Profil de Samba > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Samba
Classement des meilleurs critiques: 11
Votes utiles : 3221

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Samba (France)
(COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)    (TOP 50 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Au cœur du typhon (La saga des métamorphes t. 2)
Au cœur du typhon (La saga des métamorphes t. 2)
Prix : EUR 3,10

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 2,5 * Meilleur, 27 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Au cœur du typhon (La saga des métamorphes t. 2) (Format Kindle)
J’avais trouvé le premier tome « Pscychisme lunaire » complètement raté par la platitude de l’intrigue et le manque d’émotion du couple de héros. Dans ce second épisode, même si l’intrigue est légère, le couple formé par Ryan et Caleb est mignon, alors ce n’est pas une lecture qui me laissera un souvenir impérissable, cependant elle reste sympathique. Pas de vrais rebondissements, l’intrigue étant cousue de fil blanc, en fait la seule originalité de cet opus tient au choix de l’auteur d’avoir utilisé comme animal le taureau ! Je dois dire que l’image d’un shifter pour moi était très loin de cet animal, car bizarrement le taureau n’est pas ce que j’imagine de plus sexy, musclé oui, mais séduisant hum ! Pas trop. Je vous laisse découvrir le tour de passe-passe de M.D Grimm pour la conception de Ryan, j’ai craint le pire, mais non rien de scabreux.

L’histoire est très simple, Caleb est un jeune homme qui vit avec sa mère dans une ferme isolée, son meilleur ami est un taureau « Typhon » une magnifique bête avec qui il participe aux rodéos. Très vite, Caleb va découvrir la vérité sur la véritable nature de son meilleur ami et leur relation va prendre une voie. C’est aussi un des points qui m’a gêné, l’auteur aurait pu faire patienter la lectrice ou créé une action pour cette découverte, non il a choisi la facilité. Bon je passe sur l’histoire abracadabrante du kidnapping et de sa conclusion, car c’était tellement couru d’avance que franchement elle n’a aucun intérêt, à part nous offrir le « happy-end » classique de toute bonne romance.

Le style est très simple comme d’habitude avec cet auteur, par contre j’ai apprécié une chose, la logique du « vocabulaire », qui colle au contexte. En effet, au vu de la personnalité des deux héros, je voyais mal dans la bouche de Caleb un langage raffiné (eh oui ! un fermier de l’Amérique profonde) et des phrases complètes dans celle de RYAN/Typhon (alors qu’il n’a pas parlé durant de longues années !). C’est un style familier et relativement cru durant les scènes de sexe, celles-ci étant peu nombreuses et pas vraiment délicates, mais bon c’est un taureau à la base, restons logiques et ne lui demandons pas des préliminaires raffinés.


Garce, et plus si affinités (Kill the Garce t. 2)
Garce, et plus si affinités (Kill the Garce t. 2)
Prix : EUR 0,89

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Essai marqué ...pour l'entrée, 23 août 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Garce, et plus si affinités (Kill the Garce t. 2) (Format Kindle)
J'avais craqué pour le tome 1, sur la plume franche et directe de l'auteure, son humour corrosif, ses scènes sensuelles et son héroïne Cassie qui en voulant jouer avec le feu ou plutôt le plaisir à trouvé sur son chemin un joueur dangereux. La fin du premier épisode m'avait laissé sur ma faim avec une scène dans un parking ou le masque de Vincent se fissurait juste un peu pour nous mettre en appétit.

Nous retrouvons Cassie peu après, choquée, dégoûtée, mais excitée aussi à son grand désarroi, et ce n'est pas un rêve torride qui va la remettre d'aplomb. Cassie est perturbée car elle est à la fois attirée par la violence et la perversité de Vincent et d'un autre côté refusé de se laisser dominer par lui. Elle accepte de se sentir comme une guimauve devant ce sexe à deux jambes, mais refuse de renoncer aux bienfaits et au statut obtenus par son mariage. Têtue oui, séduite oui aussi mais stupide non, un mystère se cache derrière l'attitude de Vincent et foi de Cassie elle trouvera... Et zut car avec un sadisme certain Mel Labergue sans remord nous plante un à suivre nous laissant de nouveau sur notre faim.

