Profil de encre bleue > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par encre bleue
Classement des meilleurs critiques: 90
Votes utiles : 1114

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
encre bleue (France)
(TOP 100 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Ouki
Ouki
par Sébastien Pérez
Edition : Album

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Ouki, 26 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ouki (Album)
Quand Ouki se réveille un matin, le soleil a disparu ! « Comment va faire mon peuple s'il ne voit plus rien ? » se dit-elle ! Déterminée, la petite Inuit part à la recherche de l'astre perdu avec son chien Sushi. Parcourant les immenses étendues enneigées, Ouki rencontre un pêcheur. D'un trou dans la glace, le vieil homme sort, tel un prestidigitateur de son chapeau, une quantité mirobolante d'animaux qui courent aussitôt sur la banquise, ivres de liberté... « Continue vers le Grand Nord, une légende raconte qu'un champs de soleil existe ». Elle rêve de s'évader en volant comme un oiseau, toujours plus haut, attirée par la lumière ... Ouki continue son chemin, fera d'autres rencontres qui la mèneront jusqu'au soleil, trop près de lui au risque de s'y brûler les ailes. Elle a vu les girafes de l'Afrique, des animaux étranges aux larges oreilles, elle a vu des enfants vêtus d'étoffe rouge, mais le soleil si chaud, si réconfortant finit par l'aveugler, ses ailes fondent. Elle chute longtemps pour se réveiller dans les bras de sa maman. « Les esprits sont venus te parler durant ton rêve, ma petite Ouki. Ton grand-père appelait cela un ukomiarik » lui explique-t-elle. Et c'est dans le regard de sa maman qu'elle perçoit à présent le soleil qui jamais ne l'a quittée. Voilà vraiment un très joli livre qui de toute évidence ne peut que charmer les enfants en cette période de l'année où les jours raccourcissent, où le soleil se fait de plus en plus rare. Mais où va-t-il ?! Quel enfant ne s'est pas posé la question un jour ou l'autre... « Ouki » y répond très poétiquement en évoquant très joliment le monde des Inuits, ses nuits en plein jour, ses croyances, sa sagesse. Le texte de Sébastien Perez s'allie à merveille aux illustrations de Justine Brax pour nous offrir un album d'une grande douceur et d'une belle sensibilité. A explorer avec son tout-petit sur les genoux, ou à donner à lire aux jeunes lecteurs qui pourront y rêver des heures durant, bien à l'abri dans leur chambre. Entre légendes et réalité, un voyage jusqu'au bout du monde pour suivre le soleil ou rester auprès des siens. Une prise de conscience sur la soif de liberté et les traditions qui perdurent. Un délicieux moment pour nos aventuriers de l'imaginaire !


Miki et l'étoile magique
Miki et l'étoile magique
par Stephen Mackey
Edition : Album
Prix : EUR 14,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Miki et l'étoile magique, 24 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Miki et l'étoile magique (Album)
Dans un pays lointain, au coeur de la banquise, Miki, la petite Inuit, vit dans un pays de glace et de neige. Dans son igloo, elle est accompagnée de ses amis: Pingouin et Ours Blanc. Aujourd'hui ils fêtent tous les trois leur anniversaire. Sur le superbe gâteau, les bougies sont allumées. Et chacun doit formuler un voeux secret en soufflant les illuminations. Une étoile enchantée éclate alors dans la nuit et répand sur eux une pluie de minuscules cristaux de magie. Nos trois amis verront-ils leurs souhaits être exaucés ?! Et si le bonheur le plus doux était de se contenter de ce que l'on a déjà, des amis chers qui nous entourent. Et toi, Miki, quel est ton voeux ?! « Joli clair de lune et poussières d'étoiles, flocons minuscules, partout et sans mal, je voudrais que nous restions tous amis, nous trois pour toujours, merveille et magie ». C'est craquant ce nouveau titre de Miki et l'étoile magique ! La petite esquimaude revient avec tous ses amis pour une aventure tout aussi magique que les précédentes. Entre magie et merveille, le Grand Nord aussi regorge de mille étoiles scintillantes. Tout empreint de poésie « Miki et l'étoile magique » nous parle de rêve et d'amitié sur un ton qui se veut tendre et drôle. Stephen Mackey réussit toujours à nous surprendre de la tournure des évènements car c'est une histoire pleine d'imagination aux couleurs resplendissantes et lumineuses. Des petites touches multicolores font ressortir à merveille un fond bleuté plus sombre. Un conte très attendrissant, des personnages indiciblement attachants sur fond de très belles illustrations. Nul doute, à la lecture de cet album, la magie opère pour nos jeunes lecteurs !

