undrgrnd Cliquez ici KDPContest nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici
Profil de Coin-coin le trekkie > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Coin-coin le t...
Classement des meilleurs critiques: 2.831
Votes utiles : 1315

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Coin-coin le trekkie "Lol_O" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Scintilli
Scintilli
Prix : EUR 17,00

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 WARPCDD215, 10 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Scintilli (CD)
Une nouvelle page s'ouvre dans l'histoire de Plaid. Un conte de fée cristallin qui survient après six ans d'attente si l'on ne tient pas compte des incartades "Tekkonkinkreet" et "Heaven's Door".

Si "Missing" est mignon tout plein, "Eye Robot" inquiète sur les intentions du duo. Plus sombre et radicale, leur musique? Bye bye les séduisants et ingénieux labyrinthes sonores? Pas vraiment. Car dès "Thank" on retrouve les gimmicks habituels. D'ailleurs le troisième titre de l'album rappelle avec force l'aspect rêveur de certaines compositions de l'excellent "Not For Threes". Sauf qu'ici les sonorités employées n'ont plus les bords émoussés. "Unbank" séduit presque immédiatement. La mélodie est belle. L'agencement relativement classique permet à cette voix lointaine de s'imposer. Quelques riffs de guitare noyés et un beat binaire donnent le ton d'un morceau qui se permet de battre le chaud et le froid. Une réelle réussite.

Après trois écoutes dont une première plutôt satisfaite, une seconde qui demandait d'être convaincue et une troisième qui désirait installer la conviction que le grand retour de Plaid, c'est pour aujourd'hui, celle qui a lieu en ce moment assoit le doute. Erreur de ma part. Mais comment ai-je pu passer au silence l'un des points qui faisaient la force de ce génial duo? Oui la musique est séduisante. Oui les mélodies sont toujours aussi plaisantes ("Craft Nine" et sa flûte traversière). Mais bon dieu! Que sont devenus ces changements de rythme, ces ruptures mélodiques qui faisaient de chaque composition un voyage dont la traversée était semée de délicieuses embuches sur lesquelles nos ouïes prenaient un immense plaisir à trébucher?

Chaque titre part d'un point A et file vers un point B sans rencontrer le moindre astéroïde. Ça n'est pas foncièrement redondant sur le court terme mais déjà, sur le moyen, l'inquiétude gagne du terrain ("Sömnl").

Plaid devient alors victime de son image. A avoir tant donné par le passé, on attend du duo un travail toujours extraordinaire et sans concession... A la flemmardise? "Founded" et sa voie orientale nous renvoie au seul titre qui jusqu'à maintenant pouvait revendiquer le titre de "merveille inépuisable" (cherchez bien). L'agité du bocal "Talk To Us" fait heureusement beaucoup de bien à nos tympans rendus sourds par la cataracte auditive. Besoin de se mouvoir dans un océan de gouttelettes. De celles qui ont servi à nous allécher bien avant la sortie de l'album ("35 Summers").

"African Woods" offre l'inépuisable incartade techno chère à Plaid. Enfin, lorsque je dis techno, je me comprends. Une espèce de montée d'adrénaline qui, si jusqu'à aujourd'hui fonctionnait encore mais qui tombe ici comme un cheveu dans la soupe. C'est peut-être pourquoi l'on tente à nouveau avec "Upgrade" d'invectiver celui qui s'endort. C'est, cette fois-ci, plutôt convainquant. Mais cela reste-t-il suffisant pour booster l'album au sommet des meilleurs albums electronica-IDM?

La réponse se trouve peut-être ici: "At Last"...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 27, 2014 11:17 AM MEST


Zyprex 500
Zyprex 500
Prix : EUR 4,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 KVITNU 15, 28 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Zyprex 500 (Téléchargement MP3)
Avec "Zyprex 500", le duo Plaster constitué de Gianclaudio H. Moniri et Giuseppe Carlini produit un album à l'ossature IDM et aux nappes dark-ambient du plus bel effet. Leur univers est sombre, immersif et conceptuel. Le saxophoniste Ivo Papadopolus apporte une touche urbaine et mélancolique sur les angoissants "Xenos" et "Metrexes" (on entend dans ce dernier des samples de saxophones et de flutes reconstitués à l'aide d'un logiciel audio). Papadopolus est d'ailleurs l'auteur de "Kabul", remixé par Plaster lui-même.

Un juste retour des choses dirons nous.

