Profil de STEFAN > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par STEFAN
Classement des meilleurs critiques: 15
Votes utiles : 3177

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
STEFAN (Paris, France)
(TOP 50 COMMENTATEURS)    (COMMENTATEUR DU HALL DHONNEUR)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Amon : the Book of Angels Volume 24
Amon : the Book of Angels Volume 24
Prix : EUR 23,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Voila (encore !) les Anges !, 8 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Amon : the Book of Angels Volume 24 (CD)
C'est un fait sur lequel tous les zélotes Zorniens s'accordent : chaque nouveau chapitre du Book of Angels est un évènement attendu avec impatience. Sur les pas d'Aguares, l'excellent volume de Roberto Rodriguez, qui n'est finalement pas si vieux lui qui ne date que de septembre 2014 (5 mois ! toujours aussi rapide le John !), voici le 24ème dans une série qui, semble-t-il, n'est pas prêt de s'éteindre, tant mieux !
Cette fois-ci, la bande à qui Zorn a décidé de confier ses partitions s'appelle Klezmerson, vient de Mexico City, a sorti un album en 2011 sur la bonne maison Tzadik (Siete) où elle pratique une fusion tous azimuts cousine des Secret Chiefs 3 ou du Banquet of the Spirits de Cyro Baptista, deux formations déjà usitées dans le Livre des Anges pour deux exemplaires réussites (Xaphan, Caym), très compatible avec l'univers du composteur new yorkais, c'est le moins que l'on puisse dire.
Evidemment, ces diables étant mexicains, leurs racine latines ne tardent pas à poindre le bout de leur joli nez et donner, avec ô combien de grâce et d'imagination, une nouvelle couleur à la palette pourtant déjà si large du Book of Angels. C'est évident dès l'introductif Samchia où, entre Rumba, Tango et un maniérisme semblant tout droit hérité d'exotiques bandes originales de film d'un Hollywood à l'âge d'or, on se laisse aisément emporter. Le ton ainsi donné ne faiblira pas. Variée, dynamique, créative, la musique de Zorn s'habille particulièrement bien des atours dont la dote Benjamin Schwartz (leader de Klezmerson) et ses nombreux acolytes. D'ailleurs, le réservoir instrumental, déjà multiple en ne considérant que la formation de base, étant encore étendu par l'addition de cordes, de cuivres ou d'instruments plus surprenants (jaranas, oud), c'est à un festin auditif de tous les instants auquel nous sommes conviés, un festin d'autant plus réjouissant que si la musique de Klezmerson sait ne pas toujours être sage, elle demeure absolument mélodique et, vous l'aurez compris, brillamment arrangée, enregistrée et mixée.
A ranger aux côtés d'autres préciosités multiformes (les précités mais aussi le volume du Cracow Klezmer Band, celui de Koby Israelite ou le toujours chaudement recommandé Lucifer de Bar Kokhba, que du beau monde !), Amon est une nouvelle addition de qualité à une série qui n'en finit plus d'épater, un album fortement conseillé aussi, évidemment, et une preuve de plus que la musique de qualité n'a pas de frontière, stylistique ou géographique. Et sinon ? Vite, la suite !

Benjamin Schwartz - viola, piano, organ, jaranas
Chali Mercado - drums
Maria Emilia Martinez - flute
Juan Manuel Ledesma - guitar, requinto, leona
David Zlotnik - saxophone, clarinet
Mario Renteria, Carina Lopez - bass
Chatran Gonzalez - percussion
&
Gustavo Nandayapa - drums, percussion
Osiris Caballero Leon - violin, jarana
Rolando Morejon - violin
Alex Otaola - guitar
Natalia Perez - cello
Moises Garcia - trumpet
Homero Santiago - trombone
Rodrigo Santoyo - oud
John Zorn - composer, executive Producer


The Paul Butterfield Blues Band / East West
The Paul Butterfield Blues Band / East West
Prix : EUR 16,42

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Deux albums légendaires !, 8 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Paul Butterfield Blues Band / East West (CD)
THE PAUL BUTTERFIELD BLUES BAND (1965)
Avant les expérimentations s'inspirant de la musique indienne pour fourbir un blues psychédélique de première importance (East-West), voici les débuts du quintet étatsunien de Paul Butterfield, du blues (semi) blanc répondant avec classe et passion à l'invasion britannique, rien que ça !
Répondant avec leur propre version du blues électrique Chicagoan popularisé par, entre autre, le label Chess via des géants tels que Muddy Waters ou Howlin' Wolf. une version, donc, nettement plus proche des sources, plus authentique que celles des Stones, Yardbirds et autres blues-boomers de la perfide Albion. Il faut dire que Butterfield a le gosier qu'il faut, et un beau talent d'harmoniciste qui ne nuit nullement, et a su s'entourer d'un groupe de qualité où, particulièrement, les guitaristes Mike Bloomfield et Elvin Bishop brillent, forcément, c'est du blues !
Avec, en plus, une sélection de titres, originaux comme standards, qu'on s'enfile comme un bon bourbon millésimé, une production (de Paul Rothchild, qui s'occupera bientôt des Doors, et Mark Abramson, aux manettes du son chez Love) claire et crue, parfaite pour le genre, on n'a plus qu'à battre des nageoires et à déguster ! Santé !

