Profil de Loïca Avanthey > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Loïca Avanthey
Classement des meilleurs critiques: 522.653
Votes utiles : 97

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Loïca Avanthey (Créteil, France)

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Le Coupeur de roseaux
Le Coupeur de roseaux
par Junichirô Tanizaki
Edition : Poche
Prix : EUR 2,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Souvenirs d'un conte..., 5 janvier 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Coupeur de roseaux (Poche)
L'atmosphère de conte qui imprègne ce court roman est très agréable.
La poésie y rivalise tout en douceur avec les superbes descriptions des paysages sous les rayons céruléens.
Lisez ce livre, vous n'y perderez rien, mais, que vous l'appréciez ou non, vous aurez ainsi l'occasion de découvrir un grand écrivain : Tanizaki.

Extrait :
« Il restait là, je ne savais pourquoi, immobile sans repartir, et je l'imitai en approchant à mon tour le visage d'un interstice entre les feuilles.
C'était un grand jardin [...] où l'on avait creusé un bassin, au-dessus duquel s'avançait une véranda tapissée de nattes de paille, au plancher surélevé comme les anciens pavillons sur l'eau et entouré d'une balustrade ; [...] les épis de miscanthe et les branches de lespédèze dans les vases indiquaient que la soirée était consacrée à la contemplation de la lune.
Une femme, assise à la place d'honneur, jouait du koto, tandis qu'une autre, les cheveux coiffés dans le style shimada, et qui semblait une dame de compagnie, tenait le shamisen. »


1984
1984
par George Orwell
Edition : Poche
Prix : EUR 8,40

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un regard sur l'humanité, 5 janvier 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : 1984 (Poche)
Pour commencer, un salut à cet écrivain qui n'hésite pas à arrêter sa plume sur les détails de personnages secondaires, comme la tristesse du vieillard au costume sombre dans la station de métro. C'est cette faculté, bien qu'anodine vue comme cela, qui donne tout une dimension à un roman.
Vous allez dire que tout le monde le répète, mais j'insiste ! Ce roman est tellement proche de la réalité, et nous ne pouvons nous empêcher de penser avec effroi combien ce récit pourrait prendre vie si facilement. Si vous en doutez encore lisez-le donc ! Et lisez-le jusqu'à la fin, car ces dernières pages sont l'aboutissement, l'apogée même, de cette histoire.

Extrait :
« Tu te rends compte que [...] le passé a été aboli jusqu'à hier ? [...] Tous les documents ont été détruits ou falsifiés, tous les livres réécrits, tous les tableaux repeints. Toutes les statues, les rues, les édifices ont changé de nom, toutes les dates ont été modifiées. Et le processus continue tous les jours à chaque minute. L'histoire s'est arrêtée. Rien n'existe qu'un présent éternel dans lequel le Parti a toujours raison. »


Le Parfum
Le Parfum
par Patrick Süskind
Edition : Poche
Prix : EUR 5,60

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Vision olfactive, 23 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Parfum (Poche)
A l'image de son personnage principal, Le Parfum est un livre étonnant.

Nous découvrons dans cette histoire la vie de Jean-Baptiste Grenouille.
Personnage rejeté qui s'accroche à la vie depuis le jour de sa naissance, Grenouille déteste l'humanité. Il possède néanmoins l'extraordinaire faculté de sentir toutes les odeurs sans jamais les oublier. Dans son monde, les senteurs sont omniprésentes : pierre, terre, vent, peau,... Sa quête aux odeurs le poussera insatiablement à la recherche du parfum ultime : le Parfum absolu.
Le style est sobre, parfois lourd mais les descriptions olfactives en font un roman à part.
Chaque phrase est une fragrance, les personnages des effluves, les villes des nuages d'odeurs.
Tentez l'expérience !

Extrait :
" Mais ils ne pouvaient se soustraire à l'odeur. Car l'odeur était soeur de respiration. Elle pénétrait dans les hommes en même temps que celle-ci ; ils ne pouvaient se défendre d'elle, s'ils voulaient vivre. Et l'odeur pénétrait directement en eux jusqu'à leur coeur, et elle y décidait catégoriquement de l'inclination et du mépris, du dégoût et du désir, de l'amour et de la haine.
Qui maîtrisait les odeurs maîtrisait le coeur des hommes. "


Daughter of the Empire
Daughter of the Empire
par Raymond Feist
Edition : Poche
Prix : EUR 6,76

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Kelewan : un monde, des valeurs..., 8 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Daughter of the Empire (Poche)
Raymond Feist et Janny Wurts nous font découvrir l'autre côté du Rift : le monde de Kelewan où règnent en maîtres absolus honneur et intrigue.

