Profil de Belledenuit11 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Belledenuit11
Classement des meilleurs critiques: 614
Votes utiles : 107

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Belledenuit11 (France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
Les souliers de Mandela
Les souliers de Mandela
par Eza Paventi
Edition : Relié
Prix : EUR 20,95

4.0 étoiles sur 5 Très bon roman, 29 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les souliers de Mandela (Relié)
J'ai commencé ce livre en me disant qu'il allait me faire rire et me détendre. Allez savoir pourquoi je suis partie dans cette optique de lecture mais j'y ai cru. Dur comme fer. Entre la couverture et le résumé qui me laissaient penser que le voyage de Fleur allait me divertir pleinement, j'étais persuadée que Les souliers de Mandela serait du genre chick-lit.

Il faut donc que je vous précise tout de suite que ce livre n'est pas de la chick-lit ni ne s'en approche. En aucun cas, vous allez suivre une trentenaire cherchant désespérément à récupérer son ex ou à faire des yeux doux à tous les mecs qu'elle va rencontrer pendant son stage de plusieurs mois en Afrique du Sud. Non non non. Si vous pensiez que c'était ce genre de lecture, passez votre chemin. Ou alors, attendez d'avoir lu mon avis pour savoir si vous allez vous laisser tenter parce que malgré ma "désillusion" sur le genre, j'ai quand même découvert un monde touchant, démontrant à quel point notre occidentalisation nous met des œillères sur ce qui se passe autour de nous et que nous y réfléchirons à deux fois avant de nous plaindre.

Fleur (oui, elle le sait son prénom n'est pas forcément facile à porter mais que voulez-vous, sa mère tenait absolument à ce qu'elle se prénomme ainsi...) Fontaine est donc une jeune femme de 25 ans dont la vie amoureuse est tombée en décrépitude peu de avant de se décider à partir en Afrique du Sud. Alors qu'elle pensait que son chéri et elle allaient passer le reste de leur vie ensemble, voilà qu'un beau jour, tout est fini. Comme ça. Brutalement. Fleur n'arrive pas à réagir face à la situation. Elle est totalement perdue. C'est le néant. Alors, elle tente de retrouver un semblant d'intérêt pour sa vie, pour elle-même et en tant que journaliste elle décide de partir en stage en Afrique du Sud. Là-bas, elle va se reconstruire grâce à une vie qu'elle était loin d'imaginer, des êtres d'exception, des coutumes qu'elle va apprendre à aimer. Et puis, tout le reste. Le dur, le tragique, l'après-apartheid...

Comme vous pourrez le constater, ce livre n'avait donc rien mais alors avoir avec ce que j'en attendais. Là, est donc ma déception parce que j'avais envie d'une lecture facile, légère et vu que mon état de santé n'était pas exceptionnel depuis une bonne semaine, je voulais vraiment me changer les idées, rigoler...

D'un certain côté, Les souliers de Mandela ne m'a pas apporté ce que je voulais. C'est clair et net mais avec Fleur et tous ceux qu'elle va côtoyer durant six mois, j'ai voyagé dans un pays que je connaissais très mal et j'ai fini par avoir envie de mieux le découvrir à travers d'autres lectures.

En effet, Fleur va commencer son parcours de reconstruction de soi en arrivant à Johannesburg. Là, elle va faire les premières rencontres, les premières amitiés vont naître. Mais ce pays a aussi un lourd passé qu'il continue de porter et même si Nelson Mandela a été un être d'exception pour ce pays, la mémoire n'oublie pas.

Fleur va donc découvrir tout un peuple et les souffrances endurées pendant des décennies. Elle va, petit à petit, finir par comprendre les enjeux de ce qu'elle est sensée organiser. Elle va ouvrir les yeux véritablement. Et ceux du lecteur vont obligatoirement s'ouvrir en même temps.

Les souliers de Mandela est un premier roman de l'auteur et j'avoue qu'il a été très bien écrit et très bien organisé. Sans que cela tourne au tragique, Eza Paventi nous explique comment les vies s'organisent. Que Cape Town est "so whiiiite !" et tranquille, au contraire de Johannesburg où certains quartiers sont de vrais coupes gorges pour les blancs et les touristes. Qu'il ne faut pas se promener seule, le soir. Qu'il vaut mieux rester où l'on est pour être sûre de rester saine et sauve.

