Profil de fifi59 > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par fifi59
Classement des meilleurs critiques: 571
Votes utiles : 4972

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
fifi59
(TOP 1000 COMMENTATEURS)    (#1 CRITIQUE au Tableau d'HONNEUR)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Briser Le Silence
Briser Le Silence
Prix : EUR 18,89

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un formidable retour !!, 5 octobre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Briser Le Silence (CD)
Souvenirs, souvenirs...

Blasphème, pour moi, c'est d'abord un concert mémorable, au cœur des années 80, à Avesnes-Les-Aubert.
Le groupe était alors accompagné de Vulcain.
Ce concert fut fantastique, les deux groupes se livrant totalement, en symbiose avec le public, totalement déchaîné ! Votre serviteur est reparti de ce concert épuisé mais heureux...et fan de Blasphème !

Blasphème a été fondé en 1981 et a sorti deux albums (Blaspheme en 1983 et Désir de vampyr en 1985), constitués d'un nombre conséquent de hits qui ont fait du groupe l'un des fleurons de cette remarquable jeune vague du Metal français (Sortilège, Attentat Rock, Killers, Demon Eyes, ADX, H Bomb, Satan Jokers...).
Malheureusement, le groupe se dissout en 1985.
Il faudra attendre 2007 pour assister à sa reformation, pour le Paris Metal France Festival II (qui s'est déroulé en 2008), avec trois membres originaux : Marc Fery (chant), Pierre Holzhaeuser (guitare) et Philippe Guadagnino (basse), Aldrick Guadagnino (le fils de Philippe) remplaçant Régis Martin à la batterie. La décision de poursuivre l'aventure fut prise et se matérialise aujourd'hui avec la sortie du troisième album, le bien nommé Briser Le Silence.

La première chose qui me vient à l'esprit est qu'avec "Briser Le Silence", on reconnait immédiatement la patte du groupe (avec, en particulier, la voix si caractéristique de Marc). Si on ressent tout au long de l'album l'influence de ces glorieuses 80's, le groupe a fait évoluer sa musique vers les années 2010 en façonnant un son puissant et précis, d'une efficacité incontestable, au service de compositions mélodiques, variées et solidement interprétées. "Briser Le Silence" est bien le digne successeur des deux précédentes pépites de Blasphème !
De "The Crow" et sa mélodie vocale rappelant "Seul" au très Rock'N'Roll "Carpe Diem" en passant par le speed et terriblement efficace "Homme Eternel" ou la chouette ballade "L'Ultime Errance", "Briser Le Silence" ne souffre finalement d'aucun point faible. Tous les titres (de nouveau chantés en français) sont bons et les diverses facettes de la musique de Blasphème sont présentes (Heavy, Rock, Speed).
L'album se clôt avec l'instrumental "Memories", un bel hommage à leur ami et manager Dominique Flamet (RIP).

En fin de compte, après le retour flamboyant de Satan Jokers, Blasphème a réussi, vingt-cinq ans plus tard, son retour discographique, modernisant l'approche de sa musique tout en restant fidèle aux années qui ont fait de lui l'un des Grands de la scène Metal française.
"Briser Le Silence" est un album que j'ai immédiatement trouvé très accrocheur. Inspiré et parfaitement produit, doté en outre d'une superbe pochette signée Jean-Pascal Fournier (Immortal, Magica, Nightmare...), il est destiné à occuper une place dans votre cdthèque !

Tracklist de Briser Le Silence :

01. The Crow
02. Briser Le Silence
03. Carpe Diem
04. Coeur D'Enfant
05. Qui Suis-Je
06. L'Ultime Errance
07. De l'Ombre A La Lumière
08. Homme Eternel
09. Memories

En plus, nous avons droit au concert donné par Blasphème au Hellfest (DVD).
Le groupe interprète sept titres (en donnant la part belle au second album, "Désir De Vampyr") durant ce live d'environ trente minutes, et c'est avec beaucoup de plaisir que je retrouve des compositions qui ont bercé mes jeunes années de métalleux, agrémentées de deux titres du nouvel album.
Très plaisant, montrant un groupe très à l'aise, avec un son et une image à la hauteur et un bon montage, ce DVD est un formidable bonus pour "Briser Le Silence"...et une raison de plus de l'acquérir !

Setlist du concert au Hellfest (20 juin 2010) :

01. Désir De Vampyr (de l'album Désir De Vampyr, 1985)
02. Seul (de l'album Désir De Vampyr, 1985)
03. The Crow (de l'album Briser Le Silence, 2010)
04. Au Nom Des Morts (de l'album Désir De Vampyr, 1985)
05. Orgie Romaine (de l'album Désir De Vampyr, 1985)
06. Carpe Diem (de l'album Briser Le Silence, 2010)
07. Vengeance Barbare (de l'album Blasphème, 1983)

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (10) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 10, 2011 10:49 PM CET


Vine
Vine
Proposé par Dirty Deals!
Prix : EUR 12,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un album bien agréable !!, 28 septembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vine (CD)
En 2005, Sentenced, formidable groupe finlandais franchement incontournable, disparaissait en laissant un grand vide.
Vesa Ranta, son batteur, revient aujourd'hui sur le devant de la scène avec The Man-Eating Tree et il s'est entouré de personnalités de la scène Gothic Metal : Janne Markus (Poisonblack, guitare), Tuomas Tuominen (Fall Of The Leafe, excellent groupe qui n'est malheureusement plus en activité et qu'il vous faut découvrir, chant), Heidi Määttä (Embraze, formation également disparue, claviers) et Mikko Uusimaa (Reflexion, basse).
N'oublions pas le producteur Hiili Hiilesmaa (Amorphis, Him, Eilera, Moonspell...) qui a façonné un son de haute qualité, permettant de découvrir toutes les subtilités des instruments, pour ce premier album de The Man-Eating Tree intitulé "Vine".