Voici le début d'une série époustouflante dans laquelle nous suivrons l'ascension de Mara des Acoma dans le subtil jeu du Conseil.

Aidée de ses fidèles conseillers, Mara va reconstruire la réputation et l'honneur de son clan, et n'hésitera pas pour cela à braver les coûtumes.

Alliances, trahisons, ruse, intelligence, habileté, manipulations, stratégies : ce premier tome est splendide !

Trilogie : Daughter of the Empire (1) - Servant of the Empire (2) - Mistress of the Empire (3)

Extrait :
" « I offer a thing no warrior in the history of the Empire has know: a second beginning. Who among you will return to my estate, to shape anew his honor... by kneeling outside the sacred grove and offering oath to the natami of the Acoma? »
Silence descended upon the glade, and for a moment it seemed that no man dared to breathe. "


A Game of Thrones
A Game of Thrones
par George R. R. Martin
Edition : Poche

7 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 "Calm as still water, quiet as a shadow", 6 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Game of Thrones (Poche)
Bienvenue dans l'univers imaginaire dépeint par la plume de George Martin. Un monde complexe où intervient un grand nombre de personnages dont les multiples personnalités s'affirmeront au cours de l'histoire.
Chacun d'eux sur un chapitre nous dévoilera l'histoire telle qu'il la perçoit et nous entraînera dans les profondeurs d'intrigues grandissantes, qui n'ont de cesse de se croiser et s'entrecroiser.
Le tout est accompagné d'une touche de surnaturel afin de relever l'incertitude qui pimente le récit. Nous pourrions apprécier l'humanité des personnages : ni tous « bons », ni tous « méchants », tous cherchent leurs propres intérêts dans ce royaume déchiré où règne le chaos.
Qui a dit que les héros sont immortels ?
Winter is coming...

Série : A Game of Thrones (1) - A Clash of Kings (2) - A Storm of Swords (3) - A Feast for Crows (4) - A Dance with Dragons (à venir) - The Winds of Winter (à venir) - A Dream of Spring (à venir).

Extrait :
" « Fly », a voice whispered in the darkness, but Bran did not know how to fly, so all he could do was fall. [...]
Even in dreams, you could not fall forever. He would wake up in the instant before he hit the ground, he knew. You always woke up in the instant before you hit the ground.
« And If you don't ? » the voice asked. "


Vipère au poing
Vipère au poing
par Hervé Bazin
Edition : Poche
Prix : EUR 4,60

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Quand s'éveillent les mots..., 4 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vipère au poing (Poche)
Ce livre est une véritable déclaration de révolte. Sur une atmosphère qui devient de plus en plus intense au fur et à mesure que les pages se tournent, les mots se soulèvent, le ton s'enflamme, le discours s'indigne pour enfin arriver à son paroxysme : une époustouflante tirade, un authentique hymne de haine, que Jean Rezeau dédit à sa mère.

C'est sur ces ultimes mots qu'il partira : « Merci ma mère ! Je suis celui qui marche, une vipère au poing. ».

Extrait :

" Celui qui n'a pas cru en sa mère, celui-là n'entrera pas dans le royaume de la terre. Toute foi me semble une duperie, toute autorité un fléau, toute tendresse un calcul. Les plus sincères amitiés, les bonnes volontés, les tendresses à venir, je les soupçonnerai, je les découragerai, je les renierai. L'homme doit vivre seul. Aimer, c'est abdiquer. Haïr, c'est s'affirmer. Je suis, je vis, j'attaque, je détruis. Je pense donc je contredis. Toute autre vie menace un peu la mienne, ne serait-ce qu'en respirant une part de mon oxygène. Je ne suis solidaire que de moi-même. "


Le Comte de Monte-Cristo, tome 1
Le Comte de Monte-Cristo, tome 1
par Alexandre Dumas
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La vengeance d'un innocent, 1 mai 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Comte de Monte-Cristo, tome 1 (Poche)
Edmond Dantès.
Qui en littérature n'a jamais entendu ce nom ? Vous évoque-t-il quelques souvenirs ?

Trahi, victime d'un complot qui arrange bien des gens, tant par cupidité que par jalousie, ce jeune marin marseillais sera emprisonné le jour même de son mariage au château d'If. Il y restera enfermé durant 14 longues années avant de parvenir à s'en échapper.
L'homme qui réapparaît alors dans la société quelques années plus tard sera désormais connu sous le nom de Compte de Monte-Cristo. Homme riche et puissant, manipulateur à l'extrême, il semble connaître tant de choses, mais demeure pourtant si mystérieux aux yeux de tous.

A travers l'écriture riche de Dumas s'ébranlent alors les rouages d'une vengeance manichéenne minutieusement préparée. Rien ne l'arrêtera. Implacablement, l'étau se resserre.
Ce livre reste l'un des piliers de la littérature Française.

