Profil de Mathieu J. > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Mathieu J.
Classement des meilleurs critiques: 326.642
Votes utiles : 422

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Mathieu J. (Paris, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3
pixel
Burn notice, saison 2 - coffret 4 DVD
Burn notice, saison 2 - coffret 4 DVD
DVD ~ Jeffrey Donovan
Prix : EUR 19,96

4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Packaging désastreux, 15 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Burn notice, saison 2 - coffret 4 DVD (DVD)
La série Burn Notice est géniale, et le coffret de la saison 2 comprend un certain nombre de bonus intéressants : commentaires audio, scènes coupées, bêtisier et un documentaire.
Cependant, sans doute par souci d'économie, les éditeurs de ce coffret ont eu l'insupportable idée d'empiler les 4 DVDs les uns sur les autres sur un axe central. Les disques sont donc déjà rayés lorsque vous les achetez neufs.


Tru Calling - Compte à rebours : l'intégrale de la série - Coffret 8 DVD
Tru Calling - Compte à rebours : l'intégrale de la série - Coffret 8 DVD
DVD ~ Eliza Dushku
Prix : EUR 29,90

133 internautes sur 138 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Excellente série abattue en plein vol, 5 août 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tru Calling - Compte à rebours : l'intégrale de la série - Coffret 8 DVD (DVD)
Tru (Eliza Dushku) est une étudiante en médecine qui finance ses études par un travail à la morgue. C'est à cette occasion qu'elle se découvre le pouvoir d'aider les morts : certains morts lui demandent de l'aider, et la vie de Tru remonte alors 24 heures en arrière, ce qui lui laisse un peu de temps pour éviter à la personne de mourir. Mais la tâche n'est pas facile, étant donné le peu d'informations dont elle dispose sur la personne à aider.
Cette série qui n'a duré qu'une saison et six épisodes (soit vingt six épisodes en tout) avait tout pour devenir une excellente série. Tout sauf la confiance de ses producteurs.
Les 13 premiers épisodes nous montrent Tru se familiariser avec sa nouvelle vocation (le "calling" du titre original, Tru Calling) et gagner en efficacité pour sauver des vies. Elle est aidée par Davis, son patron à la morgue, à qui elle n'a pas à révéler son secret, puisqu'il le devine seul (on comprend pourquoi vers la fin de la saison 1). Si Tru était une tueuse de vampires, Davis serait son observateur. Il est la tête pensante du duo. Ces 13 premiers épisodes sont menés à un rythme soutenu, et les intrigues sont solides et non prévisibles.
Mais la série prend une nouvelle dimension avec l'arrivée du personnage joué par Jason Priestley, Jack. Tru découvre alors un nouvel obstacle à sa mission: l'équilibre de l'univers et les risques qu'il y a à jouer avec la mort, à permettre à une personne dont l'heure avait sonné de poursuivre sa vie. Une mythologie qui se dessine en toile de fond et qui ne demandait qu'à s'épanouir au cours de la saison 2 et des saisons subséquentes. Il est donc particulièrement dommage que la série ait été abattue en plein vol.
Il faut toutefois se réjouir que l'intégralité des épisodes soit disponible en DVD. Et si vous êtes accro à la série, il n'est pas difficile de trouver sur Internet les développements prévus par les scénaristes pour la suite de la saison 2 si celle-ci avait été tournée.


The Butcher And The Butterfly
The Butcher And The Butterfly
Prix : EUR 16,96

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une voix écorchée sur des guitares échorcheuses, 7 juillet 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Butcher And The Butterfly (CD)
J'ai laissé s'écouler plusieurs semaines depuis la sortie de THE BUTCHER AND THE BUTTERFLY avant de le chroniquer, et j'ai eu raison. En effet, la première écoute m'avait laissé devant ce constat : cet album n'a pas la furie de DRINK ME. Mais les écoutes suivantes m'ont amené ne pas déprécier cet album, bien au contraire, car si les hurlements de Katie Jane Garside sont moins présents, c'est qu'ils ont laissé la place à plus de fragilité.
C'est bien un album sur la fragilité qui nous est donné à entendre, et la métaphore du papillon est tout à fait appropriée. Un certain nombre de chansons relaient des paroles de victimes, des fragments d'émotions douloureuses (Suck, FM Doll, Childproof, The Butcher and the Butterfly...), avec une Katie Jane habitée par la grâce, sa voix enfantine suppliciée, que l'on s'attend à voir se briser d'un instant à l'autre, et qui tient, envers et contre tout. La détresse est palpable, c'est bouleversant. L'album offre même trois titres sans guitare électrique qui renforcent l'aspect délicat de la voix de KJ Garside.
Et face au papillon, il y a le boucher. La guitare de Crispin Gray est âpre, les partitions vont à l'essentiel, vous rentrent dans le lard, c'est du grand art.
QUEEN ADREENA a toujours fait un rock très viscéral, composé et interprété comme dans un état d'urgence. Cela se confirme avec ce troisième album du groupe, enregistré en deux jours.
Il serait dommage de passer à côté de THE BUTCHER AND THE BUTTERFLY, et plus généralement à côté d'un des plus grands groupes du monde (et oui, je l'ai dit).