Fleur, malgré tout, va aller au-devant du risque pour filmer, prendre acte des manifestations qui se déroulent illégalement. Elle va aussi se rendre compte que si Johannesburg est une ville magnifique, elle est aussi entourée de townships où la population noire et pauvre est regroupée. L'apartheid est terminé mais les différences demeurent toujours !

Eza Paventi a donc choisi d'écrire une histoire sérieuse dans un style fluide permettant au lecteur de tourner chaque page sans appréhension. D'une année sabbatique qu'elle a prise pour partir en Afrique du Sud, elle revient avec un roman touchant qui ne peut pas laisser indifférent même si ce n'est pas forcément à quoi on s'attend en voyant la couverture et le résumé.

Malgré ma petite déception du départ, je ne peux qu'admettre que Les souliers de Mandela est un ouvrage à découvrir parce qu'il nous fait réaliser certaines choses, parce que ce grand homme qu'était Nelson Mandela hante ses pages et que grâce à tout ça, une jeune femme réussit à voir sa vie différemment et qu'elle va lui faire prendre un virage à 180°.

Je ne sors pas vraiment déçue de cette lecture même si elle ne m'a pas apporté ce que j'attendais. Quant à vous, chers visiteurs, je pense que le mieux est de vous faire votre propre avis d'autant que Eza Paventi a su agrémenter son ouvrage de petites notes en marge, supers sympas à lire, de petits dessins mignons comme tout et de cartes permettant de suivre parcours de Fleur. Rien que pour ça, cela vaut le coup de l'avoir dans sa bibliothèque.


Le chevalier d'Eon, Tome 2 : La Tsarine
Le chevalier d'Eon, Tome 2 : La Tsarine
par Anne-Sophie Silvestre
Edition : Broché
Prix : EUR 13,00

4.0 étoiles sur 5 Toujours aussi bon !, 29 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le chevalier d'Eon, Tome 2 : La Tsarine (Broché)
Ma découverte du Chevalier d'Eon s'est faite il y a peu de temps avec le tome 1 et vu comment cela se terminait, j'étais très curieuse de savoir comment la suite allait se dérouler pour Charles-Geneviève/Lia de Beaumont.

Du coup, je n'ai pas traîné à lire le tome 2 dans lequel nous restons en Russie aux côtés de Elisabeth 1ère de Russie. Le chevalier d'Eon se retrouve dans une situation un peu difficile parce qu'il ne faut absolument pas que quiconque sache qu'il est un homme et non une femme et doit mener à bien son objectif et rester le temps nécessaire en Russie avant de rentrer en France.

Durant 270 pages, j'ai visité ce pays, ses coutumes, sa Cour et j'ai passé encore un excellent moment aux côtés de Charles-Geneviève. Alors qu'il se retrouve seul aux côtés de la tsarine, il va être mis dans une situation plutôt embarrassante avec le Comte Balachine et j'avoue qu'une scène m'a fait mourir de rire tant la situation devenait cocasse pour notre chevalier.

A côté de ce côté romanesque des plus rigolo, nous suivons aussi tout le côté diplomatique pour qu'une alliance franco-russe voit le jour au détriment des anglais. Bien entendu, cela crée des tensions et tout est bon pour mettre à néant le travail de Charles-Geneviève et le chevalier de Douglas qui se fait passer pour l'oncle de Charles-Geneviève/Lia de Beaumont.

Avec les péripéties qui attendent le chevalier d'Eon, le lecteur n'a pas du tout le temps de s'ennuyer. Après un tome d'introduction avec Le masque, voilà que nous entrons vraiment dans le vif du sujet, que l'étau se resserre autour du chevalier d'Eon et que nous voyons les différents protagonistes mettre tout en œuvre pour savoir ce qui se passe dans l'entourage de la tsarine. Il ne faudrait pas que les anglais perdent le monopole de la situation si difficilement acquis.

J'y ai aussi découvert un nouveau personnage en la princesse Yuliia Narichkine avec laquelle Lia va créer des liens pour le moins ambigus, compte tenu de la situation et là encore, je suis curieuse de voir un peu l'évolution de cette amitié...