A découvrir : Miki et la fleur de lune


Rikimini
Rikimini
par Marie-Sabine Roger
Edition : Album

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Rikimini, 22 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rikimini (Album)
Rikimini est un petit garçon si « rikiki » que ses camarades d'école se moquent de lui par une chansonnette. Il n'a pas beaucoup d'amis, à part son écharpe, son bonnet rouge et ses moufles de laine. Pour combler sa solitude et trouver un ami, il part tous les jours dans la forêt avec ses moufles et sa grande écharpe autour du cou. Vous l'aurez compris Rikimini se sent drôlement seul... Encore plus lorsque les vacances scolaires arrivent et qu'il n'a personne avec qui jouer. Pourtant c'est au détour d'une balade solitaire dans la fraîcheur automnale que Rikimini fait une rencontre incroyable. C'est là qu'il croise, le grand « doudours » tout doux, tout roux qui va devenir son ami et son confident. A partir de ce moment-là les deux compères ne se quittent plus, et un « doudours » pareil devrait rabattre le caquet des copains de classe qui se moquent de Rikimini ! Une chose est sûre, être l'ami d'un « doudours » n'est pas donné à tout le monde. Na ! Un jour de vacances, une bande d'enfants tombe sur Rikimini et son copain. Ils découvrent tous les jeux extraordinaires inventés par le petit garçon solitaire. Ils se joignent à lui et passent, tous ensemble, la plus merveilleuse des journées. Rien de nouveau dans la thématique de l'enfant qui s'invente un copain pour combler sa solitude. Voir Mon copain secret. Toute la qualité du livre tient au talent de Marie-Sabine Roger, dans un texte plein de nuance et de poésie, fait naviguer le jeune lecteur entre imaginaire et réalité. Les illustrations d'Alexandra Huard complètent admirablement le récit, la grande forêt du texte est en fait un parc public, le « doudours » est en réalité un grand tas de feuilles mortes que le gardien du lieu a amassées. Les paysages automnaux permettent de montrer clairement le statut de héros de Rikimini chapeauté de rouge. Et d'ailleurs on ne s'y trompe pas puisque la comptine du début « Rikimini n'a pas d'amis ! Rikimini est rikiki ! » se transforme à la fin du livre en « Rikimini a plein d'amis ! Rikimini est un génie ! ». Un livre destiné à tous les riquiquis qui passeront dans le coin !


