undrgrnd Cliquez ici ValentinB nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Barclau > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Barclau
Classement des meilleurs critiques: 249
Votes utiles : 1212

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Barclau "faut mieux leur fendre le crâne" (Gonzai, A Découvrir Absolument)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Punk Rock Jesus
Punk Rock Jesus
par Sean Murphy
Edition : Album
Prix : EUR 19,00

3.0 étoiles sur 5 conformément punk..., 26 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Punk Rock Jesus (Album)
C'est bien là le paradoxe de cette bd. Un sujet excellent, une bonne galerie de personnages, mais une histoire qui se perd à ne pas savoir quel fil suivre.
Je rejoins en tout point l'avis de Loyez Matthieu. Le dessin est très beau, les planches sont impressionnantes de détails, mais d'un conformisme que le sujet ne laissait pas présager. J'aurais aimé voir ce que Warren Ellis aurait fait d'un tel sujet.
Les personnages sont assez caricaturaux, et celui qui est le plus fouillé reste le garde du corps de "Jésus", alias Thomas McKael. Et il est loin d'être celui au meilleur potentiel disons.
Donc voilà, une demi déception car il y a quand même de très bons passages, mais certaines scènes d'action auraient pu être évitées au profit d'un scénario plus garni...
Punk Rock Jesus veut peut être traiter de trop de choses sur un volume qui ne contient donc soit pas assez de pages, soit trop de pages mal utilisées (encore une fois, les scènes d'action souvent inutiles et plus clichées qu'un Van Damme....). La critique de la télé-réalité qui a atteint son paroxysme est assez bien fichue mais fini en queue de boudin.
Le personnage de Jésus n'est pas vraiment approfondi. Et le punk sert trop de trame de fond. Au final on est contents de voir les références, mais le fond du propos punk n'est qu'effleuré (il y a quand même de très bons textes quand Jésus devient punk). Il y avait beaucoup à faire, et beaucoup à éviter. Un large problème de focale (le personnage central reste le garde du corps aussi intéressant que Robocop). Et pour tout dire, la fin est assez ridicule.
Bref, je suis étonné du conformisme général de cette bd, même de sa portée critique qui ne dépasse pas le niveau cafétéria d'Université, et la basique opposition science/religion.
Reste une idée force, intéressante, mais assez mal exploitée.


Bluenote Cafe
Bluenote Cafe
Prix : EUR 126,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Quand Neil a le blues, 18 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bluenote Cafe (Album vinyle)
Bluenote Café prouve qu'un concert est une cérémonie qui peut faire d'un album raté une réussite. Quand l'objet est à l'image du contenu (on parlera de l'édition vinyle), on se retrouve enfin face à une archive telle qu'on l'attend. Retour vers le passé.

This note's for you, l'album que célèbre la tournée dont est issu Bluenote Café, n'est pas un excellent album mais je l'affectionne comme cette décennie d'expérimentations dont il fût le dernier virage à 90°. C'est un avis que je partage avec Olivier Nuc (sa bio du loner m'a aidé à en connaître les albums à l'époque où internet n'atteignait pas mon village). S'il était stylistiquement intéressant, l'album manquait surtout de bonnes chansons.

Bluenote Café sort dans la série Archives à laquelle on ne comprend plus grand-chose alors qu'on se retrouve déjà noyé sous les sorties d'albums, de lives. Sans compter les palettes de bootlegs dont beaucoup font autorité. Bref, les complétistes perdent la boussole.

