Profil de Walterjovi > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Walterjovi
Classement des meilleurs critiques: 696
Votes utiles : 2712

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Walterjovi
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Dredd [Blu-ray]
Dredd [Blu-ray]
DVD ~ Karl Urban
Prix : EUR 14,28

10 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 I am the law, 6 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dredd [Blu-ray] (Blu-ray)
Après le très carton-pâte film avec Sly, il fallait revenir aux bases de Dredd : un univers sale, méchant avec un juge ne faisant aucun humour et appliquant la loi sans hésitation ni état d'âme. "Dredd" est une réussite de ce point de vue. L'assaut sur Peach Trees est dénué de poésie, de la part du juge ou bien des habitants aux ordres d'une folle furieuse dirigeant un gang hargneux. C'est gore régulièrement, avec des fusillades bien senties et pas de bavardages inutiles. Un actionner comme on les aime.
Par contre, je trouve que le futur ressemble assez à ce que l'on aujourd'hui en terme de mode. Même la ville, hormis ces gigantesques immeubles, semble assez identique aux grosses cités US. Ce futur-là ne me semble pas assez sale et pourri. Et ce qui fera peut-être grincer des dents, c'est la relecture des motos et du costume. Si la combinaison est assez bien, la moto, ben, je la trouve nulle. Le Lawgiver est un peu léger aussi, il manque de style.
Mais bon, hormis cela, ce "Dredd" est un film sérieux, et ressemble à "The Raid" dans sa progression. C'est parfois furieux et c'est cool. Drokk it!!


Concerto Suite for Electric Guitar and Orchestra in E Flat Minor Op.1
Concerto Suite for Electric Guitar and Orchestra in E Flat Minor Op.1
Prix : EUR 8,99

5.0 étoiles sur 5 Somptueux, 5 janvier 2013
Après douze ans à créer des albums de hard-rock néoclassique, Yngwie a trouvé le temps (et l'inspiration) pour composer sa première symphonie entièrement classique où sa guitare remplace le violon soliste de l'orchestre philharmonique de Prague. Cette composition de douze mouvements aborde différents styles, majoritairement baroque et Yngwie parvient même à placer des extraits de ses propres compositions antérieures comme des ponts, des références. La guitare se place aisément et Malmsteen tente de remplacer le premier violon mais ses interventions, souvent très justes, n'ont pas le génie d'un Itzhak Perlman ou d'un yehudi Menuhin. Pourtant, le guitariste s'en sort remarquablement bien (il a enregistré ses parties dans son studio trois mois après l'enregistrement de l'orchestre) et si certaines parties sont composées, de nombreuses autres sont juste le fruit de l'envie de l'instant, de l'improvisation, que ce soit en électrique ou en acoustique.
Du puissant "Icarus Dream Fanfare" au sautillant "Presto Vivace", du délicat "Sarabande" au furieux "Cavallino Rampante", ce "Concerto Suite" est une réussite totale. Rarement le suédois avait été si inspiré et l'attente pour un tel travail valait totalement la peine. Un régal!


Live Animal
Live Animal
DVD ~ Yngwie Malmsteen
Prix : EUR 20,12

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Live!! et Live Animal, 1 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live Animal (DVD)
La note convient mal. Quatre étoiles, c'est uniquement parce que le concert est de qualité, que la liste des chansons est plutôt sympathique et que le son est plutôt bon (trop de plans d'Yngwie par contre, juste des miettes pour le groupe). Par contre, il s'agit uniquement de la vidéo "Live!!" sortie en 1998 présentée en format DVD. Donc, si vous possédez ce concert depuis plusieurs années, faites l'impasse ici. Un changement de nom grossier ne saurait vous abuser... et ce subterfuge peu respectueux des fans mérite une seule étoile!


