Profil de Jean-loup Sabatier > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Jean-loup Sabatier
Classement des meilleurs critiques: 123
Votes utiles : 733

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Jean-loup Sabatier
(TOP 500 COMMENTATEURS)    (VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Vacances dans la tourmente
Vacances dans la tourmente
Prix : EUR 0,98

4.0 étoiles sur 5 Vacances dans la tourmente, 22 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vacances dans la tourmente (Format Kindle)
Un roman jeunesse de 114 pages en 12 chapitres, écrit dans une langue plutôt simple, raconté au présent en phrases souvent courtes. L'histoire met en scène un groupe de trois enfants: la petite fille qui est aussi la narratrice et deux garçons un peu plus grands (son frère et son cousin).

Il y a un peu d'enquête, beaucoup d'aventures, pas mal d'action et de suspense (certaines scènes sont inquiétantes, d'autres sont même carrément angoissantes juste avant la résolution de l'intrigue). L'argument de l'intrigue n'est pas très fouillé, mais fonctionne comme moteur de ce récit d'aventures. La fin est un peu rapide, mais au final, c'est un roman jeunesse pas désagréable qui est satisfaisant pour le jeune lecteur.


Miss Catastrophe (Les Romans)
Miss Catastrophe (Les Romans)
Prix : EUR 5,99

5.0 étoiles sur 5 Un roman jeunesse bien sympathique, 21 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Miss Catastrophe (Les Romans) (Format Kindle)
Il s'agit d'un roman bien écrit, avec un bon niveau de langage tout en étant d'une grande lisibilité. Les 125 pages sont découpées en 49 courts chapitres qui rythment la lecture, et donnent envie de continuer un chapitre de plus (puis 2, puis 3...). Le texte alterne les situations humoristiques et les situations émouvantes et fonctionne bien sur les deux registres. L'histoire met en scène une héroïne sympathique à laquelle les enfants s'identifieront très facilement, et notamment les petites filles. Il fait une analyse psychologique très fine et réaliste, d'une situation qui parle aux enfants et fait écho à leurs angoisses (la petite fille maladroite mise à l'écart du groupe et des activités de l'école et en butte aux moqueries de ses camarades).

Le scénario réserve quelques surprises (révélations, retournements de situation), et bien sûr l'héroïne atteint son but à la fin. C'est un but modeste (et réaliste) mais un succès indéniable, et qui se produit dans une situation à laquelle les enfants seront sensibles.

Bref, c'est une lecture agréable, divertissante, intéressante, qui ne prend pas les enfants pour des idiots. Ma fille de 8 ans a dévoré ce livre en deux séances de lectures en moins de 24h. Recommandé.


The Goblin Market: (an erotic re-imagining with the text of the original poem) (English Edition)
The Goblin Market: (an erotic re-imagining with the text of the original poem) (English Edition)
Prix : EUR 0,89

5.0 étoiles sur 5 Goblin Market, 23 juillet 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
I won't comment on such an essential classic as Christina Rossetti's Goblin Market. If you haven't read it already and you think it might interest you, by all means: read it ASAP, you can't be disappointed.

What I will comment is the best way to get it as an ebook for you:

You can get it for free on wikisource for instance (as it is a public domain text). This would be without illustration, and maybe not as easy to read on a Kindle.

You can get it with the pretty illustrations as a formatted ebook for your kindle here: Goblin Market.

You can get the Leigh Wilder short story inspired from the classic poem, and you'll get the original Christina Rossetti's poem in addition to Leigh Wilder's short story. That's here: The Goblin Market: (an erotic re-imagining with the text of the original poem) (English Edition) (and it happens to be cheaper than the ebook containing the Rossetti's poem alone, but the illustrations are different). Leigh Wilder text is a bit too explanatory in my opinion when the beauty of the original text is about its metaphors and the infinite layers of symbols and interpretations one might derive from a seemingly simple poem (this simplicity is deceptive of course). The short story from Wilder is a nice read though and a nice re-interpretation of the original story, along with a few interesting inventions of her own.

