ARRAY(0xa7cb0ac8)
 
Profil de Kallisthène > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Kallisthène
Classement des meilleurs critiques: 149
Votes utiles : 2218

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Kallisthène (Paris)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Précieuse
Précieuse
par Maria V.Snyder
Edition : Relié
Prix : EUR 14,73

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Le pouvoir des fleurs ... *** 1/2, 7 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Précieuse (Relié)
N'avais-je pas juré de ne plus mettre les doigts dans une de ces Fantasy Romantique ? Hum ? Encore raté ! A ma décharge je dois avouer que j'avais bien aimé Le poison écarlate, le premier livre de l'auteur au tout début de cette tendance Romantico-Fantasy. Il faut dire qu'il était fort rare dans le temps de lire que l'héroïne aimait les fesses bien fermes du héros, comme un vent de nouveauté quoi ;-) !

Qu'est donc devenue l'auteur après le passage de la marée ? Hé bien elle continue à proposer un vrai contenu de Fantasy original avec ses différents types de Magiciens, spécialisés dans le Soin, la Forêt, la Vie ou encore la Mort. Bien exploité, son univers de Médiéval-Fantasy est de plus en pleine période de crise, une terrible pandémie est en effet à l'œuvre depuis trois ans, tuant plus d'une personne sur deux et sans remède existant et en train de rebattre les cartes politiques.

Or l'héroïne, Avry, est au cœur de ce drame : Magicienne Guérisseuse, elle est pourchassée, comme tous ces Magiciens car tout le monde est persuadé que les Magiciens sont responsables de la pandémie. Aidés en cela par la forte récompense promise par le Roi Tohon pour leur exécution.
Le début du roman met en scène la capture finale d'Avry, incapable de s'empêcher de sauver le bébé de ses logeurs, atteint d'une sorte de pneumonie à l'issue fatale. Avry sait fort bien qu'elle doit tout de suite s'enfuir après de tels actes de charité, mais la pneumonie du bébé (oui, ces magiciens soignent en absorbant maladies et blessures dont ils se remettent très rapidement) la retarde fatalement ...
Rassurez-vous lecteur, car ce n'est que le début du livre, il est en effet fort possible qu'une petite troupe soudée autour de Kerrick d'Alga lui vienne en secours.

Il faut dire que Kerrick a un gros problème, il croit fermement que les quinze Royaumes se dirigent droit vers une franche dictature, et que seul le Prince Ryne est capable d'arrêter le Roi Tohon dans son entreprise.
Hélas Ryne est actuellement en animation suspendue, ayant contracté la maladie incurable. Une solution existe pourtant, mais elle coûte la vie au Magicien Guérisseur ... et voilà le moteur principal de l'intrigue. Bien entendu, Kerrick ne connaît pas le coût de cette guérison, mais le roman sous-entend mal-habilement que beaucoup sont au courant.

Kerrick, sa bande de soldats profondément infiltrés en territoire hostile, et Avry vont donc devoir rejoindre le royaume de Ryne, traqués par des bandes de mercenaires et les différentes armées qui sont hostiles au Prince. Mais le facteur sans doute le plus handicapant est la présence d'une femme, vous savez bien comment une femme seule peut modifier la dynamique d'un groupe d'homme et c'est assez drôle de la voir les apprivoiser les uns après les autres, sauf le chef, bien sûr, Kerrick.
Pour Kerrick seul compte la guérison de Ryne, et la violence stupide et inacceptable à laquelle il recourt envers Avry aurait dû rendre impossible tout engagement émotionnel, tout comme une rupture passée très douloureuse.

Vous aurez deviné qu'il y a de quoi être déçu de ce point de vue là et qu'il faut encore une fois regretter les stéréotypes incroyables qui règnent dans ce genre ... j'espère que mon genre de prédilection (SF/Fantasy) n'est pas affligé des mêmes maux pour des lecteurs extérieurs au genre ... mais je n'y mettrai pas ma main au feu.

