Profil de Vilcoyote > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Vilcoyote
Votes utiles : 1205

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Vilcoyote "Bîp-bîp m'a tuER" (RCA)

Afficher :  
Page : 1-10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21-30
pixel
La Partenaire de Gabriel (Les Vampires Scanguards t. 3)
La Partenaire de Gabriel (Les Vampires Scanguards t. 3)
Prix : EUR 4,97

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Une histoire qui sombre dans le grotesque sur une idée - Lu sur kindle, 2 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Partenaire de Gabriel (Les Vampires Scanguards t. 3) (Format Kindle)
Dans la lignée des précédents tomes, cette fois nous suivons le taciturne et balafré Gabriel, sorte de "sage" parmi ses congénères, venu prêter main forte avec son équipe aux vampires de San-Francisco.

Complexé par deux handicaps physiques : l'un visible, l'autre décelable uniquement dans l'intimité, Gabriel est un homme solitaire, meurtri qui n'aspire qu'à trouver sa tendre moitié et être accepté tel qu'il est. Sa personnalité tranche avec celle de ses prédécesseurs ; attendrissant et presque fleur-bleu, c'est un des héros les plus sympas de cette série.
Sauvagement agressée par un vampire dont elle est devenue l'obsession, Maya apprend à apprivoiser Gabriel, tout en découvrant sa véritable et extravagante nature. Ce personnage féminin est quant à lui totalement sans intérêt et sans personnalité marquée.

Concernant le texte, je trouve dommage que la traduction ait été bâclée, alliant parfois fautes d'orthographe à une syntaxe singulière. Si cela reste lisible, l'édition ne donne pas une impression de travail sérieux et de respect de la lectrice.

Plus explicite que les deux premiers volumes, j'ai regretté qu'il sombre dans la farce ridicule quant à la nature du handicap et surtout l'essence des deux amants. J'en ai même ricané de gêne en lisant le dernier tiers du livre, mêlant des explications biologiques farfelues et une histoire d'amour se vautrant dans une mièvrerie pas du tout sexy.

Dommage que Tina Folsom ait négligé son intrigue policière qui montrait pourtant un potentiel plus noir et passionnant qu'une sempiternelle aventure sentimentale vampirique.

Bref, c'est de la bit-lit de consommation courante qui se lit avec facilité, mais laisse un sentiment mitigé une fois achevée.

Le tome suivant devrait être consacrée à Yvette (O s'cour, prénom pas adapté pour une héroïne de roman sexy), vampire glaciale que j'aurais bien collée dans les pattes de Zane, l'erzatz de Zadiste (personnage emblématique de J.R. Ward).
Hélas, il semble que l'auteure n'ait pas poursuivi l'ébauche de relation qu'elle laissait sous-entendre entre ces deux personnages à la fin de ce volet...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 3, 2013 1:39 PM CET


Les frères McCloud, Tome 1 : Derrière les portes closes
Les frères McCloud, Tome 1 : Derrière les portes closes
par Shannon McKenna
Edition : Poche
Prix : EUR 7,40

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Desservi par des personnages outrancièrement caricaturaux, 2 février 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les frères McCloud, Tome 1 : Derrière les portes closes (Poche)
Premier volume d'une série mêlant romance sexy et intrigue policière, ce bouquin se lit rapidement, toutefois l'intrigue est desservie par un manque flagrant de rebondissements et des personnages caricaturaux.
Il faut reconnaître que c'est hot et plutôt bien écrit.
Mais plus de 500 pages pour un scénario qui tient au maximum sur 200, ça rend ce pavé lourd à digérer.

En tant que lectrice, je lui reproche deux défauts majeurs : une longueur inhabituelle reposant sur deux idées principales superficielles ; des scènes de sexe et un rabâchage interminable sur l'esprit de vengeance.
Points négatifs supplémentaires : l'univers construit autour des personnages est inexistant, et leur psychologie totalement artificielle.
Constituée d'une surface lisse pleine de superlatifs torrides pour convaincre et séduire la lectrice, le couple principal n'a aucune profondeur, il est uniquement constitué de traits physiques et de caractère exagérément communs aux héros de romance, au point d'en être devenus de grossières caricatures.

Ce roman est exemplaire à ce titre : ses personnages principaux sont excessifs et paradoxalement sonnent totalement creux, ils ne déclenchent aucune empathie.
Je rejoins complètement l'analyse qu'en a livrée Luna et que j'ai lue après avoir terminé ce tome.

