Profil de Jean-Luc Py > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jean-Luc Py
Classement des meilleurs critiques: 53.659
Votes utiles : 47

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jean-Luc Py

Afficher :  
Page : 1
pixel
The Signal and the Noise: Why So Many Predictions Fail-but Some Don't
The Signal and the Noise: Why So Many Predictions Fail-but Some Don't
par Nate Silver
Edition : Relié
Prix : EUR 24,11

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Clever and subtle, 23 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Signal and the Noise: Why So Many Predictions Fail-but Some Don't (Relié)
N. Silver is no amateur forecaster: he designed a system for forecasting performance of baseball players and set up a web site predicting election results (he also happens to have played poker at a semi-professional level).

The book is full of insights on the pitfalls that forecaster can fall into. But, it also contains a bounty of solutions (notably derived from Bayesian statistics). Effortlessly, N. Silver guides us to subtle and clever ways on how we can improve our prediction abilities (and recognize our limitations!). Let me just give a very small sample of how the book helps us grasp what should be understood:
* Understanding the difference between a prediction and a forecast, as illustrated by earthquakes.
“A prediction is a definitive and specific statement about when and where an earthquake will strike […] Whereas a forecast is a probabilistic statement, usually over a longer time scale.” (p. 149)
* Understanding what “overfitting” is, i.e. designing a model that explains, data-wise, more than is actually possible or actually exists (a good image of the trait of human nature leading us to make such mistakes is that of recognizing animals in clouds), and the unsound confidence that it triggers (p. 167)
* Understanding that you ignore unknown unknowns (as the phrase was coined by D. Rumsfeld) at your own risk.
“There is a tendency in our planning to confuse the unfamiliar with the improbable […] what looks strange is thought improbable” (p. 419)

N. Silver uses a very wide array of topics and references to make his points. He is most of the times well versed in such topics but yet falls prey to his unrealistic ambition of being a true polymath ; two instances of factual mistakes I noticed are:
* “not only were Estonians sick of Russians, but Russians were nearly as sick of Estonians, since the satellite republics contributed less to the Soviet economy than they received in subsidy from Moscow.” p. 52
At the time of USSR, stating that Estonia received subsidies from Russia (rather than being plundered) is a wrong pick ; subsidies may have existed for some republics (such as the “–stan” republics) or countries (such as Cuba) but not Estonia the richest and most advanced of the soviet republics…
* The description of the first 3 moves of the 1st game of the Kasparov – Deep Blue match is mistaken, with one move missing (and the figure 9-2 showing the position correspondingly erroneous ; the white g-pawn is misplaced) p. 270

Anyhow, these mistakes are minor and do not alter my overall vey positive assessment of the book!


The Intelligence Paradox: Why the Intelligent Choice Isn't Always the Smart One
The Intelligence Paradox: Why the Intelligent Choice Isn't Always the Smart One
par Satoshi Kanazawa
Edition : Relié
Prix : EUR 21,24

3.0 étoiles sur 5 Clever, provocative… but also far-fetched!, 23 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
The first part of the book sets a framework, which is quite straight-forward but heuristically rich. The evolutionary legacy hypothesis (or mismatch hypothesis) is colloquially renamed the Savanna principle from which we discover why intelligent people do stupid things…

“The Savanna principle: the human brain has difficulty comprehending and dealing with entities and situations that did not exist in the ancestral environment.” p. 25
“General intelligence helped our ancestors only in the very narrow domain of evolutionary novelty- evolutionary novel problems were by definition few and far between in the ancestral environment- […] more intelligent individuals are better than less intelligent individuals at solving problems only if they are evolutionary novel. More intelligent individuals are not better than less intelligent individuals at solving evolutionary familiar problems” p. 53
“More intelligent individuals are more likely to go against their biological design, escape their evolutionary constraints and limitations on their brains, and hence have unnatural and often biologically stupid preferences and values.” p.72

The real fun starts with some specific claims, namely: more intelligent people are liberal (vs conservative), atheist (vs religious), night owls (vs morning larks), homosexual (vs heterosexual), like classical music and drink & smoke.
Don’t be concerned if your beliefs or habits do not belong to the “intelligent people” categories, as S. Kanazawa ultimately explains, intelligent people are the ultimate losers in life!

Some of the arguments are clever and cogent but S. Kanazawa gets, at times, carried away by his Savanna principle, trying to apply it even when data and facts do not fit…
The author is quite candid about such shortcomings and readily admits as much when struggling to come up with a good explanation on tobacco use “To be honest, I don’t find this a particularly convincing answer myself. […] I feel there is a better explanation out there ; I just don’t know what it is.” p.171 or stating “It is not clear to me why the difference in childhood intelligence between vegetarians and meat eaters is so much larger and stronger in the UK than in the US.”

