Profil de peter pan , "le mécréant"... > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par peter pan , &#...
Classement des meilleurs critiques: 15.548
Votes utiles : 508

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
peter pan , "le mécréant"... (zaou)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
Intégrale Rock - tome 1 - Intégrale Rock Serge Clerc
Intégrale Rock - tome 1 - Intégrale Rock Serge Clerc
par Serge Clerc
Edition : Album
Prix : EUR 45,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Et Clerc est du tonnerre!, 23 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Intégrale Rock - tome 1 - Intégrale Rock Serge Clerc (Album)
Vous achetiez Rock & Folk et (ou) Métal Hurlant dans les 70's et début 80? Vous connaissez forcément les dessins de Serge Clerc, mais vous avez déménagé ou fait de la place dans le grenier et les précieuses revues sont passées à la trappe. Pas de problèmes, tout ce que le Dessinateur Espion a pu gribouiller sur le rock est compilé dans ce splendide ouvrage doté d'un frontispice numéroté ( j'ai le 0565/2500). Après le parcours du bonhomme par Philippe Paringaux, J P Dionnet et P Manœuvre où l'on apprend que l'artiste a aussi collaboré au NME, toute les œuvres de Serge Clerc consacrées au rock et à la zique en général défilent chronologiquement, agrémentés d'inédits. Blondie qui s'évade de taule ( un des rares en couleur), Clash qui met le feu à Paris, les Cramps qui terrorisent le public, les pochettes de disque de Schmoll, Joe Jackson ( Big World), Fleshtones, un bootleg des Cramps, Carmel....tous les crobards parus dans Rock & Folk, des affiches, des pubs...un vrai feu d'artifice d'un adepte de la ligne claire chère à Hergé sur près de 400 pages!
Si vous avez la chance d'habiter les pourtours du Lac Léman ou si vous êtes de passage, Serge Clerc vous dédicacera l'ouvrage le 7 Février à l'occasion de l'expo Intégrale Rock à Genève du 6 février au 7 mars 2015.
Vous savez tout, on vous aura prévenu, y'a que 2500 exemplaires du bijou et février est le mois le plus court...Moi je me suis fait mon Noël...


Prometheus [Combo Blu-ray + DVD + Copie digitale]
Prometheus [Combo Blu-ray + DVD + Copie digitale]
DVD ~ Noomi Rapace
Proposé par DVDMAX
Prix : EUR 17,89

12 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 A se bouffer le foie..., 4 octobre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Prometheus [Combo Blu-ray + DVD + Copie digitale] (Blu-ray)
Vu au ciné dès sa sortie ( à 1h du mat' sortie nationale le mercredi, c'est dire si je l'attendais...), je m'étais promis d'attendre la sortie Blu-ray pour faire part de mes sentiments, d'une part ma frustration et ma déception méritaient aux moins une 2eme vision, et d'autre part j'avais peur de m'être endormi pendant la séance croyant avoir loupé quelques scènes...
Ah ben non, j'avais rien manqué! Scott nous fait le même syndrome qu'Eastwood: il devient sénile! On a beau avoir pondu des Alien, Blade Runner ou Les Duellistes, l'usure du temps qui rabougrit les neurones ne pardonne pas!
Qu'il l'admette ou pas, Ridley a voulu surfer sur le succès ( génialement mérité) d'Alien pour imaginer et tourner une préquelle, le réalisateur prétextant qu'aucune des suites ne faisait cas du Space Jockey, le mystérieux géant inerte à la poitrine défoncée.
Riche idée en effet, d'où qu'c'est t'y qui vient ce bestiau là?...
C'est là que le délire est redoutable: Intéressante la théorie sur nos origines mêlant philosophie et religion, la barre est placée très haut dans le concept. Mais pourquoi envoyer une équipe de demeurés notoires à l'autre bout de la galaxie vu l'importance à priori fabuleuse de la démarche?
Dans l'Aliens de Cameron, les GI's savaient au moins faire péter la poudre à défaut de l'avoir inventé. Dans Prometheus, l'équipage de bras cassés ne dispose que de lance flamme! Et comment on fait pour foutre le feu dans l'espace, sans oxygène? Ce n'est qu'un exemple du bataillon d'aberrations dont nous gratifie le réalisateur, comme effectuer une sortie sans tenir compte de la météo, cavaler comme Usain Bolt après une césarienne, fumer le casque vissé sur la tête...Tout cela filmé par des caméras numériques dernier cri nous révélant une définition ahurissante d'images somptueuses ( le début du film, les hologrammes...). Scott prétend que Prometheus se veut le début d'une trilogie n'ayant aucun rapport avec Alien. Il a raison. Alien était novateur, intelligent, flippant, terrifiant parfois. Prometheus est un gâchis consternant, et Sigourney Weaver doit bien se marrer en reluquant le charisme de palourde de Noomi Rapace brandissant sa hache customisée dans une scène nous renvoyant au terrific Shining. C'est bien là tout le problème de Ridley Scott: avec l'âge, il s'est pris pour Kubrick!...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 12, 2012 9:15 PM MEST