Le rythme est là, l'écriture est toujours aussi fluide et les personnages toujours autant plaisant. Autant dire que je n'ai pas vu le temps passé et que je suis vraiment très bien entrée dans cette série que j'ai hâte de poursuivre.

Chevalier d'Eon est une saga qui me plaît de plus en plus parce qu'il y a tout pour me satisfaire : des personnages historiques réels ou fictifs, des scènes aux situations hilarantes, des endroits magnifiquement décrits. Bref, un ensemble très bien organisé pour procurer du plaisir au lecteur.


Jusqu'à ce que la mort nous unisse
Jusqu'à ce que la mort nous unisse
par Karine GIEBEL
Edition : Poche
Prix : EUR 7,70

3.0 étoiles sur 5 Bien mais pas exceptionnel, 29 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jusqu'à ce que la mort nous unisse (Poche)
J'ai fini ce roman de Karine Giebel ce matin et je dois bien dire que je n'ai pas ressenti du tout le même stress qu'avec le précédent roman que j'avais lu de l'auteur, Juste une ombre, que j'avais adoré !

Du coup, déception il y a parce que je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus fort, de plus prenant, de plus angoissant.

Ici, nous errons à travers le Mercantour avec deux personnages pour le moins déconcertants mais au final très attachants : Vincent et Servane.

Le premier est guide de montagne et vit de sa véritable passion. Son passé a été perturbé par le départ inopiné de sa femme, Laure. Depuis cinq ans, il n'a jamais su pourquoi elle était partie avec un autre homme, pourquoi elle ne donnait pas de nouvelles à sa mère. La haine a pris le dessus. Il lui est impossible de voir la femme autrement que comme un objet.

Servane, elle, est brigadier et vient d'arriver à Colmars les Alpes. Pour éviter de s'ennuyer et afin de mieux connaître la région, elle décide de faire des randonnées avec Vincent. Au fur et à mesure que l'on progresse, on en apprend plus sur cette jeune femme qui se fait un devoir de ne pas tomber dans les filets de ce guide.

Mais la mort va survenir et tout va basculer pour nos deux personnages. Qu'est-il arrivé au meilleur ami de Pierre ? Que cache cette mort ? Alors que les autorités décident de classer l'affaire par manque de preuves et étant persuadés qu'il s'agit d'un banal accident, Servane et Vincent vont mener une enquête parallèle qui pourrait leur être fatale.

Vu de cette façon, on pourrait penser que ce policier est excellent et il aurait pu l'être. Nous sommes en pleine montagne aussi belle que dangereuse. Il y a une bonne intrigue policière mais malheureusement j'avais vu trop tôt les tenants et les aboutissants. En cela, je suis déçue par ma lecture de ce Giebel parce que j'en attendais tellement autre chose.

Par contre, contre toute attente, j'ai beaucoup aimé suivre l'évolution des rapports entre Vincent et Servane. Sans dévoiler quoi que ce soit, c'est vraiment cette relation qui a pris le pas sur tout le reste, me concernant. Je les trouvais en parfaite adéquation. Ils se comprennent si facilement, ils ne se mentent pas, ils ont tant souffert l'un et l'autre que cette amitié naissante est juste sublime à suivre.

Là où j'attendais un roman à grand suspense, je trouve une histoire entre une homme et une femme tout simplement magnifique. Karine Giebel m'a surprise par ce côté mais j'aurais tellement voulu qu'elle me bluffe aussi par son intrigue policière.

Du coup, si je conseille ce roman, ce ne sera pas pour l'enquête et les manigances qui s'y déroulent mais bel et bien pour l'histoire entre Vincent et Servane. Deux êtres malmenés qui se sont trouvés dans une région magnifique et pourtant si dangereuse.

C'est un roman sympa avec lequel j'ai passé de bons moments de lecture mais pas le meilleur de l'auteur, selon moi. J'ai d'autres titres dans ma PAL dont Meurtres pour rédemption que je compte bien lire d'ici la fin de l'année. A voir ce que cela donnera...


