Profil de Vilcoyote > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Vilcoyote
Votes utiles : 1156

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Vilcoyote "Bîp-bîp m'a tuER" (RCA)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
A lui, corps et âme - volume 1
A lui, corps et âme - volume 1
Prix : EUR 0,00

10 internautes sur 10 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Un premier volume prometteur, 19 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : A lui, corps et âme - volume 1 (Format Kindle)
Encore un roman découpé à la cisaille me direz-vous. Et vous aurez raison.

Car à l’identique de "Tout ce qu’il voudra" souvent cité en référence, les tomes ne sont pas constitués de volumes indépendants, mais bien de différentes parties d’un même roman découpé artificiellement.

D’un point de vu marketing, c’est très malin ; on vend plus, plus cher et on fait monter l’envie.
Mais pour moi c’est un procédé peu éthique. Entrecoupé de pages de publicité, ça fait même moins de 40 pages à lire.

Bref, en dehors de ce point agaçant soulevé, j’ai adoré cette première partie, malgré les défauts évidents de manque d’ambition et d’originalité (la jeune étudiante qui tombe dans les filets d’un richissime et torride spécimen masculin).

Point de BDSM, j’en suis ravie.
J’ai apprécié l’humour distillé par les dialogues enlevés et les réflexions de la narratrice Emma.
Ses réactions sont parfois très réalistes, les questions qu’elle se pose, les préjugés qui tombent, je les ai moi-même expérimentés.

La rencontre avec Charles est amusante, mais les personnages qui gravitent autour du couple principal sont un peu trop superficiels pour être consistants. Mais heureusement, ils ne sont pas conformes aux clichés attendus (la garce rivale, la bombe hautaine etc…).
On a droit à la scène chaude de l’ascenseur, mais j’ai trouvé son traitement suffisamment sexy pour ne pas m’en formaliser.

L’écriture est fluide, rythmée, et même si il ne se passe pas de choses extravagantes, j’ai trouvé les anecdotes pleines de fraîcheur.

Dommage que ça se gâte dans les deux tomes suivants. Ils n’ont pas su conserver les mêmes qualités et se sont un peu enfoncés dans la facilité, jusqu’à un final pas fini !


Chasse à mort
Chasse à mort
par Dean-R Koontz
Edition : Poche

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Passionnant et émouvant, le Koontz ultime, 29 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chasse à mort (Poche)
Petite info ; l'édition J'AI LU avec la couverture verte et ce faciès monstrueux ne date pas de 2001 mais de 1990.
Je viens de le relire, et ce qui m'a frappé, près de 20 ans après l'avoir découvert (non, ne sois pas désobligeant face à mon grand âge ^^), c'est la modernité du sujet, et surtout celle de l'écriture.
C'est le propre des grands : être intemporel.

Dean R. Koontz est un des mes auteurs préférés.
Je n'ai jamais été déçue par un de ses romans.
Déconcertée, oui, parfois, mais les ingrédients qu'il utilise dans des histoires chaque fois différentes, restent d'excellente qualité, et ne tombent jamais dans la facilité.
Il y a deux constantes chez lui ; un scénario solide et une attention minutieuse portée à ses personnages, qu'ils soient du bon ou du mauvais côté de la barrière.
Ce roman ne déroge pas à la règle.
Mieux, il sonne encore comme le plus bel hommage d'un homme pour une création génétique.
Car même la "bête" parvient à nous émouvoir malgré les horreurs commises.

Un rapide résumé de l'histoire : Le sabotage d'un centre de recherche a eu pour conséquence de lâcher dans la nature deux hybrides génétiquement modifiés. L'un, Einstein, va vite trouver sur son chemin un homme en pleine reconstruction, le vétéran Travis Cornell, alors que son Némésis surnommé l'Autre, ivre de jalousie et guidé par des instincts sanguinaires le pourchasse à travers l'Amérique. Mais la bête n'est pas le seul danger que Einstein et Travis vont devoir affronter...

Le récit est haletant, malin, parfois drôle, souvent émouvant, très bien construit, sans scène inutile.
A découvrir d'urgence pour les nouvelles générations, et à redécouvrir pour les autres.


L'Éveil des sens, 2 - Double jeu
L'Éveil des sens, 2 - Double jeu
Prix : EUR 3,99

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Tendre initiation, 23 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Éveil des sens, 2 - Double jeu (Format Kindle)
Comme toujours, le support numérique est très pro, édité par une véritable maison d'édition (pour les clients qui craindraient parfois un peu injustement l'auto-édition), et les personnes appréciant de lire sur support électronique ne seront pas déçues de la qualité de l'ensemble.

