Profil de in-exile > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par in-exile
Classement des meilleurs critiques: 1.323.648
Votes utiles : 18

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
"in-exile"

Afficher :  
Page : 1
pixel
Love Metal - Edition spéciale digipack
Love Metal - Edition spéciale digipack

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 manifeste, 10 juillet 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Love Metal - Edition spéciale digipack (CD)
Quatrieme album de HIM, et cette fois ci le groupe finlandais n'a pas bacle l'exercice comme pour "deep shadows and brilliant highlights". Des mois de preparation, d'ecriture et d'enregistrement, mais le jeu en valait largement la chandelle (noire bien evidemment ). C'est simple il n'y a rien a jeter, tous les morceaux sont un melange subtil de paroles d'amour (et de haine et de tout ce qui fait les relations amoureuses finalement),portees par la sensibilite a fleur de peau du chant, et de musique oscillant entre rock energique (subtilement arrange) et metal (avec une touche de gothique bien evidemment).
Surtout, il y a moins de tubes (a part peut etre le morceau "buried alive by love"), et moins de morceaux penibles comme dans le precedent album. Ou plutot, il n'y a que des tubes...disons que ce disque est une merveille d'homogeneite ! Tout ce qui fait le charme de HIM est resume dans ce manifeste du love metal : belles melodies, ambiances melancoliques (mais pas depressives, comme sur "deep shadows "), voix sensuelle, energie. Tout cela ne merite-t-il pas une note parfaite ? Et bien non car il manque un petit quelque chose a "love-metal" : il s'agit d'une reprise bien entendu, car depuis "don't fear the reaper" er surtout "wicked game", on sait que ces finlandais la ont un talent fou pour s'approprier les tubes des autres et les rendre encore meilleurs !
A aprt ca, aux dernieres nouvelles, HIM est toujours le pire groupe du monde en concert. Quel gachis car quand on ecoute ce "love metal" on se dit qu'on a faffaire a un groupe de premeire classe !


Deep Shadows And Brilliant Highlights
Deep Shadows And Brilliant Highlights
Prix : EUR 9,43

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 decevant, 7 juillet 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Deep Shadows And Brilliant Highlights (CD)
quelques chansons de la trempe de celles de razorblade romance (leur album precedent), mais aussi (helas ) de douloureuses lamentations plaintives et a la longue inecoutables, ce disque est profondement inegal. Alors bien sur, des titres comme "pretending" ou "salt in our wounds" sont des classiques du groupe, et montre un joli sens de la melodie entrainante sur fond de guitares metalliques, mais franchement, qui peut s'ecouter des chansons comme "joy and sorrow" en boucle comme on a pu le faire pour razorblade romance et ses excellents morceaux ? pas moi. c'est l'album de Him que j'aime le moins. Une comparaison me vient immediatement a l'esprit : cet "deep shadows..." c'est comme un concert de Him : on achete parce que c'est Him et qu'on adore et en fin de compte on est decu par ce manque d'inspiration et ces gemissements agacants.
Heureusement, en ce qui concerne les albums, le groupe s'est rattrape avec leur dernier effort, "love metal", un manifeste tres inspire et du niveau de razorblade romance. JE le recoomande vivement. Par contre au niveau des concerts, il parait que c'est toujours aussi pitoyable !


