Profil de lectrice anglophone > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par lectrice anglo...
Classement des meilleurs critiques: 3.662
Votes utiles : 77

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
lectrice anglophone

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11
pixel
Her Fearful Symmetry
Her Fearful Symmetry
Prix : EUR 6,27

1.0 étoiles sur 5 NUL !!, 25 août 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Her Fearful Symmetry (Format Kindle)
Ceci est le pire roman que j'ai lu cette année. Je ne perdrai pas mon temps à résumer l'intrigue car tout est totalement stupide !
Je l'ai quand même fini mais uniquement parce que je n'avais rien d'autre sous la main à un moment donné.


The Drop
The Drop
par Michael Connelly
Edition : Poche
Prix : EUR 7,79

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Manque d'originalité, 29 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Drop (Poche)
The Drop n'est pas le meilleur de Connelly, loin de là. Les thèmes -- corruption, "affaires" politiques, pédophilie -- ont été traités maintes fois et ici l'auteur n'ajoute rien de significatif. Ce qui m'a gêné le plus c'était une sorte d'apologie pour les armes à feux -- sa fille de quinze ans a accès à un "Glock" et s'entraîne sur un stand de tir. Cette adolescente justement veut devenir policière à son tour; ce thème a déjà été exploité par Henning Mankell dans la série Wallander. Personnellement je préfère les premiers Connelly: "The Poet", "Void Moon", "Blood Work" entre autres.


Emotionally Weird
Emotionally Weird
par Kate Atkinson
Edition : Broché
Prix : EUR 9,30

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Too "Weird", No "Emotion", 24 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Emotionally Weird (Broché)
I enjoyed "Human Croquet", loved "Behind the Scenes at the Museum", felt real emotion reading the Jackson Brodie series but I was sincerely disappointed with this book. The problem is we just don't know what the author is driving at -- is the theme of the search for family roots, for one's identity meant to be the most important one? She did that SO MUCH better in BTSATM and HQ. Is it meant to be a satire of student life in the seventies , the clothes, the "boring" classes conducted by teachers obsessed with "post-modern" theories ? I have the notion that, unfortunately, the author was taking the reader for a ride, she was having her own fun writing the "novel within a novel " or "novels within a novel" (for several of the characters are attempting to write their own masterpieces.) Is this meant to be an "exercice de style " on how to write, or not to write ?
I could not get interested in the characters and even had trouble keeping them all straight. As for the narrative itself I often had the feeling that she was submitting us to something surrealistic and absurd, like a bad dream, a bad trip or a bad hangover -- all in a typically Scottish haze.
To conclude all I can say is that I hope Ms Atkinson will continue to provide her readers with novels of the same quality as the ones I mentioned above and forget about trying to be "Oh, so clever !!"