Christy Saubesty est une romantique, une vraie, mais une de celles qui assument aussi de vivre charnellement leurs passions, comme une femme du XXIème siècle aspire à le faire sans tabou.
Cela se ressent dans son écriture, fluide, tendre, coquine.

Cette fois, elle nous livre un nouveau volet plus conséquent, prolongeant l'histoire de Rebecca et de son beau photographe Daniel. L'histoire prend ainsi suite, peu ou prou de temps après le premier épisode.
Kimi, jeune employée dans le salon de thé de Rebecca, craque complètement pour Mike, le séduisant assistant de Daniel. L'attirance est réciproque, mais comme dans toute relation où les sentiments se mêlent, la timidité empêche nos héros de se déclarer ouvertement. Jeune métisse asiatique éminemment sensuelle, elle ne parvient pas à se sortir de son personnage de vierge effarouchée, et utilise un avatar sur un site coquin pour vivre par procuration les délices d'une drague sexy. Un de ses fidèles, Hogan, suit avec attention ses nouveaux statuts. Qui est-il vraiment, et une rencontre IRL ne risque-t-elle pas de déboucher sur une surprise de taille ?

J'apprécie toujours autant le style d'écriture de l'auteure, qui évoque sans complexe ni vulgarité certaines pratiques amoureuses contemporaines.
Cette histoire d'initiation ne déroge pas à la règle, mieux, elle s'accompagne des prémices d'une petite intrigue policière qui étoffe le récit.
Bien que la personnalité parfois un peu trop complexée de l'héroïne m'ait maintenue en retrait, j'ai beaucoup aimé le personnage de Mike, sa douceur, son respect et paradoxalement sa manière de pousser un peu Kimi dans ses retranchements.

Un joli roman dont la couverture un peu osée a peut être effrayé les lectrices, mais ne doit pas empêcher de le lire !


Au-delà du monde de Spiderwick, Tome 3 : Le roi de dragons
Au-delà du monde de Spiderwick, Tome 3 : Le roi de dragons
par Tony DiTerlizzi
Edition : Poche
Prix : EUR 11,95

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Moins intéressant que la première série, 3 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Au-delà du monde de Spiderwick, Tome 3 : Le roi de dragons (Poche)
Dérivé des chroniques de Spiderwick, ces fameux petits livres pour enfant dévorés aussi par les grands ^^, le troisième volet de cette mini série finit sur une note assez facile, plutôt décevante.

Le premier volet installait une nouvelle aventure trépidante dans un monde contemporain qui se voyait envahi sans le savoir par des créatures extraordinaires.
Le deuxième tome commençait à déraper vers une histoire plus conventionnelle, et ce dernier volume confirme hélas la débâcle.

Nul doute que l'un des éléments essentiels à la constitution d'une bonne histoire, et auquel je suis très attachée, ait fait défaut.
Ainsi, les personnages d'enfants sont assez agaçants, particulièrement le petit garçon Nicolas qui se révèle tout le long de l'aventure être une caricature de petit américain arrogant, pleutre et trop nourri au hamburger.

J'ai mis du temps à me procurer ce dernier opus, et je regrette franchement mon achat.

D'un point de vu visuel, ces petits livres ressemblent à des grimoires miniatures avec une jolie reliure faite de pages qui paraissent un peu vieillies et à la taille aléatoire (les tranches ne sont pas coupées nette afin de donner l'impression de plusieurs feuillets reliés manuellement).
Les illustrations sont amusantes, et les couvertures s'insèrent sans peine dans une bibliothèque d'adulte, une des constante de ces séries.

Rien ne valant la série originelle, j'ai effacé cette déception en relisant les 5 volumes des Chroniques de Spiderwick !


La colocataire Rebecca
La colocataire Rebecca
Prix : EUR 2,69

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Gloups ! ôÔ - Lu sur kindle, 2 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La colocataire Rebecca (Format Kindle)
Pour la première fois, j'adhère à l'écriture d'un homme, et ce n'était pas gagné.
Que dire...

C'est sexy, érotique, pornographique, terriblement excitant, et agréablement écrit.
Après avoir "avalé" (c'est de circonstance) un nombre certain de textes sexuellement explicites, dont plusieurs m'ont fait saigner la rétine, je doutais de retrouver l'inédit du plaisir offert par une belle plume.

Florean MC ne s'encombre pas de fioritures.
Mais quand il utilise des mots crus, il parvient à ne pas être vulgaire.
Il sait user de tendresse, d'ironie, de fraîcheur et d'un soupçon de perversité qui m'ont rendu addicte.