Trying to explain too much with his theory and rashly dismissing alternative approaches (“pseudoscientific fields like sociology where nobody can agree on what the truth is and political ideology trumps empirical evidence” p. 83), S. Kanazawa ends up weakening his boldest claims.
This is a pity for a book, which is certainly fun to read but where the clever arguments are overshadowed by the author’s hubris.


Pourquoi je hais l'indifférence
Pourquoi je hais l'indifférence
par Antonio Gramsci
Edition : Broché
Prix : EUR 8,65

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une plume forte, fascinante … et terrifiante, 11 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pourquoi je hais l'indifférence (Broché)
Le livre est un recueil d’articles publiés dans des journaux socialistes en 1917 et 1918 (+ un « intrus » publié en 1921). M. Rueff, qui a traduit et préfacé le livre, a fait un travail remarquable d’annotations (sur les personnes citées par l’auteur et les figures idiomatiques italiennes) qui en facilite la lecture.

Ecrits de jeunesse d’un A. Gramsci qui a moins de 30 ans, on y découvre les ébauches à partir desquelles il écrira ses célèbres Carnets de prison.

Il est forcément difficile de faire la critique d’A. Gramsci tant sa vie lui confère un statut de martyr, propice à l’hagiographie : emprisonné par les fascistes en 1926 avec cette fameuse déclaration du procureur, « nous devons empêcher ce cerveau de fonctionner pendant 20 ans », il mourra en 1937 à 46 ans quelques jours après être sorti de prison.
Tentons tout de même de nous livrer à cet exercice… Sur un plan historique (a minima pour ce qui concerne l’histoire du communisme), l’intérêt d’A. Gramsci est indubitable. Reste donc à savoir si, comme certains le prétendent, A. Gramsci est « actuel » au sens où il aiderait à penser au XXIème siècle. Je préfère vous en laisser juge en déclinant quelques thèmes récurrents du recueil !

L’intolérance comme exigence morale

Dénoncer les palabres conduisant à l’inaction ou le relativisme (le « tout se vaut »), pourquoi pas ; reste, au risque du malapropisme, un discours aux connotations “fascisantes”…
« On peut être intolérant au moment d’agir parce qu’on a été tolérant dans la discussion » p. 95
« Quand on est convaincu que quelqu’un se trompe, que cette personne refuse de discuter et d’apporter des preuves en alléguant que tout un chacun a le droit de penser comme il veut – on ne peut pas être tolérant. » p.96
« Un clérical, un libéral qui deviennent socialistes sont autant de bombes a retardement […]. Un converti est toujours un relativiste. Il a fait une fois l’expérience de la facilité avec laquelle on peut se tromper dans ses choix de vie. » p. 88

Un troublant mélange de lucidité et de naïveté

Comme l’illustre les extraits suivants, A. Gramsci peut se montrer acerbe et lucide dans son (auto-)critique des socialistes. Au delà, A. Gramsci est plutôt dans la confirmation de la maxime « La critique est aisée mais l’art est difficile ». En effet, on reste peu convaincu par des remèdes tels que « le travail d’intériorisation » ou la création d’un organe de contrôle désintéressé (qualifier cet organe de « désintéressé » étant un peu court pour justifier en quoi il fonctionnerait mieux que d’autres quand, dixit A. Gramsci, « dans l’organisation bourgeoise de la société italienne, il y a des instituts de contrôle qui ne fonctionnent pas » p.148).
Peut être A. Gramsci a inconsciemment réalisé qu’il ne proposait rien de très convaincant ou utile et finit donc par une pirouette peu engageante ( « on envisagera une solution »…).
« Nous payons ainsi notre légèreté d’hier, notre superficialité d’hier. Ayant perdu l’habitude de penser […]. Inconsciemment nous étions des mystiques. » p. 197
« un grand travail doit encore être mené parmi nous autres socialistes : un travail d’intériorisation, un travail d’intensification de la vie morale. » p.199
« Dans la vie complexe du mouvement prolétaire, il manque un organe […]. Il devrait y avoir, à côté du journal, des organisations économiques, du parti politique, un organe de contrôle désintéressé »
« avec l’aide des camarades de bonne volonté on envisagera une solution et on indiquera une voie à suivre » p. 200

Dans la même veine, A. Gramsci peut se montrer lucide sur les prolétaires (pas altruistes) mais naïf en supposant que convergence d’intérêt implique nécessairement coopération (au risque de l’anachronisme, le dilemme du prisonnier en est un contre-exemple simple) et en prêtant de la noblesse à une telle coopération.
« Les prolétaires ne sont certainement pas altruistes […]. Mais l’égoïsme du prolétariat est anobli par la conscience qu’ont les prolétaires qu’ils ne pourront le satisfaire pleinement tant que les autres individus de leur classe ne l’auront satisfait. C’est pourquoi l’égoïsme prolétaire crée immédiatement une solidarité de classe. » p. 84