Le rêve de Mia
Le rêve de Mia
par Michael Foreman
Edition : Broché
Prix : EUR 13,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le rêve de Mia, 20 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le rêve de Mia (Broché)
Quelque part, dans un village isolé de la Cordillère des Andes, vit la petite Mia. C'est là que le narrateur de cette histoire a rencontré la jeune fille. Elle vivait avec ses parents, leur cheval Sancho et son chien Poco, dans une maison faite de bric et de broc. Elles sont devenues amies au premier instant. Avec sa famille, Mia tente de survivre aux rudes conditions de vie. Un village bidonville, peu d'hygiène, l'absence de travail ... Un tableau bien sombre, et pourtant une joie de vivre exceptionnelle émane de cette petite fille pleine d'espoir. Les éclats de rire à l'école et la chaleur du foyer sont rassurants les jours où le travail de ferrailleur de papa rapporte peu. Il y aussi Poco, son petit chien blanc, dont elle est inséparable. Ce compagnon de jeux plein d'entrain va bousculer le destin de Mia. Par un jour de grand froid, Poco s'est perdu dans la montagne. Partie à sa recherche, Mia va faire la plus jolie des découvertes. Un don de la terre. Des fleurs de neige, d'une blancheur somptueuse. Des quelques racines emportées, elle obtiendra des fleurs à perte de vue dans les plaines qui entourent le village. Sur la place du marché où le papa de Mia fait son petit commerce, les pots de fleurs vont bientôt remplacer la ferraille et offrir un nouvel horizon de vie à cette famille chilienne. Un succès dont elle peut rêver avec son papa de pouvoir se construire un jour une maison en brique. Un album plein d'émotion, récit d'un destin en toute simplicité, miroir d'un peuple, témoignage d'une vie ... Histoire vraie de la rencontre de l'auteur, Michael Foreman, avec une famille chilienne. Cet album magnifiquement illustré et mis en scène sur le mode d'un carnet de voyage, est une belle leçon de vie. Il appartient à ces livres qui nous touchent et semblent nous parler de quelqu'un qui nous est proche, quand bien même sa petite héroïne vit à des kilomètres. Parce qu'un petit rien peut changer un destin, il faut toujours croire que demain sera un jour meilleur. Une belle histoire à découvrir pour nos jeunes folâtres !


Nouk qui s'envola
Nouk qui s'envola
par Alain Serres
Edition : Album
Prix : EUR 16,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Nouk qui s'envola, 18 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nouk qui s'envola (Album)
Le père de Nouk ne veut pas qu'il l'accompagne à la chasse au phoque. Envie d'être reconnu par les siens, envie d'avoir une place au milieu des « grands ». Nouk est considéré comme trop jeune et malavisé pour partir à la chasse avec son père et son oncle. Les parents du jeune Inuit lui confient plutôt des tâches domestiques. Cela ne fait que grossir les rêves dans la tête de Nouk, qui se dit qu'un jour, « il ramènera la grande ourse du ciel. » Et si sa place était au milieu des caribous ou celui des lièvres ?! Impossible, lui répondent les animaux. « Tu as la chance d'être du troupeau de ceux qui savent penser. » Rien à faire. Son destin est d'être au milieu des humains. Il rêve d'être comme eux, d'appartenir à leur clan et d'être libre. Un jour, Nouk se transforme en oiseau et s'envole avec les oies qu'il tente de suivre dans le ciel. Ce jour-là, des chasseurs arrivent, menaçant les oiseaux de leur fusil. Nouk échappe de justesse au danger, terminant son aventure dans les bras de son père, un des deux chasseurs. Une grande étape vient d'être franchie pour Nouk. Le voilà un peu plus mûr, plus grand, plus libre. Et plus près des siens. L'auteure Nathalie Novi signe ici de très belles scènes avec des animaux mi-hommes, mi-bêtes. Les caribous notamment, car ils sont admirables et majestueux. Dans chaque univers, celui des hommes et des animaux, il y a des éléments qui mettent en évidence les liens unissant les deux. Au jeune lecteur d'observer avec minutie chaque composition, comme s'il s'agissait d'un jeu de piste. Un livre très beau et unique: les illustrations révèlent une palette de couleurs variées allant de couleurs froides à des explosions de couleurs vives qui animent le conte décoré de peintures à caractère surréaliste. Le tout aborde le thème de l'estime de soi. La composition textuelle et anaglyphe donne au récit tout le relief nécessaire afin de passer un délicieux moment pour le jeune public.