Il n'en reste pas moins qu'en dépit de ces faiblesses sur les personnages cet auteur a le bon goût de produire des univers originaux de Fantasy, une intrigue intéressante et des héroïnes déterminées et capables.
Veuillez noter que ce livre ne se suffit pas à lui-même et que plusieurs suites seront sans doute indispensables, on pense en particulier au mystère des Peace et des Death Lilys, sorte de plantes géantes douées de mobilité et capables d'engloutir un homme dans ses pistils ... et de le tuer !
Lu en américain.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 12, 2014 1:18 PM MEST


La Prophétie du royaume de Lur, Tome 1 : Le mage du prince
La Prophétie du royaume de Lur, Tome 1 : Le mage du prince
par Karen Miller
Edition : Poche
Prix : EUR 9,98

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Pas mauvais, mais pas franchement bon, 4 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Prophétie du royaume de Lur, Tome 1 : Le mage du prince (Poche)
Tout d'abord il faut signaler une magnifique couverture.
Le début est assez agréable avec un personnage de pêcheur, Asher, dernier garçon de la famille, sans espoir d'héritage voire même de considération mais rusé et conscient de sa valeur. Bien entendu il décide de monter à la capitale et de revenir dans un an, fortune faite pour aider son père.

On s'écarte heureusement ici de la vulgate faisant de ce type de personnage un naïf qui se déniaise (ou grandit) à mesure que les épreuves lui tombent dessus. On assiste même à l'exact contraire, Asher est tout de suite engagé par le fils du Roi-Sorcier pour s'occuper de ses étables et chevaux. Un petit mot sur le contexte s'impose maintenant, le royaume est dirigé par une race non-autochtone, les Doranen, qui sont les seuls à être capable de magie.

La magie du Roi et de son magicien permet de protéger le royaume d'une météo catastrophique et du Mal-de-derrière-les-montagnes. Malheureusement l'hériter du Roi, le prince Gar, est dénué de toute magie. Après avoir apprécié l'indépendance d'esprit d'Asher et son franc parler (limite irrévérencieux), il le fait rentrer dans son cercle de familier. Parallèlement, Asher est surveillé par une secte qui le considère comme le futur sauveur du royaume. Les Dialogues sont vivants et bien faits, mais au fur et à mesure que les pages défilent, les questions qui se forment naturellement ne trouvent pas de réponses.

Quelles sont les relations des autochtones avec les Doranen ?
D'où vient la magie des Doranen ?

Et puis la perfection des personnages finit par agacer, que ce soit le Prince ou même Asher qui, malgré son changement radical de fortune et d'environnement social, reste identique à lui-même, à son langage et à ses manières. Quant à la romance, elle est tellement téléphonée qu'on attend impatiemment la conclusion !
Un livre pas désagréable mais sans beaucoup d'intérêt, 2.5 étoiles
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 6, 2014 6:14 PM MEST


Talus and the Frozen King
Talus and the Frozen King
Prix : EUR 5,26

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Le Détective du début des temps, ***1/2, 1 avril 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Talus and the Frozen King (Format Kindle)
Je m’étais préparé à lire une Fantasy de type celtique, peut-être, sous un climat réfrigérant. Et bien, presque tout faux ! Il s’agit en réalité d’un roman de détective, sous un climat polaires en des temps préhistoriques et surtout sans autre Imaginaire que justement l’imaginaire des peuples de l’époque qui voyaient des Dieux partout.

Rencontrez donc le dénommé Talus, triclassé Barde/Conteur/Détective, et son fidèle compagnon, un peu lent à la comprenette, Bran.

Talus et Bran se sont rencontrés lors d’événements traumatisants et cheminent depuis ensembles. Talus ayant promis plus ou moins le Walhalla à Bran qui justement se demande au début du livre ce qu’il fait dans cette galère.

Car Talus et Bran s’engagent de plus en plus au Nord, vers des contrées totalement inconnues. Et pourtant l’Homme y vit aussi, et c’est sur la petite île de Creyak que le Roi Hashath et ses six fils a installé et surtout décrété son p’tit coin de Paradis autonome.

Mais dans tout paradis existe un serpent, celui-ci vient de tuer le Roi et sur ce nos deux héros arrivent …

Et bien entendu, entre les exilés de Creyak, le Shaman étrange et les traumatismes endurés par les fils du Roi, il y a pléthore de suspects.

Nous entrons donc dans ce qui doit être une des premières enquêtes rationnelles du Monde, avec Talus dans le rôle de Sherlock Holmes et nous voyons se défaire devant nous tous les petits secrets de cette île préhistorique.

Sans être aucunement spécialiste de la période, j’ai trouvé la culture, les Mythes et les traditions de l’île fort plausibles et intéressants, ce qui m’a plus gêné c’est plutôt l’extrême rationalité du Barde Talus, toujours en avance d’un coup sur tout le monde, se comportant de façon assez arrogante, bref en prétendant maîtriser totalement la situation.