La détestation de l’Italie

Dans sa critique de l’Italie, Gramsci –si il n’était pas italien- pourrait apparaître comme, au mieux caricatural, au pire italophobe. Finalement, on retrouve les remontrances « classiques » qu’on a expliquées avoir suscité l’émergence du pouvoir fasciste. On a donc un florilège où on s ‘agace des trains qui n’arrivent pas à l’heure et autres :
* « En Italie, les partis de gouvernement ne peuvent de tels [grands] homes: il n’y en a pas un qui soit grand, pas un qui soit même médiocre. » p. 62
* « [l’Italie] un pays ou personne ne fait des affaires, où les gens ne travaillent pas » p. 142
* Une anecdote qui, selon A. Gramsci, atteste de la mentalité bourgeoise italienne et de son infériorité ; il s’agit d’un italien interpellant un policier à Hyde Park parce qu’il reste sans intervenir face à la harangue d’un anarchiste . « ‘je suis ici pour empêcher de parler tous ceux qui, comme vous, voudraient supprimer la liberté de parole’. Un policer anglais qui donne une leçon de libéralisme a un professeur d’université italien » p. 144
Comme quoi, lorsqu’il s’agit de critiquer le bourgeois italien, le communiste A. Gramsci fait feu de tout bois, y compris en faisant l’apologie du libéralisme anglais !

L’exécration de la démocratie

« La foule, en tant qu’elle est faite d’individus, non pas la foule comme peuple, cette idole des démocraties. » p. 64
« La mentalité démocratique, qui est comme un gaz putride dans l’organisme » p. 204

En somme, on pense souvent à la formule de Talleyrand -« Tout ce qui est excessif est insignifiant. »- quand la force du propos laisse plus poindre la rage et/ou la haine que la subtilité (e.g. « débris sociaux que sont les commerçants » p.112). Mais, on peut avoir tendance à « pardonner » ces excès, compte tenu du contexte historique, du support (l’article de journal et sa brièveté) et de quelques belles saillies comme cette définition des nationalistes « ces hommes donc, qui Narcisses d’un nouveau genre, n’ayant pas de vie privée et ne comprenant rien aux pays, prétendent s’admirer dans le groupe humain auquel ils appartiennent et se confondent ainsi avec la nation. » p. 190 (pour les amateurs, on notera une belle antonomase mise en relief par un pluriel)


L'Influence de l'odeur des croissants chauds sur la bonté humaine
L'Influence de l'odeur des croissants chauds sur la bonté humaine
par Ruwen Ogien
Edition : Poche
Prix : EUR 6,60

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Pour faire jongler ses neurones avec la morale !, 4 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Influence de l'odeur des croissants chauds sur la bonté humaine (Poche)
Livre de philosophie morale ou antimanuel d’éthique, on se régale d’une lecture qui donne véritablement à penser et réfléchir.

Les sujets abordés sont universaux et intemporels mais on se sent pleinement au XXIème. Le corpus récent de réflexions et d’expériences constitue l’essentiel du livre.
« La plupart des philosophes vous diront que, si on s’intéresse à la pensée morale, il faut commencer par lire et relire les grands textes de l’histoire des idées pour avoir des “bases solides”. » (page 311) En prenant le contrepied, R. Ogien propose au lecteur de le « confronter directement aux difficultés de la pensée morale, en soumettant à sa sagacité un certain nombre de problèmes, de dilemmes, de paradoxes et en l’exposant aux résultats d’études scientifiques qui vont a l’encontre de certaines idées reçues dans la tradition philosophique. » (ibid)
Avec cette démarche, on aboutit à un livre sur la morale qui n’est pas donneur de leçon. Il guide et éclaire les problématiques avec la subtilité et la finesse qu’elles requièrent ; à déconseiller aux adeptes de guide de développement personnel en quête de solutions toutes faites…

Enfin, le ton est léger -jamais pontifiant- ce qui n’empêche pas le propos d’être sérieux et précis. On est donc bien loin de la philosophie poussiéreuse, prétentieuse et absconse. Quand on convoque les philosophes “classiques”, c’est toujours à propos et parfois avec une pointe d’ironie, par exemple concernant Kant : « L’une de ses hypothèses était qu’une femme boude plus longtemps si on lui dit qu’elle est vieille (c’est objectif) que si on la traite de laide (c’est subjectif) » en ajoutant que « il aurait réellement testé sur ses sœurs » … (page 32).