Donc, à la base, tout est réuni pour obtenir un album de qualité. Est-ce le cas ?
Avec "Lathing A New Man", les ingrédients inhérents au style Metal Gothique/Atmosphérique sont présents (quelques éléments pourront faire penser à Him, d'autres à Poisonblack...). Ce titre est agréable et augure d'un album sympathique.
Et bien effectivement, il l'est, la suite de l'album est dans la lignée, "Vine" étant assez inspiré, très mélodique et accrocheur. J'avoue être dans l'incapacité de citer quelques titres sortant du lot car je ressens une réelle homogénéité à l'écoute de l'album. En effet, les compositions incorporent des passages puissants, laissant plutôt la part belle aux guitares, et d'autres très atmosphériques, mélancoliques, dans lesquels les divers instruments évoluent au diapason pour nous procurer des moments doux, plaisants.
J'indiquerai également que Tuomas est très convaincant, son chant apporte son lot d'émotions et magnifie les chouettes mélodies de l'album.

Finalement, même si "Vine" n'est pas un album original (on pense souvent aux groupes du genre, passés ou présents), il se révèle très bon, superbement interprété et produit. J'ai passé un très bon moment en sa compagnie, je vous le recommande donc !

Tracklist de Vine :

01. Lathing A New Man
02. The White Plateau
03. This Longitude Of Sleep
04. King Of July
05. Of Birth For Passing
06. Out Of The Wind
07. Nights In White Satin
08. Tide Shift
09. Instead Of Sand And Stone
10. Amended

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 4, 2010 9:06 PM MEST


Blood Of The Nations (Edition Limitée)
Blood Of The Nations (Edition Limitée)

19 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Accept de retour parmi l'élite du Heavy Metal !!, 31 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Blood Of The Nations (Edition Limitée) (CD)
En préambule, j'avoue que l'optimisme n'était pas totalement de mise lorsque j'ai appris qu'un nouvel album d'Accept allait sortir. En effet, j'avais plutôt été déçu par les deux dernières livraisons du groupe (Death Row en 1994 et Predator en 1996...bon sang, quatorze ans déjà !). Ensuite, Udo Dirkschneider, son emblématique chanteur, n'allait pas être de la partie (le seul album d'Accept sur lequel il n'est pas est Eat the heat (Réédition 1988), datant de 1989). Il n'a pas souhaité prendre part à l'aventure et continue donc sa brillante carrière solo.
Et bien après avoir écouté ce nouvel opus, je le clame haut et fort : 'Blood Of The Nations' est une bombe !!

En 1968 nait Band X, rebaptisé Accept en 1971, qui enregistre onze albums studio entre 1979 et 1996.
Le groupe commence donc sa carrière discographique en 1979 ("Accept") et le second album (I'M A Rebel, en 1980) permettra d'apprécier l'un des "tubes" du groupe, à savoir "I'm A Rebel".
J'ai découvert Accept avec le monumental Restless And Wild (1982) et ses méga-hits ("Fast As A Shark", "Restless And Wild" ou "Princess Of The Dawn"). Le qualificatif "monumental" s'applique d'ailleurs aussi au précédent album (Breaker, 1981) et au suivant (Balls to the wall (Réédition 1983), 1983).
N'y allons pas par quatre chemins, ces albums sont absolument incontournables pour tout fan de Heavy Metal qui se respecte et constituent une trilogie trônant au zénith du genre !
Le groupe enregistre ensuite deux excellents albums, bourrés de titres particulièrement accrocheurs (Metal Heart (Remaster Edition) en 1985 et Russian Roulette (Remaster Edition) en 1986).
En 1987, Udo quitte le groupe et fonde son projet solo nommé...U.D.O. !
C'est donc un autre chanteur (américain), David Reece, qui sera présent sur l'album suivant ("Eat The Heat"), disque sympa mais à des années-lumières des précédents, s'orientant dans une voie assez Hard FM et donc finalement trop éloignée du style spécifique du groupe.
Après le retour d'Udo, trois albums sortent (le bon Objection Overruled en 1993 et les mitigés "Death Row" et "Predator") puis le groupe se sépare en 1996...et se reforme en 2005, mais uniquement pour des festivals.
Accept, c'est fini pourrait-on croire, définitivement.
Mais en 2009, un retour est à l'ordre du jour, sous l'impulsion de Peter Baltes et Wolf Hofmann (respectivement bassiste et guitariste du groupe depuis 1976, donc présents tous les albums). Mais ce sera sans Udo, qui a refusé de participer à la reformation, craignant que cela ne fonctionne pas. De plus, son groupe est sa priorité.
Par contre, Herman Franck (guitare, qui joue sur "Restless And Wild" et "Balls To The Wall") et Stefan Schwarzmann (batterie, qui est sur "Death Raw") seront de la partie.
Trouver un chanteur qui corresponde parfaitement au style déployé par le groupe était une tâche ardue.
Et bien je pense, en toute objectivité, qu'Accept a aujourd'hui le chanteur idéal en la personne de Mark Tornillo (TT Quick). Il incarne à mes yeux un choix particulièrement judicieux puisqu'il rappelle parfois Udo au niveau de certaines intonations, mais a également ses propres spécificités, en adéquation totale avec la musique proposée.

"Blood Of The Nations" est donc le douzième opus d'Accept.
Si le line-up est sans conteste de haute volée, il fallait également des titres qui tiennent la route ainsi qu'une production à la hauteur.
Pas de souci pour le son puisque c'est Andy Sneap (Arch Enemy, Blaze, Megadeth, Exodus...) qui s'y colle. Sans surprise, la production est donc imposante, mettant parfaitement en valeur les compositions du groupe.

