Profil de A. Torres > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par A. Torres
Classement des meilleurs critiques: 24.926
Votes utiles : 415

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
A. Torres
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
The Piano Sonatas
The Piano Sonatas
Prix : EUR 62,20

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 des pièces à ne pas détacher de l'histoire de la musique, 21 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Piano Sonatas (CD)
Ces sonates tellement négligées et à l'ombre de celles de Beethoven et Mozart, et de bien d'autres, sont d'une profondeur remarquable. Malgré la simplicité de quelques unes (en particulier celles de la période de jeunesse, sonates 1 à 30), elles nous sont présentées par McCabe comme des pièces à ne pas détacher de l'histoire de la musique, sans lesquelles cette histoire n'aurait pas été la même. Il s'agit d'interprétations très fidèles avec une prise de son remarquable et une sonorité chaleureuse, délicate et sans prétentions.

Un des caractères qui m'a le plus marqué chez Haydn, et en particulier pour les sonates de piano, c'est le changement de tonalité pendant certains mouvements. Il s'agit de fugues mais dont la forme à évoluée énormément par rapport à Bach. Ce caractère est trés bien servi par McCabe, qui imprime une force particulière à ce genre de passages.

Haydn démontre avec ces oeuvres être un compositeur sobre et très efficace. On a l'impression qu'il fait très attention à ne pas élargir "artificiellement" ses oeuvres. Il est économe dans le sens où il y a même des mouvements qui durent moins d'une minute sans perdre leur pronfondeur. En effet, à partir de la sonate 40 et plus, Haydn est montré presque comme un moderniste qui utilise la répétition pas pour plaire comme Mozart, ni pour donner une sensation de profondeur comme Beethoven, mais pour servir la musique telle qu'elle. McCabe fait l'effort de nous montrer tout ceci sans superficialité ni banalité.

Au fur et à mesure que les sonates avancent elles paraissent être des pièces plus réfléchies, moins légères, et beaucoup plus intimistes. Haydn commence à nous parler tout droit au coeur et petit à petit laisse son masque de cours de côté. Cette intimité est montrée par exemple à l'adagio de la sonate 51, où on perd presque la tonalité, tellement les silences prennent une place importante. Par exemple la sonate 47 nous est montrée par McCabe comme un véritable paradigme musicale. Ici tout semble d'une modernité inouïe, en reliant notre temps à celui de Bach: Haydn se montre en tant que pont entre les deux périodes, mais surtout en tant que précurseur d'un langage musicale pas encore entièrement révélé.

A part les 62 sonates selon la numérotation de Christa Landon (y compris les Sept Dernières Paroles du Christ en Croix), ce coffret contient également des variations, une Fantaisie, un Caprice, ainsi que sept menuets et deux sonates anciennement attribuées à Haydn, ce qui fait de ce coffret un des plus complets de la discographie d'Haydn. Après avoir écouté ce coffret on se demande pourquoi ces oeuvres ne sont pas plus jouées, ou au moins autant que les sonates de Mozart et Beethoven. Je vous recommande vivement ce coffret: il vous rendra certaines journées un peu plus légères.


Les Symphonies [(+booklet)]
Les Symphonies [(+booklet)]
DVD ~ Robert Schumann
Prix : EUR 15,40

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 grande complicité entre chef et orchestre, 12 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Symphonies [(+booklet)] (DVD)
Enregistrements réalisés à Vienne en 1985 (1ère, 3ème et 4ème) et 1986 (2ème). Malgré quelques passages un peu trop lents à mon goût (1er mouvement, 1ère symphonie), on remarque une véritable complicité entre chef et orchestre (surtout pour la 2ème symphonie).

Bernstein réussi à un excellent équilibre des cordes, tout en donnant un peu plus de protagonisme aux contrebasses et violoncelles (1er mouvement, 1ère symphonie ; 2ème mouvement, 2ème symphonie) et même aux bois (4ème mouvement, 1ère symphonie) par rapport aux violons, lesquels pourraient sembler un peu trop négligés dans certains passages, mais la sonorité en général est à la fois agréable et virtuose.

L'élégance, la netteté et la subtilité des trombones et des cuivres en générale ne passent pas inaperçues (surtout au 2ème mouvement, 1ère symphonie). Il y a des parties un peu trop valsées et qui manquent d'un peu plus d'élégance (3ème mouvement, 1ère symphonie) comparées à d'autres interprétations (Karajan).

