Profil de M.L.Masson > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par M.L.Masson
Classement des meilleurs critiques: 1.372.357
Votes utiles : 92

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
M.L.Masson (Saint-Germain en Laye)

Afficher :  
Page : 1 | 2
pixel
The Billionaire's Vinegar: The Mystery of the World's Most Expensive Bottle of Wine
The Billionaire's Vinegar: The Mystery of the World's Most Expensive Bottle of Wine
par Benjamin Wallace
Edition : Relié

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 The best wine thriller for ages !, 5 août 2008
This book retraces the fraud-story (or is it one....?) behind the rare XVIIIth century bottles attributed to Thomas Jefferson when he was living in Paris and sold at eye-popping prices up to now.
Superbly documented, with first rate insight into the rare-wine auction world, the selective group of tasters of the rare and expensive wines, the competition between Sotheby's and Christies, this book literally reads like a thriller. Impossible to put it down, before we understand what finally happened.
For all those who love wine, and have been eyeing conspicuously towards old bottles covered with mould and dust....
Very highly recommended !


Carnet de vendanges
Carnet de vendanges
par Nicolas Despagne
Edition : Broché
Prix : EUR 19,00

3.0 étoiles sur 5 Visite privée dans un Chai et vinification en direct, 31 août 2006
Ce commentaire fait référence à cette édition : Carnet de vendanges (Broché)
Ce livre vous invite à assister, en observateur privilégié, aux vendanges et à la vinification 2005 d'une propriété bordelaise ayant des vignes en Saint-Emilion (Tour Corbin Despagne), Pomerol (Rose Figeac) et en Montagne Saint-Emilion (Maison Blanche).
Au gré de ces notes quotidiennes, des réflexions plus profondes qu'un simple « blog » internet, Nicolas Despagne nous fait partager ses décisions, ses doutes, ses hésitations et ses erreurs, comme il expliquerait à un ami comment se passe la vinification d'un grand vin. Depuis les vendanges, au cours desquelles on découvre l'extraordinaire difficulté de jongler avec des récoltes de parcelles et cépages différents, avec des pré-assemblages en cuves, l'espace de stockage étant limité, jusqu'à la fin des « malolactiques », ce parcours initiatique, plein de sensibilité, d'explications patientes et d'échanges conduira le lecteur ravi de surprises en découvertes. Nicolas Despagne est un homme passionné, et la véhémence de ses propos, teinté de « Guibertisme », à l'encontre des goûts et techniques modernes nous rappelle que le vin est un produit d'artisan fait pour accompagner des repas en communauté.
On peut regretter que le rythme de la seconde moitié du livre (quand les malos se font) soit largement moins soutenu que la première, laissant alors la place à un véritable « J'accuse » de notre civilisation moderne et de ses travers consuméristes, avec lequel on peut plus ou moins adhérer...
Un livre intéressant qui ravira le lecteur curieux et amoureux des choses simples comme l'amateur chevronné qui y trouvera une expérience "à température régulée" de vinification.


Pourriture noble : Révolution dans les vins de Bordeaux
Pourriture noble : Révolution dans les vins de Bordeaux
par William Echikson
Edition : Broché
Prix : EUR 28,40

