undrgrnd Cliquez ici Avant toi nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Vilcoyote Bîp-bîp m'a tuER > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Vilcoyote Bîp-...
Votes utiles : 1363

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Vilcoyote Bîp-bîp m'a tuER "Ni Dieu ni Maître, sauf ma CB" (RCA)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
The Shocking Miss Emerald
The Shocking Miss Emerald
Proposé par METAMZCI
Prix : EUR 18,90

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Toujours aussi entraînant, 21 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Shocking Miss Emerald (CD)
En tant que profane, je ne livrerai que le ressenti basique de celle qui prend simplement du plaisir à l'écoute d'un bon disque.

J'aime tout chez Caro, sa voix, sa musique qui me rappelle les films des années 50, l’orchestration impeccable qui l'accompagne depuis le début et surtout cette faculté à créer des chansons dont l'air original et entraînant reste tout de suite en tête.

Pour situer sa musique à ceux qui ne la connaîtraient pas, elle est utilisée dans la publicité. Ainsi, la pub Mon Chéri se sert (joliment d'ailleurs) de "Liquid lunch" et a créé son univers autour de cette friandise sucrée mais aussi autour de l'ambiance jazzy de cette musique.

Je ne saurais trop conseiller aux intéressés d'écouter les extraits proposés gratuitement, qui leur donneront une idée plus précise du talent et du style de cette artiste et de son excellent groupe.

Perso, j'ai une petite faiblesse pour Black Valentine et son rythme lent et capiteux de mambo.


Feeling Good l'intégrale
Feeling Good l'intégrale

12 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une série réjouissante enfin réunie en intégrale, 18 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Feeling Good l'intégrale (Format Kindle)
Plutôt que de livrer un avis sur chaque épisode de cette série, j'ai opté pour un avis sur l'intégrale.
Pourquoi ?
Parce que d'un volet à l'autre, le rythme ne s'est jamais démenti, les bons mots ont fusé tout du long et les scènes chaudes ont offert le même degré d'intensité. En bref, bien que le format feuilletonesque commence à sérieusement me taper sur le système, j'ai adoré suivre les aventures fofolles et sexys de Sarah et Sandro.

Techniquement, le format numérique est propre, l'ebook a toujours été délivré dans son intégralité sans souci (pour ceux qui comme moi ont acheté chaque épisode sur Amazon), toutefois, le travail éditorial manque de rigueur, voire est plus ou moins inexistant. J'ai souvent eu le sentiment que l'éditeur s'était contenté d'apposer ses mentions légales sans remettre correctement en page le texte en le délivrant tel quel.
Un petit mot sur la couverture : bien qu'elle soit plutôt jolie en tant qu'image, Elle ne m'a pas du tout convaincue. Heureusement, une couverture n'est pas significative de la qualité d'un roman, toutefois c'est elle qui accroche le lecteur potentiel au premier coup d'oeil.

Ceci étant, cette série est un concentré de bonne humeur, de fous-rire, de mauvaise foi et de sensualité.
Cette histoire ne se prend jamais au sérieux, n'a aucune prétention auteurisante ou intellectuelle, n'a aucun complexe non plus et nous emporte dans un tourbillon sucré et pimenté.

Très moderne grâce à des personnages proches de notre quotidien, elle a su me tenir en haleine du début à la fin avec la même jubilation.
Je me suis souvent reconnue dans la personnalité "délichieuse" de Sarah, ses références culturelles, son caractère emporté, ses fantasmes très féminins. Et on échappe enfin au héros dominant adepte de la fessée, qui traite sa compagne comme un trophée digne de sa vie de millionnaire...

Une des plus flagrantes réussites de la romance érotique actuelle.

PS : l'épisode 8 proposé gratuitement en ce moment, offre un formidable (et long) épilogue à ce roman.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 21, 2013 6:26 PM CET


Animae tome 3: Le cauchemar du chien
Animae tome 3: Le cauchemar du chien
Prix : EUR 5,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Un tome bien équilibré - Lu sur kindle, 12 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Animae tome 3: Le cauchemar du chien (Format Kindle)
Le format numérique est impeccable, offrant un confort de lecture et un texte bien travaillé pour optimiser notre plaisir.
Plus on avance dans cette série et plus l'intrigue se bonifie. Le style est fluide, le récit addictif, c'est un bonheur de suivre les nouvelles enquêtes de Lou et son équipe.