Toujours aussi séduisant, ce second épisode est lui aussi réussi, le style est toujours irrévérencieux, la verve alerte, le vocabulaire sans chichi et l'intrigue s'épaissit. J'ai eu l'apéritif, voici l'entrée donc à quand le plat principal ?


La Bâtarde de la Destinée
La Bâtarde de la Destinée
Prix : EUR 3,83

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une très belle romance historique, 18 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Bâtarde de la Destinée (Format Kindle)
Si j’aime la romance historique, je ne suis pas une adepte du voyage dans le temps, trouvant que la plupart de celles que j’ai lues souffrent d’un manque d’originalité, avec les sempiternels dialogues ou le héros venu du passé nous régale de ces découvertes de la fermeture éclair ou de l’électricité. Dans cette romance point de tout cela, mais un merveilleux voyage entre l’Angleterre médiévale et notre siècle, une histoire d’amour intemporelle entre deux hommes, une relation qui transcende le temps. Un récit avec de délicieuses scènes sensuelles et d’adorables dialogues romantiques à la fois, mais c’est la beauté de l’histoire, l’amour entre Gerard et Tristan qui défie le temps et la mort, et la plume d’Hank Edward qui vous enchante.

J’ai adoré les deux parties bien distinctes ; la première qui nous plonge dans le moyen-âge en 1456, où nous faisons la connaissance de Sir Gerard Fogg, chevalier de la garde royale et amant du prince Tristan, héritier du royaume d’Algonwick. Ils sont liés par une passion interdite à cette époque, relation qu’ils vivent cachés, avec la fougue de leur jeunesse, passionnés et fougueux cherchant le moindre moment pour s’étreindre et s’aimer. Amis, amants et complices, ils se vouent un amour inconditionnel malgré les risques qu’ils encourent s’ils sont découverts, l’église étant farouchement hostile aux « sodomites » à cette époque. Ce sont des passages joyeux, érotiques et romantiques à la fois et l’utilisation du vocabulaire de l’époque par l’auteur, donne un charme particulier aux dialogues. Mais ce bonheur n’a qu’un temps qui va brutalement s’arrêter avec la disparition tragique de Tristan et la condamnation à mort de Gerard, qui avec la perte de son amour et la culpabilité qu’il ressent a de toute manière perdu l’envie de vivre. Cependant, quand l’opportunité de venger la mort de son amour lui est offerte, il hésite à peine et accepte l’offre de Ranulf, le conseiller du roi, même si celle-ci lui semble une douce folie.

A la poursuite de l’assassin Malcolm, cet homme étrange au langage si différent, Gerard et Ranulf arrivent à notre époque en 2006, pour découvrir le château qu’ils aiment tant en ruine et Jon Calder, un jeune archéologue qui travaille sur le site. Jon ne s’est jamais vraiment senti à sa place dans ce monde excepté depuis qu’il a commencé ses fouilles sur le site d’Algonwick, il fait d’étranges rêves et quand il rencontre Gerard, il ne comprend pas pourquoi, mais il ressent instinctivement une attirance qui va au-delà de l’attraction physique. Les deux hommes vont laisser s’épanouir cette attirance et finir par devenir amants, et même si Jon sent que Gerard est un peu étrange et ignorant de l’époque moderne, il s’attache très vite à lui. J’ai beaucoup apprécié que dans cette partie, Hank Edward a conservé (du moins pour Ranulf et Gerard) le style « fleuri », sans en faire des tonnes, le vouvoiement y compris dans les étreintes des deux hommes, prolonge la magie du récit.

La conclusion est logique, car je comprends la fidélité de Gerard pour son roi et étonnante quand on sait ce qu’il risque à son retour, la détermination et le courage de Jon a quitté son monde moderne sans hésitation pour suivre son amour est adorable. C’est vraiment une romance superbe.