Et justement, les compositions, sont-elles en mesure de relancer Accept sur le devant de la scène Heavy Metal ?
Le premier titre a tendance à indiquer que c'est le cas. "Beat The Bastards" est direct, la griffe du groupe est immédiatement identifiable, avec ses rythmiques robustes et ses soli efficaces. Quant à Mark Tornillo, il est très convaincant, avec sa voix éraillée, puissante et capable d'être haut perchée. Tendance confirmée avec "Teutonic Terror" et son mid-tempo bien Heavy agrémenté de choeurs typiques du groupe (qu'on rencontrera parfois sur l'album).
"The Abyss" et "Blood Of The Nations" sont dans la lignée, mélodiques, puissants et accrocheurs.
Avec "Shades Of Death", titre sombre et assez fascinant, je suis notamment conquis par son début incluant des éléments Symphoniques.
Changement radical d'ambiance avec le dévastateur "Locked And Loaded", puis la superbe ballade aux atours Symphoniques nommée "Kill The Pain" (que Scorpions n'aurait pas reniée) nous confirme, si besoin était, que le nouveau chanteur n'est pas un clone. Il tire parfaitement son épingle du jeu en mettant en avant l'aspect émotionnel de sa voix, qui s'avère ici très mélodieuse. Ceci ajouté au fantastique boulot de Wolf à la guitare, nous avons là un morceau de toute beauté !
"Rollin' Thunder" déboule, bien rentre-dedans, puis "Pandemic" vient démontrer que, depuis le début de l'album, il n'y a pas de points faibles...et ce n'est pas la suite qui viendra infirmer cela !
"New World Comin'", avec quelques accents "Princess Of The Dawn", retient l'attention avec son riff entêtant.
Le rapide "No Shelter" précède "Bucket Full Of Hate" qui clôt "Blood Of The Nations" avec ce sentiment que l'inspiration a été au rendez-vous durant l'ensemble de l'album, avec peut-être, selon moi, une mention spéciale pour quelques titres ("The Abyss", "Shades Of Death", "Rollin' Thunder", "Kill The Pain" ou "New World Comin'").

Alors, retour gagnant ? Incontestablement, c'est un OUI franc et massif !!
"Blood Of The Nations" est un album parfaitement interprété, solide, mélodique, doté de superbes soli et d'une base rythmique imposante. Ajoutons à cela un excellent chanteur, une production magistrale et on obtient un album qui mérite de cartonner car, on peut l'affirmer, Accept est de retour et il est en pleine forme !
Souhaitons maintenant que cette reformation soit définitive, avec ce line-up et d'autres albums de cet acabit.

Tracklist Blood Of The Nations :

01. Beat The Bastards
02. Teutonic Terror
03. The Abyss
04. Blood Of The Nations
05. Shades Of Death
06. Locked And Loaded
07. Kill The Pain
08. Rollin' Thunder
09. Pandemic
10. New World Comin'
11. No Shelter
12. Bucket Full Of Hate

Notons que cette édition limitée est indispensable car elle inclut un excellent titre bonus ("Time Machine") qui a totalement sa place au sein des autres compositions et qui n'est absolument pas de moindre intérêt !

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (15) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 6, 2010 10:50 PM MEST


Forging The Land Of Thousand Lakes (Edition Limitée 2DVD+2CD)
Forging The Land Of Thousand Lakes (Edition Limitée 2DVD+2CD)
DVD ~ Amorphis
Prix : EUR 21,33

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un coffret fantastique pour un groupe exceptionnel !!, 21 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Forging The Land Of Thousand Lakes (Edition Limitée 2DVD+2CD) (DVD)
Fan d'Amorphis depuis ses débuts, c'est avec un immense plaisir que j'ai appris, il y a quelques mois, que le groupe allait sortir son premier DVD.
Puis c'est avec un immense plaisir que j'ai commandé le coffret (incluant deux CD et deux DVD), en sachant que le contenu était imposant !
Et enfin...c'est avec un immense plaisir que j'ai regardé (trois fois déjà pour les concerts) les deux DVD et écouté (deux fois) les deux CD pour en arriver à la conclusion suivante : ce coffret a tout pour plaire, le contenant est sublime et le contenu est monumental. Les vingt ans de carrière de ce groupe fantastique sont donc parfaitement fêtés avec ce coffret !

Amorphis est né en 1990 à Helsinki (Finlande) sous l'impulsion de Jan Rechberger (batterie), Tomi Koivusaari (guitare) et Esa Holopainen (guitare), et le moins que l'on puisse dire, c'est que le groupe est très actif. Amorphis a sorti, à ce jour, outre ce coffert, une démo, treize singles et EP, neuf albums, ainsi que deux best of.

Amorphis est un groupe en mouvement perpétuel, qui ne s'impose aucune limite en matière d'inspiration, n'hésite pas à faire évoluer son style au fil des albums et ne s'enferme pas dans un style prédéfini. Plusieurs dénominations peuvent être employées, en fonction des albums (certaines se chevauchant régulièrement) : Death Metal, Doom Metal, Heavy Metal, Metal (voire Rock) Atmosphérique, Metal Progressif, Folk Metal ou Metal Moderne. Mais le point commun entre tout ceci, outre la grande qualité des compositions sur l'ensemble des albums, est l'aspect mélodique de la musique d'Amorphis. Cette faculté qu'a cette formation de créer de superbes mélodies particulièrement accrocheuses est impressionnante !

Lorsqu'on observe la setlist du concert principal (Oulu), la première chose qui saute aux yeux c'est qu'aucun album de la discographie d'Amorphis n'a été oublié, que les diverse périodes sont représentées. On note également la présence de trois medleys sur ce concert. Même si le groupe a accouché d'un nombre impressionnant de titres incontournables et variés, on peut considérer que nous sommes en présence d'un véritable best of tant les morceaux sont bien choisis. L'ambiance est excellente, l'interprétation est parfaite, les musiciens sont bien en place, appliqués, Tomi Joutsen, qui avait remplacé Pasi Koksinen au chant, est un frontman charismatique et sympathique. A mes yeux, c'est le chanteur idéal pour Amorphis, car que ce soit dans le registre Death ou en voix claire il excelle, passant de l'un à l'autre avec beaucoup d'aisance ( je citerai notamment le somptueux "Toward And Against", selon moi l'un des meilleurs titres du groupe). Il est plaisant de constater qu'il n'est jamais pris en défaut, même lorsque sa voix claire est poussée dans ses derniers retranchements ("From The Heaven Of My Heart").

