Profil de Jean Pierre P > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jean Pierre P
Classement des meilleurs critiques: 139
Votes utiles : 597

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jean Pierre P (Rennes)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Stravinsky: Le Sacre du printemps, 100ème Anniversaire
Stravinsky: Le Sacre du printemps, 100ème Anniversaire
Prix : EUR 74,90

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pour les monomaniaques, 30 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Stravinsky: Le Sacre du printemps, 100ème Anniversaire (CD)
Je ne reviens pas sur ce qu'a excellement dit earthlingonfire dont je partage l'idée générale.
Mais pour les monomaniaques, voici le menu:
Antal Doráti Detroit Symphony Orchestra
Riccardo Chailly Cleveland Orchestra
Pierre Boulez Cleveland Orchestra
Valery Gergiev Kirov Theater Orchestra
Esa-Pekka Salonen Los Angeles Philharmonic Orchestra
Pierre Monteux Paris Conservatoire Orchestra
Ernest Ansermet Suisse Romande Orchestra
Rudolf Albert Suisse Romande Orchestra
Ferenc Fricsay Berlin RIAS Symphony Orchestra
Eduard Van Beinum Royal Concertgebouw Orchestra
Antal Doráti Minneapolis Symphony Orchestra
Sir Colin Davis Royal Concertgebouw Orchestra
Gustavo Dudamel Simon Bolivar Youth Orchestra of Venezuela
Bernard Haitink - London Philharmonic Orchestra / Berliner P
Vladimir Ashkenazy Deutsches Symphonie-Orchester Berlin
James Levine Metropolitan Opera Orchestra
Zubin Mehta - Los Angeles PO
M. Tilson Thomas - Boston SO
Erich Leinsdorf - London PO
Charles Dutoit - OS de Montreal
James Levine - MET O
Sir Georg Solti Royal Concertgebouw Orchestra
Sir Georg Solti Chicago Symphony Orchestra
Lorin Maazel Bavarian Radio Symphony Orchestra - Vienna Philharmonic Orchestra
Myung-Whun Chung French Radio Philharmonic Orchestra
Semyon Bychkov Orchestre de Paris
Antal Doráti Minneapolis Symphony Orchestra
Leonard Bernstein Israel Philharmonic Orchestra
Simon Rattle National Youth Orchestra of Great Britain
Seiji Ozawa Boston Symphony Orchestra - Chicago Symphony Orchestra
Herbert von Karajan Berlin Philharmonic Orchestra
Herbert von Karajan Berlin Philharmonic Orchestra 1977
Claudio Abbado London Symphony Orchestra
version deux pianos:
Andrei Gavrilov - Vladimir Ashkenazy
Güher Pekinel - Süher Pekinel
Alexander Tamir - Bracha Eden
Cerise (?) sur le GROS gateau: Concerto for Violin in D major/Samuel Dushkin - Igor Stravinsky
Orchestre des concerts Lamoureux.
Il y a quand même de belles choses, non ?
Même si on peut aussi se contenter de la version plus light de ce coffret: Stravinsky: Le Sacre du printemps, Histoire d'une oeuvre, voir mon commentaire
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : May 16, 2013 4:07 PM MEST


Korngold : Violanta
Korngold : Violanta
Prix : EUR 6,49

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un jeune épigone de Strauss, 29 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Korngold : Violanta (CD)
Violanta, composé en 1914 par un Korngold de 17 ans, est déjà son second opéra après « Der Ring des Polykrates ».
Ces deux opéras de chambre seront créés à Munich par Bruno Walter en 1916. Erich Wolfgang Korngold est alors un
jeune prodige, acclamé par Strauss, Mahler ou Puccini.
Violanta est une histoire d'amour, de vengeance, de jalousie, à Venise au XVème siècle. L'héroïne va tomber sous les
coups de son mari Simone.. Un pendant post romantique à Otello !
Korngold s'y révèle un jeune maitre d'une orchestration foisonnante et luxuriante, qui emprunte à Strauss
(on croit parfois entendre des bribes de Salomé), et à d'autres moments à Puccini.
Ce disque est, à ma connaissance, la seule version disponible de cette oeuvre.. mais nous sommes gâtés : un excellent
Münchner Rundfunkorchester dirigé par le Janowski des meilleurs jours. Siegfried Jérusalem et Eva Marton sont tous
deux superbes (le duo Alfonso / Violanta de la scène 6 est réellement magnifique, et l'on ne sait qui admirer le plus
des chanteurs, de l'orchestre ou de cette partition !).
Bien sûr, l'oeuvre n'est pas indispensable (c'est la seule raison pour laquelle je n'accorde pas la note maximale:
comprenez 4.5 étoiles),
mais une des dernières lueurs du post romantisme, cela vaut bien une incursion hors des sentiers battus


