Profil de antigone > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par antigone
Classement des meilleurs critiques: 4.151
Votes utiles : 902

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
antigone "http://antigonehc.canalblog.com"

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Des gourmandises sur l'étagère
Des gourmandises sur l'étagère
par Françoise Moreau
Edition : Poche
Prix : EUR 6,09

5.0 étoiles sur 5 Prise par surprise !, 30 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des gourmandises sur l'étagère (Poche)
Un jeudi de pluie, Marie-Gabrielle et sa fille, Berthe, sont ensemble dans la cuisine. Elles préparent des moules, "le beurre grésille avec l'oignon, le thym et le laurier dans la marmitte chauffée à vif. Marie-Gabrielle y jette les moules. Les coques résistent, gémissent, s'ouvrent dans un spasme. Leur chair jaune est nue. Et le cri de la moule sous la brûlure déchire les tympans de Berthe. Elle se bouche les oreilles à deux mains. Elle hurle pour ne plus entendre. Un cri assourdissant, impuissant. Une crise nerveuse impossible à calmer." Berthe, alors, refuse de s'alimenter, devient maigre, aussi maigre que ses parents deviennent gros et gourmets...

J'ai été prise par surprise par ce court roman - presque une nouvelle - qui parle du plaisir et du refus de manger. Car en effet, malgré un style que j'ai trouvé trop riche à mon goût au tout début - garni d'adjectifs, je me suis laissée prendre par l'affection maladroite de ce couple, incapables d'enrayer la maigreur de leur fille et son dégoût, impuissants aussi devant son départ. La constance de leur amour fera des miracles, et je vous dirais que tout cela est beau, vraiment beau, et que ce serait dommage de ne pas goûter à ces mots là... vraiment dommage !


Pauline
Pauline
par Alexandre Dumas
Edition : Poche

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un classique à découvrir !, 30 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pauline (Poche)
Ce récit commence par l'évocation d'une anecdote : Alexandre Dumas effectue un voyage en Suisse et rencontre un ami, Alfred de Nerval, accompagné d'une mystérieuse jeune femme voilée. De fil en aiguille, nous apprenons l'histoire de cette femme, son mariage malheureux avec un homme cachant un secret terrible et cet amour unique, pudique, qui prend racine dans la fuite et s'épanouit dans la confiance.

J'ai tout d'abord cru, dès les premières pages, qu'on nous parlait ici de Gérard de Nerval, mais le personnage de ce roman est bien entendu fictif, et se prénomme Alfred (je suis heureuse d'avoir pour cela choisi la version annotée très intéressante). Une fois dirigée dans la bonne direction, ma lecture a été très plaisante, heureuse finalement, de retrouver, le temps d'un roman, ce style un peu désuet souvent lu auparavant.
Nous connaissons dès les premiers paragraphes l'épilogue de l'histoire : Pauline est morte et Alfred de Nerval souffre encore de la perte de cet amour.
Les différents récits (Alexandre, Alfred de Nerval, Pauline) ménagent tout de même un suspens évident car plusieurs énigmes irrésolues trouvent leur éclaircissement au fur et à mesure des chapitres.
Plusieurs thèmes et situations de Pauline rappellent inmanquablements quelques traits du futur chef-d'oeuvre de l'auteur : Le comte de Monte-Cristo, un de mes romans préférés. On pâlit beaucoup, on s'échange des billets, on parle d'honneur, de vengeance, de secrets, d'amour et de crimes.
Je qualifierai ce roman, considéré comme un roman gothique (mystères, meurtres et châteaux en ruines oblige), et première véritable oeuvre romanesque de l'auteur, de petit régal délicieux et je vous invite à le découvrir !!


Demande à la poussière
Demande à la poussière
Proposé par Neobang
Prix : EUR 19,90

12 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Classique mais agréable, 30 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Demande à la poussière (DVD)
Tiré du célèbre roman éponyme de John Fante, ce film - de facture relativement classique - se regarde avec plaisir. Tous les ingrédients sont présents pour passer un moment agréable : une chambre d'hôtel en désordre, un écrivain en mal d'inspiration qui tape sans relâche sur sa machine à écrire noire, de la poussière, des cafés sombres, de l'amour, des femmes un peu folles, des doutes, de la mer et de l'espoir !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 11, 2011 7:39 PM CET