Petites Recettes de bonheur pour les temps difficiles
Petites Recettes de bonheur pour les temps difficiles
par Suzanne HAYES
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

4.0 étoiles sur 5 Très beau roman épistolaire, 29 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Petites Recettes de bonheur pour les temps difficiles (Broché)
Cela faisait un bon petit moment que je n'avais pas lu de roman épistolaire et lorsque j'ai eu entre les mains l'ouvrage de ces deux auteurs, sa couverture si jolie et son résumé si alléchant, je n'ai eu qu'une envie : m'y plonger dedans et vivre des moments inoubliables.

Si vous vous décidez, comme moi, à découvrir l'univers de Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles, vous ne devriez pas être déçu.

Même si le début est un petit long à se mettre en place parce qu'il faut bien que Marguerite Vincenzo (Rita) et Gloria Whitehall (Glory) fassent un peu connaissance par delà la distance et les épreuves qu'elles doivent endurer chaque jour, je n'ai jamais eu de difficulté pour le lire et m'y intéresser.

Cette rencontre a pu se faire grâce au Club des femmes qui se tient une fois par semaine et le but est de correspondre avec une épouse dont le mari est parti à la guerre. Cela permet de nouer des liens, de se comprendre dans l'horreur du conflit.

Les femmes que nous allons découvrir sont fortes mais aussi pleines d'incertitudes face à leur avenir, celle de leurs enfants, de leur famille et, contre toute attente, les mots s'écrivent aussi facilement que si elles se connaissaient depuis longtemps.

J'ai beaucoup aimé voir la relation entre Rita et Glory évoluer à chaque page, à chaque lettre. Alors que Glory est une jeune femme de 24 ans qui aurait tendance à se laisser emporter dans une histoire qui risquerait de compliquer sa vie de femme mariée, Rita est là pour la remettre sur le droit de chemin, pour la soutenir dans les moments de doute.

Cette dernière aura, elle aussi, des périodes d'abattement et Glory saura faire la part des choses pour que son amie ne se terre pas chez elle, qu'elle voit à quel point la vie, malgré tout, vaut la peine d'être vécue.

Ces échanges seront ponctués de petites recettes culinaires que l'une et l'autre vont découvrir parce qu'à l'époque où le rationnement est de mise, il n'est pas toujours évident de trouver des idées de repas qui changent du lot.

Ce roman est une vraie petite pépite, même si je n'ai pas eu de coup de cœur pour lui, parce qu'il dénote à quel point les liens peuvent se créer entre deux personnes malgré la distance et l'inconnu. Après tout, Rita et Glory ne s'étaient jamais vu, jamais parlé et pourtant leurs échanges sont l'exemplarité même d'une amitié qui va durer très longtemps.

Cela fait rêver d'un certain côté et cela donne même envie de se lancer dans ce genre d'expérience. Ne pas connaître son prochain mais se sentir aussi proche de lui que de n'importe quel membre de sa famille, ça doit vraiment être quelque chose.

L'écriture est fluide et les auteurs ont su habilement créer deux personnalités bien différentes mais qui se complètent à merveille. Suzanne Hayes et Loretta Nyhan avaient fait le pari, osé, de ne pas se rencontrer avant d'avoir fait ce roman à quatre mains. J'avoue que c'est un pari risqué mais la finalité est très bonne. On se croirait dans un roman écrit par un seul auteur, qui manie parfaitement chaque personnage, chaque scène alors que ce n'est pas le cas.

Aujourd'hui, je suis bien curieuse de savoir si ces auteurs ont prévu autre chose ensemble tant ce duo fonctionne parfaitement.

Quant à vous, chers visiteurs, n'hésitez pas à vous laisser emporter par ce joli roman épistolaire qui, au-delà de la période historique mise en avant, présente surtout deux femmes liées par une amitié exceptionnelle.


Rush, Contrat 1 : Dette de sang
Rush, Contrat 1 : Dette de sang
par Phillip Gwynne
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

3.0 étoiles sur 5 Lecture sympa à découvrir !, 29 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rush, Contrat 1 : Dette de sang (Broché)
Et me voilà repartie pour une nouvelle série jeunesse qui ne manque pas de "rush". En effet, nous allons suivre un adolescent de 15 ans, Dominic surnommé Dom dont la passion est la course à pied. Chaque matin, il se lève tôt pour s'entraîner pour les championnats du Queensland. Le jour même de son anniversaire, alors qu'il se prépare comme à son habitude, la radio émet une info de première envergure : Otto Zolton-Bander, dit le Zolt, un ado de 16 ans considéré comme le Robin des Bois des temps modernes par ses agissements et son activité sur Facebook, s'est fait arrêter. C'est aussi ce jour là que Dom apprend que sa famille n'est pas comme toutes les autres et que le passé de l'arrière-arrière-arrière-arrière-grand-père poursuit les Silvagni. Dom se voit alors engager à mener à bien un contrat car à défaut les répercussions seraient terribles.

