undrgrnd Cliquez ici Bests nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_HPTV Cliquez ici Acheter Fire Acheter Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Montres soldes Bijoux Soldes
Profil de Coin-coin le trekkie > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Coin-coin le t...
Classement des meilleurs critiques: 3.060
Votes utiles : 1303

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Coin-coin le trekkie "Lol_O" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Soul Static Bureau
Soul Static Bureau
Proposé par cultureprix
Prix : EUR 14,03

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Hydrogen Dukebox, 25 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soul Static Bureau (CD)
Puisqu'en ce moment il n'y a pas grand chose à se mettre sous la dent en matière d'electronica, autant se jeter goulument sur ce "Soul Static Bureau" signé Norken. Un disque qui date d'une douzaine d'années mais qui reste encore aujourd'hui une référence en la matière. Si le beat n'a que peu de rapport avec le courant mélodieux cher aux BoC et consorts, ses merveilleuses nappes synthétiques méritent que l'on s'y plonge sans retenue... Comment alors, ne pas tomber sous le charme d'un "Southern Soul" absolument magnifique ?


Eye Contact
Eye Contact
Prix : EUR 14,82

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 GGD-4AD, 20 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Eye Contact (CD)
Ils ont osé quitter WARP. Il fallait s'y attendre puisqu'ils n'en sont pas à leur coup d'essai. Déjà ils avaient abandonné leur précédent hébergeur "The Social Registry" pour l'écurie qui abrite Autechre, Boards Of Canada, Plaid et consorts.
Aujourd'hui les voilà signés sur 4AD, une occasion donc pour critiquer leur nouvel album. Le tuer dans l'œuf. Assassiner le groupe, et ce, sans la moindre objectivité. Juste parce qu'ils ont choisi d'abandonner le label qui m'est si cher...
Sauf qu'après avoir écouté le premier titre du nouvel opus "Eye Contact" nommé "Glass Jar", il devient moins évident de formuler le moindre avis négatif sur cet album. Car effectivement, il s'agit là, encore une fois, d'une merveille. De ces albums qui cultivent leur intérêt à travers une profusion d'idées mises en œuvre à l'instar d'un Jodorowski dont la filmographie est exemplaire tant sur le plan de l'image que sur celui de scénarios labyrinthiques littéralement vomis par son esprit débordant d'inventivité.

De cet album sensationnel, on retiendra bien évidemment la voix "bushienne" de Lizzi Bougatsos sublimée par une instrumentation intelligemment agencée. Les claviers mêlent leurs troublantes harmonies aux guitares, aux percussions et même parfois à l'accordéon. Si "Saint Dymphna" était déjà superbe, "Eye Contact" ajoute à la musique des Gang Gang Dance un soupçon de mélancolie, allant souvent piocher dans la tradition hindou. La voix de Lizzi, parfois incantatoire, subjugue par sa beauté et évite les écueils liés à certains choix difficiles. Comme deux ou trois sonorités électroniques qui nous rappellent qu'il est délicat de ne pas tomber dans l'ubuesque. Mais ici, rien de grotesque.

Le dernier album des Gang Gang Dance se révèle être au final un album fantastique, bigarré, festif. Le groupe s'amuse et cela s'entend. Il est surtout beaucoup plus aisé de s'y attarder quand "Saint Dymphna" demandait à ses auditeurs un réel effort d'accoutumance...

A acheter, les yeux fermés...

A écouter, les oreilles grandes ouvertes...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 5, 2011 1:43 PM MEST


Mind Bokeh
Mind Bokeh
Prix : EUR 17,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 WARPCD209, 17 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mind Bokeh (CD)
La première écoute fut difficile. Voire carrément insupportable. Au point que je me suis demandé si j'allais un jour glisser à nouveau la galette dans la fente du lecteur tant "Mind Bokeh" m'a tout d'abord déçu. Ce n'est en fait qu'après quelques écoutes tendues que le charme a agit. Peut-être pas aussi passionnant que le précédent "Ambivalence Avenue", le dernier album de Bibio révèle ses charmes au fil des écoutes.

Il s'effeuille, chaque morceau étant comme un vêtement qui tombe pour laisser libre cours à l'imagination. Comme c'était déjà le cas avec "Ambivalence Avenue", "Mind Bokeh" offre un large panel d'influences, allant de la pop naïve et mélancolique au "rétro-disco" poussiéreux. Si l'agencement des titres parait n'avoir aucune cohérence, il ne faut pourtant pas s'attendre à se perdre dans les méandres d'un grand fourre-tout. Bien au contraire, lorsque la magie opère, on s'étonne d'y trouver une certaine logique.