"Exoplasm" reprend les choses là où elles ont pris fin sur le titre précédent. Ici le son se fait un peu plus dur, plus industriel et est accompagné d'une voix lointaine et dont les origines restent encore à définir. Retour du saxophone sur l'excellent "Kabul" qui remet les choses à plat et restaure une ambiance lente et immersive. "Degrex" n'implique quand à lui aucune émotion mais prépare plutôt l'arrivée de l'obsessionnel et cauchemardesque "Program Q_nex" qui reste l'une des compositions les plus marquantes de cette excellente signature qu'est "Zyprex 500" pour le label KVITNU.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 10, 2011 3:40 PM MEST


Viter
Viter
Prix : EUR 6,93

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 KVITNU 3, 19 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Viter (Téléchargement MP3)
Aussi méconnu que le micro label Uchelfa qui abrite l'excellent Quinoline Yellow, Kvitnu officie lui-même dans un registre IDM-Electronica de très bonne facture. On y croise la route du duo Sturqen dont le principal attrait est le travail effectué sur les rythmiques soniques, Plaster qui lui explore des contrées sombres et épurées. Zavoloka quand à elle est une jeune ukrainienne qui avec ce "Viter" démarre une série de quatre albums consacrés aux principaux éléments: l'air, l'eau, le feu et la terre.

Accompagnée d'Olga Patramanska au violon et d'Anton Zhukov à la contrebasse, sa musique revêt une authentique beauté qu'un beat parfois déstructuré ne vient jamais dépareiller. Électronique, elle s'accorde si bien avec le duo d'instruments à cordes que ces derniers semblent avoir été passés à la moulinette électronique tant le son qu'ils exhalent parait loin de celui qui l'on entend habituellement.

Zavoloka est une artiste à suivre d'autant plus que le second volet, "Vedana", vient de sortir. Et comme les exemplaires "physiques" semblent être en nombre limité, mieux vaut ne pas tarder à en acquérir un.

PS: A noter que l'album est enfermé dans un digipak de type "Card Sleeve" vraiment très original...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 19, 2011 5:40 PM MEST


Corymb
Corymb
Prix : EUR 2,58

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 LEX021, 17 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Corymb (CD)
Une merveille que cet album de remixes signés par des artistes de talents. Quelques Peel sessions viennent s'interposer entre les versions personnelles de groupes aussi divers que Boards Of Canada ("Last Walk Around Mirror Lake" revisité à la sauce analogique dont seul le duo détient les clés), le collectif (et regretté) Clouddead, Venetian Snares ("The Unthinkable" malaxé dans une version hardstep exaltante). Bryan Hollon rappelle qu'il est le principal artisan au travers des superbes "Morning And A Day" et "In The Tree Top" disponible également sur l'ep "Morning And A Day Ep". C'est ensuite au tour des allemands Lali Puna de nous offrir leur angélique version de "Awaiting An Accident". Tout en finesse, il délivrent un titre parasité, au beat vaguement Hip-Hop, assénant quelques "micro-scratchs" sur une nappe mélodieuse enchanteresse. On frise les pleures. Le remixe de Kieran Hebden (Le bonhomme se cachant derrière Four Tet), exhale le parfum d'intimité d'un club où n'est admise qu'une musique exigeante. Le remixe proposé par Mogwai et qui suit celui de Four Tet ne vient en rien entaché la qualité de l'ensemble. L'album se clot sur une Peel Session de "Pulse All Over" envoutante.

Avec "Corymb", Boom Bip et le label LEX (qui était encore il n'y a pas si longtemps que ça, la subdivision Hip-hop du label WARP) signent une vraie merveille qui surpasse de loin beaucoup d'albums inégaux consacrés aux remixes...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 27, 2011 1:52 PM MEST


The Miners Hymns
The Miners Hymns
Prix : EUR 20,99

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 CD13-13, 14 juillet 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Miners Hymns (CD)
Juste extraordinaire, la musique de Jóhann Jóhannsson est sublimée ici par des cuivres magnifiques. Bande originale du film "The Miners Hymns", c'est une expérience auditive totalement prégnante qui gagne en puissance écoutée au casque sans les nombreux parasites du monde qui nous entoure. Plutôt planant, l'ensemble des six titres accueillent l'auditeur avec douceur, et les envolées de cuivres se révèlent relativement rares. C'est sans doute ce qui les rend encore plus remarquables.