Live At River Plate
Live At River Plate
Prix : EUR 9,99

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Dispensable, 20 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live At River Plate (CD)
Vingt ans que le groupe n'avait pas sorti un album live! Pourtant, il y a des produits en vidéos depuis,comme "No Bull" ou "Stiff Upper Lip Live" mais pas de disque. Il faut dire que le dernier album en concert d'AC/DC, "Live", est un monument du genre. Outre un son phénoménal, la liste des chansons, variée, est formidable. Deux éléments qui ne sont pas d'actualité pour ce "Live At River Plate"..
Tout d'abord, l'aspect totalement mercantile de l'objet est affreux. La pochette est hideuse (mais le livret et l'objet sont jolis) puis la vidéo de ce concert est sortie depuis plus de dix-huit mois! Ce double album est donc seulement là pour combler la très longue attente entre chaque disque du groupe mais AC/DC a-t-il eu un droit de regard? Parce que si "Live" manquait d'unité (parce qu'avec différents shows" et des chansons non couplées), c'était bien son unique défaut. Que penser de ce mixage mal ficelé où l'on entend avec peine Malcolm et son irrésistible guitare? Que dire à propos de Brian Johnson qui accumule dangereusement les années désormais et dont la voix rocailleuse peine régulièrement? Puis comment justifier à nouveau les débordements de "The Jack" où Angus fait son éternel strip-tease (ce qui a un sens en vidéo mais avec uniquement le son, c'est réellement désuet) puis de "Let There Be Rock" et ses trop longues dix-huit minutes! Voilà un tir étiré jusqu'à plus soif alors qu'il y avait matière à placer deux chansons plutôt que rallonger ce classique!
AC/DC a vraiment trouvé sa zone de confort (pas de prise de risque pour la set-list avec "Let There Be Rock" et "Back In Black" plébiscités pour huit titres!) mais sait encore faire parler la poudre avec une armée de classiques que beaucoup de groupes rêveraient d'avoir, puis avec un public argentin très chaud, qui chante et fait la fête pendant tout le concert. Ca peut toujours être mieux et "Live" et "If You Want Blood You've Got It" sont nettement plus réussis. Columbia presse le citron AC/DC avec un album décent mais sorti si tard par rapport à la vidéo du même concert que c'en est vraiment gênant! En plus, la version allemande contient trois titres bonus de 2003 : "What's Next To The Moon", "If You Want Blood (You've Got It)" puis "Rock N' Roll Ain't Noise Pollution". Ils ont de la chance les fans d'outre-Rhin! Bref, pas le meilleur témoignage live du gorupe même s'il y a d'excellents moments.