Make your pick...


Janua vera: Récits du Vieux Royaume
Janua vera: Récits du Vieux Royaume
par Jean-Philippe Jaworski
Edition : Poche
Prix : EUR 8,90

5.0 étoiles sur 5 Janua Vera, de Jean-Philippe Jaworski, 24 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Janua vera: Récits du Vieux Royaume (Poche)
Un excellent recueil de nouvelle, bien meilleur que tous les textes de fantasy que j'ai lu depuis des mois...

Le style d'écriture est excellent, très riche et travaillé, parfois un peu trop fleuri et orné et avec un peu trop de vocabulaire pour son propre bien, mais en tous cas, chaque page, chaque mot, chaque ligne de ce texte a été écrit avec beaucoup de soin. Le rythme et le sens du récit sont également excellents.

Je comprends les réserves de certaines autres critiques qu'on peut trouver sur Amazon ("du talent pourquoi faire?"), car beaucoup de ces nouvelles négligent parfois un peu le côté narratif, ayant surtout pour but de donner un coup de projecteur sur tel ou tel aspect de son univers, de faire vivre tel ou tel aspect de son monde imaginaire. Mais par contre, comme cet auteur est un conteur né, je me suis senti très bien dans ces textes, qu'ils racontent réellement une histoire avec une intrigue (comme "Maldonne" ou "Le Service des Dames") ou qu'ils soient plus descriptifs (comme Janua Vera ou Montefellone).

La plupart de ses textes sont quelque part entre le côté narratif et le côté descriptif: "Montefellone" arrive à être passionnant avec ce qui est essentiellement la description tactique d'une bataille dure, compliquée et décisive ; "le Conte de Suzelle" ne tient au niveau narratif que par une chute qui est loin d'être à la hauteur de la poésie du reste de l'histoire -que j'ai trouvé très touchante- mais le rôle de ce conte est avant tout d'introduire la présence des Elfes dans les Vieux Royaumes. Et même dans la très bonne histoire de "Une offrande très précieuse", on discerne la volonté d'envoyer un coup de projecteur sur la magie et les mystères de la Vieille Déesse...

Il change également de registre avec une aisance surprenante, passant par exemple de l'émotion (Suzelle) à l'humour et à la farce (Jour de Guigne), et des batailles aux contes intimistes.

La brève chronologie historique des Vieux Royaumes qui clôt ce recueil marque les origines de cet auteur dans le jeu de rôle (et n'a guère d'intérêt en dehors de ce cadre), mais comme George Martin et une poignée d'autres, Jaworski a su transcender ce point de départ et faire œuvre littéraire à partir de ce riche matériau d'imagination. Il a des qualités extrêmement différentes de celles de Martin et ne peut guère lui être comparé (autant Martin base tout sur des personnages très humains dans leur complexité, leurs qualités, leurs faiblesses et même leur inhumanité ; autant Jaworski renoue avec la création d'univers et avec une large fresque où les personnages sont moins centraux) mais dans son genre, il transcende aussi le genre de la fantasy et les origines rôlistes de ces histoires.
Bref, à ce stade du commentaire, vous devez déjà vous douter si vous pouvez vous sentir concerné par son univers ou pas, et si vous pouvez vous sentir concerné, lisez le à la première occasion: vous ne le regretterez pas, c'est excellent.

Par ailleurs, ces nouvelles sont une "mise en bouche" pour le très gros roman "Gagner la guerre" auquel je vais bientôt m'attaquer. Il est probablement utile de commencer par ce "hors-d’œuvre" avant d'aborder le roman (ou au moins de lire la nouvelle "Maldonne" qui est la première apparition d'un personnage clé du roman), et en tous cas, c'est une lecture très intéressante.


Contes tjames
Contes tjames
Prix : EUR 0,95

4.0 étoiles sur 5 Contes tjames, par Antony Landes, 16 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Contes tjames (Format Kindle)
Imprimé en 1887 par l'Imprimerie coloniale. Antony Landes était l'administrateur des affaires indigènes à Saïgon.

