undrgrnd Cliquez ici Baby NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo Bijoux Montres Montres
Profil de Vilcoyote Bîp-bîp m'a tuER > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Vilcoyote Bîp-...
Votes utiles : 1262

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Vilcoyote Bîp-bîp m'a tuER "Ni Dieu ni Maître, sauf ma CB" (RCA)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Ma dernière rencontre arrangée (Rencontre à tout prix ! t. 3)
Ma dernière rencontre arrangée (Rencontre à tout prix ! t. 3)
Prix : EUR 0,77

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Une bluette inaboutie - Lue sur kindle, 29 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ma dernière rencontre arrangée (Rencontre à tout prix ! t. 3) (Format Kindle)
Excellente initiative de faire connaître un auteur via la gratuité d’un de ses manuscrits. Mais cela peut être à double tranchant.
La couverture fraîche et pimpante est très bien choisie.

Cette nouvelle raconte un blind-date pour la Saint-Valentin entre une trentenaire complexée et un mystérieux galant.

La mise en place de l’histoire est sympathique, l’idée principale affiche le potentiel d’une adorable comédie sentimentale un peu clichée.
C’est le prélude d’une romance, mais en soi, ce n’est pas une histoire complète.
Le principe d’une nouvelle aboutie, c’est de virer le superflu pour ne conserver que les éléments les plus intéressants, les scènes clé. Or ici, la construction du récit et l’introduction de plusieurs personnages ressemblent aux premiers chapitres d’une romance plus consistante.

Je dois dire aussi que je n’ai pas adhéré à la personnalité de l’héroïne, une Bridget Jones pas drôle. On a la loose, la déprime, mais pas le recul humoristique.
Toutefois, il y a deux répliques amusantes qui m’ont fait sourire et ont amorcé une légère remontée dans mon estime.

Le deuxième gros problème se situe dans la rédaction et la traduction.
Si la traduction n’a rien d’effroyable, il reste quand même beaucoup de fautes d’orthographe et un problème avec la concordance des temps.
Ça entache la fluidité de la lecture et manque de professionnalisme. Pour une «auteure de best-sellers encensée par la critique US», c’est même rédhibitoire.

Troisième souci, la rédaction des dialogues.
Du texte narratif y est inséré en plein milieu, en toute méconnaissance des normes littéraires.
Conseil pour la traductrice qui a aussi dû se charger de toute la partie remise au format :
Au lieu d’écrire ceci :
«_ Hey, Noé. Melinda Morgan, notre principale représentante du service à la clientèle, s’était soudainement glissée près de lui…»
Vous avez deux possibilités :
«_ Hey, Noé, lui susurra Melinda Morgan, notre principale représentante du service clientèle, en se glissant près de lui…»
Ou encore avec un retour à la ligne :
«_ Hey, Noé !
Melinda Morgan, notre principale représentante du service clientèle, interpella le jeune homme en se glissant soudainement près de lui…»

En conclusion, ni la mise en forme brouillonne ni le style convenu de cette histoire incomplète ne m’ont convaincue de poursuivre avec Susan Hatler.


L'amant de l'ombre
L'amant de l'ombre
par Judith McNaught
Edition : Broché
Prix : EUR 7,40

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une romance classique de belle qualité, 26 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amant de l'ombre (Broché)
Un livre englouti en une nuit (blanche évidemment, histoire de passer la journée suivante en mode zombie) au style addictif tout en étant assez classique.

J’ai été surprise par le résumé.
Les éléments y figurant (la chasse aux prétendants) sont en fait plutôt anecdotiques au sein du roman.

Adepte d’un certain réalisme inhérent à l’époque, Judith McNaught n'hésite pas à nager à contre-courant.
[spoiler] Rares sont les romans sentimentaux qui utilisent l’infidélité assumée comme nœud de l’intrigue. En général, les auteurs font le choix de l’exclusivité amoureuse et sexuelle, pour magnifier leur romance. Un héros qui va chercher ailleurs sa satisfaction, ça fait vite trivial et tristement commun. Heureusement, tout rentre dans l'ordre à la fin, mais un goût amer persiste. [fin du spoiler]

Les personnages sont excellents, mais je regrette un peu que Jason ait eu si peu d’efforts à fournir pour sauver son couple. A ce titre, on peut dire que c’est Victoria qui fait tourner la machine. Elle est adorable, généreuse, sa personnalité solaire balance entre innocence et intelligence de situation.

Sensuel sans être brûlant, je suis quand même restée sur ma faim concernant les instants de passion, qui paraissent presque expédiés. C’est le vrai bémol que je retiens.

