undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici nav_WSHT16
Profil de Pierre > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Pierre
Classement des meilleurs critiques: 157.339
Votes utiles : 1

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Pierre (France)

Afficher :  
Page : 1
pixel
L'art d'Hergé: Hergé et l'art
L'art d'Hergé: Hergé et l'art
par Pierre Sterckx
Edition : Relié
Prix : EUR 35,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 L'art d'Hergé: Hergé et l'art, 30 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'art d'Hergé: Hergé et l'art (Relié)
Que Les Aventures de Tintin soient une œuvre d'art et Hergé un grand artiste, cela ne fait aucun doute, et cet album est la monographie définitive de son œuvre. Depuis sa première apparition dans l'hebdomadaire Le Petit Vingtième en 1929, Tintin est devenu l'un des plus célèbres personnages de bande dessinée. C'est l'abbé Wallez, qui dirigeait la revue Le vingtième siècle dans lequel paraîtra Le petit vingtième, le supplément hebdomadaire à destination de la jeunesse. Il repère dans les dessins d'Hergé un petit garçon accompagné d'un petit chien. Ce rédacteur en chef truculent et réactionnaire conseille alors au jeune dessinateur de reprendre ce personnage. Plus de 230 millions d'exemplaires des 24 albums d'Hergé ont été publiés dans plus de 100 langues et dialectes à travers le monde. Pierre Sterckx a conçu cet ouvrage à partir des archives du Musée Hergé à Louvain-la-Neuve en Belgique. Il nous présente l'évolution du travail de l'artiste, de la simplicité de ses premiers crayonnés à l'aboutissement de sa ligne claire, des essais de mise en couleur à la maîtrise parfaite des dernières planches. Il nous donne aussi à voir les peintres anciens et modernes qui inspirèrent son œuvre. Dévoilant une facette méconnue d'Hergé, iI nous fait enfin découvrir pour la première fois certains des artistes contemporains tels Fontana, Poliakoff, Warhol ou Lichtenstein, qu'il collectionna avec passion.

Ami proche d'Hergé et spécialiste de son œuvre, Pierre Sterckx a conçu cet ouvrage, coédité par Gallimard et les éditions Moulinsart, à partir des archives du musée Hergé. Au fil des pages, on suit l'évolution de l'artiste, de ses premiers crayonnés à l'aboutissement de son art graphique. Pour l'anecdote, C'est Pierre Sterckx qui a repéré qu'à la huitième page de Tintin au Pays des Soviets un coup de vent fait se redresser la mèche assez plate de Tintin. Il faut se souvenir que Tintin, c'est un éloge du dynamisme de la vitesse qui devait fasciner les enfants de 1930. Hergé disait aussi qu'il n'était pas certain d'arriver à le dessiner aussi bien de face de profil, de dos, ou en plan large, la houppe permettait alors de le reconnaître. Bref, il suffit d'observer avec attention n'importe quelle case d'un des 24 albums de Tintin pour s'apercevoir que chacune d'elles constitue un pur joyau graphique. Pour aider à s'en rendre compte, Pierre Sterckx a eu la bonne idée d'agrandir certaines de ces cases, notamment extraites du Lotus bleu (1936), album unanimement considéré comme le premier chef-d'œuvre d'Hergé. Outre des illustrations commentées de Tintin (d'abord appelé Totor), des gamins bruxellois Quick et Flupke ou encore de Jo et Zette, on trouve également dans l'ouvrage de 240 pages des dessins de mode ou des reproductions d'affiches publicitaires imaginées par Hergé dans les années 1930. On y remarque déjà le sens de l'épure du grand dessinateur belge. Chacun des 24 albums est décortiqué et analysé. Les principaux personnages des aventures de Tintin sont également présentés en détail un par un. Pierre Sterckx rappelle aussi qu'Hergé a longtemps résisté à son éditeur pour passer à la couleur. Il céda « à contrecœur », dit Pierre Sterckx. « Pourtant, fait-il remarquer, la première aventure de Tintin éditée en couleur, en 1942, est un chef-d'œuvre chromatique ». Mais « Les accords d'azur et d'ocre de L'Étoile mystérieuse vibrent selon un climat d'abord torride, puis glacial », note le critique d'art, qui souligne que « cet accord de bleu-brun clair était celui-là même des grands peintres de la Renaissance depuis Giotto ».

La dernière partie du livre fait découvrir la passion d'Hergé pour l'art moderne. Pierre Sterckx fut l'homme qui accompagna Hergé, pendant près de vingt ans, dans l'évolution de sa collection personnelle de peinture, de l'expressionnisme au pop art, de l'abstraction au minimal art. On découvre l'admiration de Hergé pour Hans Holbein le Jeune, Ingres et Joan Miro, dont, affirme Sterckx, « il s'inspirait ». À ce propos, le critique belge démontre les correspondances entre la toile de Miro « Intérieur hollandais » dont une reproduction ornait les murs du bureau professionnel d'Hergé et la case géante de « Tintin au Tibet » où le jeune reporter se réveille en sursaut en criant « Tchang ! ». Ce très bel ouvrage écrit par Pierre Sterckx, décédé l'an passé. Le critique d'art avait connu Hergé. Il l'avait conseillé en matière d'art et avait monté l'exposition Le musée imaginaire de Tintin. C'est une anthologie d'Hergé artiste. À l'aide d'archives du Musée Hergé, il a décortiqué l'œuvre du dessinateur. Après une partie biographique, une étude des 24 albums de Tintin, et des personnages il met en perspective l'évolution du dessin d'Hergé et aussi son goût pour les arts. Le résultat impressionne par la richesse et la précision des informations. En particulier lorsqu'il démontre que les décors des aventures de Tintin se nourrissaient des propres collections d'Hergé. L'œuvre d'Hergé devrait encore se retrouver sur le devant de la scène en 2016 avec la publication du « Feuilleton intégral », une somme, coéditée par Gallimard et les éditions Moulinsart, dont l'ambition est de présenter les versions originales des Aventures de Tintin, de Quick et Flupke et de Jo et Zette telles qu'elles furent publiées dans les journaux « Le petit vingtième » ou « Cœurs vaillants » et « Le Journal de Tintin » entre avril 1925 et avril 1976. Au total, 12 volumes de près de 500 pages sont prévus et la parution devrait s'étaler sur six ans. Outre les aventures en format original (les albums sont venus plus tard et n'avaient pas du tout été prévus, racontait Hergé), ces ouvrages comprendront tout le matériel graphique qui accompagnait les histoires comme les couvertures, les illustrations annexes, les bandeaux-titres. À la fin de chaque ouvrage, des postfaces, illustrées de nombreux documents inédits et signées par Jean-Marie Embs, Philippe Mellot et Benoît Peeters qui comptent parmi les meilleurs spécialistes de l'œuvre d'Hergé, viendront compléter les œuvres présentées. Bonne lecture les amis de Tintin !


Page : 1