ceux qui ne la connaissent pas à jeter un œil sur son travail par l’intermédiaire de ses livres individuels).


L'encyclopédie du merveilleux 2
L'encyclopédie du merveilleux 2
par Edouard Brasey
Edition : Relié

5.0 étoiles sur 5 Le Merveilleux Tome II, 5 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'encyclopédie du merveilleux 2 (Relié)
Edouard Brasey est connu pour ses ouvrages ayant attrait à tout ce qui est fantasy, magie et mythologie. L’encyclopédie du merveilleux qui compte trois volumes est d’ailleurs l’une de ses principales œuvres. Après un premier tome sur les « peuples de la lumière », le second s’aventure dans le pur bestiaire fantastique.

Divisé en six parties, on trouve ainsi dans ce second tome : les dragons & serpents avec les basilics, les chimères, les salamandres (etc.), les monstres marins avec les hydres, le Leviathan, le Capricorne (etc.), les loups, chiens de l’enfer & bêtes pharamines avec le Cerbère, le Minotaure, Grendel (etc.), les animaux sacrés avec le Bélier, le Veau d’or, la chèvre d’or, le théocorne (etc.), les montures fantastiques avec les licornes, les griffons, Pégase, Bayard (etc.) et les oiseaux fabuleux avec phénix, les nycticorax, les caladres, les rocs (etc.). Si je fais référence aux créatures les plus emblématiques, il n’en demeure pas moins que le livre regorge d’autres êtres beaucoup moins illustres et tout aussi intéressants. Il faut néanmoins se le dire, si cette encyclopédie parcourt des mythologies diverses, elle reste toutefois loin d’être exhaustive.

Malgré tout, c’est une bonne édition avec un descriptif pour chaque peuple et une mise en page très soignée (comme d’habitude chez les éditions Le Pré aux Clercs) accompagnée d’illustrations diverses comme d’anciens tableaux ou des peintures & dessins magnifiques de Sandrine Gestin (dont j’invite d’ailleurs ceux qui ne la connaissent pas à jeter un œil sur son travail par l’intermédiaire de ses livres individuels).


L'Encyclopédie du merveilleux 1
L'Encyclopédie du merveilleux 1
par Edouard Brasey
Edition : Relié
Prix : EUR 28,00

5.0 étoiles sur 5 .Le Merveilleux Tome I, 5 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Encyclopédie du merveilleux 1 (Relié)
Edouard Brasey est connu pour ses ouvrages ayant attrait à tout ce qui est fantasy, magie et mythologie. L’encyclopédie du merveilleux qui compte trois volumes est d’ailleurs l’une de ses principales œuvres. Le premier tome concerne uniquement les « peuples de la lumières » mais il ne faut pas se laisser fourvoyer par le titre : il ne s’agit pas nécessairement de peuples bienfaisants. Dès lors, certains pourraient se demander la logique de l’intitulé ou si l’auteur ne s’est pas trompé de classification puisque le livre III a justement pour objet « les peuples de l’ombre ». En réalité, sa catégorisation, si elle peut paraitre déconcertante d’un premier abord, se révèle tout à fait pertinente après comparaison des sommaires des deux ouvrages.

Divisé en cinq parties, on trouve ainsi dans ce premier tome : les peuples de l’air avec les anges, les stryges, les sylphes, les djinns (etc.), les peuples de la forêt avec les centaures, les fées, les dryades, les faunes (etc.), les peuples de l’eau avec les sirènes, les nymphes, les vouivres, les tritons (etc.), les peuples de la terre avec les gnomes, les pygmées, les bonnets rouges, les gobelins (etc.) et les peuples des collines avec les lutins, les pixies, les gremlins (etc.). Si je fais référence aux créatures les plus emblématiques, il n’en demeure pas moins que le livre regorge d’autres êtres beaucoup moins illustres et tout aussi intéressants. Il faut néanmoins se le dire, si cette encyclopédie parcourt des mythologies diverses, elle reste toutefois loin d’être exhaustive.

Malgré tout, c’est une bonne édition avec un descriptif pour chaque peuple et une mise en page très soignée (comme d’habitude chez les éditions Le Pré aux Clercs) accompagnée d’illustrations diverses comme d’anciens tableaux ou des peintures & dessins magnifiques de Sandrine Gestin (dont j’invite d’ailleurs ceux qui ne la connaissent pas à jeter un œil sur son travail par l’intermédiaire de ses livres individuels).


Favole - intégrale
Favole - intégrale
par Victoria Francés
Edition : Relié
Prix : EUR 35,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Art Gothique, 4 décembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Favole - intégrale (Relié)
Victoria Francés est incontestablement une grande illustratrice dont on reconnait très aisément la pâte et qui excelle tout particulièrement dans ce qu’on pourrait qualifier d’art gothique. L’intégral de Favole est son œuvre la plus connue et l’unique traduite en français à ma connaissance. D’aspect extérieur, on remarque déjà le soin apporté à la présentation de cet ouvrage magnifiquement relié d’un faux cuir noir et gravé de rouge, emboité dans un joli coffret rigide. Quant au contenu, il s’agit d’une vraie pépite d’art contemporain (dans le vrai sens du terme et non pas ces choses vomitives mises en avant par les pouvoirs publics et montées par des dégénérés sans talent). D’inspiration gothique et des peintres préraphaélites, l’artiste nous délivre un récit et des images fortes en beauté, en tristesse et en mélancolie plongées dans un univers lugubre et romantique.