Paul Butterfield -- vocals, harmonica
Mike Bloomfield -- electric guitar
Elvin Bishop -- electric guitar
Jerome Arnold -- bass
Sam Lay -- drums, lead vocal on "I Got My Mojo Working"
&
Mark Naftalin -- organ on "Blues with A Feeling," "Thank You Mr. Poobah," "Screamin'," "Our Love Is Drifting," "Mystery Train," and "Last Night"

EAST-WEST (1966)
Il y a beaucoup à dire sur le Paul Butterfield Blues Band.
Sa formation multiraciale dans une Amérique sortant difficilement des démons d'une politique ségrégationniste déjà, pas forcément facile à assumer au caeur des sixties.
Son incroyable fidélité à un idiome blues t jazz ancien juste électrifié pour contenter la jeune génération et contrer les hordes de chevelus britanniques venus squatter aussi, la formation sait faire, indéniablement.
Mais, sur ce second album, il y a surtout East-West, exploration fusionnelle des ragas indiens sur les base blues et rock du combo, une révolution en soi avec son "cut & paste" alors inédit, un sommet de psychédélisme que les Byrds ou le Quicksilver Messenger Service ne tarderont pas à recycler à leurs sauces (Eight Miles High en version live pour les premiers, Calvary pour les seconds) faisant injustement ombre à la création de Mr. Butterfield et des ses acolytes.
East-West c'est aussi, et surtout !, un excellent album de blues rock soul et cru mais pas sans finesse où un harmoniciste/chanteur d'exception, le leader d'ailleurs un temps réquisitionné par nul autre que le légendaire Muddy Waters, déroule ses exceptionnelles capacités techniques et émotionnelles bien entouré par des musiciens au diapason de sa performance dont un jeune et bouillant Mike Bloomfield (écoutez donc l'exceptionnelle reprise de Nat Adderley, frère de Cannonball, Work Song !). East-West c'est, enfin, une addition nécessaire à toute discothèque rock qui se respecte, un vrai morceau d'histoire avec de la très bonne musique dedans.
Obligatoire !

Paul Butterfield -- vocals, harmonica
Mike Bloomfield -- electric guitar
Elvin Bishop -- electric guitar, lead vocal on "Never Say No"
Mark Naftalin -- piano, organ
Jerome Arnold -- bass
Billy Davenport -- drums


Five Guys Walk Into A Bar (Coffret 4 CD)
Five Guys Walk Into A Bar (Coffret 4 CD)
Prix : EUR 75,12

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 In Your Face(s)!, 4 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Five Guys Walk Into A Bar (Coffret 4 CD) (CD)
Ha les Faces ! Formées à la suite du départ des Small Faces de Steve Marriott pour l'aventure Humble Pie, désireux de se diriger vers une musique moins pop, formées des trois membres restants additionnés de deux transfuges du Jeff Beck Group, Rod Stewart et Ronnie Wood (qui passe pour l'occasion de la basse à la guitare), c'est peut-être la formation de cette époque (fin des années soixante, début des années soixante-dix) la plus injustement oubliée, mal évaluée alors que, franchement, quel groupe quoi ! Pour s'en convaincre, il suffit de glisser les quatre disques du coffret de 2004, Five Guys Walk into a Bar..., une quadruple bonne raison de célébrer un combo à la réputation obscurcie par les circonstances et la faute à pas de chance... Pour une réputation culte au final immensément méritée.
Sélectionnée et compilée par le claviériste de la formation, Ian McLagan, la présente sélection permet de goûter aux moult merveilles dont les Faces furent capables, en studio comme sur scène. Parce que si les enregistrements studio, 4 entre 1970 et 1973 dont Long Player (1971) et A Nod is As Good As a Wink...to a Blind Horse (1973) sont les deux incontournables, la facette live, longtemps tenue par le moyen Coast to Coast: Ouverture for Beginners (1974) sans doute motivé par la cessation d'activité de la formation et quelque obligation contractuelle, était loin de rendre justice à des prestations devenues légendaires. C'est réparé ici à la grâce d'enregistrements de la BBC et d'archives dénichées dans les placards de McLagan.
Rien que pour ça, on peut déjà louer le coffret et le vendre tel l'indispensable objet qu'il est mais il y a, en plus, de nombreuses faces B, des captations de répétitions et, évidemment !, de nombreux extraits des quatre impeccables galettes d'une formation ayant su accoupler son rock'n'blues à une vraie joie de jouer, une chaleur de ton, une (en tout cas apparente) proximité avec son public qu'aucun autre de leurs condisciples d'alors (des Stones aux Kinks en passant par le groupe de leur ex-frontman, Humble Pie) ne développait vraiment. Et si on vous dit que, fondamentalement, la musique des Faces est une simple resucée de ce qui se fit et se fait toujours dans la scène rock and roll en ces débutantes septantes, faites fi de ces injustes critiques et appréciez, simplement, le naturel et l'aisance ici déployés par des instrumentistes peut-être pas exceptionnels (parce que, soyons clairs, Ronnie Wood n'est pas un grand guitariste) mais si intimement dévoués à leur cause que l'enthousiasme rattrape tout.
Suite au départ de Ronnie Lane en 1973, temporairement remplacé par l'ex-Free Tetsu Yamauchi, et à celui, en 1975, de Ronnie Wood parti rejoindre qui vous savez, les Faces plieront les gaulles non sans avoir laissé, dans les mémoires et le annales, d'excellents souvenirs à toute une génération d'amateur de rock de qualité comme le démontreront aisément les quatre galettes argentées de cette anthologie d'une qualité tout simplement époustouflante.
Conséquemment, on ne saurait trop conseiller, puisqu'en plus le coffret est doté d'un beau gros livret contenant notes biographiques, de nombreuses photographies et, plus généralement, tous les détails nécessaires à la compréhension d'une succession de titres non-chronologique, l'acquisition d'un excellent objet par un excellent groupe, et de prendre du plaisir aux quelques belles heures qu'il vous offrira... Indispensable !

