Profil de Thomas Bauduret > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Thomas Bauduret
Classement des meilleurs critiques: 104.658
Votes utiles : 26

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Thomas Bauduret
(VRAI NOM)   

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Hell
Hell
par Yasutaka Tsutsui
Edition : Broché
Prix : EUR 17,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Enfer vertical en approche rapide, 24 mars 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hell (Broché)
Le fantastique asiatique, présent au cinéma et en manga, est totalement méconnu dans notre monde occidental ethnocentré… D'autant qu'il permet de profiter d'une vision fantastique nourrie d'un imaginaire bien différent. Ce court roman montre un enfer introspectif qui évoque plutôt un purgatoire ou chacun a le temps de se remémorer ce qui l'a mené en ce lieu, tant sa mort que sa vie, des victimes d'un accident d'avion à un acteur raté. L'occasion de beaux portraits tragi-comiques sans jamais s'attarder et d'une métaphore prenante sur la culpabilité et le matérialisme. Et le finale, feutré comme tout le roman, évite les grandes orgues saint-sulpiciennes. Un texte différent donc, de la littérature fantastique au sens premier (la qualité littéraire est bien présente) qui donne envie d'un connaître davantage. Divine surprise, le même éditeur vient de sortir "La fille du chaos" de Masahiko Shimada tout aussi fantastique. Le prochain sur la liste de lecture… (Accessoirement, tous deux sont de beaux objets qu'on est fier de mettre dans sa bibliothèque !)


Cultosaurus Erectus
Cultosaurus Erectus
Prix : EUR 7,00

5.0 étoiles sur 5 Le retour…, 3 juin 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Cultosaurus Erectus (CD)
Il est intéressant de consulter le site du groupe : celui-ci est assez clair sur les errements qu'ils ont connu à la recherche d'un tube à la hauteur de "Don't fear the reaper" (Magnifique morceau en soi, qui fut pompé par Police pour "Message in a bottle", si si, comparez les riffs de base !), allant jusqu'à utiliser le compositeur de Jon - aaaaargh ! - Bon Jovi ! Avec cet album, le Cult, qui inspira la version US de l'industriel bien éloignée de l'européenne, revient à son côté expérimental et avant-gardiste, loin des sirènes commerciales, et signe là un de ses meilleurs albums depuis "Tyranny and mutation". Et c'est incroyable comme il a peu vieilli !


Les fleurs du karma
Les fleurs du karma
par Tommaso Pincio
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Baroque n'roll, 15 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les fleurs du karma (Broché)
On ne peut reprocher à l'auteur de l'excellent "Cinacitta" de ne pas se renouveler… Le précédent était une chronique de prospective-fiction douce-amère mêlée d'une réflexion sur le déclin de l'occident, ce roman célèbre les noces entre la déjante maîtrisée d'un Tom Robbins et la littérature sud-américaine baroque façon Alejo Carpentier. Situé sur deux époques (encore que cela se discute), il offre aussi un portrait ni flatteur, ni revanchard sur l'ère hippie. Première et troisième personne, époques et thèmes se mêlent, vus par un narrateur pas comme les autres, mathématicien de génie dont l'itinéraire va croiser celle de la jeune fille perdue présentée dans le quatrième de couverture ; et la fin intrigante laisse bien des pistes ouvertes. En tout cas, un auteur qui ne laissera pas indifférent et qui mérite d'être découvert !


Les Betes Feroces Attaquent !
Les Betes Feroces Attaquent !

1.0 étoiles sur 5 Ne contient pas le bon film…, 30 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les Betes Feroces Attaquent ! (DVD)
Encore une arnaque : tout comme "Space Mutiny" (le DVD contient "Time Warriors"), ce DVD reprend le visuel du film de Prosperi, mais cache en fait "Gnaw, Food of the Gods 2", reconnu comme étant un des pires films à bestioles géantes jamais tourné, avec en prime une duplication baveuse venue d'une VHS fatiguée. A fuir !


Gangster squad
Gangster squad
par Paul Lieberman
Edition : Broché
Prix : EUR 20,50

1 internaute sur 5 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Aux origines du gangstérisme…, 19 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gangster squad (Broché)
Loin de la pâlichonne Hollywooderie qui en a été tiré, ce document vécu de l'intérieur plonge dans l'univers de la grande dépression tel que le montra Chaplin, remontant au temps intermédiaire entre le "Far West" et l'ère moderne (et lorsqu'on se méfiait des clochards "étrangers" venus de l'autre côte des USA !). L'ère des gangsters, qui inspira le cinéma avant qu'il ne s'autocensure et les classiques de Hammet, Chandler, etc, a aussi donné ses propres "durs à cuire" opérant aux limites de la loi. Mille épisodes fascinants — comme l'origine du terme "blanchiment" ou les petits malins dévalisant les G.I. de retour du front — forment le corps de ce livre qui, pour reprendre un cliché, se lit "comme un polar". Si vous aimez les vieux films et romans noirs, allez donc à l'origine même de tous les mythes !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 13, 2013 9:07 AM MEST


