undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_TPL0516 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Lingwilocë-Valandur > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Lingwilocë-Val...
Classement des meilleurs critiques: 2.286
Votes utiles : 208

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Lingwilocë-Valandur

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
MERLIN BEAU LIVRE NED 2012
MERLIN BEAU LIVRE NED 2012
par Jean-Luc Istin
Edition : Album
Prix : EUR 29,95

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le Livre Enchanteur, 19 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : MERLIN BEAU LIVRE NED 2012 (Album)
Ce livre relié de 112 pages est une petite merveille. Jean-Luc Istin en est le très bon rédacteur – que je connaissais déjà via son excellente BD des Contes de l’Ankou – et les deux autres en sont les illustrateurs. Sur ces derniers, je dois avouer honteusement que si je connaissais Aleksi Briclot par l’intermédiaire de son magnifique Artbook intitulé « Worlds & Wonders », il n’en était rien de Jean-Sébastien Rossbach que j’ai découvert seulement à cette occasion. Je crois qu’on peut dire sans crainte que nous avons là, réunion de trois grands talents.

Istin revisite un peu à son compte la légende arthurienne pendant Briclot & Rossbach la dépeignent en arrière-plan dans une mise en page absolument sublime. Les deux virtuoses s’accordent d’ailleurs vraiment à merveille tant j’éprouve toutes les difficultés du monde à distinguer la paternité de certains traits. Les illustrations de Merlin sont surprenantes et apportent du renouveau à ce personnage mythique habituellement représenté en vieillard. Lancelot est a couper le souffle et tous les autres personnages sont superbement représenté. Un vrai sans-faute en termes d’images ! On aurait toutefois peut-être apprécié une histoire plus approfondie, eu égard aux libertés prises par Istin. À la fin de l’ouvrage, on a quelques croquis préparatoires ainsi qu’une courte biographie de chacun des auteurs.


Le Grand Bestiaire des Légendes
Le Grand Bestiaire des Légendes
par Séverine Pineaux
Edition : Album

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Le Bestiaire de Séverine, 19 mars 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Grand Bestiaire des Légendes (Album)
Séverine Pineaux est une illustratrice française qui à mon sens, se doit d’être connue par les amoureux d’images merveilleuses. Elle s’est surtout spécialisée dans la représentation d’arbres humanoïdes, mais ses autres productions sont tout aussi magistrales. Ainsi, dans ce livre de 82 pages, on traverse tout un paysage de créatures fantastiques avec notamment le pavillon des chimères, le lac des sirènes, le bosquet des licornes, la caverne du dragon, le roc du sphinx, le rocher aux griffons, la colline des faunes, la volière du phénix, la forêt des dryades, l’antre de cerbère, la prairie de pégase, et la source de la vouivre. Dans chacune de ces catégories précitées, on trouve plusieurs types de créatures allant de l’hippogriffe à l’hydre en passant par la manticore et le caladrin, ceux-ci étant mirifiquement dessinés par Séverine Pineaux ; aux crayons ou en peinture. D’ailleurs ces dernières dégagent vraiment un côté surnaturel et féerique particulier. Les illustrations du sphinx, de la licorne, et de la dryade sont surement les plus majestueuses.

Sur le texte en revanche, rien de transcendantal d’où ma note de 4/5. C’est un chercheur qui nous présente les différentes espèces de manière assez succincte, les rattachant au mythe grec lorsqu’il en est question, ou la manière dont elles ont été attrapées, leurs caractéristiques, etc. Rien de bien frappant en réalité puisqu’à n’en point douter, le lecteur aura déjà connaissance de tout ce qui se dit et qu’il vaut mieux s’en référer à des ouvrages plus exhaustifs sur ce point. Quoi qu’il en soit, je ne me faisais aucune illusion sur le sujet au moment de l’acquisition du livre ; c’était surtout pour admirer le talent de Séverine Pineaux en matière d’illustrations. En prime à la fin du livre, une sorte de zodiaque avec les animaux fabuleux (contente d’être affiliée au redoutable Cerbère). Pour terminer, mise en page très correcte, mais pas inoubliable (pour ça, se pencher davantage du côté de Sandrine Gestin chez le même éditeur).