C'était mieux avant suivi du Petit livre des citations latines
C'était mieux avant suivi du Petit livre des citations latines
par Lucien Jerphagnon
Edition : Poche
Prix : EUR 7,50

8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Recueil de citations où l’excellent, le bon et… le moins bon se côtoient, 16 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : C'était mieux avant suivi du Petit livre des citations latines (Poche)
L’ouvrage regroupe deux livres : le premier composé de citations (non commentées), le deuxième de citations latines avec commentaires et/ou explications.

I –

Le premier livre est donc un recueil de citations, organisé en 15 thèmes (politique, amour, famille, religion,…). Au sein de chacun des thèmes, le classement est purement chronologique, on aboutit donc à une sorte de liste « à la Prévert ».

La qualité des citations est hétérogène…

* L’excellent
« Le meilleur jour après un mauvais prince est le premier. » (Tacite, Histoire, IV. 42.), p.51 – une belle formule pour décrire le syndrome d’euphorie postrévolutionnaire.
“On connait, dans les grandes cours, un autre moyen de se grandir : c’est de se courber.” C-M. de Talleyrand, Mémoires, p. 55 – bel trouvaille stylistique où le sens figuré est mis en relief par l’oxymore du sens littéral.
« Nous voyons que presque tous (les hommes) substituent à la parole de Dieu leurs propres inventions et s’appliquent uniquement, sous couvert de religion, à obliger les autres a penser comme eux. » B. Spinoza, Tractatus theologico-politicus, p. 96
« De tous les articles de foi, l’existence d’un Dieu est, suivant moi, celui qui soulève le plus de difficulté. » J-H. Newman, Apologia pro vita sua, p. 98
« Celui qui aime indument un Dieu, contraint les autres à l’aimer, en attendant de les exterminer s’ils s’y refusent” E.M. Cioran, Précis de décomposition., p.99

* L’abscons
“Après les métaphores, la pharmacie. – C’est ainsi que s’effritent les grands sentiments. Commencer en poète et finir en gynécologue ! De toutes les conditions, la moins enviable est celle de l’amant.” E.M. Cioran, Syllogismes de l’amertume p.30 ; « Veux-tu que je te dises pourquoi tu es malheureux ? – C’est que tu es heureux. » Martial, Epigrammes, X. 14.10 p. 67.

* Le banal
« Toutes les âmes n’ont pas la même aptitude au bonheur, comme toutes les terres ne portent pas également des moissons » F-R. de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, I p.69 – la métaphore me semble assez faible ?

… dans un esprit de lettres (très) classiques « à la française », la chronologie des auteurs cités pouvant se synthétiser comme suit.

(i) D’abord des auteurs « anciens » (grecs, romains) fortement représentés ;
(ii) puis des auteurs essentiellement français avec quelques exceptions jusqu’au 17ème siècle (e.g. Spinoza) ;
(iii) ensuite on est vraiment dans un monde très franco-français, les seuls rares auteurs non français de cette période -liste exhaustive ci-après- ayant tous une forme de lien avec la France (en avouant que le lien devient de plus tiré par le cheveux à mesure qu’on avance dans la liste…):
- E. Ionesco, E.M. Cioran, i.e. des auteurs roumains de culture française,
- A. Machado (poète espagnol qui fut professeur de français),
- D. Buzzatti, U. Ecco (les italiens, ces « français de bonne humeur » comme on les appelle parfois),
- J-H. Newman (anglais anglican converti au catholicisme).

Au final, je regrette donc un certain manque d’ouverture dans la liste d’auteurs.

Même si il est allemand, Leibniz avec sa formule « tout est au mieux dans le meilleur des mondes possibles » (qui lui a été attribuée parodiquement par Voltaire dans Candide) aurait bien complété :
“Le meilleur des mondes n’est que le moins mauvais.” V. Jankélévitch, Le Pardon p.66

Même si il n’est pas classique, Coluche disant “L’intelligence, c’est la chose la mieux repartie chez les hommes parce que quoi qu’il en soit pourvu, il a toujours l’impression d’en avoir assez vu que c’est avec ca qu’il juge” se conjugue admirablement avec :
“Tout le monde se plaint de sa mémoire, et personne ne se plaint de son jugement.” F. de La Rochefoucauld, Maximes, LXXXIX p. 75

II –

Le second livre est celui de citations latines, commentées très librement par L. Jerphagnon ; cela se lit avec bonheur, sa plume est vivace.
Reste que l’objectif du bon mot amène parfois l’auteur à quelques raccourcis ou entorses à l’objectivité, par exemple:
« Magister dixit (le maitre l’a dit)
[…] Au XXe siècle, on condamna définitivement ce recours à l’argument d’autorité, en se fondant sur Karl Marx (que Sartre déclara indépassable dans la Critique de la raison dialectique), Freud, Foucault et Lacan. » (NB - L’absence de référence au numéro de page est du au fait que le second livre n’est pas numéroté!)