La cité des fleurs fanées
La cité des fleurs fanées
par Eric Dejaeger
Edition : Broché
Prix : EUR 7,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une belle surprise !, 30 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : La cité des fleurs fanées (Broché)
Ce livre est composé d'échanges de mails, chats, extraits de journaux, SMS, conversations entre étudiants (ici collégiens en classe de troisième)...
La cité des fleurs fanées nous raconte une année scolaire dans un collège de Belgique, entre bagarres, amour, religion, liberté et adolescence. Personne ne sort indemne des évènements qui vont surgir brutalement dans la vie des protagonistes, profs compris. Malgré les désirs de "bien faire", il sera difficile d'empêcher Faktorye de suivre son destin, les exclusions de se produire et les amours d'être contrariées...Moi qui ne lit jamais de romans pour adolescents, j'ai été heureusement surprise par la qualité de celui-ci, je n'en ai d'ailleurs fait qu'une bouchée.


Nous sommes cruels
Nous sommes cruels
par Camille de Peretti
Edition : Poche
Prix : EUR 6,60

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Des liaisons dangereuses..., 20 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nous sommes cruels (Poche)
Camille de Peretti, avec ce roman épistolaire, réussit le tour de force de nous faire ressentir des émotions comparables à celles éprouvées lors de la lecture des Liaisons dangereuses, un sentiment déroutant de fébrilité et de tension. Que va-t-il arriver aux personnages ? Vont-ils être démasqués, se perdre, souffrir, regretter ? Les innocents vont-ils passer au travers des odieux complots fomentés à leur insu ? La trame narrative suit celle du roman "maître" et j'ai retrouvé avec plaisir quelques moments similaires qui donnent à ce récit à plusieurs voix un charme désuet, tout en restant très inscrit dans une réelle modernité, celle bien particulière des grandes écoles et des études supérieures, celle aussi plus populaire des mails et des SMS, remplacant ici avantageusement les billets doux glissés dans les mancherons d'alors...


Jindabyne, Australie
Jindabyne, Australie
DVD ~ Gabriel Byrne
Proposé par odyssees-numeriques
Prix : EUR 19,99

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 A découvrir !, 20 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jindabyne, Australie (DVD)
Jindabyne est le nom d'une petite ville au fin fond de l'Australie, là où la pauvreté de la vie se mélange à la rudesse du climat.
Parti avec son groupe d'ami pour une randonnée de pêche, un homme découvre le cadavre d'une jeune femme aborigène flottant dans une rivière. Les randonneurs sont sous le choc mais décident pourtant, étrangement, de ne pas rentrer tout de suite et de poursuivre leur partie de pêche. Une attitude qui met le feu aux poudres dans la communauté aborigène et attise les conflits de couple au sein des familles. Ne restera plus aux coupables qu'à rechercher le pardon...

Adapté de la nouvelle de Raymond Carver, "Tans d'eau si près de la maison", ce film plonge le spectateur dans une ambiance tendue. Les paysages filmés en plan large, magnifiques et rudes, contrastent avec les personnages tourmentés qui vivent ce drame, refermés sur eux-mêmes, ruminant chacun à leur tour douleurs et secrets, entre culpabilité et désir de bien faire. Il y a la communauté aborigène et ses rites funéraires particuliers, touchants, et ces enfants, également, aux rêves trop grands et trop sérieux, qui tentent d'apprivoiser la mort et ne cessent de la frôler... Un moment de qualité, qui mêle images sublimes, thriller psychologique, intimité et respect.


Carton ou l'Histoire d'un libraire qui se transforme en carton
Carton ou l'Histoire d'un libraire qui se transforme en carton
par Serge Joncour
Edition : Broché

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Une déception..., 20 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carton ou l'Histoire d'un libraire qui se transforme en carton (Broché)
Je me suis braquée dès les premières pages de ce livre...le fait d'avoir été libraire moi-même explique sans doute les quelques détails sur lesquels j'ai un peu tiqué, le bonheur du libraire en hypermarché par exemple, sa léthargie entre autres... Et puis, je n'ai pas compris l'intérêt dramatique de cette transformation d'un être humain en carton, même d'un point de vue métaphorique, même en y cherchant du second degré, même en voulant y trouver de l'absurde bien placé... Dommage ! J'ai bien compris pourtant qu'il s'agissait d'une critique du système "best seller" et j'avais envie de l'aimer ce livre, alors je me suis efforcée de le lire, jusqu'au bout, et puis non, toujours rien, je suis restée jusqu'à la fin sur ma faim.