Le secret de Mikissuk : Un voyage au pays des Inuits
Le secret de Mikissuk : Un voyage au pays des Inuits
par Isabelle Lafonta
Edition : Album

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le secret de Mikissuk, 16 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le secret de Mikissuk : Un voyage au pays des Inuits (Album)
Mikissuk est une petite fille gaie, amusante, épanouie. Elle est très attachée à son grand frère, Sorqaq. Celui-ci fabrique depuis quelque temps un traîneau, ainsi Mikissuk espère secrètement qu'il l'emmènera chasser une fois le traîneau terminé. À son grand regret il lui explique qu'elle est encore trop petite pour affronter le vent du Nord. « Voyons, tu es trop petite. Sur la banquise, le vent est plus coupant qu'un couteau. Pour l'affronter, il faut être dur comme un rocher et toi, tu es douce et tendre comme une baie d'été... ». Même si elle est en effet trop petite, d'où l'origine de son nom, elle se sent forte comme du roc, et a bien l'intention de le prouver à son frère... Elle trouve une solution ingénieuse pour lui démontrer qu'elle a grandi. L'auteur met en valeur, à travers l'histoire d'une petite fille, la vie des Inuits. A la fin du livre une partie documentaire aborde le climat et la vie quotidienne de ce peuple du Grand Nord. Stéphane Barroux dont ses illustrations sont des linogravures mises en couleur à l'acrylique, nous fait découvrir des peintures épurées aux couleurs froides, rehaussées par des traits au crayon, accompagnent un texte au rythme poétique. Un bel album illustré, avec sept pages de documents détaillés sur les Inuits, une carte du Nunavut et des informations factuelles sur ce territoire, sa faune, ses traditions et ses coutumes ainsi que sur sa langue complètent le tout. Voici un voyage merveilleux au pays des Inuits pour nos jeunes lecteurs !


Les Derniers Géants
Les Derniers Géants
par François Place
Edition : Album
Prix : EUR 16,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Les Derniers Géants, 14 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Derniers Géants (Album)
Un mot de l'auteur... François Place est né en France le 26 avril 1957. Après des cours d'expression visuelle suivis à l'École Estienne, il se lance dans l'illustration. Il travaille également dans l'audiovisuel, et l'édition de la publicité. C'est en 1983 que ses premières illustrations sont publiées et il se met à écrire lui même ses textes. Son talent d'auteur se révèle avec la parution en 1992 « Les Derniers Géants » mainte fois récompensé. Un grand classique de la littérature patrimoniale. Résumé: En 1849 à Londres, dans le vieux port, un matelot vend au jeune savant Archibald Léopold Ruthmore une dent de taille impressionnante. Il étudie les gravures, fait des recherches grâce à son abondante bibliothèque, le scientifique parvient à localiser cette région qui se trouve à la source du fleuve Noir, vers la lointaine Birmanie. Il décide alors d'entreprendre une expédition. Ayant troqué le confort de son manoir anglais contre la redoutable humidité de la jungle birmane, Archibald Ruthmore et les vingt hommes qu'il a recrutés remontent le fleuve Noir pendant des jours. Le périple tournant au calvaire, plusieurs accompagnateurs abandonnent, avant que les derniers ne se fassent tuer par des indigènes sanguinaires de la tribu Wa. Unique survivant de ce massacre, sans possibilité de retraite, voilà le jeune scientifique condamné à aller jusqu'au bout de son expédition. Et sa persévérance est finalement récompensée, puisqu'il découvre des traces de pas gigantesques, qu'il entreprend tout naturellement de suivre. Entre excitation et incrédulité, le jeune savant arrive dans un véritable cimetière de géants, dans lequel il erre, un mois durant, au milieu d'os crâniens grands comme des castels. Gagnant enfin le haut du plateau, Ruthmore, épuisé, s'endort. A son réveil, quatre géants l'entourent. Archibald Leopold Ruthmore a réussi : il les a trouvés ! Sa découverte dépasse ses attentes, il découvre la civilisation des Derniers Géants. Ils sont neuf, cinq Géants et quatre Géantes. Enluminés de la tête aux pieds, y compris sur la langue et les dents, d'un embrouillamini délirant de tracés, de volutes, d'entrelacs, de spirales et de pointillés d'une extrême complexité. A la longue, on pouvait discerner, émergeant de ce labyrinthe fantasque, des images reconnaissables: plantes, fleurs, arbres, animaux, rivières, océans, un véritable chant de la terre dont la partition dessinée répondait à la musique de leurs nocturnes invocations célestes. Mais la révélation de leur existence aura des conséquences dramatiques dont le lecteur va découvrir. Mis en espace sous la forme d'une lecture spectacle intimiste, le conte de François Place résonne avec force et poésie. Cet ouvrage nous entraîne dans un périple initiatique tissé de rêve et d'émotion. La puissance de la musique, la beauté des images échappées du livre et le pouvoir des mots nous enchantent. Cette parenthèse exceptionnelle nous invite à faire preuve de plus d'humanité. Ce livre constitue un carnet de voyage, à l'image de ceux que rédigeaient les explorateurs, dans les siècles passés. Feuilleter ce très bel album sera un grand plaisir, soyez-en sûrs !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 15, 2015 9:04 AM CET