Mais ce qui frappe de ces interprétations ce sont les contrastes, les basculements d'un état d'âme à un autre (3ème et 4ème mouvements, 1ère symphonie ; 3ème mouvement, 4ème symphonie), comme si Bernstein aurait voulu se rapprocher et recréer la personnalité ambigüe de Schumann, avec un dramatisme extraordinaire. A remarquer le traitement des nuances, lesquelles font presque perdre la notion d'harmonie (3ème mouvement, 2ème symphonie) en rendant l'œuvre d'une actualité inouïe.

Les changements des tempos et les multiples reprises sont très intéressants et d'une grande précision. Il y a aussi des passages d'une vraie violence (1er mouvement, 2ème symphonie), mais qui nourrissent très bien l'œuvre de Schumann.

Les deux dernières symphonies évoquent très bien le pathos des dernières années de la vie de Schumann.

Ces interprétations nous font penser à quel point Schumann aurait amené la musique s'il aurait vécu un peu plus longtemps, tellement il est arrivé à un raffinement et une expressivité tellement développés. Ceci est remarqué grâce à l'excellente interprétation de Bernstein à la tête des Wiener Philharmoniker.


24 Caprices [Import USA Zone 1]
24 Caprices [Import USA Zone 1]
DVD ~ Paganini
Proposé par musique-pour-vous
Prix : EUR 13,08

3.0 étoiles sur 5 effets un peu vieillots, 11 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : 24 Caprices [Import USA Zone 1] (DVD)
juste quelques commentaires sur cette production:

1. le son n'est pas 5.1 mais stéréo. Il est de bonne qualité, surtout pour les graves.

2. il y a certains effets visuels qui commencent à dater: bulles d'images ou effets un peu vieillots (par exemple au 6ème et au 18ème). Ou alors il y a des effets visuels qui n'apportent rien (22ème).

3. sinon, l'interprétation est de haute qualité: à remarquer les pizzicatos du 24ème et les triolets à deux cordes! Il y a juste l'harmonique de la fin du 9ème que j'ai trouvé un peu désagréable au niveau du son.


Paganini : 24 Caprices
Paganini : 24 Caprices
DVD ~ Nicolo Paganini
Prix : EUR 19,67

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 juste quelques commentaires, 11 décembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paganini : 24 Caprices (DVD)
juste quelques commentaires sur cette production:

1. le son n'est pas 5.1 mais stéréo. Il est de bonne qualité, surtout pour les graves.

2. il y a certains effets visuels qui commencent à dater: bulles d'images ou effets un peu viellots (par exemple au 6ème et au 18ème). Ou alors il y a des effets visuels qui n'apportent rien (22ème).

3. sinon, l'interprétation est de haute qualité: a remarquer les pizzicatos du 24ème et les triolets à deux cordes! Il y a juste l'harmonique de la fin du 9ème que j'ai trouvé un peu désagréable au niveau du son.


The Liszt Recital From La Scala
The Liszt Recital From La Scala
DVD ~ Franz Liszt
Prix : EUR 23,95

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Ce concert commence un peu lent et sans brille mais finit d'une façon vraiment exceptionnelle, 11 décembre 2010
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Liszt Recital From La Scala (DVD)
Ce n'est pas tous les jours qu'on a la chance de voir et écouter Barenboïm en jouant Liszt. Il s'agit d'un hommage personnel du pianiste et chef d'orchestre à l'Italie, et en particulier à La Scala de Milan, pour l'avoir accueilli en mai 2006 en tant que chef invité principal du théâtre, en succédant Toscanini et Karajan. C'est un concert enregistré à la Scala le 27 mai 2007. Il s'agit d'un bel enregistrement au niveau de la prise de son. La prise d'image est excellente aussi : on arrive à apprécier la grande technique de ce géant de pianiste.