FILS DE L'EPICIER, LE -
FILS DE L'EPICIER, LE -
DVD ~ Nicolas Cazalé
Proposé par DVDMAX
Prix : EUR 6,38

15 internautes sur 15 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un joli film, 9 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : FILS DE L'EPICIER, LE - (DVD)
Suite à l'infarctus de son père, Antoine quitte la ville où il habite, afin d'aider sa mère dans l'épicerie familiale. Habitué aux petits boulots sans lendemains, il se retrouve sans plaisir au volant d'une vieille camionnette à sillonner villages et hameaux isolés. Petit à petit pourtant, aidé de son amie Claire, Antoine se prend au jeu du commerce et de la douceur...

Mon avis...
Voici un film doux et tranquille, comme les habitants des hameaux que sillonne Antoine. Il a réveillé chez moi quelques souvenirs enfantins : des coups de klaxons dans ma rue, des pièces accrochées au volet, le goût craquant des baguettes fraîches... Pourtant ici, il s'agit plutôt de légumes (frais ou en boîtes), d'oeufs, de pâté, et de menus services...
J'ai aimé l'impression d'espoir que transporte ce "fils d'épicier" dans sa camionette, l'espoir d'un monde fait de compassion, de tendresse et d'humour. Un bien joli moment !!


Un artiste du monde flottant
Un artiste du monde flottant
par Kazuo Ishiguro
Edition : Poche

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Peinture et remises en questions..., 9 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un artiste du monde flottant (Poche)
Le peintre Masugi Ono, devenu un vieil homme, songe sans déplaisir à son passé et au rôle qu'il a pu lui-même jouer, avec ses toiles, dans l'histoire du Japon, pendant la seconde guerre mondiale. Mais les temps ont changé et les idées d'autrefois n'ont plus cours. Devant marier sa plus jeune fille, Noriko, déjà âgée de 26 ans, Ono craint que ce passé vienne interférer malencontreusement dans les négociations du mariage. Il tente donc de retrouver ses anciens compagnons, adeptes comme lui du "monde flottant", métaphore sous laquelle les Japonais définissent les lieux de plaisir de la vie nocturne, afin de sécuriser l'enquête des parents du prétendant...

Mon avis...
Auteur du très connu Les Vestiges du Jour, adapté au cinéma par James Ivory en 1993, Kazuo Ishiguro signe ici un roman que j'ai trouvé de facture assez classique. Il est en effet plutôt habituel, dans les romans japonais, de suivre les tribulations et pensées d'un vieil homme intellectuel, ancien maître respecté, devenu spectateur désarmé de la modernité et de l'évolution des mentalités. Quelques petits détails et fils narratifs m'ont pourtant évité l'ennui que me procure souvent de trop longues digressions : les préparations du mariage de Noriko qui semble par moments bien compromis, les espiègleries du petit-fils du narrateur et les remises en questions du vieil homme qui imprègnent admirablement la fin du récit. A lire, pour ceux que le Japon d'après-guerre intéresse spécialement !!


L'enchanteur et illustrissime gâteau café-café d'Irina Sasson
L'enchanteur et illustrissime gâteau café-café d'Irina Sasson
par Joëlle Tiano
Edition : Broché

3.0 étoiles sur 5 Un roman gourmand !, 9 avril 2008
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'enchanteur et illustrissime gâteau café-café d'Irina Sasson (Broché)
Irina, 101 ans, somnole, tandis que sa petite fille est à son chevet... Lui reviennent en mémoire des instants de sa vie, passés dans la colonie européenne de Batenda... Lui reviennent en mémoire tous ces moments où elle fabriquait cette recette de gâteau au café qu'elle aimait tant cuisiner, sa spécialité.

Etrangement, j'ai eu du mal à adhérer complètement à ce récit au féminin. Je me demande si mon incapacité de cuisinière y est pour quelque chose ! Sans doute, oui.
Par ailleurs, et pourtant, ce récit raconte une bien belle histoire, celle d'une jeune fille tombant amoureuse de l'homme imparfait qu'elle a été obligée d'épouser ; celle d'une femme qui connaîtra la passion dans le secret, et renonce ; celle d'une mère, à la fois tendre et entière.
Malgré ce sentiment, un peu flou, d'avoir râté une rencontre avec ce livre, j'ai eu à sa lecture une terrible envie de goûter le fameux gâteau au café décrit, la vision de biscuits trempés en étant le point d'orgue.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20