Extrait :
" « Et qui êtes-vous donc ?
- Je suis celui que vous avez vendu, livré, déshonoré ; je suis celui dont vous avez prostitué la fiancée ; je suis celui sur lequel vous avez marché pour vous hausser jusqu'à la fortune ; je suis celui dont vous avez fait mourir le père de faim, qui vous avait condamné à mourir de faim, et qui cependant vous pardonne, parce qu'il a besoin lui-même d'être pardonné : je suis Edmond Dantès ! » "


La Jeune Fille à la perle
La Jeune Fille à la perle
par Tracy Chevalier
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Quand les tableaux deviennent conteurs..., 30 avril 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Jeune Fille à la perle (Poche)
Ne vous êtes-vous jamais interrogé sur l'histoire de ces personnages inconnus, scènes éphémères et moments fugaces, figés éternellement à travers couleurs et pinceau de l'artiste ? Qui étaient-ils, quelles étaient leurs vies, leurs pensées, leurs joies ou leurs déceptions ? Quels étaient leurs souvenirs ?

Acceptons l'invitation à ce voyage imaginaire et entrons dans l'une des toiles de Vermeer.

Voici une histoire écrite tout en douceur, haute en couleurs et en émotions, et qui évoque si bien l'oeuvre subtile du peintre.

Au fil de l'histoire émergera une certaine sensibilité qui teintera la relation s'établissant entre Griet, la jeune servante, et le peintre lorsqu'elle rentre dans son univers.

Extrait :

" L'homme m'observait de ses yeux gris comme la mer. "


Germinal
Germinal
par Emile Zola
Edition : Poche

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Dans les entrailles du Voreux, 28 avril 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Germinal (Poche)
Dans une atmosphère étouffante où se mélangent et s'affrontent rouge et noir, Zola nous fait pénétrer dans l'univers des mineurs. Nuit, errance, faim et souffrance, misère, violence, désespoir et révolte.

C'est à travers les yeux de son personnage, Etienne Lantier, que se dévoile un paysage fantasmatique, embrasé par les lueurs mouvantes de quelques feux qui disparaissent dans des voiles déchirés de fumée et où résonne le « souffle » régulier de la fosse du Voreux tapie au creux d'une colline. Le roman entier n'est que mort et désolation.

Aux tons livides ou obscurs s'ajoutent l'humidité, le froid et la nuit éternelle.

Extrait :
" Des hommes poussaient, une armée noire, vengeresse, qui germait lentement dans les sillons, grandissant pour les récoltes du siècle futur, et dont la germination allait bientôt éclater la terre. "


L'Enfant de sable
L'Enfant de sable
par Tahar Ben Jelloun
Edition : Poche

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un être évanescent, 28 avril 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Enfant de sable (Poche)
L'enfant de Sable est un poème. Un poème incandescent, un vertige embrasé qui dévoile la destruction d'une identité.
Tahar Ben Jelloun, écrivain franco-marocain du XX siècle, met souvent en scène des personnages marginaux voués à l'errance, refoulés dans le silence et l'indifférence. A travers une écriture chaotique et discontinue, approchant parfois la dimension du rêve, il fait immerger un langage interdit en rapport avec le corps, la sexualité et le statut de la femme.
Dans ce livre, L'enfant de Sable, il aborde surtout le thème d'une enfance saccagée, celle d'un enfant auquel on a volé son identité. Se matérialise alors dans un univers crépusculaire un personnage étrange, solitaire, sombre et cruel, dont les traits indéfinis sont modelés par diverses voix narratives.
Mais ce personnage semble n'apparaître que pour disparaître. Le jour de sa naissance est aussi celui de sa mort. A la nuit succède la lumière du jour ; à la guerre, la victoire. L'aube apporte la nouvelle de l'heureux événement et la réhabilitation d'un père qui jusque là n'avait eu que des filles.
Seulement, la victoire du père ne peut être qu'apparente, ce ne peut être q'une illusion. Car le mensonge agit souterrainement. La trahison subsiste. La bataille du Jour et de la Nuit est éternelle. Cet être qui déjà n'existe plus, cet être qu'il a créé échappera peut-être à son contrôle.
A travers ces mots, Tahar Ben Jelloun dénonce la condition de la femme qui est n'est pas reconnue. Il dénonce aussi le vol d'une identité, le « meurtre » d'un enfant, qui ne sera désormais qu'un « enfant de Sable », un être évanescent.

"Suite" : "La Nuit sacrée".

Extrait :
" Un livre tel que je le conçois est un labyrinthe fait à dessein pour confondre les hommes avec l'intention de les perdre. " (Le conteur)


Page : 1 | 2