Ce qui dérange un peu c'est qu'il s'agit d'un programme où on a du mal à suivre le fil conducteur proposé para Barenboïm. Car si bien l'Italie est l'objet principal du concert, il s'agit d'une succession de pièces pour piano de Liszt et on se trouve un peu perdu quant au choix que Barenboïm a fait. Le programme a une durée de 86 minutes au total, et donc on se demande pourquoi il n'a pas choisi plutôt de jouer l'intégrale de la deuxième Année de Pèlerinage (l'Italie) au lieu de choisir quelques pièces et les mélanger à d'autres. En plus, il y a la question de la sale choisie qui ne semble pas être très adaptée à ce genre de musique. Ensuite, pendant les 15 premières minutes le concert manque un peu de dynamisme et il s'agit plutôt d'un concert contemplatif, où on arrive presque à s'ennuyer. C'est jusqu'au no.6 de la deuxième Année de Pèlerinage qu'on se réveille plus ou moins mais on arrive aussitôt à s'endormir. Aux minutes 26 et 28 on arrive encore à se réveiller un peu avec le no.1 de Légendes, où Barenboïm imprime enfin un peu de force. Mais en fait on doit attendre jusqu'à la minute 33 où il reprend la deuxième des Années de Pèlerinage, avec le mouvement numéro 7 : là Barenboïm propose quelque chose de vraiment intéressant, en jouant avec les tempos et les nuances, sans laisser de côté la technique. Là il démontre vraiment qu'il continue à être un pianiste exceptionnel et qu'il n'a rien perdu de sa technique mais qu'au contraire il a gagné en profondeur. Je suis sûr que quelques uns diront que ce mouvement tout seul suffit pour soutenir le dvd, car on voit un Barenboïm absolument brillant, avec une capacité interprétative à tomber par terre, et où il démontre comment il a su murir au fil des années. Il termine ce mouvement tout en sueur et reçoit une ovation de la part du publique. En regardant ceci on se demande pourquoi il ne s'attaque pas à une intégrale Liszt.

Je trouve que ce concert n'est pas représentatif de l'œuvre pour piano seul de Liszt ni de Daniel Barenboïm en tant que pianiste. En fait il s'attaque à un compositeur reconnu pour sa virtuosité mais sans vouloir jouer avec de la virtuosité, hormis pour un mouvement. Ce concert commence un peu lent et sans brille mais finit d'une façon vraiment exceptionnelle. S'il faut choisir, je recommanderais plus ce dvd aux fans et fidèles de Barenboïm plutôt qu'aux fans de l'œuvre de Liszt.


The Art of the Fugue
The Art of the Fugue
Prix : EUR 56,03

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 une vision très personnelle, 20 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Art of the Fugue (CD)
Pierre-Laurent Aimard nous propose une vision très personnelle de cette magnifique oeuvre. Ces particularités touchent non seulement l'interprétation mais aussi la technique d'enregistrement.

Au niveau interprétatif je trouve cet enregistrement impécable, avec des nuances et des tempi d'une rare élégance.

Au niveau du son, c'est vrai que le piano d'Aimard nous parvient avec une sonorité très particulière, très différente de celle dont l'industrie du disque nous a habitués. Evidemment ceci peut être génant, mais pour moi il s'agit d'un caractère voulu par l'artiste: c'est une acceptation de l'anonymat et le mystère qui enveloppent cette oeuvre concernant l'instrument ou les instruments dont elle s'adresse. Aimard nous propose donc, avec une finesse et une intelligence dignes de ce géant d'interprète, d'oublier le son conventionnel du piano et nous invite à apprécier l'oeuvre en faisant abstraction de l'instrument, en fabriquant "artificiellement" une nouvelle sonorité, plus anonyme. C'est un hommage, touchant l'excès de fidélité (c'est vraie), envers le mystère voulu par Bach lui-même. Pour moi il s'agit de l'alchimie pure mise au service de l'oeuvre.

Personnellement j'apprécie énormément cette production, jusqu'au point de ne pas pouvoir m'en passer pendant plus d'une semaine! Je recommande vivement ce CD à tous ceux qui sont prêts à se laisser guider par ce géant de l'interprétation pianistique. Bravo Aimard! C'est seulement grâce à ce genre de propositions que des oeuvres comme celle-ci continueront à faire partie de notre patrimoine culturel et historique.


Bach : L'Art de la Fugue
Bach : L'Art de la Fugue
Prix : EUR 14,99

10 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 de l'alchimie pure, 20 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bach : L'Art de la Fugue (CD)
Pierre-Laurent Aimard nous propose une vision très personnelle de cette magnifique oeuvre. Ces particularités touchent non seulement l'interprétation mais aussi la technique d'enregistrement.

Au niveau interprétatif je trouve cet enregistrement impécable, avec des nuances et des tempi d'une rare élégance.