Dancer
Dancer
par Colum McCann
Edition : Broché
Prix : EUR 11,89

3.0 étoiles sur 5 Rudolf Nureyev: 1938 - 1993, 19 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dancer (Broché)
Malgré mon titre je ne veux pas donner l'impression qu'il s'agit ici d'une biographie de Nureyev mais plutôt de signaler que cette année 2013 marque le 75ème anniversaire de sa naissance et le 20ème anniversaire de sa mort. Pas une biographie mais plutôt une sorte de kaléidoscope, une oeuvre musicale, une chorégraphie AUTOUR de ce célèbre danseur avec des voix de nombreux personnages qui l'ont connu ou simplement croisé pendant sa vie, d'abord en Union Soviétique puis dans les pays occidentaux.
Et voilà où je commence à avoir des réserves; on a toutes ces voix, certes, mais de Rudik lui-même on n'a que très peu d'éléments -- on ne le SENT pas on ne le COMPREND pas vraiment . C'est lui qui devrait être au centre de la scène et pour moi il ne l'est pas. L'exemple le plus flagrant concerne son passage à l'ouest ce qui est rendu par une évocation des répercussions sur sa famille et ses amis restés sous le joug du régime oppressif en URSS; l'auteur nous fait sentir la présence de la voiture "Auto Ecole" derrière eux, le grincement de l'ascenseur devant l'appartement, un "toc toc toc !" à la porte. Mais Rudi dans tout ça ??
Ce n'est pas censé être un livre sur sa technique, mais encore une fois il manque trop d'éléments pour apprécier l'artiste. C'est comme si on lisait un livre sur Michel Platini sans savoir comment il tirait les coups-francs !! Et le légendaire charisme de Nureyev ?? Je vais rester dans mes comparaisons sportives pour dire c'est comme si on lisait un livre sur Michael Jordan sans évoquer son impact sur le basket moderne !!
On n'a pas (ou très peu) d'éléments sur son rôle de danseur mais on en a BEAUCOUP sur son rôle dans la "vie nocturne" et décadente. Tout ça, avec en plus une surdose de "name-dropping", a fini par m'agacer.
Je vais finir par une note positive. Car Colum McCann est pour moi un grand humaniste. Le début du roman, qu'on peut comparer à une entrée en scène, est un chef d'oeuvre de poésie avec en toile de fond les horreurs de la guerre. Et la fin du roman, la sortie de scène, est marquée, comme dans d'autres de ses romans, par l'espérance dans le genre humain et dans l'avenir.
En conclusion, ici je reste sur ma faim et je garderai donc mes étoiles pour d'autres de ses romans "Let the Great World Spin" et dans un moindre degré "This Side of Brightness". McCann est un styliste remarquable qui mérite d'être lu et apprécié par les lecteurs exigeants et étudié par les écrivains en herbe de tout âge.


Winter of the World
Winter of the World
par Ken Follett
Edition : Relié
Prix : EUR 16,49

4 internautes sur 4 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Le monde est décidément petit, 12 juin 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Winter of the World (Relié)
Ce roman faisant suite à "Fall of Giants" il faudrait mieux lire les deux dans l'ordre. On retrouve, donc, les personnages de FOG et surtout leurs enfants. Le roman est basé sur le principe que quelques familles vont participer dans tous les grands évènements de la Deuxième Guerre Mondiale. En ce qui me concerne pour certains de ces évènements (mouvement fasciste britannique, par exemple) je n'avais que très peu de notions.
J'ai des réserves en ce qui concerne ce roman que j'ai beaucoup moins aimé que la série de Ken Follett sur le Moyen-Age.
Personnages: Quelques exemples: Là où on ressentait une certaine empathie avec Ethel Williams Leckwith , jeune gouvernante dans le premier tome ici n'est que stéréotype -- mère courage du parti travailliste . Les aristocrates anglais sont gâtés, insensibles aux autres, -- toujours des clichés. Même la jeune génération n'est pas assez approfondie.
Dialogues: Puisqu'il s'agit de familles très politisées, les conversations tournent autour des sujets politiques nationales et internationales et même des ados de 14 ans ont leur mot à dire -- c'est vrai que certains de ces ados sont plutôt précoces !! Ces dialogues servent très souvent à avancer les idées politiques de l'auteur -- donc artificiels. .
Intrigue: Comme j'ai dit plus haut, ce roman (comme le précédent) suit les personnages qui se trouvent sur place au moment de tous ces grands évènements -- l'incendie du Reichstag, l'attaque de Pearl Harbor, le projet Manhattan (bombe atomique) etc. Je serais d'accord pour une certaine dose de coïncidences, mais ici c'est la surdose.
Personnages stéréotypés, dialogues servant à véhiculer les idées de l'auteur, intrigues artificielles. Vous allez dire: cette lectrice n'a certainement pas envie de lire la suite, mais si!! Qu'est- ce qu'ils vont devenir les Williams, Dewar, Peshkov, Von Ulrich?
Je veux le savoir comme tout le monde.