Ce texte est libre de droit et disponible gratuitement sur fr wikisources org


Une Vie du Chien
Une Vie du Chien
Prix : EUR 0,89

1.0 étoiles sur 5 Toi y'en a parler français? Toi devrait au moins essayer de faire présentation d'éditeur dans notre langue, alors, non?, 16 juin 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une Vie du Chien (Format Kindle)
C'est apparemment la mode de traduire des ebooks anglais avec "google translate" et de vendre le résultat (illisible) sur Amazon pour tenter d’extorquer quelques sous à des acheteurs inattentifs??

Amazon devrait contrôler ces "auto-publications" d'ebooks: en effet, au milieu de plein de textes publiés par des gens de bonne foi, dont certains textes très intéressants, il y a des petits malins (pas si malin en fait) qui tentent de vendre des traductions automatiques, ce qui est à la limite de l'escroquerie (du mauvais côté de la limite, si vous voulez mon avis).


LITTLE BOY LOST
LITTLE BOY LOST
Prix : EUR 2,68

3.0 étoiles sur 5 Little Lost Boy, 17 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : LITTLE BOY LOST (Format Kindle)
Des personnages plutôt sympathiques, une écriture fluide, des bases d'un surnaturel intriguant et mystérieux dont la présence se fait doucement sentir avant de s'intensifier (teinté d'ambiance indienne native d'Amérique du nord). J'ai commencé à me douter autour de quoi l'histoire allait tourné vers le tiers du livre, j'ai pas mal compris les tenants et les aboutissants vers la moitié du livre. Bref, c'est parfois un peu trop explicite. Mais l'ambiance de mystère reste bonne et monte bien dans le livre, même quand commence à se douter de ce qui se passe.

La fin m'a plutôt déçue: c'est la scène d'action classique des gentils contre un méchant beaucoup trop puissant pour être vaincu, mais qui sera quand même vaincu malgré tout. Bref, un délassement agréable, mais pas une lecture indispensable.

Je n'ai pas retrouvé le monde inquiétant et plutôt oppressant (plutôt que terrifiant) ainsi que la lourde ambiance de mystère et de spleen qui m'avait envahi par exemple à la lecture de Manhattan Ghost Story du même auteur.


Corolle - Y7402 - Poupée - Mademoiselle Corolle - Vanille Brune
Corolle - Y7402 - Poupée - Mademoiselle Corolle - Vanille Brune
Prix : EUR 66,98

5.0 étoiles sur 5 Très jolie poupée, 17 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Corolle - Y7402 - Poupée - Mademoiselle Corolle - Vanille Brune (Jouet)
En raison du prix de cette poupée, nous avons fait patienter notre fille jusqu'à son anniversaire. Mais elle l'a, à présent, et elle en est ravie. C'est une très belle poupée, de très bonne qualité, avec un joli visage, de jolis cheveux et qui sent bon. La poupée à comblé ma fille qui l'emmène partout et s'occupe d'elle tout le temps.


Morwenna
Morwenna
par Jo Walton
Edition : Broché
Prix : EUR 21,50

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un roman addictif, 1 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Morwenna (Broché)
Une histoire fantastique, qui se déroule pour l'essentiel en 1979 et en 1980, écrite sous forme de journal intime. L'héroïne est Mori (diminutif de Morwenna), une jeune adolescente galloise, dont la vie n'a pas toujours été facile mais qui affronte tout ça avec un caractère bien trempé. L'ambiance est insaisissable mais puissante, il y a du mystère et de la poésie, indéniablement, mais il y a des choses plus sombre aussi, le deuil et l'aliénation.

Elle est persuadée qu'elle voit des fées. Elle pratique (comme toute sa famille) une magie qui n'a en apparence rien de magique, et qui est pourtant puissante, elle en est convaincue. Elle avait une jumelle, morte dans un accident à 14 ans, et elle garde elle-même des séquelles de cet accident qui l'empêchent de marcher normalement. Sa mère est démente.