Après le visionnage de cet admirable concert, celui du Summer Breeze est encore un grand moment à passer en compagnie d'Amorphis. Même si on retrouve la grande majorité des titres du concert principal, on constatera que certains titres qui apparaissaient en medley sont ici présentés dans leur version intégrale, ce qui est un point très positif.

Parlons maintenant des bonus présents sur le second DVD et pour lesquels, incontestablement, qualité rime avec quantité.
Le documentaire nous emmène à la découverte du groupe, de ses origines à aujourd'hui. Les membres d'Amorphis s'expriment sur les albums, livrent des anecdotes, le tout sur fond de titres du groupe et d'images diverses et variées tirées de toutes les époques. Passionnant de bout en bout, on indiquera que ce documentaire est présenté avec inclusion de sous-titres anglais.
Nous avons ensuite les onze clips du groupe, présentés dans l'ordre chronologique, suivis d'un titre acoustique (My Kantele) et d'une interview assez courte (les deux tirés d'une émission de télé datant de 1996) avec Esa Holopainen (guitare) et Pasi Koksinen (chant). Enfin, une chouette galerie de photos vient clôturer la section bonus.

Le coffret inclut deux magnifiques digibooks, le premier renfermant les deux DVD, le second les deux CD. L'artwork est superbe, l'ensemble respire la qualité, on sent que tout a été fait pour proposer quelque chose qui soit au top niveau, tant en matière de contenant que de contenu.

DVD 1

Setlist Live in Oulu 2009 (1h32min environ) :

01. Silver Bride (de l'album Skyforger, 2009)
02. Sampo (de l'album Skyforger, 2009)
03. Towards And Against (de l'album Silent Waters, 2007)
04. The Castaway (de l'album Tales For The Thousand Lakes, 1994)
05. Smithereens (de l'album Far From The Sun, 2003) / The Smoke (de l'album Eclipse, 2006)
06. Majestic Beast (de l'album Skyforger, 2009)
07. Alone (de l'album Am Universum, 2001)
08. Silent Waters (de l'album Silent Waters, 2007)
09. Divinity (de l'album Tuonela, 1999)
10. Elegy Medley (Against Widows / Cares / On Rich And Poor)
11. From The Heaven Of My Heart (de l'album Skyforger, 2009)
12. Sky Is Mine (de l'album Skyforger, 2009)
13. Magic And Mayhem / Black Winter Day (de l'album Tales For The Thousand Lakes, 1994)
14. Sign From The North Side (de l'album The Karelian Isthmus, 1992)
15. House Of Sleep (de l'album Eclipse, 2006)
16. My Kantele (de l'album Elegy, 1996)

Verdict technique.
- Image excellente, parfaitement définie.
- Montage et réalisation impeccables.
- Son Stéréo remarquable, puissant et équilibré, les divers instruments et la voix sont idéalement restitués.
- Son DD5.1 un peu problématique, il est nécessaire de pousser le volume de façon conséquente pour arriver à soutenir la comparaison avec le format Stéréo. Mais lorsque c'est fait, il est équivalent.

DVD 2

Setlist Summer Breeze Open Air 2009 (1h02min environ) :

01. Leaves Scar (de l'album Eclipse, 2006)
02. Towards And Against (de l'album Silent Waters, 2007)
03. From The Heaven Of My Heart (de l'album Skyforger, 2009)
04. Against Widows (de l'album Elegy, 1996)
05. The Castaway (de l'album Tales For The Thousand Lakes, 1994)
06. Sampo (de l'album Skyforger, 2009)
07. Silver Bride (de l'album Skyforger, 2009)
08. Alone (de l'album Am Universum, 2001)
09. The Smoke (de l'album Eclipse, 2006)
10. My Kantele (de l'album Elegy, 1996)
11. House Of Sleep (de l'album Eclipse, 2006)
12. Magic And Mayhem (de l'album Tales For The Thousand Lakes, 1994)

Verdict technique.
- Belle image, bien définie.
- Montage et réalisation de qualité.
- Son Stéréo ne souffrant d'aucun problème, toutefois inférieur à celui du concert principal. Pas de piste DD5.1.

Bonus :

* Tales From The 20 Years (documentaire, sous-titré en anglais, 54min54s).
* Video clips et passage TV (52min19s au total) :
01. Black Winter Day (de l'album Tales For The Thousand Lakes, 1994)
02. My Kantele (de l'album Elegy, 1996)
03. Against Widows (de l'album Elegy, 1996)
04. Divinity (de l'album Tuonela, 1999)
05. Alone (de l'album Am Universum, 2001)
06. Evil Inside (de l'album Far From The Sun, 2003)
07. House Of Sleep (de l'album Eclipse, 2006)
08. The Smoke (de l'album Eclipse, 2006)
09. Silent Waters (de l'album Silent Waters, 2007)
10. Silver Bride (de l'album Skyforger, 2009)
11. From The Heaven Of My Heart (de l'album Skyforger, 2009)
* My Kantele, acoustique (Jyrki TV show, 1996)
* Interview (Jyrki TV show, 1996)
* Galerie de 82 photos

CD 1

Setlist Live in Oulu 2009 (47min17s) :