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Mieux comprendre le Bordeaux d'aujourd'hui, 26 novembre 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pourriture noble : Révolution dans les vins de Bordeaux (Broché)
Un journaliste américain s'installe à Bordeaux en 2001/2002 et s'incruste dans les milieux bordelais.
Le résultat est ce livre qui se lit presque comme un carnet de rencontres, d'une écriture fluide et relativement simple. Pas d'envolées lyriques ni de touches personnelles. Un style qu'on peut critiquer comme relativement froid et narratif par rapport à d'autres livres sur le vin, sortis en même temps. Pas de jargon technique suintant l'arrogance mais des portraits de vie, des morceaux choisis dans des styles différents. La saga familiale liée à la cession des parts de château YQUEM à Bernard Arnault est soutenue par un bon rythme stylistique et à l'évidence, des sources très proches du dossier...C'est le plus passionnant à lire, tranchant à l'évidence sur le reste. Pour l'anecdote sachez que le livre, paru en 2004 en Angleterre, s'est vu interdit en France suite à un procès de Lur Saluces...
Globalement le livre croque la dichotomie actuelle à Bordeaux entre une Rive Droite besogneuse, individualiste, innovatrice et berceau du phénomène des Vins de Garage ( portraits des Thunevin, Thienpont, Garcia...) dans lequel se révèlent des passionnés venus sur le tard à la vigne, et un Médoc plus traditionaliste, plus enraciné dans un savoir-faire ancestral et jaloux de son passé aristocratique.
Si l'on peut ne pas partager le point de vue de l'auteur sur Robert Parker, l'analyse qu'il fait des milieux des négociants bordelais, là aussi à grands coups de portraits, permet une approche latérale intéressante de ce monde traditionnellement fermé. On appréciera aussi fortement le chapitre traitant d'une coopérative de Sauveterre, histoire de rappeler que le monde du Bordelais n'est pas uniquement celui des poignées de Grand Cru Classé.
Un livre indispensable aux amateurs de grands Bordeaux pour une vue de l'intérieur intimiste.


The Accidental Connoisseur: An Irreverent Journey Through The Wine World
The Accidental Connoisseur: An Irreverent Journey Through The Wine World
par Lawrence Osborne
Edition : Broché
Prix : EUR 14,35

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Scenario de "Mondovino", 27 février 2005
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Accidental Connoisseur: An Irreverent Journey Through The Wine World (Broché)
Si vous avez pensé que le film « Mondovino » était une perle alors n'hésitez pas une seconde à vous acheter ce délicieux livre d'Osborne.
On en arrive même à se demander qui a eu l'idée en premier : Lawrence Osborne, pour son livre, ou le cinéaste Jonathan Natenssier ? Quel hasard de voir ce dernier apparaître en premier sur la liste des gens remerciés par Lawrence en fin d'ouvrage !
Il faut dire que l'on fait le même voyage, peu ou prou. Mais l'écriture profonde et réfléchie d'Osborne donne une essence plus fine et dense que la caméra mouvante de Jonathan. La conversation intimiste avec le couple Mondavi va beaucoup plus en profondeur en évitant la caricature. On ne sera pas étonné de trouver plusieurs chapitres plus loin un tête- à- tête avec Aimé Guibert, particulièrement calme et savoureux. On voyage en Toscane et dans les collines de Chianti. Et le portrait de Robert Parker permet enfin de comprendre ce qui fait l'unicité de personnage. Haine ou passion peu importe. Il brosse un portrait contemporain de la Californie particulièrement sobre et juste et force le respect dans ses analyses et la manière très picturale de croquer les portraits.
Caméra mouvante dans Mondovino, dialogues retranscris chez Osborne. Une manière de « micro-oxygéner » une histoire qui pourrait s'asphyxier sous la monotonie des visites de caveaux de dégustation.
Dans sa quête du goût vrai et ses questions sur la modernité Osborne arrive à maintenir la réfléxion à un niveau élevé et plaisant.


NOBLE ROT:A BORDEAUX WINE REVOLUTION.
NOBLE ROT:A BORDEAUX WINE REVOLUTION.
par William. Echikson
Edition : Relié