Shapes (1996-2006)
Shapes (1996-2006)
Prix : EUR 21,55

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 SKALD020, 17 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shapes (1996-2006) (CD)
Derrière le pseudo Bola se cache Darrell Fitton, également géniteur de l'excellent Jello. Très proche de Dylan Nathan et de son projet Jega, il n'est pas rare de confondre les deux artistes tant leur musique ressemblent aux deux hémisphères d'un même cerveau.

Sorti en 2000 juste après l'excellent "Soup" mais comprenant des titres qui lui sont antérieurs, "Shapes" est réédité en 2006 agrémenté de trois titres supplémentaires. Les amateur d'IDM et d'electronica sont ici en terrain conquis. Surtout les seconds puisqu'alors que les nappes mélodieuses abondent, les rythmiques sont structurées de manière relativement sobre. Si la musique électronique a tendance à mal vieillir, celle de Bola parvient à maintenir une approche moderne très éloignée de ce que diffusent habituellement les médias. Ce qui d'ailleurs ne rend pas grâce au genre qui mériterait enfin une véritable reconnaissance auprès de ceux qui l'abhorrent.

Mais puisque tel n'est pas encore le cas, laissons pour le moment aux assidus et aux plus exigeants, le monopole sur l'écoute domestique des œuvres emblématiques de ces deux sous-genres et rendons grâce à Dieu que ces derniers n'aient pas encore été pervertis par une trop large diffusion.

A écouter sans modération.


Soil
Soil

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 IAE 007 CD, 16 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Soil (CD)
A mi-chemin entre l'ambient domestique ("Music For Airports") et spatial ("Apollo: Atmopsheres and Soundtracks") de Brian Eno, l'ambient environnemental de Future Sound Of London ("Lifeforms") et celui, angoissant, de Richard D. James ("Selected Ambient Works Volume 2"), s'insinue celui de Terre Thaemlitz.

Si ce nom est bien moins célèbre que ceux cités précédemment, il n'empêche que le bonhomme produit à l'époque avec ce "Soil", l'un des plus beaux représentants d'un genre qui connu son heure de gloire dans les années quatre-vingt dix. Sorti sur l'emblématique (et feu) label "Instinct Ambient", l'album est constitué de six titres purement électroniques que de nombreux samples viennent pervertir. Entre sonorités urbaines et parasites dont les origines nous sont étrangers, "Soil" est un bon compromis entre interventions extra-terrestres et bruits purement intra-terrestres...


The Only She Chapters
The Only She Chapters
Prix : EUR 9,27

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 WARPCD208, 6 mai 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Only She Chapters (CD)
C'est décidé, celui-ci sera le dernier que je me procurerai. Non pas du prolifique, et pour la plupart du temps, passionnant label WARP, mais de Guillermo Scott Heren. Lui qui a tant su passionner son auditoire au travers de ses extraordinaires samples vocaux et copier/coller sur ses premières galettes déçoit ici. Ce que l'on ressent majoritairement désormais, c'est un ennui profond. "Everything She Touched Turned Ampexian" était déjà éprouvant et ce "The Only She Chapters" enfonce le clou. Aucune des voix féminines présentes ne parvient à insuffler la moindre émotion à cette collection de titres inclassables.

Avouons que l'ensemble parvient à garder un certain sens de l'homogénéité sans toutefois dégager le moindre intérêt. A part peut-être sur un "The Only Valentine's Day Failure" qui trompe sur la marchandise et restera comme la seule véritable inspiration de l'album.

Le fait est que l'on s'ennuie sans jamais trouver la moindre cohérence dans l'agencement des chansons. Tout n'y semble être qu'un conglomérat de structures rythmiques et de sonorités curieusement vides.
Le problème de Scott Heren est d'avoir confondu l'abstrackt Hip-Hop de ses premiers albums produits sous son pseudo Prefuse 73 avec les superbes ballades dispensées sous celui de Savath & Savalas.

De l'un et de l'autre, on ne retrouve ni l'incroyable travail de puzzle sonore, ni les magnifiques mélodies inspirées par la culture musicale hispanique.

Une grosse déception donc !


Seefeel
Seefeel
Prix : EUR 17,00

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 WARPCD205, 1 mai 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seefeel (CD)
Après quatorze ans d'absence, Seefeel revient côtoyer l'écurie WARP avec un album au titre éponyme, une pochette sublime et un album inspiré. L'ensemble se veut toujours aussi minimaliste, planant et perverti par un bon nombre de riffs souillés du plus bel effet. Seefeel excelle dans un trip-hop-ambiant caverneux parcouru de voix éthérées aux paroles presque inaudibles. On croirait y entendre la voix fantomatique de la regrettée Trish Keenan. "Rip-Run" et son beat lourd est l'un des moments les plus passionnants de cet album qui ne souffre quasiment d'aucune faiblesse. Autant le dire tout de suite: Il faut adhérer à cette matière brute et organique qui parcours l'album dans son ensemble. L'aspect répétitif pourra en décontenancer certains mais dès lors que l'on entre dans le jeu du quatuor, l'emprise est totale.