Grand Ours
Grand Ours
par François Place
Edition : Album
Prix : EUR 14,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Grand Ours, 10 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Grand Ours (Album)
En ces temps reculés de la préhistoire, la vie est rude pour le clan du jeune Kaor, qui attend tout de la Nature pour survivre et préserver l'espèce. Chasser, pêcher, voilà d'abord ce que le jeune garçon doit apprendre. Impatient de faire comme son père Wouhôn et son oncle Traho, Kaor veut brûler les étapes et suivre les grands, malgré la désapprobation de son oncle. C'est ainsi qu'au cours d'une chasse aux rennes, Kaor rencontre Tanda, la grande femelle blanche des têtes boisées, qui lui révèle qu'il est un être à part. Seul Kaor entend et comprend les esprits animaux qui règlent l'ordre du monde. Manifestement choisi par eux, Kaor entreprend alors l'itinéraire qui va faire de lui un homme, un chef et un médiateur des esprits. Quand son père meurt, Kaor est chassé par Traho qui l'accuse d'avoir détourné du clan les rennes en croisant le regard de Tanda. Il part seul avec, pour unique viatique, l'esprit de Grand Ours qui résonne en lui depuis bien avant sa naissance. Pour reconquérir la faveur de son clan, Kaor va provoquer dans sa tanière l'animal le plus terrible de la création : l'ours. Heureusement, Grand Ours veille et le sauve d'une mort certaine. Il en coûte une infirmité à Kaor : il restera boiteux toute sa vie. Toujours protégé par Grand Ours, le jeune garçon est recueilli par Frân et sa fille Thia, le vieil homme devient son maître, lui apprend les mystères de l'univers et comment communiquer avec les esprits animaux par les dessins des grottes. Devenu un homme sage, ayant su écouter les grandes voix de la Nature et des Anciens, Kaor formera un couple avec Thia et pourra rejoindre les siens. « Grand Ours » est un récit passionnant, la beauté graphique séduit par les couleurs, les formes, la composition des pages rendues plus visibles par le format de l'ouvrage facilitant l'entrée en lecture. Le texte lumineux et poétique renvoie à ces temps où tout était à inventer y compris le langage. Le jeune lecteur se passionnera pour cette histoire simple et belle, pleine de suspense et d'enseignements, et s'identifiera facilement au héros, ce petit homme qui, à l'aube de l'humanité, accomplit son destin malgré les embûches. Missions dangereuses mais gratifiantes, épreuves où se révèle la nature exceptionnelle du héros, intervention d'alliés surnaturels, c'est bien d'un conte qu'il s'agit ici et, comme tel, Grand Ours retient l'attention par les réflexions qu'il suscite. Ours est riche d'enjeux multiples qui favorisent à la fois réflexion, prise de conscience et leçons pour la vie. Au prix de son intégrité physique, du deuil et de la séparation, Kaor acquerra la sagesse et accomplira l'itinéraire qui, de l'homme primitif qu'il était, le conduira vers l'état d'homme civilisé. Grand Ours raconte l'histoire éternelle de l'enfant qui, pour devenir un homme, doit s'arracher à son enfance, vivre des expériences qui vont le construire et lui révéler « l'humanitude ». La spiritualité, dans ce qu'elle permet d'intégrer l'homme au grand cycle de l'univers, la découverte de l'art comme témoignage, transmission et spécificité humaine, l'ouverture aux autres qui favorise évolution et progrès, la nécessité de témoigner pour les générations à venir, en un mot, de s'inscrire dans l'histoire. C'est à ce titre que Grand Ours est aussi un récit humaniste. D'abord feuilleté comme un superbe livre d'images, Grand Ours ne manquera pas de résonner dans la conscience des jeunes lecteurs. Remarquable récit qui fera chavirer l'enfant dans une merveilleuse délectation.

