Profil de lectrice anglophone > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par lectrice anglo...
Classement des meilleurs critiques: 3.152
Votes utiles : 76

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
lectrice anglophone

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11
pixel
The Song of Achilles
The Song of Achilles
par Madeline Miller
Edition : Broché
Prix : EUR 7,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 "Brokeback Mountain" devant les murs de Troie, 5 janvier 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Song of Achilles (Broché)
Malheureusement on ne trouve pas dans ce roman la même émotion que dans la nouvelle d'Annie Proulx ou dans le film de Ang Lee. Patroclus, ami d'enfance et amant d'Achille, le suit avec les rois grecs à combattre les troyens. Ce qu'on a ici est le récit par Patroclus, prince en disgrâce et pas très beau, de son amour et de son admiration pour Achille, le "meilleur des grecs", fils d'une cruelle déesse. Madeline Miller écrit dans un style élégant mais qui manque un vrai souffle épique. Elle ne refait pas Homère. Je n'ai pas été vraiment transportée dans le camp des grecs ou sur la plage devant Troie où Patroclus, puis Achille meurent. Elle n'arrive pas non plus à donner un vrai angle "moderne" à son roman. Si vous cherchez un roman qui prend les mythes grecs à contre pied je suggère plutôt "The Songs of the Kings" par Barry Unsworth.


The Book of Joe: A Novel
The Book of Joe: A Novel
par Jonathan Tropper
Edition : Broché
Prix : EUR 10,40

2.0 étoiles sur 5 "Son...this is your hometown" Bruce Springsteen, 30 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Book of Joe: A Novel (Broché)
Ce roman baigne dans les chansons de "The Boss" mais bizarrement pas "My Hometown". J'ai du mal à faire un commentaire qui se tient car je ne vois pas vraiment où l'auteur veut en venir. Est-ce un roman sur un roman sur un roman ? (pas très original, tout ça) Est-ce une satire des bourgades conservatrices comme BUSH Falls, le "hometown" en question ? (Oui, on a compris !!) Si c'est le cas c'est vraiment fait sans subtilité. Les "beaufs" du coin adulent l'équipe de basket du lycée local (Cougars !!) et son coach légendaire qui entraine encore à 70 ans !! Est-ce crédible? Les méchants sortent tout droit d'une bande dessinée ou d'un mauvais western. "This town ain't big enough for the both of us, podner". Les réactions face au roman de Joe qui décrit la bourgade et sa population sans concession sont vraiment excessives; il y a d'autres soucis dans le coin, autrement plus importants. Et, malheureusement la fin du roman tombe carrément dans les clichés et le mélo.
Par contre, est-ce qu'on est censé être dans le deuxième degré et l'auto-dérision ? Le thème à la "Mrs Robinson" ne peut être que ça car on voit même l'affiche du film "The graduate" qui est en même temps l'affiche d'un film basé sur le roman de Joe ! On est en plein dans l'intertextualité !!
Je vois que l'auteur enseigne l'écriture dans une université new-yorkaise. J'espère qu'il montre à ses étudiants que la vraie littérature consiste à autre chose que de regarder son propre nombril.
Je regrette d'avoir dépensé mon argent pour un roman qui raconte les états d'âme d'un "ado" de 34 ans. J'aurais dû acheter un bon CD de Springsteen et l'écouter en rêvant à mon "hometown" à moi.


The Colour
The Colour
par Rose Tremain
Edition : Broché
Prix : EUR 11,86

5.0 étoiles sur 5 "Rêver un impossible rêve" Jacques Brel, 28 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Colour (Broché)
Ecouter ou lire "La Quête" de Jacques Brel et vous verrez quelques-uns des thèmes que Rose Tremain développe dans ce très beau roman: la quête, les rêves, la passion, les regrets, la nostalgie. Les années 1860 Joseph Blackstone quitte son Norfolk natal et un terrible secret et emmène sa mère et sa femme en Nouvelle Zélande. La fièvre de l'or s'empare de lui et il part encore à la recherche de "the colour".
Je suis fan de cette auteure; elle écrit remarquablement bien, toujours le mot juste; ses descriptions sont fascinantes , éblouissantes (à quand un film ? Peter Jackson, si vous me lisez !!) et elle sait nous faire découvrir l'âme de ses personnages. Je recommande également "Restoration", "Merivel: A Man of his Time", "Music and Silence", "The Road Home".


