Profil de Vilcoyote > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Vilcoyote
Votes utiles : 1155

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Vilcoyote "Bîp-bîp m'a tuER" (RCA)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
ET ROUGIR DE PLAISIR: La Princesse et le Loup (Bastet t. 1)
ET ROUGIR DE PLAISIR: La Princesse et le Loup (Bastet t. 1)
Prix : EUR 3,70

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Romance contemporaine - Lu sur kindle, 14 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : ET ROUGIR DE PLAISIR: La Princesse et le Loup (Bastet t. 1) (Format Kindle)
Ça faisait quelques semaines que ce roman me faisait de l'oeil à travers des mises en avant d'Amazon, et malgré l'absence de commentaire.
À ce propos, les petits auteurs ont besoin de vos retours de lecture pour évoluer, et nous clients, nous nous en servons pour guider nos achats. Pour un 50 shades qui récolte plus de 1200 commentaires interchangeables (1200 quoi !!!!!! une hérésie), d'autre romans mieux écrits mais voués à l'anonymat par le classicisme de leur sujet restent vides d'avis.
Bref, il a logiquement atterri dans ma liseuse.

Techniquement, la mise en page manque un peu de rigueur. Les dialogues sont scindés par des retours à la ligne déroutants. Ensuite, malgré une correctrice remerciée en fin d'ouvrage, il y a encore un peu de travail à effectuer sur le texte pour en chasser les scories les plus gênantes (fautes et répétitions). Largement pardonnable pour un ebook auto-édité.

Je reconnais que dans l'ensemble, je n'ai pas été transportée, même si le récit est moderne et l'écriture naturelle. L'auteur a transmis un humour à deux balles à son héroïne qui aurait dû trouver un écho particulièrement favorable chez moi. Pourtant, je suis restée en surface.

La couverture ne correspond pas au contenu, et peut décevoir lorsqu'on attend un roman bit-lit. L'histoire raconte la passion amoureuse entre une prof de danse et l'éternel bôgoss ténébreux. Ce n'était pas vraiment ce que j'espérais lire, et si un lecteur avait pris la peine de le chroniquer, cela aurait été décisif dans mon achat, tout au moins dans mon appréhension du récit.

Malgré cette déception, qui ne remet pas en question les qualités intrinsèques du roman, j'ai trouvé les personnages bien travaillés. La narration à la première personne permet l'identification, et j'ai apprécié la personnalité d'Alric, un homme dénué d'arrogance tout en se montrant ouvertement dominant.
L'histoire est simple, son réalisme la rend proche de notre quotidien sans qu'elle ne soit ennuyeuse.

Bizarrement, j'ai mis du temps avant d'intégrer l'ambiance du roman. Je suppose que le premier chapitre doit avoir un petit défaut de rythme. Peut-être aurait-il fallu inverser "l'auto-présentation" de l'héroïne (un peu longuette) et la rencontre décisive, qui m'a quant à elle semblé un peu expédiée.

En fait, ce sont tous ces petits points, qui mis bout à bout m'ont laissé un sentiment mitigé.
Toutefois, ça reste une lecture agréable qui peut plaire aux lectrices à la recherche de héros plus réalistes.


Princesse Sara T1: Pour une poignée de diamants
Princesse Sara T1: Pour une poignée de diamants
par Alwett
Edition : Album
Prix : EUR 10,95

5.0 étoiles sur 5 Beauté plastique pour un conte sombre, 9 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Princesse Sara T1: Pour une poignée de diamants (Album)
Découverte fortuitement en cherchant des infos sur une bande dessinée adulte (Songes de Terry Dodson) je suis tombée en admiration devant la couverture. Les commentaires client m'ont alors intriguée.
Mais une belle couverture ne faisant pas la qualité d'un ouvrage (Jaci Burton, si tu me lis...), j'ai fait quelques recherches sur internet pour avoir un aperçu des planches intérieures.
Ceci déterminé, et étant vraiment convaincue, j'ai sauté directement et sans filet sur les six volumes déjà sortis.

Comme je viens de les lire à la suite aujourd'hui, je ne vais donner mon avis que sur le premier tome, qui j'espère saura séduire de nouveaux lecteurs.

Adaptation minutieuse et respectueuse du livre "La petite princesse" de Frances H. Burnett La petite princesse, cette bande dessinée s'est aussi largement inspirée de l'aspect visuel du dessin animé des années 80 Princesse Sarah Princesse Sarah - Intégrale - Coffret 8 DVD et du film d'Alfonso Cuaron La Petite princesse (un chef d'oeuvre baroque).