L’auteur fait certes comprendre régulièrement que cette attitude permet à nos deux compères de ne pas servir de boucs émissaire, l’impression reste néanmoins présente.

Cependant ne faisant pas partie du lectorat naturel de cet étrange croisement, je ne peux qu’en souligner la qualité sans avoir vraiment adoré.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 4, 2014 11:23 AM MEST


La paille dans l'oeil de Dieu
La paille dans l'oeil de Dieu
par Larry Niven
Edition : Poche
Prix : EUR 9,98

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le meilleur Space-Opéra et rencontre Extra-Terrestre que je connaisse, 23 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La paille dans l'oeil de Dieu (Poche)
Quand on y pense, ils ne sont pas si nombreux les romans mettant en scène un premier contact entre les humains et les extra-terrestres. Et dans la SF moderne, plus repliée sur l'Homme, ce n'est plus du tout à la mode. Reste ce livre, à la charnière de deux époques, avec la volonté de traiter du sujet ET avec un niveau de qualité caractéristique de l'amélioration littéraire de la SF.

Tout d'abord le background est impeccable puisqu'il réutilise celui développé par Jerry Pournelle pour son histoire du futur (CoDominium, n'y allez pas, tout seul Jerry Pournelle ne sait pas écrire de bons personnages). Le lecteur a donc l'impression agréable de rentrer dans un univers social, politique et scientifique cohérent. Nous nous situons donc au début du Second Empire de l'Homme ... le Premier ayant atteint des sommets de développements avant de s'effondrer. C'est d'ailleurs une volonté délibérée des auteurs que de ne pas produire un n-ième système politique corrompu du fait de sa trop longue existence mais de proposer les début d'une aristocratie/noblesse qui avant d'avoir des privilèges avait des devoirs.

Le réalisme technologique, qui pour moi est fondamental en SF puisqu'il permet de fixer des limites, est remarquable. En effet à part les inventions du moteur stellaire, du champ Langston et l'usage supposé de la fusion, les contraintes physiques sont bien comprises et utilisées.

Quant aux extra-terrestres, les Moties, je n'ai pas souvenir de livres ayant autant développé la biologie, la société ou la technologie d'une autre race. Tout ce background sera ensuite lentement distillé aux personnages humains à mesure que leur compréhension des Moties s'accroît. Lentement, car les Moties ont beaucoup de choses à cacher ... et heureusement les auteurs ne nous font pas le coup du point de vue opposé qui aurait gâché la surprise.

Vous trouverez donc dans ce livre de l'exploration, de la diplomatie, de l'infiltration, un peu de trahison et de l'amour même ! Vous y découvrirez l'Autre, et vous comprendrez, une fois de plus, que entre l'Homme et le Motie, il n'y a pas de Méchants ... même si de génocide on discutera :-(

P.S. Amazon ayant décidé de séparer de nouveau (pff !) les commentaires entre édition grand format et poche, je remets mon appréciation d'origine.


AccuWeather for Android
AccuWeather for Android
Prix : EUR 0,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Mon application météo préférée (je l'ai achetée), hélas peu compatible avec d'anciennes plateformes, 12 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : AccuWeather for Android (App)
Bon, d'un côté c'est un peu de ma faute, posséder aujourd'hui un smartphone sorti en 2011 c'est anti-commercial !
Et oui, avec un smartphone pas à la pointe et une vieille version android (2.3), cette application n'est tout simplement pas utilisable, sauf bien sûr si vous avez du temps devant vous.
Et pourtant après de longues recherche c'est toujours celle-là que je préfère, surtout pour son ergonomie sympathique parce que il est difficile de comparer la qualité météo réelles de toutes ces applications, il faudrait travailler chez Météo France pour cela.
Alors vous me direz que pour afficher la météo on a absolument besoin de la capacité informatique des premiers Supercalculateurs de l'histoire (Cray) ?
Hum, c'est quand des jeux récents bien codés tournent de façon correcte sur mon smartphone que je me mets à douter ...


The Girl With All The Gifts
The Girl With All The Gifts
Prix : EUR 8,49

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un livre qui vous attrape par les sentiments, 24 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Girl With All The Gifts (Format Kindle)
Une part de l’attrait de ce livre repose sur la compréhension graduelle du monde dans lequel se déroule l’histoire ainsi que de la nature des protagonistes. Je vous révélerai donc simplement que nous nous trouvons en Grande-Bretagne, vingt ans après un cataclysme ayant décimé une grande partie de la population et détruit la civilisation.