Quoi de plus plaisant que de lire un tel bouquin pendant la période estivale. Rush est un concentré d'humour, d'action et d'amitié.

J'ai trouvé le début un petit peu long peut-être parce que je n'arrivais pas vraiment à y entrer dedans comme je le voulais mais Dom est un garçon tellement agréable à suivre et à écouter (il a une répartie qui m'a beaucoup plu) que je voulais laisser sa chance à cette série.

Et j'ai bien fait car, même si par un certain côté elle m'a fait rappeler une autre série, Justin Case pour ceux qui connaîtraient, Rush est une saga qui a un fort potentiel. J'avoue que par moment les révélations sur le passé de la famille Silvagni ne sont pas vraiment suffisantes pour accepter le sort qui accable les garçons mais je me suis dit aussi que je passais un bon moment et que ce premier contrat, même s'il se règle un peu trop facilement, laisse présager, par sa fin ô combien excitante, à une suite que je suis bien curieuse de connaître.

Je ne vous dirai pas de quoi il s'agit mais honnêtement ça me laisse très interrogative quand on sait ce que récupère Dom au fond de sa piscine. Et ça, j'adore !

Alors si en tant que lectorat adulte j'ai trouvé qu'il y avait des petites lacunes du point de vue de l'intrigue et si certains personnages sont un peu trop téléphonés, il n'empêche que des retournements de situation font que l'on s'accroche à ce bouquin et que l'on se demande comment cela va se poursuivre. Ce qui est, il faut bien le dire, le but recherché quand on démarre une série.

Les personnages sont intéressants, j'attends un peu plus de connaître les liens entre 'Ndragheta et la famille Silvagni et j'espère que l'on m'en apprendra un peu plus dans le tome 2 mais une chose est sûre je compte bien continuer à découvrir Phillip Gwynne et sa série "Rush" que je conseille aux ados à partir de 12 ans (voire même 10 ans s'ils ont un bon niveau de lecture) parce que l'on ne s'ennuie pas avec Dom et que son bagout m'a attachée à lui.


Insatiable T02 de la trilogie Thoughtless
Insatiable T02 de la trilogie Thoughtless
par S c Stephens
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

4.0 étoiles sur 5 Très bonne suite, 18 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Insatiable T02 de la trilogie Thoughtless (Broché)
J'avais eu un magnifique coup de cœur pour le premier tome de cette trilogie, Indécise. Tout m'avait plu et convaincu dans cette romance et il me tardait de retrouver ce couple qui m'avait tant émue, Kiera et Kellan (bon ok j'avoue que c'est plus Kellan qui me manquait mais chut...).

Franchement, je ne savais pas vraiment à quoi je m'attendais avec cette suite mais je sais que je ne voulais pas quelque chose qui tournait en rond, qui risquait de m'ennuyer et de me décevoir. Je ne voulais pas que ce soit trop long non plus pour se mettre en place et finalement même si j'avoue qu'il faut compter une petite centaine de pages pour comprendre ce qui va se passer, j'ai juste été enchantée, encore une fois, par la suite de l'histoire de Kiera et Kellan.

Je vais éviter de trop en dire pour ne pas spolier le premier tome si certains visiteurs n'ont pas encore lu cette série mais sachez que l'évolution du couple Kiera/Kellan ne va pas se faire sans heurts.

On le sait : la confiance est primordiale dans un couple pour que celui-ci puisse évoluer et durer dans le temps. Mais cette confiance, déjà pas évidente à mettre en place pour un couple sans passé difficile, semble quasi-impossible dans le couple qui Kiera/Kellan.

Ceux qui ont lu le tome précédent comprendront facilement ce que je veux dire. Quant aux autres... bah... jetez-vous sur cette série parce qu'elle est vraiment très bien menée, prenante et belle à suivre.