01. Silver Bride (de l'album Skyforger, 2009)
02. Sampo (de l'album Skyforger, 2009)
03. Towards And Against (de l'album Silent Waters, 2007)
04. The Castaway (de l'album Tales For The Thousand Lakes, 1994)
05. Smithereens (de l'album Far From The Sun, 2003) / The Smoke (de l'album Eclipse, 2006)
06. Majestic Beast (de l'album Skyforger, 2009)
07. Alone (de l'album Am Universum, 2001)
08. Silent Waters (de l'album Silent Waters, 2007)
09. Divinity (de l'album Tuonela, 1999)

CD 2

Setlist Live in Oulu 2009 (suite, 42min50s) :

01. Elegy Medley (Against Widows / Cares / On Rich And Poor)
02. From The Heaven Of My Heart (de l'album Skyforger, 2009)
03. Sky Is Mine (de l'album Skyforger, 2009)
04. Magic And Mayhem / Black Winter Day (de l'album Tales For The Thousand Lakes, 1994)
05. Sign From The North Side (de l'album The Karelian Isthmus, 1992)
06. House Of Sleep (de l'album Eclipse, 2006)
07. My Kantele (de l'album Elegy, 1996)

Verdict technique.
- Aucun souci au niveau de la production des CD, le son est excellent !

Amorphis est un acteur majeur du paysage Metal, un groupe attachant qui a toujours proposé aux fans des albums de haute qualité. Les trois derniers sont de pures merveilles, ils témoignent du fait que le groupe est aujourd'hui au top et Forging The Land Of Thousand Lakes en est l'éclatante démonstration !

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (10) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 8, 2010 9:05 AM MEST


Streams Inwards
Streams Inwards
Prix : EUR 18,18

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un groupe qui gagne à être connu !!, 17 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Streams Inwards (CD)
Mar De Grises, groupe de Doom/Death Metal, a été fondé au Chili en 2000.
Après avoir enregistré une démo en 2002, il a sorti deux albums (Tatterdemalion Express, en 2004 et Draining The Waterheart en 2008), puis un EP en 2009 (First River Regards).
On notera que le groupe a quitté Firebox (label basé en Finlande) et que "Streams Inwards", troisième opus de la formation, est le premier enregistré chez Season Of Mist.
J'indique d'emblée avoir beaucoup apprécié cet album dès la première écoute...ce qui a été confirmé par les suivantes !

Mar De Grises nous propose un voyage incluant des tempi peu véloces (propres au Doom), au service d'une musique riche, variée et plutôt accessible du fait de l'aspect très mélodique de l'ensemble.
Agrémenté d'une excellente production, faisant parfaitement ressortir les divers instruments, "Streams Inwards" a donc de nombreux arguments pour plaire !

Nous évoluons dans des eaux sombres, bordées d'éléments Heavy et atmosphériques, mélancoliques, que les vocaux écorchés et clairs (très réussis) viennent magnifier.
Si les guitares sont évidemment fondamentales dans la musique de Mar De Grises, il ne faut pas oublier les claviers, très précieux dans le cadre du développement des ambiances.

Mar De Grises nous propose des compositions très travaillées, qui se révèlent fascinantes.
L'écoute des trois premiers titres est un pur moment de bonheur, ils sont denses, variés, intenses, d'une efficacité incontestable, avec comme point culminant le long (plus de onze minutes) et fantastique "The Bell And The Solar Gust".
Puis arrive "Spectral Ocean", qui s'oriente vers un trip ambiant, un peu Electro, sans vocaux (on retrouvera d'ailleurs ce type de composition en fin d'album, avec "Aphelion Aura" et ses neuf minutes, avec toutefois en plus l'apport d'agréables vocaux féminins). En dehors de "Sensing The New Orbit", titre plutôt dans la lignée des trois merveilles de début d'album, le groupe développe bien plus sa fibre atmosphérique dans ses autres morceaux, avec notamment de nombreux passages planants. Peut-être est-ce un peu moins accrocheur mais, rassurez-vous, la qualité est toujours présente et l'album demeure fortement intéressant.

"Streams Inwards" est donc un album particulièrement diversifié, incluant en particulier trois titres somptueux qui s'avèrent être d'incontestables pièces maîtresses du genre. J'avoue un peu regretter que la suite ne soit pas tout à fait du même acabit, mais cela ne m'empêche pas d'aimer cet album dans son ensemble, pour l'inspiration omniprésente et ses ambiances superbement développées...et de vous le recommander !

Tracklist Streams Inwards :

01. Starmaker
02. Shining Human Skin
03. The Bell And The Solar Gust
04. Spectral Ocean
05. Sensing The New Orbit
06. Catatonic North
07. Knotted Delirium
08. A Sea Of Dead Comets
09. Aphelion Aura (bonus du digipack)

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 27, 2011 5:30 PM MEST


Heaven'S Venom (Edition Limitée)
Heaven'S Venom (Edition Limitée)
Prix : EUR 10,56

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pas de surprise, mais pas de déception non plus !!, 10 août 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Heaven'S Venom (Edition Limitée) (CD)
C'est en 1991 que Kataklysm, groupe de Death Metal, s'est formé au Québec.
"Heaven's Venom" est le dixième allbum studio de cette formation qui s'est également illustrée en fondant un projet parallèle en 2008, Ex Deo, qui a abouti à la sortie d'un album nommé Romulus (2009).
La musique de Kataklysm, qui associe avec efficacité mélodie et agressivité, est immédiatement identifiable, on reconnait la "griffe" du groupe...et ce n'est pas avec "Heaven's Venom" que les choses vont changer !

L'album est conforme à ce que j'attendais, après un Prevail (Edition limitée CD + DVD) (2008) que j'avais beaucoup apprécié.
"Heaven's Venom" nous propose un Death Metal Mélodique, puissant, Heavy, et doté de tempi variés.

Si Kataklysm aime s'orienter vers une optique speed, bien rentre-dedans et intense ("A Soulless God"), il ne néglige cependant pas de ralentir fréquemment le tempo au sein des titres, conférant alors à sa musique un aspect imposant (le génial et massif "Hail The Renegade" avec solo de basse inclu, "Push The Venom"). Kataklysm inclue également à sa musique des riffs et des vocaux que ne renieraient pas les groupes de Black Metal Mélodique, sources de variété dans les compositions ("As The Wall Collapses", "Blind Savior").