Hidden Passion (The Hidden Series - Book Three 3) (English Edition)
Hidden Passion (The Hidden Series - Book Three 3) (English Edition)
Prix : EUR 3,46

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Excellent ..., 14 août 2014
Je me doutais que la relation mise en place par l’auteure entre ses trois hommes et surtout la personnalité complexe de chacun derrière leur belle apparence devait les conduire soit au sommet du bonheur, soit directement dans l’enfer. Eh bien, je ne me suis pas trompée, et même là, je suis sûre que la décision que chacun a prise n’est celle qu’il désire vraiment. Je dirais même qu’il y a une certaine perversion chez Nicole Colville, pourquoi obliger ses deux hommes que sont Jamie et Scot à autant souffrir et aller cherché autant au fond d’eux-mêmes, je ne pense pas à Valerio, qui pour moi ne fait pas vraiment partie de l’équation. Et je ne parle pas trop de Rafael, car le pauvre n’est qu’un dérivatif pour Scot qui l’aime (peut-être vraiment), mais pas d’amour, c’est plus de l’affection profonde et le besoin de ne pas être seul.

Valerio est moins attachant, il ne gagne pas en maturité et je pense sincèrement qu’il est égoïste, il ne veut tout simplement pas perdre devant Scots, car il se considère comme un gagnant, c’est un compétiteur, les sentiments de Jamie, il s’en fiche. Et Jamie, quel délicieux personnage, si attachant, si blessé et complètement perdu entre Scot et Valerio, c’est un homme sur une balance, son cœur lui dit une chose et son corps et sa tête une autre, mais qu’elle est la vérité ? C’est vrai, que par moment j’ai eu envie de dire “stop” car l’auteure en fait parfois trop dans le mélodrame pour ce pauvre Jamie, et puis Scot arrive et j’oublie. Scot est Scot, pour certaines lectrices simplement un homme arrogant et autoritaire, mais pour moi un homme amoureux qui ferait n’importe quoi pour Jamie, je me trompe peut-être.

Je pense que dans cette série, ce qui me plait avant tout, et qui à mon avis ne doit pas plaire à d’autres lectrices qui ont peut-être le sentiment d’être dans un véritable feuilleton télé, c’est la toile d’araignée tissée entre ce trio singulier. Bon, il y a aussi de superbes scènes de sexes, j’adore les scènes sensuelles torrides et sexys, mais pour une fois c’est surtout que je n’arrive pas vraiment à cerner la véritable personnalité de chacun des personnages. Dès que je pense qu’enfin, ils vont vraiment se décider, une action ou un évènement du passé viennent rompre le fragile équilibre : que c’est énervant. L’auteure a fait beaucoup de travail sur son écriture, c’est beaucoup plus fluide, la construction a encore des points faibles, mais franchement je passe au-dessus tellement j’apprécie cette histoire.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Aug 15, 2014 10:24 PM MEST


Destiny's Bastard (English Edition)
Destiny's Bastard (English Edition)
Prix : EUR 3,83

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une petite merveille historique…et de time travel, 13 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Destiny's Bastard (English Edition) (Format Kindle)
Si j’aime la romance historique, je ne suis pas une adepte du voyage dans le temps, trouvant que la plupart de celles que j’ai lues souffrent d’un manque d’originalité, avec les sempiternels dialogues ou le héros venu du passé nous régale de ces découvertes de la fermeture éclair ou de l’électricité. Dans cette romance point de tout cela, mais un merveilleux voyage entre l’Angleterre médiévale et notre siècle, une histoire d’amour intemporelle entre deux hommes, une relation qui transcende le temps. Un récit avec de délicieuses scènes sensuelles et d’adorables dialogues romantiques à la fois, mais c’est la beauté de l’histoire, l’amour entre Gerard et Tristan qui défie le temps et la mort, et la plume d’Hank Edward qui vous enchante.

