Profil de Coin-coin le trekkie > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Coin-coin le t...
Classement des meilleurs critiques: 1.888
Votes utiles : 1266

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Coin-coin le trekkie "Lol_O" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Seventeen Seconds (Coffret Deluxe 2 CD)
Seventeen Seconds (Coffret Deluxe 2 CD)

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Les années New Wave 01, 3 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Seventeen Seconds (Coffret Deluxe 2 CD) (CD)
Avant que la musique commerciale ne devienne un produit pour "sous-cultivés à la limite de la débilité" (Luchini dans "P.R.O.F.S"), et sans doute bien avant que le nain imagine épouser un jour un ancien mannequin reconverti en chanteuse à texte sans voix, il y avait une époque bénie qui en offrait encore une de bonne qualité.

Si aujourd'hui The Cure n'est plus qu'un ersatz du groupe qu'il était il y a plus de vingt ans, proposant désormais l'équivalent sonore du gloubiboulga de Casimir, il ne faut pas oublier qu'avec Depeche Mode, Orchestral Manoeuvre In The Dark, et bien d'autres encore, il était l'un des groupes favoris des radios.

Entre 1981 et 1982, Robert Smith et sa bande vont s'enfermer en studio et produire les deuxième et troisième volets de leur fameuse trilogie "dépressive" ( "Faith" et "Pornography"). Si Faith semble le volet le mieux produit, et Pornography celui qui plonge le plus loin dans les abimes de la cold wave, "Seventeen Seconds" est sans doute celui qui sur la durée, résiste le mieux au temps.

Après une courte intro obsolète, l'encourageant "Play For Today" poursuit la voie ouverte par les précédents essais du groupe. Soit une musique un brin immature, survoltée mais jamais ennuyeuse. Un principe honoré par un "Secrets" un poil plus lent au centre duquel Smith pose une voix en forme de plainte maladive. "In Your House" lui-même ralenti davantage le tempo et ressemble à ce qui sera la marque de fabrique du groupe pour les deux albums suivants.

Il y a quelque chose d'inquiétant dans cette musique. Quelque chose aussi très certainement d'inédit pour l'époque. "Three" n'est certainement pas le meilleur de ce qu'ai produit le groupe mais il a l'intelligence de faire partie des titres sans doute les plus inattendus. "Final Sound" est bancal, tordu, désaccordé mais sert très bien le superbe "A Forest" qui va suivre. Sans aucun doute l'un des points culminants de l'album, en tout cas l'un des plus enjoués et dont la nappe synthétique, la batterie et la voix de Smith provoquent l'addiction.

"Seventeen Seconds" donne l'envie d'un retour vers le passé. Histoire de fuir l'abominable et inévitable descente aux enfer amorcée par les médias qui ne proposent désormais plus qu'une soupe infâme dont malheureusement la jeunesse d'aujourd'hui semble se délecter...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 3, 2011 6:45 PM CET


Concert Privé
Concert Privé
Prix : EUR 19,76

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Concert privé de Philippe Bonnafous, 1 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Concert Privé (CD)
Découvert il y a de cela quelques années, ce "Concert Privé" fait partie de ces rares moments de pure émotion auxquels je me suis laissé aller. Planqué comme un jeune garçon honteux de montrer aux autres qu'il possède lui aussi un cœur, j'ai discrètement glissé la galette argentée dans le ventre de la chaine hi-fi pour ne l'en déloger que bien longtemps après la conclusion "Interdit de Rêve".

"Concert Privé", c'est une voix, un piano et des mots qui pénètrent l'esprit. Il y a du Higelin (l'enjoué "Bloody Mary") mais surtout beaucoup de magnifiques ballades, de celle qui étreignent le cœur et bouleversent l'esprit au point de rendre futile toute autre activité que l'écoute de cet album. Rares sont ces instants précieux qui font naitre à travers l'art (qu'il soit cinématographique, littéraire ou musical), un sentiment de manque si brutal que l'on ne peut s'en guérir qu'en s'y replongeant sans attendre.