Dans cette série une partie des sorties donne à voir une facette différente comme A Treasure, Dreamin Man, et ce Bluenote Café.
Le coffret vinyle (4 vinyles + livret) est magnifique. Et oui en musique je suis matérialiste.
La qualité de l'édition montre qu'il veut régler ses comptes avec des années sous-estimées. Et nous envoie un live supersize. 2H30 de musique, 22 morceaux, 7 inédits, un big band de 10 gars dont 6 aux cuivres, le tout issu de 11 concerts différents. J'ai donc appris par cette archive qu'il avait tourné pour son This note's for you, un de ses meilleurs échecs commerciaux.
Ce qui foirait dans l'album étincelle ici. Les cuivres qui parfois sonnaient comme une parodie de Blues Brothers lui vont à merveille. Il suffit d'écouter 'Ordinary people' pour comprendre. Ce morceau ne trouvera un écho studio qu'avec Chrome Dreams II près de vingt ans plus tard.
Les inédits sont excellents et rendent le disque essentiel en formant un album dans l'album. Et ce final sur un 'Tonight's the night' épique de 19 minutes contribue au sentiment d'avoir dans les mains un must-have, contrairement aux redondants lives acoustiques des premières archives (objectivement bons, mais faisant parfois doublon là où Massey Hall aurait suffit).
Si vous reconnaissez la patte de Crazy Horse, c'est parce que ce sont bien eux derrière le pseudo à usage restreint 'The Blue Notes', spécialité de Neil Young qui préfigurait déjà l'aspect volage des avatars de notre siècle (entre autres 'Shocking Pinks', 'the internationnal harvesters').

Neil Young et son éphémère big band s'éclatent dans des registres parfois funky, blues de club, rattrapant rétrospectivement, par l'effet des sorties différées, les clins d’œil ratés au Chicago Blues de Storytone. De quoi se demander s'il ne choisit pas de sortir ses archives comme pansement à ses récents ratages studio.
Au delà de tout, il communie tout ce beau monde en l'électrisant de ses chevauchées électriques, donnant du fond à des formes parfois hyper classiques et rognées jusqu'à la moelle. Le talent c'est l'appropriation dit-on aussi.
Nous sommes en 1988, juste avant Freedom. On sent Neil Young retrouver le chemin de la grâce en tournant la page d'une décennie Geffen qu'il magnifie le temps d'une tournée, nous invitant à nous y replonger. Un disque qui rattrape l'album dont il est né, sonnant comme un « ça aurait pu » en l'évoquant aussi vite qu'il s'en affranchit. N'y manque donc (sur 23 titres je suis assez lourd pour trouver un manquant) que 'Coupe de ville' dont la présence seule m'avait justifié l'acquisition de This note's for you...je suis bon pour trouver des excuses à l'accumulation !


Les marteaux de Vulcain
Les marteaux de Vulcain
par Kevin Dick
Edition : Poche
Prix : EUR 6,00

4.0 étoiles sur 5 Vulcain est Skynet, 16 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les marteaux de Vulcain (Poche)
A la lecture de ce roman on ressent encore plus à quel point Dick a été une influence prépondérante (malgré un succès relatif aux Etats-Unis, jusqu'à ce qu'Hollywood se rende compte du potentiel de ses histoires près de 30 ans après ses débuts).
Dans ce roman le gouvernement est géré et généré par Vulcain 3, une machine qui remplace les hommes par des décisions rationnelles. Mais la société n'est pas exempte de complots bien sûr. Comme souvent c'est post guerre atomique. Les hommes ont du faire un choix radical de gouvernance (à l'instar du très bon "les chaînes de l'avenir") et s'en sont donc remis aux décisions de Vulcain 3, super-ordinateur.
De suite on pense à Skynet et donc à l'impact de Dick sur James Cameron. On pense aussi à Hyperion de Dan Simmons et ses IA qui gouvernent quasiment.
Mais Dick ouvre des portes, et on ne saura jamais le fin mot de l'histoire car un autre ordinateur, Vulcain 2, accuse la troisième version de se sentir vivante et donc d’œuvrer à sa propre survivance (le puppet master de GHost in the shell). C'est tout ça qui est sous-jacent dans ce court roman, pas toujours bien écrit. L'écriture de Dick n'a jamais été virtuose, mais le fond est tellement impressionnant qu'on ne le lit pas, on le dévore, on se le prend en pleine poire. C'est toujours juste, et Les Marteaux de Vulcain fait partie de ses meilleurs romans.


