Profil de Gaetan Gennaro > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Gaetan Gennaro
Classement des meilleurs critiques: 227.362
Votes utiles : 20

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Gaetan Gennaro "maeldan-g" (France)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1
pixel
Street Survivors [Deluxe Edition]
Street Survivors [Deluxe Edition]

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Last but not least !, 11 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Street Survivors [Deluxe Edition] (CD)
Album à posséder absolument, autant pour son contenu que pour l'Histoire.

Premier album où apparaît Steve Gaines, nouveau venu à la guitare que Ronnie Van Zant perçoit comme extrêmement talentueux, c'est aussi l'ultime opus de la formation d'avant 1977. En effet, seulement trois jours après la sortie de cet album, trois des membres du groupe périssaient dans un crash aérien. Les "survivants" se sépareront pendant près de 10 ans avant de se reformer autour de l'un des trois fondateurs, Gary Rossington, et du cadet de Ronnie, Johnny Van Zant.

La pochette originale - avec les flammes - fut retirée et remplacé par une photo du groupe sur un fond noir, par respect pour les victimes de l'accident d'avion (la personne au centre de la pochette dont la tête est prise dans les flammes est Steve Gaines, l'une des victimes).
Cette réédition reprend la jaquette originale et propose, en plus, l'enregistrement de Doraville (Georgie) retenu pour la parution en 1977 ainsi que l'enregistrement fait à Criteria Studios en Floride (5 mois plus tôt). Il y a également quelques autres ajouts, mais ce sont en tout cas les dernières prises studio de Ronnie Van Zant et les seules de Steve Gaines. Un must have absolu.


Southern Knights
Southern Knights
Proposé par Media Hessen
Prix : EUR 15,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un live puissant, 11 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Southern Knights (CD)
D'aucun diront que le Lynyrd Skynyrd post-crash (crash d'avion de 1977 dans lequel disparurent le chanteur Ronnie Van Zandt, un des guitaristes, Steve Gaines, ainsi que sa soeur, la choriste Cassie Gaines) ne peut prétendre rivaliser avec le Lynyrd Skynyrd 'original'.

Pourtant ce live de 1996 dégage un souffle puissant qui fait honneur aux successeurs. Difficile à se procurer - du moins lorsque je l'ai acheté, faisant partie d'un coffret vhs+cd+drapeau, il fallait le commander spécialement à part - Southern Knights mérite amplement de figurer aux côtés de One More from the Road, seul live de la première époque (avec Steve Gaines sioupplait !).

On y retrouve les attaques à trois guitares typiques de leurs débuts (ici Rossington/King/Estes), un Johnny Van Zant qui, sans faire oublier son aîné, parvient à porter des hymnes comme Free Bird ou des titres plus sombres comme That Smell.

La playlist manquant sur la fiche, la voici :
CD1
1. Workin' for MCA (5:23)
2. I ain't the one (4:11)
3. Saturday Night Special (5:46)
4. Double Trouble (4:19)
5.Devil in the Bottle (3:56)
6."T" for Texas (8:39)
7. What's your name (4:05)
8. That smell (7:26)
CD2
1. Simple Man (7:55)
2. Gimme three steps (6:17)
3. Sweet Home Alabama (7:48)
4. Free Bird (13:45)

Et pour les connaisseurs, le line-up :
Gary Rossington (guitare)
Ed King (guitare)
Johnny Van Zant (chant)
Leon Wilkeson (basse)
Billy Powell (clavier)
Mike Estes (guitare)
Owen Hale (batterie)
Dale Krantz (choeurs)
Debbie Davis (choeurs)


Guns 1748
Guns 1748
DVD ~ Jonny Lee Miller
Proposé par New Choice
Prix : EUR 7,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Excellent moment, 5 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Guns 1748 (DVD)
Réalisé par le fils de Ridley Scott (eh oui !) ce film d'aventure rassemble Robert Carlyle et Jonny Lee Miller aux côtés de la belle Liv Tyler. Entre humour très British et action, ce film à l'ambiance décalée est un excellent divertissement fourmillant de répliques croustillantes. N'oublions pas l'excellent acteur écossais, Alan Cumming, dans le rôle de l'inénarrable Rochester - une espèce de Boy George du 18e siècle - et la partition signée Craig Armstrong qui habille ce film d'une musique tantôt classique tantôt moderne participant à la modernité de ce film presque de cape et d'épée. A-t-il inspiré Bernie Bonvoisin pour l'écriture de son Blanche ? Si ce dernier ne brille que par les dialogues des scènes de Jean Rochefort et Carole Bouquet et semble bien souvent faible, Guns 1748 (Plunkett & MacLeane) est quant à lui une franche réussite. Certains spectateurs risquent cependant de passer à côté de l'intérêt de ce très très bon film.