Millénium - Les hommes qui n'aimaient pas les femmes [Édition Limitée exclusive Amazon.fr boîtier SteelBook]
Millénium - Les hommes qui n'aimaient pas les femmes [Édition Limitée exclusive Amazon.fr boîtier SteelBook]
DVD ~ Daniel Craig

33 internautes sur 48 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Fincher, tattoo juste!, 6 février 2012
Suis allé voir ce film à reculons. Je l'avais assimilé connement à des séries interminable genre Twilight...grave erreur!
Pour que Fincher fasse un remake d'une adaptation, vu le pedigree du lascar, y'avait bien une raison: elle m'a sauté en pleine gueule!
Le Fincher, il est fasciné par la même chose que moi: Comment on survit à des évènements extraordinaires, comment on évolue ensuite sans devenir facho ou dépressif...autrement dit, la vie est belle, ça dépend comment on prend les choses...
Partant du principe qu'à tout âge et dans n'importe quel milieu on est amené à croiser des monstres genre un Alien (3), un tueur de sa femme (Seven), un serial Killer ( Zodiac), un schizophrène ( Fight Club), un mec qui rajeunit ( L'Étrange Histoire de Benjamin Button), un inventeur d'un réseau social où on est plein d'amis qui se connaissent pas...( Social Network), on finit par tomber sur Millenium ou plutôt The Girl with the Dragon Tattoo ( titre Anglais) ce qui laisse place à mon petit délire et je vous explique tout façon rock'n roll! ( J'en connais pas d'autre, y'en a d'autre?...).
Millenium, c'est une enquête sur un meurtre. Les séries TV américaines en sont gavées. Ici, ça se passe en Suède, et ça change tout. Parce qu'en Europe, on a un passé ( passif?) historique un poil plus épais, une culture, et des traditions.
Il gèle dans ce film, tout est bien rangé (Ikéa doit sponsoriser), la neige est bien blanche, Daniel Craig blinde le casting...sauf qu'on n'est pas chez James Bond, il se prend un méchant râteau dès le début, il résoudra pas tout tout seul...
C'est là qu'intervient LA meuf, celle que Tarantino aurait aimé inventer, une combinaison entre Siouxsie, Elektra et Béatrix Kiddo: Lisbeth Salander, hackeuse/ anorexique/ bi sexuelle/tatouée/ motarde/ autiste...une survivante de toute une batterie de traumatismes, dont elle se sert pour devenir plus forte.
Pour Fincher, l'héroïne, c'est elle, et l'enquête complètement tordue et malsaine à laquelle nous prenons part n'est que le prétexte à la mise en scène de cette géniale folle-dingue, tellement humaine même si borderline au possible.
Tout cela se devait d'être bercé par une BO aux petits oignons: Reznor s'y colle, et dès le générique, reléguant ceux de Bond à la pub Mousline, on sait qu'on n'enlèvera jamais les tatouages, ils font partie de nous, on vit avec.