La déclaration de Sartre à laquelle l’auteur fait référence est en réalité moins absolutiste qu’il ne laisse penser ; elle est in extenso : « Ces trois philosophies [Descartes/Locke, Kant/Hegel, Marx] deviennent, chacune à son tour, l’humus de toute pensée particulière et l’horizon de toute culture, elles sont indépassables tant que le moment historique dont elles sont l’expression n’a pas été dépassé. » (Critique de la Raison dialectique, précédé de Questions de méthode. Tome I. (1960), p. 21)

Et puisqu'on parle de Sartre, une petite citation qui aurait pu être dans le premier livre: “Elle ne croyait à rien ; seul, son scepticisme l'empêchait d'être athée.” (Les Mots)


Quand les catholiques étaient hors la loi
Quand les catholiques étaient hors la loi
par Jean SEVILLIA
Edition : Poche
Prix : EUR 9,00

6 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une tranche d’histoire passionnante… prolongée par une analyse hasardeuse de la société française actuelle, 11 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Quand les catholiques étaient hors la loi (Poche)
« Quand les catholiques étaient hors la loi » a pour thème central la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat.
La partie historique du livre est aussi intéressante que la dernière partie –sur la société française actuelle– est faible (heureusement, elle ne compte qu’une trentaine de pages sur les 300 du livres).

Commençons par la partie historique.
Son grand intérêt est de bousculer la vision idéalisée d’une laïcité irénique et confortablement établie sans évolution notable depuis 1905.

* La laïcité (avec son pendant législatif, la loi de 1905) s’est fondée sur l’intolérance religieuse et la violence.
Ce rappel historique vaut la peine, tant on a pu rabâché que la laïcité est intrinsèquement fondée sur la tolérance (des religions).

* Depuis 1905, la laïcité française a évolué de manière significative, avec schématiquement trois périodes (dont les appellations sont miennes et non celles de J. Sévilla):

(a) La période anticléricale (en amont de la loi de 1905 et jusqu'à la Première Guerre mondiale)
« Nous combattons l’Eglise et le christianisme parce qu’ils sont la négation du droit humain et renferment un principe d’asservissement intellectuel qui doit être banni de toute œuvre d’éducation. », Jean Jaurès (p. 145)
Le propos est violent, pour s’en convaincre totalement, il suffit d’imaginer le tollé que susciterait la phrase précitée en substituant au christianisme une autre religion…
En passant, j’en profite pour livrer cette anecdote croustillante : lorsqu’on apprend que la fille de Jean Jaurès vient de faire sa première communion, il est fort gêné et à la peine pour s’en justifier, lâchant à ses détracteurs « Vous faites sans doute ce que vous voulez de votre femme, moi pas… » (p. 121)

(b) La période de pacification (l’entre-deux-guerres)
En dépit d’une « parenthèse » anticléricale en 1924-1925, la période est plutôt à l’apaisement. Le statut concordataire de l’Alsace-Moselle (datant de Napoléon Bonaparte en 1801 et qui avait perduré pendant l’annexion allemande de 1870-1919) restera donc en vigueur. C’est toujours le cas aujourd’hui, les méandres de l’histoire expliquant que les évêques de Metz et Strasbourg soient, les seuls en France, à être nommés par décret du président de la République…

(c) La période de relative « dé-laïcisation » (depuis la Seconde Guerre Mondiale).
Deux exemples pour illustrer le retour en grâce (étatique) du religieux et le chemin parcouru depuis 1905 : les subventions d’Etat à l’enseignement prive (instituées par le gouvernement de Vichy) sont pérennisés, non sans quelques soubresauts ; la tradition des vœux de l’Élysée aux autorités religieuses est reprise en 1947 (elle avait été interrompue en 1905).

Venons-en à la dernière partie du livre.
Ici, J. Sévilla s’attelle à dénoncer « un pays en voie de déchristianisation » (la France actuelle). Malheureusement, il le fait en utilisant un surprenant cocktail de mauvaise foi et de contre-vérités ; ci-après deux exemples d’erreurs factuelles et/ou de raisonnement.

(i) J. Sévilla, fâché avec les chiffres, oublie que faire référence à « différentes enquêtes » (sans citer aucune source) ne constitue pas un argument d’autorité …

« Différentes enquêtes montrent que seulement un tiers des musulmans potentiels se déclarent croyants et pratiquent leurs rites, moins de 5% d’entre eux fréquentant leur lieux de culte. » (p. 280)
Selon une enquête de l’Ifop pour « La Croix », la fréquentation de la mosquée des musulmans de France est de 16% en 1989 et 25% en 2011. Naturellement, les pourcentages de pratiquants peuvent varier selon les enquêtes (par exemple, « Le Monde Culture et Idées » du 01.11.2012 fait état de 800 000 pratiquants pour 2,1 millions de musulmans, soit 38%) mais aucune au niveau de 5% mentionné par F. Sévilla. Donc, soit F. Sévilla utilise des chiffres fantaisistes, soit il joue sur les mots en utilisant une catégorie –tout aussi fantaisiste (et en tous cas non définie)- de musulmans « potentiels » (potentiellement, nous sommes peut être tous musulmans, y compris J. Sévilla… !?).