Desigual - Écharpe - Femme - multicolore (5062 Navigate) - Taille Unique
Desigual - Écharpe - Femme - multicolore (5062 Navigate) - Taille Unique
Proposé par Alles vom Feinsten
Prix : EUR 38,00

5 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Couleur "peps" mais tissu fragile, 29 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Desigual - Écharpe - Femme (Vêtements)
J'ai acheté cette écharpe pour ses couleurs vives -- exactement ce qu'il faut par les temps qui courent !! Là, je n'ai pas été déçue.
Mise en garde -- il faut faire très attention avec les ongles, les fermetures éclair, etc. pour ne pas tirer les fils. Je ne pense pas acheter d'autres écharpes de la marque -- trop fragiles.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 2, 2013 11:01 AM MEST


La dentelle torchon: nouvelles créations
La dentelle torchon: nouvelles créations
par Martine Piveteau
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Réaction mitigée, 29 mai 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : La dentelle torchon: nouvelles créations (Broché)
Points positifs: modèles variés: napperons, éventails, même des modèles de châles ce qui est plus rare; explications faciles à suivre.
Points négatifs: les photos, car les finitions ne sont pas à la hauteur ce qui gâche le plaisir. Un défi donc pour les dentellières -- essayez de faire mieux !!


To Kill a Mockingbird
To Kill a Mockingbird
par Harper Lee
Edition : Poche
Prix : EUR 6,31

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 La fin de l'innocence, 24 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : To Kill a Mockingbird (Poche)
Je viens de lire ce roman, considéré comme un classique de la littérature américaine, tout comme "Tom Sawyer", autre roman sur l'enfance auquel on pense pendant la lecture. TKAM, écrit au début des années 1960 et avant les grandes avancées pour les droits civiques est maintenant étudié dans les écoles et commenté maintes fois par des lycéens et des étudiants. L'histoire de Scout (Jean Louise) Jem (Jeremy) et leur copain Dill (Charles) se déroule dans une bourgade du Sud Profond dans les années 1930 où sévit la ségrégation raciale . Leurs jeux typiques de l'enfance dans les rues de leur quartier consistent surtout à se faire peur !! Et, avec un brin de nostalgie, le lecteur se dit "Oui j'ai fait ça aussi avec mes frères, mes soeurs, mes cousins, mes copains" . Mais l'auteure nous fait comprendre qu'il y a d'autres enfants dans d'autres quartiers de Maycomb, et à la campagne pas si éloignée qui ne jouent pas mais essayent de survivre. (La crise économique est passée par là aussi!) Elle nous fait comprendre les quatre catégories de base du système social de ce coin de l'Alabama -- les blancs "comme il faut", les pauvres blancs plutôt "récupérables", les pauvres blancs "trash" et en bas de l'échelle les noirs. On voit aussi la complexité des rapports entre les blancs et les noirs. Certains blancs reconnaissent l'existence du Ku Klux Klan mais pour eux les cibles du Klan sont les Catholiques et les Juifs. D'autres blancs vivent maritalement avec des noires et ont des enfants métissés rejetés par les deux communautés.
Avec les yeux de la fillette, garçon manqué, toujours en salopette on voit des personnages hauts en couleurs du quartier; j'ai apprécié tout particulièrement une certaine Miss Maudie et je me demande si les producteurs et les scénaristes de "Desperate Housewives" n'ont pas pensé à elle en créant Karen McClusky !!
Je ne commenterai pas l'histoire du procès où Atticus, le père de Scout et Jem défend un certain Tom Robinson , un noir accusé à tort de viol car d'autres lecteurs l'ont fait avant moi. Malheureusement puisque le roman est écrit à la première personne on n'a jamais le point de vue de Tom lui-même.
Ce que j'ai surtout apprécié dans ce roman c'est le thème de la perte de l'innocence de la part des enfants, thème traité avec subtilité, émotion et humanisme par Harper Lee. Je suis un peu plus réservée en ce qui concerne le thème de la lutte contre la ségrégation raciale. Mais où est le roman qui l'a traité à la perfection ?
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 2, 2013 11:04 AM MEST