Star wars le livre officiel
Star wars le livre officiel
par J. W. Rinzler
Edition : Relié

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Star Wars en détails, 25 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Star wars le livre officiel (Relié)
En vérité, je ne saurais trouver les mots pour qualifier ce livre ; magistral, grandiose, prodigieux… difficile de trouver un terme qui lui rende pleinement justice. Cet ouvrage relié de 336 pages d’un format énorme et compliqué à ranger dans sa bibliothèque porte bien son nom. Il s’agit effectivement d’un album culte !

Ce livre reprend les six films de la saga Star Wars et en dévoile tous les détails de conceptions. Nous avons donc de nombreux textes explicatifs et très intéressants et surtout, d’innombrables plans de vaisseaux spatiaux, de droïdes et engins divers, des photos de constructions de décors, ect. Mais vous trouverez également des créations n’ayant jamais été porté à l’écran et différents entretiens des grands piliers qui ont contribué à donner jour à cette saga mythique. C’est une vraie pépite d’information, à tel point que les tirages sont limités et que seuls les plus chanceux seront en sa possession.

Il faut savoir qu’il existe deux versions pour cet objet merveilleux : une version « simple » si on peut la nommer ainsi, et une version coffret numérotée avec certificat d’authenticité. À se procurer pour tous les très grands amoureux de Star Wars !


Tout l'art de Blizzard
Tout l'art de Blizzard
par Chris Metzen
Edition : Relié
Prix : EUR 60,00

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Monstrueux !, 30 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tout l'art de Blizzard (Relié)
La réalité c’est que je ne possède absolument aucun jeu Blizzard, mais je suis malgré tout en mesure d’affirmer que tout bon collectionneur de Artbook se doit de posséder cet ouvrage. Ce livre est tout simplement une pépite ! Bien massif (350 pages), relié et en pages glacées de grande qualité – la plupart du temps noires avec écriture argenté – rien que pour la mise en page, il mérite déjà tous les points. La qualité d’impression est juste grandiose.

Le contenu en lui-même en met plein la vue. On nous présente les célèbres jeux (que je connais, mais auxquels je n’ai jamais joué, si ce n’est testé vaguement l’un d’entre eux) Warcraft, Diablo et Starcraft. Chaque jeu bénéficie d’une partie complète, et comprend des croquis ainsi que de véritables dessins accompagnés de commentaires des différents illustrateurs ou concepteurs. Les deux dernières parties un peu plus courtes sont consacrées aux jeux abandonnés et aux cartes de vœux de fin d’année où se rassemble l’ensemble des personnages des différents jeux pour festoyer ensemble.

Au final, je ne connais quasiment rien des univers qui me sont présentés ici, mais cela n’est en rien un obstacle pour apprécier le contenu. Nul besoin de savoir de quoi il est question pour s’extasier devant les pures merveilles artistiques. On passe par des dragons, des orcs, des démons, des liches, des elfes et bien d’autres. La partie qui m’aura peut-être le moins percuté est sans doute Starcraft puisqu’il s’agit d’un jeu de Science-Fiction et qu’en dépit du fait que j’aime aussi bien le genre, je suis plus réceptive au style Fantasy Médiéval, si l'on peut le nommer ainsi.

En clair, je recommande vivement cet ouvrage, que ce soit pour profanes ou pour fins connaisseurs !


The Hobbit - the Desolation of Smaug - 2 volumes
The Hobbit - the Desolation of Smaug - 2 volumes
Prix : EUR 25,83

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Encore du rêve en musique, 30 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Hobbit - the Desolation of Smaug - 2 volumes (CD)
Le grand Howard Shore qui nous avait fait tous (en tout cas j’ose le croire) rêver avec ses orchestrations du Seigneur des Anneaux, revient pour le second volet du Hobbit. Ses musiques du premier film étaient très bonnes et innovantes contrairement à ce qu’on aurait pu craindre et il poursuit également sur ce deuxième film. Certains thèmes sont repris du Seigneur des Anneaux avec quelques modifications, d’autres reprennent le premier volet du Hobbit, mais il y en a surtout énormément de nouvelles !