Heureusement, certains interludes festifs viennent briser la délicieuse monotonie de ces entrelacs mélodiques parfois troublants ( Bénabar n'est pas loin des "De Quoi J'Me Mêle", "Le Métro-homme").

"Poisson-Femme" noue l'estomac, "Chagrin De Vous" serre le cœur et quand à "Tom", oui, il arrache des larmes. Du moins, les miennes.

Comme l'indique la pochette, les quinze titres qui constituent ce "Concert Privé" ont été enregistrés en prise direct un soir de septembre. Il me semble encore entendre parfois tomber la pluie lorsque s'égrènent les notes. Ici, et même là-bas, sur cette cité plongée dans le noir, fruit de l'imagination de Pierre Bonnafous et qui est également le frère de Philippe.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 12, 2011 7:06 AM CET


Les Emotifs anonymes
Les Emotifs anonymes
DVD ~ Isabelle Carré
Prix : EUR 7,99

19 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Retrouvailles entre Isabelle Carré et Benoit Poelvoorde, 1 janvier 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Emotifs anonymes (DVD)
"Les émotifs anonymes" sonne les retrouvailles du très sympathique Benoit Poelvoorde et de la pétillante Isabelle Carré cinq ans après le très sombre et très réussi "Entre Ses Mains". Sauf qu'aujourd'hui le duo donne dans la comédie légère, rafraichissante et même parfois émouvante. Après un générique franchement indigeste qui rappelle le catastrophique "Agathe Cléry" et le très décevant "Imogène McCarthery", le spectateurs est invité à pénétrer l'intimité de deux personnages que de prime abord, tout semble séparer. En effet, Si Angélique (Isabelle Carré) se montre dès le départ enjouée et merveilleusement belle dans sa touchante timidité, Jean-René, lui, endosse l'allure d'un homme froid et peu souriant. Mais ce qui rapproche ces deux être et peut tout aussi bien les éloigner, c'est leur timidité maladive. Elle, n'ose pas s'exprimer devant autrui sous peine de littéralement défaillir quand lui, est réfractaire à tout contact physique et plus précisément envers les femmes.

Pourtant, leur amour commun pour le chocolat va les pousser à se côtoyer...

"Les émotifs anonymes" est le type même de film qu'il est plaisant d'aller voir au cinéma lorsque l'on veut se sortir des habituelles fêtes de fin d'année. Si le scénario est des plus classique, que certaines scènes sont absolument irrésistibles mais déjà vues ailleurs (le coup de la chemise au restaurant), l'affect est mis parfois à "rude épreuve" et l'on passe du rire aux.... Larmes? Non, tout de même pas mais quand même, quelques petites scènes tendres et dont la poésie est transmise à travers quelques gestes et certains regards font leur effet.

Bref, c'est une fois de plus une réussite pour Benoit Poelvoorde et Isabelle Carré et l'on se prête à rêver au prochain film qui les unira à nouveau.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 27, 2011 11:05 PM CET


600 kilos d'or pur
600 kilos d'or pur
DVD ~ Clovis Cornillac
Proposé par KAPPA MEDIA
Prix : EUR 11,72

9 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Plaqué or !!!, 26 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : 600 kilos d'or pur (DVD)
Film français lorgnant vers la grosse production américaine ou bien petite production frenchy aux motivations démesurées? Un peu des deux sans doute. Et ce ne sont pas les présences de Cornillac, de Chesnais et de Solo qui y changeront grand chose. Tout juste peut-on y voir un faux remake de Predator, sans l'aspect fantastique. Et sans créature venue d'ailleurs dans l'espoir d'emporter quelques trophées. Le trésor ici est un monceau d'or (les 600 kilos du titre) qui peu à peu échappe à ces aventuriers du dimanche, décimés l'un après l'autre par leur poursuivants. A moins qu'il ne s'agisse de la fatalité au vu d'un scénario qui s'est fait la malle bien avant le premier coup de manivelle.

Pourtant tout semblait démarrer sous les meilleures augures. Interprétation juste (quoique dans le domaine de l'aventure, le talent d'acteur n'est pas le plus sollicité), décors somptueux, explosions et pétarades à foison...