One Word Extinguisher
One Word Extinguisher
Prix : EUR 14,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 WARPCD105, 3 avril 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : One Word Extinguisher (CD)
Après la sortie du catastrophique 'Everything She Touched Turned Ampexian' et de l'inutile 'The Forest Of Oversensitivity', deux sacs de pièces rouillées sans valeur enfermés dans un trompeur coffre dont les atours rendent hommage aux plus belles pochettes du 'rock-prog', il est raisonnable de douter sur la valeur ajoutée que pourrait représenter la prochaine sortie de Prefuse 73 intitulée 'The Only She Chapters' et prévue pour un peu moins d'un mois.

Mais sait-on jamais...

Pour fêter le retour de Guillermo Scott Herren , l'homme derrière le projet Prefuze 73 et Savath y Savalas et Diamond Watch Wrists, petit retour sur la série d'albums qui a conquis le cœur des défricheurs de curiosités que sont les dirigeants du label Warp il y a maintenant dix ans. Ce "One Word Extinguisher" fait suite au premier et excellent "Vocal Studies + Uprock Narratives" qui proposait déjà une collection de vignettes abstrakt Hip-Hop.
Ici tout est acquis pour Herren et auprès de tout ceux qui appréciaient déjà les copier/coller du bonhomme puisque rien n'a vraiment changé. Tout juste l'agencement semble ici maitrisé encore davantage que sur "Vocal Studies..." et les sons vintage se mêlent-ils avec merveille aux contemporaines sonorités électroniques.

Si la musique de Prefuse 73 ressemble aujourd'hui davantage à un mélange entre expérimentations Hip-Hop et création d'inspiration espagnole, il ne faut pas oublier qu'au début de sa carrière, Guillermo Scott Herren a sur apporter une note personnelle au grand fourre-tout que représentent aujourd'hui les musiques électroniques...
Tout WARPMANIAC se doit donc de posséder cet excellent album.


Additional Productions
Additional Productions
Proposé par thebookcommunity_fr
Prix : EUR 18,53

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 !K7R028CD, 13 mars 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Additional Productions (CD)
Sorti un an avant le changement de siècle et la sortie de l'énorme album "Appetite For Disctruction", cet "Additional Productions" se révèle, des trois compilations réunissant des remixes produits à la faveur d'autres artistes, une merveille de cohésion. On y retrouve l'essence même de ce qui fait le charme de Funkstorung. Soit un habillage de beats déconstruits de haut vol. Une sorte de ballet électronique où les mathématiques et une forme de science abstraite semblent avoir pris le pas sur les normes actuelles en matière de musique commerciale.

Car ici, et en faisant fi de l'image désastreuse que pourrait avoir le courant IDM auprès des incultes, on baigne dans un potage succulent dont la matière première est un conglomérat de percussions abrasives qui vrillent les neurones mais qui, saupoudrées de condiments savoureux, donnent une dimension mélodieuse qui parvient parfois à émouvoir.

Cette compilation ouvre donc les portes d'une electronica complexe (et décomplexée) qui verra, beaucoup plus tard, Michael Fakesch et Chris De Luca évoluer dans une direction sans cesse toujours plus en accord avec un format pop.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 14, 2011 6:43 PM CET


Appendix
Appendix
Proposé par Hausmusik
Prix : EUR 15,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 !K7210CD, 13 mars 2011
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Appendix (CD)
Datant de 2007, cet "Appendix" du duo formé par Michael Fakesch et Chris De Luca est le chant du cygne de l'un des plus fameux groupe IDM. A travers deux décennies et aux cotés de Sean Booth et Rob Brown d'Autechre, ils ont donné ses lettres de noblesse à un courant électronique spécifique (au départ l'electronica) mais qui a l'approche du vingt et unième siècle a su s'affranchir et l'aiguiller vers une forme beaucoup plus contemporaine, voire même, comme le firent les plus anciens des expérimentateurs dans ce domaine, vers l'abstractive musique concrète.

Pour achever ses travaux, le duo a retravaillé une partie de son catalogue dédié aux remixes. On trouve donc dans cette compilation une bonne tranche d'Intelligent Dance Music popisante dans laquelle les gimmicks de Fakesch et De Lucas s'expriment avec aisance. Si le beat est toujours passionnant, les mélodies quand à elles sont en deçà de celles auxquelles les deux hommes nous avaient habitués.

Au regard des précédentes compilations "Additional productions" et "Vice-Versa" et des superbes albums "Appetite For Disctruction" et "Disconnected", cet "Appendix" se révèle donc un brin décevant. Mais ne boudons pas notre plaisir. D'autant plus que les deux hommes semblent avoir choisi d'aborder chacun de leur coté une carrière solo.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20