Et j'admire la recherche et la richesse de l'univers dans lequel évoluent les personnages. Pour parvenir à ce résultat et que ça sonne aussi juste ou précis, il y a des heures de boulot, de documentation, je dis chapeau à l'auteure ! Aller, avouez Roxane, vous êtes rédacteur à la DCRI ! ^^
Le seul point qui continue de me chagriner, c'est le jeune âge de l'héroïne et de l'autre agent féminin (pas du tout crédible, mais ce n'est pas grave, j'ai occulté cette donnée).

Point supplémentaire, le petit jeu du chat et de la souris entre Corentin et Agathe ; ces deux-là ont obtenu la prime des scènes de comédie et j'espère lire un rapprochement prochain entre eux.
D'ailleurs, j'ai souvent ri, c'est un troisième volet plein de bonne humeur, de clins d'oeil appuyés à la culture geek et au rythme enlevé.

On ne s'ennuie pas une seconde, c'est vif et sympathique.
Un titre qui a su trouver son équilibre entre métamorphes, action, suspense et romance, et délivrer un roman vraiment divertissant.


Rien que lui - volume 1
Rien que lui - volume 1

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Une belle découverte - Lue sur kindle, 20 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rien que lui - volume 1 (Format Kindle)
Dans le monde de l'auto-édition numérique, on lit tout et n'importe quoi.
Le premier péquin venu qui parvient à se frayer un chemin jusqu'au système KDP-kindle d'Amazon se sent désormais obligé de partager sa prose tout juste digne d'une rédac de CM2...
Mais au milieu de la surabondance de la production sentimentale ou érotique, on trouve parfois quelques pépites.
Ainsi, j'avoue, je n'attendais pas grand-chose de cette nouvelle conséquente de 65 pages, construite comme un véritable roman.
Or Amanda Sire mérite qu'on s'intéresse à son cas.

Bien-sûr, j'ai tiqué face au nombre certain de fautes résiduelles passées au travers de ses auto-relectures. Problème récurrent qui peut facilement se résoudre quand la structure du texte est correcte.
Au delà de ce défaut qui n'entame heureusement ni la compréhension ni la fluidité du récit, j'ai eu le sentiment de lire un auteur talentueux.

Alors certes, l'écriture est simple, presque dépersonnalisée, mais la sensualité qui se dégage des nombreuses scènes hot est intense. Les personnages n'ont rien d'extraordinaire, ils ne sont ni milliardaires ni super-héros. ce sont de simples étudiants hyper-sexués qui s'apprêtent à se lancer dans la vie active, et se retrouvent à la croisée des chemins, devant un choix à faire : suivre son coeur ou écouter sa raison.

Tome à part entière, loin de ces feuilletons frustrants qui semblent se reproduire comme des virus sur la toile, il se concentre sur deux couples. L'un se découvre sur le tard, le second s'abime dans les déchirements d'une liaison passionnelle qui doit prendre fin.
Le thème principal ne ment pas, c'est chaud-bouillant, mais j'ai été agréablement surprise par l'absence de vulgarité de cette valse des corps.

Bien que cela puisse se lire comme un one-shot, il ne fait aucun doute que je suivrai d'un oeil attentif leurs prochaines aventures.


MAUDITE LUNE
MAUDITE LUNE
Prix : EUR 3,06

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Trop de clichés et mal rédigé, texte à revoir dans sa globalité, 18 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : MAUDITE LUNE (Format Kindle)
Ras le bol des commentaires de complaisance des proches de l'auteur qui induisent les véritables lecteurs en erreur !
Quant à l'auteur, il faut sérieusement qu'elle remette en question son travail avant de proposer ses textes au public.