Moi, Grand Ours,
J'étais présent dans les rêves de sa mère, le jour de sa naissance, si bien que ce petit être aie
crié avec la force des ours, la force de ceux qui comme moi dorment dans la bouche de la terre.


Le secret de Petit Ours blanc
Le secret de Petit Ours blanc
par Guido Van Genechten
Edition : Album

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Le secret de Petit Ours blanc, 8 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le secret de Petit Ours blanc (Album)
Nous sommes ici sur la banquise, et le très jeune lecteur pourra suivre les péripéties de Petit Ours blanc et de sa maman. Ceux-ci sont inséparables, jusqu'au jour où le petit ours a un secret. Petit Ours blanc d'habitude ne quitte jamais sa maman: il l'adore. Mais depuis quelques jours, il est mystérieux. Et de temps en temps, voilà qu'il disparaît: il part travailler à son secret. Heureusement que maman ours ne s'est aperçue de rien... Mais aujourd'hui, il a un recoin. Alors il invente de petits mensonges pour s'éloigner un peu sur la banquise et part travailler sur sa sculpture. Un secret qui lui prend beaucoup de temps... Jusqu'au soir où il va montrer à sa maman sa formidable surprise: deux ours polaires sculptés dans la glace, une maman ours et son ourson. Lequel des deux est le plus fier de l'autre ?! Un livre très tendre, avec une pointe d'humour bien compris par les tout-petits. Une histoire câline pour l'apprentissage de la lecture ou à lire le soir par maman ou papa. Les petits enfants aimeront ce livre où ils chercheront également Petit Ours pour le caresser, et les parents seront heureux de passer un moment de calme et de tendresse avec leur enfant comme Petit Ours avec sa maman. Le livre de tous les câlins !


Samik et l'Ours blanc
Samik et l'Ours blanc
par Emmanuel Cerisier
Edition : Album

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Samik et l'Ours blanc, 6 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Samik et l'Ours blanc (Album)
La nuit tombe sur la petite bourgade... Nous sommes au Groenland. Ici le climat est rude, surtout en hiver, quand le thermomètre descend jusqu'à -50°C. Dans le nord de ce grand pays, le soleil se cache pendant quatre mois: c'est la nuit polaire. A l'inverse, en été, le soleil ne se couche plus: à minuit, il fait encore jour. Dans une de ces maisons vit Samik, le jeune Inuit. Autrefois ses ancêtres nomades vivaient de la pêche et de la chasse. Ils habitaient des igloos, des huttes en terre ou des tentes pendant l'été. Aujourd'hui, la vie est plus facile pour Samik et sa famille. Un jour, il arrive un événement dans la vie du jeune inuit Samik. Il part aujourd'hui à la chasse à l'ours blanc en compagnie de son père et de son grand-père. Avant de rencontrer ce fauve redoutable pour la première fois, Samik devra apprendre à vivre sur la banquise, univers hostile de glace et de neige, balayé par le blizzard ou inondé de soleil. Bientôt les premières traces de l'animal se dessinent devant les traîneaux. Un port baleinier abandonné se dresse à l'horizon. Le grand ours blanc s'y cache-t-il ?! Il faut être sur ses gardes... Si l'ours échappe finalement aux chasseurs, ce sera surtout l'occasion de parler du passé, de la tradition et des changements depuis que le territoire des Inuits s'est modernisé. Ce livre est vraiment très bien conçu, tant au niveau de l'histoire adaptée aux enfants qu'au niveau du graphisme généreux en réalisme et en belles couleurs. Une aventure palpitante pour nos jeunes globe-trotteurs !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : May 30, 2015 4:12 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20