CD 1
1. Flying 4:18
2. On The Beach 4:19
3. Too Bad 3:15
4. If I'm on the Late Side 2:39
5. Debris 4:36
6. Jealous Guy (Outtake) 6:44
7. Evil (Rehearsal) 6:38
8. As Long As You Tell Him (B'Side) 4:20
9. Maggie May (Live BBC) 5:32
10. Cindy Incidentally (Outtake) 2:46
11. Maybe I'm Amazed (Live BBC) 6:12
12. Insurance (Outtake) 4:04
13. I Came Looking For You (Rehearsal) 3:17
14. Last Orders Please 2:36
15. Wyndlesham Bay (Jodie) (Outtake) 3:08
16. I Can Feel The Fire (Live) 5:38
17. Tonight's Number 3:14
18. Come See Me Baby (The Cheater) (Outtake) 4:19

CD 2
1. Pool Hall Richard 4:25
2. You're My Girl (I Don't Want To Discuss It) (Live BBC) 5:21
3. Glad and Sorry 3:07
4. Shake, Shudder, Shiver (Reharsal) 3:39
5. Miss Judy's Farm (Live BBC) 4:39
6. Richmond 3:03
7. That's All You Need 5:07
8. Rear Wheel Skid (B'Side) 4:45
9. Maybe I'm Amazed 3:39
10. (If Loving You Is Wrong) I Don't Want To Be Right (Outtake) 4:54
11. Take A Look at the Guy (Live) 4:53
12. Flags and Banners 2:02
13. Bad 'N' Ruin (Live BBC) 5:25
14. Around The Plynth 5:55
15. Sweet Lady Mary 5:51
16. Had Me A Real Good Time 5:53
17. Cut Across Shorty (Live BBC) 6:25

CD 3
1. You're So Rude 3:43
2. (I Know) I'm Losing You (Live BBC) 7:07
3. Love Lives Here 3:06
4. I'd Rather Go Blind (Live) 6:03
5. Hi-Heel Sneakers 5:08
6. Gettin' Hungry 5:12
7. Silicone Grown 3:08
8. Oh Lord I'm Browned Off (B'Side) 3:50
9. Just Another Honky 3:34
10. Open To Ideas 3:59
11. Skewiff (Mend the Fuse) (B'Side) 5:16
12. Too Bad (Live) 5:53
13. Rock Me 4:41
14. Angel (Live BBC) 4:16
15. Stay With Me (Live BBC) 5:51
16. Ooh La La 3:31

CD 4
1. The Stealer (Live BBC) 3:17
2. Around the Plynth (Live BBC) 7:34
3. You Can Make Me Dance, Sing or Anything (Even Take the Dog For a Walk, Mend a Fuse, Fold Away the Ironing Board, or Any Other Domestic Shortcomings) 4:31
4. I Wish It Would Rain 4:45
5. Miss Judy's Farm (Live BBC) 4:00
6. Love in Vain (Live BBC) 8:22
7. My Fault (Live BBC) 3:23
8. I Feel So Good (Rehearsal) 6:27
9. Miss Judy's Farm 3:41
10. Three Button Hand Me Down 5:46
11. Cindy Incidentally 2:39
12. Borstal Boys 2:54
13. Flying (Live BBC) 3:58
14. Bad 'N' Ruin 5:25
15. Dishevelment Blues (Flexi Disc) 4:48
16. Stay With Me 4:40

