Profil de RAS > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par RAS
Classement des meilleurs critiques: 211
Votes utiles : 958

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
RAS
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
La Maison du sommeil
La Maison du sommeil
par Jonathan Coe
Edition : Poche
Prix : EUR 9,00

4.0 étoiles sur 5 La maison du sommeil, 18 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Maison du sommeil (Poche)
Les chapitres impairs se passent dans les années 1983-1984, tandis que les chapitres pairs se situent en 1996. Deux récits décalés dans les temps, mais avec les mêmes personnages centraux. Et la résidence universitaire Ashdown devient une clinique pour troubles du sommeil, où expérimente un médecin quelque peu délirant. Le fil rouge est constitué par le sommeil, ses phases et ses troubles. La façon de raconter en alternance permet de suivre les personnages au plus près et d’accompagner leur devenir au plus prés. Ces destins croisés permettent à Jonathan Coe de montrer sa maîtrise habituelle dans la construction des personnages et du récit. Bien sûr, ce n’est que progressivement que certains liens apparaissent. En passant, on a des descriptions succulentes de la société anglaise des années 1980 et 1990, les phénomènes à la mode (le cinéma, les auteurs à la page, un certain féminisme, le lacanisme, les exercices de groupes infantilisants) ou rendus possibles par les avancées de la technique (le changement de sexe), les transformations des mentalités et des mœurs. Par contre, la fin n’est pas très bien amenée.


Borgen Trilogy [Blu-ray] [Import anglais]
Borgen Trilogy [Blu-ray] [Import anglais]
DVD ~ Sidse Babett Knudsen
Proposé par ZOverstocksFR
Prix : EUR 65,01

5.0 étoiles sur 5 Le Noir nordique, 7 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Borgen Trilogy [Blu-ray] [Import anglais] (Blu-ray)
Ce coffret est à ma connaissance le seul en Blu-ray, avec son image impeccable, mais il faut être assez agile en anglais pour lire les sous-titres, et une partie des dialogues est en anglais. Sinon il y a bien sûr la version en Danois/Français avec des sous-titres en français : Borgen - L'intégrale des Saisons 1 à 3. Il y a en tout 30 épisodes d’une heure environ, donc il faut un certain temps pour tout regarder, mais cela vaut la peine. Moi je n’ai plus pu m’en détacher jusqu’à la fin. Il faut préciser aussi que c’est seulement un coffret qui reprend les trois séries sorties individuellement, sans qu’on ait ajouté des bonus comme c’est souvent le cas pour ce genre de produit. L’histoire réalisée par l’équipe danoise est incroyablement bien ficelée, c’est l’histoire d’une femme qui est d’abord premier ministre, puis doit quitter le pouvoir pour revenir deux ans après pour se relancer dans la politique en fondant un nouveau parti, qui va se battre aux élections.
La danoise Sidse Babett Knudsen est une actrice de premier plan, de même la plupart des personnages qui l’entourent, représentant surtout le monde de la politique et du journalisme. Tous ces personnages ont un intérêt et une profondeur, pour tout dire une humanité, qui sont inhabituelles pour une série télé. L’exercice du pouvoir est montré dans toutes ses facettes, les compromis inévitables, mais aussi les compromissions avec les créateurs d’images que sont les « spins doctors » et les représentants des medias qui vendent du spectacle, les tensions entre vie publique et vie privée, les rivalités et les coups tordus, les ambitions personnelles, les tentations de l’exercice du pouvoir, les petits et grands drames de la vie privée et sentimentale aussi. Si tout est bien construit (trop bien peut-être ?), on peut regretter que la vraisemblance ne soit pas toujours donnée, et parfois les retournements sont un peu tirés par les cheveux. En plus, la politique apparaît un peu trop comme une histoire qui se règle en petit comité, avec toujours les mêmes protagonistes, mais c’est aussi un peu le prix à payer pour faire un récit télévisuel ayant son intelligibilité. En tout cas le « noir nordique », après le succès de « Killing », se révèle une alternative salutaire au modèle hollywoodien.


L'Anneau Du Nibelung [Blu-ray] [(limited edition)]
L'Anneau Du Nibelung [Blu-ray] [(limited edition)]
DVD ~ Richard Wagner
Prix : EUR 97,11