Spellbound
Spellbound
Prix : EUR 8,99

11 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Envoûté, 5 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Spellbound (Téléchargement MP3)
Après le très décrié "Relentless" sorti en 2010, Yngwie se devait de réagir ou la deuxième division allait l'accueillir. Après le départ de Tim "Ripper" Owens pour des problèmes d'emploi du temps incompatible, Yngwie a finalement résolu la question : il se charge de chanter, en plus de la basse et de la guitare! Il n'est pas le meilleur chanteur du monde mais depuis si longtemps qu'il chante en concert "Red House" et "Purple Haze" puis même sur ses propres albums depuis "Seventh Sign" en 1994, il fallait que ça arrive. D'abord abonné aux titres plus bluesy, Yngwie a pris confiance en ses capacités et pousse de l'organe sur trois chansons ici. Un projet qui lui tenait à coeur et qu'il concrétise enfin pour ne plus être juste guitariste mais homme-orchestre.
L'unique vrai problème de ce nouvel album n'est pas Yngwie qui s'est transformé en Remy Bricka du métal, c'est le son. Une fois de plus, le son d'un album d'Yngwie est décevant, en parti à cause d'un mixage où la guitare est si devant qu'elle couvre trop le reste. Puis il y a cette batterie électronique! Exit patrick Johansson, welcome to the machine! Rien que la présence de cette affreuse batterie électronique perturbe le plaisir d'entendre la nouvelle offrande du suédois, le charleston étant toujours aussi immonde! On sent bien qu'il s'agit d'une production sans le sou, presque au rabais! Devin Townsend produit des disques au son impeccable et puissant pour trois fois rien alors pourquoi Yngwie n'y arrive-t-il pas? Avec un vrai batteur et un mixage plus subtil, tout le monde gagnerait au change! "Spellbound" sonne au final comme une maquette très bien produite mais c'est tout de même mieux que le son infect de "Relentless" avec ces titres au son fluctuant suivant s'il y a ou non un vrai batteur et de quand date l'enregistrement.
Pour la composition, c'est du Yngwie sur facture, sans mauvaise ni bonne surprise. "Spellbound" est majoritairement instrumental (trois chansons uniquement sur treize titres) et Malmsteen se permet même une certaine fantaisie en proposant les très courts "Electric Duet" (1'34) puis "Turbo Amadeus" (1'12), le premier étant un titre trentenaire jamais exploité (puis qui sonnait bien mieux à l'époque, un comble pour une actualisation) et le second une relecture de la "Symphonie n°25" de Mozart (il sert également d'introduction à "From A Thousand Cuts"), avec un motif déjà utilisé pour "Overture 1622" sur l'album "Magnum Opus" en 1995! Pas bien nouveau...
La réelle nouveauté (si l'on peut dire ainsi) est une incursion plus prononcée dans les ambiances bluesy. Ayant déjà tenté ce style avec une certaine réussite ("Bad Blood" sur "Seventh Sign", "Blue" sur "Alchemy" et des titres plus groovy tel "Bedroom Eyes" sur "Eclipse"), on sent donc une volonté d'aller plus avant dans cette direction mais c'est encore un style minoritaire ici puisque le néoclassique est toujours la composante principale. Pourtant, "Let's Sleeping Dogs Lie", "Iron Blues" ou bien un bout de "High Compression Fugue" prouvent à quel point Yngwie pourrait tenter un disque dans ce style bluesy, peut-être même avec panache.
Néanmoins, le guitariste est toujours aussi doué pour jouer et parvient à créer quelques tours de force comme ce long "Majestic 12 Suite 1,2 & 3" (neuf minutes) qui va encore faire plancher les wannabes en herbe et dont les vidéos vont inonder youtube! Mais parvenir à écrire et assembler dans une composition des arpèges tous plus fous les uns que les autres ne font de grands titres pour autant. Il faut dire que depuis nombre d'années, l'impact de ce style de jeu a fortement diminué et pour ceux qui comme moi suivent Yngwie depuis longtemps, il y a fort à parier que cette nouvelle livraison ne soit pas plus impressionnante que cela. On reste subjugué par les capacités techniques du suédois mais depuis quand n'a-t-il pas sorti un instrumental ahurissant? Il y a eu "Caprici Di Diablo", "Relentless" ou bien "Baroque & Roll" pour les années 2000 mais si ces titres sont des casse-têtes, peut-on parler de bonnes compositions, créativement parlant? Comme s'il avait définitivement fait le tour de la question. Par contre, ce n'est pas mauvais, juste sans réelle surprise pour le fan depuis longtemps. Le métier parle mais "Spellbound" n'est pas bouleversant. Un disque supplémentaire dans la lignée des dernières livraisons de Malmsteen où Yngwie joue avant tout pour lui et sa guitare, sans l'envie réelle de proposer une véritable chanson mais plutôt une succession de plans qui laissent baba pour la technique déployée, à défaut de toucher le coeur. Le génie du suédois s'est volatilisé et il faut tout de même être vraiment fan pour écouter le disque entier! En tout cas, je trouve cet album meilleur que "Relentless" qui hésitait entre chansons et instrumentaux, puis surtout qui était un capharnaüm pour la production! "Spellbound", à défaut d'avoir le son du siècle, possède une unité et une direction bien précise. C'est déjà ça!