Kenney Jones: drums, percussion (June 1969 - December 1975)
Ronnie Lane: bass, acoustic guitar, dobro, tambourine, vocals (June 1969 - June 1973)
Ian McLagan: organ, acoustic and electric pianos, harmonium, clavinet, background vocals (June 1969 - December 1975)
Rod Stewart: vocals; banjo; rhythm guitar on "Flags and Banners" and "I Feel So Good" (July 1969 - December 1975)
Ronnie Wood: lead, slide, and pedal steel guitars, bass, harmonica, vocals (June 1969 - December 1975)
Tetsu Yamauchi: bass (August 1973 - December 1975)
&
Harry Beckett, Bobby Keyes: horns on "Had Me A Real Good Time" and "Tonight's Number"
Pete Townshend: guitar on "Tonight's Number"


Paul Butterfield Blues Band
Paul Butterfield Blues Band
Prix : EUR 8,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Toute la musique que j'aime..., 2 février 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paul Butterfield Blues Band (CD)
Avant les expérimentations s'inspirant de la musique indienne pour fourbir un blues psychédélique de première importance (East-West), voici les débuts du quintet étatsunien de Paul Butterfield, du blues (semi) blanc répondant avec classe et passion à l'invasion britannique, rien que ça !
Répondant avec leur propre version du blues électrique Chicagoan popularisé par, entre autre, le label Chess via des géants tels que Muddy Waters ou Howlin' Wolf. une version, donc, nettement plus proche des sources, plus authentique que celles des Stones, Yardbirds et autres blues-boomers de la perfide Albion. Il faut dire que Butterfield a le gosier qu'il faut, et un beau talent d'harmoniciste qui ne nuit nullement, et a su s'entourer d'un groupe de qualité où, particulièrement, les guitaristes Mike Bloomfield et Elvin Bishop brillent, forcément, c'est du blues !
Avec, en plus, une sélection de titres, originaux comme standards, qu'on s'enfile comme un bon bourbon millésimé, une production (de Paul Rothchild, qui s'occupera bientôt des Doors, et Mark Abramson, aux manettes du son chez Love) claire et crue, parfaite pour le genre, on n'a plus qu'à battre des nageoires et à déguster ! Santé !

1. Born in Chicago 2:55
2. Shake Your Money-Maker 2:27
3. Blues with a Feeling 4:20
4. Thank You Mr. Poobah 4:05
5. Got My Mojo Working 3:30
6. Mellow Down Easy 2:48
7. Screamin' 4:30
8. Our Love Is Drifting 3:25
9. Mystery Train 2:45
10. Last Night 4:15
11. Look Over Yonders Wall 2:23

Paul Butterfield -- vocals, harmonica
Mike Bloomfield -- electric guitar
Elvin Bishop -- electric guitar
Jerome Arnold -- bass
Sam Lay -- drums, lead vocal on "I Got My Mojo Working"
&
Mark Naftalin -- organ on "Blues with A Feeling," "Thank You Mr. Poobah," "Screamin'," "Our Love Is Drifting," "Mystery Train," and "Last Night"
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Mar 8, 2015 10:50 PM CET


Otis Blue : Redding, Otis  Sings Soul
Otis Blue : Redding, Otis Sings Soul
Prix : EUR 10,82

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Soulman !, 2 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Otis Blue : Redding, Otis Sings Soul (CD)
Le premier grand album d'Otis, son meilleur peut-être, Otis Blues (Otis Redding Sings Soul), est le 3ème album du natif de Géorgie, une confirmation, presque une révélation du grand animal soul qu'on tient là.
Pas que Pain in My Heart et The Great Redding, Otis Sings Soul Ballads n'ai pas été de jolies réussites, le premier plus que le second trop contraint dans le format ballade soul, avec déjà un groupe aux petits oignons fourni par la bonne maison Stax, une sorte de rareté ou blancs et noirs groovent de concert sans que personne n'y trouve trop rien à redire, un exploit dans un Sud encore nettement ségrégationniste, mais c'est ici, peut-être parce qu'il a enfin confiance dans ses énormes capacités qu'Otis se révèle comme l'animal dangereusement sensuel passé à la postérité. Il faut dire que la sélection, 2 originaux en ouverture complémentées d'un beau choix de neuf reprises bien arrangées, et pas que soul puisqu'incluant le Satisfaction des Rolling Stones !, en impose et continue, cinq décennies plus tard, de fournir une belle portion de chaque best of du grand Otis, il n'y a pas de fumée sans feu dit-on.
Or donc quand un groupe aussi "tight" que celui formé de Cropper, Booker T, Donald Dunn et Cie (dont Isaac Hayes qui double à la coproduction) s'allie à la resplendissante animalité d'un Otis déjà au sommet de son art, ça nous fait ? Un chef d'aeuvre intemporel, sapristi !, un immanquable ô combien conseillé.