(ii) …J. Sévilla, fâché avec la logique, se transforme en sophiste.

« Ce n’est pas un hasard si la crise de l’identité française est consécutive à la déchristianisation du pays. […] La dignité de la personne humaine, l’égalité entre l’homme et la femme, la solidarité envers les petits et les pauvres, le souci de justice, le sens du pardon, toutes ces valeurs sont issues de la tradition chrétienne. », (p. 294). Oui, la culture française est issue de la tradition chrétienne, c’est un fait historique indéniable. En déduire que les valeurs (supposément) françaises sont issues de la tradition chrétienne est un bel exemple de sophisme, plus précisément il s’agit d’un « post hoc, ergo propter hoc » (le propos se résumerait en logique formelle a : La religion chrétienne s’est implantée en France, la France a certaines valeurs donc la religion chrétienne est la cause de ces valeurs.)
Pour alimenter le débat : si Yom Kippour, fête juive la plus sainte, est appelé Jour du Grand Pardon, on peut penser que « le sens du pardon » n’est pas spécifiquement issu de la tradition chrétienne ; de même concernant « la solidarité envers les petits et les pauvres » en rappelant que la zakat (aumône aux pauvres) est un des cinq piliers de l’Islam.
Enfin, pour éviter tout malentendu : la démarche tentant d’établir un lien entre une religion et une réalité sociale (ou une culture) n’est pas en soi problématique. Depuis au moins M. Weber (et son « Ethique protestante et l’esprit du capitalisme », publié en 1905), cette démarche -même si elle a été abondamment critiquée- fait partie du champ d’investigation des sciences sociales. Simplement, on n’établit pas un lien, comme tente de le faire J. Sévilla, en se contentant d’affirmer.


Antimanuel de philosophie
Antimanuel de philosophie
par Michel Onfray
Edition : Broché
Prix : EUR 21,50

4 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Manuel de pseudo-philosophie, 9 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Antimanuel de philosophie (Broché)
En guise de critique, je vous propose une mise en exergue de la « recette » utilisée par M. Onfray dans son livre. J’en distingue quatre ingrédients pour un résultat peu ragoutant.

1. On livre un galimatias où, cherchant à faire savant, on ne fait que montrer une absence de maitrise des concepts.

Concernant les « caractères transmis par l’hérédité » : « Certains sont dits récessifs (vous les portez en vous, ils ne sont pas visibles directement, mais se manifesteront dans votre descendance), d’autres dominants (on les voit tout de suite en vous : couleur d’yeux, de cheveux, sexe […] » (p. 135).
Ici, M. Onfray confond le couple dominants/récessifs et phénotype/génotype. Par exemple, la couleur des yeux est un phénotype et elle peut être issue de caractères récessifs (pour la couleur bleue) ou dominants.

2. On distille un peu de vulgate marxiste.

« Le smicard est-il l’esclave moderne ? » (p. 106) nous propose des réponses toutes faites dont la verbosité ne masque pas le manque d’originalité : « Aujourd’hui, la technique se met au service de la classe qui possède les moyens de productions » (Quelle est cette époque -avant aujourd’hui- où la technique se mettait à un autre service que celui dénoncé ? ) ; « La technique sert souvent à […] une création maximale d’argent dont la circulation virtuelle est soumise aux spéculations des détenteurs d’actions. » (p. 107) (Qu’est ce qu’une circulation « virtuelle » ?).

3. On présente les philosophes de manière baroque.
Par exemple, ci-après la première phrase décrivant deux philosophes selon M. Onfray :
David Hume « Connaît des échecs dans le commerce, l’écriture, l’économie et l’université.» (p. 68) ; Baruch Spinoza « Polisseur de lunettes d’origine juive portugaise. » (p.139).