Le héros, Seth, qui n'est rien d'autre qu'un stalker bourrin (un voyeur/harceleur névrosé obsessionnel), est une caricature du mâle alpha dominant hyper-protecteur, viril, ombrageux, possessif etc...
Si habituellement ce type de personnalité est calibré pour plaire, ici, il tombe dans l'excès inverse. Il se montre pénible, vulgaire, étouffant, arrogant et surtout habité d'une violence et d'une misogynie réfrigérantes.
C'est le genre de type prêt à forcer une femme pour "son bien", et à venir s'excuser plus tard, avant de mieux recommencer la fois suivante.
Il aurait été laid et souffreteux, l'héroïne ET les lectrices énamourées l'auraient fui légitimement, ce type est un vrai répulsif à "gonzesses", mais il faut savoir le décrypter au delà des apparences...

Pas grand chose à sauver non plus du côté de l'héroïne, Raine, archétype de la dinde sans cervelle qui se lance dans une vengeance ridicule sans avoir fourbi ses armes ni établi de plan machiavélique.
Par ailleurs, le coup de la bombasse qui s'ignore est une constante qui sent le réchauffé. Si ça peut encore passer chez une héroïne jeune et inexpérimentée, ce n'est carrément pas crédible chez une trentenaire confrontée depuis plus d'une décennie aux regard masculins concupiscents.

Je peux concevoir que des lectrices apprécient ce genre de héros, en les prenant au premier degré, comme un fantasme de couple idéal enflammé par la passion. Personnellement, je n'adhère pas à la soupe qu'on nous vend comme du rêve.

Donc pour résumer, une écriture plutôt fluide, des héros stéréotypés, des scènes chaudes et une intrigue prétexte peu passionnante.
A vous de voir si un tel bouquin vous tente...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 24, 2013 4:02 PM CET


Une Bonne Soeur Débauchée: Le Confessionnal
Une Bonne Soeur Débauchée: Le Confessionnal
Prix : EUR 2,23

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Petit format, beaucoup d'effets - Lu sur kindle, 2 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une Bonne Soeur Débauchée: Le Confessionnal (Format Kindle)
Nikki Nexus avait co-écrit le sexy "Prise par l'équipe" avec une autre auteure érotique, elle se lance cette fois seule avec cette nouvelle affriolante au ton sulfureux.

Le format kindle est de bonne qualité, traduction et texte sont parfaitement conformes à ce qu'un lecteur est en droit d'attendre d'un éditeur, qu'il soit classique ou numérique.
Prenez le temps de télécharger l'extrait afin de vous faire une idée, c'est le seul vrai conseil utile qu'il convient de laisser aux lecteurs potentiels. Ces quelques pages vous permettront de déterminer le taux de "lisibilité" du texte.

Bien sûr, le titre et la couverture sont d'un goût douteux pour un public féminin, alors que l'écriture est résolument féminine. Mais la nouvelle est agréable à lire, érotique et sans tabou, et sait faire monter la tension quand il le faut.

La fin est un amusant clin d'oeil, dans le genre "to be continued", mais attention, on est bien face à un "erotica" et non une romance érotique...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (9) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 4, 2013 10:12 PM CET


Offensive de charme
Offensive de charme
par Erin McCarthy
Edition : Poche

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Impersonnel et sans intérêt, 27 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Offensive de charme (Poche)
Je lisais beaucoup de bien d'Erin McCarthy, notamment à travers les commentaires de ses romans les plus récents, mais étant donné que les histoires d'amour dans le milieu automobile ne sont pas vraiment ma tasse de thé, je me suis décidée sur cet insignifiant Offensive de charme.

Le thème était plutôt prometteur, bien que la profession de l'héroïne soit, selon mes goûts, déjà un sérieux répulsif dans une romance.
J'ai toujours en tête le mauvais film d'une très irritante Julia Roberts, qui se mettait à la colle avec un Nick Nolte momifié dans Les Complices et je me suis demandée si l'auteure n'avait pas l'actrice en tête elle aussi lorsqu'elle a écrit son roman.
En général, que ce soit dans la littérature ou dans le cinéma, les journalistes sont systématiquement des charognards en quête de scoop, hystériques et sans coeur, et surtout vecteurs de méga catastrophes.
Ben ce n'est pas ici, qu'ils vont redorer leur blason...