1. Ole Man Trouble 2:55
2. Respect 2:05
3. Change Gonna Come 4:17
4. Down in the Valley 3:02
5. I've Been Loving You Too Long 3:10
6. Shake 2:35
7. My Girl 2:52
8. Wonderful World 3:00
9. Rock Me Baby 3:20
10. Satisfaction 2:45
11. You Don't Miss Your Water 2:53

Otis Redding - vocals
Booker T. Jones - keyboards, piano
Isaac Hayes - keyboards, piano, producer
Steve Cropper - guitar, producer
Donald Dunn - bass
Al Jackson, Jr. - drums
Wayne Jackson - trumpet
Gene Miller - trumpet
Andrew Love - tenor saxophone
Floyd Newman - baritone saxophone
William Bell - backing vocals
Earl Sims - backing vocals


Help ! (Enregistrement original remasterisé)
Help ! (Enregistrement original remasterisé)
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 BoF +extra, 1 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Help ! (Enregistrement original remasterisé) (CD)
Ils n'ont pas encore abandonné la scène mais y pensent sans doute déjà, en 1965, les Beatles font du cinéma, et un album pour accompagner, Help! que ça s'appelle, c'est vachement bien.
Evidemment, on est encore loin des ambitions à venir mais, diantre !, il y a matière à s'enthousiasmer pour cette excellente collection de chansons pop de premier ordre. Côté classiques incontournables, deux titres dominent évidemment l'affiche, la chanson titre, imparable d'énergie et de bonne humeur (malgré des paroles douces-amères) et, aussi nostalgique mais en nettement plus doux, un Yesterday que moult artistes n'auront de cesse de reprendre avec plus ou moins de succès. Ceci ne doit pas amoindrir l'intérêt de quelques autres : You've Got to Hide Your Love Away où Lennon se prend pour Dylan et le fait bien, I Need You qui, proche du son des débuts du groupe vaut présentement pour l'excellence de sa mélodie, You're Gonna Lose That Girl et It's Only Love où déjà le son Rubber Soul se fait jour, Ticket to Ride bien sûr avec son gimmick de batterie inoxydable et sa mélodie qu'on reprend si volontiers à tue-tête (désolé pour les voisins !), un Act Naturally délicieusement rétro, le meilleur morceau de Ringo jusque là (et une reprise de Buck Owens, accessoirement), I've Seen Her Face petit swing acoustique si typique de Macca, et enfin la seconde reprise de l'album, la dernière que les Beatles enregistreront dans leur carrière, le rock énergisant de Dizzy Miss Lizzy ou Lennon s'époumone de plaisir comme au temps d'un glorieux Twist and Shout... Que des merveilles ou presque, preuve de la créativité alors bouillonnante du quatuor et, en particulier, du duo Lennon/McCartney. Et la "gouvernance sonique" d'un George Martin, le 5ème Beatle, présidant à la réussite de ses poulains (aux aeufs d'or) qu'on n'oublie évidemment pas.
Album charnière, encore attaché au passé mais clairement prêt à larguer les amarres, Help! est évidemment recommandé et ne fait définitivement pas son demi-siècle !

John Lennon - lead, harmony and background vocals; acoustic (six and twelve-string) and rhythm guitars; electric piano
Paul McCartney - lead, harmony and background vocals; lead, acoustic and bass guitars; acoustic and electric pianos; güiro
George Harrison - lead, harmony and background vocals; acoustic, rhythm and lead guitars
Ringo Starr - drums, handclaps and assorted percussion (tambourine, maracas, cowbell, bongos, claves and brushed snare); lead vocals (on "Act Naturally")
&
George Martin - piano and producer
John Scott - flutes on "You've Got to Hide Your Love Away"
String quartet on "Yesterday", arranged by Martin in association with McCartney

PS: 4,9 on ne peut pas ? Alors je mets 5.


