Profil de foxie > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par foxie
Classement des meilleurs critiques: 1.043
Votes utiles : 529

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
foxie "vie en livres" (france)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-19
pixel
Le gang de la clef à molette
Le gang de la clef à molette
par Edward Abbey
Edition : Broché
Prix : EUR 25,00

5.0 étoiles sur 5 Pieds nickelés, 23 mai 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le gang de la clef à molette (Broché)
Attention : lecture hilarante et tonique !
Dans la zone désertique de l’Utah, de grands travaux sont en train de défigurer tout l’environnement pour apporter la modernité d’un bout à l’autre de l’Amérique . Ce qui n’est pas du goût de quatre trublions qui s’unissent pour arrêter le massacre de cette nature sauvage autant que somptueuse. Quatre branques pittoresques, un peu « borderline » .
C’est tout d’abord Seen Smith le Mormon, le sage, l’homme aux quatre femmes, « rafteur » chevronné qui connait les canyons comme sa poche, puis Hayducke, ancien commando rescapé de la guerre américaine au Vietnam, complètement délirant mais capable de courir vingt à trente kilomètres dans le désert sac au dos, puis Servis dit Doc, chirurgien entre deux âges , fabricant, pour le « fun », des explosifs-maison aux effets dévastateurs , et enfin Bonnie Abzug, compagne, partenaire amante de Doc, qui ne s’en laisse pas conter et sait se faire respecter aux côtés de ses trois hommes… La touche féminine en somme, façon rugueuse et casse-cou.
…Et vogue la galère de ce commando-écolo de choc, en route pour stopper les machines- monstres sur les chantiers : sucre dans les réservoirs, vidange d’huile, engins poussés dans le vide…Mais…car il y a un mais ! La police locale leur colle aux basques ! Jeu du chat et de la souris, courses poursuites, nuages de poussière au milieu de paysages magnifiques qui ajoutent au vertige de l’action !


Je vous écris dans le noir
Je vous écris dans le noir
par Jean-Luc Seigle
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le roman de Pauline, 6 avril 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Je vous écris dans le noir (Broché)
« Je me demande si l’on écrit autrement que dans le noir, dans cette opacité qui ne révèle ce qu’elle cache qu’au fur et à mesure de l’écriture. »
Pauline écrit son journal pour Jean , son amour espérant que, lui au moins comprendra, qu’il ne la jettera pas aux orties comme tous ceux qui lui ont craché au visage et même pire, depuis la fin de la guerre. Bien sûr elle a été l’amante d’un colonel allemand, bien sûr elle a tué son nouvel amour, Félix, d’un coup de révolver. Elle a été punie de neuf ans de prison pour cela, après un procès retentissant ! En 1960 le film « La Vérité » de H.G. Clouzot fut la troisième punition. Pauline devient le symbole exutoire de toutes les haines refoulées de l’après-guerre. Jean repoussera Pauline avec la même violence !
Elle s’appelait Pauline Dubuisson. Du destin de Pauline, Jean Luc Seigle tire un roman beau limpide et tragique. Bouleversant


Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur
par Harper Lee
Edition : Poche
Prix : EUR 6,60

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Maycomb Alabama, 22 mars 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur (Poche)
« Les oiseaux moqueurs ne font rien d’autre que de la musique pour notre plaisir. Ils ne viennent pas picorer dans les jardins des gens et ne font pas leurs nids dans les séchoirs à maïs. Ils ne font que chanter pour nous de out leur cɶur. Voilà pourquoi c’est un péché de tuer un oiseau moqueur. »
La narratrice, Scout, est aussi un drôle d’oiseau moqueur : impertinente, bagarreuse et culottée, elle observe et picore des miettes et va se percher plus loin. De sa voix que l’on imagine fraîche et maline, par des mots simples et attachants, avec une grande drôlerie, elle parle de la sagesse de son père Atticus, de la solitude de son voisin Boo Bradley, de la complexité de son frère Jem_ de deux ans son ainé_ de son école, de ses voisins ... de sa vie de petite fille de sept ans. Cela se passe à l’époque de la Grande Dépression, en Alabama dans les années trente. La misère et l’ignorance, la ségrégation, l’injustice font des ravages, bouleversant la petite ville de Maycomb : Atticus perd le procès où il défendait Tom Robinson, un jeune noir accusé, à tord, de viol sur une femme blanche.
C’est un livre magnifique, d’une bouleversante humanité ; un chef-d’oeuvre de la littérature américaine