En définitive, je vous recommande d'écouter "Heaven's Venom", qui s'avère être un bon album, plutôt varié et accrocheur, parfaitement interprété et doté d'une bonne production.

Tracklist de Heaven's Venom :

01. A Soulless God
02. Determined (Vows Of Vengeance)
03. Faith Made Of Shrapnel
04. Push The Venom
05. Hail The Renegade
06. As The Wall Collapses
07. Numb And Intoxicated
08. At The Edge Of The World
09. Suicide River
10. Blind Saviour

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 30, 2010 11:32 PM MEST


Follow The Flames
Follow The Flames
Prix : EUR 22,31

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Pas original, mais efficace et réussi !!, 22 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Follow The Flames (CD)
Burden Of Grief est un groupe allemand formé en 1994 oeuvrant dans un Death/Thrash Metal Mélodique.
Le groupe a enregistré trois démos ("A Duet Of Thoughts" en 1996, "Above Twilight Wings" en 1997 et "Eternal Solar Eclipse" en 1999) et quatre albums (haunting requiem en 2000, On Darker Trails en 2001, Fields of Salvation en 2004 et Death End Road en 2007).
"Follow The Flames" est donc le cinquième album de cette formation, qui s'avère être réglée comme une horloge puisqu'elle sort un album tous les trois ans depuis 2001.

Pour cette nouvelle sortie, Burden Of Grief nous offre une édition intéressante car, outre l'album, un second CD nous propose huit reprises de titres incontournables de groupes...incontournables, incluant en outre quelques invités de marque !

On notera d'emblée que la production signée Dan Swanö (Edge Of Sanity) n'appelle aucune critique, elle se révèle excellente et parfaitement en phase avec le style pratiqué par Burden Of Grief.

On remarquera également la superbe pochette créée par Gustavo Saves (Arch Enemy, God Forbid...).

Même si je ne m'attendais pas à découvrir un album révolutionnant le genre, j'avoue avoir été séduit par la qualité de Follow The Flames, sur lequel j'ai accroché dès la première écoute.
Après l'intro "Ignition", le titre éponyme déboule et donne le ton de l'album qui va s'avérer Heavy, agressif mais toujours mélodique, accrocheur et varié en matière de tempi.
"Follow The Flames" est un album efficace avec une approche mélodique vraiment réussie, incluant notamment des passages instrumentaux du plus bel effet avec des soli inspirés ("Doomed To Fail", "No Way Out", "Rise Like A Phoenix").
Même s'il ne faut pas s'attendre à beaucoup d'originalité à l'écoute de cet album, on notera cependant l'utilisation de l'orgue Hammond qui apporte un petit "plus" non négligeable sur un passage instrumental de "Disruption Of A Confused Mind" et surtout sur "Fallen", titre le plus original de l'album.

Concernant maintenant les reprises, même si l'aspect vocal est évidemment éloigné des versions originales, ne vous attendez pas à une relecture en profondeur des classiques à la sauce Death/Thrash ! Les versions de Burden Of Grief sont fidèles et respectueuses. Mention spéciale cependant à "Break On Through" de The Doors (avec Dan Swanö), qui apporte une petite dose d'originalité. Deux autres invités sont présents sur ces reprises, à savoir Sabina Classen (Holy Moses) sur "Refuse/Resist" et Andreas Geremia (Tankard) sur "Valhalla".
Je trouve que la présence de ces trois Artistes apporte une touche très positive aux titres sur lesquels ils interviennent.

En définitive, Burden Of Grief vient de sortir un album qui, certes, n'apporte rien de neuf au style, mais qui est plutôt inspiré, parfaitement interprété et produit, et qui s'écoute avec plaisir.

Tracklist de "Follow The Flames" :

01. Ignition (Intro)
02. Follow The Flames
03. Born In Fire
04. The Arms Of Death
05. Disruption Of A Confused Mind
06. Doomed To Fail
07. No Way Out
08. Mirror Of Truth
09. Burning Red Eyes
10. Fallen
11. Rise Like A Phoenix

Titres bonus (reprises) :

01. Aces High (Iron Maiden)
02. The Four Horsemen (Metallica)
03. Break On Through (The Doors, avec la participation de Dan Swanö)
04. Mouth For War (Pantera)
05. Fool For Your Loving (Whitesnake)
06. Refuse/Resist (Sepultura, avec la participation de Sabina Classen)
07. Hell Ain't A Bad Place To Be (AC/DC)
08. Valhalla (Blind Guardian, avec la participation de Andreas Geremia)

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (9) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 5, 2010 9:15 AM MEST


Phantasmagoria
Phantasmagoria
Prix : EUR 9,14

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un album efficace et convaincant !! 4,5/5, 22 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Phantasmagoria (CD)
C'est en 1993, en Norvège, que Limbonic Art s'est formé, avec aux commandes Vidar Jensen (Daemon). Le groupe a tout d'abord été constitué (peu de temps) de quatre membres. Mais c'est avec l'arrivée de Krister Dreyer (Morfeus) que Limbonic Art a trouvé sa voie définitive, se composant alors de deux membres.
Après avoir enregistré deux démos (en 1995 et 1996), le groupe sort son premier album, qui va s'avérer être une pièce maîtresse du Black Metal Symphonique : Moon in the Scorpio (1996). Les claviers, magistralement utilisés, ont un aspect fondamental dans le développement des atmosphères, des orchestrations.
Ensuite, Limbonic Art sortira cinq autres albums (et un réenregistrement de démos en 1998, nommé Epitome of Illusions).
In Abhorrence Dementia(1997) est une éclatante confirmation des immenses qualités du groupe puis, avec Ad Noctum:Dynastie Of Death (1999), la musique de Limbonic Art devient plus rapide, plus agressive. Ceci est d'ailleurs confirmé avec la sortie du quatrième opus, The Ultimate Death Worship (2002).
En 2003, le groupe se dissout...puis se reforme en 2006, avant de sortir son cinquième album, A Legacy of Evil (2007).
Trois ans plus tard arrive donc "Phantasmagoria", sixième opus du désormais one man band, Daemon ayant décidé de poursuivre l'aventure seul.