El Camino
El Camino
Prix : EUR 6,99

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ohio, OHIO, braves gens..., 22 décembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : El Camino (CD)
Les Black Keys, c'est depuis Attack & Release que ça m'interpelle. Leur son brut de décofr' s'y voit policé par Danger Mouse, l'ingé son de Gnarls Barkley ( Craaaaazy...), Broken Bells, Dark Night of the Soul ou Gorillaz.
Les Keys, ce sont 2 pôtes d'enfance fondus de blues cradingue qu'ils reprennent dans leur sous sol ou leur garage. Et des reprises, ils en ont fait des palettes. Leurs compos, jusqu'à présent, c'était mignon, mais 1 ou 2 titres par album me faisaient tressauter...
Il parait que pour ce Camino, ils se passaient en boucle le Clash ou les Cramps...bonne pioche!
Quasiment aucun solo sur ce skeud, pour ça y'a des Bonamassa ou des Satriani, et je m'en tape joyeusement des cramés du solo...
Ici, ce sont des riffs, une batterie qui cogne, et des compos du tonnerre!
Dès Dead ang Gone, le 2e titre, la batterie croisée Stone Roses I'm The Resurrection/Pretenders Mystery Achievment (Chrissie vient aussi d'un état proche de L'Ohio...) annonce le riff de Roxane aux amphètes.
Little Black Submarines reprend le schéma de Stairway, des couplets d"arpèges aux intonations de Plant, pour vous exploser gentiment en pleine poire à grand renfort de larsen.
LE morceau du disque, c'est Sister, et c'est là qu'on sent la patte de Danger Mouse, un groove fantastique d'une simplicité et d'une efficacité sidérante!
Tout les titres pogottent effrontément, la voix d'Auerbach est d'une rondeur aguichante, sachant monter joliment dans les aigus lors de refrains accrocheurs ( Hell Of A Season, Stop Stop...).
Nova Baby est l'autre sommet du CD, la construction du morceau doit tout à Danger Mouse, nappe d'orgue en intro, riff cisaillant, refrain dansant...et la pulsion sans fard de Patrick Carney pour emballer le tout.
Bon, j'ai mon trio gagnant pour 2011: Miles Kane, Foo Fighters et ce Camino là, qui risque de m'accompagner une bonne partie de l'hiver!


AC/DC - Let There Be Rock [Édition Collector Limitée]
AC/DC - Let There Be Rock [Édition Collector Limitée]
DVD ~ AC/DC
Proposé par plusdecinema
Prix : EUR 24,99

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Let there be Scott!, 27 septembre 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : AC/DC - Let There Be Rock [Édition Collector Limitée] (DVD)
En 79, les AC/DC tournent comme des stakhanovistes à raison de plus de 100 concerts par an depuis bientôt 6 ans.
C'est aussi l'année où pour la 1ere fois la production de leur 33 tours n'est pas l'œuvre de Vanda et Young, et c'est Robert John Mutt Lange qui s'y colle. Ça donnera une broutille comme Highway To Hell...
Sorti en Juillet, en plein milieu d'une tournée démarrée en Mai, l'album est un carton monumental, (le logo AC/DC s'affichant sur tous les sacs US des mômes), l'apothéose de la période Rock des Australiens, mais ça personne ne le savait déjà...
Ce succès interpelle 2 Français , le réalisateur Eric Dionysius et le producteur Eric Mistler, qui intrigués décident de filmer les phénomènes le 9 Décembre au Pavillon de Paris.
A l'époque AC/DC c'est 2 bus, 2 semi remorques et 14 roadies, mais déjà 30 000 watts...
Dans le film, sorti au ciné en 80 et en VHS en 82, on peut y voir les 14 roadies jouer au foot dans la salle avant le concert, Malcolm Young changer de Tee shirt dans les lavabos, Cliff Williams se coller du sparadrap sur les doigts, Angus se réclamant être "la 3eme guerre mondiale" et Bon Scott fanfaronner devant l'objectif en remettant sa mèche en place.
Et effectivement, dès l'intro, Angus dévalant les amplis en perdant sa casquette, c'est la guerre!...
La salle fait moins de 10 000 places, pas de gradins, juste une énorme fosse, et la basse de Live Wire fait reculer la moitié des spectateurs de 10 mètres, avant que les guitares vous transpercent les tympans.
Là, devant vous, Angus croise sans arrêt Bon en évitant les fils de micros et guitares qui jonchent le sol, montre vraiment ses fesses ( pas de calbute) pendant Bad Boy Boogie, et vers la fin, avant de se jucher sur les épaules d'un roadie pour fendre le public, il fonce en coulisse se shooter à l'oxygène à même le masque.
Alors que les amplis bourdonnent encore, des zombis sortent gentiment pour patienter une semaine avant d'entendre à nouveau quelque chose... Je le sais, je les ai vu à Nice la semaine d'après.
Le film était destiné au public Français, mais devant la qualité du témoignage et sa sincérité, il se vit offrir au succès international, avant de devenir mythique devenant le seul concert enregistré en 35 mm du vivant de Bon Scott.
Les fans ont usé la VHS jusqu'à la transparence, et avec l'avènement de la HD le master image se voit miraculeusement nettoyé( essentiellement les scènes de concert, quand même à dominante rouge) et le son boosté en 5/1 pour se retrouver sur support Blu-ray.
L'évènement se veut classieux, boite de métal avec logo en relief renfermant 9 photos( et pas 10), 1 poster de l'affiche du film, un médiator et un joli livret de 32 pages écrit par le journaliste Anthony Bozza, avec photos noir et blanc, tout en Anglais.
Pour les bonus, juste du bla-bla avec les interventions de Lemmy , Rick Allen de Def Leppard, Billy Corgan (Smashing Pumpkins), Scott Ian d'Anthrax...qui dissertent sur le jeu de guitare d'Angus ou les influences du groupes, tout ça en VO sous titré Anglais, Allemand, Italien, Espagnol ( 2 fois!), Coréen...mais du Français, pas la trace d'une ombre!!...alors que les interventions de Scott peuvent se sous titrer Français pendant le concert! Va comprendre!!??...
Voilà la set list, du rock du blues et encore du rock, pas de cloche ni de canon ni de loco à la mords moi le chose!...
1. Live Wire
2. Shot Down in Flames
3. Hell Ain't a Bad Place to Be
4. Sin City
5. Walk All over You
6. Bad Boy Boogie
7. The Jack
8. Highway to Hell
9. Girls Got Rhythm
10. High Voltage
11. Whole Lotta Rosie
12. Rocker
13. Let There Be Rock
Cette BO se trouve sur le coffret CD Bonfire avec TNT en rab...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 27, 2011 12:22 PM MEST