Aucun internaute (sur 2) n'a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Magnifique et surréel, 29 juin 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Anneau Du Nibelung [Blu-ray] [(limited edition)] (Blu-ray)
La plupart du temps, avec les opéras sur DVD, c’est sur la mise ne scène que les esprits se partagent. Alors, soyons clair, ici on a une esthétique futuriste de type « Star Wars », qui plait à un certain public et ne plait pas à un autre. Il n’y a aucun critère autre que le goût personnel pour départager les amateurs. Mais ce que je peux assurer, c’est qu’on n’a pas économisé sur les moyens artistiques et techniques à Valence : projections 3D, machineries irréelles et décors étonnants sont au programme. En ce qui concerne les chanteurs, il s’agit d’un plateau des meilleurs, connus et moins connus. Pour n’en citer que quelques-uns, Juha Uusitalo en un Wotan magnifique, Jennifer Wilson en Brünnhilde, Ralf Lukas en Gunther, Matti Salminen en un Hagen époustouflant et Lance Ryan en Siegried. Mention spéciale aux trois Filles du Rhin. Zubin Mehta dirige cette musique avec assurance et brio. Le Blu-ray restitue un enregistrement audio et vidéo de toute première classe. En bonus, d’intéressants « making of » complètent le coffret.


Expo 58
Expo 58
par Jonathan Coe
Edition : Broché
Prix : EUR 8,00

5.0 étoiles sur 5 Expo 58, 29 juin 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Expo 58 (Broché)
Voici un authentique écrivain, qui sait ciseler l’intrigue comme la langue avec brio. Jonathan Coe a créé ici un roman à plusieurs niveaux, qu’on aurait le tort de voir comme un roman de gare seulement dédié au divertissement. D’abord, à un premier niveau, c’est une parodie magistrale des romans d’espionnage, avec ses gadgets aussi drôles qu’inutiles, ses situations clichées et ses personnages typés. On y découvre notamment les Dupond et Dupont de l’espionnage britannique, ce qui donne des dialogues hilarants. Ensuite une peinture délicieuse des moeurs traditionnelles anglaises, confrontées ici avec les autres nationalités dans ce melting pot provisoire de l’exposition universelle 1958 de Bruxelles. Et une description amusante de la guerre froide avec ses espions et ses tactiques de subversion et de contre-espionnage. Mais sous cette façade humoristique, se cache une étude très fouillée des changements sociaux qui vont affecter tous les pays à des degrés divers : pour aller vite, l’internationalisation des échanges, l’explosion de la consommation, la « libération des moeurs », les bouleversements de la famille des années d’après-guerre. Jonathan Coe montre bien les ambiguïtés et les dilemmes de ces transformations. Loin de ne donner que de nouvelles potentialités aux individus, elles entraînent de nouvelles angoisses et incertitudes, de nouvelles obligations de choix, où il n’y a pas de « bonne solution », mais plutôt des coups de poker plus ou moins réussis. La situation un peu factice de l’exposition universelle, moment de rêve qui était prévu dès le début à finir, est admirablement décrite. Elle fournit le prétexte pour une radiographie de la société de l’époque, avec des personnages peints dans toute leur humanité, mais aussi d’une anticipation en accéléré de ce qui allait venir les décennies suivantes.


Rossini Guillaume Tell [Blu-ray]
Rossini Guillaume Tell [Blu-ray]
DVD ~ Juan Diego Florez
Prix : EUR 22,26

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Admirables chanteurs, mise en scène brouillonne, 26 juin 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rossini Guillaume Tell [Blu-ray] (Blu-ray)
Cet opéra fort long a été composé en français et comme il était une commande, il suivait la tradition du Grand Opéra français, qui devait comporter quatre actes et des ballets destinés au divertissement. Ici on a décidé de jouer la version complète, mais en intégrant les ballets dans l’histoire, ce qui est une réussite majeure de la mise en scène par ailleurs très inégale et brouillonne. Seul le troisième acte présente une chorégraphie réussie. Pour donner des exemples de bizarreries, au deuxième acte on a des projecteurs au plafond qui descendent jusqu’au ras du sol qu’ils éclairent pendant une demi-heure, tu parles d’une trouvaille ! Les chevaux en paille du deuxième acte, déjà forts laids, sont progressivement rassemblés par les Suisses pour former des sortes de barricades, etc.

Par contre, au niveau musique et chant on fait difficilement mieux. Michele Mariotti dirige avec ferveur et compétence. Les principaux solistes sont de grande qualité. Juan Diego Flores (Arnold) confirme sa réputation de meilleur ténor chantant du Rossini. Marina Rebeka (Mathilde) montre aussi un talent exceptionnel. La chimie entre elle et Diego Flores est admirable. Dans le rôle-titre, Nicola Alaimo incarne un Guillaume Tell éblouissant, avec beaucoup de présence. En Gessler, Luca Tittoto, est scéniquement magistral dans ce personnage à la fois abject et séduisant. Une mention spéciale pour la fraîcheur d’Amanda Forsythe en Jemmy, le fils de Guillaume Tell. L’enregistrement en Blu-ray est admirable de clarté et de précision. Quelques interviews intéressantes sont données en bonus.