4.0 étoiles sur 5 Une référence pour comprendre le Bordelais d'aujourd'hui, 23 juillet 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : NOBLE ROT:A BORDEAUX WINE REVOLUTION. (Relié)
Un journaliste américain s'installe à Bordeaux en 2001/2002 et s'incruste dans les milieux bordelais.
Le résultat est ce livre qui se lit presque comme un carnet de rencontres, d'une écriture fluide et relativement simple. Pas d'envolées lyriques ni de touches personnelles. Un style qu'on peut critiquer comme relativement froid et narratif par rapport à d'autres livres sur le vin, sortis en même temps. Pas de jargon technique suintant l'arrogance mais des portraits de vie, des morceaux choisis dans des styles différents. La saga familiale liée à la cession des parts de château YQUEM à Bernard Arnault est soutenue par un bon rythme stylistique et à l'évidence, des sources très proches du dossier...C'est le plus passionnant à lire, tranchant à l'évidence sur le reste.
Globalement le livre croque la dichotomie actuelle à Bordeaux entre une Rive Droite besogneuse, individualiste, innovatrice et berceau du phénomène des Vins de Garage ( portraits des Thunevin, Thienpont, Garcia...) dans lequel se révèlent des passionnés venus sur le tard à la vigne, et un Médoc plus traditionaliste, plus enraciné dans un savoir-faire ancestral et jaloux de son passé aristocratique.
Si l'on peut ne pas partager le point de vue de l'auteur sur Robert Parker, l'analyse qu'il fait des milieux des négociants bordelais, là aussi à grands coups de portraits, permet une approche latérale intéressante de ce monde traditionnellement fermé. On appréciera aussi fortement le chapitre traitant d'une coopérative de Sauveterre, histoire de rappeler que le monde du Bordelais n'est pas uniquement celui des poignées de Grand Cru Classé.
Un livre indispensable aux amateurs de grands Bordeaux pour une vue de l'intérieur intimiste.


Chez Marcel Lapierre
Chez Marcel Lapierre
par Sébastien Lapaque
Edition : Broché
Prix : EUR 14,00

4 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Beaujolais chaleureux, 23 juillet 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Chez Marcel Lapierre (Broché)
Point de raffinement aristocratique des grandes façades grises bordelaises dans ce texte qui fleure bon la gouaillerie, la camaraderie franche et massive, le saucisson et la nappe à carreau. Point de circonvolutions polies, mais une franchise de gascon échauffé.
Un style libre, parfois lourd de citations sans valeurs ( Faut-il vraiment faire appel à Kierkegaard pour l'emploi de deux adjectifs simples ?), mais un style qui claque sous la langue, sans chichi. Une écriture brute de fonderie, ronde, qui égratigne, déchire, gifle même (pauvre Robert Parker....) et crie sa liberté. Liberté de produire un vin à l'image de son créateur, un vin d'esthète, de croyant passionné, foin de mode, de « yaqu'àfaucon ». Un missionnaire que ce Lapierre, et l'admiration de ce jeune auteur transparaît dans cette plume qui ébauche une révérence fort plaisante.
Un livre d'épicuriens, pour ceux qui croquent dans la vie à pleines dents, qui déclament comme Cyrano et considèrent Depardieu comme un modèle.
Lisez ce livre dans un parc un été, avec un bon sandwich, et laissez vous porter au-delà de ces belles collines du Beaujolais, pour découvrir une pépite qui brille dans un océan de médiocrité et vous imprégner de la sagesse du « Warren Buffet du Beaujolais », Jules Chauvet.


Un vin de paille
Un vin de paille
par Patrick Cloux
Edition : Broché
Prix : EUR 15,00

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Nostalgie auvergnate, 20 juillet 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un vin de paille (Broché)
A la différence de « Chez Marcel Lapierre » qui bouillonne de jeunesse fringante et de coups de griffes critiques autour de ce que devrait être un bon vin, on joue ici sur un registre beaucoup plus lent, beaucoup plus doux où le vin n'est ici qu'accessoire.
Le verre de rouge sert de fil conducteur à la caresse de vieux souvenirs. Peinture sensible et délicieuse d'une Auvergne disparue, de paysages de vignes auxquelles s'agrippent le temps des regrets. D'ailleurs il le dit lui-même : la vigne l'intéresse plus que le vin.
Alors la plume se fait poétique, nostalgique, et cet amoureux des mots trouve dans sa besace de quoi peindre de bien belles atmosphères. Il y a du Jean Giono et du René Char dans ce magnifique texte, la plume du souvenir trempé dans l'encrier de la nostalgie.
On y découvrira donc une Auvergne dure, laborieuse. Des portraits attachants, et le p'tit coup de rouge apparaît comme un leitmotiv. On imagine fort bien l'auteur penché sur son carnet à spirales, le verre jamais sec à ses côtés. Un petit vin sans prétention, acide, frais, rince-gosier.
Mais ne vous méprenez pas : on chemine ici sur une partition littéraire de grande valeur, et le style sonne magnifiquement comme une peinture de Vermeer.
A lire au calme et sans modération aucune.