L'héroïne n'a que sa beauté physique pour elle, le reste de sa personnalité étant aussi agréable qu'un tableau noir griffé par des ongles.
Le héros, tout viril qu'il soit, est un couillon assez arrogant (y a qu'à lire ses regards et sourires triomphants lorsqu'il croit obtenir une petite victoire), dont la profession-prétexte d'agent du FBI n'est là que pour émoustiller la lectrice adepte de représentants de l'ordre en uniforme (ou sans).

J'ai failli reposer le livre avant la fin tant l'enquête s'est révélée ennuyeuse, les personnages creux et antipathiques, l'histoire d'amour insipide et les scènes hot définitivement soporifiques.
Heuuuuu d'ailleurs, j'avoue avoir accéléré la lecture.
Ouiiiii bon d'accord, j'ai sauté quasi un tiers de cette purge pour arriver plus rapidement à la conclusion, qui a confirmé l'intrigue à pleurer de banalité.

La seule raison qui m'empêche de le noter comme définitivement nul est la plume "propre" de l'auteur, et l'édition de qualité de J'AI LU.
En conclusion, je ne conseillerai pas ce roman, qui ne mérite certainement pas d'être vendu à prix d'or en tant que livre d'occasion. Il n'a rien d'un collector !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 28, 2013 10:24 AM CET


Animae tome 1: L'esprit de Lou
Animae tome 1: L'esprit de Lou
Prix : EUR 5,99

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Une excellente surprise - Lu sur kindle, 18 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Animae tome 1: L'esprit de Lou (Format Kindle)
A ce jour, seul le format numérique est disponible grâce à une sympathique petite maison d'édition "les éditions de l'épée", qui privilégie les auteurs français plein d'avenir. Grâce à cette politique, la version proposée est de bonne qualité, à très bon marché et sans prétention.
J'espère que la version papier sortira rapidement, car cela faisait longtemps (en dehors des sulfureux tomes de la Société) que je n'avais pas tenu un livre qui me donne autant envie d'être conservé dans ma bibliothèque.

Bien sûr, c'est toujours compliqué de se fier à des avis parfois très partiaux de commentateurs sur le site, alors que les goûts diffèrent fortement d'une personne à une autre. Toutefois, force est de reconnaître leur utilité pour livrer un maximum d'informations au client intéressé et assurer un minimum de publicité à un titre qui mérite une large audience, je voulais donc remercier les commentateurs précédents de m'avoir fait découvrir cette auteure talentueuse.

Il est possible que je paraisse trop enthousiaste pour défendre ce roman, mais il faut savoir reconnaître les qualités et les défauts d'un livre pour en mesurer le ressenti ultime ultra positif.
Je n'ai pas trouvé grand chose à reprocher à ce volume... m'enfin si, je vais pinailler sur le TRES jeune âge de l'héroïne qui rend son idylle (très rapide) avec ce charmant spécimen de la D.C.R.I moyennement crédible, j'aurais apprécié un jeu du chat et de la souris un peu plus poussé. Les personnages sont encore un peu "légers", mais comme ce tome n'est vraisemblablement pas destiné à rester un one shot, gageons que le volet suivant approfondisse leur psychologie pour les rendre plus consistants (surtout Joshua, un peu trop en retrait).

Mais tant par le rythme enlevé, les qualités rédactionnelles, l'originalité due au traitement d'un thème qu'on croyait sur-exploité, que grâce à l'humour très présent sans que cela ne tourne à la grosse farce, ce roman a vraiment tout pour plaire aux amateurs de bonne urban-fantasy.
Autre point important, l'auteure française, n'a aucun complexe à situer son aventure dans Paris même et de le revendiquer, sans que cela ne sonne franchouillard comme le craignent habituellement les lecteurs un peu frileux de bit-lit et d'urban-fantasy.
C'est très positif, de découvrir que de plus en plus de jeunes auteurs assument leurs racines en situant leur récit dans notre pays ; cela permet aussi de redécouvrir un peu notre patrimoine national en le dépoussiérant, tout en donnant une couleur plus familière à ces romans.