MAJ - 2 MOIS APRES : Totalement anecdotique! Je n'écoute plus du tout cet album. Le peu de charme de certains titres semble avoir totalement disparu à l'écoute qui devient ennuyeuse, au mieux ou même désagréable parfois. Un disque qui figure sans problème dans les cinq moins bons essais du suédois.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 20, 2014 11:13 AM CET


Grrr! (Digipack 3 CD)
Grrr! (Digipack 3 CD)
Prix : EUR 24,35

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Encore une compilation!, 2 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Grrr! (Digipack 3 CD) (CD)
Comment capitaliser une fois de plus sur les Stones? Une pochette ignoble, une énième compilation mais heureusement deux bons inédits! Revisiter l'intégrale des Stones sur une cinquantaine de chansons n'est pas chose simple (il y a quand même quelques album nettement moins inspirés, ça aide) mais une fois de plus, c'est la facilité qui est choisie. Il y a tant de matériel inédit dans des tiroirs que se contenter de deux nouvelles chansons est presque un affront mais bon, le meilleur groupe de rock au monde est aujourd'hui une aventure bancaire. Vraiment un truc fait rapidement pour encore prendre du fric facilement!


The lord of steel
The lord of steel
Prix : EUR 25,00

2 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 L'acier de Manowar est bien mou, 27 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The lord of steel (CD)
Après le mauvais "Gods Of War", Manowar tente de renouer avec le succès artistique via ce "The lord Of Steel". Fini le style épique avec une symphonie (ce qui était malgré tout intéressant sur le papier), Manowar revient à ce qu'il sait faire de mieux, du métal direct, sans fioriture. En ce sens, pas de souci, "The Lord Of Steel" renoue avec les précédentes livraisons du groupe.
Sauf qu'il y a un léger manque d'inspiration, comme qui dirait! Puis ce son!! Comment Joey De Maio a pu se contenter d'un son de basse aussi moche? C'est très loin de ce son magnifique des années 80 jusqu'à "Sign Of The Hammer"!
Pour les chansons, c'est du Manowar pur jus mais déjà entendu et surtout, pas très inspiré! Il y a bien quelques titres au-dessus des autres comme "The Lord Of Steel", "El Gringo" ou bien "Manowarriors", nouvel hymne dédié aux fans après "Warriors Of The World United", "Brothers Of metal" ou bien "MetalWarriors". La ballade "Righteous Glory" est bien réussie également mais autrement, ça ne casse trois pattes à un canard, c'est très convenu, on sent le métier qui parle mais sûrement pas l'esprit d'un groupe qui a engendré "Black Wind, Fire & Steel" ou "All Men Play On Ten"! C'est totalement acceptable pour un groupe débutant mais après trente ans et des poussières dans le circuit et une place unique dans le monde du heavy-metal, chaque fan est en droit d'attendre un peu plus de Manowar! Ce n'est pas le titre bonus par rapport à la version "Hammer Edition" de l'album sortie en juin qui sauve la mise, ni même les quelques bidouillages, coupes ou rallonges effectuées entre la version définitive et celle de Metal Hammer. Joey De maio explique qu'il faut voir dans les deux versions de l'album une version "cinéma" et une "director's cut". Admettons... par indulgence.
Les deux seuls à tirer leur épingle du jeu sont Eric Adams et Donnie Hamzik. Le chanteur a toujours une voix superbe même s'il est désormais un peu l'ombre de lui-même (il a quasiment la soixantaine et ne peut plus pousser comme avant ni même atteindre les mêmes notes) et le "nouveau" batteur (puisqu'il jouait sur le premier album de Manowar) nous fait quelques coups de double bien sentis et tape juste (sur une partition certes pas travaillée comme celle d'un Paul Bostaph ou d'un mike Portnoy).
On appréciera aussi l'artwork signé Ken Kelly qui nous plonge dans l'univers toujours aussi à part de Manowar (entre "Conan Le Barbare" et "Le Seigneur Des Anneaux") même si l'artiste a déjà fait plus sympathique pour le groupe.
Donc, un retour que d'aucun trouverait trop facile, académique, sans âme, baclé mais peut-être attendons-nous trop de Manowar désormais avec ce passé prestigieux et ce que nous voudrions entendre. Pour ma part, il y a longtemps que je n'attends plus de grosse baffe de Manowar mais les quelques chansons réussies (sans être originales pour deux sous) sur "The Lord Of Steel" me feront bien tuer le temps jusqu'au prochain album!