Philips - QC5345/15 - Tondeuse Cheveux - Pro
Philips - QC5345/15 - Tondeuse Cheveux - Pro

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Impeccable, 24 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Philips - QC5345/15 - Tondeuse Cheveux - Pro (Beauté et hygiène)
Ma x-ième tondeuse, donc ça valait bien un petit commentaire. Première remarque, j'ai une chevelure assez épaisse et j'utilise mes tondeuses aussi bien pour les cheveux ou la barbe ainsi qu'occasionnellement pour le corps. Cette tondeuse est suffisamment polyvalente pour permettre de couvrir toutes ces utilisations:
- Un moteur qui semble solide accompagnée d'une batterie efficace et qui jusqu'ici tient les charges impeccablement,
- Deux sabots articulés permettant d'obtenir 40 hauteurs différentes de 1 à 41mm (peu de tondeuses permettent cela !),
- le toute rinçable à l'eau (peigne, dents, tondeuse).
Le temps de charge est incroyablement court, et une fois chargée la tondeuse garde la charge plusieurs jours. A voir avec le temps, puisque la bât blesse souvent de ce côté.
Les autres points concernent les sabots et le câble. Les remarques faisant état de dents de sabot cassant sur les tondeuses d'une autre marque - pourtant réputée - m'ont fait préférer celle-ci et ici, bien que d'apparence pas trop costaud, les dents sont suffisamment souples pour ne pas risquer de casser facilement (en même temps, ce n'est pas courant ce genre de déboire, en presque 20 ans, j'ai dû en casser une seule !). Par ailleurs, une fois la longueur de coupe choisie, une lamelle métallique faisant office de ressort assure que le sabot ne s'enfonce pas pendant la coupe (problème courant sur des modèles cheap). Encore une fois, la durabilité du dispositif reste à éprouver, mais il y a de bonne chance que cela se relâche un peu avec le temps. Côté câble d'alimentation, sans être du haut de gamme on ne devrait pas connaître de problème de faux contact avant longtemps.
Cela doit être ma cinquième ou sixième tondeuse (durée de vie moyenne 3 à 5 ans avec utilisation très fréquente) et seulement ma seconde Philips. De toute évidence, par rapport à ma précédente Philips, celle-ci s'inscrit dans une gamme supérieure, agréable d'utilisation et apparemment faite pour durer, elle mérite qu'on y mette ce prix-là, même en l'absence d'accessoires ou de trousse de rangement. Un très bon choix.
Et merci à Amazon pour leur rapidité et leur efficacité, comme toujours ;)


Centurion [Blu-ray]
Centurion [Blu-ray]
DVD ~ Michael Fassbender
Proposé par [mediapromo]
Prix : EUR 11,84

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Gros budget hémoglobine, 6 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Centurion [Blu-ray] (Blu-ray)
Attention, film sanglant. Grosse action, nombreux combats, certainement un must pour les amateurs du genre, mais un script d'une grande faiblesse. C'est Rainbow Six chez les barbares, une narration bancale où la finalité est de nous emmener d'un massacre à un autre.

Les combats sont mal chorégraphiés et maladroitement montés. La figuration anecdotique de la 9ème légion culmine dans une scène de bataille qui se déroule au rythme de cinq décapitations à la seconde. Au-delà de la saturation, le rythme ne fonctionne pas du tout. A croire que depuis Braveheart - film qui avait remis au goût du jour les batailles rangées de grande ampleur - ce genre de scène est devenu un exercice de style obligatoire. Exercice raté pour Centurion.