J’ai adoré les deux parties bien distinctes ; la première qui nous plonge dans le moyen-âge en 1456, où nous faisons la connaissance de Sir Gerard Fogg, chevalier de la garde royale et amant du prince Tristan, héritier du royaume d’Algonwick. Ils sont liés par une passion interdite à cette époque, relation qu’ils vivent cachés, avec la fougue de leur jeunesse, passionnés et fougueux cherchant le moindre moment pour s’étreindre et s’aimer. Amis, amants et complices, ils se vouent un amour inconditionnel malgré les risques qu’ils encourent s’ils sont découverts, l’église étant farouchement hostile aux « sodomites » à cette époque. Ce sont des passages joyeux, érotiques et romantiques à la fois et l’utilisation du vocabulaire de l’époque par l’auteur, donne un charme particulier aux dialogues. Mais ce bonheur n’a qu’un temps qui va brutalement s’arrêter avec la disparition tragique de Tristan et la condamnation à mort de Gerard, qui avec la perte de son amour et la culpabilité qu’il ressent a de toute manière perdu l’envie de vivre. Cependant, quand l’opportunité de venger la mort de son amour lui est offerte, il hésite à peine et accepte l’offre de Ranulf, le conseiller du roi, même si celle-ci lui semble une douce folie.

A la poursuite de l’assassin Malcolm, cet homme étrange au langage si différent, Gerard et Ranulf arrivent à notre époque en 2006, pour découvrir le château qu’ils aiment tant en ruine et Jon Calder, un jeune archéologue qui travaille sur le site. Jon ne s’est jamais vraiment senti à sa place dans ce monde excepté depuis qu’il a commencé ses fouilles sur le site d’Algonwick, il fait d’étranges rêves et quand il rencontre Gerard, il ne comprend pas pourquoi, mais il ressent instinctivement une attirance qui va au-delà de l’attraction physique. Les deux hommes vont laisser s’épanouir cette attirance et finir par devenir amants, et même si Jon sent que Gerard est un peu étrange et ignorant de l’époque moderne, il s’attache très vite à lui. J’ai beaucoup apprécié que dans cette partie, Hank Edward a conservé (du moins pour Ranulf et Gerard) le style « fleuri », sans en faire des tonnes, le vouvoiement y compris dans les étreintes des deux hommes, prolonge la magie du récit.

La conclusion est logique, car je comprends la fidélité de Gerard pour son roi et étonnante quand on sait ce qu’il risque à son retour, la détermination et le courage de Jon a quitté son monde moderne sans hésitation pour suivre son amour est adorable. C’est vraiment une romance superbe.


Bon timing pour un Rodéo
Bon timing pour un Rodéo
Prix : EUR 4,60

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Excellente suite, 12 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bon timing pour un Rodéo (Format Kindle)
Mary Calmes est une auteure que j’apprécie selon ses séries, je la trouve excellente dans certaines et moyennes, c’est une auteure extrêmement prolixe, peut-être un peu trop d’ailleurs, car si certaines de ces histoires sont absolument magnifiques, d’autres malheureusement malgré une idée de départ originale manquent parfois de profondeur. J’avais apprécié le premier tome Mauvais Timing, cependant deux points m’avaient gêné ; le premier, c’était la petite intrigue qui était arrivée comme un cheveu sur la soupe à la fin du récit et qui n’avait pas vraiment été développée par ailleurs. Le second, c’était la perfection de Stefan Joss, adorable et sympathique, mais que j’avais trouvé trop proche de la perfection.

