Profil de Santardo > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Santardo
Classement des meilleurs critiques: 1.047.766

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Santardo

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8
pixel
The Joshua Tree
The Joshua Tree

10 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 L'album trop parfait !, 17 février 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Joshua Tree (CD)
Oui, cet album a cartonné au niveau des ventes mais il était conçu pour ça !! Et c’est ça qui me gêne un peu. Lorsque tout est calculé, on perd sérieusement en spontanéité et en honnêteté…Il est vrai que l’ensemble des titres est bon, à l’exception peut-être de 3 (« Bullet the blue sky », « Trip through your wires » et « Exit » pas folichons notamment les passages bluesy qui collent difficilement avec l’image du groupe) mais personne ne m’empêchera de penser que cet album a été taillé pour les radios. Il est trop parfait, trop lisse, transparent !! Les balades constituent l’essentiel des titres ; les envolées de guitares, véritable marque de fabrique, sont rarissimes ; la voix de Bono est des plus calmes. Cette « timidité » ne convient pas à un groupe qui a acquis sa réputation au début des années 80’ en misant sur un rock sans concession, mais qui affichait pourtant tellement d’émotion et de mélodie. Où est donc passé le U2 qui déchaînait les foules ?? Envolé, happé par une absence de relief particulièrement criante sur cet album. Certains parleront de maturité, mais pour moi il s’agit d’un excès de sagesse. A mon sens, U2 est arrivé à maturité avec l’album « Achtung baby » dans lequel ils ont réussi à digérer leurs influences rock des années 1980-1983 et à évoluer vers un son plus « adulte » et des textes moins politisés. « The joshua tree » constitue en ce sens une charnière mais pas un aboutissement ni une plénitude dans le processus créatif du groupe. Je ne vais cependant pas bouder mon plaisir à l’écoute de titres aussi magiques que « Where the streets… », « I still haven’t.. » ou «With or without you ». Mention spéciale à «In God’s country » que je trouve superbe. En résumé, pour moi qui suis un grand amateur du U2 du début des années 80’, cet album qui manque d’âme est une réelle déception malgré, je viens de l’avouer, la qualité des titres et de la production. J’espère avoir apporté ma pierre à l’édifice sans remettre en cause les opinions des uns et des autres !!


High & Dry
High & Dry
Prix : EUR 18,90

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Plongez-y la tête la première !, 17 février 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : High & Dry (CD)
Pour ce second album, les léopards s’adjoignent les services du producteur Robert John « Mutt » Lange, qui à cette époque vient de produire rien de moins que le « Back in black » d’AC /DC. Ce personnage clé dans la carrière des leppards deviendra dès l’album suivant (Pyromania en 1983) le 6ème membre du groupe voire un mentor, en prenant une part prépondérante à l’écriture de leurs compos (ce qui n’est pas encore le cas pour cet album) et en les emmenant vers le succès que l’on connaît (Hysteria 1987). Je vais faire simple. Pour moi, cette galette renferme quelques uns des meilleurs riffs de hard-rock de tous les temps. Ecoutez simplement les titres « Let it go », « Another hit and run », « Lady strange » et « Mirror, mirror » et vous comprendrez ce que je viens de dire. A noter également un superbe instrumental « Switch 625 », à la fois puissant et mélodique ainsi que leur première ballade (« Bringin’ on the heartbreak »). Par rapport au 1er album, les tempos des compos sont ralentis mais les parties instrumentales et vocales y gagnent en qualité. Il s’agit à mon sens du meilleur album du groupe et en tout cas le dernier à être marqué par une certaine spontanéité.


On Through The Night
On Through The Night
Prix : EUR 10,82

7 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Rock brigade !!, 17 février 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : On Through The Night (CD)
C’est en 1980 que sort cette première galette du combo de Sheffield. Avec Tom Allom (également producteur de Judas Priest) derrière la console, le potentiel du groupe s’exprime d’ors et déjà grâce à un sens du riff imparable, des compos hyper rythmées et dignes du label « NWOBHM », mouvement que le groupe a immédiatement intégré. Chaque compo démarre sur un riff de guitare inoubliable qui vous trotte dans la tête, vous fait immédiatement taper du pied en rythme et jouer de l’ air-guitar…Seul la prise d’un puissant somnifère et une nuit de repos peuvent alors vous libérer de cette véritable aliénation mentale et physique!!! Les rythmiques sont aussi lourdes que le 38 tonnes figurant sur la couverture de l’album. Seuls points à améliorer, la voix de Joe Elliott, qui manque encore un peu de puissance et la sonorisation de la batterie parfois digne d’un orgue Bontempi (vous savez le petit orange que vous aviez eu pour vos 6 ans !). En bref, un premier album presque parfait…Aucun titre n’est à jeter…