La beauté de certaines mélodies rend l'abstraction parfaitement digeste même pour un néophyte. Si "The Miners Hymns" n'essoufflera personne sur une piste de danse, il ravira tout ceux qui rêvent d'explorer d'autres univers planants que ceux des talentueux Sigur Ros, groupe lui aussi originaire d'Islande.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Jul 17, 2011 10:36 AM MEST


Drums Between The Bells
Drums Between The Bells
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 39,98

10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 WARPCD214X, 27 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Drums Between The Bells (CD)
Des textes poétiques posés sur une musique ambient? Idée étrange que de voir éditer cet objet sur le label WARP même après une première sortie l'année dernière plutôt bienvenue ("Small Craft On A Milk Sea"). Tout ceci intrigue, puis inquiète, jusqu'à ce que les mélodies s'insinuent dans notre esprit. Ce qui, de prime abord, risque d'être franchement indigeste, se révèle en réalité, et au fil des écoutes, une merveille de sensibilité qui nous rappelle sensiblement la période "Apollo: Atmospheres and Soundtracks", album sorti il y a presque vingt ans.

"Drums Between The Bells" gagne en richesse à mesure que l'on parcourt les 16 pistes que constituent cet écrin, autant de compositions idéales sur lesquelles se posent à merveille les poèmes de Rick Holland, récités par une dizaines d'artistes dont Eno lui-même. A dire vrai, et au risque de contredire tout ceux qui déjà conspuent l'artiste et sa dernière œuvre, au précédent album d'Eno, je lui préfère ce dernier.

A noter que cette version est accompagnée d'un second disque d'inédits.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 30, 2011 10:48 PM MEST


Donnie Darko - Édition Prestige [Édition Prestige]
Donnie Darko - Édition Prestige [Édition Prestige]
DVD ~ Jake Gyllenhaal
Prix : EUR 9,98

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Richard Kelly, 23 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Donnie Darko - Édition Prestige [Édition Prestige] (DVD)
Donnie Darko est un jeune adolescent semblable à ceux de sa génération.Du moins, c'est ce que semblent vouloir faire croire les apparences.Intelligent et doué, mais aussi somnambule est schizophrène paranoïaque, Donnie, par une nuit paisible, fait la connaissance d'un étrange personnage prénommé Franck, sorte de lapin géant au visage abîmé qui va lui prédire la fin du monde dans vingt huit jours, six heures, quarante deux minutes et douze secondes.A ce moment très précis débute un compte à rebours dans la vie d'un jeune homme, Donnie, pour qui la vie n'est qu'une somme de peurs qui le voient se réfugier dans un monde de rêves et de fantasmes.....

Difficile d'aller plus loin dans le résumé d'un film qui se vit, se ressent, plus qu'il ne se regarde.Donnie Darko a ceci de rare qu'il crée une passerelle entre le conformisme d'un certain cinéma américain ou la jeunesse se fourvoie dans l'alcool et le sexe, un cinéma qui traite de sujet parfois graves de manière frivole voire grotesque avec un autre dont la rigueur scénaristique l'empêche de trouver grâce aux yeux du plus grand nombre.

Donnie Darko, c'est un peu le fils bâtard d'un Lynch et d'un Paul Weitz qui auraient accouché d'un film mêlant la complexité et la grande ingéniosité d'un scénario loin d'être évident au premier abord à la simplicité d'un montage et d'une mise en scène permettant à tout un chacun de ne pas se perdre dans les méandres d'une histoire particulièrement exigeante et pourquoi pas, de se retrouver dans l'un des personnages.D'ailleurs, lorsque le film débute, on se retrouve avec la désagréable impression d'être face à l'une de ces nombreuses productions pour teenagers décérébrés avec son image trop propre pour être honnête, sa musique de campus et ses habitations aux jardins bien entretenus.Mais on est vite rassurés lorsque le ton semble aller vers quelque chose de plus profond que le simple déballage d'une certaine Amérique puritaine.

Jake Gyllenhaal porte littéralement le film sur ses épaules.Il campe avec maestria le rôle de ce jeune adolescent perdu dans un monde que ses pensées refoulent.Comme s'il avait été écrit pour lui, son personnage semble l'habiter.De son visage angélique, on retiendra surtout ce sourire en coin, troublant, qui annonce l'arrivée de son dédoublement de personnalité (la scène du cinéma, extraordinaire, est d'ailleurs représentative de ce que l'on ressent face au talent de ce jeune acteur).Tout concorde pour faire de ce film un chef-d'oeuvre, encore un, qu'il s'agisse des acteurs, tous aussi géniaux les uns que les autres, qu'il s'agisse aussi de la bande son, mélange de new wave, de rock FM ou encore d'opéra grandiose, tout, absolument tout devrait pousser le curieux qui sommeille en chacun de nous à jeter un œil, et pourquoi pas les deux, sur Donnie Darko.