J'ai dû m'y reprendre à plusieurs fois, voire, m'injecter une sacrée dose de motivex pour finir cet ebook, pourtant d'un format court de 33 pages.
En effet, l'écriture présente des lourdeurs rébarbatives.
La tournure des phrases est compliquée voire maniérée, la concordance des temps n'est pas toujours respectée, etc...
La narration est trop descriptive, se focalisant sur certains aspects secondaires peu intéressants et zappant ceux qui auraient fait avancer le récit.
Techniquement, la ponctuation est "incontrôlable" à de multiples reprises.
Cumuler les points de suspension avec les points d'exclamation, ça ne donne pas un "genre", ça fait juste élève de 6ème qui ne maîtrise pas l'art de la rédaction.
Exemple "de la payer !ha !..."

Passons au fond.
Entre caricature de ce que doit être l'héroïne idéale et incohérences, le personnage principal s'avère inconsistant voire pénible.
La profondeur, ça ne s'improvise pas, et ce n'est pas en listant les qualités d'un personnage qu'on convainc le lecteur.
Ce sont les actes et les décisions du personnage qui lui donnent sa densité.
Ainsi, Meg l'héroïne est décrite comme une bombasse de la Haute, danseuse burlesque parce qu'elle aime la danse (mouais). Définie comme étant d'une grande intelligence et maligne (ses actes ne le démontrent jamais) au caractère bien trempé, je n'y ai vu qu'une niaise égocentrique.

L'histoire est un drame sentimental, contrairement à ce que laisse présumer une couverture plutôt pimpante avec sa blonde souriante, qui utilise les ressorts habituels (pauvre petite fille riche, handicapé seul au monde, amour contrarié, et... un lama, si si).
Traitée différemment, elle aurait pu accoucher d'un récit solide et émouvant.
La fin à ce titre est exceptionnellement inattendue dans ce style littéraire.
Mais dans l'ensemble c'est à revoir complètement.


DEMANDEZ MA MAIN!
DEMANDEZ MA MAIN!
Prix : EUR 2,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Impropre à la lecture, 12 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : DEMANDEZ MA MAIN! (Format Kindle)
Encore une fois, merci aux commentaires de complaisance des proches de l'auteur qui tentent de nous vendre une mauvaise rédaction de CE1 comme le dernier Jane Austen !
Si j'ai un conseil à donner aux vrais lecteurs, c'est de télécharger l'extrait gratuit pour se faire une idée de la qualité rédactionnelle de ce truc.

La jolie couverture est un intéressant piège à cons.
Bien travaillée avec un ravissant dessin très féminin, elle est étudiée pour attirer la lectrice romantique.
C'est vraiment le seul intérêt de cet ebook.

L'orthographe n'a rien de catastrophique (j'ai lu bien pire chez les auto-édités) mais la grammaire et la conjugaison semblent partiellement maîtrisées.
Quant à la mise en page ou l'absence de mise en page, elle rend la lecture pénible avec des retraits énormes.
Là encore, les bases doivent être acquises avant de proposer un texte à la vente, Mademoiselle Océane.
Il semble que l'intéressée soit trèèèèès productive, et au vu des commentaires qu'elle a quand même réussi à recueillir (exceptés ceux de ses amis) sur l'ensemble de sa production, elle ferait mieux de s'en tenir à un blog où proposer sa prose très scolaire et en profiter pour apprendre à agencer ses idées et acquérir les fondamentaux d'une édition littéraire.

Passons au fond, qui réunit tous les clichés du genre ; le rencard attendu qui se transforme en discours de rupture, le coup du talon qui se casse (épisode qui n'apporte rien dans le déroulé de l'action), la mère tyrannique et méprisante qui n'apporte rien non plus, la rencontre fortuite avec un homme charmant aux deux (des fois qu'il en ait plus) yeux verts caverneux (gnééééé ???) qui s'avérera être une relation de travail etc...

D'ailleurs, le problème n'est peut-être pas ce ramassis de scènes déjà multi-exploitées, mais une narration embrouillée, et le manque de fluidité du récit.
C'est un format nouvelle, mais l'auteure arrive à nous proposer des paragraphes entiers de descriptions inutiles sur les fringues de son héroïne ou sur le ciel, mais elle est incapable de raconter correctement l'histoire d'amour entre Garry (y a pas un R en trop ?) et Carly (j'ai pensé à "si t'as pas d'ami, prends un curly" pendant toute l'histoire).
Les scènes les réunissant sont bâclés ou inexistantes, du coup on passe à la déclaration finale sans comprendre comment on en est arrivé là.

