Profil de Clitandre > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Clitandre
Classement des meilleurs critiques: 294
Votes utiles : 1386

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Clitandre (Ste Livrade sur Lot, France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (TESTEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-16
pixel
Cours sur la perception (1964-1965)
Cours sur la perception (1964-1965)
par Gilbert Simondon
Edition : Broché
Prix : EUR 29,00

5.0 étoiles sur 5 Comment se construisent les perceptions (en acte), 8 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cours sur la perception (1964-1965) (Broché)
La publication de ce cours de Psychologie Générale donné à la Sorbonne il y a cinquante ans est une très bonne initiative : elle surprendra très agréablement, comme une résurgence inattendue, les survivants de ces études de psycho antédiluviennes (avant 68) et permettra à ceux qui ne connaissent de Simondon que le "Mode d'existence des objets techniques" de retrouver tout un autre pan de sa vaste érudition et de ses réflexions. (je préfère ne pas penser aux apprentis psychologues actuels : apparemment, Simondon intéresse un groupe de philosophes, tant mieux).
Le cours est divisé en cinq parties de longueur très inégales :
I.(95 pages) La perception dans la pensée occidentale : L'Antiquité, la perception comme instrument de connaissance ( Platon, Aristote, Epicuriens et Stoïciens), puis la période Classique, la perception comme opération (Descartes, Spinoza, Hume, Kant) et enfin les théories modernes, la perception comme fonction et effet (Maine de Biran, Bergson, puis les approches expérimentales et la psychologie de la Forme)
II.(80 pages) Rôle et sens biologique de la fonction perceptive : la perception parmi les autres fonctions de l'organisme, les aspects physiologiques des fonctions perceptives, et de la sensibilité (visuelle, auditive, statique, tactile, thermiqe, chimique, olfactive..)
III.(75 pages) Perception et information : la perception du mouvant, de la forme, de l'espace, de la durée
IV. (15 pages) Perception et affectivité : importance des effets de contexte et de la motivation
V. (10 pages) Perception et activité : conséquences pratiques pour la technologie humaine

il y a des chapitres dont on dont voit tout de suite qu'ils correspondent à des préoccupations typiquement Simondiennes (par exemple le dernier) mais l'ensemble de ce cours représente un travail de synthèse absolument énorme, tant du côté de la philosophie, que dans la consultation des travaux des expérimentalistes ou biologistes.. jusqu'à 1963. (dessins, croquis et graphiques illustrant les phénomènes étudiés sont regroupés en une dizaine de planches à la fin);
Merci aux P.U.F.


L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information
L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information
par Gilbert Simondon
Edition : Broché
Prix : EUR 37,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Original, complexe, passionnant et lumineux, 5 novembre 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information (Broché)
L'oeuvre de Gilbert Simondon a été occultée pendant une cinquantaine d'années par les deux rouleaux compresseurs qui ont laminé le champ des "sciences humaines", le Marxisme et la Psychanalyse. Merci aux éditions Jérôme Millon (qui éditent d'autres précieuses pépites) de nous redonner ce très impressionnant travail de thèse, datant de 1958, de Simondon.
A cette époque et jusqu'en 1968, la Psychologie Générale était un certificat de la licence de Psychologie (en faculté de Lettres) et se basait sur l'étude des grands textes philosophiques.... (nous n'en n'étions pas plus malins, ni "meilleurs" psychologues, seulement peut-être moins rebutés par certaines difficultés abstraites)
Dans "L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information", Simondon construit, avec toutes les subtilités d'une pensée libre, indépendante, très solidement nourrie de toute cette tradition, mais aussi avec une exigence mentale personnelle méthodique sans faille, une conception à la fois globale et synthétique de la question de la genèse de l'individu. Il est impossible de rendre compte de ces cinq cents pages en quelques phrases simples.
Chacun de nous devient à la fois un être singulier (et qui en général tient beaucoup à cette singularité) et devient aussi en même temps un individu qui se reconnait en autrui. Simondon s'attache principalement à démonter pièce par pièce et étape par étape ce double processus d'individuation (générique) et d'individualisation (particulière). L'étude des mécanismes de la perception tient une place centrale.
L'attention est une question de bonne volonté : si l'on accepte de se saisir des quelques concepts que Simondon a été amené à forger pour développer ses observations et articuler ses réflexions, alors l'aventure intellectuelle dans laquelle il nous entraine s'avère passionnante. La lecture du livre produit lui-même l'effet dont il parle : il ne prouve rien, il s'éprouve; sa valeur "formative" tient dans la forme qu'il donne aux informations qu'il propose et en est inséparable.
D'autres ouvrages de Simondon sont maintenant disponibles (enfin !) et bien sûr il y a toujours son autre grand livre "Du mode d'existence des objets techniques" déjà réédité plusieurs fois ! (un autre commentaire semble confondre les deux... dans "L'individuation à la lumière des notions de forme et d'information" il n'est pas vraiment question de technique...)