The Who - Live At The Isle Of Wight [Blu-ray]
The Who - Live At The Isle Of Wight [Blu-ray]
DVD ~ The Who
Prix : EUR 9,99

4 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Les 4 Fantastiques!, 11 mai 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Who - Live At The Isle Of Wight [Blu-ray] (Blu-ray)
600 000! Ils étaient 600 000 venus par bateau pour s'en prendre plein la tronche sur cette île devenue mythique.
Si on apprécie les Who, il faut absolument se procurer ce concert remastérisé du mieux que possible ( pour l'image) et frapadingue (pour le son, l'arrivée de la basse dans Pinball Wizard évoque le décollage d'un Boeing).
Il est faux de dire que les Who sont un groupe soudé. Entwistle se planque derrière sa basse dans sa combi-squelette et passe son temps à recompter le nombre de frettes de son manche. LA rythmique du groupe, c'est lui.
Daltrey se casse la voix ( comme à Woodstock) au milieu du set, et compense par un jeu de scène se bornant à des lancer de micro.
Sur scène, et le réalisateur l'a bien compris, ce sont Moon et Townshend qui fascinent.
Les Who, c'est Pete Townshend, qui décide et emballe tout. Moon n'a d'yeux que pour lui, et réciproquement. Keith est raide dingue de Pete, il accompagne le moindre riff de roulements, guette les signes de rupture de tempo, frappe sa cymbale à chaque bond ou moulinet, et Pete surveille toujours du coin de l'œil. Leur complicité est totale, et entre les morceaux, quand le grand tarin prend la parole, c'est Moon qui vanne avec lui, se prenant même une mandale qui le rend mort de rire...
Townshend contrôle tout, et surtout le public. La longue interview en bonus est sidérante: il avoue s'être toujours demandé ce qu'il foutait avec ces 3 barges, sinon qu'il DEVAIT le faire. Pour lui, c'est de l'art, comme fracasser sa gratte, à la fin, après avoir UNI 600 000 personnes s'étend faites au préalable pressurisées et à moitié affamées par l'organisation de ce festival. Sa lucidité est terrifiante, allant jusqu'à cautionner les jets de téléviseur des fenêtres d'hôtels...C'est de l'art, il fallait le faire, ils l'ont fait.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (25) | Permalien | Remarque la plus récente : May 25, 2011 9:43 AM MEST


Wasting Light
Wasting Light
Proposé par Leisurezone
Prix : EUR 12,99

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Let There Be Light!, 25 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wasting Light (CD)
Disque rock bourré d'énergie, compositions inspirées, riffs saignants, groupe pas radin ayant mis en ligne gratos le "bébé" 1 mois avant sa sortie officielle, titres joués live avant parution lors de concerts épiques, enregistrement analogique sans trafiquotage, pochette rappelant le fumant Ahead Of The Lions des Living Things...Aucun temps mort, pied au plancher, production "wall of sound" du Nirvanesque Butch Vig, des pépites comme Dear Rosemary rythmiquement dérivé du Steady, As She Goes des Raconteurs...
Totale éclate...meilleur disque 2011 jusqu'à présent!Thank's Dave!...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (12) | Permalien | Remarque la plus récente : May 18, 2011 6:28 PM MEST


Dark Undercoat
Dark Undercoat
Prix : EUR 14,00

2 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Merci docteur..., 6 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dark Undercoat (CD)
Suite à la dispersion en pleine mer de toute ma discothèque Rock après achat et écoute des dernières productions consternantes, et à un déboitage de genou en dansant sur Shakira, je suis allé consulter...