Madame
Madame
par Jean-Marie Chevrier
Edition : Broché
Prix : EUR 16,00

5.0 étoiles sur 5 Madame rêve..., 4 février 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : Madame (Broché)
Madame de La Villonière descend de la vieille noblesse orléaniste. De sa fortune, il ne reste pratiquement rien : un château tombant en ruine et une terre qu’elle loue à ses fermiers. Madame, despote en jupons vit comme aux temps lointains de Maîtres et Serviteurs. Mais voilà Madame est moche, sans poitrine ni fesses ; Madame bat la campagne chaussée de gros godillots, mal fringuée dans une robe noire sans âge, garnie de multiples poches ; Madame, fusil au bras, chasse les ragondins au bord de l’étang; Madame conduit sa vieille auto à tombeau ouvert sur les routes tortueuses de la Creuse ; Madame boit du gros rouge qui tache pour adoucir ses chagrins…. Madame est veuve depuis longtemps et s’en réjouit. Madame porte le deuil de son fils unique Corentin, mort tout juste adolescent... Et ne s'en remet pas...
Guillaume, le fils des fermiers vient juste d’atteindre l’âge de Corentin quand ce dernier quitta ce bas monde. Madame s’est mise en tête de parfaire l’éducation de Guillaume qu’elle renomme Willy : c’est plus chic...Au Château, elle lui apprend le français et la littérature, usant d’antiques manuels et éventuellement d’une baguette en bambou pour enfoncer le clou. Elle lui enseigne aussi le maintien et les bonnes manières pour qu’il devienne un vrai gentleman. Willy obéit sans rien dire. Chaque soir Guillaume rentre à la ferme laissant derrière lui la défroque de Willy. Que se passe t-il dans la tête de « Guillaume-Willy »? Que se passe t-il dans l’âme perverse de Madame ? Qui manipule l’autre dans ce jeu du chat et de la souris ? C’est tout l’intérêt de cette histoire fascinante finement menée d'une plume raffinée et élégante.


Tristesse de la terre : Une histoire de Buffalo Bill Cody
Tristesse de la terre : Une histoire de Buffalo Bill Cody
par Eric Vuillard
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

5.0 étoiles sur 5 Buffalo Bill, 27 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Tristesse de la terre : Une histoire de Buffalo Bill Cody (Broché)
Noël fait rêver les petits garçons. Leurs parents, ravis, les regardent jouer aux cow-boys et aux indiens, leurs diablotins poussant des cris sauvages, arborant,fiérots, leur panoplie de Buffalo Bill et du vilain « peau-rouge… !
Ce sont les mêmes petits garçons qui passent sous la table à la fin du banquet familial pour observer le monde à l‘envers des adultes dans la pénombre de la nappe de fête : les jambes qui se frôlent, les pieds qui voyagent défiant l’ordre établi du plan de table. C’est délicieusement vénéneux ! Histoire des « grands », histoires des enfants…
Quand Eric Vuillard met bas les masques du carnaval Buffalo Bill Cody ,le « Wild West Show » qui déplaça des foules hystériques des deux côtés de l’atlantique au début du xxème siècle, la nostalgie devient amère. Les personnages de carton-pâte s’écroulent sous le verbe acéré de l’écrivain. Mais le « Show must go on » semblable ici et maintenant et dans le monde entier, sous les flonflons et fanfreluches de notre temps électronique au barnum buffalesque. Ne regardez surtout pas les coulisses !C'est le monde des désillusions.
« On ne saura jamais. On est né pour ne pas savoir. On aura eu quinze ans, trente ans, et on sera resté seul, toujours, en compagnie des autres et on les aura aimés très fort, à voix basse. Nul n’a jamais été enfant, personne. On n’a jamais été autrement qu’aveugle et sourd ».


Gipsy Blues
Gipsy Blues
par Jean Vautrin
Edition : Broché
Prix : EUR 18,90

5.0 étoiles sur 5 Fils du vent, 24 décembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Gipsy Blues (Broché)
« Ouvrez ce livre Monsieur.
Regardez dehors au travers des persiennes.
Faites marcher votre petit cœur. »
Une maison dans une impasse près de la dune. Sur le bord de la fenêtre sont déposés sept carnets de moleskine, journal d’un jeune gitan blessé, exsangue, poursuivi par la maréchaussée. Vous lirez sans barguiner cette cavale à la fois tragique, joyeuse et désespérée. « Cante flamenco, ou violons d’Europe Centrale, les yeux des danseurs sont noirs, les couteaux s’agitent, le drame est dans la coulisse, les talons frappent le sol ». Le décor est planté, pas pour la frime, pas pour le folklore. « Les Coureux, les Bohèmes, les camps volants, les caraques, les Romé, les Manouches, les Yeniches, Les Sinté, les Gitans », sont avant tout le peuple tzigane, payant sa liberté au prix de la relégation et du sang. L’histoire de Cornélius ne fait pas exception malgré la volonté de sa « presque-mère » qui le verrait rentrer dans le rang des « gadjés ». L’école…très mauvaise idée ! L’ostracisme, voire le racisme s’apprend mieux que l’alphabet !
Un magnifique roman de Jean Vautrin, mené à un train d’enfer de bout en bout…et au bout de sa propre colère