The Unforgettable Fire
The Unforgettable Fire
Proposé par Expédition Express
Prix : EUR 13,15

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 L'album charnière !, 2 janvier 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Unforgettable Fire (CD)
Malgré l’immense succès de « War », U2 décide pour son successeur de ne pas faire appel à leur producteur historique Steve Lillywhite. Ce sont donc deux personnages un peu hors normes du milieu musical qui prennent le relais : Brian eno et Daniel Lanois. A l’écoute de l’album, la mutation est profonde. On retrouve bien l’écriture de U2, le jeu de guitare si particulier de The Edge mais le reste est réinventé !! La production laisse la part belle au chant et à la guitare. La rythmique se fait plus discrète. Cet opus est loin d’être le plus populaire de U2 mais il renferme tout de même des titres superbes. « Pride », le plus connu mais également « The unforgettable fire » au feeling si particulier, « Wire » un morceau rock assez rapide, « Promenade » une balade superbement touchante. Mention spéciale à « Indian summer sky » et son refrain entêtant !! Vous l’aurez compris, le groupe se distingue par des titres plus lents mais aux mélodies imparables, d’une classe extrême. Cet album est sans conteste annonciateur de « The Joshua tree », c’est à dire du pan le plus pop de leur carrière !! Malgré ces éloges, je constate un peu plus de déchet que sur les albums précédents : « 4th of July » instrumental dispensable, « Bad » dont le chant agressif et la guitare acoustique ne se marient pas à merveille, « Elvis Presley and america » et enfin « MLK » hommage un peu maladroit à Martin Luther King, en forme de prière (répétitive) et pourvu d’une musique minimaliste. Vous l’aurez certainement compris, cet album n’est pas le meilleur mais ses quelques perles méritent une oreille attentive. A se procurer pour compléter la discographie.


Receiving
Receiving
Proposé par musikdrehscheibe
Prix : EUR 26,60

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Le silence vaudrait mieux (ou presque) !!, 2 janvier 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Receiving (CD)
J’ai voulu ignorer plusieurs signes annonciateurs. D’abord la pochette qui n’était pas sans me rappeler celle de « Dance to the holy man » (leur album le plus faible). Ensuite le changement de label après deux albums qui avaient pourtant cartonné. Bizarre !! Et puis la composition du groupe : exit deux membres historiques du combo écossais (dont le mythique Cha Burns) et intégration de deux jeunes femmes, signe d’un changement évident de cap. Enfin, les titres ne me paraissaient pas coller avec l’image des Silencers (« Hallucinogenocide », « psychik magnet »)… C’est donc fiévreux que j’enfournai le CD dans la platine.
Et le premier titre n’était pas là pour me rassurer : un gros son de guitare rock pur et dur, la voix de Jimme à peine reconnaissable…Le second me rassérénait un peu malgré la présence d’une rythmique électro. Ouf, enfin « Incredible creature » ressemblait à un titre des écossais et j’espérais que ce début de cauchemar prenait fin. Mais bien vite les hostilités reprenaient « Psychik magnet » et son rythme un peu lourdaud, « Partytime in heaven » et ses chants féminins sans grand intérêt. Il fallait attendre le titre « China soldiers » pour refaire surface. Le reste de l’album ne parvenait toujours pas à me convaincre de la nouvelle orientation musicale (électronique à gogo, chants féminins, voix de Jimme mixée à l’extrème) des géniteurs des fabuleux « Blues for Buddha », « Seconds of pleasure » et «So be it ». Pour moi ce « receiving » est encore plus indigeste que « Dance… ». A éviter à moins d’être un fan ultime et encore….


The Offspring
The Offspring
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 19,95

2.0 étoiles sur 5 La fougue un peu brouillonne de la jeunesse !, 21 novembre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Offspring (CD)
Cet album, sorti en 1989, est bien le premier d'un petit groupe de jeunes se donnant corps et âmes à un genre musical en perte de vitesse à l'époque...Leur maison de disque actuelle a exhumé là un album qui ressemble à s'y méprendre à une autoproduction (sous-entendu son très limite voire carrément inaudible!) mais pleine de fraîcheur. Cependant une chose saute aux oreilles : le manque de maîtrise instrumentale des p'tits gars de l'époque qui 3 ans plus tard nous livreront un "ignition" bien plus abouti que celui-ci...Cet album, vous l'aurez compris, n'a sa place que chez les "die-hard" fans, qui y verront là l'avènement d'un grand groupe de punk-rock des années 90', notamment avec leurs superbes albums "ignition", "smash", "ixnay..." et "americana"