Le seul problème est que le film ne décolle jamais véritablement. On y croise les fantômes de l'excellent "Sans Retour" de Walter Hill mais sans l'angoisse ressentie lors de la traversée des marécages. Solo est en retrait, fatigué, et la piqure de serpent que le scénariste lui inflige durant le film n'arrange rien. Audrey Dana, qui agit en héroine lors du vol de l'or et flingue ainsi tous les espoirs de ses compagnons en devient irritante et l'on rêve d'un Solo assez fou pour lui loger une balle entre les deux yeux. Cornillac a le cœur sur la main et pas dans la poche, le con. Ce qui lui vaudra la perte des autres et de sa propre personne.

"600 Kilos d'or pur" n'est pas un navet, loin de là. Il se regarde d'ailleurs sans déplaisir. Il lui manque simplement une bonne dose de rythme et l'absence de scénario le rend malheureusement trop prévisible...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 13, 2011 2:04 PM CET


Rest Proof Clockwork
Rest Proof Clockwork
Proposé par visolotto
Prix : EUR 16,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 WARPCD63, 23 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rest Proof Clockwork (CD)
Paru deux ans après leur chef-d'œuvre "Not For Trees", ce "Rest Proof Clockwork" n'a, plus de dix ans plus tard, pas pris une ride. Dans une veine electronica mélodique, le duo composé d'Ed Handley et Andy Turner explore un panel assez large d'influences qui nous invite à côtoyer soul électronique ("Schakbu"), electro acoustique (à ne pas confondre avec l'électroacoustique, technique basée sur le mélange de l'acoustique et de l'électricité) au travers de la superbe balade "Ralome", Hip-hop rétro-futuriste ("Little People") ou encore techno mélodieuse ("Last Remenber Thing"). L'ensemble part chaque fois dans une direction inattendue et pourtant, la magie opère et déclenche dans l'esprit une soif inextinguible de découverte.

L'une des facettes passionnantes du groupe, c'est cet incessant besoin, me semble-t-il, de faire évoluer chaque titre vers une voie dont l'issue diffère sensiblement de l'ouverture (l'incongrue introduction de "Dead See" qui s'ouvre ainsi comme une fleur, et dont le cœur se révèle être d'une somptueuse poésie).

Plaid, c'est aussi et surtout un fabuleux groupe, capable d'imprimer une touche personnelles aux remixes qu'il produit. Moins baléarique que son prédécesseur, "Rest..." est un vivier qui sonne comme une somme de créations que j'oserai apparenter à de la world urbaine. Depuis, la créativité semble pour le duo bien moins foisonnante même s'il faut tout de même reconnaître la très grande qualité des albums qui feront suite à ce dernier.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 12, 2011 4:27 PM MEST


The Rise and Fall of Ziggy Stardust and The Spiders from Mars
The Rise and Fall of Ziggy Stardust and The Spiders from Mars
Prix : EUR 9,98

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 David Bowie l'intraterrestre, 23 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Rise and Fall of Ziggy Stardust and The Spiders from Mars (CD)
Je ne vais bien évidemment pas être original, surtout au vu de la majorité des commentaires laissés au sujet de ce "The Rise and Fall of Ziggy Stardust and The Spiders From Mars" de légende, mais j'avais très envie d'en dire un mot. Qui ne poussera certainement personne à l'achat mais bon. J'adore, tout simplement. Et à chaque écoute, je retrouve la magie d'une époque dont je n'ai jamais véritablement profité puisque trop jeune. Davantage par le passé qu'aujourd'hui, les seventies voyaient naître des albums de cette trempe, comme une évidence, sans trop se forcer finalement. Album concept par excellence, je ne ferai l'affront à personne de conter l'histoire qui se cache derrière ce petit bijou. Que je place d'emblée aux cotés de la trilogie berlinoise.