Même si le début m'a semblé un peu long parce que j'avais hâte d'être dans le feu de l'action, il m'a été impossible de lâcher ce livre, arrivée à sa moitié.

Kiera m'a un peu plus énervée parce son attitude. Douter sur tout, tout le temps, j'avoue que j'ai fait la grimace bon nombre de fois. Elle peut arguer de ce qui s'était passé précédemment, c'est là que je n'étais pas d'accord avec elle. Il faut savoir avancer et faire confiance... quitte parfois à voir s'écrouler ce que l'on tente de bâtir.

Alors oui j'ai soufflé à quelques reprises d'énervement envers elle mais, d'un autre côté, l'auteur nous met tellement le doute aussi, que je me disais que c'était peut-être Kiera qui avait raison et que je me plantais. Elle voulait se protéger tout en espérant que son couple allait rester intact... La souffrance est là alors même qu'elle veut avancer... Arf... quelle torture !

Et puis, il y a ces non-dits qui nous poussent à poursuivre après avoir terminé un chapitre. On se dit que l'on va faire autre chose (s'occuper des enfants notamment) mais non c'est juste impossible parce que l'on veut savoir ce qui se cache derrière tout ça !

Et la lecture se fait encore plus prenante, vibrante, les émotions se mêlent à celles des personnages. Et on découvre un peu plus de la face cachée de Kellan.

Et j'ai vu Kiera sous un nouveau jour aussi. Et je l'ai encore plus appréciée. J'ai vu vraiment comment elle était et c'est juste une jeune femme magnifique, pleine de bons sentiments.

Le livre est sorti début juillet et je ne me suis pas précipitée dessus parce que je savais ou en tout cas je me doutais que je n'en ferai qu'une bouchée et que les personnages allaient me manquer lorsque je l'aurais terminé.

Alors voilà. Maintenant, c'est fait. C'est lu et il ne me reste plus qu'à attendre patiemment que le dernier tome de cette série, Intrépide, paraisse (normalement prévu en septembre 2014). Et autant vous dire que je suis fin prête à la découvrir cette suite parce qu'entre Kiera et Kellan mais aussi tous les autres membres du groupe des D-Bags ou de la famille de Kiera, il y a de quoi faire.


Chevalier d'Eon, agent secret du Roi, Tome 1 : Le masque
Chevalier d'Eon, agent secret du Roi, Tome 1 : Le masque
par Anne-Sophie Silvestre
Edition : Broché
Prix : EUR 13,00

4.0 étoiles sur 5 Très bon roman jeunesse, 17 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chevalier d'Eon, agent secret du Roi, Tome 1 : Le masque (Broché)
Ma lecture de ce premier tome s'est magnifiquement passée puisque j'ai découvert Charles-Geneviève d'Eon de Beaumont qui a la particularité de pouvoir se déguiser en femme.

Anne-Sophie Silvestre va mettre en avant ce personnage extraordinaire pour lequel je n'avais jamais vraiment prêté d'attention particulière. Je connaissais le nom de cet homme mais sans savoir ce qu'il représentait exactement pour le royaume de France.

Ici, grâce à ce premier tome, le lecteur apprend qui est Charles-Geneviève, pourquoi il se déguise et comment il va devenir l'un des personnages le plus important du royaume.

D'un jeune homme de 18 ans, brillant épéiste et étudiant en droit, le Chevalier d'Eon va faire naître, à travers les mots de l'auteur, une histoire prenante au cœur de l'Histoire. C'est brillamment amené et raconté puisque Anne-Sophie Silvestre, avec un style toujours aussi simple et fluide, m'a permis de voyager aux côtés de cet être si particulier pour suivre sa première mission en tant qu'espion du Roi.

Je ne développerai pas davantage pour ne pas spolier les éventuels lecteurs et vu qu'il est assez court ce serait difficile de vous expliquer ce qu'il s'y passe sans trop en dévoiler.

La seule chose que vous ayez le droit de savoir c'est que le premier tome met en place le personnage du Chevalier d'Eon à la Cour de Louis XV, que sa première mission est d'une importance capitale et que cela va l'obliger à tenir un rôle féminin pendant un certain temps (chose qu'il n'avait jamais fait jusque là). Tout cela va l'obliger à être formé pour que cette mascarade soit connue uniquement de ceux qui sont dans le secret.