Pain, éducation, liberté
Pain, éducation, liberté
par Petros Markaris
Edition : Broché
Prix : EUR 6,70

4.0 étoiles sur 5 Suite et fin de la trilogie, 25 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pain, éducation, liberté (Broché)
Suite et fin de la trilogie grecque sur fonds de crise. Il vaut mieux lire les trois volumes dans l’ordre, même s’ils peuvent se lire individuellement. C’est un peu répétitif, mais toujours intéressant comme description de l’ambiance dans le pays, avec ses rappels de l’histoire également. Cela donne une vue assez émouvante de la difficulté d’une grande partie des Grecs. Chômage, manifestations, clientélisme, pauvreté, montée de l’extrême-droite et rejet des immigrés forment la toile de fonds des enquêtes du commissaire Charitos. L’auteur avait imaginé que le 1er janvier 2014 la drachme était réintroduite, scénario qui ne s’est pas réalisé à ce jour, mais qui reste envisagé par certains experts. L’aspect histoire criminelle n’est pas le point fort de Markaris, tout comme dans ses deux précédents volumes, c’est un peu bancal. Par contre le commissaire Charitos et son entourage reste toujours aussi attachant. Mais que va écrire Markaris maintenant ? Dans Finstere Zeiten: Zur Krise in Griechenland, il envisage une nouvelle trilogie ou un quatrième volume, la crise étant loin d’être terminée, il reste de la matière.


Le justicier d'Athènes
Le justicier d'Athènes
par Petros Markaris
Edition : Broché
Prix : EUR 7,40

4.0 étoiles sur 5 Meutres dans la crise, 23 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le justicier d'Athènes (Broché)
Voici donc le deuxième volet de la trilogie de Markaris sur la crise grecque, mais qui peut se lire seul (bien que ça aide de connaître le premier volet). Pour ceux qui lisent l’allemand, à noter un intéressant ouvrage d’analyse du même auteur sur la situation en Grèce, où il explique tout ce qui ne peut pas se détailler dans un polar : Finstere Zeiten: Zur Krise in Griechenland .
Ce qui fonctionne bien dans ce roman :
1)Le personnage du commissaire Charitos, réputé « lent, ringard et chiant », mais qui est un personnage attachant, humain, avec ses problèmes de Grec moyen dans la crise. Comment boucler les fins de mois, comment gagner une promotion qui lui permettrait d’aider sa fille, comment se déplacer dans Athènes bloqué par les manifestations, comment se servir d’un ordinateur ?
2)La description très réussie du contexte grec, avec un pays en plein marasme économique et financier, avec un appareil d’Etat qui n’arrive pas à se réformer et les profiteurs qui continuent leurs combines comme avant. La misère des petites gens et les manœuvres des politiciens. Les commerçants qui se suicident parce qu’ils ne peuvent payer leur TVA, alors que d’autres roulent le fisc pour des centaines de milliers d’Euros. Ainsi que les dilemmes qui se posent aux Grecs au jour le jour : partir ou rester, manifester ou regarder la télé, continuer à vivre ou se suicider ...
Ce qui est moins bien : le côté polar en tant que tel. Même si j’apprécie quand il n’y a pas un mort à chaque page et que l’ambiance m’intéresse plus que l’action, l’histoire traîne sans beaucoup de rythme jusqu’au dénouement final assez inattendu, avec un final qui sort comme le lapin du chapeau. Les motivations et façons de procéder de l’assassin sont cousus de fil blanc, et le personnage est peu étoffé, pas très crédible.


Lohengrin - Bayreuth 2011 [Blu-Ray]
Lohengrin - Bayreuth 2011 [Blu-Ray]
DVD ~ Hans Neuenfels
Prix : EUR 28,68