Let It Come Down
Let It Come Down
Proposé par marvelio-france
Prix : EUR 10,52

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Viva Iha !!, 13 février 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Let It Come Down (CD)
Pour ceux qui l'ignorent, James Iha était le guitariste des talentueux Smashing Pumpkins. Mais ne vous y trompez pas, cet album est à 100 lieues du style du groupe, dans lequel l'inspiration de l'artiste était muselée par le talent et l'énergie de Billy Corgan. Cet album vient donc à point nommé pour nous montrer que le sieur Iha est un auteur-compositeur de talent. Il nous livre avec cette galette un véritable joyau de pop-rock acidulé servi par une musique souvent acoustique et minimaliste, au son plus proche de celui des années 70 que des guitares saturées qu'il utilisait dans Smashing. Les textes quant à eux sont pour la plupart des plus simples mais attachants de naiveté (feinte...), pour preuve l'intro du titre Country Girl que je ne résiste pas de vous livrer « Halleluiah, I'm in love with a girl from the country, she's my baby... », chanté avec la voix d'ange de James, qui s'il n'est certes pas un grand vocaliste, laisse passer beaucoup d'émotion. En ce qui concerne les comparaisons, je dirais que l'on retrouve pelle-mèle des similitudes avec des artistes comme Coldplay, Neil Young, Belle and Sebastian ou encore les Lemonheads...En conclusion, un album délicieusement naïf, intemporel et un artiste attachant. Bref, un album 5 étoiles.


The Road To Hell Part 2
The Road To Hell Part 2
Prix : EUR 17,22

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 La descente aux enfers !!, 19 novembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Road To Hell Part 2 (CD)
Je salivais déjà et me frottais fiévreusement les mains à l'idée d'écouter le deuxième volet de la saga entamée en 1989 par le sieur Réa. A mon sens, le premier album était même l'album majeur de la longue et prolifique carrière de cet artiste peu connu si ce n'est par un ou deux tubes entendus ça et là au détour de quelque émission radiophonique. Ce « road to hell pt 2 » relevait donc un défi important mais connaissant le talent du bonhomme, tous les espoirs étaient permis...c'est du moins ce que je me disais avant l'écoute du disque. Malheureusement, les premières mesures m'ont vite ramené sur terre ! Ce second volet n'est en aucun point comparable à son glorieux prédécesseur sur le plan musical et Réa se révèle au mieux peu inspiré mais parfois carrément hors jeu en utilisant des rythmes électro qui ne collent absolument avec sa voix bluesy éraillée et son jeu de guitare si caractéristique. Je ne peux donc que regretter que cet album soit présenté comme le prolongement d'un chef d'œuvre alors qu'il n'en est qu'un ersatz de bien mauvaise qualité. Fans de rock bluesy, jetez vous plutôt sur les précédents albums et notamment le joyau « road to hell » de 1989 pour mieux apprécier tout le talent que peut déployer l'artiste...


Izzy Stradlin and Ju Ju Hounds
Izzy Stradlin and Ju Ju Hounds
Prix : EUR 13,46

3 internautes sur 18 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Juste les "roses" sans les "guns" !, 7 novembre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Izzy Stradlin and Ju Ju Hounds (CD)
Voici le premier album de Stradlin, guitariste des guns n'roses jeté comme un malpropre par le père Axl en 1992. Que dire sinon que dès les premières notes, on sent bien que ce disque n'est absolument pas du guns ni même de la musique hard-rock. Stradlin s'adonne ici à une démonstration de blues "old style", pas franchement mauvais mais manquant sérieusement d'inspiration (à mon goût). Cet album a au moins le mérite de pointer du doigt la place de l'artiste dans l'écriture des titres de son ancien groupe. Bref, un album pas follichon à ne conseiller qu'aux fans ultimes de blues ou aux curieux nostalgiques des guns...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : May 15, 2014 10:00 PM MEST


Jugulator(1997)
Jugulator(1997)
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 18,95

4 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Grosse déception !!, 22 octobre 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jugulator(1997) (CD)
J'ai beau avoir écouté et réécouté cet album, je dois avouer que je ne partage pas du tout les opinions des autres auteurs de critique qui voient en lui l'album du renouveau. Je m'explique...nous avions quitté le Priest (Rob Halford en tête !) avec un album parfait "Painkiller" en 1990 qui faisait suite à quelques albums honnêtes mais un peu mou du genou ("Ram it down" notamment en 1988) et qui alliait à merveille la puissance rythmique et mélodique du groupe. A l'écoute de ce Jugulator, que dire ? On ne peut pas contester la puissance des titres, c'est heavy, très heavy (voire carrément trash !)et servi par une production infaillible. Mais deux choses sautent aux oreilles : 1)Tim Owens aussi bon soit-il n'égale absolument pas le père Rob 2) le groupe a semble t'il oublié ce que le mot "mélodie" signifie...et c'est là que le bas blesse.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8