Ozu - Coffret en 14 films et 1 documentaire [Édition Collector]
Ozu - Coffret en 14 films et 1 documentaire [Édition Collector]
DVD ~ Yasujiro Ozu
Prix : EUR 59,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Osez Ozu !, 5 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ozu - Coffret en 14 films et 1 documentaire [Édition Collector] (DVD)
On reconnait la qualité "artistique" d'une œuvre (un roman, un film, un tableau, un concert...) lorsqu'on y perçoit la présence indissociable d'une sensibilité communicative et d'une virtuosité technique; Art = sensibilité + savoir-faire, jamais l'un sans l'autre, c'est simple; disons, si vous préférez, la technique mise au service de la sensibilité.
Avec Ozu aussi, les choses sont simples, les êtres sont simples et les situations également. Le cadre, la géométrie de l'image filmée sont d'une grande rigueur (comme un tableau de Vermeer, l'interprétation d'un concerto de Mozart par Christan Zaccharias, un sonnet de Baudelaire, une statue de Rodin, une chorégraphie de Mats Ek...) Tout est construit méticuleusement, rien n'est laissé au hasard, même pas les destinées, surtout pas les destinées.
les films d'Ozu sont à la fois très exotiques ("Quoi ? un film japonais des années Trente, en noir et blanc, et muet , c'est pas en 3D avec son Dolby ? tu rigoles ou tu aimes te faire chier ?") et immédiatement intemporels. Des classiques. Un très fort pouvoir d'évocation, d'émotion et de réflexion (ce sont des films où l'on voit souvent des personnages réfléchir et où on les comprend lorsqu'ils hésitent à parler). Des films qui émeuvent, j'insiste, parce que l'expression d'une sensibilité humaine, humaniste comme on dit, passe par une mise en forme esthétique sans négligence. Des images de toute beauté produisent des affects. Ne me parlez pas de "réalité" s'il vous plaît.
Bien sûr, il y a des gimmicks, des trucs et des tics : la caméra posée à ras du tatami, les plans fixes qui se vident de leurs personnages, la profondeur de champ en plans multiples, les encadrements de portes et de fenêtres, et encore : les mêmes acteurs de films en films, la famille sous tous les angles, le vieillissement... Mais le plaisir de la répétition en est d'autant plus intense....
Merci Carlotta ! Même sans "le fils unique", voici un très beau coffret, qui contient de précieux documents en supplément. Dans ce cas, comme pour d'autres films anciens numérisés, notre chère Carlotta a fait du très beau travail. Cela dit, excuse-moi Carlotta, mais maintenant je m'adresse à ceux qui ne connaîtraient pas encore les films d'Ozu (?!) : un autre coffret édité par Arte et qui contient 5 "derniers" films (avec son et en couleur) serait sans doute à conseiller en première approche, avant d'aborder ces trésors plus anciens. Pour en donner envie.