Eh bien ce second tome est presque parfait, j’ai adoré de la première à la dernière page, le style est impeccable (merci à la traductrice qui a fait un travail remarquable), l’ensemble est équilibré avec un parfait mixage entre l’intrique et les scènes passionnées entre Rand et Stef. C’est vif, enlevé, plein d’humour, les dialogues entre nos deux héros sont pleins de verve, pas de temps mort et tout s’enchaine avec beaucoup de fluidité. Sans drame ni vrais rebondissements, ce récit nous plonge dans la vie de nos deux hommes deux années après leur rencontre, ils s’aiment toujours avec fougue et passion, sans véritable problème jusqu’à l’arrivée impromptue de la famille de Rand qui va déclencher toute une série d’évènements tragi-comique pour notre délicieux Stef.

Cette simple visite va conduire notre pétillant Stef dans une situation à laquelle il n’aurait jamais cru être confronté, situation dans laquelle il va déployer tous ces talents de gentillesse, de charme et de manipulation pour que l’amour de sa vie Rand trouve enfin la paix. Tous les passages sont réussis, que ce soit ceux avec les personnages secondaires ou les superbes scènes sensuelles entre nos deux amoureux. Il faut reconnaitre la parfaite maitrise de Mary Calmes dans cette suite et la maitrise de son histoire, le seul bémol qua j’aurais à y trouver c’est peut-être la facilité avec laquelle Ryland Holloway change, il m’a manqué un petit quelque chose.


Inestimable (Les Dieux t. 1)
Inestimable (Les Dieux t. 1)
Prix : EUR 3,06

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 1.5* Une romance très harlequin …, 6 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Inestimable (Les Dieux t. 1) (Format Kindle)
Eh oui ! Car vous prenez un séduisant et sexy milliardaire qui a tout ce qu’il désire et un naïf et timide jeune homme et vous avez la trame principale de cette romance à l’eau de rose qui n’a rien d’exceptionnel, excepté peut-être une mièvrerie que je n’ai pas lue dans un livre depuis mon dernier livre de la collection harmonie… Je pense qu’il y a deux façons de prendre cette très courte histoire, soit vous êtes comme moi et vous souhaitez un minimum de crédibilité et de profondeur ( et ce même si c’est une fiction ) et vous levez les yeux au ciel toutes les cinq minutes devant tellement de guimauve et de sucreries. Soit, vous êtes une incurable romantique, très fleur bleue et vous vous attendrissez devant le tendre d’amour que ressentent les deux héros.

Si vous êtes dans le cas numéro 2 ( ce que je conçois tout à fait ), ne lisez pas ce qui suit, car vous n’allez pas apprécier…
Alors, nous avons un Cupidon qui balade sur la terre et s’amuse à lancer ses flèches dorées à Las Vegas, et là bingo, dans un casino il a trouvé ses victimes en la personne de Garett Shiffler, milliardaire beau comme un dieu et du non moins beau, mais pauvre Randy Jones. Ni une ni deux, les deux hommes ont le coup de foudre ( logique : Cupidon ), Garett est ébloui par cet homme qui semble complètement désintéressé et Randy, pauvre choupinet qui se la joue caliméro : comment ? Moi si humble puis-je attirer un si magnifique homme ? Et hop c’est emballé et crac boum hue, direction le lit, pour une partie de jambes en l’air torride, chaude, bref la meilleure de leur vie et qui va se renouveler le matin, l’après-midi, et puis le lendemain. Bref 24h quasiment non-stop…ouah !

*Soupir*…Bref notre héroïne ( oups pardon ) notre héros se réveille seul le deuxième matin et là, de nouveau une couche de *caliméro* et il fuit comme une demoiselle en détresse. Mais rassurez-vous, notre riche Garett qui s’est rendu compte que Randy était l’homme de sa vie va mettre tous les moyens en œuvre pour retrouver son prince charmant. Je reconnais que c’est la partie la plus sympathique, car Garett déploie des trésors de romantisme pour faire comprendre ses sentiments et c’est très mignon, excepté peut-être les passages avec les frères ultra compréhensifs et l’ensemble du personnel tout attendri devant cette campagne de séduction, que je me serais cru chez les Bisounours où tout le monde il est beau tout le monde il est gentil.