4.0 étoiles sur 5 Les rats à Bayreuth, 22 juin 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Lohengrin - Bayreuth 2011 [Blu-Ray] (Blu-ray)
La mise en scène étonnante de Hans Neuenfels à Bayreuth, qui consiste à remplacer les chevaliers et les choeurs par des rats, ne tient pas debout et rend l’histoire incompréhensible, sauf si on connaît déjà l’opéra d’avant. A ce moment on retrouve le récit de Wagner, pas celui de Neuenfels. Je n’ai d’ailleurs pas du tout saisi cette histoire de laboratoire expérimental. Mais comme les chanteurs chantent - heureusement – les paroles de Wagner, on est devant un phénomène fréquent avec les mises en scène complétement décalées : ce qu’on entend ne va pas du tout avec ce qu’on voit. Quand les chanteurs chantent de chevaliers, on se dit, où sont les chevaliers ?
Neuenfels a voulu contrecarrer le côté militariste et nationaliste qu’on trouve dans Lohengrin. Ce qui l’a amené à remplacer les chevaliers par des rats. Certains Allemands ont un problème avec leur histoire, ce qui les amène à confondre des choses qui n’ont rien à voir. Ici, le nationalisme allemand du temps de Wagner visait l’unification de l’Allemagne, peuple sans unité politique depuis la Réforme, lorsque le Saint-Empire romain germanique a été divisé en une série de petits États indépendants. Rien à voir avec le nazisme et la conquête du monde, le jeune révolutionnaire Wagner avait d’autres idées en tête.
Reste un spectacle admirable, avec les chanteurs et des acteurs de tout premier plan, notamment Klaus Florian Vogt en un magnifique Lohengrin ; Annette Dasch qui incarne une Elsa sensible, fragile, voire écorchée vive ; Georg Zeppenfeld en Heinrich angoissé et névrotique, qu’il joue à merveille ; Samuel Youn en héraut punk. L’orchestre est superbement dirigé par Andris Nelsons. La chorégraphie est colorée et vivante, plein d’un humour décapant. Le Blu-ray restitue l’oeuvre dans toute sa beauté. La fin est juste un peu sinistre et d’ailleurs incompréhensible également. Ceux qui connaissent déjà le récit et ne se braquent pas sur la mise en scène peuvent donc passer un bon moment. Par contre, je conseillerai à ceux qui n’ont pas encore vu Lohengrin, de commencer par une version plus classique.


Finstere Zeiten: Zur Krise in Griechenland
Finstere Zeiten: Zur Krise in Griechenland
par Petros Markaris
Edition : Broché
Prix : EUR 9,76

4.0 étoiles sur 5 L'écrivain se fait analyste, 21 juin 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Finstere Zeiten: Zur Krise in Griechenland (Broché)
Qui connaît les excellents polars de l’écrivain grec devrait apprécier ce petit livre, qui n’a pas été traduit. Il s’agit d’une série d’articles et de discours que Markaris a fait entre 2009 et 2013 en Allemagne sur la crise grecque, en langue allemande. Certaines répétitions sont un peu gênantes, mais dans l’ensemble, l’analyse est bonne et aide à comprendre la réalité grecque de façon un peu plus différenciée que d’habitude. Particulièrement, la conférence « Nur eine Finanzkrise? » (2012) est très éclairante. Comment les gouvernements successifs, de droite ou de gauche, ont nourris des clientèles de privilégiés dans l’appareil d’Etat, le tout financé par des crédits gigantesques. Tout cela a grossis de façon démesurée un appareil d’Etat inefficace, au point qu’il ne peut plus se reformer. Comment l’adhésion de la Grèce à l’Union européenne d’abord, à la zone Euro, ensuite, a continué à inonder le pays de l’argent facile. L’auteur note avec humour comment certains Grecs en étaient arrivés à considérer les crédits comme un revenu supplémentaire, pas comme de l’argent prêté qu’il fallait rembourser tôt ou tard. Il évoque aussi le rôle du gouffre financier qu’ont été les Jeux olympiques de 2004 ou les achats d’armements massifs. Markarias montre bien qui a profité et profite encore (par exemple les classes moyennes qui ne paient par leurs impôts) et qui essaient de sauver les privilèges du passé, et puis qui sont ceux qui sont les grands perdants, les artisans, les petites entreprises et les employés du privé. Il démonte en particulier le mythe que « tous les Grecs sont paresseux ». Seule une réforme fondamentale du système politique pourrait progressivement remettre la Grèce sur les rails, mais malheureusement ceux qui devraient réformer l’Etat sont ceux qui en ont profité et en profitent encore.


L'ombre de Gray Mountain
L'ombre de Gray Mountain
par John Grisham
Edition : Broché
Prix : EUR 22,90

2.0 étoiles sur 5 Un roman écologiste ennuyeux, 18 juin 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'ombre de Gray Mountain (Broché)
Ce roman est tellement ennuyeux qu’on se demande sérieusement si c’est Grisham qui l’a écrit. Le suspense est inexistant jusqu’à la page 300 au moins, après cela ne s’améliore pas beaucoup. Et puis ça a l’air fini, mais est-ce vraiment le cas, où est-ce qu’il y aura encore un volume de rallonges ? Les personnages ont certes un certain intérêt, mais tout est dilué dans des détails insignifiants, le récit s’étire à faire dormir le pire des insomniaques, le style est digne d’un lycéen, les bonnes intentions mièvres en plus. Et puis tous les poncifs écologistes y passent, les méchantes compagnies minières qui exploitent le charbon à ciel ouvert (c’est vrai, les mines sous terre c’est sans doute mieux pour les poumons des ouvriers), seuls les avocats idéalistes combattent le monstre par tous les moyens légaux (et parfois illégaux). Même la description du système judiciaire, souvent si bien faite chez Grisham, est ici d’une pauvreté désespérante.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20