L'originalité étant d'avoir intégré un monde d'automates "serviteurs" qui ont un rôle plus important à jouer dans le deuxième cycle (celui-ci, totalement inventé où on découvre une Sara adulte).

Le graphisme est très riche, chaque vignette est particulièrement travaillée, le style "manga" des visages s'effaçant peu à peu (les fameux grands yeux écarquillés un peu vides) à chaque nouveau tome.
La trame est assez fidèlement respectée, les différents épisodes qui ont marqué ceux qui ont lu ou vu une des adaptations ne manqueront pas de les satisfaire.

Une histoire magnifique et une illustration soignée en font une bande dessinée d'exception.


Un parfum de péché
Un parfum de péché
Prix : EUR 1,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Tiède et aseptisé - Lu sur kindle, 7 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un parfum de péché (Format Kindle)
Un mot concernant le fichier toujours aussi professionnel (mise en page + relecture), ça, c'est bien un point qu'Harlequin maîtrise totalement.

Deuxième tentative en quelques jours avec cette collection, deuxième déception.
J'ai eu l'impression de faire un bond de 25 ans en arrière, quand j'engloutissais les collections Horizon et Azur (jamais pigé la différence) relativement interchangeables.
Les histoires de cette collection Passions Extrêmes (extrêmes en quoi, je cherche encore) sentent le renfermé, et imposent des personnages sans saveur, des histoire sans originalité. Quant aux scènes sensuelles (enfin dans ce type de romance, il n'y en a qu'une principale) elles sont juste... chiantes, pas excitantes, sans émotion.

Le résumé et les premières pages avaient quelque chose de prometteur, mais on est bien vite rattrapé par la triste réalité.

L'histoire : une gérante de salon de thé aux gourmandises un peu coquines s'oppose à son bailleur qui veut l'éjecter de son centre commercial aseptisé et flambant neuf. Après une visite chez une cartomancienne, les deux ennemis sont mis au pied du mur : ils sont censés être des âmes soeurs et doivent assumer leur attirance sans quoi la malédiction (la poisse de l'ordi qui plante, de la voiture qui cale etc.) les poursuivra...

C'est convenu, un peu écoeurant (trop de sucre), pas vraiment passionnant, et surtout, l'histoire d'amour est d'une platitude désespérante. C'est ce que je qualifie d'écriture au kilomètre (et pourtant, je connais bien la difficulté d'écrire).

Bref, ça peut satisfaire la lectrice qui ne lit que ça et s'en contente, mais n'offre pas de pause agréable entre deux bouquins plus consistants.
Dire que j'en ai encore en stock dans mon kindle...


Un amant si sexy
Un amant si sexy
Prix : EUR 1,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Un roman qui ne fait état de passion extrême que dans le titre de sa collection - Lu sur kindle, 3 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un amant si sexy (Format Kindle)
Je crois que là, on a l'archétype du roman Harlequin version médiocre, la fameuse caricature si décriée à propos de cette maison d'édition. On est à la limite du cas d'école, c'est particulièrement inquiétant pour un "passion extrême" de 2013 !

Tous les poncifs sont réunis.
- Une héroïne qui dégage autant de sex-appeal qu'une glacière au pôle Nord, dont les réactions molles face à l'attitude de son frère et indécises avec le héros sont très pénibles à supporter,
- un héros bôgoss qui roule des mécaniques et semble avoir un pois chiche en guise de cerveau-jugeotte (oui, Harlequin créé des héros « pochette surprise »),
- des seconds rôles totalement inexistants,
- une histoire rocambolesque de prince à New-York (oui, oui, comme le film avec Eddy Murphy) venu chercher sa future épouse aux USA,
- un (pseudo) érotisme de supérette, à base de tartinage de chocolat (eeerk) au degré zéro de sensualité,
- des scènes sans intérêt, du remplissage, un déséquilibre de la romance qui commence vraiment très tard dans le roman, etc.

J'ai même réussi à m'ennuyer au point de reposer ce roman et de faire autre chose (ranger mes chaussettes ; pas plus passionnant mais plus utile) !

Pour dire, ce roman est ultra ringard et m'a tellement plu que je l'ai dégagé de ma bibliothèque virtuelle.


Dans la ligne de tir
Dans la ligne de tir
Prix : EUR 4,99

4.0 étoiles sur 5 Une excellente romance militaire - Lue sur kindle, 30 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dans la ligne de tir (Format Kindle)
Un mot sur l'aspect technique de l'ebook de bonne qualité. Le traitement de texte est bien reproduit, l'orthographe tout à fait correcte (rien de flagrant qui gênerait la lecture).