Bref, c'est frais, divertissant, loin d'être couillon, et convient tout aussi bien à un public de "young adult" qu'à un public plus rassi dont je fais désormais partie...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (11) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 7, 2013 2:03 PM CET


Visites Conjugales (Mauvais Garçons et Filles bien Sages)
Visites Conjugales (Mauvais Garçons et Filles bien Sages)
Prix : EUR 2,23

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Tout à fait correct - Lu sur kindle, 15 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Visites Conjugales (Mauvais Garçons et Filles bien Sages) (Format Kindle)
Après un surprenant et très hot "Prise par l'équipe" (oooh ce titre, je ne m'en remets pas ^^), Terry Towers est de nouveau très correctement traduite par la maison d'édition "Soft & Hard Erotic Publishing", qui ne se fiche pas de son lectorat, contrairement à d'autres...
A ce propos, pour éviter les mauvaises surprises, je ne saurais que trop conseiller aux lecteurs et lectrices de prendre connaissance des résumés directement copiés du texte d'origine sur la description du produit.
Car ils donnent une vue très juste des défauts qu'on va rencontrer lors de la lecture.
Profitez aussi de la mise à disposition d'extraits gratuits, qui pour la même raison, permettent de bien cerner la médiocrité ou la qualité du texte.

Après avoir lu pas mal de nouvelles du même style, parfois éditées sous format collectif, notamment les Osez 20 histoires etc... je dirais que ma sensibilité de lectrice se porte plus sur la littérature érotique écrite par des femmes.

C'est pourquoi, bien que desservie par des titres dignes d'un mauvais porno, j'apprécie l'écriture décomplexée de Terry Towers qui mêle habilement thème sulfureux et pointe de romantisme, sans cynisme ni brutalité.

Finalement, j'ai moyennement aimé le thème, qui est plutôt glauque (les visites conjugales en prison n'ont rien de glamour), mais c'est suffisamment bien traité pour mériter d'être lu par des amateurs et amatrices du genre.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 16, 2013 8:01 PM CET


De l'Autre Côté
De l'Autre Côté

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Non, vraiment pas pour moi - Lu sur kindle, 3 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : De l'Autre Côté (Format Kindle)
Un point rapide sur la version kindle (seul le format numérique est disponible sur le site Amazon, alors que la version papier est sortie semble-t-il). La couverture utilisée fait trop photo amateur prise dans sa salle de bain, comparée à la magnifique couverture proposée pour la version papier. Autre chose, la typographie numérique oblige à grossir énormément la police pour être lisible. C'est un point à retravailler.

Pas simple de présenter un avis sur ce premier roman d'une toute jeune auteure, qui n'a pas encore effectué la transition d'élève appliquée à celle d'auteure à suivre.

Je vais passer outre la sensation de déjà-vu que ce mélange difficilement digeste de Blade (ou Jeaniene Frost)/Buffy/Twilight m'a laissé, pour essayer de livrer le commentaire le plus objectif possible.

En priorité les points positifs qu'on peut en retirer ; l'histoire n'est pas désagréable à suivre, l'écriture est simple, lisible, les quelques fautes passées entre les mailles d'une relecture ne sont pas pénalisantes, et ce texte conviendrait très bien à de jeunes adolescents si on occultait la scène de sexe.

Mais honnêtement, je n'ai pas apprécié ce roman et trop d'éléments m'ont déplu ou m'ont laissée dubitative.

Si le texte est bien rédigé, je le trouve vraiment trop explicatif, scolaire, il ne laisse pas de place aux non-dits, aux silences évocateurs, souci que l'on retrouve dans les dialogues ampoulés, mais j'y reviendrai.

L'héroïne est tout d'abord décrite comme une bombasse de vingt-trois ans, une guerrière avide de vengeance qui chasse avec succès les vampires (passif familial équivalent à une Cat ou un Blade) or à la lecture, j'ai surtout eu l'impression de lire les tourments d'une ado revêche, vaniteuse aux réactions idiotes et illogiques, mais bon, on va mettre ça sur le compte de sa transformation...
Les autres personnages sont des caricatures de figures imposées ; la mère inquiète, la bonne copine faire-valoir, les prétendants sexys, les méchants, les traitres etc...

Autre source de questionnement, la cohérence ; les vampires perçoivent l'odeur du sang comme un parfum de roses. Doit-on en déduire que les roses exhalent pour eux l'odeur douçâtre du sang ??? (Oui je sais, chieuse)
Et l'héroïne vierge qui en fait d'ailleurs tout un foin avant de passer à la casserole avec une facilité déconcertante et sans douleur, pourquoi est-ce que son corps une fois défloré ne reconstitue pas son hymen comme il guérit les autres blessures ? La série True Blood a exploité ce problème avec justesse. Il est logique que cette question revienne sur le tapis non ? Je n'évoquerai pas le tableau de chasse de l'héroïne, et le clan censé la suivre depuis ses débuts, qui l'a laissée dézinguer plus de deux-cent vampires. Ils appartenaient vraiment tous au clan adverse ? Hum, j'en doute.