Les survivants dont nous faisons la connaissance vivent et survivent manifestement dans un avant-poste militaire. Mais il est difficile de se faire une idée très claire de cet environnement, car le narrateur est à la fois trop jeune, dix ans, et peu informé.

En effet, la jeune Mélanie ne sort de sa cellule individuelle que pour aller à l’école et y retrouver ses camarades. Qu’ont donc fait ces enfants pour être ainsi emprisonnés ? Et que d’extraordinaires précautions employées par les soldats chargés de les amener à l’école. Pourquoi est-il besoin de les attacher sans cesse ?

Mais qu’importe, car Mélanie ne se plaint pas de son sort, d’ailleurs en a-t-elle connu d’autre ? Et puis sa vie n’est pas exempte de moments de joie. En particulier lorsqu’elle va en classe, mais surtout quand elle y retrouve sa professeure préférée, Mlle Justineau.
Mlle Justineau, qui remplit un petit cerveau assoiffé de savoir mais qui peuple aussi l’imaginaire de Mélanie de contes et de mythes.

Bien entendu la routine de ce petit monde ne pouvait pas durer et un jour ce fut au tour de Mélanie de ne plus revenir en classe …

Mélanie sera alors brutalement projetée dans le monde des adultes et fera lentement le chemin, inacceptable pour elle, que le lecteur aura lui fait plus rapidement. Ce livre pose, comme beaucoup d’autres, la question de la fin et des moyens, en le résolvant d’ailleurs de façon fort originale.

Mais la colonne vertébrale du livre, son côté lumineux reste l’amour et la confiance aveugle d’une petite fille en un adulte, qui lui rend autant. Difficile de résister à l’adulation d’un enfant.
Cette relation sera mise à l’épreuve de la traversée d’un pays à la fois vide et terriblement dangereux. Et à cette occasion les seconds rôles un peu caricaturaux du début de l’histoire, comme la scientifique Caroline Cadwell ou le sergent Park, vont prendre de l’épaisseur.

Vous pourriez renâcler à l’usage déloyal fait des enfants en soupçonnant la manipulation émotionnelle, j’ai même lu sur le web que le traducteur sollicité sur ce texte n’avait pu se résoudre à affronter cette émotion.

Vous serez peut-être rassuré de savoir que l’usage des enfants est propre à l’intrigue sous-jacente. De plus, au contraire de la plupart de mes incursions en territoire jeunesse, j’ai trouvé le mélange de naïveté, d’aveuglement, de certitudes et d’amour inconditionnel chez cette jeune fille brillante d’une dizaine d’année plutôt crédible.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 27, 2014 9:17 PM CET


Charming
Charming
Prix : EUR 6,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un beau gosse, une vierge guerrière et des monstres, plein de monstres vraiment monstrueux, ça change !, 14 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Charming (Format Kindle)
Il y a des Monstres parmi nous … mais ça vous le saviez déjà, avec tous ces romans à deux balles qui vous abreuvent de Vampires, Loups-Garous et maintenant de Zombis.

Vous savez que, heureusement, les Forces du Bien se sont levées contre ces immigrés illégaux du Monde Paranormal pour les renvoyer chez eux, de préférence par la porte Mort.

De ce point de vue, ce roman ne sort guère du lot. Ah si, il y a une petite différence, l’auteur est un garçon. Je ne sais pas si ça change quelque chose. L’autre différence est que j’ai bien aimé ce bouquin … et je ne sais pas très bien pourquoi en fait !

En effet tous les poncifs du genre sont utilisés, par contre, l’auteur sous-entend qu’il y a une explication. Et ça c’est vraiment important, en tous cas pour moi. Car quand un auteur utilise flegmatiquement notre monde actuel qu’il peuple de créatures surnaturelles sans lever le petit doigt pour expliquer pourquoi personne ne s’en rends compte ou que c’est comme ça depuis toute éternité, moi ça m’énerve, grmpf.

En plus, il ne m’en faut pas beaucoup, sur un premier roman comme ça il a suffit que l’auteur parle d’un sort camouflant la réalité jeté par le Roi des Elfes (peuple ayant quitté notre réalité), la Pax Arcana.