4. On fait vibrer la fibre libertaire avec des questions racoleuses,

en oubliant de traiter la question de manière exhaustive…

« Pourquoi ne pas vous masturber dans la cour du lycée ? » (p.50)
La réponse –naturellement négative- est toute concentrée sur l’interdit social qui frappe la masturbation (« Car la masturbation est naturelle et sa répression culturelle : l’Eglise, très tôt, condamne cette pratique qui la gène », p.51). On aurait pu répondre aussi en remarquant un interdit plus général (que celui spécifique à la masturbation): le caractère privée de l’activité sexuelle (sous toutes ses formes). Or, il n’est fait aucune mention de cet interdit, comme si il avait échappée à M. Onfray que la cour du lycée est un espace public où toute activité sexuelle (pas seulement la masturbation !) est proscrite.
C’est un peu comme si en réponse à la question « Pourquoi une voiture ne peut dépasser les 300 000 km/s ? », la réponse se répandait en détails sur la mécanique automobile … sans évoquer le « général », c’est à dire que la vitesse de la lumière est considérée comme une limite supérieure indépassable.

… et en se complaisant dans le jargon.

« Pourquoi votre lycée est construit comme une prison ? » (p. 124)
Extrait de la réponse : « Avec l’abscisse du lieu occupé par votre classe (la salle de cours numérotée) et l’ordonnée du moment de la journée (le découpage des heures), on obtient la possibilité d’un croisement qui informe en permanence l’autorité du lieu où vous vous trouvez » (p. 126 et 127).
Utiliser abscisse et ordonnée, avec leurs connotations mathématiques, donnerait de la force et du crédit à la phrase ? Je laisse chacun juge, en restant persuadé que la concision et la simplicité auraient pu prévaloir (par exemple, le propos aurait-il été diffèrent en écrivant : « Connaissant votre salle de classe et votre emploi du temps, l’autorité connaît en permanence le lieu où vous vous trouvez » ?)


Contre Sainte-Beuve
Contre Sainte-Beuve
par Marcel Proust
Edition : Poche
Prix : EUR 8,40

4 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Apologie réactionnaire de la confusion, 8 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Contre Sainte-Beuve (Poche)
Pour les thuriféraires de M. Proust, vous pouvez passer cette (très brève) recension ; pour les autres, je livre quatre extraits agrémentés de commentaires pour vous donner la « saveur » de ce qui vous attend.

1. Ce qui est confus et alambiqué n’est pas nécessairement profond :
La préface de Contre Sainte-Beuve commence par « Chaque jour, j’attache moins de prix à l’intelligence. » (p. 43) pour finir par « Et cette infériorité de l’intelligence, c’est tout de même à l’intelligence qu’il fut demander de l’établir. Car si l’intelligence ne mérite pas la couronne suprême, c’est elle seule qui est capable de la décerner. Si elle n’a dans la hiérarchie des vertus que la seconde place, il n’y a qu’elle qui soit capable de proclamer que l’instinct doit occuper la première. » (p. 50)

2. Ce qui est délirant ne relève pas nécessairement du génie :
« Je me demande quelquefois si l’immobilité des choses autour de nous ne leur est pas imposée par notre certitude qu’elles sont elles et non pas d’autres. » (p. 95)

3. Ce qui est résolument réactionnaire n’est pas, à mon sens, sublimé par le narcissisme :
« A la direction du lit il se rappelait la place du crucifix, l’haleine de l’alcôve dans cette chambre à coucher chez mes grands-parents, dans ce temps où […] l’on marquait la volonté, l’acceptation et toute la cérémonie de dormir en montant par deux degrés jusqu’au grand lit, sur lequel on refermait les rideaux de reps bleu aux bandes de velours bleu frappé, et où la vieille médecine, quand on était malade, vous laissait plusieurs jours de suite la nuit avec une veilleuse sur la cheminée en marbre de Sienne, sans médicaments immoraux qui vous permettent de vous lever et de croire qu’on peut mener la vie d’un homme bien portant quand on est malade, suant sous les couvertures grâce à des tisanes bien innocentes, qui portent les fleurs et la sagesse des prés et des vieilles femmes depuis deux mille ans. » (p. 60)
Sur le caractère réactionnaire - On imagine facilement les esprits les plus obtus s’approprier de tels propos : des pétainistes séduit par « la sagesse des près » (évocatrice de « la terre qui est elle, ne ment pas ») ou encore des témoins de Jéhovah pourfendeurs des « médicaments immoraux »…
Sur le narcissisme - Les souvenirs de M. Proust me « parlent » peu et j’admets volontiers que c’est tout à fait subjectif (pour ceux à qui cela « parle », je félicite pour leur capacité de projection ceux qui ne sont pas issus de la haute bourgeoisie ou dont les grands-parents n’avaient pas de cheminée en marbre de Sienne ou des rideaux de reps bleu..).