Je dirais que globalement, ce CD est un poil moins bon que le précédent, mais je pense que cela est dû surtout au fait que le film s’assombrisse un peu. Toutefois, il n’en demeure pas moins que Shore nous livre d’excellents morceaux. Je pense notamment à celle du Royaume des Elfes de la Forêt Noire, celle de Lacville, celle quand la compagnie arrive devant la porte de la Montagne Solitaire, celle du Dragon, et bien d’autres encore. La musique du générique est franchement moyenne en revanche contrairement à celle du premier opus que j’avais beaucoup aimé (ce n’est pas notre bon Howard qui l’a composé donc on ne va pas lui en vouloir).

La seule réserve que j’émettrais est qu’à n’en point douter, une version longue de ces musiques (car ici elles ne sont qu’étendues, mais ne retracent pas l’intégralité du film) sortira lorsqu’on aura eu droit à tous les films en version longue également. Pour cette raison, je vais patienter à l’image des Ents car celui-ci n’était en réalité destiné qu’à être un cadeau pour les fêtes de fin d’année.

On pourrait en revanche regretter que la mise en forme choisie pour ce second CD ne soit pas identique à la première, c’est-à-dire sous forme de livre. On a finalement droit à un digipack classique pour le second, et moins pratique.


Le Hobbit - La désolation de Smaug - BLURAY 3D + 2D + DVD + DIGITAL HD Ultraviolet [Édition Ultimate - Blu-ray 3D + Blu-ray + DVD + copie digitale]
Le Hobbit - La désolation de Smaug - BLURAY 3D + 2D + DVD + DIGITAL HD Ultraviolet [Édition Ultimate - Blu-ray 3D + Blu-ray + DVD + copie digitale]
DVD ~ Ian McKellen
Proposé par DVDMAX
Prix : EUR 15,56

22 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Bilan mitigé, 24 décembre 2013
J’ai beaucoup aimé le premier volet du Hobbit, mais c’est avec un esprit bien critique que j’aborde le second. Je ne sais pas si c’est précisément à l’attente que j’en avais, mais toujours est-il que j’ai été déçu sur plusieurs aspects de ce film. Je précise par avance que j’ai lu le livre et que c’est incontestablement dû à ce fait que je n’ai pas vraiment apprécié, car je pense qu’un spectateur non connaisseur se laissera volontiers happer par cette aventure.

Déception dès le quasi-début du film avec une présence quasi inexistante du personnage Beorn, surtout que l’entrée de la compagnie dans sa demeure devait se passer d’une manière beaucoup plus comique avec la ruse légendaire de Gandalf. Ensuite, la Forêt Noire donne vraiment l’impression d’être passé en coup de vent alors qu’il y avait vraiment plein de choses à faire. Ça ne se résumait pas à la scène des araignées qui me semble d’ailleurs un peu courte (et quid de la chansonnette de Bilbon pour les énervés alors qu’il est invisible avec son anneau ?). On ne voit finalement pas grand-chose de leur pénible traversé de la forêt, ni vraiment de son ambiance particulièrement malsaine (notamment lorsqu’ils doivent y dormir la nuit et qu’ils se sentent observer / l’apparition d’yeux à travers la pénombre, etc). La perte du sentier qui est bien réelle n’est pas du tout menée comme il se devrait. Dans le film, on a l’impression qu’ils le perdent suite à la disparition de celui-ci alors qu’en réalité, la compagnie s’en détache volontairement en raison de la faim qui leur dévore les entrailles (si je me souviens bien). Ce qui nous conduit à l’apparition des elfes qui devaient normalement festoyer dans une prairie (d’où notamment le fait que les nains s’égarent du sentier), mais à chaque fois que les nains veulent s’en approcher, ils disparaissent et tout redevient noir (c’est d’ailleurs là qu’ils se font avoir par les araignées). Et quid de Bombur qui tombe dans une source maléfique de la forêt et tombe dans un profond sommeil ? Autant dire que beaucoup de passages ont été occultés. On peut espérer que la version longue remédiera un peu à tout ça, mais pour certains, on sait déjà que c’est cuit (les elfes notamment).