The Walking Dead - Saisons 1 & 2 [Blu-ray]
The Walking Dead - Saisons 1 & 2 [Blu-ray]
DVD ~ Andrew Lincoln

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Enorme, 23 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Walking Dead - Saisons 1 & 2 [Blu-ray] (Blu-ray)
Voici enfin une série US qui n'a pas froid aux yeux! Il est rare de tomber sur un produit aussi bien ficelé et surtout peu regardant de ce qui ne choque pas. "The Walking Dead" est vraiment une plongée dans l'Enfer sur Terre, une vision de l'Apocalypse où des survivants tentent chaque jour d'avancer avec des hordes de zombis non loin, toujours sur le pied de guerre pour manger de la chair fraîche.
Certains reprocheront le manque de morts-vivants ou bien les grandes divergences d'avec la bande dessinée instigatrice du feuilleton mais la série est autonome et vit sa propre vie d'où ces différences. Ca permet surtout d'avoir deux visions et je trouve que ce feuilleton est vraiment réussi, osé pour sa violence et les images parfois choquantes pour un public non averti (mais regarder "The Walking Dead" n'est pas s'asseoir pour découvrir un feuilleton lambda : on sait que les humains se font manger et que pour survivre, ils doivent tuer les zombis). pire, l'humanité en chacun des survivants est mise à l'épreuve en permanence, la promiscuité n'aide en rien et le manque de repères, de nourriture et de projection dans l'avenir fragilisent chaque individu qui devient une bombe à retardement pour tout autre personne. Deux saisons très différentes ici mais surtout, dix-neuf épisodes de grande qualité et pas mal de bonus vraiment cool.
Lancé par Franck Darabont (les Evadés, La Ligne Verte, The Mist), ce show est vraiment l'une des meilleures trouvailles de télé américaine depuis bien longtemps. Il y a des séries emblématique comme "24" ou "X-Files" dans d'autres genres. désormais, "The Walking Dead" est un monument du genre (avec des audiences historiques pour le cable en prime).


Monster
Monster
Prix : EUR 16,99

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Hallelujah, 22 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Monster (CD)
KISS surprend encore après toutes ces années! Trois ans après le déjà réussi "Sonic Boom", le groupe remet le couvert pour un "Monster" au titre un peu présomptueux pour la musique, je trouve qu'il évoque bien davantage KISS que l''album que je trouve un peu sage pour qu'il soit monstrueux.
Le premier single donnait le ton : "Hell Or Hallelujah" était dans la continuité de "Sonic Boom" et il fallait donc s'attendre à un disque de continuité. Chose faite, "Monster" ne bouleverse pas l'univers musical de KISS mais offre un rock bien fait, sans fioriture, sans artifice, juste quatre bonhommes avec leurs instruments et une attitude "larger than life" comme il s'en est fait peu dans l'univers pourtant peu coincé du hard-rock. "Monster" synthétise tout ce qui a fait le groupe, toutes périodes confondues, allant des années soixante-dix avec "All For The Love Of Rock & Roll" dont le riff s'inspire de celui de "Mr Speed" à "Revenge" et même "Psycho Circus" ("Back To The Stone Age" me rappelle bien partiellement "You Wanted The Best" et "Deuce"). Il y a de quoi satisfaire tous les goûts, "Monster" n'est pas figé sur une seule époque, un seul visage de KISS. Gene Simmons n'a participé qu'à cinq chansons pour l'écriture dont le très rock "Eat Your Heart Out" avec son intro a cappella flirtant avec le gospel.
KISS montre de belles facettes avec toujours le micro qui se passe de main en main et chaque membre a vraiment un bon brin de voix malgré les ans pour certains. On ne regrette pas que Paul et Gene passe la main à Tommy et Eric tant le chant leur convient bien en plus de leurs occupations respectives. Le guitariste s'est d'ailleurs bien investi dans la composition et est un élément à part entière du groupe même si le maquillage est celui d'Ace.
S'il devait s'agir du chant du cygne en studio pour KISS (Gene a eu 63 ans, Paul 60), le groupe finirait sa carrière discographique de belle manière après un "Sonic Boom" déjà consistant. "Monster" fait honneur au groupe, à son passé et est beaucoup plus honnête et efficace que la majorité des albums des années quatre-vingt où la chasse du hit-single était permanente. Bref, le Big Bisou a toujours un mordant d'enfer!