4. Ce qui n’est pas français devrait être reformulé de manière compréhensible :
« Jeunes filles pas même du monde de la pure finance, car elle révère ce qu’elle souhaite d’acheter, est encore plus près du travail et de la considération. » (p. 71) (je précise que l’extrait ci-dessus est une phrase complète -et donc non tronquée- que j’ai relue à plusieurs pour m’assurer que sa retranscription est parfaitement fidèle.)
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 19, 2014 10:49 PM CET


Une forme de vie
Une forme de vie
par Amélie Nothomb
Edition : Poche
Prix : EUR 5,10

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Exquis et subtil, 21 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une forme de vie (Poche)
“Une forme de vie” est un roman court qui se lit d’une traite … toute jubilatoire.
A l’aune des romans d’Amélie Nothomb, il est construit sur un mode qui se départit de la veine surréaliste. Pourtant, ce réalisme (relatif) évite l’écueil de la banalité : les personnages restent agréablement atypiques et l’histoire tient en haleine, distillant ses effets de surprise. Pour être complet, la fin -que je me garderais bien de dévoiler- est, quant à elle, plus extravagante, sur le mode au demeurant très classique du deus ex machina. Finalement, la brièveté du roman permet de lui conférer sa force et son rythme percutant.

Enfin, le style et l’histoire évitent la prétention et l’esprit de sérieux. Quand bien même, derrière cette facilité de façade, on trouve de la profondeur

« Derrière tout œuvre, se cache une prétention énorme, celle d’exposer sa vision du monde. Si une telle arrogance n’est pas contrebalancée par les affres du doute, on obtient un monstre qui est à l’art ce que le fanatique est à la foi. »

et naturellement des formules dont Amelie Nothomb a le secret du ciselage

« j’éprouve de l’amitié pour cet homme qui, lui au moins, ne recourt pas a la prétérition. »

Bonne lecture !


Le Très-Bas
Le Très-Bas
par Christian Bobin
Edition : Poche
Prix : EUR 4,50

12 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Faussement docte, le doute et la réflexion manquent cruellement, 7 février 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Très-Bas (Poche)
« L'enfant part avec l'ange et le chien suivit derrière », première phrase du livre (extraite de la Bible) et François d'Assise comme personnage central: on s'attend à un mélange heureux entre hagiographie historique et poésie.

Au lieu de cela, ce petit livre distille un fatras de péroraisons au ton péremptoire. C. Bobin, à force de chercher l'absolu, transforme tout propos en assertion irréfragable.

Sur la sainteté
Page 25 : « Fatigue des premier jours du monde, fatigue des premières années d'enfances. De là vient tout. Hors de là, rien. Il n'y a pas de plus grande sainteté que celle des mères épuisées par les couches à laver, la bouillie à réchauffer, le bain à donner. »

Page 116: « C'est toute la terre qui est sainte, ou bien rien d'elle.»

Sur les femmes
C. Bobin doit penser les encenser mais, en fait, il se complait dans une vision terriblement sexiste et réductrice (il semble lui échapper qu'une femme puisse être autre chose qu'une mère ou une religieuse).

Page 97 : « La différence entre les hommes et les femmes n'est pas une différence des sexes mais des places. »

Page 98 : « Les femmes sont dans la Bible presque aussi nombreuses que les oiseaux » (sous la plume de C. Bobin, c 'est un véritable compliment aux femmes et à la Bible ; on en rirait si le ton n'était pas aussi sérieux')

Sur les ânes
Page 90 : « De cette histoire, on peut conclure deux choses. La première est que les ânes voient les anges, et cela ne devrait guère nous surprendre. »
Accordons à C. Bobin la dimension métaphorique de son histoire (même si il ne l'explicite pas) car à défaut l'élucubration serait parfaitement grotesque ; reste la conclusion: rien ne doit surprendre, il faut tout admettre.

Sur le panthéisme
Page 120 : « Il [François d'Assise] n'a jamais rien vécu qui ne soit en accord parfait avec cette croyance en une égalité absolue de chaque vivant avec tous les autres, en la même dignité d'existence donnée à chacun 'gueux, bourgeois, arbre ou pierre' par le seul miracle d'apparaître sur terre, baigné du même soleil d'amour souverain. »
Etonnante glorification de ce supposée panthéisme de mauvais aloi attribué à François d'Assise (on est loin de la démarche rigoureuse de Spinoza) ou tout '-absolument tout, homme ou pierre- se vaudrait'.

Enfin, navigant entre apories et oxymores, dernier extrait pour illustrer la litanie d' « évidences » avec comme corollaire l'absence de doute, d'interrogation, bref de véritable réflexion: surtout ne pas penser, simplement admettre des vérités.

Page 117 : « Vous attendez de l'amour qu'il vous comble. Mais l'amour ne comble rien ' ni le trou que vous avez dans la tête, ni cet abime que vous avez au cœur. L'amour est manque bien plus que plénitude. L'amour est plénitude du manque. C'est, je vous l'accorde, une chose incompréhensible. Mais ce qui est impossible à comprendre est tellement simple à vivre. »
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 14, 2014 11:35 AM MEST


Page : 1