Follow The Reaper
Follow The Reaper
Proposé par dvdpromo
Prix : EUR 34,90

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 A quoi tournent-ils donc ?, 20 mars 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Follow The Reaper (CD)
Après deux albums excellents, Children of Bodom se devait de poursuivre dans la voie de la qualité. C’est chose faite avec ce “Follow the Reaper”, qui ouvre la voie vers de nouveaux horizons.
Cet album voit le groupe finlandais évoluer et effectuer quelques corrections de trajectoire : en effet, les cotés néoclassique et black Métal sont un peu mis à l’écart, au profit d’une touche plus heavy. Cela a pour principale conséquence une meilleure homogénéité des morceaux, car là où “hatebreeder” et “something wild” digressaient parfois, “Follow the Reaper” va droit au but, en adoptant une structure couplet/break/solo/refrain (typique du heavy) très efficace. D’autre part les parties vocales s’adoucissent un peu et sont maintenant clairement mélodiques bien que toujours hurlées, ce qui est du meilleur effet. Enfin pour la première fois, un morceau mid-tempo (“EVERYTIME I DIE”) fait son apparition et démontre qu’il n’est pas forcément nécessaire d’être rapide pour être efficace.
Alors bien sûr (heureusement) , tout ce qui fait le charme de Children of Bodom, à savoir un sens inné de la mélodie accrocheuse et une volonté de mélanger les genres, est encore présent. Mais on sent que le groupe veut amener une plus grande cohérence dans ses morceaux et on a ici affaire a un gang de très bons musiciens soudés dans l’effort.
Bref, ce troisième album se veut celui de la maturité, on peut juste regretter le coté “traditionnel” ( si tant est que cet adjectif puisse jamais qualifier ce groupe de dangereux malades) de la chose, car la finition heavy est forcément un facteur limitant. Mais le dernier album en date, “Hate Crew Deathroll” vient a point nommé pour démontrer que le groupe a, avec ce troisième album, choisi la bonne voie.


Hatebreeder
Hatebreeder

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 l'album de la confirmation, 20 mars 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hatebreeder (CD)
Ce deuxième album est avec le recul (que nous n’avons pas encore pour leur dernier opus “hate Crew Deathroll”) le meilleur de Children of Bodom. Très similaire dans l’esprit a “Something Wild”, il marque avant tout un progrès : dans la production (plus propre, on sent simplement que plus d’argent a été investi dans l’affaire), la composition des morceaux et la qualité d’exécution (le chant est mieux maîtrisé et les chansons regorgent encore plus de superbes soli néoclassiques, de rythmiques ultra-rapides).
Toujours aussi énergique et directs, les morceaux vous rentrent instantanément dans la tête pour ne plus en sortir, savants mélanges d’influences variées (du Black Metal aux compositeurs classiques, pour faire court) et bien digérées. Children of Bodom assoit avec cet album son rang de groupe de tout premier plan car bouillonnant d’idées, d’énergie et possédant la maîtrise technique pour rendre justice à ses merveilleuses compositions, aussi bien sur scène que sur album.


Something Wild
Something Wild

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 un depart explosif, 19 mars 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Something Wild (CD)
Avec cet album, Children of Bodom fait très fort, et pose les premières pierres d’un édifice monumental dédié à la gloire du dieu métal. En à peine 30 minutes tout est dit, le maitre mot étant EFFICACITE.
Les soli de guitare, souvent dans un registre néoclassique, sont mélodiques en diable, et s’articulent parfaitement autour des rythmiques, des claviers et du chant. Cette façon de composer les morceaux, très “baroque”, est véritablement la marque de fabrique de Children of Bodom (la manière dont les lignes mélodiques se superposent évoque très fortement J.S Bach) , et leur leader, Alexis Laiho, impressionnant de maîtrise technique, n’aura de cesse de paufiner cette caractéristique dans les albums suivant.
Mais là où le groupe se démarque de façon indiscutable c’est dans l’alliance entre ces influences classiques, très “Malmsteeniennes” en somme, et une agressivité décoiffante : les compositions sont exécutées extrèmement rapidement, et la voix est empruntée au Black Métal. On a affaire ici à un groupe qui veut enfoncer certaines portes loin d’etre ouvertes (le cloisonnement des genres étant l’une des plaies affligeant le monde du métal, freinant la créativité des musiciens) , et qui revient a l’essence du Heavy Métal : l’énergie, avant tout. Cet album est sans conteste l’acte de naissance d’un grand nom.


Page : 1