Bien sûr, le thème bit-lit pour young-adult (hum, paradoxe de ce livre : l'écriture peu mature convient parfaitement à un jeune public mais les scènes de violence et de sexe le réserveraient à de VRAIS jeunes adultes), donc le thème permet une certaines fantaisie, une liberté de ton et d'imagination, mais l'ensemble est vraiment peu crédible et les fondations de cette vengeance restent bancales, sans parler des emportements amoureux à la limite du hors sujet au moment où ils interviennent.

A ce propos, les dialogues trop fleur-bleue, ou d'autres peu compatibles avec l'âge de certains personnages, sans parler de leurs réactions saugrenues les fait plonger dans le ridicule. Non seulement cela leur fait perdre tout impact émotionnel, mais en plus cela entraine des rires de gêne malvenus.

Pour conclure, ce n'est bien évidemment pas nul, mais ce n'est pas objectivement bon non plus, je n'ai pas du tout adhéré au style d'Elodie Morgen, qui ne correspond pas à ce que je recherche en matière de littérature fantastique. Dommage.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 15, 2013 11:39 PM CET


Amour, pas de sexe et multiplication
Amour, pas de sexe et multiplication
Prix : EUR 3,60

3.0 étoiles sur 5 Pas convaincue - Lu sur kindle, 3 janvier 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Amour, pas de sexe et multiplication (Format Kindle)
Je reprends ce commentaire pour qu'il soit conforme à la nouvelle édition.
Le roman est uniquement proposé en version numérique sur le site, et si le format kindle est correct, l'aspect éditorial a dû être revu suite à un problème de relecture rigoureuse.

Sans remettre en question le travail d'écriture qui est bon et se lit facilement, l'impression générale à la sortie de ce bouquin est peu enthousiasmante et c'est bien dommage.

Les premières pages sont sympathiques et amusantes, mais malgré des scènes vraiment drôles parcourant le récit, je ne suis jamais parvenue à entrer dans l'univers de Virginie Pauchez.
En analysant les raisons m'ayant empêché d'y adhérer, j'ai compris que le souci résidait principalement dans la construction de ses personnages. Or les personnages sont la colonne vertébrale d'un roman, ce sont eux qui vont influencer notre manière d'appréhender une histoire. Certes, l'auteure se démarque de ses consoeurs de chick-lit en offrant des caractéristiques atypiques à ses personnages, mais elle nous les livre tels quels, sans jamais les impliquer émotionnellement en profondeur.

Ainsi, j'ai trouvé que les personnages masculins s'inscrivaient dans le registre de la mollesse.
On a d'abord un vieux beau mou suintant l'obséquiosité, assez repoussant vis à vis duquel je n'ai pas compris l'engouement aveugle d'une jeune femme célibattante revendiquée.
On a ensuite un trentenaire défini comme très beau gosse, adepte du consensus mou et d'une niaiserie confondante ; il aime tout : le bio, les oiseaux qui pépient, le shopping, les fringues équitables moches, les attitudes puériles en amour, et pour achever le tout, grand fan de Céline Dion, pour le mâle alpha, faudra repasser...
On a enfin l'inévitable meilleur ami, qui n'est pas gay (on échappe au cliché) mais qui alterne avec minutie les déprimes molles et les crises vachardes à électrochoc.

Du côté des femmes, ce n'est pas non plus la joie.
L'héroïne est une fausse gentille pas très fut-fut, qui préfère céder par faiblesse de caractère plutôt que par sincère générosité. Et les autres en abusent. Principale narratrice du roman (bien que certains passages soient racontés à la troisième personne), elle était amusante au début, mais ses choix désastreux et son absence de profondeur psychologique me l'ont rendue assez pénible.
La mère de l'héroïne est présentée comme une vieille peau vulgaire et abusive (tu visualises la mère de Miss Fine dans la série TV une nounou d'enfer ? Ben c'est la même en moins drôle).
Les éternelles copines de l'héroïne : une avocate gaffeuse dont les bourdes sont les petits plus de certaines scènes, et une coureuse de dot sans personnalité.

Bref tout ça pour dire qu'aucun des personnages n'inspire réellement la sympathie ou l'empathie, sensation renforcée par le manque de développement des émotions de chacun. Cela rend d'autant plus surprenantes et finalement peu passionnantes les histoires d'amour qui interviennent tout au long du récit.