Décidément, j'aime le style de Pauline Libersart, sa retenue, la sensualité de ses scènes romantiques, et l'intérêt de ses histoires. Car elle réussit toujours à m'accrocher jusqu'à la fin, même si je la sens plus à l'aise sur du format long que semi-court.

"Dans la ligne de tir" débute donc comme un film d'action avec son extraction de ressortissants dans la jungle sud américaine.
On sait d'avance qu'une romance va naître sous nos yeux.
Certains regards lancés par un des commandos sur une des rescapées, Lucy, sont loin d'être innocents.
Mais plutôt que de jeter ses héros dans les bras l'un de l'autre dès la première nuit, l'auteure leur permet de progresser sans se précipiter. L'attirance est indéniable, mais dans la première partie, elle s'exerce par petites touches, ce qui la rend d'autant plus savoureuse.
Bien sûr, je regrette un peu la brièveté de l'épisode du sauvetage, car la tension monte très efficacement.
Si le retour au quotidien est plus laborieux, il est construit avec logique et sans ennui.

Une fois de plus, l'auteure nous propose une héroïne sans esbroufe, honnête, aimable, dont le courage et la discrétion attirent logiquement un militaire rodé aux missions difficiles. Bref, une vraie jolie fille avec des sentiments, une force de caractère et une douceur naturelle super agréables.
Rien de pire qu'une héroïne à demi hystérique qui se prend pour un Rambo en jupon, ou qui joue les capricieuses en repoussant le héros tout en le dévorant des yeux !
Je n'ai pas été choquée par sa "manière" de tomber amoureuse. Pour moi, c'est dans la continuité de ce qu'elle a vécu. Chaque nouvel élément découvert sur la personnalité de Jack permettant de construire un "puzzle" humain diablement fascinant. D'autant plus que l'absence renforce le manque, jusqu'à l'idéalisation.

Le personnage de Jack m'a en revanche, un peu échappé. S'il est fort, et intimidant, voire assez caractériel, ses contours manquent parfois de précision, un peu comme un fantasme de héros, plus qu'un personnage à part entière.

Le couple n'en reste pas moins très mignon, et l'intrigue secondaire entre les meilleurs amis des héros renforce l'histoire principale.

Par ailleurs, j'ai aussi apprécié les touches d'humour.
Rien que pour le fou-rire occasionné lors de l'entrevue avec une médecin militaire, je trouve que ce roman parvient à sortir du chemin balisé de la romance classique, sans pour autant tomber dans la pure comédie romantique (ou chick-lit).

Ce fut donc une lecture très agréable et divertissante, que j'ai pris plaisir à lire rapidement, et dont la première partie a un petit côté "reviens-y" très addictif.


Jolie petite chose
Jolie petite chose
Prix : EUR 0,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un ebook décevant - Lu sur kindle, 25 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Jolie petite chose (Format Kindle)
Les recueils de petites histoires sexys d'Alex Noir sont habituellement un petit plaisir, car ce sont des histoires abouties, même si elles sont très courtes. Et malgré une relecture totalement bâclée (une triste constante), je trouve cet auteur intéressant.

Mais cette fois, je suis restée sur ma faim. C'est superficiel, insuffisant, banal même. Cette fois, l'auteur prend le risque du one-shot au format ultra court. Sauf que celui-ci ne dégage aucune émotion, le fil conducteur est visiblement usagé, au point de donner l'impression que l'auteur n'est même pas passionné par son récit.

L'histoire m'en a furieusement rappelé une autre, sauf qu'au moins ici, c'est un auteur francophone qui la livre.
Et sans parler de plagiat (sinon, tous les Harlequin Azur etc. s'enverraient mutuellement devant les tribunaux), j'ai eu le sentiment de lire une décalcomanie de moindre intérêt.

Bon sang Alex Noir, trouvez vous un bon relecteur et essayez d'écrire des histoires plus complètes avec un début, un développement regroupant plus de scènes et une vraie fin !


Princesse vénéneuse: Chroniques des Arcanes - Tome 1
Princesse vénéneuse: Chroniques des Arcanes - Tome 1
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un premier tome époustouflant, 12 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Princesse vénéneuse: Chroniques des Arcanes - Tome 1 (Format Kindle)
Kresley Cole est un grand écrivain.
Pour moi, elle est faite du même bois qu’un Stephen King. D’abord par sa productivité impressionnante. Il faut les sortir, les minimum 300 pages par bouquin et avoir le talent de rendre chaque histoire intéressante.
Ensuite par sa faculté à aborder différents genres littéraires (bit-lit, romance historique, fantastique YA) et construire des récits cohérents, peuplés de personnages solides.