Rushup Edge
Rushup Edge

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 CAT189CD, 22 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rushup Edge (CD)
Un mystère quand à l'auteur de cet album entoure ce dernier depuis sa sortie. Publié sur l'excellent label d'Aphex Twin, la légende voudrait que l'auteur soit Richard D. James lui-même. Il est vrai que l'on retrouve les nappes et les rythmes syncopés de l'artiste. Il paraitrait même que le sieur aurait interprété en live certains morceaux. Ce dernier point semble donc confirmer que ce "Rushup Edge" ainsi que l'ep "Confederation Trough EP" qui l'accompagne soient deux productions signées par le papa des "Selected Ambient Works".

Nappes analogiques et beats rageurs s'entremêlent au cœur d'une fiesta proprement jouissive. On ne s'ennuie pas un seul instant durant la trop courte durée de l'album. Depuis que les deux galettes sont sorties il y a de cela maintenant quatre années, on attend avec impatience le retour de ce héros de la musique électronique qui, décidément, parvient chaque fois à nous cueillir et à nous étonner.


Die Antwoord - $O$
Die Antwoord - $O$
Prix : EUR 9,74

1 internaute sur 20 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Z, 14 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Die Antwoord - $O$ (CD)
C'est à peine croyable. Après avoir lu les deux premiers avis sur cet album et le Descriptions du produit faite par Amazon, je me suis dit qu'enfin un groupe allait me réconcilier avec un courant qui m'est totalement étranger et avec lequel je n'ai aucune affinité. Et bien non, ça n'est pas encore pour cette fois-ci. Il faut avouer que le mélange Hip-Hop et rythmes africains est une idée plutôt ingénieuse mais le résultat est catastrophique.

Le look du leader est particulièrement gratiné et pas loin (et même très près) de la caricature. Un genre qu'il se donne et qui va très bien avec la musique que produit ce groupe. Plus ragga que Rap, elle se trouve être totalement indigeste. Die Antwoord n'est rien de moins, rien de plus qu'un groupe certain de connaître le succès. Les sonorités employées ainsi que la boite à rythme épileptique sont à l'image de ce que les médias proposent: Indigentes, spectaculairement kitchs, et commerciales dans ce que le terme à de plus péjoratif.

Une musique aux paroles qui se veulent sans doute réactionnaires mais qui passera, au mieux, en fond sonore dans votre supermarché favori.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 30, 2016 11:20 PM CET


L'Essentiel
L'Essentiel

5 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Les trésors de la chanson française 6, 7 juin 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Essentiel (CD)
Si à une époque l'Angleterre eut l'ingénieuse idée de pondre parmi les groupes les plus inventifs de l'histoire du rock et de la pop (The Beatles, Pink Floyd, Genesis (période Gabriel) pour ne citer qu'eux), ce pays pourvoyeur d'autant d'artistes de talent que de groupes formatés eut, par contre, la très mauvaise idée de lancer les Take That et les Spice Girls. Premier girls et boys band qui allaient bien entendu provoquer un raz de marée chez les bas du front que nous sommes en France et indirectement générer des boys band de la trempe des 2BE3.

Trois robustes jeunes hommes aux biceps et aux pectoraux intelligemment exposés aux jeunes jouvencelles de notre pays. Attirant les foules, ces types dont on ne saura sans doute jamais s'ils furent de vrais artistes ou bien de simples mannequins de podiums embauchés pour la circonstance, connurent un succès fou dans nos contrées grâce à deux albums "Partir un jour" et "2Be3", un album de remixes sobrement intitulé "Remix Collector", un live "Bercy 98", la compilation (et oui, déjà !!!) "L'essentiel ' 2be3" ainsi qu'un album de chansons interprétées dans la langue de Shakespeare.

Musique passe-partout, fast-food et immature, elle sonne le glas d'une certaine musique commerciale qui jusqu'alors se permettait encore d'avoir un semblant d'intérêt. Sorte de hamburger sonore dont beaucoup se délectent sans vraiment savoir ce qu'il y a à l'intérieur, la musique des 2BE3 fait mal aux oreilles en particulier et à la musique en général. Traumatisant les réels amateurs de musique et créant par là même une génération de trépanés qui ne jure plus que par l'image à défaut de réaliser combien ce qu'ils écoutent est insipide, ce trio de beaux gosses marque, de mon avis, les début d'une descente aux enfers dont pas un seul d'entre nous ne semble s'inquiéter.

Et c'est bien normal puisque les vrais amateurs de musique se tourneront toujours vers leurs artistes préférés, omettant ainsi de pencher une oreille sur celle qui aujourd'hui rend le terme "commercial" des plus péjoratifs. Quand aux autres, ils resteront à jamais sourds aux alertes que nous leur prodiguons et maintiendront que NOTRE musique ne ressemble à rien et que rien ne vaudra jamais la soupe qu'ils assènent à leurs petits cerveaux de néophytes...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 10, 2015 3:28 AM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20