ARRAY(0xa3d30d80)
 
Profil de Victoire G. > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Victoire G.
Classement des meilleurs critiques: 2.720
Votes utiles : 32

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Victoire G.

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7
pixel
Un monde de fous : Comment notre société maltraite ses malades mentaux
Un monde de fous : Comment notre société maltraite ses malades mentaux
par Patrick Coupechoux
Edition : Poche
Prix : EUR 9,03

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les fous y sont traités, 26 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un monde de fous : Comment notre société maltraite ses malades mentaux (Poche)
Dans une première partie très instructive, Patrick Coupechoux synthétise et clarifie "l'histoire de la folie" depuis le XVIIe siècle à nos jours. Même si parfois ardue à cause de la richesse de ses informations et des références pointues, c'est malgré tout un passage nécessaire à la compréhension du reste de cet essai et, plus globalement, de la société dans laquelle nous vivons.

Les deux dernières parties sont plus axées sur le "terrain", la psychiatrie au quotidien et les différents milieux dans lesquels évoluent les malades mentaux. Elles sont donc plus facilement accessibles au profane bien que tout autant intéressantes si ce n'est plus. Y sont particulièrement traités les thèmes de la rue et de la prison, principaux "foyers" de la folie qui recueillent ceux qui sont exclus, bannis de la société en raison de leur maladie. Quand on sait que près de 14% des prisonniers en France présentent des troubles psychotiques dont 7% de schizophrènes...

Un constat accablant malgré l'action, mise en lumière dans ce livre, de quelques personnes et lieux de soin qui changent les choses. Le travail de l'auteur est phénoménal par sa vision d'ensemble et son érudition, tour à tour critique et objectif sur des sujets polémiques (DSM, "santé mentale"...). On pourra cependant reprocher le fait de ne pas avoir profité de la parution poche pour actualiser certains propos ou statistiques. Un indispensable dans une bibliothèque pour qui s'intéresse aux sciences humaines et la maladie mentale !


Motherfucker (Tome 1-Première partie)
Motherfucker (Tome 1-Première partie)
par Guillaume Martinez
Edition : Relié
Prix : EUR 14,25

4.0 étoiles sur 5 Une BD coup de poing !, 23 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Motherfucker (Tome 1-Première partie) (Relié)
Point levé vers le ciel, blouson de cuir et béret noir, Vermont Washington est l'incarnation de l'essence Black Panther. Dans une ville (Detroit) marquée par la discrimination et la pauvreté, les séquelles faites par l'esclavagisme puis le KKK sont comme des plaies encore ouvertes desquelles s'écoulent des désirs de vengeance et de révolte.

Vision de deux radicalismes se faisant face, de deux visions des USA et du peuple noir : celui qui lutte pour ses droits et celui qui "s'écrase" devant les blancs comme au temps (révolu ?) de l'esclavage. Une dichotomie sublimée par des planches en noir et blanc illustrant les cinq premiers points du manifeste du parti des Black Panthers.

Première partie d'un diptyque, ce tome sert essentiellement de mise en place pour la suite sans pour autant nous frustrer la dernière page lue. Affaire à suivre ...


Revenants
Revenants
par Maël
Edition : Relié
Prix : EUR 18,05

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pardonnez moi parce que j'ai péché, 19 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Revenants (Relié)
Tout comme les vétérans de la guerre du Vietnam, les "revenants" d'Irak ou d'Afghanistan sont meurtris. Parfois physiquement mais surtout psychologiquement, hantés par des images de mort et de torture que leur engagement patriotique n'avait pas préparé à voir. Des souvenirs que la BD rend couleur sépia, comme le sable de l'Irak mais aussi comme le sang versé.