Lucia Popp ~ Scènes d'Opéras
Lucia Popp ~ Scènes d'Opéras
Prix : EUR 13,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une Reine, 25 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lucia Popp ~ Scènes d'Opéras (CD)
Encore une pépite de la collection Orfeo d'or, avec cet album, couronné en son temps (2003) par un Diapason d'or (Diapason) et un Timbre de platine (Opéra mag)..
Le détail de ces enregistrements live avec le Bayerische Staatsoper :

- Strauss - Der Rosen Kavalier - B.Fassbaender (Octavian), C.Watson (Marschallin) - Lucia Popp (Sophie), Carlos Kleiber, 20 avril 72 -c'était le soir de la première
d'une production de légende) : « Mir ist die Ehre widerfahren » (2ème acte) ; « Marie Théres' ! Hab mir's gelabt » (le fabuleux trio du 3ème acte, chanté divinement,
surnaturellement). On a du mal à se remettre de ces 23 minutes où l'on tutoie ces anges ! (pour l'enregistrement de l'intégrale, mais c'est celui d'une reprise
du 13/7/73, voir: Strauss : Der Rosenkavalier. Watson, Fassbaender, Kleiber. ou: Der Rosenkavalier. Il existe aussi un enregistrement à Monaco de 74.
Je ne parle pas du DVD: Carlos Kleiber : Der Rosenkavalier (Coffret 2 DVD) pourtant excellent (notamment LP) dans lequel la Feldmarschallin est
Gwyneth Jones. (enregistré en 1979)

- Deux extraits du Don Giovanni de W. Sawallisch (12 juillet 73) - Lucia Popp, Zerlina, avec Ruggiero Raimondi (Don Giovanni) et Enrico Fissore (Masseto)
(le « La ci darem la mano », et le « Batti, batti, o bel Masetto », c'est magnifique, même si on est un cran au dessous.

- Toujours Sawallisch (13 juillet 83) dans les Noces, Lucia Popp, Susanna dans le duo du 3ème acte ( le Comte Almaviva de W. Brendel ne démérite pas face à une
brillante Popp) et l'air de Susanne du 4ème, quelle grâce, quelle ligne vocale, quelle maitrise !

- Fidelio, sous la direction de Böhm, le 30 janvier 78 dans l'air de Marzelline (1er acte), peut-être (et pour faire l'esprit chagrin) le relatif point plus faible de l'album

- Die Lustigen Weiber von Windsor (« Nun eilt herbei ») le 15 octobre 83 (Sawallisch), superbe Lucia espiègle !

- A nouveau Strauss avec Arabella (W.Sawallisch - 25 décembre 83) avec le Mandryka de W.Brendel (un « Mein Elemer » d'anthologie et le duo Arabella-Mandryka du 2ème acte,
l'orchestre est magnifique, restituant tous les chatoiements harmoniques)

- Pour finir en beauté, l'air ("O mio babbino caro") de Lauretta du Gianni Schicchi (W.Sawallisch - 17 décembre 82), lacrymal à souhait..