Les Erreurs dans la peinture
Les Erreurs dans la peinture
par Christiane Lavaquerie-Klein
Edition : Relié
Prix : EUR 40,00

2.0 étoiles sur 5 un titre aguichant, une introduction flatteuse..., 4 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Erreurs dans la peinture (Relié)
et au final, comme le dit un autre commentaire, une certaine déception. Dommage, l'idée semblait bonne, les moyens techniques ont été réunis pour produire un beau livre (a beautiful-coffee table book) mais le contenu réel est bien en-dessous de ce que les lignes extraites de l'introduction font apéritivement attendre... Tous les exemples montrés sont traités de façon superficielle, rapide et sans qu'une analyse prenne forme.
Aurait sa place dans un autre livre qui s'intitulerait "Les erreurs dans l'édition d'art"...


L'Image interdite. Une histoire intellectuelle de l'iconoclasme
L'Image interdite. Une histoire intellectuelle de l'iconoclasme
par Alain Besançon
Edition : Broché
Prix : EUR 29,00

4.0 étoiles sur 5 Un sujet et des enjeux théologiques complexes, 4 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Image interdite. Une histoire intellectuelle de l'iconoclasme (Broché)
Si l'on cherche un ouvrage spécifiquement centré sur l'épisode purement byzantin (730-843) de la lutte des iconoclastes, alors ce n'est peut-être pas ce livre qu'il convient de lire. Mais pourtant... Cet épisode n'occupe que la partie centrale du livre, est précédé par un rappel des philosophies antiques et est suivi par le devenir de l'iconographie en général, y compris de ce qu'il est convenu d'appeler l'évolution des représentations artistiques, jusqu'au vingtième siècle; Mais du coup dans ce vaste panorama philosophique, l'épisode le plus dramatique prend tout son sens et l'on voit bien que les enjeux des débats byzantins sont des problèmes appartenant à la très Longue Durée !
Ce livre est difficile à apprécier dès la première lecture, parce qu'il y est beaucoup question de théologie et que, peut-être pour fuir la complexité des problèmes posés dans ces termes, nous avons tendance à croire que c'est un domaine dépassé... sans être du coup en mesure de déceler dans les réactions actuelles iconoclastes les très anciennes (éternelles ?) exigences de pureté ou dans les nouvelles formes "d'art" des résurgences de l'iconolâtrie la plus primitive... L'histoire de la critique des images ne se répète pas, elles rebondit. Depuis les présocratiques jusqu'à Mondrian, etc...


Portraits
Portraits
par Pierre Lamalattie
Edition : Broché
Prix : EUR 9,00

5.0 étoiles sur 5 "je m'intéresse beaucoup aux humains...", 4 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Portraits (Broché)
dit Pierre Lamallatie. Deux petits textes très courts en introduction et en postface de ce recueil de portraits lui permettent d'exprimer très clairement ses positions, ses choix esthétiques et stylistiques; Mais si vous voulez profiter pleinement de cette galerie de portraits, déjà très drôle (irrésisitble) à elle seule, il faut absolument vous procurer le récit "121 curriculum vitae pour un tombeau"; A lire avant ou après, peu importe.


121 curriculum vitae pour un tombeau
121 curriculum vitae pour un tombeau
par Pierre Lamalattie
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

