Profil de Cetalir > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Cetalir
Classement des meilleurs critiques: 42
Votes utiles : 3006

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Cetalir "Cetalir" (France)
(TOP 50 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
L'eternel feminin, lieder sur des poemes de goethe ives, krenek, liszt, tchaikov
L'eternel feminin, lieder sur des poemes de goethe ives, krenek, liszt, tchaikov
Prix : EUR 14,19

5.0 étoiles sur 5 Quand originalité rime avec qualité, 26 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Plutôt que de tenter une énième intégrale d'un cycle "quelconque" de Lieder de l'un des grands noms du genre au risque de passer plus ou moins inaperçus, Marlis Petersen et Hendrik Springer eurent la bonne idée de concocter un très original programme autour du thème de l'éternel féminin chez Goethe.

Dix-neuf Lieder de seize compositeurs différents nous sont ainsi proposés. Beaucoup d'Allemands majeurs (Wagner, Schumann, Lizst, Wolf), beaucoup d'autres nettement moins connus mais que les musicophiles ne manqueront pas de reconnaître (Krenek, Braunfels, Sommer, Diepenbrock etc...) ainsi que quelques curiosités (Tchaikovsky, Ives entre autres) forment un ensemble qui nous conduit sur deux siècles dans une unité de forme mais une variété de style et d'ambiance qui font une grande partie du charme de ce disque.

Marlis Petersen s'y révèle une fois de plus une soprano tout en nuances ne cherchant pas à en imposer autrement que par l'incarnation musicale de textes puissants du Dieu des poètes germaniques. L'accompagnement de son compère de longue date Hendrik Springer est à l'unisson.

Résultat, une heure de découvertes totales et de musique sublime. Un très beau disque.


Grohe Mitigeur Évier Eurostyle Cosmopolitan 32230002 (Import Allemagne)
Grohe Mitigeur Évier Eurostyle Cosmopolitan 32230002 (Import Allemagne)
Prix : EUR 159,37

5.0 étoiles sur 5 Du solide et du beau, 26 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
S'équiper en grosse en matière de robinetterie, c'est opter pour un gage de qualité et de sérieux. Ce modèle ne faillit aucunement aux gênes de la marque et embellira immédiatement votre cuisine. Il nécessite seulement de prévoir un dégagement suffisant vers l'arrière (3 cm idéalement) afin de pouvoir offrir un débit maximal. Un autre avantage est qu'il dispose d'un tube de fixation de grande longueur permettant la pose sur des plans de fore épaisseur tels que des plans en granit posés souvent en contrecollé.


Collet, Henri : Oeuvres pour Piano
Collet, Henri : Oeuvres pour Piano
Prix : EUR 20,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un beau moment de piano, 26 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Collet, Henri : Oeuvres pour Piano (CD)
Henri Collet (1885 - 1951) fut en son temps une relative sommité du monde musical. Homme éclairé et docte, il cumula diverses fonctions. Eminent critique musical, il donna le nom de "Groupe des Six" aux jeunes compositeurs qui allaient devenir des sommités. Docteur es Espagnol, il fut professeur et traducteur. Homme de lettres, il publia un roman qui reçut le Prix National de Littérature en 1929. Son véritable amour fut celui de l'Espagne qu'il sillonna sa vie durant à dos d'âne afin de s'imprégner de ses traditions, de sa diversité culturelle, de ses richesses linguistiques et de devenir l'un des promoteurs les plus actifs, avec l'homme de lettres Georges Jean-Aubry, de la musique de ce pays.

C'est cette passion absolue pour l'Espagne que l'on retrouve dans sa production musicale faite principalement d'oeuvres pour piano, de musique de chambre et de diverses pièces orchestrales.

Aussi, le programme concocté par l'excellent pianiste Pascal Gallet avec le concours et la bénédiction de la famille du compositeur, rend-il un hommage vibrant et brillant à un florilège d'opus qui tous démontrent combien Henri Collet eut une étonnante facilité à capter l'essence même des traditions hispaniques pour les faire siennes et en dériver une musique parfaitement écrite et sonnant typiquement vernaculaire sans jamais tomber dans une caricature de mauvais goût.

Capté en direct, cet enregistrement très bien réalisé et à l'acoustique irréprochable nous révèle des pièces merveilleuses, superbement interprétées, charmantes et qui invitent à en savoir plus sur un compositeur absolument méconnu.

Une très belle découverte, encore !