Ce même sort a fait des anciens Templiers un ordre combattant destinés à combattre les brèches que les créatures surnaturelles font régulièrement dans la fabrique du monde. Mais savez-vous que c’est aussi une compulsion, que John Charmant ressent à chaque fois que les monstres sortent de l’ombre ?

Bien sûr, il y a un truc et on apprend rapidement que Charmant n’est pas en odeur de sainteté auprès de ses anciens camarades Templier, et avec raison d’ailleurs. Voyez-vous, John a été contaminé et se transforme petit à petit en ce qu’il est sensé combattre. Ce n’est la faute de personne, ce qui rend la situation d’autant plus dramatique et ne l’a pas empêché d’être expulsé de l’Ordre qui l’a élevé après la mort de ses parents.

Charmant est donc perpétuellement en fuite et il redoute de s’engager de nouveau dans une relation qui serait toujours menacée d’un drame. En fait John Charmant, tout beau gosse intelligent qu’il soit, s’étiole doucement, faute de contact humain.

Bien entendu, la rencontre avec Sig, blonde alpha-femelle à la tête d’un gang hétéroclite de chasseurs de monstres débutants, va dynamiter tout ça. D’autant plus que l’attraction entre eux est immédiate. Mais Sig est déjà liée à … tiens une autre forme d’Abomination d’ailleurs, et sa rigide intégrité exige qu’elle fasse d’abord le point sur une relation … pas terrible.

Ce qui laisse largement le temps à son boyfriend de tenter de régler le problème … à la source.

Trahisons, triangle amoureux, coups bas et scènes de combat vraiment bien réglées plus l’utilisation de Mythologies en provenance du monde entier, très rarement utilisées dans ce genre, font que j’ai tout simplement fini par croire en ce Monde.

Et ça c’est cool !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 7, 2014 7:59 AM MEST


The Shape of Desire
The Shape of Desire
Prix : EUR 4,18

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Le Loup-Garou est certes sexy … mais il n’est pas souvent avec sa femme, 25 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Shape of Desire (Format Kindle)
Je ne suis pas expert en Loup et autres Lapins-Garou, mais ce que j’ai pu en lire jusqu’à présent m’a encore plus ennuyé que les histoires standards de zombie. Le présent roman m’a également ennuyé, notez-le, mais pour d’autres raisons bien plus honorables.

En effet je ne peux que saluer l’originalité de ce roman qui est tout simplement d’admettre l’existence des « Changeurs de Forme », Révolutionnaire non ?

Car la vie, la vraie vie, la vie normale de ces gens-là est tout simplement im-po-ssi-ble. Comment voulez-vous travailler quand vous risquez de disparaître à n’importe quel moment ? Comment voulez-vous simplement avoir des amis sans pouvoir leur révéler le fait le plus important de votre existence ? En disparaissant sans raison ?

Car les Garous de l’auteur subissent leur état, comme leurs propres parents avant eux. Mais la société est de plus en plus envahissante, exigeante, les zones naturelles ne cessent de reculer devant les routes et l’urbanisation. Être Loup-Garous n’a jamais été aussi difficile.

Et pourtant ... Dante est tombé amoureux d’une femme normale, Maria, qui l’a accepté tel qu’il est. C’est d’ailleurs le thème central de ce livre que la vie d’une femme qui ne vit que pour les périodes où Dante est humain avec elle.

Le reste du temps, elle s’éteint et redoute que la forme animale de Dante ne tombe sous les coups de fusil ou les roues de quelque voiture. Le reste du temps, elle vit une vie professionnelle normale de comptable au milieu de collègues auxquelles elle a toujours caché son histoire d’amour.
Et c’est bien le problème que j’ai eu avec cette histoire, l’aspect surnaturel est presque totalement escamoté, avec talent certes, mais la vie de Maria, finalement, ne m’intéresse pas …

Du même auteur, j'avais beaucoup plus apprécié The Shape-Changer's Wife, que je vous recommande.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 17, 2014 9:43 PM CET


The Lost Stars: Perilous Shield
The Lost Stars: Perilous Shield
Prix : EUR 9,13

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Est-il possible de construire la paix avec ceux qui ont fait la guerre ?, 23 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Lost Stars: Perilous Shield (Format Kindle)
Ce second tome prend la suite de L'honneur terni qui exposait la très difficile situation de Midway. D’un monde soumis à une dictature manifestement plusieurs fois centenaire qui tente de retrouver des formes de liberté.