In a Sunburned Country
In a Sunburned Country
par Bill Bryson
Edition : Broché
Prix : EUR 12,99

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 On s'y croirait !, 20 juillet 2004
Ce commentaire fait référence à cette édition : In a Sunburned Country (Broché)
J'ai découvert ce livre de retour en France après quelques années à Sydney.
Un seul conseil à tous ceux que ce vaste continent attire : ruez-vous sur cet excellent et truculent livre de Bryson.
Bill excelle à recréer des atmosphères éphémères qu'un touriste normal ne perçoit pas. Des descriptions fort justes, des portraits ciselés au choix des mots, un humour décapant qui vous fait rire au larme devant l'étalage de tant d'anecdotes (toutes vraies ! je confirme !). Un portrait de l'Australie fort juste, depuis ses milieux urbains, bien sûr, qui réunissent l'essentiel de la population, mais aussi ses paysages du bush, sa chaleur, ses odeurs, son multiculturalisme, son chardonnay frais, ses crevettes grillées, ses rouleaux de surf, ses musées aborigènes, ses couchers de soleil, ses eucalyptus aromatiques, sa faune d'origine et sa gastronomie remarquable.
Tout est là ! Avec l'érudition sans affectation, et l'humour sans lourdeur.


Nos voisins du dessous : Chroniques australienne
Nos voisins du dessous : Chroniques australienne
par Bill Bryson
Edition : Broché

16 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 On s'y croirait !, 10 juillet 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Nos voisins du dessous : Chroniques australienne (Broché)
J'ai découvert ce livre de retour en France après quelques années à Sydney.
Un seul conseil à tous ceux que ce vaste continent attire : ruez-vous sur cet excellent et truculent livre de Bryson.
Bill excelle à recréer des atmosphères éphémères qu'un touriste normal ne perçoit pas. Des descriptions fort justes, des portraits ciselés au choix des mots, un humour décapant qui vous fait rire au larme devant l'étalage de tant d'anecdotes (toutes vraies ! je confirme !). Un portrait de l'Australie fort juste, depuis ses milieux urbains, bien sûr, qui réunissent l'essentiel de la population, mais aussi ses paysages du bush, sa chaleur, ses odeurs, son multiculturalisme, son chardonnay frais, ses crevettes grillées, ses rouleaux de surf, ses musées aborigènes, ses couchers de soleil, ses eucalyptus aromatiques, sa faune d'origine et sa gastronomie remarquable.
Tout est là ! Avec l'érudition sans affectation, et l'humour sans lourdeur.


Mémoires - Les champs de braises
Mémoires - Les champs de braises
par Hélie de Saint Marc
Edition : Broché

42 internautes sur 45 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Humanisme et Histoire, 9 juillet 2003
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mémoires - Les champs de braises (Broché)
Ce livre devrait être une lecture obligatoire des jeunes générations. Une leçon d'histoire pleine de réserve, de pudeur, de poésie, d'honnêteté intellectuelle et de respect pour le genre humain. Nul besoin d'être un féru d'histoire et d'aimer les récits de guerre, car Saint-Marc nous fait grâce de longues descriptions historiques et ennuyeuses de ces évènements (Camp de concentration, Indochine, Algérie) sur lesquels tout et n'importe quoi a été écrit. C'est plus une réflexion de l'intérieur qu'il nous offre, avec le reflet de l'expérience et la distance du temps. Leçon d'histoire et de courage, car celui qui a connu les Camps, les privations, la maladie et la prison nous offre une fantastique leçon de courage, de ténacité, dans une langue française qui traduit admirablement son amour pour ce pays. Grand lettré, érudit, poète, il nous laisse un livre à mille lieux de ce que j'en attendais d'un ancien Légionnaire de métier.
A dévorer sans attendre, pour bien mieux comprendre ce que fut notre histoire, tout en se laissant pénétrer par la beauté de la langue française.


Page : 1 | 2