Merivel: A Man of His Time
Merivel: A Man of His Time
par Rose Tremain
Edition : Broché
Prix : EUR 17,15

5.0 étoiles sur 5 Suite à "Restoration", un Vrai Régal, 21 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Merivel: A Man of His Time (Broché)
On retrouve avec encore plus de plaisir Robert Merivel, notre (anti) héros haut en couleur, courtisan, médecin et même un peu philosophe. On l'adore avec toutes ses faiblesses traversant la cour de Charles II d'Angleterre , visitant Versailles, séjournant dans un château en Suisse mais chérissant avant tout son manoir dans la campagne de Norfolk. On entre dans son intimité et dans son coeur car le roman écrit à la première personne nous permet de le connaitre dans toute sa complexité avec un regard sur lui-même teint d'ironie et d'auto-dérision.
Rose Tremain est une excellente auteure. Ce roman est adroitement travaillé, mais jamais prétentieux ni pompeux. Elle a un regard plein d'humanisme pour ses personnages et un réel respect pour ses lecteurs. Comme dans "Restoration" on retrouve un style inspiré du 17ème siècle (avec de très sympathiques Majuscules !!) Quand elle compare le château de Versailles à une oeuvre musicale on ne peut qu'être impressionné !! Mais où est le 17émé siècle sans quelques scènes paillardes ? Je vous invite dans une diligence en partance pour la Suisse et vous ne passerez plus devant la bonne ville de Besançon dans le même état d'esprit !!
C'est un roman abouti qui traite des thèmes universels: l'amour, l'amitié, l'angoisse face au vieillissement, la maladie et la mort. Et, en plus, on ne lit pas un roman historique mais on VIT dans le 17ème siècle .
Pour décrire ce que j'ai ressenti en terminant cette lecture je ne peux que citer notre héros quand, après une soirée passée en compagnie de son roi, sa fille Margaret ainsi que quelques amis à jouer à "Shuttlecock", il dit : "we did not want these games to end .....it was as if all my Melancholy had been swept away from my heart and sent by the Shuttlecock into some faraway void."


The Star Of The Sea
The Star Of The Sea
par Joseph O'Connor
Edition : Broché
Prix : EUR 11,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Où un "bateau cercueil" vogue vers son destin, 5 mai 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Star Of The Sea (Broché)
Joseph O'Connor est un écrivain décidément doué et un styliste impeccable. Ceci est un roman complexe qui séduira le lecteur exigeant. L'auteur mélange le journal de bord du capitaine, des souvenirs des protagonistes, des lettres, des caricatures... avec en prime des commentaires au début de chaque chapitre comme dans les romans du 18ème ou 19ème siècle.
Nous sommes en 1847 à bord de ce bateau transportant vers New York des passagers avec leurs secrets et leurs failles, certains fuyant la famine en Irlande, d'autres la banqueroute; en plus des conditions déplorables (pour l'énorme majorité) un meurtre est programmé à bord !
Ce que j'ai surtout apprécié c'est la fresque historique: l'Irlande bien sûr et son système socio-économique quasi moyenâgeux mais aussi les bas-fonds de Londres (où le lecteur rencontre en "special guest star" Charles Dickens), les prostituées de Whitechapel, la geôle de Newgate , toute la dépravation de l'âme humaine. Et puisque certains de ces passagers arrivent à bon port, l'auteur, avec un petit clin d'oeil, nous fait rencontrer un certain Meadowes qui va devenir un "boss" politique corrompu!! Pour la plupart qu'est-ce qu'ils sont devenus ?? Voici la réponse de l'auteur: "Some Irish earned fortunes and garnered power... Others drifted into the ghettos and were feared and despised.." En somme le destin de "Star of the Sea" et sa cargaison d'hommes, femmes et enfants est le destin de toutes les communautés humaines.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11