1byone "Infinity Glow" LED Lampe de bureau - USB rechargeable - tactile Panneau de configuration - - 3 Light & 6 niveaux peut être obscurci 360 ° entièrement pliable et portable Table lumineuse
1byone "Infinity Glow" LED Lampe de bureau - USB rechargeable - tactile Panneau de configuration - - 3 Light & 6 niveaux peut être obscurci 360 ° entièrement pliable et portable Table lumineuse
Proposé par 1byone Direct
Prix : EUR 118,99

5.0 étoiles sur 5 Excellent produit!, 16 janvier 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Je l'ai prise pour ma femme qui est tatoueuse et qui travaille beaucoup ses modèles et dessins à la maison.
Parfait pour elle, elle peut la transporter partout. Grande autonomie, recharge pas trop longue (environ 2 heures).
Elle est très légère, super pratique car se plie pour trouver une position optimale. Bon éclairage réglable avec luminosités différentes (nuances bleue, jaune et blanche), diffus (pas comme une ampoule).
Un outil qui lui est devenu indispensable. Peut servir dans plein d'autres contextes, pour bricoler, lire...
Un très bon produit dont on se sert quotidiennement.

Arrive dans un superbe emballage, présentation de qualité!


Blackstar
Blackstar
Prix : EUR 21,99

135 internautes sur 143 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 L'étoile noire au firmament, 12 janvier 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blackstar (Album vinyle)
Avant tout je précise que je ne suis pas un inconditionnel de Bowie. Il m'intéresse, j'aime bien certains disques (Outside m'a tué), j'en ai quelques-uns (l'inévitable Ziggy et l'excellent Aladin Sane) mais je ne m'y suis jamais penché précisément à part quelques albums mythiques. J'ai souvent admiré sa démarche totale mais avec un intérêt distrait.
Je l'ai vu en concert en 2003, j'en ai le souvenir d'un son incomparable, d'une présence dingue de tous ceux sur scène...
Bref mon rapport avec Bowie est assez limite. Jusqu'à la sortie du clip Blackstar. Là c'est le bouleversement total, que je n'avais pas ressenti avec lui depuis "Heart filthy lesson". Le clip est hallucinant, le morceau je pense qu'il ne sert plus à rien d'en parler: c'est un chef d'œuvre à lui seul.
Je découvre maintenant l'album qui est un testament de haut vol car la nouvelle n'a échappé à personne, Bowie nous a quitté le 10, paisiblement dit-on.
Et c'est là que le disque prend une toute autre dimension pour moi, et toute la carrière de Bowie rétrospectivement! Une photo de lui datant du 8, jour de son anniversaire et de la sortie de Blackstar livre la clé: il sait qu'il va mourir, le rideau est fermé, il avance en rigolant face à son destin. Le clip de Blackstar contient un discours total sur la mort, le sens qu'elle revêt pour lui. Il clôt sa carrière comme sa vie (le squelette du Major Tom...), l'une et l'autre étant confondues, s'interpellant. Tout prend une dimension claire: il a prévu sa mort artistiquement parlant, comme il a vécu.
Bowie n'était pas seulement un chanteur, un compositeur, un musicien, un acteur confirmé. C'était un artiste complet, art qu'il ne résumait pas à la scène, mais au vivre et au mourir. En soi, son art était le témoin d'une façon d'être, d'une philosophie.
Tout va toujours plus loin avec lui, et son départ aura été la clé d'une révélation pour ma part. Dire qu'il a consacré sa vie à son œuvre n'est pas exact. En fait sa vie était son œuvre.
Merci, humblement merci. Il a rejoint son étoile polaire, l'étoile noire, paradoxe ultime d'un homme qui n'a jamais eu peur.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (19) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 24, 2016 12:38 PM CET