Christoph Willibald Gluck - Alceste / von Otter . Groves . Henschel . Beuron . Tézier . Gardiner (Théâtre Musicale de Paris - Châtelet 1999)
Christoph Willibald Gluck - Alceste / von Otter . Groves . Henschel . Beuron . Tézier . Gardiner (Théâtre Musicale de Paris - Châtelet 1999)
DVD ~ Anne Sofie von Otter
Prix : EUR 7,00

3.0 étoiles sur 5 Impression mitigée, 25 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Visionner ce DVD après avoir assisté à la production de l'Opéra de Paris dans la superbe mise en scène très imaginative d'Olivier Py qu'on a pu découvrir lors des saisons 2013-14 et 14-15 n'est sans doute pas le meilleur service que l'on puisse rendre à Robert Wilson.

En effet, à vouloir prendre un parti-pris purement esthétique et un brin intellectualisant, Robert Wilson sème l'ennui. Pourquoi maintenir au cours des trois actes une mise en scène statique devant des fonds uniformément bleus et sur lesquels glisse un vague cube en trois dimensions dont on peine à comprendre le sens ? Pourquoi imposer aux chanteurs des postures ridicules et figées au risque de vouloir faire de l'opéra de Glück un pastiche du théâtre de nô ? Pourquoi chasser de la scène des choeurs jouant un rôle crucial de bout en bout pour les remplacer par une troupe de "danseurs" qui se contentent de bouger les bras et de se déplacer, péniblement, comme des poupées mécaniques dans quelques manoeuvres qui paraissent plus hasardeuses que maîtrisées ? Pourquoi faire intervenir comme enfants du couple royal un garçon et une fille alors que le livret parle explicitement des fils d'Alceste ? Et l'on pourrait continuer ainsi une longue litanie de questions auxquelles je ne parviens pas à apporter de réponses convaincantes... Bref, cette mise en scène m'a paru à la fois détestable, inappropriée et d'un ennui mortel d'autant qu'elle ne bénéficie pas d'une mise en image irréprochable. Il est vrai qu'avec la fixité mortifère des chanteurs, il est difficile de rendre vivant un spectacle castré et mort...

Heureusement, la musique de Glück qui signait alors une de ses plus belles partitions est là. Anne Sofie Otter, à la diction irréprochable, incarne une Alceste à la fois tragique et humaine, profondément touchante. La voix était encore bien présente, avec son grain et un timbre parfaitement adapté. Paul Groves interprète un excellent Admète, puissant, colérique et révolté par le sort injuste que lui imposent les Dieux. Dietrich Henschel complète le haut du panier avec un Hercule et un Grand Prêtre de tout premier plan (malgré les gestes ridicules que lui impose R. Wilson dans son combat contre les enfers....). Ludovic Tézier n'était en revanche pas au meilleur de sa forme en Apollon avec quelques petits problèmes de justesse au troisième acte et Gladys Massenot notablement insuffisante en alter ego d'Alceste.

Côté fosse, l'English Baroque Orchestra complété du choeur Monteverdi sous la baguette de leur chef John Eliot Gardiner se sont montrés parfaitement à leur aise avec une partition de style français mâtiné par le plus français des compositeurs allemands...

Bref, un DVD qui vaut avant tout pour l'interprétation musicale et qui déçoit par sa mise-en-scène.


Wolfgang Rihm: et Lux
Wolfgang Rihm: et Lux
Prix : EUR 20,35

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Une musique élitiste, 23 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Wolfgang Rihm: et Lux (CD)
Wolfgang Rihm délivre une production musicale abondante et qui fait l'objet d'enregistrements rapides le plus souvent réalisés par des ensembles ou des interprètes allemands. Il faut dire que c'est l'un des assez rares compositeurs allemands encore vivants de stature internationale. A ce titre, il est un peu considéré comme le fer de lance de la musique contemporaine de son pays.

Toutefois, à mon humble avis qui sans doute ne ralliera pas tout le monde, Rihm est avant toute chose un compositeur pour l'intellect avant que de l'être pour l'émotion. Son écriture oscille entre la sobriété de lignes assez pures, presque étiolées, et la luxuriance de compositions cérébrales. L'émotion semble toujours passer au second plan tant il existe une intention, un projet conscient derrière chacune de ses compositions qu'il s'agit d'expliciter. Soit.

"Et Lux" participe indéniablement à ce parti-pris. Ici, il s'agit de rendre hommage à la liturgie romane. D'où une oeuvre d'un seul tenant, sans coupure, d'une heure environ. Son caractère, en référence au projet qui est sous-jacent, est intimiste justifiant de faire appel à un quatuor à cordes et à un octuor de voix (deux sopranos, quatre ténors et deux basses). Les textes sont constitués d'extraits divers de la liturgie romane, en latin donc, accolés les uns aux autres. L'atmosphère est de bout en bout pianissimo avec des cordes qui jouent de façon feutrée et sans grande différenciation. D'où une certaine monotonie qui s'installe assez rapidement et un ennui qui risque de pointer son nez à l'écoute d'une pièce certes bien écrite mais qui soulève plus le respect que l'enthousiasme.