Le seul petit défaut que je trouve en l'occurrence, et qui manque terriblement d'objectivité, c'est la perfection des trois perles "Low", "Heroes" et "Lodger" qui rendent ainsi ce "Ziggy" un tout petit brin moins passionnant. Mais j'ai dit petit, hein?


Sunburst Ep
Sunburst Ep
Prix : EUR 10,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 WAP300CD, 16 décembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sunburst Ep (CD)
Que faire? Ajouter une étoile à ce "Sunburst EP" et ainsi revenir sur la note attribuée il y a de cela un petit peu plus d'un an à l'album "Butter" de Hudson Mohawke en la rehaussant? Ou bien laisser de coté cette dernière et assassiner purement et simplement l'Ep du jeune Rustie? Agir ainsi, c'est risquer de voir tomber sur soit l'opprobre à grand renforts d'insultes et de phrases meurtrières assénées par les fans de la jeune recrue. En effet, celui-ci semble avoir les faveurs d'une frange d'amateurs qui, soit ne connaissent pas assez WARP pour considérer ce premier essai sur le label comme trop peu innovant et franchement inintéressant, soit ont décidé d'affirmer bien haut et fort que tout ce qui sortait de cette écurie devait être respecté comme une relique et que la critique négative devait être tuée dans l'œuf.

Car oui, je l'affirme sans trembler, Rustie ne fait que copier, et ce, de manière beaucoup moins passionnante, l'univers d'Hudson Mohawke. Il n'y a rien de transcendant, d'innovant, ni de spectaculaire dans cette musique un peu trop adolescente à mon gout... Ou si peu. Le comble du comble est le sample doublement employé dans les titres "Dragonfly" et "Beast Nite". Ca sent l'arnaque. Mais malgré tout, il faut bien avouer, qu'enfin, et ce, bien tardivement, l'émotion pointe le bout de son nez sur le tout dernier titre "Hyperthrust". C'est peut-être l'unique raison pour laquelle j'ai mis tout de même deux étoiles.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 17, 2010 8:11 PM CET


Sketchbook
Sketchbook
Prix : EUR 8,54

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 WARPCD89, 12 décembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sketchbook (CD)
Si de prime abord "Loop Bass" fait penser à l'ambient ethnique du label EM:T, il s'agit bien pour Req, ici avec "Sketchbook", d'explorer un Hip-Hop encore plus abstrackt que ceux produits par les géniaux Antipop Consortium, abstrackt keal agram, DJ Krush ou encore les inénarrables (mais précieux) cLOUDDEAD (sans oublier les artistes des labels Anticon et Lex (ancienne sous-divison du label WARP).

Quatrième effort produit par Ian Cassar et second à sortir sur le prestigieux label WARP après l'excellent "Car Paint Sheme", ce "Sketchbook" risque de filer de l'urticaire à ceux qui définitivement lui préféreront les rappeurs habitués des grandes ondes. Beaucoup d'ailleurs se vexeront sans doute du rapport qui sera fait entre leur soupe chérie et ce Hip-Hop qui semble n'en n'avoir ni le gout, ni la saveur.

Ici, exit le flow imparable scandé de manière aussi brutale qu'une balle qui quitte le barillet d'une arme pour aller se loger dans la poitrine d'un flic. Pas une parole ne vient déranger la tranquille suite de titres qui s'enchaine sans vraiment surprendre, donnant parfois dans le post-Krush ("I Seek"), le "jesavaispasquoifairedecettebouclealorsjem'endébarrassecommejepeux" (l'inutile "Colours"). En fait tout semble avoir enfin un sens à partir du très timide "Ampeg 18 Khz". "Upstairs" éveille enfin les appétits et fera de la suite, les prémices d'un album mi-figue, mi-raisin... Entre titres véritablement accrocheurs ("Upstairs" donc) et d'autres choses ("Dolby C" en tête) que la seconde moitié de l'album parviendra, espérons-le, à faire oublier.

"Sketchbook" se révèle donc un brin moins passionnant que son ainé "Car Paint Sheme".