Il y a beaucoup de beaux albums pour saluer la carrière exemplaire de notre Lucia qui ne fut pas qu'une extraordinaire Reine de la nuit
(par exemple Lucia Popp, The Unforgotten, qu'il faudra que je commente),
mais avec celui-ci, vous êtes assuré de l'enchantement. !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 10, 2013 6:38 PM CET


Romantische Arien
Romantische Arien
Prix : EUR 19,00

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Gerhaher impérial, 21 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Romantische Arien (CD)
C'est pour moi le disque de la consécration pour Christian Gerhaher. On sentait ce magnifique baryton, capable du meilleur depuis son «Schubert: Winterreise»,
son très beau disque «Lieder von Robert Schumann», et plus récemment l'excellent et austère «Ferne Geliebte"
sur le point de nous dévoiler toute l'étoffe de son génie.. Voilà qui est fait !.
Christian G. est ,à mes yeux, le meilleur baryton actuel (et je n'oublie pourtant pas Matthias Goërne), et sans doute le véritable candidat à la succession de Fischer-Dieskau.
Le programme présenté ici est un modèle et un régal , à commencer par un Wolfram idéal d'émotion, de plénitude,
de sentiment (une Romance à l'étoile de rêve), sous tendu par un splendide Bayerisches Rundfunk SO, conduit par un Daniel Harding qui retrouve la grâce qui l'a souvent abandonné.
Si ce n'était que pour ces deux extraits de Tannhauser, le disque mériterait l'achat..
Mais, des perles sublimes et rares, il y en a d'autres ! un extrait du Graf von Gleichen de Schubert , qu'on connaissait pourtant,..., mais qu'on n'avait
jamais vraiment entendu avant Gerhaher ; le « Wo berg' ich mich? » d'Euryanthe extraordinaire, et puis encore Schubert, Nicolaï, Schumann...tout est splendide..
Précipitez vous !! Gerhaher place la barre très haut pour le concours du plus beau récital de 2013.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 22, 2013 1:47 PM CET


The Ballad Singer
The Ballad Singer
Prix : EUR 21,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 D'excellentes raisons de ne pas faire la fine bouche.., 15 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Ballad Singer (CD)
Je ne suis pas habituellement fanatique de ces disques "patchwork" (ici: Beethoven, Loewe, Schubert, Schumann,
Brahms, Wolf, Mahler, Stanford, Sullivan, Emanuel et Porter !).
Mais celui ci a de bonnes qualités à faire valoir: Gérald Finley et Julius Drake ont, en effet, voulu
mettre l'accent sur la veine romantique du lied, peuplée de dragons, preux chevaliers, rois généreux, fantômes
grimaçants, belles princesses endormies qui rappellent la filiation populaire du lied, qu'on ignore trop souvent en France.
Ces belles mélodies faisaient les délices des veillées au coin du feu, où le ténor (le père ou le grand fils), accompagné
au piano (par sa soeur, femme, fille), s'efforçait, en surjouant parfois ses effets (comme ici Finley)de faire briller les
yeux de son auditoire.
Bien sûr, il y a le Winterreise, la Schöne Müllerin, les lamentations de Marie Stuart, les héros solitaires et désespérés et
les femmes éplorées... mais ceci ne devrait pas donner, comme c'est trop souvent le cas, une teinte uniforme, austère et
mélancolique à des oeuvres qui ne le méritent pas !
Ici, oui, on a les yeux qui brillent et on n'est ni choqué, ni surpris que le récital se termine par ... Cole Porter !
Gérald Finley et Julius Drake sont au sommet de leur forme et si on connait de plus belles interprétations, des voix plus fermes,
et des accompagnateurs plus inspirés, on passe malgré tout un très bon moment.
Textes originaux et traductions anglaises / Bon texte de Richard Wigmore, traduit dans un français "exotique".
A mon humble avis, n'hésitez pas !


Les Temps modernes
Les Temps modernes
Proposé par Expédition Express
Prix : EUR 14,17

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Modernisme et nostalgie: 4 étoiles/ Cabaret et marches militaires: 2 étoiles, 13 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Temps modernes (CD)
Amazon me rappelle que j'ai acheté ce disque en aout dernier, au moment de sa parution, et sur la foi de la bonne critique
d'Helene Cao de Diapason. Je suis un peu moins enthousiaste qu'elle.
Pourtant, il y a ici au moins deux belles découvertes (du moins pour moi) :

- L'excellent baryton de Christian Immler, ancien membre des Tölzer Knabenchor, vainqueur du concours international Nadia et Lili
Boulanger à Paris en 2001, et qui semble s'être produit en France seulement dans des répertoires qui ne me sont pas familiers
(Béatrice et Bénédict de Berlioz à l'Opéra-Comique et David et Jonathas de Charpentier pour les Arts Florissants de William Christie...)
Il maitrise parfaitement un très bel instrument, par exemple dans Korngold, avec une manifeste puissance controlée et une facilité à faire
varier les couleurs dans des lied dont les ambiances sont ici opposées. Je serais curieux d'assister à un de ses lierderabend. A suivre.