Ensuite, bien que puriste, je ne suis pas non plus refermée à tout type de nouveautés ou de quelconques changements donc je ne m’étais pas offusquée par l’apparition de Legolas déjà (bien qu’il s’agisse du personnage que j’ai le moins apprécié, mais dans le contexte il avait toute sa place en tant que fils du roi des elfes de la Forêt Noire), ni même de Tauriel, totalement inventée. Bien que pour cette dernière, j’étais tout de même habitée d’un certain scepticisme quant à ce qu’ils allaient en faire. Et là, pour le coup, j’ai eu bien raison d’avoir peur ! **SPOILER** Qu’est-ce que cette relation amoureuse grotesque entre elle et le nain Kili ? Ça n’a proprement aucun sens ! J’espère que ça se révèlera être une fausse alerte lors du visionnage de la troisième partie ! Je pense qu’une relation Tauriel/Legolas aurait largement suffi et encore, je suis de ceux qui pensent que rien du tout aurait été mille fois préférable ! De même, le coup de la flèche de Morgul par analogie avec la lame de Morgul qui transperce Frodon dans la Communauté de l’Anneau me semble totalement ridicule ! Et je ne parle même pas de Tauriel qui essaye de le soigner avec de l’Athelas (pour ceux qui se souviennent, il faut bien plus que cela pour échapper au poison) **FIN DU SPOILER**. À part ça, on a également l’apparition d’un nouveau chef orc. En soi, ce n’est pas gênant, mais lorsque j’ai entendu son nom, je me suis un peu crispé (comme tous ceux qui doivent connaitre à mon avis). M’enfin, on peut encore pardonner ce point avec indulgence, car ce n’est tout de même pas le plus important.

Étant donné que ça fait un moment que je n’ai pas relu le livre, il y aurait sans doute d’autres points très gênants à soulever, mais je vais m’arrêter là et passer au positif (parce qu’il y en a, il ne faut pas exagérer non plus). L’aspect éminemment intéressant de la trilogie du Hobbit est qu’il ne se contente pas uniquement de se baser sur le livre le Hobbit. Ce qui donne des apparitions de Gandalf dans sa propre quête, soit la détermination du mal qui habite Dol Guldur et plus généralement la Forêt Noire. Les passages sont un peu courts, mais vraiment grandioses, en particulier la confrontation. Pareillement, le dragon est juste splendide, merveilleusement travaillé, même si encore une fois on a droit à quelques incohérences. Le roi des elfes et Barde l’archer sont très convaincant également, j’ai beaucoup aimé. La scène des tonneaux est juste épique, au même titre que la course poursuite des nains et du dragon dans Erebor (qui n’est pas dans le livre, mais qui ne m’a pas choqué, si ce n’est certains effets spéciaux sur lesquels je n’ai pas l’intention de revenir). En outre, on commence à voir apparaitre l’addiction de Bilbon pour son anneau, ce qui est ajout très juste à mon sens (il ne faut pas oublier que Le Hobbit a été rédigé avant le SDA d’où le fait que l’auteur voulait réécrire le premier pour mieux concorder). Certains clins d’œil au Seigneur des Anneaux sont également sympathiques comme le caméo de Peter Jackson ou la référence à Gimli.

Voilà, il y aurait encore bien des choses à en dire, mais je vais m’arrêter là. En conclusion, je dirais que c’est un bon film, mais dont malheureusement certaines scènes du livre n’ont pas fait l’objet d’adaptation ou en tout cas d’une moins grande exploitation au profit de scènes totalement inventées et sans intérêts pour certaines. Finalement, je pensais adorer la seconde partie, mais je préfère la première plus respectueuse. J’espère que la troisième partie saura me faire oublier cette petite déception.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 4, 2014 11:26 AM CET


The Art of God of War III-
The Art of God of War III-
par Daniel P. Wade
Edition : Broché
Prix : EUR 59,77

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'Artbook d'un jeu épique, 14 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Art of God of War III- (Broché)
Étant donné que je suis une passionnée de la mythologie grecque, je m’étais portée vers le jeu God of War que j’ai trouvé excellent (et que je n’ai pas terminé – mais c’est une autre histoire) et j’en suis donc venu tout naturellement à me procurer cet Artbook (puisque je suis également une passionnée de ce type d’ouvrage). Pour resituer une peu dans le contexte, God of War est l’histoire d’un spartiate maudit, qui après avoir servi les Dieux dans le premier volume (parce qu’il y a trois grands épisodes pour ce jeu), se retourne finalement contre eux sous prétexte de trahison pour ne pas lui avoir accordé ce qu’il demandait (soit l’oubli de tous ses pêchers si je me souviens bien). En clair, vous êtes dans la peau d’un parfait antihéros bien sanguinaire qui va régler ses comptes avec chacun des Dieux en terminant par la cible ultime : Zeus.