The Shield, saison 2 - Coffret 4 DVD
The Shield, saison 2 - Coffret 4 DVD
DVD ~ Michael Chiklis
Proposé par DVD_EN_STOCK
Prix : EUR 18,99

25 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 saison exceptionnelle d'une série exceptionnelle, 19 mai 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Shield, saison 2 - Coffret 4 DVD (DVD)
Cette saison 2 de THE SHIELD est impressionnante.
C'est aussi la plus violente des trois saisons diffusées à ce jour. L'équipe de Vic Mackey est en effet confrontée à un nouvel arrivant sur le marché de la drogue, Armadillo, qui a pour ambition de réunir tous les gangs latinos sous sa coupe. Armadillo est un psychopathe extrêmement intelligent, violeur multirécidiviste (le premier épisode est glaçant d'horreur), meurtrier, et surtout il en sait tellement sur les activités illégales de la Strike Team qu'il menace la liberté de Mackey. D'où les mesures radicales et la violence qui en découle.
Mais la lutte contre Armadillo n'est pas le seul arc (thème développé au fil des épisodes) de la saison. La famille de Vic se disloque petit à petit, essentiellement par sa faute. De son côté, Claudette commence à s'intéresser de très près à la Strike Team, soupçonnant des liens douteux avec les gangs.
Et surtout, il y a le money train (le train de l'argent). Au cours d'une enquête, Vic tombe par hasard sur le système de blanchiment de l'argent de la mafia arménienne, et la Strike Team décide de les braquer, ce qui les mettra à l'abris du besoin jusqu'à la fin de leur vie. Ce thème permet d'aborder un aspect déroutant de la série. Car on a envie, en tant que spectateur, qu'ils parviennent à leur fin. Mackey et ses acolytes sont violents, immoraux, criminels, et pourtant on arrive à les trouver sympathiques. Rien n'est ni tout blanc ni tout noir. Chacun peut se montrer sous un jour plus ou moins bon. Et on en vient à accepter leur règle de conduite: voler un voleur, ce n'est pas du vol.
Je n'ai pas parlé des autres personnages, comme Dutch, Acaveda, et tous les autres, mais leurs histoires sont toujours aussi intéressantes, et la série garde une réelle cohérence.
Visuellement, le style "caméra à l'épaule" et le montage dynamique servent parfaitement la narration survoltée de la série.
En guise de bonus, une grande quantité de scènes coupées, et surtout des commentaires audios et des reportages qui permettent de comprendre ce qui se passe en coulisse.
Mon conseil: ne pas passer à côté de cette série.


Open Water, en eaux profondes - Edition Prestige [Édition Prestige]
Open Water, en eaux profondes - Edition Prestige [Édition Prestige]
DVD ~ Blanchard Ryan
Proposé par [mediapromo]
Prix : EUR 9,10

14 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Angoisse à la surface de l'eau, 9 avril 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Open Water, en eaux profondes - Edition Prestige [Édition Prestige] (DVD)
L'histoire est simple: un couple choisit pour ses vacances de faire de la plongée sous-marine, et lorsqu'ils remontent à la surface, le bateau qui les a amenés au large est parti avec le groupe, sans eux. Ils se retrouvent donc au milieu de l'océan, condamnés à attendre que l'on s'aperçoive de leur absence et que l'on revienne les chercher.
Le génie du réalisateur (Chris Kentis) est de parvenir à susciter l'intérêt et l'angoisse sans aucun effet.Les trois quarts du film sont filmés à la surface de l'eau, plaçant le spectateur en position de troisième personnage, flottant avec les deux protagonistes. La peur naît de l'immensité de l'océan, de l'opacité de l'eau et des dangers qui y pullulent, à savoir poissons carnassiers, méduses, et autres joyeusetés que l'on préfère voir en photo. Les heures passent sans que personne ne vienne les secourir, la faim et la soif les tiraille, la fatigue exacerbe leurs sentiments, et cette situation permet au couple de communiquer, entre disputes et solidarité.
Ce que je viens de dire comme constituant les qualités du film peuvent être perçus comme en étant des défauts. Si vous cherchez des effets visuels forts, un suspens classique par un montage classique, passez votre chemin. D'une certaine manière, OPEN WATER se rapproche visuellement et dans son système narratif du PROJET BLAIR WITCH, c'est l'inconnu et la sensation que cela ne peut pas finir bien qui vous tient en haleine.