Summer Days & Summer Nights
Summer Days & Summer Nights
Prix : EUR 9,08

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Summer Days (and Summer Nights), 1 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Summer Days & Summer Nights (CD)
Presque aussi décisive que leur sortie du mois de mars de la même année (Today!), la galette estivale de 1965 des Beach Boys est, comme son titre l'indique, Summer Days (and Summer Nights!!), une petite aeuvre pleine de soleil et de bonne humeur... Pas si mal déjà, non ?
Evidemment, Brian Johnson fomentant déjà ses futures extravagances pop, il y a moult détails, finesses à détailler à l'écoute attentive de l'opus. Evidemment, avec un pareil groupe de compositeurs, Brian Wilson et Mike Love en tête, il y a une belles poignées de chansons imparables à retrouver ici (California Girls évidemment mais aussi Help Me Rhonda, qui sera numéro 1, Let Him Run Wild ou Girl Don't Tell Me) voisiné, hélas, de morceaux nettement moins essentiels mais néanmoins agréables (quoique, Salt Lake City, bof quoi).
Une étape sur la route d'un incontournable Pet Sounds (moins d'un an après !) Summer Days (and Summer Nights) est une amusante galette de perfect pop... A défaut de mieux. Oui, je sais, ce sont tout de même les Beach Boys, le plus grand groupe américain de pop music de tous les temps mais, bon, qui aime bien châtie bien.

1. The Girl from New York City 1:54
2. Amusement Parks U.S.A. 2:29
3. Then I Kissed Her 2:15
4. Salt Lake City 2:00
5. Girl Don't Tell Me 2:19
6. Help Me, Rhonda 2:46
7. California Girls 2:46
8. Let Him Run Wild 2:20
9. You're So Good to Me 2:14
10. Summer Means New Love 1:59
11. I'm Bugged at My Ol' Man 2:17
12. And Your Dream Comes True 1:04

Al Jardine - lead, harmony and backing vocals; electric rhythm guitar; hand claps
Bruce Johnston - harmony and backing vocals; acoustic grand piano, hammond organ, celeste; hand claps
Mike Love - lead, harmony and backing vocals; hand claps
Brian Wilson - lead, harmony and backing vocals; bass guitar; acoustic upright piano; hammond organ; hand claps, timpani
Carl Wilson - lead, harmony and backing vocals; lead, rhythm, acoustic and twelve-string guitar; hand claps
Dennis Wilson - harmony and backing vocals; drums, tambourine, hand claps
&
Israel Baker - violin
Arnold Belnick - violin
Hal Blaine - drums, timbales
Glen Campbell - electric guitar
Frank Capp - vibraphone
Roy Caton - trumpet
Jerry Cole - twelve-string guitar
Al De Lory - organ
Joseph DiFlore - viola
Steve Douglas - tenor saxophone
James Getzoff - violin
William Hinshaw - french horn
Harry Hyams - viola
Plas Johnson - tenor saxophone
Carol Kaye - electric bass guitar
Bernard Kundell - violin
Jay Migliorii - baritone saxophone
Leonard Malarsky - violin
Jack Nimitz - bass saxophone
Bill Pitman - electric guitar
Ray Pohlman - bass guitar
Lyle Ritz - upright bass
Howard Roberts - guitar
Leon Russell - piano
Billy Lee Riley - harmonica
Ralph Schaeffer - violin
Sid Sharp - violin
Billy Strange - rhythm guitar, ukulele; tambourine
Ron Swallow - tambourine
Tommy Tedesco - lead guitar
Julius Wechter - claves
Marilyn Wilson - harmony and backing vocals
Tibor Zelig - violin


Summer Days & Summer Nights (l
Summer Days & Summer Nights (l
Proposé par VTN-GmbH
Prix : EUR 27,73

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Summer Days (and Summer Nights), 1 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Summer Days & Summer Nights (l (CD)
Presque aussi décisive que leur sortie du mois de mars de la même année (Today!), la galette estivale de 1965 des Beach Boys est, comme son titre l'indique, Summer Days (and Summer Nights!!), une petite aeuvre pleine de soleil et de bonne humeur... Pas si mal déjà, non ?
Evidemment, Brian Johnson fomentant déjà ses futures extravagances pop, il y a moult détails, finesses à détailler à l'écoute attentive de l'opus. Evidemment, avec un pareil groupe de compositeurs, Brian Wilson et Mike Love en tête, il y a une belles poignées de chansons imparables à retrouver ici (California Girls évidemment mais aussi Help Me Rhonda, qui sera numéro 1, Let Him Run Wild ou Girl Don't Tell Me) voisiné, hélas, de morceaux nettement moins essentiels mais néanmoins agréables (quoique, Salt Lake City, bof quoi).
Une étape sur la route d'un incontournable Pet Sounds (moins d'un an après !) Summer Days (and Summer Nights) est une amusante galette de perfect pop... A défaut de mieux. Oui, je sais, ce sont tout de même les Beach Boys, le plus grand groupe américain de pop music de tous les temps mais, bon, qui aime bien châtie bien.