L’histoire développée relate les tourments d’une suicidée qui tente de rejoindre son aimé vampire du nom d’Ezéchiel. Le comte funèbre passe par de nombreux autres personnages aux destins tragiques pour finir sur la délivrance des deux âmes en peine sur un dénouement magnifique. Outre l’intégral de Favole, l’œuvre comprend également ses croquis, le petit comte Angel Wings et une brève biographie de l’artiste. En conclusion, il s’agit d’un très beau volume tant sur la forme que le fond et je le conseille vivement à tous les amoureux de la culture gothique et de belles images de manière générale.


Malefic time, T2 : 110 Katanas
Malefic time, T2 : 110 Katanas
par Luis Royo
Edition : Album
Prix : EUR 25,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 110 Katanas, 7 octobre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Malefic time, T2 : 110 Katanas (Album)
Il est globalement assez difficile de résumer un tel livre en vertu du nombre incommensurable de symboles qu’il recèle et du déroulement particulier du scénario. Pour faire simple, après le New York en ruine de « Malefique : Apocalypse », on se retrouve dans un Tokyo où sévissent d’étranges créatures telles des sortes de loup-garou ou de vampire. Le personnage principal, Luz rejoint l’ordre des 110 katanas où elle y est attendue, afin de suivre un enseignement qui lui a été préconisé dans le précédent volet. Toujours en questionnement sur ses origines, Luz finira par les découvrir en remontant à la période de la chute de Lucifer auquel les auteurs vont finalement donner une histoire et des motivations légèrement différentes à celles que l’on connait. En soif de réponses sur son destin et le rôle inévitable qu’elle va devoir jouer dans cette sorte de guerre religieuse, le désespoir va la ronger petit à petit pour aboutir à une fin des plus spectaculaire et hautement symbolique qui laisse par ailleurs présagée une suite possible. Tout ceci rédigé tantôt à la première personne à travers les yeux de Luz, tantôt à la troisième personne, ce qui donne un effet particulier qui pourrait en perturber certains, mais que j’ai trouvé bien réalisé.

Dans la lignée des précédents livres de Royo, la qualité de l’ouvrage est irréprochable tant sur l’étrangeté de l’histoire développée que sur sa mise en page aux somptueuses peintures qui accompagnent le texte. Une vraie pépite d’art gothique fantastique qui fascine du début à la fin.


Dead Moon - Epilogue
Dead Moon - Epilogue
par Luis Royo
Edition : Album
Prix : EUR 25,00

5.0 étoiles sur 5 L'autre récit de la Lune, 12 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dead Moon - Epilogue (Album)
Contrairement à ce qu’indique son nom, il ne s’agit pas là d’un épilogue de son prédécesseur « Dead Moon ». Au contraire, ce livre nous délivre une version narrative autre de « Dead Moon ». On revoit donc l’histoire d’un point de vue un peu différent, mais l’ouvrage ne se cantonne pas uniquement à cela, sinon ce serait plutôt inutile. De ce fait, on nous raconte également l’histoire de la cité Louyang de manière générale avec l’arrivée des You et des Chan, la naissance de leur rivalité, etc. En clair, on a beaucoup plus d’information que dans le volet précédant, mais surtout, il permet d’établir un lien direct avec le tome suivant « Malefic Time : Apocalypse » qui ne coulait absolument pas de source en lisant uniquement « Dead Moon » et celui précité.

Le lien en question : le personnage principal dans « Malefic Time : Apocalypse » n’est autre que la réincarnation de la princesse Lune dont on ignorait proprement la destinée à l’issue de « Dead Moon ». Évidemment, le mystère reste entier, car si on nous délivre cette information, le « pourquoi du comment » demeure en suspens. Finalement, on ne sait pas vraiment où nous conduit cette trilogie pour le moment puisque beaucoup restent encore à élucider, mais toujours est-il que les trois ouvrages sont vraiment de qualité, que ce soit au niveau du texte comme aux illustrations.

À l’instar de « Malefic Time : Apocalypse », l’édition possède un DVD tout aussi riche avec la présentation de l’ouvrage, les méthodes de travail des illustrateurs, leur conception des personnages, les différentes toiles apparaissant ou non dans le livre, etc. En conclusion, il s’agit encore là d’une des merveilles de l’illustre dessinateur espagnol !


Dead Moon
Dead Moon
par Luis Royo
Edition : Album

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le Baiser de la Mort, 12 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dead Moon (Album)
Dans la même lignée que « Malefic Time : Apocalypse » qui est sortie après, mais que j’ai lu avant, ce livre est en fait une histoire mise en image par de brillants dessinateurs, d’où le fait qu’on retrouve les mêmes personnages au fil des illustrations. On se retrouve ici dans une forme de conte, donc qui allie à la fois le beau et le tragique. L’histoire se déroule dans un contexte oriental où deux familles rivales se disputent la suzeraineté de la ville de Louyang. D’un côté, les You avec l’étrange et énigmatique princesse Lune, et de l’autre, les Chan avec le redoutable et sanguinaire Mars. La famille de ce dernier s’étant accaparé du pouvoir originellement tenu par les You, la princesse Lune a pour obligation de détruire Mars et venger ainsi sa famille.