Alors qu'il y a chaque jour plus de 22 vétérans qui se suicident aux USA et que ces derniers représentent 1/4 des SDF, leurs familles "crient dans le désert" pour que la douleur de leurs proches soit officiellement reconnue. Une indignation sourde mais puissante contre un gouvernement qui ne veut pas les entendre et qui donne le statut de "uncounted" aux vétérans suicidés. Ils ne comptent pas, n'existent même plus dans une administration pour laquelle la guerre est un business florissant.

Un témoignage difficile mais indispensable sur la souffrance psychique des "revenants" ainsi que celle de leur famille qui ne sait pas comment les aider. Peut se lire indépendamment du documentaire "l'âme en sang" même si les deux sont complémentaires.


Chez les fous
Chez les fous
Prix : EUR 1,99

4.0 étoiles sur 5 Les fous ne sont pas toujours ceux que l'on croit, 17 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chez les fous (Format Kindle)
Ce récit effarant, bien qu'écrit il y a presque un siècle, nous met face à l'incompétence de la société dans laquelle nous vivons, face à nos propres défaillances et nos préjugés. Il malmène son lecteur et l'expose à une vérité difficile mais bien réelle.

Ainsi, les "fous" sont attachés, battus, humiliés et privés de ce que qui fait d'eux des êtres humains. Comment s'attendre alors à ce qu'ils guérissent (terme qui me semble déjà peu approprié à la maladie mentale) ? Traités comme des parias, mis dans des cases, leur réinsertion dans la "vie normale" semble alors impossible. Et comment un psychiatre peut-il croire un fou lorsque celui-ci lui dit qu'il va mieux ? Un cercle vicieux qui reste d'actualité, tous comme les mauvais traitements.

Comme souligné dans un autre commentaire, les sévices sont de nos jours bien plus "soft"... du moins en apparence ! L'entrave des membres est toujours présente mais désormais les malades sont brisés psychiquement, emprisonnés dans une camisole chimique, médicamenteuse qui les rend souvent apathiques et incohérents. Une véritable lobotomie qui ne semble servir à personne sauf peut-être au personnel soignant.

Un constat terrifiant qui devrait servir d'électrochoc (sans mauvais jeu de mots) au monde de la psychiatrie. Cela est apparemment resté lettre morte puisque les "fous" sont toujours aussi nombreux, si non plus, mais le nombre de structures pour les accueillir est en chute libre...

"Quand la fièvre nous tient, nous, gens de raison, nous avons des rêves horrifiants. L'angoisse nous étreint... mais en sursaut mouillés de sueur, nous nous réveillons. Le cauchemar est fini. Pour les pauvres persécutés le cauchemar continue toujours..."


Utopia
Utopia
par Ahmed Khaled Towfik
Edition : Broché
Prix : EUR 15,20

4.0 étoiles sur 5 Violent comme un trip sous phlogistine, 16 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Utopia (Broché)
Dans une société égyptienne en déliquescence, où n'existe plus que les très riches et les très pauvres, les seules façons de lutter contre l'ennui se résument à la drogue ou à la violence. Même le sexe semble mortellement ennuyeux pour ces jeunes friqués d'Utopia pour qui tout est aseptisé. Unique et radicale solution pour briser la routine : la chasse.

Une progression haletante dans les bas-fonds du Caire, peuplés de miséreux se nourrissant de foies de rat et de pain rassi, dont la noirceur est illuminée par la présence de Gaber l'intellectuel pouilleux et de sa soeur, Safeya. Confronté tour à tour aux pensées du "chasseur" et celles de la "proie", on se sent comme pris en otage dans un récit dont l'issue semble jouée d'avance.

Une issue qui nous glace d'effroi par l'ampleur de sa cruauté, vision d'un bras ensanglanté levé vers le ciel d'un air triomphant. Vision d'une injustice contrecarrée cette fois-ci par la révolte. Celle d'un peuple famélique mais assoiffé de vengeance. Une fin qui, on l'espère, signe le début d'une lutte.