1. The Girl from New York City 1:54
2. Amusement Parks U.S.A. 2:29
3. Then I Kissed Her 2:15
4. Salt Lake City 2:00
5. Girl Don't Tell Me 2:19
6. Help Me, Rhonda 2:46
7. California Girls 2:46
8. Let Him Run Wild 2:20
9. You're So Good to Me 2:14
10. Summer Means New Love 1:59
11. I'm Bugged at My Ol' Man 2:17
12. And Your Dream Comes True 1:04

Al Jardine - lead, harmony and backing vocals; electric rhythm guitar; hand claps
Bruce Johnston - harmony and backing vocals; acoustic grand piano, hammond organ, celeste; hand claps
Mike Love - lead, harmony and backing vocals; hand claps
Brian Wilson - lead, harmony and backing vocals; bass guitar; acoustic upright piano; hammond organ; hand claps, timpani
Carl Wilson - lead, harmony and backing vocals; lead, rhythm, acoustic and twelve-string guitar; hand claps
Dennis Wilson - harmony and backing vocals; drums, tambourine, hand claps
&
Israel Baker - violin
Arnold Belnick - violin
Hal Blaine - drums, timbales
Glen Campbell - electric guitar
Frank Capp - vibraphone
Roy Caton - trumpet
Jerry Cole - twelve-string guitar
Al De Lory - organ
Joseph DiFlore - viola
Steve Douglas - tenor saxophone
James Getzoff - violin
William Hinshaw - french horn
Harry Hyams - viola
Plas Johnson - tenor saxophone
Carol Kaye - electric bass guitar
Bernard Kundell - violin
Jay Migliorii - baritone saxophone
Leonard Malarsky - violin
Jack Nimitz - bass saxophone
Bill Pitman - electric guitar
Ray Pohlman - bass guitar
Lyle Ritz - upright bass
Howard Roberts - guitar
Leon Russell - piano
Billy Lee Riley - harmonica
Ralph Schaeffer - violin
Sid Sharp - violin
Billy Strange - rhythm guitar, ukulele; tambourine
Ron Swallow - tambourine
Tommy Tedesco - lead guitar
Julius Wechter - claves
Marilyn Wilson - harmony and backing vocals
Tibor Zelig - violin


Summer Days (And Summer Nights!)
Summer Days (And Summer Nights!)
Prix : EUR 20,30

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Summer Days (and Summer Nights), 1 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Summer Days (And Summer Nights!) (Album vinyle)
Presque aussi décisive que leur sortie du mois de mars de la même année (Today!), la galette estivale de 1965 des Beach Boys est, comme son titre l'indique, Summer Days (and Summer Nights!!), une petite aeuvre pleine de soleil et de bonne humeur... Pas si mal déjà, non ?
Evidemment, Brian Johnson fomentant déjà ses futures extravagances pop, il y a moult détails, finesses à détailler à l'écoute attentive de l'opus. Evidemment, avec un pareil groupe de compositeurs, Brian Wilson et Mike Love en tête, il y a une belles poignées de chansons imparables à retrouver ici (California Girls évidemment mais aussi Help Me Rhonda, qui sera numéro 1, Let Him Run Wild ou Girl Don't Tell Me) voisiné, hélas, de morceaux nettement moins essentiels mais néanmoins agréables (quoique, Salt Lake City, bof quoi).
Une étape sur la route d'un incontournable Pet Sounds (moins d'un an après !) Summer Days (and Summer Nights) est une amusante galette de perfect pop... A défaut de mieux. Oui, je sais, ce sont tout de même les Beach Boys, le plus grand groupe américain de pop music de tous les temps mais, bon, qui aime bien châtie bien.

1. The Girl from New York City 1:54
2. Amusement Parks U.S.A. 2:29
3. Then I Kissed Her 2:15
4. Salt Lake City 2:00
5. Girl Don't Tell Me 2:19
6. Help Me, Rhonda 2:46
7. California Girls 2:46
8. Let Him Run Wild 2:20
9. You're So Good to Me 2:14
10. Summer Means New Love 1:59
11. I'm Bugged at My Ol' Man 2:17
12. And Your Dream Comes True 1:04