Alors, tout n’est pas guimauve, les scènes de sexe sont nombreuses ( plus de la moitié des 100 pages ) et très explicites ( quoique je me serais bien passée de toutes les fois où l’auteure signale : le réservoir bien rempli et le goût de plastique du préservatif ), mais bon au moins elle fait de la prévention. C’est une histoire qui plaira surement à de nombreuses lectrices et peut-être tout simplement que je n’ai pas été capable de voir plus loin que mon esprit terre à terre.


Hidden Pasts (The Hidden Series - Book Two 2) (English Edition)
Hidden Pasts (The Hidden Series - Book Two 2) (English Edition)
Prix : EUR 2,68

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Superbe second tome, 5 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hidden Pasts (The Hidden Series - Book Two 2) (English Edition) (Format Kindle)
J’avais beaucoup aimé le premier tome, la mise en place des personnages et surtout les prémices de ce que dissimulaient ces trois hommes, je sentais que sous la belle apparence de chacun, des blessures profondes promettaient une évolution étonnante. Je savais qu’il me fallait voir derrière les paillettes et les scènes de sexe très chaudes, et surtout derrière mon imagination débordante qui voyait déjà un trio se constituer. Non, Nicole Colville est beaucoup plus subtile que ça, elle ajoute des éléments déstabilisateurs qui rendent beaucoup plus complexe la relation qui s’est créée, un homme nouveau survient du passé et surtout l’acceptation de sentiments oblige nos héros à chercher au fond d’eux-mêmes ce qu’ils désirent vraiment.

Oui, il y a une tension sexuelle intense entre Jamie, Scot et Valerio, mais différente pour chacun d’entre eux. Une tension douloureuse et frustrante pour Jamie qui ne peut satisfaire son amour comme il le souhaite, car Valerio (tête à claques) trop jeune et pas assez mature n’est pas prêt à passer le cap. Et pourtant, Jamie est si touchant dans son désir de comprendre et de s’ouvrir à son amour naissant, il voudrait tellement que cela fonctionne. Et puis nous avons le désir brut de Scot toujours bien présent, qui ne demande qu’à satisfaire Jamie, Scot c’est la faiblesse de Jamie, l’élément qui lui permet de se sentir vivant, ce n’est pas vraiment de l’amour, c’est une forme d’amour.

Mais peut-être que ces trois hommes se trompent, et que ce qu’ils désirent vraiment ils n’osent pas l’accepter ? Peut-être que Valerio aime toujours Rafael, mais que son passé lui fait croire le contraire ? Peut-être que Jamie aime Valerio, mais pas le grand amour, simplement un amour idéalisé ? Et peut-être que Scot, derrière ce beau masque et cette sexualité à fleur de peau possède un vrai cœur qui ne bat que pour un seul homme Jamie ?

Malgré encore la présence de petites fautes, je me suis passionnée pour ce second volume. C’est fascinant de voir les fils se faire et se défaire, l’écriture est beaucoup plus affirmée, Nicole Colville joue avec la lectrice et ses personnages, ils prennent la grande roue, arrivent au sommet et replongent aussitôt. Où va-t-elle les conduire ? Vers un happy end ou une descente aux enfers ?

C’est passionnant, avec un style incisif, une profondeur et une recherche dans les caractères et les situations qui font que vous vivez cette ou plutôt ces histoires d’amour avec grand plaisir.


Hidden Truths (The Hidden Series - Book One 1) (English Edition)
Hidden Truths (The Hidden Series - Book One 1) (English Edition)
Prix : EUR 0,89

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 un premier épisode attractif, 2 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hidden Truths (The Hidden Series - Book One 1) (English Edition) (Format Kindle)
J’ai beaucoup apprécié ce premier tome, et pas seulement parce que les deux héros enfin trois sont sexys et charismatiques, non derrière cette belle façade il y a des hommes, des vrais qui malgré la gloire ou l’argent sont tout simplement humains. J’aime quand les personnages ne sont pas parfaits, quand vous avez un petit quelque chose qui casse cette parfaite apparence et surtout lorsqu’une certaine fragilité apparait.