The Silver Dark Sea. Susan Fletcher
The Silver Dark Sea. Susan Fletcher
par Susan Fletcher
Edition : Broché
Prix : EUR 10,64

5.0 étoiles sur 5 Un roman superbe, une grande émotion, 20 décembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Silver Dark Sea. Susan Fletcher (Broché)
Pour moi Susan Fletcher est parmi les grands. Je recommande ses quatre romans: "Eve Green", "Oystercatchers", "Witch Light (Corrag)" et celui-ci. Juste une remarque, j'ai l'impression que par ses thèmes et par sa façon d'écrire, les romans de Susan Fletcher plaisent plus aux femmes qu'aux hommes et pour ça elle n'aura peut-être pas toutes les ovations et tous les prix qu'elle mérite. Ce qu'on peut aimer un peu moins dans ce roman en particulier (et c'est pour ça que j'ai une préférence pour "Witch Light"), c'est l'accumulation de thèmes dits "modernes": violence au sein de la famille, cancer... mais l'ensemble est tellement beau et poétique que je donne cinq étoiles sans hésiter.
D'abord Ms Fletcher décrit avec tellement de précision et de délicatesse l'atmosphère des lieux -- ici une petite île au large de ce qui doit être l'Ecosse -- les paysages, les bruits de la mer, la vie aquatique et terrestre, les couleurs de la nature mais aussi les gens, leurs visages, leurs cheveux, leurs vêtements.
Elle sait nous faire entrer dans l'âme des ses personnages, nous faire comprendre le poids de leur passé, leur deuil. Elle sait mieux que quiconque décrire la perte d'un être cher. Oui, en lisant ce roman on a souvent les yeux mouillés et la gorge serrée.
Et ce qui ajoute un plus à cette émotion c'est un élément de mythe et de magie. Un homme-poisson peut sortir de la mer quand une communauté a besoin de lui, des phoques qui ont un coeur comme les hommes peuvent accompagner et réconforter quelqu'un pris au piège de la marée montante. Son récit est à la fois hors du temps et ancré dans la vie contemporaine -- l'épicier fait sécher de "curieuses plantes" dans un placard, les jeunes s'envoient des SMS .
L'amour peut surgir à n'importe quel moment, comme dans un conte de fée -- dans un amphi sur "le continent" ou pour le solstice d'été. Homme et femme, mère et enfant, frère et soeur : tous peuvent connaitre une complicité rédemptrice . Et pour les âmes blessées, guérir les autres est le début de la guérison de soi-même .


Winter in Madrid (English Edition)
Winter in Madrid (English Edition)
Prix : EUR 1,30

2.0 étoiles sur 5 Pas d'ovations de ma part, 16 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Winter in Madrid (English Edition) (Format Kindle)
D'autres lecteurs voudraient comme moi mieux comprendre la Guerre Civile Espagnole et les débuts du franquisme. "Winter in Madrid" a l'air d'être bien documenté sur cette période tragique mais en tant que roman il laisse beaucoup à désirer. Je n'arrivais pas à m'intéresser aux personnages, trop stéréotypés à mon goût (Sandy Forsyth le méchant ou Bernie Piper le jeune idéaliste) ou carrément sans relief (Sofia la jeune madrilène). L'auteur a du mal à nous faire comprendre les motivations du héros (ou anti-héros) Harry Brett, et de l'héroïne Barbara Clare.
Si l'auteur veut nous présenter une histoire d'espionnage c'est raté -- beaucoup trop lent -- et le dénouement est carrément invraisemblable, digne d'un film B . C'est surtout trop long (encore une fois que font des éditeurs ??) trop de répétitions. Combien de cigarettes allumées (Barbara) ou refusées (Harry), combien de tasses de café ?? Combien de fois on a droit au manteau élimé de la pauvre Sofia ?
Les dialogues sont guindés et tombent même dans le ridicule. Un personnage sérieusement blessé peut quand même faire un mini discours sur les droits de l'homme. D'autres personnages sortent des phrases types, style "The whole of Spain is sad" qui servent surtout à véhiculer les pensées de l'auteur. Justement en tant que lecteur je ne veux pas qu'un auteur me dicte ma façon de penser; je veux qu'il me fasse entrer dans un monde qu'il me laisse découvrir par moi-même.
Je pense que c'est possible de marier un contexte historique avec des personnages crédibles et une intrigue qui nous tient en haleine. Hélas, ici ce n'est pas le cas.


Hotel on the Corner of Bitter and Sweet
Hotel on the Corner of Bitter and Sweet
par Jamie Ford
Edition : Broché
Prix : EUR 11,94

2.0 étoiles sur 5 Roman quelconque, 4 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hotel on the Corner of Bitter and Sweet (Broché)
Je suis d'accord sur la nécessité de parler de l'internement des américains d'origine japonaise pendant la deuxième guerre mondiale. Je pense que l'auteur a fait des recherches sérieuses sur le contexte historique mais en ce qui concerne la vie quotidienne de l'époque, par moments j'avais des doutes.
J'ai surtout des réserves sur le style -- trop sentimental, personnages stéréotypés, dialogues plats. Le roman se passe à deux époques différentes -- pendant "les années de guerre" et en 1986 -- mais on n'est jamais en face d'un gamin de douze ans; ses réactions sont celles d'un adulte, de l'auteur en l'occurrence. Et on n'a jamais le point de vue de sa petite copine japonaise, pourtant essentiel.
C'est un roman qui pourrait convenir à des adolescents mais j'ai envie de plus de créativité de la part d'un auteur même pour un premier roman.