Sombre, brutal, souvent rapide, technique, "Phantasmagoria" offre, durant environ soixante-dix minutes, un Black Metal efficace, variant les atmosphères, les tempi, et apportant son lot d'éléments symphoniques.
Cependant, "Phantasmagoria" n'est pas un retour à la grandiloquence symphonique. Même si les aspects orchestraux sont de mise, que les claviers sont omniprésents et importants dans les compositions, les guitares, particulièrement tranchantes, dominent. Les claviers les accompagnent à la perfection, accomplissant admirablement leur oeuvre en soulignant les diverses atmosphères faisant la richesse de l'album.

La production est de qualité, mais on notera que la boite à rythme, au demeurant parfaitement programmée, n'a pas un rendu sonore suffisamment puissant et se trouve un peu en retrait. Mais cela ne constitue en rien un élément rédhibitoire pour apprécier cet excellent album !

"Phantasmagoria" est un album dense, imposant, et même s'il est majoritairement rapide, ce nouvel opus est finalement assez varié, n'évoluant pas continuellement "pied au plancher" ! Ainsi, "Dark Winds" est un formidable titre orienté Black/Doom développant une atmosphère des plus oppressante. De nombreuses compositions amènent puissance, rapidité et passages lents, propices à des ambiances lourdes, malsaines (comme "Crypt Of Bereavement" et son ralentissement en fin de morceau ou le passionnant "Astral Projection"). Des aspects Heavy (le très accrocheur "Curse Of The Necromancer") sont également de la partie et se révèlent imparables. A mes yeux, "Phantasmagoria" est un album dénué de titres faibles et regorgeant de passages captivants. Malgré sa durée, l'écoute fut aisée, l'ennui ne s'est jamais installé.

J'ajouterai que j'ai été impressionné par le chant de Daemon, essentiel dans la réussite de "Phantasmagoria". Il est éloigné de toute banalité et particulièrement diversifié, en adéquation totale avec les atmosphères de l'album.

En définitive, "Phantasmagoria" est un album inspiré et maîtrisé que je vous recommande de découvrir !

Tracklist de "Phantasmagoria" :

01. Prologue/Phantasmagoria
02. Crypt Of Bereavement
03. Curse Of The Necromancer
04. Portal To The Unknown
05. Dark Winds
06. A World In Pandemonium
07. Flight Of The Minds Eye
08. Apocalyptic Manifestation
09. Prophetic Dreams
10. The Burning Vortex
11. A Black Sphere Of Serenity
12. Astral Projection

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 26, 2010 9:25 AM MEST


Como Muertos Cronica Del Color
Como Muertos Cronica Del Color

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Du bon Death qui tache !!, 3 juillet 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Como Muertos Cronica Del Color (CD)
Como Muertos est un groupe français originaire de Bourgogne qui s'est formé en 2007. Il pratique une musique extrême assez jouissive qu'on peut qualifier de Horror Death'N'Roll !
Après deux EP ("Como Muertos" en 2007 et "EP 2008" en...2008), le groupe sort son premier album intitulé "Cronica Del Dolor".
Au niveau du line-up, Mike, batteur de Kronos (excellent groupe de Brutal Death) est de la partie, aux côtés de El Maestro (chant, originaire d'Espagne), Gojo Bajotierra (basse, ex-Impureza) et El Doctor (guitare). Notons que le chant, redoutablement efficace, est en espagnol.

Como Muertos aime le cinéma d'horreur. Visitez sa page myspace et vous verrez quelques figures célèbres issues de films incontournables du genre, avec notamment Jason Voorhees ("Vendredi 13"), Leatherface ("Massacre A La Tronçonneuse") ou Ash ("Evil Dead")...ce qui constitue une source d'inspiration pour sa musique, avec de nombreux bruitages, cris ou plaintes déchirantes au fil des titres !

Si on peut parfois établir notamment un parallèle avec Brujeria ou Entombed, il est essentiel de noter que Como Muertos n'est pas un clone, un groupe dénué de tout caractère. Non, Como Muertos a un potentiel phénoménal, une personnalité et un charisme incontestables, une efficacité et une puissance à toute épreuve.

Tout au long des treize titres de l'album, Como Muertos nous enchante avec un Metal groovy, heavy, qui passe par tous les tempi et qui dégage souvent, concept oblige, des atmosphères assez malsaines.
Rapidement, je me suis entièrement immergé dans la musique du groupe et je reconnais qu'il m'est difficile de véritablement sortir un titre du lot. J'ai en effet accroché sur l'album dans sa globalité.
"Cronica Del Dolor" combine à la perfection diverses catégories liées au Death Metal, à savoir le Death Old School, le Death'N'Roll et le Death/Gore, ce qui permet à Como Muertos de naviguer dans des eaux plutôt diversifiées, qui rendent cet album assez passionnant.

Une production de qualité s'avérait indispensable pour retranscrire les divers éléments propres au style pratiqué. L'enregistrement s'est déroulé au Drudenhaus Studio (Anorexia Nervosa) et le son est excellent, bien en phase avec les atmosphères, l"agressivité et la puissance inhérentes à la musique de Como Muertos.

En définitive, je ne peux que vous recommander de découvrir "Cronica Del Dolor", avec lequel j'ai passé d'excellents moments lors des diverses écoutes.
Como Muertos est incontestablement un groupe à suivre de très près !