C’est un trio assez complexe que nous offre Nicole Colville, Nous avons trois hommes très différents avec chacun une blessure qui les conduit à se cacher, soit des autres soit à eux-mêmes. Valerio, si jeune qui dissimule son homosexualité sous un masque « d’homme à femmes » qui sied à son statut de coureur et qui perd pied devant les sentiments que lui inspirent Jamie. Jamie, ouvertement gay quant à lui, est plutôt un » handicapé émotionnel » qui va tomber amoureux, mais ne sait pas comment agir. Scot, eh bien Scot est l’archétype de celui qui a réussi, qui possède tout et qui lorsqu’il désire quelque chose ou quelqu’un l’obtient, sauf que l’amour est un sentiment qui ne s’achète pas… La relation qui se crée est complexe et les émotions se transmettent plus par le sexe que par la communication, mais vous sentez qu’il y a beaucoup plus et j’espère que dans la suite Nicole Colville développera ses caractères.

Alors tout n’est pas parfait dans ce premier tome, il y a quelques fautes (qui même pour moi Française j’ai noté) et puis un ou deux passages que j’ai trouvé un peu facile et qui auraient gagnés à avoir un peu plus de profondeur, cependant l’histoire reste fascinante, et intéressante. Souvent frustrant, mais jamais ennuyeux, les personnages et l'intrigue dans son ensemble vous attirent, je me suis attachée à ces trois hommes et j’ai envie de connaitre leur évolution.


Le plan de secours
Le plan de secours
Prix : EUR 4,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 un premier tome excellent, 2 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le plan de secours (Format Kindle)
Je savais que j'allais apprécier ce livre mais à ce point non, un auteur que je ne connaissais pas du tout qui manie aussi bien l'humour, que la tendresse et des scènes sexy fraiches qui sortent de l'ordinaire.

Alec et Dylan sont deux personnages atypiques, il est vrai qu'au départ je ne voyais pas du tout comment ces deux hommes allaient pouvoir construire une relation durable, mais River Jaymes a réussi à trouver une solution très plausible. Alors même si l'écriture est parfois un peu maladroite,je me suis facilement laissée prendre par cette romance.

Alec est un médecin dévoué qui n'attend qu'une chose c'est que son amant depuis deux ans Tyler s'engage enfin envers lui, alors le coup est rude lorsque celui-ci le plaque d'une manière très cavalière le laissant complétement perdu.Dylan est un amour,sans vraiment connaitre Alec il arrive comme un preux chevalier , simplement touché par sa détresse et au pied levé va assumer le rôle de petit ami de remplacement.J'ai apprécié la façon de l'auteur de faire progresser leur relation tout en douceur, ils deviennent d’abord amis puis amants,ce qui est plus crédible d'autant plus que si Alec est gay ce n'est pas le cas de Dylan. Celui-ci prend les choses comme elles sont, il ne met pas un nom sur leur relation ou leur sexualité, il apprécie Alec point, il est heureux au jour le jour et ne se soucie pas de ce que les autres pensent ou disent.C'est un personnage très positif, qui a un certain passé qui lui a démontré qu'il faut profiter de ce que la vie vous offre sans regarder ni derrière ni devant.

C'est d'ailleurs un des points qui les font s'opposer car si Alec quant à lui cherche un partenaire pour la vie, il a un profond besoin de planifier un futur avec tout ce que cela induit. Vous rajoutez à ce désir opposé, l'intervention d'un "ami qui vous veut du bien" et l'ex omniprésent et la marmite se met vite à bouillir.Mon seul petit bémol porte sur certains passages où River Jaymes imposent de longues introspections intérieures à Alec et Dylan dans beaucoup de dialogues. En bref, ils se parlent à eux-mêmes durant un long moment avant de simplement répondre à la question, c'est une construction assez surprenante qui coupe le rythme du récit


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20