Pour le reste, l’écriture est toujours aussi fluide, les évènements et descriptions se succèdent sans alourdir le récit, l’émotion est présente tout comme quelques pointes d’humour.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 27, 2015 9:38 AM CET


Quand le destin nous réunit
Quand le destin nous réunit
Prix : EUR 0,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Une petite romance historique sympathique - Lue sur kindle, 15 janvier 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Quand le destin nous réunit (Format Kindle)
Ayant lu le premier récit de cette auteure, ça me donne l'occasion de constater son évolution, puisqu'elle écrit dans le même registre : la romance historique sous forme de nouvelle.

C'est peut-être le point difficile de l'exercice un genre qui se prête difficilement à un format court.

Bien-sûr, on pourra reprocher le pitch de départ un peu farfelu (même si la compromission d'une jeune femme déclenchait effectivement un scandale énorme), et les libertés prises avec l'époque, mais dans l'ensemble, c'est une lecture sympathique et légère.
Zoé Sullivan a mieux travaillé son texte, et s'il n'est pas encore parfait, il est d'une qualité nettement supérieure à son premier ebook.

On sent qu'elle apprécie la littérature sentimentale "anglaise" du 17 au 19ème siècle, et en conserve le ton chaste. Pas de scène plus brûlante qu'un baiser, ça peut être déstabilisant pour des lectrices habituées à des livres estampillés "Romance et Passion" (les historiques de J'AI LU par exemple).

En revanche, je regrette vraiment le survol des personnages, qui une fois encore se tombent dans les bras parce qu'ils se trouvent beaux.
On reste vraiment en surface, et ce n'est pas qu'une question de format, mais aussi une façon d'écrire les personnages.
Certains éléments auraient pu être exploités (la mort identique des parents, la personnalité rugueuse du Lord qui aurait pu se laisser apprivoiser par la personnalité douce et aimante de sa femme).
Or là, l'épouse est totalement creuse, n'a pas de conversation, ni de centres d'intérêt visibles (on effleure qu'elle aime lire, mais ce n'est pas approfondi) etc. Son seul attrait est d'être jeune et fraîche. Très très maigre pour construire une relation durable...
C'est d'autant plus dommage que certains traits de leur personnalité auraient pu justifier une fascination mutuelle, au-delà de la plastique.
Un point à vraiment bosser dans le futur.

Toutefois, l'histoire est bien menée, facile à suivre. Il y a encore du travail mais on sent une réelle progression, c'est encourageant.


La Gouvernante insoumise: Les Frères ténébreux, T0
La Gouvernante insoumise: Les Frères ténébreux, T0
Prix : EUR 0,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une introduction bien menée et originale - Lue sur kindle, 22 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Gouvernante insoumise: Les Frères ténébreux, T0 (Format Kindle)
Ayant l'habitude de lire les avis les plus négatifs pour me faire une idée plus précise du contenu, et au vu des retours catastrophiques reçus, je m'attendais à une purge intégrale ou une traduction catastrophique.
Ce ne fut pas le cas, bien heureusement. J'ai lu bien pire en ebook, même s'il est possible que le fichier ait été corrigé entre la sortie et aujourd'hui (décembre 2014).

Le contexte est plutôt original, les personnages le sont aussi, car ce sont des "gens du peuple" et non des lords et lady bien nés.

La romance historique utilise majoritairement de beaux personnages pour donner du glamour à l'histoire d'amour.
Ce n'est pas le cas ici. D'un premier abord, Hugo Marshall ne présente pas de traits avenants, mais peu à peu, par sa simple personnalité, il séduit Serena aussi sûrement que s'il avait été un duc au physique époustouflant.

Même si ce n'est pas une histoire flamboyante et passionnée comme il est d'usage dans ce genre, c'est une nouvelle très agréable à lire. Il semble qu'elle introduise des récits plus conséquents, de type saga familiale.
Le fait qu'elle soit gratuite est une excellente idée car elle m'a donné envie d'en connaître plus sur les romans de l'auteure.


SHUNGA: Gentleman à Louer (Bastet t. 2)
SHUNGA: Gentleman à Louer (Bastet t. 2)
Prix : EUR 2,99

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Brûlant et drôle, cocktail réussi - Lu sur kindle, 18 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : SHUNGA: Gentleman à Louer (Bastet t. 2) (Format Kindle)
N’étant pas fan des univers asiatiques, je suis d’abord passée devant cet ebook sans m’y attarder. Depuis, la couverture a été modifiée et correspond désormais mieux au contenu. C'est au détour d’une discussion que j’ai lu son résumé. Cela m'a convaincue. Après une première expérience avec le style de l'auteure, j'étais plutôt intriguée par sa façon de traiter son sujet.
Bonne pioche.