J'ai attaqué en achetant directement son recueil de 12 nouvelles, mais je garde cette "coloc" sur le haut de panier, car c'est grâce à l'extrait de ce petit roman que j'ai aimé son style.

Diablement efficace.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (28) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 27, 2013 2:03 PM MEST


Knightsbridge: Art/ Keith Parkinson
Knightsbridge: Art/ Keith Parkinson
par Keith Parkinson
Edition : Relié

5.0 étoiles sur 5 Une pure merveille d'illustrations, 2 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Knightsbridge: Art/ Keith Parkinson (Relié)
Cet art-book s'adresse à tous les fans d'heroïc-fantasy.
Ceux qui ont grandi avec les publications de "Dragon magazine" France, où Keith Parkinson côtoyait les Clyde Caldwell, Larry Elmore, et autres Sandrine Gestin, ceux qui ont déifié Tolkien, sanctifié les créateurs de Donjons et Dragons, bref, tous ceux qui aiment les illustrations léchées de mondes fantastico-médiévaux.

Plus de soixante-dix tableaux sont exposés dans cet ouvrage.
Chaque oeuvre est accompagnée d'un petit commentaire explicatif en VO (c'est une édition américaine).

L'intérêt supplémentaire réside dans la dizaine de pages décomposant le travail de création, de l'esquisse à la mise en peinture jusqu'au produit fini.

Ce commentaire porte sur la première édition datée de 1996.

Pour les clients intéressés, il existe une ré-édition de 1997 bien meilleur marché dont voici le lien : Knightsbridge: The Art of Keith Parkinson


Décadences (nouvelle)
Décadences (nouvelle)
Prix : EUR 0,89

3.0 étoiles sur 5 Surprenant mais pas fait pour moi, 1 mars 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Décadences (nouvelle) (Format Kindle)
Un mot sur le principe d'évaluation "étoilée" qui ne correspond pas à la qualité de l'oeuvre mais au fait que j'ai ou pas apprécié.
Le problème étant qu'avec ce système, le client pressé ne lisant pas le commentaire pourrait juste retenir une notation exécrable.

D'un point de vu purement qualitatif, cette nouvelle se classe largement au dessus.
On sent la patte d'un véritable écrivain, mais aussi le cynisme et le nombrilisme propre à un certain milieu littéraire parisien.

Mais ce n'est pas la raison pour laquelle je n'ai pas adhéré.
L'esbroufe du verbe dissimule mal la tentative de masturbation intellectuelle, d'un récit reposant principalement sur des personnages inconsistants ou pathétiques.

La narration est segmentée, probablement avec la volonté de la faire coller à ce personnage de dandy-gigolo en train de se perdre.
Je ne sais pas si c'est un cafouillage, mais le sentiment de déstructuration s'est renforcé en lisant le prénom du "héros", identique à celui de son "employeur".
C'est un détail, certes, du pinaillage, sans aucun doute, mais cela a entraîné une petite période de "flottement" de lecture, assez pénalisante pour une histoire aussi courte.

Son classement dans la section érotique d'Amazon est par ailleurs erronée. Il ne contient aucune scène de ce type.
Je dirais que l'obscénité vient plus de la vision réductrice et arrogante du narrateur, et particulièrement de son inélégance du coeur.

Pour conclure, si les qualités littéraires ou éditoriales ne peuvent être remises en cause, le sujet et le traitement de cette nouvelle m'ont laissé une sensation de lecture persistante assez désagréable.


Sur un petit nuage !:Série Rencontres à Fool's Gold, vol. 5
Sur un petit nuage !:Série Rencontres à Fool's Gold, vol. 5
Prix : EUR 5,49

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Mignon mais pas convaincant - Lu sur kindle, 24 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sur un petit nuage !:Série Rencontres à Fool's Gold, vol. 5 (Format Kindle)
Ayant intégré plus de sensualité dans ses publications pour suivre la mode actuelle, Harlequin a étendu son catalogue d'auteurs, et a créé des collections spécifiques pour mettre en valeur des écrivains à succès. De plus, la maison d'édition a su prendre le train du numérique en marche, et propose des formats kindle d'excellente facture.