Bref, non seulement ce n'est pas convaincant, c'est pénible à déchiffrer mais de surcroit ça décrédibilise un peu plus le milieu des auteurs kindle auto-édités.


Une nuit avec les Sole Regret, Tomes 1 et 2 : Approche-moi ; Séduis-moi
Une nuit avec les Sole Regret, Tomes 1 et 2 : Approche-moi ; Séduis-moi
par Olivia Cunning
Edition : Poche

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un univers original pour deux histoires conventionnelles inabouties, 29 septembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une nuit avec les Sole Regret, Tomes 1 et 2 : Approche-moi ; Séduis-moi (Poche)
Certes, c'est hot, cru, toussa toussa.
L'idée de suivre les romances d'un groupe de rock était très sympa, et originale dans la littérature sentimentale, mais je suis finalement déçue par le traitement très conventionnel de leurs aventures amoureuses.

Du coup je n'ai pas accroché ou plutôt j'ai vite décroché.
Le format court ne sied pas vraiment à ce qu'a tenté l'auteure.
Quand on écrit des nouvelles, soit on propose une véritable histoire complète avec une intrigue concentrée et on l'assume, soit on livre un feuilleton de plusieurs épisodes et on suit ses personnages pour les approfondir et gagner en émotion.

Or ici, on a des récits qui ne livrent pas une romance aboutie mais une ébauche de relation.
Le côté "la lectrice n'a qu'à inventer la suite", ce n'est vraiment pas mon trip.
Je ne suis pas d'accord pour fournir des efforts afin de palier le manque d'intérêt d'Olivia Cunning pour ses personnages, qu'elle expédie une fois qu'elle les a jetés dans la scène de sexe principale.

D'ailleurs, les dites scènes ne m'ont pas fait vibrer. ['Tention spoiler], l'irruption des babioles super compliquées de Gabriel dans ses ébats, ça m'a plus évoqué les inventions de Géo Trouvetou que la révision du Kâmasûtra !

Soulignons aussi l'habituel défaut de personnages féminins hyper banals.
Autant les mâles alpha sont écrits pour nous faire rêver, fantasmer, baver, hurler à la lune (cochez la bonne réponse), autant les héroïnes sont chiantes, à défaut d'être de drôles de chieuses déjantées.

Bref, je n'ai pas été séduite.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 2, 2014 1:42 AM CET


PIEGEE
PIEGEE
par Heather Dixon
Edition : Broché

8 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Une plume pas si enchantée..., 31 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : PIEGEE (Broché)
Quelle déception !

Le conte de Grimm "Les souliers au bal usés" plus connu sous le titre du "bal des douze princesses" est ici revisité dans un roman "young adult".

Mention spéciale à la magnifique couverture aux incrustations de feuillage argentées, seule véritable réussite de ce pavé plutôt indigeste.

Ce roman est totalement paradoxal.
La trame paraît tortueuse à souhait au premier abord, alors qu'elle est d'une simplicité absolue, une fois dépouillée de ses fioritures inutiles.
Son thème fantastique et la chasteté de l'ensemble conviennent parfaitement à un lectorat très jeune, mais l'écriture lourde et le style alambiqué le rendent difficilement compréhensible.

Enfant, j'aurais ronflé dès le second chapitre, adolescente je l'aurais trouvé gentiment mièvre, aujourd'hui adulte, j'ai eu le sentiment de me retrouver face à un clone interminable de Nanny McPhee version princesses-pénibles où il ne se passe pas grand-chose.

Entre l'abus des parenthèses insérées à mauvais escient, les tics de langage qui finissent par pourrir le récit - j'ai arrêté de compter après 10 "le roi se mordit les joues", "Azalée planta les ongles dans ses paumes" - les multiples pas de danse étalés à grand renfort de descriptions assommantes, ainsi que les passionnantes histoires de porridge, sans oublier les scènes redondantes qui freinent le rythme, ou les rebondissements saugrenus, j'ai fait une overdose de niaiserie.

Ce n'est ni léger, ni féérique, ni gracieux, cela m'a surtout évoqué du plomb sur l'estomac, un peu comme un abus de porridge en fait...