Au niveau du son, c'est vrai que le piano d'Aimard nous parvient avec une sonorité très particulière, très différente de celle dont l'industrie du disque nous a habitués. Evidemment ceci peut être génant, mais pour moi il s'agit d'un caractère voulu par l'artiste: c'est une acceptation de l'anonymat et le mystère qui enveloppent cette oeuvre concernant l'instrument ou les instruments dont elle s'adresse. Aimard nous propose donc, avec une finesse et une intelligence dignes de ce géant d'interprète, d'oublier le son conventionnel du piano et nous invite à apprécier l'oeuvre en faisant abstraction de l'instrument, en fabriquant "artificiellement" une nouvelle sonorité, plus anonyme. C'est un hommage, touchant l'excès de fidélité (c'est vraie), envers le mystère voulu par Bach lui-même. Pour moi il s'agit de l'alchimie pure mise au service de l'oeuvre.

Personnellement j'apprécie énormément cette production, jusqu'au point de ne pas pouvoir m'en passer pendant plus d'une semaine! Je recommande vivement ce CD à tous ceux qui sont prêts à se laisser guider par ce géant de l'interprétation pianistique. Bravo Aimard! C'est seulement grâce à ce genre de propositions que des oeuvres comme celle-ci continueront à faire partie de notre patrimoine culturel et historique.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 6, 2010 11:01 PM CET


A Life with Beethoven - Sonates pour violon et piano
A Life with Beethoven - Sonates pour violon et piano
DVD ~ Anne-Sophie Mutter
Proposé par zoreno-france
Prix : EUR 12,11

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 force et caractère, 20 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : A Life with Beethoven - Sonates pour violon et piano (DVD)
Anne-Sophie réunie ici force et caractère, dans un programme chargé d'émotion, passion et virtuosité. Mutter, avec son complice Lambert Orkis, se place en position de découverte du plus profond de l'intimité de Beethoven. Avec son Stradivarius 1710 spécialement choisi pour l'occasion, Anne-Sophie met en relief la vie tourmentée du compositeur. Il s'agit d'une interprétation mûre et réfléchie, et nullement surpassée par le temps: Anne-Sophie sait nous faire entendre un Beethoven qui reste d'actualité car il continue à nous parler tout droit au coeur. On remarque en plus pendant tout le programme la complicité entre les deux instrumentistes, ce qui paraît indispensable pour l'interprétation de ces oeuvres.


Beethoven - Sonates pour violon - Format SACD hybride
Beethoven - Sonates pour violon - Format SACD hybride
Prix : EUR 24,28

7 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 un Beethoven qui reste d'actualité, 20 novembre 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : Beethoven - Sonates pour violon - Format SACD hybride (CD)
Anne-Sophie réunie ici force et caractère, dans un programme chargé d'émotion, passion et virtuosité. Mutter, avec son complice Lambert Orkis, se place en position de découverte du plus profond de l'intimité de Beethoven. Avec son Stradivarius 1710 spécialement choisi pour l'occasion, Anne-Sophie met en relief la vie tourmentée du compositeur. Il s'agit d'une interprétation mûre et réfléchie, et nullement surpassée par le temps: Anne-Sophie sait nous faire entendre un Beethoven qui reste d'actualité car il continue à nous parler tout droit au coeur. On remarque en plus pendant tout le programme la complicité entre les deux instrumentistes, ce qui paraît indispensable pour l'interprétation de ces oeuvres.


Beethoven: Sonata for Violin and Piano No.10 in G, Op.96 - 3. Scherzo (Allegro)
Beethoven: Sonata for Violin and Piano No.10 in G, Op.96 - 3. Scherzo (Allegro)
Prix : EUR 0,99

5.0 étoiles sur 5 émotion, passion et virtuosité, 20 novembre 2010
Anne-Sophie réunie ici force et caractère, dans un programme chargé d'émotion, passion et virtuosité. Mutter, avec son complice Lambert Orkis, se place en position de découverte du plus profond de l'intimité de Beethoven. Avec son Stradivarius 1710 spécialement choisi pour l'occasion, Anne-Sophie met en relief la vie tourmentée du compositeur. Il s'agit d'une interprétation mûre et réfléchie, et nullement surpassée par le temps: Anne-Sophie sait nous faire entendre un Beethoven qui reste d'actualité car il continue à nous parler tout droit au coeur. On remarque en plus pendant tout le programme la complicité entre les deux instrumentistes, ce qui paraît indispensable pour l'interprétation de ces oeuvres.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6