Joseph
Joseph
par Marie-Hélène Lafon
Edition : Broché
Prix : EUR 13,00

5.0 étoiles sur 5 Une vie minuscule, 11 novembre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Joseph (Broché)
Joseph est comme le chien "Raymond", toujours au bon endroit, au bon moment, quand on a besoin de lui. Joseph est ouvrier agricole:( on disait dans notre patois :"O sei mis vâle") dans une ferme du Cantal où tout le monde tient sa place, se frôle, s'évite; où " la patronne tient sa maison et dit que dans une ferme il faut dresser les hommes pour qu'ils respectent le travail des femmes". Joseph est un taiseux, un solitaire. Il regarde vivre son monde comme un voyeur doté d'une mémoire infaillible...peut-être pour ne pas se perdre, comme il s'est déjà perdu une fois dans un amour malheureux. Perdu dans le chagrin et dans le vin, à rouler au fossé! Dans cette ferme, Joseph a trouvé une forme de sérénité en devenant la mémoire du village.
Marie Hélène Lafon connait ses pays. Avec subtilité elle dépeint les différences sociales dans un milieu rural qui se délite, où les non-dits règlent les relations de « maîtres à serviteurs », où les silences sont plus violents que les mots


Une terre d'ombre
Une terre d'ombre
par Ron Rash
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

1 internaute sur 3 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Film sombre, 13 octobre 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Une terre d'ombre (Broché)
Dans les montagnes de Caroline du Sud, un homme vient reconnaître les lieux prévus pour la construction d'un barrage. Ce vallon encaissé entre deux falaises, oublié par le soleil,est maudit par les gens du cru: une terre d'ombre, une terre d'ombres. Quelque années auparavant vivaient là Hank, revenu amputé d'une main à la guerre de 14et Laurel ,sa soeur défigurée par une tache de naissance qui fait d'elle une "sorcière" pour les ignares superstitieux des alentours. Walter ,, le joueur de flûte, l'étrange étranger vient apporter un peu de bonheur, un peu de soleil dans la vie de Laurel; Ce bonheur est de courte durée. Walter est un déserteur allemand. Toutes les rancoeurs laissées par la guerre se déchaînent
contre les trois habitants de la . Le drame est inévitable.


Après la guerre
Après la guerre
par Hervé Le Corre
Edition : Broché
Prix : EUR 19,90

5.0 étoiles sur 5 Dieu que la guerre est jolie!, 11 juin 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Après la guerre (Broché)
C’était un temps déraisonnable
On avait mis les morts à table
On faisait des châteaux de sable
On prenait les loups pour des chiens
(Louis Aragon)
En 1944, Jean Delbos et sa femme Olga, juive et communiste, ont été dénoncés par un ami du couple, Albert dont Olga avait refusé les avances. Arrivés au camp d’ Auschwitz, ils sont séparés à jamais. Olga disparait dans les flammes, Jean est porté disparu
.Dix ans ont passé. Ombre de lui-même… Jean met dix ans pour se rétablir.dix ans pour concocter sa vengeance. Il revient à Bordeaux…Il n’a rien à perdre.. Il est déjà mort mille fois ! Darlac est devenu commissaire et règne en maître sur la ville, tenant son petit et son grand monde « par le fond du pantalon ». Une série de meurtres s’abat sur Bordeaux « qu’on tenait pour une ville calme et ordonnée, capitale de la modération politique par le passé : une Gestapo efficace et une police politique redoutable et redoutée ». Nous sommes en 1959. Une guerre chassant l’autre, Daniel le fils rescapé de Jean et Olga est envoyé en Algérie. Il part « pour voir »…comme la guerre est jolie !...
Epoque suffocante, magistralement décrite. Atmosphère glauque qui saute à la gorge.
Un feu d’artifice de lumière noire…très noire !


Kinderzimmer - Prix des libraires 2014
Kinderzimmer - Prix des libraires 2014
par Valentine Goby
Edition : Broché
Prix : EUR 20,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 La chambre des enfants, 13 avril 2014
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kinderzimmer - Prix des libraires 2014 (Broché)
Mi-avril 1944, Mila ,résistante dénoncée à la gestapo, est internée avec 40000 autres femmes de toutes nationalités au camp de Ravensbrück.
« Mila pense :ce qu’ils feront de nous, je le sais :nous mourrons toutes ici, je mourrai, si ce n’est pas par le travail c’est par la faim, ou la soif, ou la maladie, ou l’empoisonnement, ou la sélection, ou la balle dans la nuque, ou par l’enfant que je porte, et si rien de tout ça, morte quand-même, dans l’extermination finale. »
Terrible lucidité de cette jeune femme de vingt ans et de toutes ses compagnes qui vont résister à la déshumanisation la plus totale. Aucune ne pense au suicide qui donnerait raison aux bourreaux ! Survivre, seulement survivre !
Kinderzimmer : « la chambre des enfants » : un paradis pour les tout-petits, rien de plus doux à l’oreille ...Cruauté suprême, c’est là que Mila met son bébé au monde, dans cet enfer où les bébés meurent de faim de soif ou du choléra. Leurs petits corps deviennent vite des cadavres de petit vieillards que l’ont jette aux flammes. Le petit James ne fera pas exception.
Cela fut, nous le savons. Il faut cependant un moral d’acier pour arriver au bout de ce magnifique roman tout en retenue, sans pathos et sans faiblesse, les mots au plus près de l’effroi.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-19