Zaï zaï zaï zaï
Zaï zaï zaï zaï
par Fabcaro
Edition : Album
Prix : EUR 13,00

5.0 étoiles sur 5 L'absurdité totale!, 29 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Zaï zaï zaï zaï (Album)
L'histoire d'un fugitif poursuivi par toute la police car il a oublié sa carte de fidélité au magasin...Voilà le début de cette fuite rocambolesque, hilarante par de nombreux moments, et dont l'absurdité fait de drôles d'effet de miroir avec notre monde.
Il suffit parfois de remplacer les mots pour avoir l'impression de regarder les actualités. Faire donc dans l'absurde et la folie pour mieux montrer celle dans laquelle on est, c'est un processus narratif qui fonctionne très bien ici, avec un humour noir qui parfois rappelle Macadam Valley (le coup des canettes de Perrier...Je vous laisse découvrir) ou autres vannes crados.
J'ai rigolé tout le long, et en même temps cette mise en perspective offre une profonde réflexion sur la psychose, sur des phénomènes qui sont montés comme des œufs en neige sans avoir lieu d'être...
C'est bourré de trouvailles, de petites références. Une des meilleurs bd que j'ai lues cette année!


Journey on: Collected Singles
Journey on: Collected Singles

5.0 étoiles sur 5 Superbe coffret et collection, 17 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Journey on: Collected Singles (CD)
Je peux vous dire que ce coffret je l'ai espéré. Sorti pour le record store day 2014, j'ai réussi à en avoir un. Le coffret est superbe, comprenant 9 vinyles 45 tours, un livre qui regroupe toutes les informations sur les morceaux (date de parution, label, pochette originelle en photo), un cd qui regroupe tous les titres, ainsi qu'un puck en bois au motif du groupe.
Ce coffret est magnifique, il regroupe une série de maxis introuvables en originaux. Donc pour le fan de Jason Molina que je suis c'était l'aubaine de compléter les trous. Le coffret est déjà presque devenu aussi rare entre temps.
Au niveau des morceaux il y a une grande diversité dont certains qui reviendront dans la discographie de Songs Ohia (The lioness, ici à l'économie avec une Jennie Benford plus touchante que jamais).
On reconnaît certaines collaborations fréquentes (Steve Albini, un split avec Scout Niblet, un autre avec le désormais très connu Glen Hansard qui lui a consacré un disque hommage "it was a triumph...").
Secretly Canadian, label dévoué à Jason Molina (et à bien d'autres artistes exceptionnels) ont eu la bonne idée de mettre tout ça dans l'ordre chronologique pour qu'on s'y retrouve, car Molina était très prolifique. Des fois la qualité s'en ressent, mais personnellement le côté lo-fi ne m'a jamais gêné, sauf pour l'album The Ghost. Jason Molina était pris de fulgurance, sa musique se nourrit plus de son émotion du moment que d'une progression impeccable. Beaucoup de ces prises sont des fulgurances qui touchent droit au cœur et n'ont besoin d'aucun artifice. D'où le fait d'avoir réédité ces morceaux pour la plupart épurés, qui montrent la force émotionnelle de ce songwriting.
On découvre aussi des raretés qu'il était difficile d'obtenir, comme le somptueux "fade street" et tant d'autres.
Une compilation qui vient en hommage à ce type dont la musique en a touché plus d'un. Pour ma part, je n'aurais jamais commencé à composer sans lui, c'est dire tout ce que je lui dois.


