Profil de L. Pascal > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par L. Pascal
Classement des meilleurs critiques: 2.192
Votes utiles : 267

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
L. Pascal (Cannes)
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6
pixel
Un roman russe
Un roman russe
par Emmanuel Carrère
Edition : Broché
Prix : EUR 8,40

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Violent mais grand, 28 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un roman russe (Broché)
Ce livre dans son style, annonce le suivant, d'autres vies que la mienne. Carrere s'ancre dans le réel, sort son scalpel et décortique sa vie et celle de ses proches (sa compagne d'alors et sa mère). Récit souvent d'une grande violence, aux personnages torturés. L'auteur y est rarement à son avantage. Mais comme toujours avec Carrere, c'est l'infinie justesse du récit qui crée la flamme, pour d'une auto-fiction ordinaire, en faire un grand livre d'amour. Impressionnant !


D'autres vies que la mienne
D'autres vies que la mienne
par Emmanuel Carrère
Edition : Poche
Prix : EUR 7,40

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Grand livre d'amour, 28 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : D'autres vies que la mienne (Poche)
Un grand livre qu'il est conseillé de lire chez soi, sauf à dire que cela ne vous dérange pas de pleurer en public. Carrere choisit de raconter ce qu'il y a de plus compliqué à dire : la mort d'un enfant et celle d'une jeune mère, 2 histoires vraies dont l'une liée à sa famille. Raconter cela sans heurter les vivants exige une justesse extraordinaire. Carrere l'atteint dans un récit qui touche à la grâce. L'écrivain dit être re-né de cette expérience. Il en sort un grand livre d'amour à la vie et au couple. Merci.


La blessure la vraie
La blessure la vraie
par François Bégaudeau
Edition : Broché
Prix : EUR 19,30

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Magique, 28 octobre 2011
Ce commentaire fait référence à cette édition : La blessure la vraie (Broché)
Grand livre sur l'adolescence. Dès la première page il m'a arraché du présent pour me replonger dans ma vie d'ado des années 80. Me re-voilà donc dans ma peau du Pascal ado d'il y a 20 ans, pas encore bien structuré, qui appréhende le monde entre rêve, désir, ignorance, peur et bêtise. Quel bonheur ! La puissance du livre vient des phrases qui parlent comme on parlait à 15 ans. On revit sa vie d'avant. Ainsi donc François Bégaudeau la grande gueule qui m'a toujours énervé, au film à la palme d'or usurpée, aux positions sociétales horripilantes, qui l'eut cru que tu étais notre Salinger français! Alors écoute moi bien François, ton livre, je le garde ! Et pas touche, sinon j'te casse la gueule à la récré ;-)


LA VIE DE SAINTE THERESE D'AVILA
LA VIE DE SAINTE THERESE D'AVILA
par Marcelle Auclair
Edition : Poche
Prix : EUR 8,60

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Très grande biographie, d'une très grande dame, 3 avril 2010
Ce commentaire fait référence à cette édition : LA VIE DE SAINTE THERESE D'AVILA (Poche)
Très grande biographie de Ste Therese avec en toile de fond une analyse précise et profonde de l'Espagne du XVIeme siècle. Un livre pour tous, croyants ou pas.


Chemin faisant : Connaître la Chine, relancer la philosophie
Chemin faisant : Connaître la Chine, relancer la philosophie
par François Jullien
Edition : Broché
Prix : EUR 10,10

10 internautes sur 14 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Terrible réplique de FJ à JFB, 30 décembre 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chemin faisant : Connaître la Chine, relancer la philosophie (Broché)
Ce livre est une réplique terrible au "contre François Jullien" de Jean Francois Billeter. JFB y prend pour son compte, façon correction du maître à l'élève. De toute évidence JFB ne fait pas le poids face à FJ dont la double compétence philosophe sinologue le place sur des sommets difficilement accessibles. Mais vues de la plaine les hauteurs semblent souvent si lointaines qu'on préfère les paquerettes. D'où certainement le succès public du "contre FJ" de Billeter qui se place à hauteur d'homme. Fallait il pour autant attaquer de la sorte Jullien ? Certainement pas. D'où cette remise à l'ordre violente, mais justifiée.
Lire donc cette réplique pour en finir avec cette dispute, mais aussi et surtout parce que FJ prend pied pour redéfinir l'ambition de son oeuvre, une mise en perspective de la pensée chinoise et occidentale. On ne peut être qu'admiratif de cet énorme chantier.


Martin Heidegger
Martin Heidegger
par George Steiner
Edition : Poche

28 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Beau guide du chemin de la pensée heideggérienne, 23 février 2007
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Martin Heidegger (Poche)
Cette introduction à l'oeuvre d'Heidegger reste un livre exigeant dont certaines parties sont loin d'être évidentes. Mais en s'accrochant un peu, on perçoit la lueur des interrogations de Martin Heidegger considéré par beaucoup comme le grand penseur du 20ième siècle.