¡ Viva la muerte !
¡ Viva la muerte !
par Frédéric Bertin-Denis
Edition : Broché
Prix : EUR 25,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Franco de porcs, 8 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : ¡ Viva la muerte ! (Broché)
Il est parfois vain de vouloir trop catégoriser : ce énorme livre est-il un polar ou un roman historique ? Car il prend l’argument de base du polar, voir de certains thrillers industriels (On pense également au « Semana santa », film de Pepe Danquart, d’ailleurs adapté d’un roman de David Hewson) : à Cordoue, l’inspecteur-chef Manuel El Gordo enquête sur une série de meurtres commis selon des rites horribles remontant à l’inquisition. Or il s’avère que les victimes étaient des crapules de la pire espèce, y compris de leur propre aveu, du prêtre pédophile protégé par l’Opus dei au dénonciateur sans scrupule ayant trahi des proches. Quelqu’un rendrait-il une justice tardive ? Et c’est là que vient l’aspect historique : en ces temps de romans tiédasses et consensuels, l’auteur appuie là où ça fait mal, arrachant les cicatrices des exactions Franquistes et leur cortège de crimes avec une maîtrise du sujet impressionnante. Exactions souvent commises avec la complicité plus ou moins objective de l’église en tant qu’institution séculaire et la chape de plomb qu’elle fit peser sur la société espagnole. L’ensemble prend pour cela plusieurs formes, mêlant confessions écrites, lettres, témoignages formant un véritable patchwork criminel. Cela justifie-t-il d’en revenir à la vengeance la plus brutale, quitte à rivaliser dans l’horreur avec ceux qu’on condamne à mort ? La question restera posée… En tout cas, l’auteur semble connaître le pays de façon organique, au point de nous faire toucher du doigt la chaleur de Cordoue, donnant une touche exotique rafraîchissante à ce gros roman. On regrettera juste un début un tout petit peu plat, comme si l’auteur avait appris à écrire sur le tas et n’avait pas revu ses cent premières pages. En tout cas, comme le dit la quatrième de couverture, un travail de mémoire louable en notre époque d’amnésies sélectives… Vu le retour des religions dans ce qu’elles ont de plus borné, espérons que les corbeaux les plus jacassants, tout minoritaires qu’ils soient, ne lui jetteront pas l’anathème…


Prise directe
Prise directe
par Eoin Colfer
Edition : Broché
Prix : EUR 19,90

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Noir Irlandais, 8 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Prise directe (Broché)
La Série Noire revient à ses fondamentaux : le dur à cuire. Mais point de privé, de décor années 40 et de nostalgie de type "c'était mieux avant" : Colfer réussit à prendre tous les clichés du roman noir en les adaptant au monde d'aujourd'hui : héros teigneux n'hésitant pas à faire le coup de poing, truands, prostituées, salles de jeu, on dirait que l'auteur s'amuse à égrener comme des perles tous les lieux communs trivialisés par le cinéma et les séries TV. Parti pris réussi : Daniel mcEvoy est un narrateur excellent (vétéran d'Irak et non de la seconde guerre mondiale), son humour à froid fait mouche et les personnages secondaires son truculents à souhait. Quant à l'intrigue, partant sur un simple meurtre pour se complexifier, elle évoque le meilleur Spillane (enfin… en mieux) le tout avec un style sans afféterie à le mode ni délayage. Réussir à faire du neuf avec du vieux est un exercice plus difficile qu'il n'y paraît, et Colfer y réussit parfaitement. A tel point qu'on espère une suite !


Terreur sur la Ligne (1979) [Import belge]
Terreur sur la Ligne (1979) [Import belge]
DVD ~ Carol Kane

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 DVD à revoir !, 19 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Terreur sur la Ligne (1979) [Import belge] (DVD)
Un bon petit film dont le début est un modèle de suspense (qui a dû inspirer un certain Wes Craven), mais… si la vf est correcte, l'image, sans doute tirée d'un master vidéo, est floue et compressée n'importe comment ! Du coup, difficile d'apprécier cette sympathique série B assez novatrice, puisqu'elle ose changer de direction après ses 20 premières minutes pour devenir le portrait d'une obsession…


Désir virtuel
Désir virtuel
Proposé par CKDO77
Prix : EUR 14,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Pas un polar, 27 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Désir virtuel (DVD)
La jaquette est mensongère, ce film n'est pas un polar, mais un porno soft d'une dizaine de scènes "érotiques" relié par une vague trame policière ou la coupable se voit dès les premières minutes. Bof…


Failles
Failles
par David Bry
Edition : Broché
Prix : EUR 20,30

4.0 étoiles sur 5 Vivant et mouvementé !, 24 août 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Failles (Broché)
Oubliez les sagas de fantasy où il faut s'ennuyer sur des centaines de pages avant qu'il daigne peut-être se passer quelque chose, là, l'auteur entre dans le vif du sujet et pose très vite ses enjeux. On a droit au classique artefact qu'il faut détruire dans la dernière scène, mais la mythologie de ces fauconniers apporte une petite touche d'originalité. Quant à l'histoire séparée entre trois personnages (qu'o, aurait aimé un poil plus fouillés), elle ménage plus d'une surprises. Une bonne découverte dans un genre où on se limite trop souvent à usiner du nenelfe et du nonorc à la chaîne……


Page : 1 | 2