5.0 étoiles sur 5 Le grand Art de la Figuration, 4 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 121 curriculum vitae pour un tombeau (Broché)
On pense à Philippe Muray et à Michel Houellebecq, bien sûr, mais pas seulement : ce genre d'observations sarcastiques appartient à une longue tradition qui remonte à Juvénal et passe par Montaigne, La Bruyère, Montaigne, Gracian, puis encore Flaubert (B. et P.), Félix Fénéon (pour la concision) ou Paul Léautaud... Il suffit que vous appréciez au moins un de ces auteurs pour que le récit de Lamalattie soit votre prochain grand plaisir. Seulement dommage que le narrateur (l'auteur?) picole un peu trop, les bacchanales de pochetron ne m'ont jamais emballé. Dommage aussi (par conséquent ?) qu'il se laisse aller à employer les mots bite, con, chatte, chier.. qui gâchent un peu la sauce, inutilement. Mais nous sommes en France au XXI siècle et l'humour sans vulgarité passerait pour de la pruderie. Peu importe : le récit fonctionne bien, les descriptions sont précises, percutantes, au vitriol. L'auteur vise l'essentiel. Je suis un peu malheureux à l'idée de ne pas pouvoir offrir ce livre à des personnages de mon entourage : trop peur qu'elles se reconnaissent dans tel ou tel portrait expéditif ! Le narrateur (l'auteur ?) se présente comme un misanthrope anthropo-dépendant : Schopenhauer (qui fait partie des bons auteurs cités dans le récit) a très bien décrit ce phénomène d'attraction-répulsion dans une courte fable où il imagine une troupe de porcs-épics qui seraient en migration vers le pôle Nord : au fur et à mesure de leur avancée, le froid les amène à se rapprocher les uns des autres, mais aussitôt ils se blessent mutuellement avec leurs piquants.
Conseil pratique : il serait dommage de lire ce récit sans avoir aussi sous la main le recueil des121 portraits, édité à part sous le titre "Lamalattie, Portraits". Plaisir double et qui remet les choses en ordre : Lamalattie se présente avant tout comme un peintre.


Forme et croissance
Forme et croissance
par D'Arcy Wentworth Thompson
Edition : Broché
Prix : EUR 29,40

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Version abrégée et aseptisée, 21 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Forme et croissance (Broché)
Cette édition française de "On Growth and Form" est tout à fait satisfaisante sur de nombreux points : (1) Le format (17x21,5 cm), la typographie et une mise en page qui laisse une marge de 4 cm dans laquelle prennent place les nombreuses notes en petits caractères (au lieu de les déplacer en bas ou en fin de chapitre). (2) Les illustrations (dessins et photos en nuances de gris) ont été soigneusement traitées et reproduites (3) Le lexte est suivi d'un index et d'une table détaillée. Voilà pour la forme, évidemment importante pour un ouvrage sur ce sujet...
La traduction de l'anglais, lissée et rédigée par Dominique Teyssié donne un texte fluide et agréable à lire, bien qu'il intègre sans cesse de nombreuses citations en différentes langues (traduites dans la marge), des références et des termes scientifiques en plus grand nombre encore. Et nous arrivons maintenant à la "critique" principale : cette version n'est qu'un abrégé de l'ouvrage original, qui a connu plusieurs éditions du temps de l'auteur, l'une d'elle allant au-delà de mille pages; ici, nous pouvons en lire un tiers, 300 pages. Des chapitres entiers ont été passés à la trappe; la présentation de cette édition, par J. T. Bonner, qui en est responsable, donne de solides arguments en faveur de son élagage, essayant de nous persuader que nous avons bien de la chance d'échapper ainsi à des tunnels et des développements abscons. Nous ne pouvons que lui faire confiance...
Dans la préface de Stephen Jay Gould, intitulée "C'était un grand homme", on retrouve le style plein d'humour et le goût pour les anecdotes significatives de ce brillant vulgarisateur. Et comme pour couronner le tout, serait-on tenté de dire, il y a encore en plus un "Avant-propos" (qui aurait pu s'appeler un "Avertissement') signé par Monsieur le professeur Alain Prochiantz, grand bilogiste, académicien, lequel déploie tout son talent et met en jeu toute son autorité pour disqualifier les recherches de d'Arcy Thompson. Non, pas pour les disqualifier, n'exagérons pas, mais pour les requalifier, (avec une pique contre René Thom au passage) en mettant en garde le lecteur afin qu'il ne prenne pas les errements de d'Arcy Thompson trop au sérieux. Monsieur le professeur Prochiantz, auteur de "Géométrie du vivant", a raison : il faut toujours remettre les mathématiques d'amateur et les amateurs de mathématiques à leur place. Et quant à échafauder des théories qui ne soient pas passer sous les fourches caudines de la validation universitaire, que Dieu nous en garde !
C'est donc avec un léger sourire en coin et l’œil plissé du lecteur malicieux, à qui on le fait pas dès qu'il s'agit d'ADN, que vous aborderez enfin ce texte surprenant, baroque et un peu foldingue.


