Profil de Glüklicher > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Glüklicher
Classement des meilleurs critiques: 26.462
Votes utiles : 36

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Glüklicher (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
Pour lire Jacques Lacan
Pour lire Jacques Lacan
par Philippe Julien
Edition : Poche
Prix : EUR 7,10

2.0 étoiles sur 5 Double déception, 7 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pour lire Jacques Lacan (Poche)
Tout irait mieux, déjà, si l'éditeur n'avait pas cru bon de changer le titre original (quelque chose autour du stade du miroir) en "Pour lire Jacques Lacan", ni mis en avant en 4ème de couverture qu'il s'agit là d'une "introduction" à Lacan.

Car ce n'est pas le cas... et l'on a bien plutôt un essai sur le stade du miroir et la place de l'imaginaire dans l'oeuvre du grand Jaclaque Han.

Aussi, pour moi, l'ouvrage est-il doublement décevant : décevant comme introduction qu'il n'est pas (là, c'est la faute de l'éditeur), mais décevant aussi comme essai, puisque l'auteur suit le développement des "concepts" lacaniens avec un sérieux certes désarmant, mais auquel manque totalement l'inspiration, qui, au moins, ne faisait pas tout à fait toujours défaut à la version original en abscons dans le texte. Autant lire l'original, donc, puisqu'au final ce n'est même pas plus clair, si c'est plus simple.

Passez votre chemin...


VIOLENCE DES RICHES
VIOLENCE DES RICHES
par MICHEL PINCON
Edition : Broché

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Salutaire mais... sommaire !, 15 août 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : VIOLENCE DES RICHES (Broché)
Il y beaucoup de choses intéressantes dans cet ouvrage, qui sonnent aussi pour beaucoup comme du déjà-connu... Mais ce n'est pas faire œuvre inutile que de les rappeler, et je garderai de cette lecture la thèse centrale selon laquelle la domination est d'abord et avant tout intériorisée par les dominés, si bien qu'on pourrait facilement oublier à qui elle profite.
Cela dit, et bien que je sois assez d'accord avec à peu près tout, je ne suis pas très enthousiasmé par la "fabrique" de l'ouvrage : les auteurs se réfèrent toujours au modèle de la grande-bourgeoisie sans nous éclairer sur les changements sociaux à l’œuvre dans cette "classe" (elle seule serait immuable ? ses valeurs inchangées ? elle seule serait parfaitement homogène ? j'en doute un peu... et quid des "riches" par rapport à la "bourgeoisie" ?) ; l'argumentation aurait gagné à être resserrée et les exemples hiérarchisés, car, par instant, j'ai eu un peu l'impression d'entendre un discours type. Sympathique, bien sûr, mais un peu court, pour deux chercheurs que l'État a tout de même appointés à vie pour contester le système (désolé, c'est mesquin, mais je n'ai pas pu m'en empêcher).


Les Bienveillantes - Prix Goncourt et Prix du roman de l'Académie française 2006
Les Bienveillantes - Prix Goncourt et Prix du roman de l'Académie française 2006
par Jonathan Littell
Edition : Broché
Prix : EUR 28,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Un (trop) grand roman, 15 janvier 2014
À relire ce gros roman longtemps (au regard du temps médiatique) après sa sortie, je me dis qu'il est décidément aussi raté que fascinant.
Raté, parce que son narrateur personnage ne fonctionne pas. Car il opère comme pur prétexte à nous "promener" dans le théâtre fou du nazisme (Stalingrad, Hőss, Frank, Speer, Himmler, Eichmann.... il aura tout vu Aue... au mépris de la vraisemblance) et, en même temps, relève d'une prétention à la justesse, alors qu'il s'agit évidemment d'un personnage purement "livresque", composé de souvenirs de lecture, de films... romanesques et historiques, jamais charnel, jamais dense, malgré l'accumulation d'éléments sur son corps.
C'est comme si, en voulant faire une oeuvre totale, impressionnante, Littell n'avait pas su choisir. Il en fait trop, son roman est trop chargé et le fil se perd.
En même temps, ce livre demeure impressionnant. Et même ses défauts me donnent plus à penser que bien des petites réussites impressionnistes.
Et un livre qui supporte la lecture ne saurait être raté... s'il n'est pas non plus le chef d'oeuvre qu'on a dit.


Canada - prix Fémina étranger 2013
Canada - prix Fémina étranger 2013
par Richard Ford
Edition : Broché
Prix : EUR 22,50

3 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Alternative au Stilnox..., 28 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Canada - prix Fémina étranger 2013 (Broché)
Zut, je suis parti en voyage avec ce seul gros pavé, étant manifestement encore assez scolaire pour croire sur parole les critiques dithyrambiques....
Mais quel ennui, c'est insoutenable !
Tchekhov, Munro écrivent sur la nullité des destinées humaines et c'est splendide mais là... dodo.
Pourtant, je me souviens de Ford à travers un petit texte très réussi sur sa mère.
Enfin Canada, ça piétine. Ford répète obstinément la même psychologie de bazar, et ça ne fait pas un livre. Comme la traduction est tout aussi laborieuse... on peut oublier !
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 21, 2014 11:58 AM MEST


La vie poétique, II : Une façon de chanter
La vie poétique, II : Une façon de chanter
par Jean Rouaud
Edition : Poche
Prix : EUR 6,80

2.0 étoiles sur 5 Éventé, 2 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La vie poétique, II : Une façon de chanter (Poche)
J'aime beaucoup Jean Rouaud. Ou devrais-je dire j'aimais ?
Car si le tome 1 de sa vie poétique réservait encore quelques perles de joliesse et de drôlerie, là, c'est pas gagné.
Autocitations pléthoriques, redites, tome 1, tome 2, mais il nous fait son Panthéon, le cher Rouaud ?
Je suis triste de le dire, mais il me semble lire là de l'écriture par habitude. Ça ne pétille plus.