Son interprétation (fantasmatique?) c'est que sa jumelle et elle ont contrecarrés les plans de sa mère pour prendre le contrôle du peuple des fées et devenir une sorte de "Reine Noire". Mais sa soeur en est morte, et elle même en garde des traces douloureuses dans sa chair. Maintenant, elle est persuadée que sa mère maléfique, du fond de son antre, fait de la sorcellerie pour la retrouver et l’envoûter et se venger.

La jeune héroïne est également férue de science-fiction (le texte abonde de références et de remarques à propos d'un grand nombre de textes de science fiction classiques, et de beaucoup de livres). Le journal intime abonde de références à des textes classiques de SF: Heinlein, Asimov, Le Guin, Tiptree Jr, Zelazny, Delany, etc, etc, etc... Elle lit également des tas d'autres choses en dehors de la SF (Platon, T.S. Eliot, ...). Bref, elle passe ses journées à dévorer des livres. Du coup, n'ayant pas grand chose à dire sur ses mornes journées d'école, son journal parle souvent de livres, vu qu'il ne se passe pas grand chose autour d'elle...

Sa mère étant officiellement et légalement folle, la jeune fille se retrouve aujourd'hui entre les mains de son père qu'elle n'avait jamais vu (puisqu'il avait quitté le domicile familial peu après sa naissance), et qui vit avec ses trois demi-tantes. Toute la fratrie trouve la jeune galloise bien embarrassante. Elle sera donc envoyée très vite dans un pensionnat de jeunes anglaises, où elle n'aura ni l'occasion (ni l'envie) de s'intégrer à ces "jeunes anglaises modèles" bien superficielles et si différentes.

Il ne se passe pas tant de choses que ça dans ce roman. Mais les parties magiques et "féeriques" de l'action sont très bien vue et très bien rendues. Elle a même une façon unique de voir la magie, et la décrit avec un point de vue qu'on n'avait pas entendu encore. Dans sa version, on ne peut même pas être sûr qu'il y a vraiment eu de la magie: on peut toujours se dire que ce sont des fantasmes ou des visions de sa part, les résultats de la "magie" (s'il y en a) se manifestent toujours par des coïncidences et des hasards, heureux ou malheureux, et pouvant être interprétés dans le monde réel comme quelque chose de pas du tout magique... Le fait que la magie a peut être modifié le passé (changeant le résultat de phénomènes aléatoires qui se sont déjà produits) pour en arriver au présent qu'on a "magiquement forcé" est inquiétant: on ne sait pas ce qui a changé entre 'le monde d'origine' et le monde 'tel que la magie l'a fait', et on ne pourra rien prouver, puisqu'on se retrouve dans la 'nouvelle version' avec les nouveaux souvenirs et la nouvelle chaîne de causalité. On pourra seulement se faire un avis plus ou moins affirmé en fonction de l'improbabilité de certaines coïncidences.

La scène d'ouverture du livre est énorme, quand Mori s'attaque avec sa soeur jumelle à un "antre maléfique". Ça a l'intensité de Frodo Baggins et Sam Gamgee qui entrent dans le Mordor, avec une action magique d'ampleur épique ; mais sur un autre plan, on est dans notre monde quotidien avec des choses finalement peu étonnantes, et un dénouement de leur "magie" qui nous est familier...

Il y a aussi une scène de fin qui répond à la scène de début, qui referme le cercle et conclue l'histoire. Elle n'est malheureusement pas tout à fait aussi forte que la scène d'introduction, même si elle reste vigoureuse et enlevée.