Ernie Ball EP02215 Jeu de cordes pour Guitare électrique
Ernie Ball EP02215 Jeu de cordes pour Guitare électrique
Prix : EUR 6,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Fidèles au jeu!, 16 décembre 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Le guitariste s'adapte aux cordes ou le contraire? Vaste question, n'empêche que quand on trouve celles qui nous conviennent on est bien content!
J'ai essayé des dizaines de jeux (25 ans de pratique), j'en ai trouvé des bons (blue steel et d'autres), mais celles-ci correspondent le mieux à mes besoins. Ce sont des cordes tout à fait standard, à un prix correct ici. Le tirant est top. J'aime bien que la grosse corde soit assez costaude, ce qui est le cas. Jamais eu de problème de casse (j'ai du en monter des dizaines, j'ai 5 guitares électriques que je change deux fois par an, et quatre fois pour ma telecaster principale...ça fait pas mal de jeux à l'année et jamais une casse, après on n'est jamais à l'abri d'un défaut).
Elles tiennent bien, ont une bonne durabilité, pourtant je leur en met plein les dents! Bends brutaux, attaques féroces...et aussi en bottleneck elles sonnent très bien.
Ces cordes sont le parfait compromis entre durabilité, prix, qualité.
J'aime bien aussi le beefy, surtout pour les open tunings. J'aurais aimé un jeu allant du 11 au 52, mais je le fais moi-même en combinant. Le power est bien aussi, plus proportionnel en terme de tirant. Mais l'avantage pour ma part du skinny top (j'ai essayé chaque modèle) est:
- que les graves sont bien balaises, on les a dans les doigts, en power chord c'est nickel par exemple.
- que les aiguës sont assez légères pour pouvoir passer tranquillement en lead sans risquer la tendinite. Je joue beaucoup d'heures par semaine en plus des cours que je donne, donc il faut savoir économiser ses tendons!
en tout cas ça fait quatre ou cinq ans que je me suis arrêté sur ces cordes et j'en suis satisfait.


Koloss [Edition Limitée, CD+DVD]
Koloss [Edition Limitée, CD+DVD]
Proposé par books-store
Prix : EUR 10,88

5.0 étoiles sur 5 Molosse, 16 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Koloss [Edition Limitée, CD+DVD] (CD)
Ce disque est un des plus massifs que j'ai eu l'occasion d'écouter. C'est une décharge constante, moissonneuse massive. Je connais peu Meshuggah, c'est un nom que j'ai souvent vu passer. Je me suis concentré sur celui-là avec de multiples écoutes. Après écoute de leur discographie, Koloss sonne comme le paradigme même du groupe, la formule concentrée.
Meshuggah est un groupe à part bien sûr, avec ce manifeste ils creusent encore plus leur identité et leur distinction, rappellent qui est et restera le maître de ce genre étrange qu'ils ont créé.
Étonnamment ils ont réussi à se rendre plus accessibles, mais sans rien céder. Comme une formule concentrée, notamment sur la puissance volcanique des morceaux. Ils arrivent à créer des dizaines d'ambiances rythmiques, une autre forme de noirceur aussi. Des riffs parfois simples de prime abord, mais si complexes à placer dans les temps, pour gagner en efficacité tout en gardant cette spécificité.
Koloss a été pour moi l'album qui m'a ouvert les portes à ce groupe immense.


Shine Below the Mound
Shine Below the Mound
Prix : EUR 24,85

5.0 étoiles sur 5 Magnifique!, 16 décembre 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shine Below the Mound (Album vinyle)
Excellent groupe que m'a fait découvrir le disquaire La Face Cachée (vendeur marketplace également). Sonson propose ici un album entièrement instrumental, toujours intéressant mais surtout magnifique.
On a l'impression de sentir les espaces grandir et se rétrécir selon les reverbs. Les paysages se dessinent au fur et à mesure que les mélodies évoluent. On dirait un tableau en train d'être peint. Le son est parfait, la reverb chante, les échos parviennent comme renvoyer par des rochers qui se matérialisent presque à l'écoute. Quand je mets ce disque et que je ferme les yeux, c'est l'évasion. L'ambiance sonne parfois western (même s'ils viennent du froid), ou alors comme une caverne où les retours de reverb font penser à des stalactites (comme sur la pochette).
Si vous avez envie de faire une découverte pleine de surprises allez-y! J'en avais marre de ces groupes instrumentaux qui étaient pour la plupart des Mogwai discount, teinté de stoner (la nouvelle grosse mode pourtant dépassée depuis vingt ans).
Cet album est un bel exercice de style passionné, et le vinyle est magnifique pour un prix plus que correct!


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20