Plonger - Prix de l'Académie française 2013
Plonger - Prix de l'Académie française 2013
par Christophe Ono-Dit-Biot
Edition : Broché
Prix : EUR 21,00

9 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Romantisme mou, 2 décembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plonger - Prix de l'Académie française 2013 (Broché)
Dès la dédicace, j'ai eu un mauvais pressentiment : "À A. qui m'a donné H.". Mais je m'en moque, moi, qu'A. ait donné H. ou B. P. ou P. Q. !
Bon, je fais mon cuistre, mais les 100 pages de vignettes romantiques et de clichés (on ne sait plus lire, on communique mais on ne se parle plus et blablabla) qui suivent sont dans la lignée. Bavard, complaisant, sans vision, sans humour, et le tout dans un style relâché.
Pour ma part, la plongée s'arrêtera p. 120.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 28, 2013 12:38 PM CET


Roman des origines et origines du roman
Roman des origines et origines du roman
par Marthe Robert
Edition : Poche
Prix : EUR 12,90

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Un classique un peu court..., 18 décembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Roman des origines et origines du roman (Poche)
La thèse de Marthe Robert dans ce livre est aussi efficace que simple : écrire un roman aurait trait à ce que Freud appelle dans un article célèbre le "roman familial", autrement dit relèverait d'un rêve sur son origine propre. Rêve qui peut être ou totalement fantaisiste, ou intégré au réel (dans ce cas, il correspond au second stade, œdipien, du roman familial). D'où deux manières d'écrire des romans.

A partir de cette hypothèse, qui fait l'objet de la première partie, assez courte, l'auteur parcourt quelques grandes œuvres romanesques. L'ouvrage est très clair, écrit avec vivacité, mais le point de départ (qui est aussi le point d'arrivée, puisque les lectures menées servent à le corroborer) est un peu trop vaste pour que le propos fasse vraiment mouche. L'approche psychobiographique - qui sous-tend l'ouvrage sans être vraiment assumée jusqu'au bout - n'est peut-être pas non plus la manière la plus éclairante de parler des textes (s'il est vrai qu'elle garde toute sa vérité concernant la création). Bref, un livre agréable, mais d'une portée limitée.


Paris-Brest
Paris-Brest
par Tanguy Viel
Edition : Broché
Prix : EUR 14,20

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
1.0 étoiles sur 5 Faible, faible, faible..., 10 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Paris-Brest (Broché)
Pour la petite histoire, j'ai acheté ce livre parce que j'habite en ce moment Brest. De ce côté-là, l'incipit offre UNE métaphore passable sur la ville. D'un Brestois, on pouvait quand même attendre un peu mieux, mais bon, c'était déjà ça.

Car malheureusement, de la page 2 à la fin, rien, le néant.

Pas d'intrigue, pas de personnages, style lourdingue (si c'était cela que j'essaierais de faire ici, la parodie du style de cet auteur, car cet auteur écrit comme cela, c'est à peu près ça que j'écrirais, je le dis).

Les critiques fièrement exhibées sur le dos du livre (suspect, déjà, cette réclame) qui y ont vu une mise en abîme de l'écriture ont de très bons souvenirs de leur bac français et une dose de bonne volonté qui frise la sottise (sans parler de celle-ci dans La Croix qui évoque Brest et ses "maisons aux murs de granit épais" ; je me gausse).

Non, bref, aucun mais aucun intérêt. Sans doute faut-il lire de temps en temps des livres ratés comme celui-ci pour comprendre par réaction ce qu'est la littérature. Souhaitons que l'auteur y réfléchisse aussi, à l'avenir. Et les critiques, aussi, tiens.


Des hommes illustres
Des hommes illustres
par Jean Rouaud
Edition : Poche
Prix : EUR 5,40

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 La gloire de mon père, 10 mai 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Des hommes illustres (Poche)
J'ai découvert l'auteur avec ses Champs d'honneur, comme beaucoup de monde sans doute, quoique pas en leur temps.
Des hommes illustres poursuit dans la même veine, autour de la figure du père, mais les fragments sont moins fragmentaires (vers la fin, on a même un petit roman sur la guerre du père), et il y a moins de personnages, moins de drôlerie. J'ai donc moins souri, mais j'ai été très ému par ce portrait d'un homme absolument ordinaire et absolument pas banal. Un père.
Et comment résister à un écrivain qui écrit une phrase comme :
"de porter sur leurs flancs ballonnés cette étrange géographie de continents bruns et d'océans ivoire les avaient convaincues que le monde, elles en avaient fait le tour". Elles, ce sont les vaches...


Peut-on appliquer la littérature à la psychanalyse ?
Peut-on appliquer la littérature à la psychanalyse ?
par Pierre Bayard
Edition : Broché
Prix : EUR 15,20

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Liberté pour la littérature !, 19 avril 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Peut-on appliquer la littérature à la psychanalyse ? (Broché)
Dans cet ouvrage assez savoureux à lire, Bayard défend une idée simple : psychanalyser un auteur ou un texte, c'est empêcher l'œuvre d'exprimer son propre savoir sur l'inconscient. Après un début qui varie un peu longuement sur cette idée, les exemples fusent, du Moyen Age à aujourd'hui, et c'est très intelligent. Un livre de grand amoureux de la littérature.


Page : 1 | 2