Ce livre est bourré de charme. Il ne se passe pas tant de choses que ça en réalité, mais il est d'une grande lisibilité, l'héroïne et son histoire sont addictives, et c'est un grand plaisir de lire cette histoire. Pour ça, si vous aimez vous laisser embarquer dans un texte et vous imprégner des ambiances et du ton unique de l'histoire, n'hésitez pas à prendre ce livre, il serait dommage de vous en priver. Si vous avez lu beaucoup de SF classique, les références de l'héroïne vous garderont en bonne compagnie, et vous rappelleront plein de bons souvenirs, et vous communiquerons un peu de nostalgie, au fil des pages.

((Ce livre me rappelle un peu Jonhatan Strange & Mr Norrell, de Susanna Clarke. Non pas par le style qui est tout à fait différent, mais par le fait qu'on est bien dedans, qu'on passe un bon moment en sa compagnie, et qu'on regrette de devoir le quitter quand il est fini, même si en fait, la narration n'est pas si intense que ça dans la plupart des parties du livre)).

Pour les geeks: les références incessantes aux textes et auteurs classiques de SF (qui correspondent à la période où moi aussi j'en lisais beaucoup) aident le fan de SF à s'y sentir "comme dans ses pantoufles". Bon, à côté des inévitables Asimov, Heinlein, Silverberg, (etc...) elle penche du côté de Le Guin, Zelazny, Delany et Tiptree (alors que dans mon "panthéon" personnel, Delany et Tiptree occuppent une place tout à fait marginale). On retrouve des auteurs presque confidentiels que j'aime autant qu'elle (Michael Coney par exemple). Et elle penche vers les (relativement rares) femmes auteure de SF à cette époque, à l'exception notable de Octavia Butler qui n'est pas mentionnée en dépit d'une oeuvre à mon avis remarquable.


Among Others
Among Others
Prix : EUR 5,77

5.0 étoiles sur 5 Un roman addictif, 1 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Among Others (Format Kindle)
Une histoire fantastique, qui se déroule pour l'essentiel en 1979 et en 1980, écrite sous forme de journal intime. L'héroïne est Mori (diminutif de Morwenna), une jeune adolescente galloise, dont la vie n'a pas toujours été facile mais qui affronte tout ça avec un caractère bien trempé. L'ambiance est insaisissable mais puissante, il y a du mystère et de la poésie, indéniablement, mais il y a des choses plus sombre aussi, le deuil et l'aliénation.

Elle est persuadée qu'elle voit des fées. Elle pratique (comme toute sa famille) une magie qui n'a en apparence rien de magique, et qui est pourtant puissante, elle en est convaincue. Elle avait une jumelle, morte dans un accident à 14 ans, et elle garde elle-même des séquelles de cet accident qui l'empêchent de marcher normalement. Sa mère est démente.

Son interprétation (fantasmatique?) c'est que sa jumelle et elle ont contrecarrés les plans de sa mère pour prendre le contrôle du peuple des fées et devenir une sorte de "Reine Noire". Mais sa soeur en est morte, et elle même en garde des traces douloureuses dans sa chair. Maintenant, elle est persuadée que sa mère maléfique, du fond de son antre, fait de la sorcellerie pour la retrouver et l’envoûter et se venger.

La jeune héroïne est également férue de science-fiction (le texte abonde de références et de remarques à propos d'un grand nombre de textes de science fiction classiques, et de beaucoup de livres). Le journal intime abonde de références à des textes classiques de SF: Heinlein, Asimov, Le Guin, Tiptree Jr, Zelazny, Delany, etc, etc, etc... Elle lit également des tas d'autres choses en dehors de la SF (Platon, T.S. Eliot, ...). Bref, elle passe ses journées à dévorer des livres. Du coup, n'ayant pas grand chose à dire sur ses mornes journées d'école, son journal parle souvent de livres, vu qu'il ne se passe pas grand chose autour d'elle...

Sa mère étant officiellement et légalement folle, la jeune fille se retrouve aujourd'hui entre les mains de son père qu'elle n'avait jamais vu (puisqu'il avait quitté le domicile familial peu après sa naissance), et qui vit avec ses trois demi-tantes. Toute la fratrie trouve la jeune galloise bien embarrassante. Elle sera donc envoyée très vite dans un pensionnat de jeunes anglaises, où elle n'aura ni l'occasion (ni l'envie) de s'intégrer à ces "jeunes anglaises modèles" bien superficielles et si différentes.