Par ailleurs, les spectateurs un tant soit peu intéressés par l'aspect historique ne manqueront pas d'être agacés d'un bout à l'autre. Quelques détails rappellent qu'il s'agit d'une tentative de fiction historique mais on est bien davantage dans de l'heroic fantasy - fantaisiste - avec des Pictes tout droit sortis d'une bande dessinée de barbares. Pour le peu que l'on connaît d'eux, on peut malgré tout être certains qu'ils ne ressemblaient pas à des Germains montés arborant des armes de barbares de fiction. Etain - prénom tout droit sorti de la mythologie irlandaise donc absolument pas en usage chez les Pictes à cette époque - est décrite comme une Brigante et donc (selon Virilus) une Picte. Or les Brigantes sont des Celtes bretons (çàd au sud du mur d'Hadrien) alors que les Pictes sont un peuple du nord de l'île peut-être apparenté (mais sans certitude) aux Celtes. Et que dire de sa lance ? Arianne, elle, porte une robe médiévale et un prénom... Grec. Autre précision, seul un druide aurait pu la défigurer pas un roi ou un chef. Et la peinture bleue dont ils se peignent le visage, comme dans Braveheart... ? Et les anachronismes du genre "est-elle ange ou démon", l'âme, ou encore l'eau-de-vie (scènes coupées) qui n'apparaîtra au plus tôt qu'au cinquième siècle. Mais bon, on est en Ecosse, alors pourquoi pas faire boire du whisky aux légionnaires, hein ?

Bref, une caricature d'épopée historique où aucun poncif ne vous sera épargné, l'histoire très secondaire n'est qu'un prétexte aux scènes de combats. Un divertissement très moyen et l'impression d'avoir perdu mon temps. Même les dialogues sont mal écrits et avec un rythme maladroit.


L'aigle de la neuvième légion [Blu-ray]
L'aigle de la neuvième légion [Blu-ray]
DVD ~ Channing Tatum
Proposé par Art Cub
Prix : EUR 12,00

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une excellente fiction historique, presque un beau voyage., 5 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'aigle de la neuvième légion [Blu-ray] (Blu-ray)
Il y a une foule de commentaires déjà très détaillés, pour ma part, j'ai trouvé ce film très réussi, les paysages, la lumière, les décors et les costumes ainsi qu'un casting parfait en tous points sans oublier la musique, tout concourt à immerger le spectateur dans cette histoire qui est - rappelons-le - une fiction qui se déroule sur fond d'histoire romaine.

Le réalisateur mêle avec subtilité le fictionnel et l'historique, ne prenant des libertés avec l'Histoire que lorsque cela sert l'histoire. Et l'impression générale est que cela reste plutôt crédible. Rappelons que les peuples du nord de l'île de Bretagne de l'époque romaine sont très peu connus, et que, comme l'admet le réalisateur, il a dû partir de trois fois rien pour imaginer une culture. Bien que le mot Pict ne soit pas prononcé dans le film, c'est bien d'eux qu'il s'agit, et peu de choses sont connues à leur sujet. Les hommes nus au corps peint qui attaquent Marcus et Esca au bord d'une rivière semblent correspondre à certaines descriptions des Pictes de l'antiquité, en revanche les Seal sont une création, à mi chemin entre des Algonquins et les Berserkir troglodytes du Treizième Guerrier. Cet "exotisme" est voulu et se justifie par la nécessité, d'un point de vue fictionnel, de restituer ce sentiment d'être au bout du monde, bien au-delà des limites du monde "connu".

Pour le spectateur lambda, le scénario tient la route, pour le puriste, certains ne manqueront pas de relever que Esca, un Brigantes, et les Seal s'expriment dans des sabirs gaéliques. Les Brigantes étant des Celtes Bretons, ils parlaient un dialecte Brittonique, quant au langage supposé des Seal, l'appartenance des Picts au groupe Celte (ethnologiquement ou linguistiquement parlant) fait encore amplement débat. Cependant, c'est une performance d'avoir demandé à des acteurs de jouer des scènes entières en gaélique et cela reflète le souci de vraisemblance historique du réalisateur. De même, le symbolisme l'a poussé à choisir Channing Tatum pour jouer le Romain et Jamie Bell pour jouer le Breton, alors que les Romains décrivaient souvent les Celtes comme étant d'une stature supérieure à celle des Romains. Mais ce sont là des détails que relèveront certains qui ne pénalisent aucunement la narration.

Le seul véritable reproche que je ferai concerne la fin, puisque la fin alternative est disponible dans les suppléments, celle-ci était, du point de vue de l'histoire et de l'évolution des personnages, beaucoup plus naturelle et logique que celle proposée dans le film. Quand on voit le film, on ne comprend d'ailleurs pas très bien certains mots et certains gestes autour de la scène du bûcher, et en voyant ensuite la fin alternative, on comprend pourquoi.