Il est cependant délicat d’exploiter une situation originale quand cette originalité a été éventée, forcément, lors du premier roman. Je dirai que l’auteur s’en tire plutôt bien en renouvelant la nature des menaces qui pèsent sur Midway et en rajoutant régulièrement du background.
Que se passe-t-il donc ?

Les Syndics n’entendant pas lâcher Midway ont envoyé une flotte contre laquelle les forces de Midway sont totalement inadéquates, heureusement un Héros passait par là pour retourner chez lui.
Vous le connaissez, c’est un certain Black Jack !

Black Jack dont vous avez suivi les aventures dans Gardien, vous avez donc hélas le synopsis d’une partie des événements du présent tome, même si ces mêmes événements sont vus du côté des ex-Syndics.
Jack Campbell tire toujours excellemment partie de cet entre-deux, ce n'est plus la guerre mais c'est loin, très loin d'être la paix. Beaucoup aimeraient d'ailleurs qu'on en revienne à cette guerre, en particulier les chefs Syndics dont les provocations ont toutes ce but là.

Sur Midway la situation se dégrade également, des groupes inconnus menacent la Révolution toute fraîche et tentent d'assassiner les deux Leaders. Des Leaders dont l'entourage proche n'a pas toujours réellement adhéré à la politique de coopération menée par ceux-ci.

La Paix et la réconciliation est décidément bien difficile à décréter, on soupçonne un peu tout le monde de tenter de mettre le bazar, même si l'implication des « Serpents » survivants est une certitude. Et si en plus les sentiments viennent compliquer tout, vous en viendrez à soupçonner Jack Campbell à verser dans le roman psychologique.

Vous n'auriez pas tort, il lui faudra cependant à l'avenir parvenir à faire ressentir les sentiments de ses personnages plutôt que de les fournir au lecteur sous forme de monologue. Mais heureusement lecteur, vous verrez de l'action … avec la patte de l'auteur : la surprise tactique !

Toujours intéressant mais celui-ci est un peu moins captivant que la série principale.


Adrift on the Sea of Rains
Adrift on the Sea of Rains
par Ian Sales
Edition : Broché
Prix : EUR 4,98

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Une histoire très forte gachée par une narration ultra-plate, du jargon et une fin forcée, 22 janvier 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Adrift on the Sea of Rains (Broché)
Sur cette autre Terre, les Américains se sont installés sur la Lune. Le programme Apollo ne s’étant pas arrêté à sa 17ème itération, comme chez nous.

D’un autre côté, chez nous, les USA et l’URSS ne se sont pas foutus sur la gueule comme sur cette autre Terre.

En conséquence vous aurez droit à une histoire avec 8 astronautes dedans, les derniers humains de l’univers. Sans femmes, mais c’est pas grave, car de toute façon la nourriture ne durera pas très longtemps. Ça fait quand même deux ans que la Terre est devenue une boule marron, pourtant l’espoir n’est pas mort. Le dernier envoi vers la Lune y avait amené un Générateur de Champ de Torsion, nom barbare pour un objet en forme de Cloche, développé par les Nazis et que le scientifique de service essaie depuis lors de faire fonctionner.

En effet, il semblerait qu’ayant perdu la guerre, les Nazis aient tout simplement essayé de changer d’univers pour trouver celui dans lequel ils auraient … gagné !

Mais l’espoir a largement disparu, la Cloche fonctionne, certes, mais ne parvient pas à trouver un Univers où la Troisième Guerre Mondiale n’est pas advenue.

Vous aurez donc droit à la description du fonctionnement de cette base par son chef nominal, Vance Peterson, qui n’a de chef que le nom, tant seul l’existence d’un futur peut permettre l’obéissance. Chacun s’est enfermé dans ses propres névroses, celle de Vance est de parcourir la surface de la Lune.

Nous avons droit à les descriptions des autres astronautes mais d’une façon indirecte par les pensées et le compte-rendu de Vance de ses interactions avec ceux-ci. Ce qui en fait un livre incroyablement plat, aussi mort que la Terre.

Sans doute est-ce voulu, mais la lecture n’en est pas facilitée. L’abus d’abréviations techniques, sans doute fidèles à la réalité, n’aide pas non plus.

Et il faut dire également que la fin est forcée et peu crédible.

Mais je voulais la connaître !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (10) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 27, 2014 7:39 PM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20