Rock Forever
Rock Forever
DVD ~ Tom Cruise
Prix : EUR 8,64

5 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 I love rock n' roll, 21 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Rock Forever (DVD)
Le film fait revivre les plus belles heures du Sunset Strip et le Bourbon n'est jamais qu'inspiré du Whisky-A-Go-Go. Oeuvrant pour les heures de gloire du hard-rock des années 80 (dans la bande-son, on note Bon Jovi, Def leppard, Whitesnake, Foreigner,...) à travers une histoire pas formidable pour son côté fleur bleue mais qui montre néanmoins un véritable point historique, le combat de Tipper Gore et du PMRC qui a réussi à faire poser sur nombre d'albums le fameux autocollant "parental advisory : explicit lyrics" parce que les culs coincés bien-pensants voulaient bannir toute provocation pour les chastes oreilles américaines! Ce groupe factice ici emmené par Catherine Zeta-Jones montre bien le ridicule combat orchestré par cette aristocratie contre le hard-rock et le fameux sticker aura plutôt boosté les ventes qu'autre chose au final!
Tom Cruise est en charge de Stacee Jaxx, fabriqué pour être la rock star ultime : alcoolisé, dégageant une aura sexuelle permanente et auteur de tubes intemporels. L'acteur, comme toutes les autres vedettes du film, a aussi fait parler la voix en enregistrant un paquet de chansons comme "Paradise City" ou "Wanted Dead Or Alive", un tour de force car ce n'est pas donné à tout le monde de remplacer Axl Rose, Jon Bon Jovi ou Klaus Meine! La liste des titres dans le film est bonne, bien choisie sauf qu'au moins trois chansons sont commercialement postérieures à 1987, année supposée de "Rock Forever" : "I Remember You" de Skid Row", "More Than Words" d'Extreme puis "Heaven" de Warrant. Un bémol que seul le fan de hard-rock découvrira et qui appréciera la présence de Sebastian Bach dans la foule sur le trottoir du Bourbon vers la fin du film ;-)
L'histoire du film semble tout droit tirée du "Fall Angel" de Poison avec cette gamine de l'Oklahoma débarquant à Los Angeles pour réussir. On peut aussi noter que "One In A Million" de Guns N' Roses relate le même truc et qu'Axl Rose y livre sa vision de choses après avoir été attaqué au bout d'une heure en sortant du bus l'ayant amené depuis l'Indiana entre autre (ce qui se passe pour l'actrice principale également)! Ensuite, c'est une romance qui sera le fil rouge du film, avec les déboires de Stacee, totalement défoncé et manipulé par son manager.
Comme j'ai découvert le hard-rock en 1988 et que les groupes de l'époque font parti de mes préférés, j'ai accroché à une bonne moitié du film mais autrement, c'est quand même gnan-gnan. Ceci explique partiellement l'échec du film (75 millions de coût pour 55,5 millions de rentrées à l'échelle planétaire, c'est un gros bide) mais c'est surtout le constat d'une époque, les années 80 étaient l'âge d'or du hard-rock qui dominait une bonne partie de la planète avec la pop et aujourd'hui, tout n'est que rap et autre musique de wesh! "Rock Forever" était donc perdu d'avance mais que c'est bon de vivre ces heures insensées où l'on entendait de la vraie bonne musique. Come on feel the noize!


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20