Pour finir, le titre a été revu, avec humour, pour être plus représentatif du contenu du livre.
Il y a bien une multiplication des imbroglios qui constituent le corps du roman, mais cela reste un peu insuffisant pour moi.


Nahomi la chanson de Galadrielle
Nahomi la chanson de Galadrielle
par Crisse
Edition : Album

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Moins fluide que les précédents, 30 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nahomi la chanson de Galadrielle (Album)
Si il y a bien un illustrateur que j'ai toujours admiré, c'est sans nul doute Crisse.
L'époque Nahomi, l'Epée de cristal, Lorette et Harpie, a comme un goût de madeleine de Proust, que je dévorais pendant mes week-end et les vacances scolaires. Il a influencé mes propres tentatives de dessinatrice en herbe, et a largement contribué à promouvoir d'autres jeunes auteurs de bande dessinée, en endossant le rôle de mentor, ou tout simplement de scénariste.

Hasard des dates de sortie des publications, j'avais commencé la série des Nahomi par le troisième et ultime tome.
J'avais été enchantée par le trait rond, très travaillé et graphique de Crisse, ses personnages aux corps déliés, son histoire mêlant influences asiatiques et récit plus conventionnel d'héroïque fantasy. Il s'en dégageait une véritable magie et une explosion de couleurs.

Toutefois, un élément m'avait déjà écorché l'oeil à l'époque. Ce dernier tome n'avait pas été rédigé d'une traite. Il s'était écoulé deux longues années entre les deux parties (cassure à peu près située au milieu de l'histoire).
Et à l'identique du saut dans le temps que le scénario opérait, le coup de crayon de Crisse disparaissait sous un dessin trop crayonné, moins fluide, moins beau, essayant presque de s'approcher d'une image plus réaliste, pour accompagner un récit plus sombre.

Il est depuis retourné à ses premières amours jusqu'à parfois la caricature de son propre style (la série SF Kookaburra).

Ce petit avis sur cette série, et ce volet en particulier, est destiné à mettre en lumière cette mignonne série (encore disponible à la vente) et mettre en parallèle ses travaux, à l'occasion de la sortie du dernier opus d'Atalante.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (7) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 3, 2013 8:41 PM CET


Prise par l'Équipe (Fantasmes Assouvis d'Humiliation et d'Échangisme )
Prise par l'Équipe (Fantasmes Assouvis d'Humiliation et d'Échangisme )
Prix : EUR 2,49

9 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Ooooooh le pauvre titre qui fait fuir ! Lu sur kindle, 29 décembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Honnêtement, plus que le sujet qui ne me semblait pas correspondre à ce que j'apprécie en matière de littérature érotique, j'ai été très intriguée par un paramètre. Comment expliquer le classement des ventes numéro 1 de ce court roman sous plusieurs genres (sexualité, érotique et... santé, bien-être ???) alors qu'il n'existe aucun commentaire client ?

Ben facile.
Tu prends un titre effroyable digne du plus mauvais Rocco S.
Tu choisis un sous-titre explicite encore plus compliqué à assumer
Tu sélectionnes l'un des thèmes les plus glauques du genre (gang-bang)

Et pourtant...
Sous des dehors de roman carrément intouchable, on a la surprise d'assister à la réalisation d'un fantasme de femme. Cette femme-là assume si bien sa sexualité qu'elle sera à l'origine du contrat lui ouvrant les portes d'une session sulfureuse particulière, mais toujours encadrée, réglementée, sécurisée.
Et pourquoi pas ?
Car on parle bien là d'une femme qui s'offre un fantasme comme d'autres une paire de chaussures hors de prix, qui va en retirer un plaisir extatique à usage unique, et gagner un bonus sous forme de joli spécimen à poils soyeux... ^^

L'écriture est simple, évidemment, elle n'est pas exempte de coquilles, mais contrairement à d'autres publications du même acabit dont les résumés proposés sur le site donnent une idée parfaite du niveau catastrophique des traductions et par là du respect qu'elles montrent à leur lectorat, ce petit récit est plutôt bien écrit et tout à fait lisible.
Quantitativement, cela doit équivaloir à un petit roman d'une quarantaine de pages, conformément au format habituel de ce type de publication.

Ce n'est pas de la grande littérature érotique, mais c'est tout à fait correct, très sexy, et finalement suffisamment respectueux de la jouissance féminine pour ne pas être un vilain repoussoir classé X.
Mention spéciale à la couverture très Harlequin coquin, qui est plutôt sympa.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 1, 2013 1:44 PM CET


Page : 1-10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21-30