Ce premier volet ne déroge pas à la règle. Soit le récit post-apocalyptique d’une jeune fille de 16 ans, Evangeline, dont les pouvoirs liés aux arcanes de Tarot se révèlent peu à peu et annoncent de futurs combats épiques.
Je ne reviendrai pas sur l’histoire elle-même, les commentaires ont déjà bien développé certains aspects. On a un bon aperçu des rebondissements et des personnages rencontrés.
Toutefois, j’aimerais revenir sur celui d'Evangeline, qui n’a pas fait l’unanimité parmi les lecteurs sur différents sites de lecture.

Ce personnage principal est plutôt réaliste. On a affaire à une jeune américaine populaire qui vient de fêter ses 16 ans, avec toute l’immaturité et l’inexpérience que cela implique, et qui se retrouve propulsée dans un univers dangereux où le système D et la loi du plus fort prédominent. Du coup, il me semble que les reproches lus sur sa personnalité agaçante, jalouse et son côté boulet inutile sont complètement hors de propos. Pour la peine, ce sont eux qui n’ont rien pigé ! Comme si une ado gâtée et surprotégée - certes, un peu atteinte du ciboulot - pouvait se transformer du jour au lendemain en un remix de Buffy et Mc Giver !!! Seriously ???

J’ai aussi le sentiment que beaucoup de lectrices attendaient des scènes hot comme sait si bien les écrire l’auteure. Son choix de conserver une grande retenue (spoiler : un seul baiser) est judicieux, d’abord parce que la tension sexuelle en est renforcée, ensuite parce que ça laisse une marge de manœuvre avec d’autres personnages (on ignore encore de combien de tomes va se composer cette saga). Et puis c’est du young adult.

Le parallèle établi plus haut avec Stephen King n’est pas anodin. Comme lui, Kresley Cole a pris le temps de poser son ambiance, en présentant les personnages dans un contexte « normal » avant de les plonger dans l’horreur.
Là encore, j’ai lu beaucoup de reproches sur la lenteur (relative, hein ? On n’est pas non plus dans du Proust !) des scènes d’exposition. Ce à quoi j’avais envie de répondre : ben oui, ce n’est pas de la bit-lit prédigérée comme on a trop l’habitude d’en engloutir ces dernières années. L’histoire est plutôt complexe, à l'image des enjeux des Arcanes. Il faut donner du corps en densifiant au maximum le passé des héros. Or cette longue présentation reste intéressante et instructive sur les futures relations qui vont se nouer.

Kresley Cole a fait preuve d’ambition, en proposant plusieurs intrigues et en structurant intelligemment sa narration sur des flash-backs.
J’y ai retrouvé sa faculté à nous accrocher, malgré un nombre de pages conséquent, et une trame construite comme une série TV, avec différents épisodes, tous bien délimités et enrichissant peu à peu son histoire tout en montant en intensité.

Bref, après une lecture bouclée en deux après-midi, je me suis dit que j’avais commis une erreur ; celle de ne pas attendre la sortie du 2ème volet prévue en août 2014, afin d’enchaîner les deux d’un trait. Le 3ème étant prévu en VO en 2015, c’est encore une série géniale et addictive qui va nous faire sacrément mariner.
En attendant, y a plus qu’à écluser ma PAL...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : May 14, 2014 9:19 PM MEST


Pack de deux Isothermiques pour sac glacière
Pack de deux Isothermiques pour sac glacière
Proposé par camping-online ltd
Prix : EUR 3,95

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Bon produit, conforme à mes attentes, 10 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pack de deux Isothermiques pour sac glacière (Divers)
Détails techniques :
taille : 15cm de longueur sur 8cm de largeur et 2cm d'épaisseur.
Fabrication : pays inconnu, liquide utilisé décrit comme non toxique.

Je suis très satisfaite de ces deux blocs refroidissant, même si je les aurais souhaités plus longs (si si, la taille, ça compte !!!).

Après une semaine d'utilisation, en complément d'un sac isotherme renforcé, je les trouve solides et ils gardent mes aliments frais sans problème pendant minimum 5 heures.

Doivent être utilisés à deux, un dessous, l'autre par dessus les denrées pour assurer efficacement la conservation du froid.
Attention, ils peuvent s'avérer insuffisants en cas d'utilisation seuls.

Donc objectif atteint malgré leur format un peu court.


Sac isotherme SPORT - NOIR
Sac isotherme SPORT - NOIR
Proposé par SWITCH! Marketingsupport GmbH
Prix : EUR 19,99

3.0 étoiles sur 5 Produit correct mais insuffisant tel quel, 10 mai 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sac isotherme SPORT (Divers)
Données techniques :
Taille : 30cm de longueur, 26cm en hauteur et 17cm de largeur.
Fabriqué en Chine par une entreprise allemande.