-"Bonjour Docteur, j'ai un problème de rotule interne et me suis démis les 2 tympans derrière les yeux"...

-"Je vois ce que c'est jeune homme", me répondit-il avant de chausser ses triples foyer en réajustant sa ceinture rouge d'acu-punk-teur-post-traumatique 6e dan.

-"Cessez l'alcool, le tabac et la sortie des écoles à 16h30, ou écoutez Emily Jane White...vous rencontrerez Dieu ou vous retrouverez votre équilibre...

-"Bien vu docteur, je vais prendre l'option 2..."

-"Allongez vous et écoutez sa voix qui va vous rappeler Suzanne Véga et Cat Power, son jeu cristallin le plus souvent en arpèges à la guitare sèche, et son doigté inspiré au piano.Et surtout, écoutez la demoiselle autrement que sur votre ordinateur, ampli stéréo et enceintes de bonne qualité recommandé!"

-"Heu, Suzanne Véga, le piano..."

-"Ayez confiance, j'ai soigné Franck Ribery et Jacques Chirac, suis en train de m'occuper d'Eric Zemmour, mais là y'a du boulot..."

-"Merci docteur..."
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (10) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 28, 2011 8:48 PM MEST


Angles
Angles
Prix : EUR 6,99

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 ENFIN!!.., 21 mars 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Angles (CD)
Telle l'Arlésienne, on ne faisait que causer du 4eme album des Strokes...le voilà enfin, dans sa pochette flashy dérivée de l'escalier de Penrose, et au titre évoquant les 5 membres du groupe composants des "angles" plus ou moins complémentaires...
Les 5 années d'attente depuis First impressions of Hearth sont mises sur le compte des différences d'égos plus ou moins victimes de leur succès, de quelques abus de psychotropes, et de pas mal de malentendus quant au leadership endossé par Casablancas, chanteur et quasi unique compositeur des 3 1ers albums.
Dans l'intervalle les New New-yorkais ont chacun pondu leur propre délire plus ou moins convaincants...Au final, basse, batterie et guitares seront enregistrées dans le studio d'Hammond Jr, après avoir jeter à la poubelle les 1eres séances d'enregistrements avec le producteur Joe Chiccarelli ( hormis Life is Simple In The Moonlight, dernier titre du CD), Casablancas posant sa voix sur les bandes depuis Los Angeles.
Les 10 titres de l'album partent dans tous les sens, et ceux qui collaient aux Strokes l'étiquette de "sauveur du rock" en 2001 avec Is This It seront forcément déroutés par des virages Radiohead comme sur You're So Right, le technoîde Games ou un Call Me Back épuré sans batterie dans lequel Julian étale ses vocalises.
On reste en terrain connu avec le single Undercover Of Darkness aux riffs tranchants et solo saignant de Valensi ( pas un solo de Hammond Jr sur Angles, il fait la gueule ou quoi?), Metabolism et ses lignes répétitives ou un Gratisfaction sautillant, et l'on s"égare délicieusement sur Machu Picchu limite reggae... Et ils n'ont pas pu s'empêcher comme dans First Impressions avec You Only Live Once digérant la ligne de basse d'I Want To Break Free des Queen, de remettre le couvert avec l'intro de Taken For A Fool copiant collant celle d'In The Army Now popularisé par Status Quo...
Un disque qui déboule gentiment, et qui comme le printemps, en appelle d'autres...


The Town
The Town
DVD ~ Ben Affleck
Proposé par [mediapromo]
Prix : EUR 5,90

2 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 The Heat 2..., 12 mars 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Town (DVD)
The Town, c'est le bled qui a vu naitre Aerosmith et les Pixies, Boston. Au nord, y'a un quartier, Charlestown, vivier de braqueurs de banques de pères en fils. Des braqueurs à la The Heat, auquel le film fait penser toutes les 10 mns, de part l'accoutrement des gangsters, leurs cibles (fourgons blindés), la violence non maitrisée de l'un deux qui a du s'ingurgiter du Joe Pecci en intra veineuse, la façon qu'on les flics de connaitre les coupables mais d'attendre le flag...Alors OK, quelques idées sont originales quant au côté social et inéluctable de la destinée des malfrats, et faut reconnaitre la qualité de l'interprétation et du professionnalisme des scènes d'action. Mais bon sang, Pacino et De Niro c'est autre chose!! Le film a pompé jusqu'au moyen détourné par la copine de Val Kilmer (toujours dans The Heat) pour faire comprendre à son mec que les flics sont présents chez elle avec un "rayon de soleil" pour le sauver!
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 3, 2011 12:44 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8