Il s’agit d’un roman érotique, parfois initiatique, doté d’une bonne dose d’humour et de catastrophes !
Ou quand une héroïne décide de n’en faire qu’à sa tête, se comportant comme une gamine capricieuse et fait fuir son prince charmant !

Bon, je reconnais que je n'ai pas du tout accroché avec sa personnalité. Elle est si bien écrite qu'elle possède une sorte de réalité impressionnante. Des filles comme ça, j'en ai croisées, en sachant que nos caractères étaient parfaitement incompatibles. Entre hystérie, égoïsme, immaturité, on a donc un personnage sacrément salé. Dans un sens, il reste parfaitement cohérent grâce à sa façon d'évoluer.

Mais j’ai aimé l’énergie qui se dégageait, l’absence de facilité dans le scénario. Ses mésaventures n'en sont que plus savoureuses.

Un roman forcément sympathique assorti d’une plume fluide et alerte.


Osez 20 histoires de sexe aux sports d'hiver
Osez 20 histoires de sexe aux sports d'hiver
Prix : EUR 5,49

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Réchauffe moins efficacement qu'un bon vin chaud ! Lu sur kindle, 10 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Osez 20 histoires de sexe aux sports d'hiver (Format Kindle)
Mais pourquoi se priver en kindle à un prix aussi exceptionnel ?
J'avais promis d'arrêter les « Osez 20 histoires érotiques » en raison d'une grande disparité de style et peu de satisfaction à l'arrivée.
Mais je tiens rarement mes promesses…

Sur les 20 nouvelles, seulement quatre sortent vraiment du lot. Quelques autres sont sympathiques, ce sont donc ces deux premières catégories que je vais détailler.
Le reste (11 textes, quand même) est souvent intéressant mais frôle aussi la banalité. je ne m'attarde donc pas car je ne vois pas l'intérêt de flinguer un auteur gratuitement.
Pour rappel, je les ai sélectionnés en fonction de mes goûts et de mon expérience de ce type de lecture. Ce qui me touche peut laisser froide une autre personne.

Quelques points d'agacement récurrents : faire référence à ses activités d'édition chez la Musardine dans sa propre nouvelle, c'est de l'auto-flagornerie. Ça ne crédibilise pas le texte, ça laisse le sentiment que l'auteur se croit « arrivé » dans le milieu de l'érotisme. Ce qui est rarement le cas.

Autre sujet de perplexité, cet emploi régulier de « la mouille » pour parler de l'excitation féminine. Ça fusille un récit plus sûrement qu'une faute d'orthographe. Ce n'est pas un mot excitant, c'est juste vulgaire et sans rapport avec le reste. Quand on corrige un texte, on l'améliore, on ne le dénature pas.
Rien de pire que de croire qu'en alignant les mots crus on donne plus de souffle érotique à son histoire. Certains lecteurs en ont peut-être besoin pour se sentir excités, mais rien ne vaut la manière d'amener les scènes de sexe pour faire monter la tension. Et on peut aborder tous les sujets, même la sodomie, si si, à partir du moment où on maîtrise le contexte. Les femmes auteures n'ont heureusement pas attendu les atermoiements misogynes de quelques uns pour investir la littérature érotique.

D'un point de vue plus personnel, j'écarte systématiquement les récits insupportables d'arrogance, les déprimants, les pseudos poétiques prétentieux, les tellement conceptuels qu'ils en deviennent abscons et hors sujet, et comble du comble, ceux qui ne dégagent aucune sensualité.
Et je suis toujours surprise de découvrir des textes au style peu abouti, dont la chute ne contient aucune pirouette. Sans parler de l'auteur incapable de gérer la syntaxe et la fluidité. Deux ou trois devraient ainsi revoir les bases de l'emploi des temps présent/passé simple/imparfait/plus-que-parfait…

J'ai beaucoup aimé :
Chaud froid de Pauline Bonvalet, bien écrit, mignon, sexy avec un soupçon de romantisme.
La Venus de neige de Blanche de Saint Cyr, doux, sensuel, romantique et doté d'une écriture assurée.
Team building à Ovronnaz de Frédérique Gabert, (le meilleur de tous) avec un zeste d'humour bien tourné, délicieusement écrit, rythmé et sexy.
Télécabine-moi de Valéry K. Baran, joueur, pétillant et sexy.

