Profil de alexandre JEAN > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par alexandre JEAN
Classement des meilleurs critiques: 1.505.784
Votes utiles : 61

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
alexandre JEAN

Afficher :  
Page : 1
pixel
LES MILLE ET UNE NUITS. Tome 1, Dames insignes et serviteurs galants
LES MILLE ET UNE NUITS. Tome 1, Dames insignes et serviteurs galants
par Collectif
Edition : Broché

61 internautes sur 67 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 mille et un plaisirs à lire, 8 août 2002
Ce commentaire fait référence à cette édition : LES MILLE ET UNE NUITS. Tome 1, Dames insignes et serviteurs galants (Broché)
Shârazade a su emmerveiller le khaliffe en racontant des contes durant mille et une nuits, et elle réussira tout autant à vous captiver durant plusieurs des vôtres. Lire les mille et une nuits, c'est comme retrouver le plaisir de se laisser émerveiller par des contes empreints de magie et de voyages, que l'ont croit connaitre mais dont en fait on ignore tout. Les histoires les plus merveilleuses arrivent aux personnages, souvent en proie à la ruse, la magie ou au charme ensorcelleur des femmes ou des génies. Loin de tout machisme, malgré le côté perfide des femmes mais souvent plus rusées que les hommes, ces contes nous emmènent dans des rêves et des paysages dont on ne veut plus revenir et dont on se demande souvent comment tout cela veut il bien pouvoir finir, tant l'auteur nous plonge avec facilité et délectation dans un univers plein d'énigmes, de mystéres et de magie et dont l'envie de connaître les réponses, nous tient en haleine au fil des pages, au point de risquer de se réveiller un matin le nez plongé dans le livre. Le principe des contes à tiroirs où différentes histoires plus étranges les unes que les autres sont décrites au sein même d'un conte, permettent aux mille et une nuits d'être contées durant des centaines et des centaines de pages ou racontées durant des heures et des heures. Le seul bémol à ces contes, une fin trop souvent embellie, comme dans la plupart des contes, où tout se termine pour le mieux dans le meilleur des mondes et qui nous laisse un peu sur notre fin, comparée à la richesse de l'histoire tant au niveau des détails sur les personnages, les parfums ou les décors (parfois empreints d'érotisme dans l'édition non censurée écrite par R.Kahwam qui reprend les manuscrits originaux), qu'au niveau des rebondissements, découvertes et enseignements en tout genre.
Mise à part la dernière page des contes que l'on aimerait aussi magique que les cents autres, ces histoires merveilleuses nous font connaitre la culture et la littérature orientale des siècles passées, et valent le fait d'être lues pour élargir les frontières de notre esprit et pour nous permettre ensuite à notre tour, de les raconter pour emerveiller aussi bien petits et grands.


Page : 1