Du point de vue de la violence, il y a quelques scènes un peu saignantes, ce qui en fait un film à ne pas proposer à tous publics, en revanche, quel réalisme et quel plaisir de voir une tortue romaine en action, filmée. Reste une belle ambiance servie par la musique et la photographie, un véritable dépaysement qui plaira aux amateurs du genre, aux passionnées d'histoire ainsi qu'à un public plus large.


Le Perroquet gris du Gabon
Le Perroquet gris du Gabon
par Dagmar Schratter
Edition : Relié

4.0 étoiles sur 5 Un livre intéressant..., 3 janvier 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Perroquet gris du Gabon (Relié)
... mais qui laisse une impression de rester à la surface des choses.

Lecture essentielle AVANT d'adopter un Gris, elle se révèle également utile aux nouveaux propriétaires. Des informations clés sur son hygiène, son rythme de vie, sa santé ou son régime alimentaire sont données au fil des 91 pages abondamment illustrées de clichés.

On apprend par exemple par le détail la composition de mélanges de graines mais la liste des bois conseillés ou toxiques n'est pas exhaustive. Eh oui, 91 pages moins les photos, le contenu est assez succin finalement et sert surtout à apprendre le B-A BA sur le Gris du Gabon. Certaines informations importantes sont ventilés dans le texte (on apprend au détour d'un paragraphe l'âge de sa maturité sexuelle ou le nombre d'heures de sommeil ou de lumière nécessaire) alors que les trois premières pages sont consacrées à sa localisation géographique, sa classification et sa morphologie (détails zoologiques) qui sont certes importantes et intéressantes mais certainement d'un intérêt moindre que les détails pratiques évoqués plus haut pour un propriétaire lambda.

Presque trois pages sont consacrées - en plus des basiques sur sa cage etc... - à la fabrication de volières de jardin tandis qu'à peine plus de deux pages traitent des jeux (et pourtant savoir comment utiliser des jeux éducatifs serait une information, selon moi, pertinente). Ce déséquilibre entre la considération zoologique et les détails pratiques d'une cohabitation chez une personne privée reflète le profil de l'auteur qui est directrice de Zoo. Son cheval de bataille est d'ailleurs d'encourager la détention d'un couple ou d'un groupe de Gris en volière extérieure, raison pour laquelle le lecteur souhaitant savoir comment organiser la vie de son petit protégé en cage d'intérieur dans son appartement trouvera des informations utiles mais restera sur sa faim.

Une première lecture pour tout ceux qui s'intéressent à ces beaux oiseaux, futurs acquéreurs et nouveaux propriétaires, mais qui laisse énormément d'aspects à approfondir par soi-même et par d'autres lectures. Un basique mais certainement pas une bible.


KOSS The Plug Ecouteurs
KOSS The Plug Ecouteurs
Proposé par Son-Video
Prix : EUR 13,23

5.0 étoiles sur 5 Et le casque disparait au profit de la musique !, 5 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : KOSS The Plug Ecouteurs (Appareils électroniques)
Acheté il a trois-quatre ans pour un lecteur MP3 réputé "hifi" afin de tenter de profiter enfin du fameux son hifi promis. Après quelques manips - inconfortables pour les plus délicats je l'admets - les embouts s'insèrent parfaitement dans les oreilles. Les premières utilisations peuvent être un peu gênantes, mais au bout d'une semaine, les mousses s'adaptent et là, magie ! On ne sent plus le casque (qui est d'ailleurs très léger) et on est parfaitement isolés - peut-être même trop, piétons : prudence - des bruits extérieurs. Ne reste plus que la musique, dont la qualité ne dépendra que de votre lecteur ou de votre encodage car le casque est précis, suffisamment puissant et riche en basse. Notez que cela nécessitera quelques ajustement si c'est votre premier casque de type canon (intra-auriculaire) attention notamment à régler le volume plus bas que ce dont vous aviez l'habitude et si vous avez un petit égaliseur, c'est le moment de vous en servir. Bref, un régal à un prix plus qu'attractif, et plutôt fiable puisque au bout de ces 3-4 années, il fonctionne toujours à merveille et que je n'ai pas encore eu besoin de remplacer les mousses (il y en avait 3 paires différentes livrées avec le mien).


Page : 1