21 grammes
21 grammes
DVD ~ Sean Penn
Proposé par DRIVE-IN
Prix : EUR 13,80

22 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La mort, ou comment vivre après, 26 juillet 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : 21 grammes (DVD)
21 GRAMMES est un film dur et poignant. Et c'est pour alléger son propos que le réalisateur a choisi un montage destructuré. Ainsi les scènes difficiles ne sont pas alignées les unes après les autres, mais distillées tout au long du film (qui, autrement, aurait été insupportable).
21 GRAMMES nous raconte le moment où les vies de trois personnes vont se retrouver imbriquées à la suite d'un accident de la route coutant la vie à un homme et ses deux fillettes. Comment vivre lorsque sa famille a été tuée? Comment vivre lorsque l'on a tué une famille? Comment vivre lorsque l'on ne vit que grâce à la mort d'un homme? Trois questions pour trois destins, et trois acteurs époustouflants: Sean Penn et Benicio Del Toro sont tels qu'on a l'habitude de les voir, impécables. Quant à Naomi Watts, son rôle lui offre la plus belle composition du film, et elle parvient à atteindre le niveau de son autre exceptionnelle performance (je veux évidemment parler de "Mullholland Drive"). Rongée par le chagrin et le désir de vengeance d'un bout à l'autre du film, son visage est d'une expressivité et d'une sincérité parfaites.
Rien n'est laissé au hasard dans ce film, habile puzzle de sentiments, et le travail sur les couleurs donne des teintes aux émotions et aux personnages qui les portent.
INARRITU parvient à décrire la douleur avec sobriété et maestria. Le réalisateur de "Amours chiennes" confirme ici son talent et va même au-delà.


Wing Chun
Wing Chun
DVD ~ Michelle Yeoh

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Des combats impressionnants et beaucoup d'humour, 23 juillet 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wing Chun (DVD)
WING CHUN est peut-être le meilleur film de YUEN Woo-Ping, réalisateur entre autres du superbe "Tai-Chi Master", et chorégraphe sur une foultitude de films géniaux ("Il était une fois en Chine", "Fist of Legend", "Tigre et Dragon", etc.).
Les chorégraphies sont impressionnantes et Michelle Yeoh est au sommet de son art. Le film est à dominante humoristique, ce qui signifie que les méchants ne sont pas si méchants, on se bat pour impressionner l'autre, pas pour le tuer, il n'y a pas véritablement de violence.
Le seul reproche que j'aurais à faire ne tient pas au film lui-même mais à cette édition en DVD. En effet, s'il y a une version originale chinoise, il n'y a en revanche pas de sous-titres français (sic!). Ce qui contraint (à moins évidemment de maîtriser le chinois) à regarder la VF (heureusement correcte). Dommage.


Humid Teenage Mediocrity 1992-1995
Humid Teenage Mediocrity 1992-1995
Proposé par Disco100
Prix : EUR 19,95

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les racines du mal, de l'énergie à l'état brut, 22 juillet 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Humid Teenage Mediocrity 1992-1995 (CD)
Qui a eu la bonne idée de nous sortir ce CD de vieux titres de JACK OFF JILL? Réponse : MARILYN MANSON himself. Car ce dernier a rencontré Jessicka avant la création du groupe et il a produit leurs premiers titres, que l'on retrouve ici. En réalité, une petite moitié des chansons de cet album sont des démos de titres qui figurent aujourd'hui sur l'album "Sexless, Demons and Scars".
Le reste est constitué de chansons inédites, et ça vaut véritablement le détour. Les mélodies étaient déjà à l'époque très accrocheuses, la voix de Jessicka bien posée, entre minauderies enfantines et tonalités agressives, et les guitares rageuses. Les textes ont du sens, et ça fait du bien.
La production, moins policée que sur les albums suivants, donne une touche "garage" à l'album qui n'est pas pour déplaire. Attention, la production est de qualité, mais on sent la musique enregistrée dans les conditions proches d'un live, et l'énergie qui s'en dégage est nécessairement plus palpable.
Le disque comporte un livret qui se résume à un texte de MANSON dans lequel le monsieur décrit ses relations avec le groupe. Il estime que jamais par la suite JACK OFF JILL n'a retrouvé le niveau atteint ici, et critique assez ouvertement la formation du groupe aujourd'hui. C'est son point de vue, j'ai trouvé un peu déplacé de le mentionner dans ce contexte. Toutefois, à écouter la batteuse du groupe à l'époque (excellentissime, vraiment), on se dit qu'il n'a peut-être pas tout à fait tort.