- Dans ce programme, l'autre bonheur est de faire la connaissance de Hans Gal (1890-1987) dont Immler nous donne les cinq mélodies
de l'opus 33. L'ambiance est ici post romantique, calme, nostalgique avec un beau piano qui anime le ruisseau du « Wiesenbach »..
mais le clou du récital est le « Vöglein Schwermut » qui voit, sur un piano allusif et introspectif qui fait surgir la désolation du monde,
un petit oiseau noir se poser sur les doigts de la mort. Une merveille !

Par ailleurs, .. Schreker (un excellent : « Und wie mad die Liebe » sur un poème de Rilke), Korngold(les songs of the clown op.29 d'après Shakespeare)
et Zemlinsky, dans les lied un peu mieux connus de l'opus 27, mieux interprétés ailleurs (Alexander von zemlinsky lieder)
Quant aux Goldschmidt, Grosz et Eisler où l'ambiance hésite entre le cabaret et la parade militaire..on peut passer son chemin ..


Lyric Sym/Gesangeszene
Lyric Sym/Gesangeszene
Proposé par FastMedia "Navires De USA"
Prix : EUR 32,22

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Parmi les plus beaux disques de Dietrich Fischer Dieskau, 7 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lyric Sym/Gesangeszene (CD)
On n'en finit pas de pleurer la disparition de Dietrich Fischer Dieskau dont voici, à mon avis, un des plus beaux disques.
Karl Amadeus Hartmann (1905-1963) est un cousin d'Erwin Schulhoff: adepte d'innovation musicale, de jazz, de burlesque, du dadaïsme
et de la Neue Sachlichkeit, socialiste militant, compositeur d'un oratorio sur des textes de Marx (comme Schulhoff, qui écrivit aussi
un oratorio sur le Manifeste du Parti Communiste).
Sa Gesangsszene pour baryton et orchestre (1963), inachevée, a été écrite sur l'argument de la pièce de Jean Giraudoux: Sodome et Gomorrhe
Théâtre complet de Jean Giraudoux Tome 3. Ondine Sodome et Gomorrhe L'Apollon de Bellac La folle de Chaillot Pour Lucrèce Les Gracques.
La création en a été assurée par Dietrich Fischer Dieskau, son dédicataire.
C'est une partition moderniste, d'une orchestration luxuriante, frénétique, grouillante... et magnifique!

La Symphonie Lyrique de Zemlinsky a été composée en 1922-1923 pour soprano, baryton et orchestre et nous raméne à un post romantisme matiné
d'expressionnisme qui se trouverait à mi chemin du "Lied von der Erde" de Mahler (les poèmes sont ici indiens - Rabindranath Tagore - et non chinois)
et de la "Verklärte Nacht" de Schoenberg, beau-frère de Zemlinsky. Je vis avec ce disque depuis plus de 10 ans et je suis toujours amoureux de cette version
qui associe Julia Varady et son époux, dirigés par Lothar Zagrosek. Je la trouve préférable (mais c'est vraiment subjectif) aux mêmes dirigés par Maazel
Zemlinsky : Symphonie Lyrique Op. 18. Par contre, j'adore également la version récente: Alexander Von Zemlinsky: Symphonie Lyrique Op.18
(orchestre de Paris, Christoph Eschenbach, Matthias Goerne et Christine Schäfer). J'ai moins d'appétit pour Gielen (Lyric Symphony / Lyric Suite qui
a pourtant le mérite de confronter l'oeuvre à la Suite Lyrique de Berg.
Je regrette beaucoup de ne pas connaitre la version Sinopoli - Deborah Voigt - Bryn Terfel qui n'est proposée qu'à un prix indécent..
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 13, 2013 6:53 PM CET