Joyeux Noël
Joyeux Noël
Prix : EUR 24,00

3 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Les trésors de la chanson française 4, 12 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Joyeux Noël (CD)
Oui, grâce à une très grosse poignée d'irréductibles, Franck Michael gagnera après sa disparition le statut d'artiste culte. Un peu comme ces abominables pellicules qui effraient les bourgeois du septième art mais qui sont portées aux nues par une partie de nos concitoyens, boutonneux, fêtards et un brin dérangés.

Mais qui faut-il donc remercier? La coiffeuse du quartier qui ne jure que par sa voisine d'esthéticienne ? L'amateur de tuning qui passe davantage de temps à bichonner sa caisse plutôt que son épouse? Le collectionneur de capsules de bières qui aime à démontrer que sa collection compte bien plus de pièces rares que celle de ses acolytes?

Peut-être un peu. Mais Michael semble piocher dans l'inépuisable vivier des maisons de retraite. Là où tricot, scrabble et déambulateurs semblent faire bon ménage. Un bon moyen sans doute de vider les lieux, histoire de changer les draps sans avoir dans les pattes les hargneux locataires parfumés au formol.

Clairement, notre Franck Michael national tend à semer la zizanie parmi les chanteurs de charme en leur prouvant que malgré tous leurs efforts, il chante l'amour mieux que quiconque et qu'il reste, et restera à jamais, le plus grand. Posant sa voix apaisante sur une musique de pacotille, il attendrit papy et mamie, profitant de l'occasion pour renouveler son panel de fans en hypnotisant leur progéniture, conviée malgré elle, à tous ses concerts...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 14, 2011 5:51 PM CET


Pause Café - L'intégrale
Pause Café - L'intégrale
DVD ~ Veronique Jannot
Prix : EUR 29,90

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Véronique Jannot - Jacques François - Serge Leroy, 7 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pause Café - L'intégrale (DVD)
"Pause-Café" est, sans prétention, l'une des séries emblématiques des années quatre-vingt. Presque trente ans qu'elle existe et elle n'a quasiment pas pris une ride. Le look des adolescents a changé. Les mœurs aussi. Aujourd'hui tout semble s'être dégradé. Plus de violence, de racisme, de "ghetthoïsation". A l'époque, chacun semblait posséder sa propre personnalité. Aujourd'hui, la mode est au clonage. Tous s'habillent pareil, pensent pareil, s'expriment pareil.

Qu'il est bon, donc, de s'offrir un voyage dans le passé. Même s'il faut pour cela souffrir à nouveau pour ces adolescents que nous côtoyions alors, touchés par des maux véritables. "Pause-Café" n'est pas un divertissement au même titre que d'autres séries de l'époque ("Papa Poule"). Tout y semble dans un premier temps d'une inexorable noirceur. Entre la gamine sur laquelle le père a des attouchements, la jeune femme enceinte qui ne sait pas quoi faire du bébé qu'elle porte, le gamin qui choisit de se foutre en l'air après une blague fomentée par ses camarades de classe, Joelle Mazart va bientôt avoir à faire avec les dizaines de lycéens qui vont entrer dans son existence. Car la jeune femme, oui, voue une passion pour son métier, au grand dam de Lionel, son fiancé. Son ménage, elle le met parfois en péril même si son concubin lui pardonne sa trop grande implication.

Mais comment ne pas craquer devant l'angélique Véronique Jannot qui interprète avec force ce personnage attachant, parfois même bouleversant. D'humanité, de patience, d'intégrité, de générosité. Face à la fureur de certains, elle s'exprime d'une voix douce, posée, apaisante. Elle leur offre même à chacun un café. Ce qui lui donnera son surnom de Pause-Café.

Les acteurs, dont la majorité n'a pas encore atteint la majorité, portent leur rôle à la perfection. Véronique Jannot est superbe et endosse le sien de manière impeccable. Quand à Jacques François, qui interprète le difficile rôle du proviseur, il est, comme à son habitude, juste merveilleux.

Tout ceux qui connaissent cette série seront ravis de la revoir. Quand aux autres, inutile de préciser qu'il serait dommage qu'ils passent à côté.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 7, 2010 5:42 PM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20