Profil de layla m beaini > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par layla m beaini
Classement des meilleurs critiques: 244.534
Votes utiles : 2

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
layla m beaini (williamsville, ny, US)

Afficher :  
Page : 1
pixel
La Dernière Neige
La Dernière Neige
par Hubert Mingarelli
Edition : Poche
Prix : EUR 5,20

5.0 étoiles sur 5 Une Derniere neige un morceau d'eternite, 20 janvier 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Dernière Neige (Poche)
Moi aussi je voudrais vous raconter l’histoire d’une capture. Pas celle du milan qu’un enfant rêve d’acheter dans un magasin de bric-à-brac ni celle que cet enfant raconte tous les soirs à son père malade, à ce père dont il pense : « Il y avait également des soirs comme ce soir où je me demandais qui d’autre que lui saurait jamais qui j’étais ». Mais celle de mes yeux pris dans les filets de flocons du livre de Mingarelli, « La Dernière Neige ». Un enfant travaille dans un hospice, attend qu’un vieillard ou l’autre lui fasse signe pour le promener, partage sa paie en participant aux dépenses du foyer et économise le reste pour l’achat d’un milan. Et autour du milan se tisse des conversations entre le père et l’enfant. Des mots purs. Et que ne ferait pas t-on pour que la conversation continue ainsi avec ces mots qui se déroule comme des perles dans le soir couchant. Puis une fois le milan acheté, au prix d’épreuves initiatiques qui apprennent à l’enfant que parfois, certaines choses que l’on décide d’entreprendre nous taillent une solitude dont nous seuls connaissons la saveur, le rituel du soir se tisse autour de l’oiseau, voyageant dans une cage, d’un père à son fils et vice-versa. D’un froissement d’aile.
« Et c’était vraiment magnifique de voir le milan manger de la viande, et en même temps de voir neiger par la fenêtre, derrière lui.
C’était si beau qu’on aurait dit que la fenêtre attendait ça depuis toujours, se mettre à manger tandis qu’un milan mange de la viande devant elle » ou encore « Le plus beau c’est quand il (le milan) mange le soir, et qu’alors j’avais allumé la lampe de chevet. L’abat-jour était orange, et l’ampoule de quarante watts était parfaite pour diffuser à travers ce qu’il fallait de lumière. Tout ce que faisait le milan, chacun de ses mouvements, on les voyait dans cette lumière doucement orangée, et c’était quelque chose de très beau. Et même ensuite, les sons qu’il émettait semblaient faits pour cette lumière, ça les rendait encore plus ténus et délicats que dans la lumière du jour ».
Ce livre m’a appris des pleurs tout neufs, des pleurs veloutés. Oui, ce fut un fragment d’éternité qu’on aimerait entendre dire cette phrase lancinante, poignante que dit le père : « Je ne sais pas comment, mais je serai toujours avec toi ». Aucun prénom dans le livre, une pudeur d’enfance aussi, et un goût de baie rouge-tendresse en plein hiver, en pleine neige, la dernière neige, celle qui fait que des jours lointains brillent comme des étoiles, une neige qui nous marque de ses petites dents, de ses traces qu’on égare en plein froid comme cette vieille chienne dont l’enfant avait décidé de débarrasser ses propriétaires, pour avoir l’argent nécessaire à l’achat du milan. Pour sauver un milan qui allait mourir de froid dans un magasin.
Cette neige a marché sur mon désert de lectrice ce matin, saupoudrant la petite dose de culpabilité que je ressentais à l’idée d’avoir laissé tomber un travail et de me permettre de le faire. Cette même culpabilité décrite dans le livre, qui ne rend pas malheureux mais qui rend solitaire. Encore une fois le hasard au coin d’un livre. Un miroir-glace mais si doux, des jours.


Mademoiselle Gris Poussière
Mademoiselle Gris Poussière
par Guth Joly
Edition : Album
Prix : EUR 14,10

5.0 étoiles sur 5 De l'or dans tout ce gris. Magnifique!, 16 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mademoiselle Gris Poussière (Album)
Mademoiselle Gris Poussière est une demoiselle solitaire et sans histoire. Elle vit dans une ville enfermée dans une cloche de verre, la ville des Grisâtres où tout est gris, où le feuillage des arbres, bruns et morts, cachent le soleil. Mademoiselle Gris Poussière travaille dans une firme d'aspirateurs où elle est appréciée pour son travail sérieux jusqu'au jour où elle trouve un morceau de métal par terre; le ciel vient s'y réfléchir. Elle le cache comme un trésor et découvre petit à petit que le monde est bien plus coloré que sa ville/vie ne l'étaient. Qu'au-delà de la verrière, passaient l'amour et le monde avec leurs murmures d'eau coulante et les promesses que le vent charrie. Le texte est beau, poétique, et mes deux pirates l'ont apprécié. Les illustrations sont magnifiques et font rêver malgré tant de gris mais où l'or luit au loin comme une promesse.


Le peintre et les cygnes sauvages
Le peintre et les cygnes sauvages
par Claude Clément
Edition : Album
Prix : EUR 5,00

5.0 étoiles sur 5 Magique et doux, 13 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le peintre et les cygnes sauvages (Album)
J'ai adore les illustrations et le texte dans ce livre ou ce peintre laisse tout derriere lui et part a la recherche de la beaute. C'est un livre qui fait rever. Je les ai deja offerts a 5 ou 6 enfants et adultes!


Raconte-moi ! 15 histoires de Noël
Raconte-moi ! 15 histoires de Noël
par Collectif
Edition : Relié
Prix : EUR 10,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La Magie de Noel rode et enchante ...., 29 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Raconte-moi ! 15 histoires de Noël (Relié)
Le Pere-Noel a eu la bonne idee d'offrir ce livre a mes enfants et les histoires que nous avons lues ensemble jusque-la sont de vrais contes ou la magie de Noel met de la joie dans le coeur des hommes et deRaconte-moi ! 15 histoires de Noël tous les etres. Entre un Noel japonsais et un Pere-Noel improvise pour combler les animaux de la foret par la nuit froide ou ils font la treve une fois par an, la petite maison familiere du Grand Bonhomme rouge et sa soupe quotidienne, on deguste cette douceur de vivre dans l'attente d'un cadeau a offrir ou a recevoir par une nuit magique entre toutes.


Mémoire de mes putains tristes
Mémoire de mes putains tristes
par Gabriel Garcia Marquez
Edition : Broché
Prix : EUR 5,10

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 un hymne a l'amour et au passage du temps, 13 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mémoire de mes putains tristes (Broché)
Oser rever a tout age. Oser aimer. En dehors de toutes les morales. Ce livre, en aucun cas, ne fait l'eloge du proxenetisme, de la prostitution, etc. .... juste dans cette amerique latine marquezienne ou amour, couleur et sensualite se conjuguent en meme temps. Le temps passe. S'installent les rides. Un ecrivain marginal en somme et ses compagnes marginales les prostituees dont l'une que le narrateur connut dans sa jeunesse. la tendre poesie de leur rencontre elle qui avoue l'avoir aime lui entre les milliers d'hommes qu'elle a connus et qui lui conseille a lui de ne pas mourir avant "de tirer un coup par amour" ... C'est un hymne a l'amour.Mémoire de mes putains tristes


Page : 1