Out Of Nowhere
Out Of Nowhere
Prix : EUR 13,99

8 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une musique d'aliens « avec tout le confort moderne », 7 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Out Of Nowhere (CD)
Ce nouvel exemple de la musique d'Esa Pekka Salonen nous offre deux oeuvres de 2009 et 2010 :

- Un concerto pour violon dédié à (mieux, constituant un portrait de) Leila Josefowicz. Cette pièce d'une trentaine de minutes est divisée en quatre mouvements dans lesquels un violon aérien vibrionne au-dessus d'un tapis sonore (celesta, glockenspiel, harpe, vibraphone comme dans Mirage, 1er mouvement), créant une véritable transe hypnotique. Il n'est pas indifférent que Salonen ait choisi (comme souvent) le Finnish RSO pour enregistrer cette pièce qui a une parenté, je crois bien audible avec Sibelius. On peut aussi penser à Stravinsky (et c'est ce qui explique mon emprunt à Debussy du titre de ce commentaire)

- J'ai moins aimé Nyx, pièce de vingt minutes qui convoque la nuit mythologique pour une bacchanale déstructurée... Attraper le chat noir du sens dans l'obscurité de la nuit, voilà la gageure de cette oeuvre (merci au Le Chat de Schrödinger de Forrest pour la comparaison). Oui, c'est joli... mais un peu vain..

La musique de Salonen inscrit, dans une modernité un peu surfaite, une grande sophistication instrumentale qui pourrait, à moins d'une écoute attentive, passer pour du « Easy listening » (and easily forgotten). Cette préciosité du vocabulaire et du langage n'est-elle pas une voie sans issue pour Salonen ? Attendons la suite !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (5) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 15, 2013 4:26 AM CET


En Duo / In Duet
En Duo / In Duet
Proposé par blu-dvd-game
Prix : EUR 32,79

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Ce que Bel Canto veut vraiment dire, 5 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : En Duo / In Duet (CD)
Enregistré en 1978, ce beau disque de duos fait revivre les "soeurs jumelles" sopranos,
Mirella Freni et Renata Scotto, nées à un an d'intervalle en Italie du nord.
Elles chantent avec une complicité, une virtuosité qui ne se gargarise pas d'elle-même,
une écoute mutuelle parfaite, des airs de Mercadante ("Le due Illustri rivali" à peu près impossible à
trouver par ailleurs), de Bellini("Bianca e Fernando" et "Norma") et nous offrent aussi quelques minutes
d'apesanteur veloutée dans la Canzonetta sull'aria des Noces. On touche le ciel !
La Norma de Scotto, sa comtesse, sa Bianca dans le due.. ; L'Eloïse de Freni, sa Susanna et
même le bon National Philharmonic Orchestra font frissonner de plaisir et d'émotion.

Un disque qui vous rappelle pourquoi vous avez englouti cette fortune dans votre discothèque !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 20, 2013 8:49 AM MEST


Une situation difficile
Une situation difficile
par Richard Ford
Edition : Poche
Prix : EUR 6,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une belle nouvelle désenchantée, 1 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une situation difficile (Poche)
Ce volume contient deux "short stories":
"La Frontière" rejoint dans l'oeuvre de Richard Ford, le superbe:Une saison ardente (voir mon commentaire).
Cette frontière, c'est la cassure dans la vie d'un adolescent qui découvre le désenchantement. Larry, qui vit avec son père divorcé,
entreprend un voyage avec sa tante Doris pour rejoindre sa mère à l'occasion de Thanksgiving. Ce périple sera pour lui celui de
l'amertume dont il lui faudra s'accommoder. Beaucoup de subtilités et de détails suggérés dans ce beau texte qui mérite une lecture lente
et attentive.
"Une situation difficile" nous entraine à Paris où Charley Matthews, écrivain en devenir, blessé par la rupture avec la mère de sa fille,
a rendez-vous avec sa traductrice. Il est accompagné par Helen dont il va découvrir, un peu tard, toute la richesse. Une histoire de
l'incommunicabilité. De beaux passages pour une nouvelle à mon avis un peu en deçà du grand talent de Richard Ford, ce qui explique
la perte des 5 étoiles que "La Frontière" méritait bien.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20