Cela dit, même en ne connaissant absolument rien au jeu, je pense que l’on peut sans peine être réceptif au contenu de l’ouvrage, car il est vraiment très bien construit et magnifique. 271 pages de régale sans discontinuer dans lesquelles on nous présente les différents personnages, les différentes créatures, les modelages en 3D, les différentes armes, et les très nombreux décors. Le travail qui a été fait est juste impressionnant ! Gros point d’honneur pour Poséidon qui est vraiment très réussi, et un Zeus absolument magistral ! Il y a énormément d’images et juste ce qu’il faut en texte explicatif.

En revanche, les points négatifs sont les suivants : n’ayant malheureusement pas fait l’objet d’une traduction, la langue est en anglais. Cela dit, en dépit de mon niveau ridiculement médiocre, je suis quand même parvenu à comprendre sans difficulté majeure. La seconde chose qui m’a un peu chiffonné, c’est que le livre est en version brochée. Je sais qu’il y a eu plusieurs versions pour cet ouvrage (brochée, relié, relié cuir) mais bon, quand je suis arrivée, il ne restait plus que les brochées. Pas de chance pour moi !


Les contes de l'Ankou : Intégrale
Les contes de l'Ankou : Intégrale
par Jean-Luc Istin
Edition : Album

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Les magnifiques contes de la Mort, 9 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les contes de l'Ankou : Intégrale (Album)
Je ne suis pas une grande adepte des bandes dessinées, mais étant donné que les histoires sur la mort sont très souvent passionnantes, je me suis laissé tenter par cette intégrale regroupant 3 Bds. La trilogie fait intervenir un certain nombre de dessinateurs ce qui donne des changements de style assez abondant. Au début, ça peut paraitre un peu perturbant, mais aucun des contributeurs n’est mauvais et apporte avec brio sa petite touche personnelle. J’ai eu surtout une préférence pour les quelques planches d’Olivier Ledroit qui sont sublimes.

Donc des images très agréables à regarder et dont la qualité du texte s’accorde à merveille. Comme préciser dans le titre, il s’agit vraiment de « contes » avec tout ce que ça implique en termes de beauté et de tragédie. On a une intrigue principale où une fille délaissée par son père (trop subjugué par ses travaux et sa volonté de rencontrer l’Ankou après le décès de sa femme), suit finalement le même chemin que lui après que ce dernier ait également quitté le monde des vivants. La manière dont meurt le père est d’ailleurs vraiment bien menée (typique d’un conte). En parallèle de cette intrigue, sont incrustées d’autres contes au fur et à mesure des découvertes de « l’héroïne ». La fin est vraiment très belle.

Outre l’excellence des images et du texte : la reliure. C’était vraiment une très bonne idée d’avoir regroupé tous les tomes en un seul sous cette forme. Très bel ouvrage donc, que je recommande aux amateurs de bande dessinée et de contes.


Hunger games : l'embrasement
Hunger games : l'embrasement
DVD ~ Jennifer Lawrence
Proposé par MEDIA PRO
Prix : EUR 7,69

7 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'embrasement, 9 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hunger games : l'embrasement (DVD)
J’avais apprécié le premier film alors je suis allé voir le second au cinéma il y peu. Je n’ai pas lu les livres (je viens seulement de les commander) donc je ne peux pas émettre de comparaison avec pour le moment, mais j’ai également bien apprécié ce deuxième volet. La difficulté première en abordant cette suite est de ne pas penser automatiquement « jeu » car il est loin de n’envisager que cet aspect. Il y a donc toute une partie concernant la « nouvelle vie » des héros et leur petite tournée de la victoire dans tous les districts avec une répression de plus en plus forte du Capitole. L’ambiance s’assombrit encore davantage ; on voit bien qu’il s’agit en fait d’une transition avec ce qui va advenir pour la suite à savoir le démarrage réel de la rébellion avec l’icône de Katniss.