The Lost
The Lost
par Daniel Mendelsohn
Edition : Broché
Prix : EUR 12,69

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Devoir de mémoire mais trop de digressions, 29 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Lost (Broché)
Je me sens un peu honteuse de ne pas donner cinq étoiles à un livre qui traite de l'indicible horreur de l'Holocauste, mais je vais essayer d'expliquer mes raisons. Mon édition -- difficile à lire à cause de la typographie et le papier (pourtant je lis au moins trois livres par semaine), les photos sont trop petites et surtout sans légendes (Pourquoi?) Le style -- l'auteur, admirateur de Proust, nous entraine dans des labyrinthes, qu'on peut admirer mais qui n'aident pas le lecteur dans sa quête à lui: se sentir proche des habitants de cette petite ville, maintenant en Ukraine. J'ai cru comprendre que ce style "à tiroirs" doit en partie ses origines à la tradition orale yiddish.
Surtout, dans des passages entiers, l'auteur analyse et commente l'Ancien Testament. Ces réflexions auraient plus leur place dans des revues spécialisées ou des cours universitaires. Ils sont écrits entièrement en italiques, donc encore plus difficiles à lire; j'ai fini par ne plus les lire du tout. L'auteur part dans des digressions -- sur les mathématiques, sur l'histoire intellectuelle juive, etc. alors que le lecteur est avant tout intéressé par le sort de ces six personnes. Et enfin il y a trop de répétitions -- sur le temps, la mémoire, la famille... ces analyses philosophiques font partie de ses objectifs en écrivant le livre mais il fallait un sérieux travail avec son éditeur pour rendre le tout plus digeste et surtout pour atteindre l'autre objectif -- redonner vie à cette famille disparue.
Je vais finir par le côté positif -- un énorme travail de recherche (la généalogie n'est pas facile). Par moments le livre ressemble à un roman policier avec ces fausses pistes, ces rencontres fortuites. Et en lisant "The Lost" quand on ressent une très forte émotion ou un sentiment de révolte, quand on se sent sur ses propres lèvres un petit sourire face à une scène douce-amère, quand l'auteur oublie son rôle de professeur de lettres classiques et critique littéraire plutôt content de lui et devient tout simplement un observateur de la nature humaine qui a connu dans son adolescence des jeunes filles comme la belle Frydka et les "beaux gosses" du quartier comme son "copain" polonais, on se dit qu'on a eu raison de persévérer.
Pour conclure on se rend compte que la mémoire est très fragile, que les liens entre les générations doivent être conservés à tout prix, que toute histoire familiale doit être transmise. Et je voulais juste dire que j'ai lu récemment un autre livre sur la mémoire et la famille "The Hare with Amber Eyes"; les deux auteurs citent Virgile "Sunt lacrimae rerum" et "A La Recherche du Temps Perdu".


The Hare With Amber Eyes: A Hidden Inheritance
The Hare With Amber Eyes: A Hidden Inheritance
par Edmund de Waal
Edition : Broché
Prix : EUR 9,76

5.0 étoiles sur 5 Magnifique !, 26 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Hare With Amber Eyes: A Hidden Inheritance (Broché)
Je suis d'accord avec les autres commentaires. Ce livre est absolument passionnant, traitant comme dit l'auteur " my family... memory,... myself.. small Japanese things". Il pourrait dire aussi l'Histoire car avec ces petits objets, les netsuke, comme guide nous traversons le 19ème et le 20ème siècle: Paris, Vienne, Tokyo, Odessa. L'auteur, artiste céramiste, descend d'une grande famille de banquiers juifs, les Ephrussi originaires de la Russie des Tsars, dont la fortune et les collections sont spoliées par les Nazis. Ces netsuke faisant partie à l'origine de la collection de Charles Ephrussi, critique d'art, collectionneur, mécène, "dandy" fréquentant les peintres, les écrivains et les salons parisiens de "La Belle Epoque" sont sauvés de justesse des Nazis par une femme de chambre autrichienne.
On ne peut qu'être ému par cette saga familiale même si aucun membre de sa propre famille n'a jamais entretenu une correspondance avec Rilke,(Elisabeth Ephrussi) ou conservé dans sa bibliothèque de précieux incunables (Victor Ephrussi) même si aucun cousin n'a figuré dans un tableau peint par Renoir ou dans l'oeuvre de Proust (Charles Ephrussi)!