J'ai passé un très bon moment avec cet opus qui se lit bien et facilement, qui ne présente aucune difficulté particulière et que j'ai hâte de faire découvrir à ma nièce, notamment, qui adore ce genre d'histoire. Quant à moi, le tome 2, La Tsarine, m'attend déjà, devrait être lu sous peu et j'ai hâte de voir ce que ça va donner.


Le club des tongs - Tome 2
Le club des tongs - Tome 2
par Ellen Richardson
Edition : Broché
Prix : EUR 9,95

3.0 étoiles sur 5 Sympa pour l'été, 17 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le club des tongs - Tome 2 (Broché)
Après avoir fait la connaissance de Tash, Lizzie et Sierra dans le tome précédent qui m'avait fait passer un bon moment de lecture, j'ai poursuivi ma découverte avec cette suite que j'ai trouvé un peu moins prenante, je l'avoue.

Si l'ensemble offre une lecture agréable et sympathique pour les jeunes filles, j'ai aussi regretté que l'ensemble soit trop rapide et que Sierra ne pense qu'à manger alors même que la situation de ces gamines étaient pour le moins angoissante.

Nous sommes sur une lecture estivale, ok. Il ne faut pas stresser les lectrices à qui cela est proposé, ok. Mais, franchement, je me demande comment réagirait les gamines échouées sur une île, sans moyen de communication pour trouver du secours. Certainement pas en disant à tout bout de champ : "j'ai faim !"

En dehors de ça, Tash et Lizzie sont beaucoup plus pragmatiques et prennent la situation en main. Heureusement d'ailleurs. Mais du coup, je n'ai pas vraiment trouvé ce tome là prenant comme avait pu l'être le premier tome.

Même si l'écriture est toujours aussi agréable et que le final est joli, le milieu du roman ne m'a pas vraiment convaincue.

En bref, c'est un tome qui se lit, qui est sympa et que les filles peuvent apprécier pendant l'été mais il n'y a rien de transcendant non plus.


Le voleur de voix T2 - La diva et le prince romantique
Le voleur de voix T2 - La diva et le prince romantique
par Jean-nicholas Vachon
Edition : Broché
Prix : EUR 17,90

4.0 étoiles sur 5 encore un excellent tome !, 14 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le voleur de voix T2 - La diva et le prince romantique (Broché)
J'avais beaucoup aimé le premier tome de cette trilogie, Le castrat et les rois fous, et depuis le temps que je voulais lire la suite, je peux vous assurer que ma lecture de ce tome 2 a été succulent et que je me suis laissée plonger dans chaque chapitre avec un pur bonheur.

J'ai retrouvé ceux qui avaient conquis la lectrice que je suis par leur charisme, leurs faiblesses et l'amitié indéfectible qui les lie : Nathaniel Champagne, Carlo Broschi (dit Farinelli), Maximilien Comte de Périgord.

Autant vous dire que de me replonger dans cette histoire m'a ravie au plus haut point. C'était comme si je n'avais pas vraiment quitté les personnages alors que ma lecture du tome 1 remonte au mois de mars. J'avais peur d'avoir oublié certains détails mais il n'en a rien été.

J'ai découvert de nouveaux personnages, je me suis laissée aller à lire avec attention et parcimonie cet ouvrage parce que je ne voulais pas le lire trop vite. Et en même temps, je voyais les pages défiler et la fin arriver inexorablement.

Non seulement nous allons poursuivre la découverte de l'histoire de Maximilien et du combat qui se mène depuis le tome précédent par rapport à Carlo (oui je sais là je suis énigmatique mais je n'ai pas envie d'en dire plus pour ne pas vous spolier) mais nous allons aussi découvrir un personnage important puisqu'il s'agit ni plus ni moins de Maria Félicia Garcia, diva connue sous le nom de La Malibran.

Autant vous dire que découvrir son histoire à travers le récit qu'elle fait est juste une pure merveille même si c'est tragique.
Je m'étais régalée, dans le tome précédent, à voir comment Jean-Nicholas Vachon avait habilement mélanger l'Histoire avec la fiction. Dans La diva et le prince romantique, l'auteur poursuit dans la même veine.