Une très bonne mise en scène et un jeu d’actrice spectaculaire de la part de Jennifer Lawrence (que je n’appréciais pas plus que ça à la base) qui réussit vraiment à faire passer des émotions incroyables. L’actrice Jena Malon qui interprète Johanna Mason est extraordinaire également dans son rôle, une bonne découverte ! Sinon, ils sont globalement tous brillants, mais le président Snow – incarné par Donald Sutherland – dont la présence est beaucoup plus élevée que dans le premier film est époustouflant. Un bon personnage bien détestable. L’introduction de deux courtes scènes sur la petite fille du président apporte son lot d’interrogations ; on sent bien qu’il va se passer quelque chose avec celle-ci dans les suites à venir (deux films de prévus pour le troisième tome).

La deuxième arène des jeux est plus terrible que la première et les fameux pièges qui y sont introduits sont bien glauques. Le final est grandiose ; on ne s’y attend pas forcément (ou en tout cas pour ceux qui n’ont pas lu les livres). Bref ! Vivement la suite en novembre 2014 !

Édit : Après avoir lu le second livre dont est adapté le film, je peux m’autoriser une petite comparaison entre les deux. Je trouve que l’ensemble est globalement très bien respecté et les quelques modifications opérées relativement mineures, n’amputant pas l’esprit de base de l’œuvre original. Toutefois, deux scènes auraient pu selon moi être rajoutées : l’une concernant le visionnage de la victoire d’Haymitch à ses Hunger Games et une autre où la tension aurait pu réellement monté lorsque Katniss partit en forêt se voit coincé par le grillage remis sous tension quand elle souhaite rentrer chez elle. Ce qui va donner ensuite lieu à une conversation avec des pacificateurs qui s’attendaient à la prendre la main dans le sac mais elle s’en tire avec une bonne pirouette.


Thor : Le Monde des Ténèbres
Thor : Le Monde des Ténèbres
DVD ~ Chris Hemsworth
Prix : EUR 8,11

10 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Surpasse incontestablement le premier film, 9 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Thor : Le Monde des Ténèbres (DVD)
Vu au cinéma récemment, je viens apporter mon petit avis sur le film en question. De loin, je pense qu’il surpasse largement son prédécesseur que je n’avais pour ma part que très peu apprécié (notamment toute la partie terrestre qui frisait des dialogues globalement niais). Dans l’ensemble, Thor démarrait mal en dépit d’acteurs plutôt bien choisit. Heureusement, et chose rare au cinéma, la suite est meilleur et remplit parfaitement son objectif de divertissement. Thor est bien plus convaincant, Jane Foster fait moins cruche et les autres s’en tirent mieux également. Mention spéciale pour la reine d’Asgard qui obtient un rôle plus conséquent dans le scénario et la jalousie de Sif qui commence à poindre. En revanche, on pourrait regretter le manque de profondeur du vilain ; on sent qu’il n’est pas vraiment aboutit et que finalement ce n’est pas vraiment lui qui fait tenir le film mais plutôt le duo plus explosif que jamais qu’est celui de Thor/Loki. Malekith ne sert que de faire valoir pour obliger une alliance entre les deux frères. Dommage, car les elfes noirs disposaient d’un bon potentiel et revêtaient un design vraiment réussi.

Donc au final, la perle du film sera Loki et son tempérament malicieux qui fait sourire presque à chacune de ses scènes. Sinon, c’était un vrai plaisir que la majorité du film ne se déroulait pas sur Terre (ras le bol de la Terre – on y est suffisamment comme ça) et présentait des décors fabuleux d’Asgard. Les scènes d’actions rappelaient également un peu l’ambiance Star Wars, ce qui n’était pas pour me déplaire. La fin du film laisse une grosse question en suspens sur le destin de l’un des personnages et la scène post-générique présente le futur vilain. Ça semble être prometteur. En tout cas, pour les déçus de Thor, je leur conseille de visionner le second qui pourrait sans doute les faire changer d’avis sur le superhéros en question.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6