Music & Silence
Music & Silence
par Rose Tremain
Edition : Broché
Prix : EUR 10,55

4.0 étoiles sur 5 A la recherche de l'harmonie parfaite, 24 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Music & Silence (Broché)
Après "Restoration" et sa suite "Merivel: A Man of his Time" nous sommes à nouveau avec Rose Tremain au 17ème siècle, ici à la cour de Christian IV roi du Danemark et on peut dire que ça ne ressemble pas du tout à la cour du Roi Soleil !!
Arrive un musicien anglais Peter Claire au visage d'ange qui doit essayer de réconforter par sa musique un roi victime de cruelles douleurs intestinales, de cauchemars et de dépressions, trompé par son épouse morganatique et dont le royaume est au bord de la faillite. Voilà que commence la quête du roi pour trouver de la perfection dans ses affaires privées et publiques -- malheureusement pour lui il n'y a pas de Colbert pour développer sainement le commerce et l'industrie. Et dans sa vie privée, quoi faire contre Kirsten, femme adultère dévergondée mais aussi dangereuse intrigante ? Je vous laisse découvrir son idée à elle de la perfection !!
Ce roman se développe autour de la musique, non pas par des descriptions des morceaux joués par Claire et l'orchestre de chambre, mais dans la construction même du roman, tout en point et contrepoint: la lumière et l'obscurité, (les jeux de lumière et d'ombre comme dans des tableaux du 17ème siècle), les rêves et la réalité, la perfection et la médiocrité, l'ascension et la descente, le blanc et le noir, le bien et le mal...
Le roman s'approche aussi des contes de fée (nous sommes bien au pays de Hans Christian Andersen!) en présence d'une cruelle marâtre, d'une méchante reine, d'un trésor caché, d'un enfant maltraité, petit "lutin" aux pouvoirs presque magiques...
La prose de Rose Tremain n'est jamais prétentieuse ou lassante, toujours élégante et travaillée, montant en crescendo comme la musique du titre. La force de ce roman entraine également pour moi une petite faiblesse car avec toute cette foule de personnages et plusieurs intrigues qui s'entremêlent on ne peut pas s'intéresser avec la même intensité à tout. En ce qui concerne les personnages, le plus abouti, c'est Kirsten, à qui l'auteure donne "le mot de la fin"! Je recommande ce très beau livre mais dans les romans dits " historiques" de Ms Tremain j'ai une préférence pour "Restoration" et "Merivel: A Man of his Time", romans que j'ai mentionnés plus haut.


Power of the Dog
Power of the Dog
par Savage
Edition : Broché
Prix : EUR 12,05

5.0 étoiles sur 5 Tragédie grecque au pied des Rocheuses, 9 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Power of the Dog (Broché)
Les années 1920, le Montana au pied des Rocheuses, un ranch, le plus important du coin, sur les terres qui accueillaient jadis les indiens Shoshones, deux frères, l'un, Phil Burbank , beau et intelligent mais cruel, cynique et impitoyable, l'autre, George, silencieux et lent. Quand George épouse Rose, la veuve d'un médecin qui s'est suicidé, et l'installe au ranch avec son fils Peter, adolescent solitaire et studieux, la tension monte entre les protagonistes avec toute l'implacabilité d'une tragédie ancienne. L'auteur décrit avec tellement de précision le drame qui se noue que le lecteur est parfois obligé de prendre un peu de recul pour souffler.
Oui, Thomas Savage est un styliste remarquable que des critiques comme Annie Proulx compare avec Hemingway et Steinbeck. Les paysages (ici les magnifiques panoramas de l'Ouest américain) jouent un rôle prépondérant dans l'histoire: la flore ("the fields thick with purple lupine that waved and billowed in the breeze like water") la faune ("the watery cry of the kildeer at twilight") les phénomènes de la nature, ("the dark gray thunderheads that reared high over the mountains and lumbered like grizzlies across the sky").
Le roman est ancré dans la vie du ranch, depuis la toute première scène de castration du bétail pour se mettre dans le "vif" du sujet !! Thomas Savage sait de quoi il parle car il a passé sa jeunesse dans le ranch de son beau-père; il connait aussi les petites villes du Montana comme Faulkner connaissait les petites villes du Sud.
Je recommande ce roman, puissant et dur, où la psychologie des personnages, surtout celle de Phil, être complexe, patron parmi ses cowboys dont l'âme cache un lourd secret, est traitée avec maitrise par un auteur au sommet de son art, roman d'une beauté à vous couper le souffle !!


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11