Au vu du résumé, je m'attendais à une histoire légère et originale à la Kristian Higgins, dont la trame m'a évoqué le pétillant "l'amour et tout ce qui va avec".
Plusieurs éléments communs m'ont donné envie de plonger dans cette lecture ; ambiance de petite ville américaine très conviviale, héroïne charmante et fraîche dont le pendant masculin est une pièce rapportée du corps médical, famille de l'héroïne assez envahissante, animaux très présents...
Bref, des éléments qui, d'un roman à l'autre sont traités différemment. Or la comparaison devient lourde à porter quand les qualités rédactionnelles et scénaristiques ne coulent pas aussi naturellement.
Hélas, l'imagination de Susan Mallery et son sens de l'humour trop classique n'en font pas une auteure inoubliable. A l'arrivée, elle nous livre une gentille petite romance assez conventionnelle et sans surprise.
Elle a décliné son concept en série, mais honnêtement, cela ne m'a pas donné envie de poursuivre avec d'autres volets.

L'histoire n'est pas désagréable, mais pour une fois j'aurais trouvé reposant de ne pas lire de scènes de sexe, d'autant que celles proposées sont trop imprégnées de sentimentalisme et d'un petit côté dramatico-théâtrale assez peu sexy.

Donc mignon mais sans plus.


L'amant sans visage
L'amant sans visage
Prix : EUR 1,49

5 internautes sur 6 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un genre déroutant pour un tel format - Lu sur kindle, 22 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'amant sans visage (Format Kindle)
D'un point de vu formel, l'édition numérique est parfaite, la relecture professionnelle, l'écriture impeccable. Bref, de la belle qualité, loin de ces effroyables traductions dont la littérature érotique en format court regorge actuellement.

Concernant le fond, il m'a manqué de la matière pour l'apprécier à 100%.
J'aurais sincèrement voulu y adhérer sans condition, d'ailleurs, j'ai longtemps tergiversé avant de laisser un avis, me sentant moins légitime en tant que lectrice objective. L'absence de com sur ce titre, alors que Christy bénéficie d'un lectorat fidèle et actif, a renforcé l'hypothèse de ne pas être la seule à avoir des scrupules pour partager mes impressions quand elles sont moins enthousiastes.

Plus qu'un simple roman érotique, il s'agit là d'une véritable aventure, avec de l'action, des traitres, de la violence "toussa, toussa"...

Or il m'est vite apparu que cette histoire n'était pas faite pour un format aussi court.
Du coup, l'intrigue paraît artificielle, peu crédible, ce qui dérange légèrement les sensations de lecture.
Cet univers a besoin d'un fil conducteur cohérent, avec un scénario solide reposant notamment sur des connaissances spécifiques au milieu opérationnel. C'est un point qu'il aurait été judicieux de creuser.

Quant au romantisme, si il est toujours emprunt d'une belle sensualité (marque de fabrique de l'auteure), il semble trop précipité dans ce contexte.
Cela se retrouve dans les personnages qui peuvent paraître trop lisses par rapport à la dureté de leur vécu.
Là encore, le développement de leur passé et une vraie montée en puissance de leur apprivoisement et de leur désir mutuel aurait été nécessaire.

Donc si on retrouve la patte agréable de l'auteure, j'aurais aimé qu'elle se lâche un peu plus sur son sujet, et n'hésite pas à livrer un roman plus abouti et surtout plus long, quitte à ne pas l'inclure dans la collection SEXTASY.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 23, 2013 5:21 PM CET


La chambre des délices
La chambre des délices
par Jaci Burton
Edition : Poche

20 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un roman au style assez ringard, 6 février 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La chambre des délices (Poche)
Un roman digne du plus fade des Harlequin ancienne génération (il y en a eu aussi de très sympas que j'ai adorés, faut pas croire), mais sexué celui-là, qui peut faire illusion quand on n'est pas familiarisée avec le genre érotique.
L'histoire d'amour ne vaut pas tripette et l'ambiance sent la naphtaline, un peu comme une "croisière s'amuse" organisée par Marc Dorcel...

Mais ce condensé de niaiserie un peu cochonne ne vaut ni une ré-édition, ni de se le procurer à un prix indécent. De plus, J'AI LU laisse passer trop de coquilles dans ses publications pour que la qualité du texte fasse pencher la balance vers un peu plus d'indulgence.

Induite en erreur par des commentaires dithyrambiques, ou en tout cas des sensibilités de lectrices que je ne partage pas/plus, je dirais que je n'en n'ai retiré aucun plaisir littéraire.
Les héros sont pourtant sympathiques, mais évidemment hyper caricaturaux, l'univers de cet hôtel "particulier" est original, mais l'ensemble sonne assez ringard, et m'a rappelé un roman tout aussi médiocre : "brûlante escapade", lu il y a peu.

Ce n'est pas un très mauvais roman, c'est juste à pleurer de banalité.
Bref, un livre très court (écrit TREEEES gros pour faire tenir ça sur 180 pages) qui mérite un avis tout aussi court...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20