Non seulement nous avons le trio du départ mais avec l'histoire de Maria en plus c'est juste à se damner. Si vous saviez comme j'ai adoré découvrir cette jeune femme qui depuis sa plus tendre enfance s'est vouée au chant pour devenir une diva reconnue mondialement au 19ème siècle. Cette attirance, cet amour, qu'elle ressent pour Maximilien est tellement beau, touchant et pourtant terriblement dangereux pour elle...

Ce qui me fascine le plus dans cette série, c'est que Jean-Nicholas Vachon a su me transporter dans quatre périodes historiques puisque nous avons des chapitres alternés racontés par Nathaniel, Carlo, Maximilien et Maria (puis dans la dernière partie par un autre personnage dont je tairai le nom pour l'instant).

Comme dans le précédent opus, il est impossible de se mélanger ces périodes et si j'avais trouvé le premier tome un peu complexe pour comprendre les tenants et les aboutissants sur ce qui était arrivé à Maximilien, le tome 2 lui est beaucoup plus abordable.

Nous savons déjà ce qu'il en est; il ne nous reste qu'à nous laisser plonger dans cette plume si délicate, fluide et plaisante de l'auteur pour se retrouver dans une histoire que je ne voulais pas quitter.

C'est assez sombre et pourtant il y a toujours cette petite lumière d'espoir et alors même que j'ai terminé ce tome il y a à peine 1 heure, je ne souhaite qu'une chose : avoir le dernier livre entre les mains pour savoir comment cela va se terminer pour ces êtres qui me sont devenus si chers.

Difficile de se dire que ce sont des personnages de fiction parce qu'ils ne le sont pas vraiment. Certains d'entre eux ont bel et bien vécu à un moment donné de l'Histoire et pourtant Jean-Nicholas Vachon les rend fictifs comme jamais. Réels mais fictifs et vice-versa. C'est la magie de l'écriture. On fait ce que l'on veut tout en gardant la trame historique qu'il s'agisse du castrat, de la diva, de Louis XVI ou Marie-Antoinette...

Le voleur de voix est un série que j'adore par dessus tout et que je recommande à ceux qui aiment le mélange de l'Histoire dans l'histoire et même si vous n'êtes pas férus de vampire (comme moi à la base), vous devriez être conquis par ce qui se trouve dans ces pages.

Le coup de coeur n'est vraiment pas loin et ce depuis le premier tome. Peut-être qu'il sera au rendez-vous avec le dernier ouvrage de la série, Les prima donna immortelles.


La colombe de Montségur
La colombe de Montségur
par Catherine Cuenca
Edition : Broché
Prix : EUR 14,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Très bon historique jeunesse, 11 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La colombe de Montségur (Broché)
Ce roman a tout ce que j'aime : une histoire plaisante et prenante mais simple et non simpliste; un vocabulaire de l'époque avec explication en bas de page; des personnages hauts en couleurs que l'on aime ou déteste; une histoire expliquant parfaitement le catharisme dans une période historique troublée.

Passionnée depuis mon adolescence par les Templiers, les Cathares, je ne pouvais pas passer à côté de ce petit bijou historique.

J'attendais ce roman au tournant parce que traiter le thème des cathares dans un roman jeunesse n'est pas évident en cela que l'histoire des cathares est ardue. Il y a beaucoup d'informations à assimiler pour comprendre les enjeux de l'époque.

Or, s'il m'a fallu un petit moment pour bien entrer dans cette narration, je ne peux pas lui enlever la qualité d'écriture, fluide et simple, permettant de parfaitement s'intégrer dans ce milieu de XIIIème siècle.

Catherine Cuenca, que je ne connaissais absolument pas, m'a bluffée et au final je suis ravie de constater que ce que j'attendais de ce roman m'a été donné.

Les enfants à partir de 10 ans pourront parfaitement suivre cette histoire sans être perdus; se mettre à la place de Jonathan ou de Ava. Suivre leurs petites aventures et les difficultés qu'ils vont rencontrer.

En bref, si vos enfants ont l'envie de découvrir la région de Bonac et "voir" comment étaient traités les cathares à l'époque, n'hésitez pas à leur proposer ce titre de Catherine Cuenca qui est admirablement écrit. On ne se perd pas dans les détails mais c'est suffisamment explicite pour se croire à cette époque.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8