undrgrnd Cliquez ici RLit nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Profil de Végétarien Athée > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Végétarien Athée
Classement des meilleurs critiques: 1.582.860
Votes utiles : 37

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Végétarien Athée

Afficher :  
Page : 1
pixel
Aimer Ce Que Nous Sommes
Aimer Ce Que Nous Sommes
Prix : EUR 14,00

5.0 étoiles sur 5 Exostisme et glamour contemporain, 12 mars 2009
Ce commentaire fait référence à cette édition : Aimer Ce Que Nous Sommes (CD)
Superbe album. Exotique, plein de glamour moderne.
Il évoque assez l'album "Le dernier des Bevilacqua"; que j'ai adoré en le découvrant.
Christophe renoue là avec mélodies et sonorités propres à l'artiste, que l'album "Comme si la terre penchait" avait perdu par la médiocrité des textes et des mélodies, plus expérimentales que mélodieuses.


Le grand secret de l'industrie pharmaceutique
Le grand secret de l'industrie pharmaceutique
par Philippe Pignarre
Edition : Poche
Prix : EUR 10,20

35 internautes sur 39 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Les coulisses d'une industrie en errance, 11 octobre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le grand secret de l'industrie pharmaceutique (Poche)
Un exposé journalistique, sans sensationnalisme malgré un titre sensationnaliste.

Le constat est un peu inquiétant: face aux remèdes aux maux modernes du corps et de l'âme l'industrie pharmaceutique est désarmée. Elle erre, -se- cherche, et ne -se- trouve pas. Elle fusionne, se restructure, et se réduit à faire des paris, moins scientifiques que financiers; notamment sur le génie génétique, qui promet plus qu'il ne permet. La chance de l'amateurrisme des années d'après guerre ne fait plus effet. Et personne pour sauver une industrie en déconfiture qui ne peut plus sauver une humanité malade.

voici un livre pour cesser de croire aux miracles d'une industrie qui promet l'impossible pour attirer les capitaux, et qui fait de moins en moins recette. Un livre pour redescendre sur terre et ne plus croire aux miracles et aux dieux tout puissants. La déesse pharmaceutique se meurt. Les fervents drogués aux drogues pharmaceutiques réaliseront bientôt que les drogues ne font plus effets et qu'il n'y a pas d'autres drogues pour les remplacer et soutenir l'illusion d'un monde qui prétendait tendre vers le parfait.

La mafia de l'industrie pharmaceutique perd du terrain face à l'insondable biologie humaine, qui rappelle qu'elle ne se laisse pas réduire à une moins que rien -comme à des molécules manipulables ou à des mécanismes grossiers- ; et surtout pas par les vaniteux et les arrogants qui se croient au-dessus d'elles.

Bienvenu dans le monde trompeur de l'industrie pharmaceutique, bienvenu sur terre.


Les empereurs du Fast-Food : Le cauchemar d'un système tentaculaire
Les empereurs du Fast-Food : Le cauchemar d'un système tentaculaire
par Eric Schlosser
Edition : Broché

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Lisez et vomissez, 5 octobre 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les empereurs du Fast-Food : Le cauchemar d'un système tentaculaire (Broché)
Le livre se présente comme un roman réalité. Il raconte le succès story des inventeurs du fast-food. Il dresse surtout un répugnant et scandaleux portrait d'une indsutrie qui sacrifie sans vergogne la santé et la vie de misérables ouvriers (souvent amputés, gravement accidentés), et méprise la santé des consommateurs. De quoi se compose la fast-food ? De la merde bovine parfois agrémentée de corps humains mutilés, d'arômes de synthèse et autres additifs plus ou moins nuisibles. Au-delà la sécurité alimentaire, bafouée, la qualité gastronomique, bafouée, il y a un système mafieux, sans scrupule, prêt à tout sacrifier sur l'autel de l'enrichissement éhonté.

Je n'étais pas fan de fast-food; ça dépannait. Maintenant je n'en suis plus client du tout. Les fast-food et moi, c'est terminé.


Page : 1