Philips HR2874/00 Mini-Blender + Mini-Hachoir Beige 350 W
Philips HR2874/00 Mini-Blender + Mini-Hachoir Beige 350 W
Prix : EUR 52,79

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Mini ? Small is not only beautiful..., 6 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Philips HR2874/00 Mini-Blender + Mini-Hachoir Beige 350 W (Cuisine)
Commentaire d'un membre du Club des Testeurs Amazon (De quoi s'agit-il?)
La caractéristique principale de de ce mixeur/hacheur, de ce blender, c'est d'être mini.
Donc, il est parfaitement adapté à une petite cuisine où on ne produit pas des plats de collectivité; Seul ou à deux, c'est très bien; attention, on ne peut travailler avec cet appareil (équipé en hachoir ou en mixeur) que de petites quantités; théoriquement un quart de litre ou 400g, mais en réalité plutôt autour du quart de litre et des 250g (suivant les produits bien sûr).
Il tient peu de place, et ce n'est pas sa moindre qualité... il n'est pas encombrant comme ces gros blenders de frimeurs.
Il est livré avec un récipient qui, une fois fermé, est transportable. les montage et démontage de toutes les pièces se fait bien sûr avec des rapides quarts de tour vissage- dévissage. pas de problème.
A déconseiller seulement aux familles nombreuses (ça n'existe plus vraiment, mais il y a maintenant des familles recomposées, dans lesquelles les enfants s'additionnent), aux collectivités (quelle idée !) ou à ceux qui voudrait s'en servir pour débiter toute la viande d'un cochon ou d'un veau entier, fraichement tué dans la cour de la ferme (ça non plus ça n'existe plus et c'est pas plus mal)


The Life and Opinions of Tristram Shandy, Gentleman (English Edition)
The Life and Opinions of Tristram Shandy, Gentleman (English Edition)
Prix : EUR 0,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 cinq étoiles pour Sterne, étoile de première grandeur, 6 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Vous connaissez la blague de matheux suivant laquelle il existe TROIS sortes de mathématiciens, ceux qui savent compter et ceux qui ne savent pas compter. Du côté des littéraires on peut dire vraiment que l'humanité se divise en deux groupes : ceux qui ont lu Tristram Shandy et ceux qui ne l'ont pas lu; cette lecture est une expérience à la fois troublante, étonnante et hilarante. Troublante parce qu'on a du mal à admettre que ce livre date du XVIII siècle (tant il est profondément moderne et inexplicablement peu connu). Etonnante, parce que l'auteur, Laurence Sterne va toujours au-delà des limites et utilise au maximum de leurs possibilités toutes les ressources de mise en question du récit linéaire et que, pourtant, malgré tous les cahots , les coups de frein brutaux, les virages inattendus et les détours imprévus, on s'attache aux personnages et à leurs lubies. Hilarant, parce que,du début à la fin tout est profondément comique, tout simplement. C'est le plus grand éclat de rire de la littérature.
Reste le problème de la langue et de la syntaxe, triturée, tordue, distendue, supendue souvent par les pieds. Ne parlons pas des inclusions, parenthèses et autres digressions, qui vont jusqu' à commencer une phrase à une page et la finir...quarante pages plus loin... Tout ceci pose des problèmes de traduction; En français je dispose de deux traductions différentes; cette édition en anglais en e-book m'a donné un excellent prétexte pour relire une nouvelle fois ce chef d'oeuvre.... A chaque fois on éprouve de nouveaux plaisirs, en plus du plaisir de répétition (bien connu des freudiens et bien sûr déjà souligné par Sterne lui-même).
Si vous aimez lire, si vous préférez Groucho Marx à son homonyme, n'hésitez plus !


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-16