Les sympathiques :
Glace pilée de Rita, amusant et excitant.
Prise rapide de MMK, sympa, sexy avec une pointe de romance bienvenue.
Ce soir, c'est soirée disco de Aude Alisque, très sensuel.
La neige et le feu de Clarissa Rivière, sexy et bien écrit.
Soir de neige d'Aline Tosca, surprenant avec la touche de romantisme qui rend un récit érotique plus charnel.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (12) | Permalien | Remarque la plus récente : Jan 22, 2015 8:10 PM CET


Une épouse à conquérir (Les filles du vignoble t. 2)
Une épouse à conquérir (Les filles du vignoble t. 2)
Prix : EUR 2,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une lectrice conquise en prime 4.5*****. Lu sur kindle, 6 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une épouse à conquérir (Les filles du vignoble t. 2) (Format Kindle)
Bon sang que ça fait du bien d'avoir sous les yeux du joli travail !
Quant à la composition de la couverture, elle est très belle, romantique. Le modèle féminin retranscrit parfaitement le côté charnel d'Hélène.

De plus en plus à l'aise avec l'écriture, et entourée de bêta-lecteurs plus attentifs, Sybil Lane s'offre une histoire émouvante, coquine et fluide.
Perso, je la préfère dans l'exercice historique plutôt qu'à travers la romance contemporaine. Son talent et surtout sa culture s'y expriment plus librement. On sent qu'il s'agit de son genre de prédilection.

J'ai aimé l'évolution des personnages, suivre leur construction pas à pas, le fait qu'ils ne soient pas parfaits au départ.

J'ai adoré les scènes érotiques, elles sont sensuelles, tendres et fougueuses. Cela a toujours été le point fort de l'auteure, mais de les voir intégrer un récit de cette qualité, c'est un vrai bonheur.
La petite intrigue familiale est impeccable, les personnages secondaires sont intéressants.

Donc oui, c'est super agréable et satisfaisant qu'une auteure française s'attaque à ce type de littérature sentimentale.

Et même si objectivement, on pourrait me répliquer qu'il y a des choses à améliorer (les VNU sont significatifs de l'idée que certains ont du texte, ne manque que le courage d'assumer) je répondrais qu'il faut encourager l'auto-édition quand elle propose de belles choses.


Secrets érotiques, 15 histoires d'extase
Secrets érotiques, 15 histoires d'extase
Prix : EUR 5,09

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Comment s'auto-plagier à l'infini - Lu sur kindle, 19 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Secrets érotiques, 15 histoires d'extase (Format Kindle)
Alison McNamara est de ces auteurs auto-édités qui connaissent un grand succès avec des nouvelles érotiques d’une dizaine de pages, pas toujours très bien corrigées, mais fluides à lire. Il lui arrive aussi de proposer des chutes amusantes qui relèvent un peu une histoire banale.

Son style épuré et ses intrigues répétitives en font un auteur certes efficace et reconnaissable, mais surtout lassant.
Elle utilise les ficelles de deux canevas, avec parfois quelques variantes. Mais les dialogues et les scènes de sexe restent grosso modo les mêmes, y compris les positions et le langage employé…

Ce recueil, s’il est agréable et excitant démontre aussi les limites d’un genre.
Quand on en a lu deux ou trois, on a fait le tour.

On a donc deux grands scénarios principaux (en plus de trois petites histoires légèrement différentes) :

- La stagiaire/secrétaire en situation précaire qui reçoit une proposition indécente de son patron trentenaire, forcément beau brun millionnaire, aux yeux verts/bleus ET dominant. Après s’être aperçue qu’elle n’était pas l’unique maîtresse, la femme soumise se rebiffe et se transforme invariablement en Domina gifleuse, qui va asseoir son pouvoir sexuel sur ce patron utilisé comme sex-toy consentant.

- La jolie jeune fille de 18 ans initiée aux plaisirs des doigts dans la culotte par le père de sa meilleure amie, toujours grand et bel homme, cette fois quadra frétillant.

Que dire… ben qu’après 15 « oui maîtresse » et « j’adore ta petite chatte étroite », des orgasmes cataclysmiques en miaulant de plaisir et le double de baffes, on a envie de variations… Les histoires s'arrêtent toutes à la même étape, utilisent les mêmes ficelles, le même type de personnages, c'est dommage.

Cela vaut-il le coup d’acheter les nouvelles une à une ? Selon moi, non.
L’idée d’un recueil est bonne, sauf qu’elle renforce le sentiment de copier/coller.
Donc si j’ai un conseil à donner aux clients, c’est de juger sur pièce (l’auteure proposant régulièrement des promotions gratuites).