Problème : ça ne se passera pas du tout comme prévu et les deux figures emblématiques vont finalement s’énamourer et braver l’Interdit lors d’une bataille sanglante entre les deux clans. Le sort s’acharne alors sur la cité, foudroyée par la colère des Dieux, si bien que les deux armées ennemies choisissent de coopérer pour mettre à mort Mars & Lune et éviter de ce fait la faillite de la ville. Trop tard toutefois, le mal est fait ; la cité est détruite, Mars est décédé et Lune évaporée, laissant le mystère entier sur cette dernière. Les illustrations accompagnant le texte sont sublimes et toujours dans ce style très reconnaissable ; un dessin de Royo, ça se repère au premier regard, même pour un novice. Conclusion : excellent livre tant par la plume que par le pinceau !


Enter
Enter

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Magique, 19 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Enter (CD)
Premier album du groupe sorti en 1997, il reste plutôt dans l’ombre du fait de son style particulier qui n’a strictement rien à voir avec ce que produit le groupe à l’heure actuelle. Il va sans dire qu’on était là, clairement pas dans une optique de viser un public très large comme aujourd’hui. Bien que boudé assez généralement par les amateurs de WT, je trouve cet album très réussi pour ma part. Je pense que cela est surtout dû au fait que j’apprécie particulièrement le Doom Metal, genre adopté dans cet album avant de virer vers le Métal Symphonique avec son successeur « Mother Earth ». Caractéristique du Doom ? C’est globalement très lent en termes de rythme et c’est aussi ce qui fait tout son charme. Ici, les compositions sont particulièrement travaillées, mélancoliques et envoutantes. La voix de Sharon Den Adel est vraiment sublime, accompagnée de temps en temps par les grunts d’un chanteur – c’est d’ailleurs ce dernier point qui hérisse souvent les fans de maintenant, plus encore que la lenteur du rythme. Les grunts du chanteur sont plutôt gentillets pourtant, pas particulièrement puissants comme on peut en trouver chez d’autres groupes, et se fondent parfaitement bien dans la musique.

Sur l’ensemble de l’album, il n’y a vraiment aucun titre à jeter ; tout est bon, et je serais bien en peine d’établir une hiérarchie entre eux… Certains sont plus agressifs que d’autres, dégagent une certaine force quand d’autres sont plus doux et élégiaques. L’un des titres n’est également qu’instrumental (« Blooded »). Peut-être toutefois que ceux que j’ai le plus rapidement retenu sont les magnifiques « Grace », « Enter », et évidemment « Restless ». Je conseille d’ailleurs vivement ce dernier, même pour ceux qui ne seraient pas tentés par le style de l’album, car ce titre-là est simplement une pure merveille (et en version longue, car sur certains albums de « Mother Earth », il existe, mais en version raccourcie). En clair et à mon sens, cet album est une vraie perle dans la catégorie auquel il concoure et ne peuvent laisser indifférents les amateurs de Doom et ceux pour qui il leur prendrait l’envie de se noyer un peu dans une ambiance nostalgique.


Dragonworld: 120 Dragons with Advice and Inspiration from 49 International Artists
Dragonworld: 120 Dragons with Advice and Inspiration from 49 International Artists
par Pamela Wissman
Edition : Relié
Prix : EUR 25,38

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Compilation de Dragons, 19 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
« Dragonworld » est un livre de 144 pages regroupant les illustrations de 120 dragons faites par 49 artistes internationaux différents. Autant dire que la diversité est au rendez-vous, avec d’ailleurs son lot de bonnes et de mauvaises surprises. Pour la forme, chaque illustrateur est présenté sous forme de mini-interview précédant chaque dessin. Évidemment, avec un panel aussi large d’artistes, il y en a vraiment pour tous les styles : on peut aller de la caricature comique, aux dessins animés en passant par le manga jusqu’au plus sérieux, et certains n’hésitent pas à revisiter le dragon en lui-même en le représentant d’une apparence parfois des plus originales. Pour quelques-uns on pourrait même se demander ce qu’il y a encore de « dragonnesque » là-dedans. Outre le fait de pouvoir se délecter les yeux, cet ouvrage présente l’avantage de pouvoir nous faire découvrir pas mal d’illustrateurs plus ou moins méconnus dont la majorité se trouve d’ailleurs sur le site Devianart (leurs pseudonymes nous sont donnés dans les descriptifs).

Comme il y en a pour ton les goûts, il y a forcément des productions que l’on appréciera plus que d’autres et qui fait qu’il est difficile d’accorder la note maximale à pareil livre. C’est le risque des compilations même si c’est intéressant de voir la même chose sous des angles différents. Le livre est en anglais, mais heureusement compréhensible même pour les nuls dans cette langue comme moi.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6