Un sac isotherme de grande contenance, peut-être trop pour mes besoins quotidiens (une boite de salade + une canette de boisson), mais qui peut servir pour deux repas (pratique quand on part 24h00).

Plusieurs poches de rangement pour les couverts ou autres, bien que trop petites pour contenir une assiette par exemple (en revanche, c'est possible dans la partie "glacière".
L'isolation semble de bonne qualité et facilement lavable.

Attention, produit indispensable à acheter en complément : des blocs refroidisseurs.
En effet, après deux jours d'utilisation, j'ai noté une fraîcheur insuffisante de mes aliments (placés en réfrigérateur auparavant).
Il est donc nécessaire d'y associer des blocs glaçants isothermiques pour conserver son repas jusqu'à l'heure de sa consommation (soit 5 heures hors du réfrigérateur).

Autre source de déception, qu'une grande majorité de consommateurs a relevé : la hanse (même réduite au minimum) est peu pratique pour qui aime porter son sac à bout de doigts. Il manque clairement une poignée à main. Il n'est pas impossible que je coupe la hanse pour la raccourcir. Je vais aussi éliminer les sangles derrière (faites pour être accrochées à un vélo apparemment).

Bref, un produit correct, bien qu'insuffisant s'il est utilisé seul.


La Courbe parfaite: Les Idoles du stade, T1
La Courbe parfaite: Les Idoles du stade, T1
Prix : EUR 5,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Scénario plan-plan pour érotisme aseptisé, 26 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Courbe parfaite: Les Idoles du stade, T1 (Format Kindle)
Ok, cette fois je confirme ; Jaci Burton et moi ne sommes définitivement pas compatibles.
Oui, l'écriture est facile (trop ?), l'histoire est simple à suivre.
Mais cela en fait-il un bon livre, suffisamment divertissant pour passer un moment agréable ?
à vous de juger. Pour ma part je dis non, mais je ne détiens pas la vérité universelle.

Comme les trois quart des lectrices, mes yeux ont d'abord trèèèèèès rapidement effleuré la couverture. Faut avouer qu'elle s'adresse directement à notre cerveau reptilien...
Fait notable, de plus en plus de couvertures destinées à la littérature féminine utilisent ce ressort.
Procédé déloyal mais Ô combien efficace (avec moi en tout cas, ça fonctionne) !!!

Ce n'est qu'après avoir été légèrement distraite par la couverture que j'ai pris connaissance du synopsis. Prometteur, il affichait le potentiel d'une lecture plaisante.
Hélas, de nouveau déconcentrée par la couverture (décidément), j'ai loupé le nom de l'auteur avant d'acheter le bouquin.
Et là, PAF le Coyote ! C'est Jaci Burton, l'auteur d'une "chambre des délices" soporifique.

Bref, malgré mon envie de laisser de côté mes à priori, j'ai vite été rattrapée par l'écriture fade et le style mêlant mièvreries et envolées lyriques inutiles.

J'ai failli m'endormir à la lecture des émotions factices et du manque de sensualité des scènes "hot".
Elles ont été javélisées pour émoustiller des néophytes, mais n'apportent aucune satisfaction à la lectrice aguerrie.
Sans avoir systématiquement recours à un langage cru, une bonne scène érotique est aussi une question de vocabulaire diversifié, de timing et de montée du désir.

En aparté, quand je lis les reproches suivants "y a trop de scènes de sexe" à propos d'une romance érotique, je dois avoir le même air con qu'un manchot dans le Sahara...

Les personnages, construits grâce à un ensemble de clichés dans lesquels piochent allègrement certains auteurs de romance "tout venant", sont gentiment superficiels. Ils n'ont pas de véritable consistance.

Par ailleurs, il y a un défaut de rythme dû aux répétitions et autre fioritures faites pour gonfler artificiellement le nombre de pages.

On pourrait alors me reprocher d'être trop influencée par les formats courts que j'affectionne depuis un certain temps. Sauf que l'avantage des nouvelles (entre 40 et 120 pages, quand même) c'est d'aller droit au but, de proposer une action non stop, qu'elle soit érotique ou autre. On ne noie pas le lecteur sous des flots de remplissage ! Ce qui ne m'empêche pas d'être une lectrice assidue des pavés de J.R. Ward, d'ailleurs.

Pour conclure, c'est de l'érotisme chiant qui lave plus blanc utilisé dans un scénario basique et sans surprise doté d'un rythme poussif.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20