Marry You - Westfield & Westfield tome 2
Marry You - Westfield & Westfield tome 2
Prix : EUR 2,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une romance contemporaine de qualité, 3.5 *** - Lue sur kindle, 11 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marry You - Westfield & Westfield tome 2 (Format Kindle)
Une première rencontre loin d'être classique, la vache, fallait oser !!!
ça commence franchement mal, mais heureusement, on est dans une romance ^^

J'aime beaucoup l'écriture d'Héloïse Cordelles, simple et soutenue en même temps. De plus, elle s'est super bien sorti des scènes épicées, nombreuses et passionnées.
Une auteure que je prends vraiment plaisir à découvrir au fur et à mesure.

C'est de l'auto-édition de haute qualité, comme le lecteur est en droit de l'attendre de n'importe quelle production.
Le couverture est une fois de plus très réussie, bien qu'elle ne soit pas en totale adéquation avec le récit. L'histoire est plus sulfureuse que véritablement romantique, elle n'est pas aussi douce, et l'héroïne est une rousse incendiaire.

Et si j'ai préféré Secrète Jane, ce roman m'a offert un agréable moment de lecture.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 25, 2014 6:39 PM CET


Tout sauf le grand amour (MOSAÏC)
Tout sauf le grand amour (MOSAÏC)
Prix : EUR 2,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Tout sauf passionnant - Lu sur kindle, 4 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tout sauf le grand amour (MOSAÏC) (Format Kindle)
Pour rappel, mon évaluation est un ressenti strictement personnel (je n’ai pas aimé cette lecture), ma note est forcément subjective.

En attendais-je trop ? Pas vraiment, même en ayant adoré « l’Amour et tout ce qui va avec ».
Chaque lecture propose un nouvel univers, fonctionnant grâce au style de l’auteur. Mais la base de départ doit être solide pour que l’expérience soit concluante.

Par exemple, je savais que je mettrais un peu de temps avant d’entrer dans son histoire.
Kristan Higgins prend toujours le temps de poser son atmosphère, son héroïne et ses personnages secondaires. Sauf qu’ici, j’ai trouvé cette mise en place extrêmement longue et répétitive, avec l’impression de ne jamais entrer dans le vif du sujet.

A cela je vois trois pistes possibles :

L’auteure se perd en descriptions inutiles, sans qu’on ne parvienne à visualiser clairement l’action et l’environnement. Je n’ai pas réussi à m’intégrer dans cette ambiance de petite bourgade américaine, comme cela avait été le cas avec le roman précédent. Cette absence de fluidité m'a rendu le texte assez rébarbatif.

[Spoiler]
Le personnage d’Ethan manque de consistance, physique et mentale. Doté d’une personnalité sympathique quoiqu’un peu trop «gentillette», j'ai eu du mal à le voir se couler dans le costume de héros. J’en étais au point d’attendre l’arrivée du «nouvel homme de la vie de Lucy», ne comprenant pas pourquoi l’auteure s’attardait sur ce second rôle jusqu’à ce que le doute s’installe. Cela allait donc être «lui» ?
Si on peut comprendre le choix de Lucy, je n’ai senti aucun transport amoureux, aucune alchimie dans ce couple. Même si l’auteure s’attache aux pas de son héroïne et nous livre ses états d’âmes jusqu’à l’écœurement, elle n’a pas su toucher ma corde sensible (qui existe, si si). [fin du spoiler] Et quand le couple vedette ne matche pas dans un roman sentimental, je dis Aïe !

Mais le vrai problème pourrait venir du scénario et d’un manque d’idées novatrices. C’est même assez flagrant. Les épisodes sont peu rythmés et pas très drôles. Il s’agit de scénettes mises bout à bout et noyées sous un flot de remplissage, avec un fil conducteur réduit au minimum (une jeune veuve souhaite trouver un nouveau mari pour fonder sa famille, mais elle ne parvient pas à faire le deuil de son grand Amour).

Par ailleurs, l’entourage de Lucy est particulièrement envahissant, au point d’en devenir lourd. Les tantes, veuves joyeuses et excentriques étaient de parfaits vecteurs d’humour facile, elles se transforment presque immédiatement en sources d’agacement.

En conclusion, Kristan Higgins a opéré une dégringolade en règle du piédestal sur lequel elle trônait. Son roman est long, répétitif, il manque de spontanéité et m’a incité à ne pas me jeter sur les suivants les yeux fermés.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 9, 2014 12:56 PM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20