La grande question d'Heidegger, nous dit Steiner, « la question unique et totale qui anima sa vie en pensée, semble l'avoir envahi tôt, très probablement vers la fin de l'adolescence. (...) une sensibilité personnelle presque étrange au grain et à la substance de l'existence physique, à la « chosité » et à la quiddité obstinée des choses, du rocher comme de l'arbre ou de la présence humaine. Submergé par l'autonomie rayonnante des objets organiques et inorganiques, Heidegger percevait le monde avec un rare sens du concret. (...) En bref, Heidegger est un homme qui est littéralement débordé par la notion du « est », un homme inépuisablement étonné par le fait de l'existence, et hanté par la réalité de cette possibilité autre, qui est le néant. »

De cette nature du jeune Heidegger qui est un étonnement perpétuel face à l'existence, l'élève d'Husserl en viendra par la suite à renverser les pensées philosophiques qui depuis Aristote ont fait le choix de l'idéalisation et de la méthode au détriment de l'être et conduirent à « un oubli de l'Etre » et une « banalisation du mystère fondamental de l'existence ». Ainsi, poursuit Steiner, « la compréhension de l'être ne peut jaillir de la seule pensée. Plus précisément, pour « penser l'être » au sens heideggérien, on doit « le vivre ». Les concepts cardinaux ne sont pas « l'Etre et la Pensée » comme chez Platon, Descartes et dans toute la tradition idéaliste, mais « l'Etre et le Temps », Sein und Zeit. Savoir comment questionner l'être, c'est savoir comment attendre, même toute une vie. (...) Nous avons besoin de plus d'attention à la pensée. La pensée doit descendre humblement dans la pauvreté de sa condition provisoire. (...) La « source » de la pensée authentique est l'étonnement pour l'être, devant l'être. » ou encroe « Questionner véritablement, c'est entrer en concordance harmonieuse avec ce qui est questionné. »

Pourquoi Heidegger est-il difficile à lire ? Parce que la raison seule n'est pas suffisante pour l'aborder. « Comprendre Heidegger, nous dit Steiner, c'est accepter d'entrer dans un ordre ou espace de sens et d'être qui est autre. (...) Ce n'est pas la « compréhension » que son discours sollicite au premier chef. Mais une « expérience », l'acceptation d'une étrangeté ressentie. L'on nous demande de suspendre en nous les conventions de la logique commune et de l'usage non réfléchi de la grammaire, afin d' « entendre », de nous « tenir dans la lumière de » l'approche de vérités et possibilités élémentaires, d'une appréhension longtemps enfouie sous la glace du dire habituel et analytiquement crédible. »

Tout comme dans les pratiques orientales méditatives, ce qui compte dans la pensée d'Heidegger ce n'est pas tant l'accomplissement que la voie, le chemin et l'expérience. On peut dire que Steiner nous dévoile les contours de ce chemin. Ce qui reste relevant de la pratique personnelle.


Les Possédés
Les Possédés
par Fedor Mikhaïlovitch Dostoïevski
Edition : Poche

9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Peinture grandiose d'une société en prise avec le chaos, 23 février 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Possédés (Poche)
Roman des nihilismes magnifiquement bien construit malgré quelques longueurs - mais on ne monnaie pas le génie au nombre de pages. Comme toujours chez Dostoïevski, une incroyable minutie dans l'attention que le romancier porte à TOUS ses personnages. « L'attention aux autres », belle définition d'une certaine forme d'amour ; belle définition d'un certain génie de l'art. Roman des nihilismes donc, dont la forme politique s'exprime dans le « socialisme athée ». Nous sommes à une autre époque où les valeurs de classes et religieuses avaient une importance qui pourraient faire sourire aujourd'hui - oui ! il faut toujours un peu d'efforts de projection pour lire Dostoïevski; mais cela en vaut la peine car les idées développées restent toujours d'actualité. Toute la grandeur de se roman se trouve dans la façon dont les personnages vivent cette crise du nihilisme (le roman étant la vie, il ne saurait se résumer à une simple argumentation de thèse): dans l'orgueil extrême (Stavroguine), la manipulation et le meurtre (Piotr Stepanovitch), la naïveté (Varvara Petrova et Julie Mikhaïlovna), la fuite des responsabilités (Von Lembke), le vulgaire (Lebiadkine), la folie amoureuse (Elisabeth Nicolaevna), le suicide rationnel (Kirilov) ou le retour aux arts (Stephan Trofimovitch). Un chaos grandiose qui ne laisse pas indemne.


Éloge de l'Energie Vagabonde
Éloge de l'Energie Vagabonde
par Sylvain Tesson
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

20 internautes sur 21 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Poésie vagabonde, 17 février 2007
Ce commentaire fait référence à cette édition : Éloge de l'Energie Vagabonde (Broché)
Cet éloge peut au départ troubler par la nature de son contenu: récit d'aventure? enquête journalistique sur le pétrole en Asie Centrale ? ou petit traité de philosophie sur l'énergie vitale? Une fois délesté de ces finalement bien inutiles questions, il n'est alors qu'à se laisser vagabonder en compagnie de Sylvain Tesson, qui malgré les mille et une raisons de verser dans le pessimisme le plus noir, conserve tant bien que mal sa capacité d'émerveillement «hic et nunc». Ne vous méprenez pas : nul optimisme; juste un art de vivre; celui d'un poète des grands chemins.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6