Il ne se passe pas tant de choses que ça dans ce roman. Mais les parties magiques et "féeriques" de l'action sont très bien vue et très bien rendues. Elle a même une façon unique de voir la magie, et la décrit avec un point de vue qu'on n'avait pas entendu encore. Dans sa version, on ne peut même pas être sûr qu'il y a vraiment eu de la magie: on peut toujours se dire que ce sont des fantasmes ou des visions de sa part, les résultats de la "magie" (s'il y en a) se manifestent toujours par des coïncidences et des hasards, heureux ou malheureux, et pouvant être interprétés dans le monde réel comme quelque chose de pas du tout magique... Le fait que la magie a peut être modifié le passé (changeant le résultat de phénomènes aléatoires qui se sont déjà produits) pour en arriver au présent qu'on a "magiquement forcé" est inquiétant: on ne sait pas ce qui a changé entre 'le monde d'origine' et le monde 'tel que la magie l'a fait', et on ne pourra rien prouver, puisqu'on se retrouve dans la 'nouvelle version' avec les nouveaux souvenirs et la nouvelle chaîne de causalité. On pourra seulement se faire un avis plus ou moins affirmé en fonction de l'improbabilité de certaines coïncidences.

La scène d'ouverture du livre est énorme, quand Mori s'attaque avec sa soeur jumelle à un "antre maléfique". Ça a l'intensité de Frodo Baggins et Sam Gamgee qui entrent dans le Mordor, avec une action magique d'ampleur épique ; mais sur un autre plan, on est dans notre monde quotidien avec des choses finalement peu étonnantes, et un dénouement de leur "magie" qui nous est familier...

Il y a aussi une scène de fin qui répond à la scène de début, qui referme le cercle et conclue l'histoire. Elle n'est malheureusement pas tout à fait aussi forte que la scène d'introduction, même si elle reste vigoureuse et enlevée.

Ce livre est bourré de charme. Il ne se passe pas tant de choses que ça en réalité, mais il est d'une grande lisibilité, l'héroïne et son histoire sont addictives, et c'est un grand plaisir de lire cette histoire. Pour ça, si vous aimez vous laisser embarquer dans un texte et vous imprégner des ambiances et du ton unique de l'histoire, n'hésitez pas à prendre ce livre, il serait dommage de vous en priver. Si vous avez lu beaucoup de SF classique, les références de l'héroïne vous garderont en bonne compagnie, et vous rappelleront plein de bons souvenirs, et vous communiquerons un peu de nostalgie, au fil des pages.

((Ce livre me rappelle un peu Jonhatan Strange & Mr Norrell, de Susanna Clarke. Non pas par le style qui est tout à fait différent, mais par le fait qu'on est bien dedans, qu'on passe un bon moment en sa compagnie, et qu'on regrette de devoir le quitter quand il est fini, même si en fait, la narration n'est pas si intense que ça dans la plupart des parties du livre)).

Pour les geeks: les références incessantes aux textes et auteurs classiques de SF (qui correspondent à la période où moi aussi j'en lisais beaucoup) aident le fan de SF à s'y sentir "comme dans ses pantoufles". Bon, à côté des inévitables Asimov, Heinlein, Silverberg, (etc...) elle penche du côté de Le Guin, Zelazny, Delany et Tiptree (alors que dans mon "panthéon" personnel, Delany et Tiptree occuppent une place tout à fait marginale). On retrouve des auteurs presque confidentiels que j'aime autant qu'elle (Michael Coney par exemple). Et elle penche vers les (relativement rares) femmes auteure de SF à cette époque, à l'exception notable de Octavia Butler qui n'est pas mentionnée en dépit d'une oeuvre à mon avis remarquable.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20