Al Jardine - lead, harmony and backing vocals; electric rhythm guitar; hand claps
Bruce Johnston - harmony and backing vocals; acoustic grand piano, hammond organ, celeste; hand claps
Mike Love - lead, harmony and backing vocals; hand claps
Brian Wilson - lead, harmony and backing vocals; bass guitar; acoustic upright piano; hammond organ; hand claps, timpani
Carl Wilson - lead, harmony and backing vocals; lead, rhythm, acoustic and twelve-string guitar; hand claps
Dennis Wilson - harmony and backing vocals; drums, tambourine, hand claps
&
Israel Baker - violin
Arnold Belnick - violin
Hal Blaine - drums, timbales
Glen Campbell - electric guitar
Frank Capp - vibraphone
Roy Caton - trumpet
Jerry Cole - twelve-string guitar
Al De Lory - organ
Joseph DiFlore - viola
Steve Douglas - tenor saxophone
James Getzoff - violin
William Hinshaw - french horn
Harry Hyams - viola
Plas Johnson - tenor saxophone
Carol Kaye - electric bass guitar
Bernard Kundell - violin
Jay Migliorii - baritone saxophone
Leonard Malarsky - violin
Jack Nimitz - bass saxophone
Bill Pitman - electric guitar
Ray Pohlman - bass guitar
Lyle Ritz - upright bass
Howard Roberts - guitar
Leon Russell - piano
Billy Lee Riley - harmonica
Ralph Schaeffer - violin
Sid Sharp - violin
Billy Strange - rhythm guitar, ukulele; tambourine
Ron Swallow - tambourine
Tommy Tedesco - lead guitar
Julius Wechter - claves
Marilyn Wilson - harmony and backing vocals
Tibor Zelig - violin


2 for 1: the Beach Boys Today! / Summer Days (and Summer Nights!!)
2 for 1: the Beach Boys Today! / Summer Days (and Summer Nights!!)
Prix : EUR 9,98

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Summer Days (and Summer Nights), 1 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : 2 for 1: the Beach Boys Today! / Summer Days (and Summer Nights!!) (CD)
Presque aussi décisive que leur sortie du mois de mars de la même année (Today!), la galette estivale de 1965 des Beach Boys est, comme son titre l'indique, Summer Days (and Summer Nights!!), une petite aeuvre pleine de soleil et de bonne humeur... Pas si mal déjà, non ?
Evidemment, Brian Johnson fomentant déjà ses futures extravagances pop, il y a moult détails, finesses à détailler à l'écoute attentive de l'opus. Evidemment, avec un pareil groupe de compositeurs, Brian Wilson et Mike Love en tête, il y a une belles poignées de chansons imparables à retrouver ici (California Girls évidemment mais aussi Help Me Rhonda, qui sera numéro 1, Let Him Run Wild ou Girl Don't Tell Me) voisiné, hélas, de morceaux nettement moins essentiels mais néanmoins agréables (quoique, Salt Lake City, bof quoi).
Une étape sur la route d'un incontournable Pet Sounds (moins d'un an après !) Summer Days (and Summer Nights) est une amusante galette de perfect pop... A défaut de mieux. Oui, je sais, ce sont tout de même les Beach Boys, le plus grand groupe américain de pop music de tous les temps mais, bon, qui aime bien châtie bien.

1. The Girl from New York City 1:54
2. Amusement Parks U.S.A. 2:29
3. Then I Kissed Her 2:15
4. Salt Lake City 2:00
5. Girl Don't Tell Me 2:19
6. Help Me, Rhonda 2:46
7. California Girls 2:46
8. Let Him Run Wild 2:20
9. You're So Good to Me 2:14
10. Summer Means New Love 1:59
11. I'm Bugged at My Ol' Man 2:17
12. And Your Dream Comes True 1:04

Al Jardine - lead, harmony and backing vocals; electric rhythm guitar; hand claps
Bruce Johnston - harmony and backing vocals; acoustic grand piano, hammond organ, celeste; hand claps
Mike Love - lead, harmony and backing vocals; hand claps
Brian Wilson - lead, harmony and backing vocals; bass guitar; acoustic upright piano; hammond organ; hand claps, timpani
Carl Wilson - lead, harmony and backing vocals; lead, rhythm, acoustic and twelve-string guitar; hand claps
Dennis Wilson - harmony and backing vocals; drums, tambourine, hand claps
&
Israel Baker - violin
Arnold Belnick - violin
Hal Blaine - drums, timbales
Glen Campbell - electric guitar
Frank Capp - vibraphone
Roy Caton - trumpet
Jerry Cole - twelve-string guitar
Al De Lory - organ
Joseph DiFlore - viola
Steve Douglas - tenor saxophone
James Getzoff - violin
William Hinshaw - french horn
Harry Hyams - viola
Plas Johnson - tenor saxophone
Carol Kaye - electric bass guitar
Bernard Kundell - violin
Jay Migliorii - baritone saxophone
Leonard Malarsky - violin
Jack Nimitz - bass saxophone
Bill Pitman - electric guitar
Ray Pohlman - bass guitar
Lyle Ritz - upright bass
Howard Roberts - guitar
Leon Russell - piano
Billy Lee Riley - harmonica
Ralph Schaeffer - violin
Sid Sharp - violin
Billy Strange - rhythm guitar, ukulele; tambourine
Ron Swallow - tambourine
Tommy Tedesco - lead guitar
Julius Wechter - claves
Marilyn Wilson - harmony and backing vocals
Tibor Zelig - violin

3/5 tout seul, le coffret mérite un 4/5 Today! étant meilleur.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20