Tracklist de Cronica Del Dolor :

01. Desmembrado A Machetazos
02. Como Muertos
03. El Antro De La Desgrada
04. Cronica Del Dolor
05. Pesadilla Divina
06. Matalos
07. Salidos De Tierra
08. Necrofista
09. Orgia
10. Irreversible Suplicio
11. Decapitados
12. Despertados Por El Maestro
13. Ultimo Calvario

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (15) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 5, 2010 5:47 PM MEST


Evil Or Divine
Evil Or Divine
DVD ~ Dio
Prix : EUR 9,03

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Ronnie James Dio : une voix phénoménale, un Monument du Metal., 18 juin 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Evil Or Divine (DVD)
Elf, Rainbow, Black Sabbath (et Heaven And Hell), Dio. Ces groupes ont en commun un immense chanteur, assurément l'un des plus grands de la sphère Metal, Ronnie James Dio. Ronnie est décédé le 16 mai 2010 à l'age de 67 ans. Il nous laisse en héritage de nombreux albums fabuleux et des hymnes monumentaux. Bien évidemment, avoir des témoignages live en DVD s'impose pour tous ceux qui aimaient Ronnie, sa présence scénique, sa voix. "Evil Or Divine" fait partie de ces concert qu'il est bien de posséder.

"Evil Or Divine" a été enregistré au Roseland Ballroom de New York, le 13 décembre 2002 dans le cadre de la tournée "Killing The Dragon".
Le line-up est remarquable, Dio est entouré d'une véritable Dream Team (la même formation que sur l'album "Killing The Dragon"), à savoir Simon Wright (batterie, ex-AC/DC), Doug Aldritch (guitare, Whitesnake, ex-Bad Moon Rising), Jimmy Bain (basse, ex-Rainbow) et Scott Warren (clavier, ex-Warrant). Inutile de vous dire que côté interprétation, ça le fait !

Dans un concert de Dio, certains titres mythiques sont incontournables. Rassurez-vous, aucun souci de ce côté ! Les bijoux issus des deux chefs-d'oeuvre que sont Holy Diver et The Last In Line sont présents, du lent et fascinant "Egypt" au percutant "Stand Up And Shout", en passant par le sublime "Don't Talk To Strangers" ou le très mélodique "Rainbow In The Dark" avec ses claviers en avant. Dio a évidemment inclu des titres de Black Sabbath et de Rainbow, avec ici quatre classiques indispensables. Trois titre de Killing the Dragon, album que cette tournée promeut, sont interprétés, avec notamment le hit "Push" (on retrouve d'ailleurs la vidéo en bonus), ainsi que deux titres de Magica, dont le superbe "Lord Of The Last Day". Nous avons également deux soli (batterie, guitare), qu'on pourra peut-être considérer comme étant un peu trop longs (respectivement environ cinq et neuf minutes).

Finalement, "Evil Or Divine" est un excellent concert, Ronnie est fantastique, toujours en mouvement et en forme vocalement. Il communique fréquemment avec le public, le remercie souvent, on ressent un grand respect réciproque.

Techniquement, l'image n'est malheureusement pas à la hauteur, on a l'impression qu'il s'agit d'une VHS, la définition n'est pas satisfaisante. Cependant, cela ne m'a pas posé problème.
Par contre, le son est excellent. Il est disponible dans trois formats. La stéréo est puissante, on entend parfaitement tous les instruments, le DD 5.1 est moins percutant mais plus équilibré et le DTS 5.1 est un cran légèrement au-dessus (à privilégier donc). Seul (léger) point négatif, l'ambiance est excellente mais on n'entend pas suffisamment le public (notamment lorsque Ronnie le met à contribution).

Indiquons que ce concert est également sorti en version CD en 2005.

Setlist de "Evil Or Divine" (1h39) :
01. Killing The Dragon (de l'album Killing The Dragon, 2002)
02. Egypt (de l'album The Last In Line, 1984) / Children Of The Sea (Black Sabbath, tiré de l'album Heaven And Hell, 1980)
03. Push (de l'album Killing The Dragon, 2002)
04. Drum Solo
05. Stand Up And Shout (de l'album Holy Diver, 1983)
06. Rock And Roll (de l'album Killing The Dragon, 2002)
07. Don't Talk To Strangers (de l'album Holy Diver, 1983)
08. Man On The Silver Mountain (Rainbow, tiré de l'album Richie Blackmore'S Rainbow, 1975)
09. Guitar Solo
10. Long Live Rock And Roll (Rainbow, tiré de l'album Long Live Rock N Roll, 1977)
11. Lord Of The Last Day (tiré de l'album Magica, 2000)
12. Fever Dreams (tiré de l'album Magica, 2000)
13. Holy Diver (de l'album Holy Diver, 1983)
14. Heaven And Hell (Black Sabbath, tiré de l'album Heaven And Hell, 1980)
15. The Last In Line (de l'album The Last In Line, 1984)
16. Rainbow In The Dark (de l'album Holy Diver, 1983)
17. We Rock (de l'album The Last In Line, 1984)

Bonus :
- Interview d'environ onze minutes de R.J. Dio, en anglais (non sous-titrée).
- Scène en backstage (environ quatre minutes) sur les préparatifs du concert, les coulisses.
- Galerie de photos.
- Clip vidéo : "Push". On notera la participation de Jack Black (vu notamment dans King Kong - Version longue - Edition Deluxe 3 DVD et Rock Academy - Édition Collector) et Kyle Gass, tous deux issus du groupe Tenacious D. Ronnie joue d'ailleurs son propre rôle dans leur film Tenacious d in the pick of destiny.

Ronnie James Dio nous manquera énormément. Il est réconfortant de constater que grâce aux albums et DVD de ses différents groupes, il sera cependant toujours présent parmi nous.

RIP Ronnie.

Retrouvez cette chronique (et bien d'autres) sur le webzine auxportesdumetal.com
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (20) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 6, 2010 8:00 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20