Pour retrouver l'enchantement des contes de fée plein de superlatifs précieux et de magnificence, rien ne vaut de se replonger dans les oeuvres de la maitresse du genre, Madame d'Aulnoy...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 3, 2013 9:26 PM MEST


Le Journal du colonel Brandon
Le Journal du colonel Brandon
Prix : EUR 5,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Mauvais départ, mieux à l'arrivée, 30 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Journal du colonel Brandon (Format Kindle)
Pfiouuu, pas mécontente de l'avoir bouclé celui-ci.
D'abord parce que ça me change de mes lectures favorites de ces derniers mois (bit-lit ou érotisme) et que j'ai bien cru que je n'en viendrais jamais à bout en peinant dès les premières pages.

On va dire que le premier tiers est assez lourdingue, bien qu'il explique en profondeur les déboires du jeune Brandon, alors étudiant en droit, face à une énorme déception amoureuse, qui va bouleverser le reste de son existence.

"Raison et sentiments" est le seul roman de Jane Austen que je n'ai pas lu.
Je ne connais donc l'histoire qu'à travers l'adaptation cinématographique de 1996, or je n'avais vraiment pas apprécié le choix des têtes d'affiche en dehors de Rickman d'ailleurs. Pourtant, le colonel Brandon (joué donc par l'excellentissime Alan - Rogue - Rickman) était un personnage emblématique de l'univers Austinien, bien plus que le pâle Edward incarné par Hugh Grant.
Raison pour laquelle son histoire me semblait intéressante.

Dans l'ensemble, si on retrouve les personnages de Jane Austen, on sent bien que l'univers n'a rien à voir avec la finesse d'analyse de l'écrivain. C'est bien écrit, et proprement traduit (miracle, Milady a fait un énorme effort de prestation), mais je regrette toutefois le manque de travail concernant le personnage de Marianne. C'était l'occasion de la mettre un peu plus en avant, or elle m'est restée hermétique.

C'est un peu simpliste, n'a pas l'élégance de la plume d'Austen, mais c'est une lecture agréable au final.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 1, 2013 9:33 PM MEST


Osez 20 histoires érotiques dans un train
Osez 20 histoires érotiques dans un train
par Héliodore
Edition : Poche
Prix : EUR 8,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Inégal - Lu sur kindle, 27 août 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Osez 20 histoires érotiques dans un train (Poche)
Cela fait plusieurs "Osez 20 histoires (...)" que je lis, et à chaque fois j'en retire peu de satisfaction. La raison est simple ; accolez plusieurs auteurs les uns aux autres, vous verrez, seuls les plus forts s'en sortent... Or le talent dans ce milieu n'est pas si évident. Beaucoup d'artisans pour peu d'artistes du verbe.
Sans être désagréable, loin de là, grâce à un thème excitant l'imaginaire, ce recueil ne contient que 3 pépites. Sur 20, ça en laisse quand même pas mal sur le carreau. Je crois aussi que limiter en caractères la taille des nouvelles est un frein.

En l'occurrence, mes nouvelles préférées auront été :
- la torride "Intrusion" de Clarisse Rivière,
- la sensuelle "St Lazare 1943" d'Octavie Delvaux
- la sexy "Calamity train", encore d'Octavie Delvaux (sa plume est virtuose lorsqu'elle se libère d'un côté auto-promo agaçant en jouant son propre rôle dans ses récits)

Parfois, il s'agit d'un véritable défaut de style, qui ne correspond pas à ce qu'on attend d'un ouvrage professionnel. Les scénarios et le rythme des nouvelles sont aussi en cause. Mais là, c'est carrément le fond complet qu'il faudrait revoir. Le ton aussi joue beaucoup dans le rendu final ; entre cynisme et absence de tension sexuel, c'est souvent, trop court et mal géré pour susciter une réelle émotion.
Le danger de cette brièveté, c'est la lassitude. Lorsqu'une nouvelle est plus longue, elle se suffit à elle-même, et s'apprécie indépendamment des autres. Or pour avoir l'impression d'être rassasié de lecture, ici on est obligé d'enchaîner de nombreuses nouvelles.

Des histoires trop courtes, vites consommées, et parfois rédigées sans talent, en font une expérience frustrante.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20