Hôtel Iris
Hôtel Iris
par Yôko Ogawa
Edition : Broché

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une passion déroutante subtilement décrite, 22 juillet 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hôtel Iris (Broché)
"HOTEL IRIS" décrit la rencontre entre un vieil homme et une adolescente, et la passion sado-masochiste qu'ils vivent ensemble. La force du livre réside en partie dans le choix opéré par OGAWA Yoko de raconter l'histoire à la première personne, à travers le personnage féminin (comme dans l'ensemble de l'œuvre de l'auteur). En effet, le personnage de Mari pose un regard incisif sur sa propre existence, sur sa mère (on retrouve dirigée contre la mère la cruauté qu'affectionne OGAWA dans d'autres de ses romans), sur la mort de son père, sur son attirance étrange pour ce vieillard et le plaisir qu'il y a à souffrir physiquement. L'attente, le désir, le plaisir dans l'anticipation sont des thèmes omniprésents dans "HOTEL IRIS".
Les descriptions sont précises sans être vulgaires. L'intrigue passionne par son étrangeté, et l'on ne peut s'empêcher au fil du livre de s'inquiéter du dénouement. Car comment cela peut-il (bien) finir? Une fois encore, OGAWA s'attache à des personnages qui sortent des modèles socialement acceptables, non seulement au Japon, mais également dans nos pays occidentaux. Et par l'emploi de la première personne, elle nous prive de la distanciation critique, elle s'interdit tout jugement et toute analyse des comportements décrits. Au lecteur de penser par lui-même.
OGAWA Yoko est une femme dont la subtilité et la pudeur rendent les écrits majestueux (non, je n'exagère pas). Si sa renommée n'est pas à la hauteur de son talent, c'est que les thèmes qu'elle aborde et leur traitement ne sont pas calibrés pour le grand public. Au lieu de s'attrister, il faut se réjouir d'avoir avec OGAWA une œuvre intransigeante et d'une qualité esthétique exceptionnelle.


La Piscine, les abeilles, la grossesse
La Piscine, les abeilles, la grossesse
par Yôko Ogawa
Edition : Poche
Prix : EUR 7,70

17 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Entre étrangeté, douceur et cruauté, 22 juillet 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Piscine, les abeilles, la grossesse (Poche)
Trois nouvelles, ou trois courts romans, peu importe. OGAWA Yoko parvient en peu de mots à écrire l'essentiel.
"Les Abeilles" est le texte le moins incisif, et sa présence entre "La Piscine" et "La Grossesse" (tous deux particulièrement brillants) atténue encore la richesse de ce texte. Car avec OGAWA, même un roman moyen est supérieur à la plupart des romans écrits aujourd'hui.
"La Piscine" et "La Grossesse" ont en commun de mettre en scène une jeune femme qui laisse libre cours à ses tendances sadiques. Et l'apparente douceur du cadre et des individus, la légèreté des descriptions et l'humour très sombre qui pointe par endroits rendent la chose beaucoup plus dérangeante, sans que cela fût nécessaire... On reste dans le quotidien, mais dans un autre quotidien.
OGAWA est l'écrivain de la subtilité. Son œuvre décrit toujours des personnages hors normes, mus par leur logique propre, des personnages dont les comportements sont moralement réprouvés par la société, et pourtant rien n'est jamais scabreux. Le talent de l'écrivain est de ne jamais se livrer à une analyse de ces comportements. En ouvrant ce livre (et les autres), on est immédiatement plongé dans un univers particulier, raconté à la première personne (toujours), et l'on avance au rythme de la narratrice. Aucun jugement, aucune morale n'épargne au lecteur le soin de se forger son propre avis, d'avoir son propre regard.
Si "La Piscine", "Les Abeilles" et "La Grossesse" se lisent très vite, en revanche ils ne s'oublient pas.


Page : 1 | 2 | 3