Un "very bad trip" dont la parenté avec L'orange mécanique ne saurait être reniée, critique d'une société à deux vitesses dont l'écart entre les riches et les pauvres se creuse de plus en plus. Une anticipation qui pourrait ne pas en être une : les "gated communities" pullulent sur tous les continents (cf film La Zona, propriété privée) et la chasse au pauvre n'est malheureusement pas une idée futuriste !


Bienvenue à l'hôpital psychiatrique !
Bienvenue à l'hôpital psychiatrique !
par Philippe Clément
Edition : Broché
Prix : EUR 14,44

3.0 étoiles sur 5 Entre ironie et désabusement, 13 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bienvenue à l'hôpital psychiatrique ! (Broché)
Un témoignage intéressant sur la psychiatrie en France de nos jours. Éclairant mais aussi inquiétant : restrictions budgétaires, réduction du personnel proportionnelle à l'augmentation des malades accueillis (qui induit un sentiment d'insécurité)...

Rien de très encourageant, ni de rassurant donc, sur la façon dont sont traités les malades mentaux dans notre société. Tout est fait pour les déshumaniser et les "soins" se limitent le plus souvent à la camisole chimique et/ou à l'entravement en cas d'"agitation" de la part du patient. Mais comment ne pas être agité, voire en colère, quand une simple demande (ex : une cigarette) est refusée pour des raisons obscures, dans le simple but d'asseoir son pouvoir sur une personne à laquelle on nie tout droit ? Des abus que Philippe Clément, infirmier psychiatrique, dénonce de la part de ses collègues visiblement en mal de satisfaction et de gratification.

Malgré tout, la première partie du livre laisse espérer plus que ce qui nous est décrit. Une légère déception qui peut être compensée par la lecture plus objective de l'essaie Un monde de fous : Comment notre société maltraite ses malades mentaux de Patrick Coupechoux.

Entre rire et larmes selon les situations, présentées sous forme de scènettes, ce livre nous laisse apercevoir ce qu'est l'HP aujourd'hui et les conditions de (sur)vie des malades ainsi que du personnel soignant. A comparer avec le non moins intéressant Scènes de la vie carcérale d'Aïssa Lacheb sur la prison.


Féerie pour les ténèbres
Féerie pour les ténèbres
par Jerome Noirez
Edition : Poche
Prix : EUR 7,60

5.0 étoiles sur 5 "Il ne faut pas mettre tous ses yeux dans la même orbite", 12 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Féerie pour les ténèbres (Poche)
J'ai plongé corps et âme dans ce monde de rebuts et d'inclusions de la Technole, de phénomènes étranges et de fille aux os de plastique. On découvre petit à petit cet univers noirezien par le biais de multiples personnages que l'on retrouve de manière régulière vu que chaque chapitre à un point de vue différent.

Bien que les "héros" tracent leurs routes chacun de leurs côtés au départ, ils se retrouvent pris au coeur d'une même intrigue, témoins (plus ou moins) ordinaires d'évènements extraordinaires.

Les mots me manquent pour qualifier l'Oeuvre de Jérôme Noirez, car je ne saurais exprimer tout ce que j'ai ressenti durant cette lecture, mais je pense que ce qui est marqué à la fin de la quatrième de couv' convient : Une "oeuvre gigantesque, drôle et cruelle, aussi épouvantable qu'attendrissante, un monstre littéraire unique". Un vrai bijou ! Tant dans la forme que dans le fond !

Edit : Cette édition est complétée par trois nouvelles. Une autre bonne raison d'acheter ce livre dont le petit prix était déjà séduisant.


La solitude des nombres premiers
La solitude des nombres premiers
par Paolo Giordano
Edition : Poche
Prix : EUR 6,75

4.0 étoiles sur 5 Les rayures du zèbre, 6 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La solitude des nombres premiers (Poche)
Deux êtres blessés, renfermant en eux de lourds secrets, traversant avec difficultés l'adolescence jusqu'à l'inévitable passage à l'âge adulte. Des fragments de vie abordés avec finesse et sensibilité qui nous rendent Mattia et Alice attachants dans leur imperfection et leur singularité.

L'histoire d'une rencontre entre deux personnes tellement proches mais malgré tout séparées de manière irréversible, tels les nombres premiers auxquels Mattia accorde tant d'importance. Une histoire d'amour impossible mais dont l'espoir de voir démontrer le contraire nous fait tenir jusqu'à la fin, avant de se briser contre l'implacabilité de la vie et du temps qui passe.

La vie est dure mais il ne pouvait en être autrement. CQFD


Un sale boulot
Un sale boulot
par Christopher Moore
Edition : Broché
Prix : EUR 19,19

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Totalement déjanté !, 6 février 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un sale boulot (Broché)
Si j'ai lu ce livre c'est, avant tout, parce que j'en avais lu de bons avis dernièrement. Je dois avouer que ce n'est pas du tout le genre de livre qui m'attire de prime abord : l'humour omniprésent, le côté décalé, le cadre moderne .... Bref, le contraire de ce que j'affectionne dans la SFFF.

En effet, même si ce n'est pas ma tasse de thé ça se laisse lire sans déplaisir. Les personnages sont hauts en couleurs et leurs péripéties se suivent avec sympathie quand bien même elles peuvent paraître grotesques. Le gros plus a été les passages où les Morrigan deviennent les protagonistes car cela ajoute à la noirceur de l'histoire bien que les dialogues restent dans la même veine que le reste du roman : vraiment marrants.

Partant avec un a priori négatif, j'ai été étonnée par ce livre à la fois délirant mais qui peut aussi bien être poignant comme un mélodrame dans certains passages. Ce n'est pas le genre d'expérience littéraire que je me vois réitérer souvent mais je garde quand même de cette lecture un bon souvenir.


Le cycle de Tiamat, Tome 1 : La Reine des Neiges ; Finismonde
Le cycle de Tiamat, Tome 1 : La Reine des Neiges ; Finismonde
par Joan D. Vinge
Edition : Broché
Prix : EUR 23,18

4.0 étoiles sur 5 "Nous sommes des fantômes, des échos, des âmes perdues, prisonniers dans les limbes, des damnés de l'enfer", 6 février 2014
Achat authentifié par Amazon(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le cycle de Tiamat, Tome 1 : La Reine des Neiges ; Finismonde (Broché)
L'Eté approche, tout comme le Changement. Bientôt viendra le moment où la porte noire ne sera plus accessible aux vaisseaux de l'Hégémonie, laissant Tiamat sans domination pendant un siècle, et où la Reine de l’Été succédera au règne d'Arienrhod, la Reine des neiges après que celle-ci ait été tuée.

Mais Arienrhod n'est pas prête à céder sa place, cela fait près de 150 ans qu'elle dirige Tiamat et opprime les Étésiens. Possédant l'immortalité grâce au massacre des ondins dont on tire l'eau de vie, elle a pu échapper au vieillissement mais sait qu'elle ne peut lutter contre la venue de l’Été. Pour continuer à régner malgré tout, elle va recourir au clonage dont Moon Marchalaube sera le fruit.

A travers les regards naïfs (au début) de Moon et Sparks, on découvre en même temps qu'eux la planète Tiamat et la ville d'Escarboucle. L'écriture est fluide, poétique et le monde qu'a créé Joan D. Vinge est riche et fascinant. On s'attache facilement aux personnages, qu'ils soient principaux ou secondaires comme Jerusha et BZ. On pleure avec eux une vie qu'ils n'ont pas choisie et qu'ils ont parfois gâchée... Heureusement, quand on croit que tout est fini, perdu à jamais, on voit qu'au bout du tunnel se trouve la rédemption et la promesse d'une vie nouvelle.

On pourra par contre faire l'impasse pour Finismonde dont la qualité et l'intérêt sont mineurs.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7