Côté réalisation, RAS : c'est propre, impeccable et très bien enregistré. Mais froid comme l'opus en soi...


OEuvres pour piano (Intégrale)
OEuvres pour piano (Intégrale)
Prix : EUR 10,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Intégrale pour curieux, 22 juillet 2015
Ce commentaire fait référence à cette édition : OEuvres pour piano (Intégrale) (CD)
Gustave Samazeuilh n'encombre ni les bacs des disquaires ni les affiches de concert. Fils d'une riche famille bourgeoise, banquier de son état, il fut l'élève de Vincent d'Indy, l'ami de Ravel et fréquenta tout ce que la bonne société française du premier tiers du siècle dernier comptait d'élites musicales et littéraires. Excellent pianiste, il laissa un corpus de musique de chambre, musique de scène mais, surtout, de pièces pour piano dont nous est donnée en première mondiale l'intégrale.

S'il n'y a rien de majeur dans ces oeuvres ni rien d'exceptionnel, on y entend cependant de la musique bien composée, techniquement exigeante, combinant des structures souvent complexes. Ni impressionniste ni romantique, Samazeuilh possède un style réellement personnel et qui sonne typiquement français.

Olivier Chauzu, brillant pianiste mais qui reste globalement largement méconnu du public même averti, signe ici un disque plein de conviction et de caractère qui nous permet de découvrir un compositeur mineur mais dont l'un des thèmes inspira néanmoins le Daphnis et Chloé de Ravel. Le disque bénéficie en outre d'une captation parfaite. Pour les curieux donc, avant tout;


Very Blue
Very Blue
Prix : EUR 15,00

5.0 étoiles sur 5 Superbe leçon de jazz, 21 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Very Blue (CD)
Voici un enregistrement qui fait la démonstration qu'il n'est point nécessaire de multiplier les musiciens, les instruments et de rechercher à innover à tout prix, quelqu'en soit le résultat, pour s'imposer sur une scène de jazz bien encombrée.

Prenez un excellent pianiste, injustement insuffisamment reconnu, Emil Spanyi au jeu subtil, ayant un sens mélodique remarquable, une science du doigté évidente, une aisance avec tous les styles. Adjoignez-lui un solide contrebassiste, Jean Bardy, qui adhère à la vision du leader et avec qui l'entente est immédiate et la fusion musicale de même. Elaborez ensuite un programme combinant reprise de standards de Gershwin, d'Ellington ou de Shooter pour n'en citer que quelques uns et partitions originales des deux compères du jour et vous obtiendrez un résultat remarquablement musical, solidement ancré dans la très bonne tradition du jazz.

On ne s'ennuie pas une minute dans ce programme de pourtant plus d'une heure car c'est un pur régal parfaitement rendu par une prise de son d'un naturel confondant. Décidément une bien belle leçon de jazz !


La Finta Giardiniera [Blu-ray]
La Finta Giardiniera [Blu-ray]
DVD ~ Mozart
Prix : EUR 28,88

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une leçon d'opéra, 21 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Finta Giardiniera [Blu-ray] (Blu-ray)
Cette production enregistrée à l'opéra de Lille en mars 2014 montre qu'il n'est pas forcément nécessaire de rassembler une équipe de stars internationales pour réussir un coup de maître sur une scène lyrique.

Ici, point d'étoiles du chant mondialement connues. Simplement, une équipe de chanteurs solides, maîtrisant leur Mozart à la perfection, venus d'un peu partout dans le monde. Des chanteurs qui ont un réel plaisir à être sur scène ensemble et qui se donnent sans compter, jouant le jeu d'une mise en scène pleine d'originalité et qui souligne à la perfection le caractère plein d'espièglerie d'un livret qu'on découvre drôle et moderne comme jamais encore on ne l'avait entendu. La réalisation imaginée par David Lescot, très bien captée et rendue dans cette version blu-ray, compte pour beaucoup dans le plaisir sincère et intense que l'on éprouve à l'écoute de cet opéra de presque trois heures.

Pas un moment on ne s'ennuie tant le chant y est magnifiquement tenu par des artistes autant comédiens qui adhèrent sans réserve au parti-pris du metteur-en-scène que chanteurs investis dans leurs rôles. Cette production fourmille d'idées et de clins d'oeil et chaque chanteur souligne avec subtilité des caractères bien trempés. L'idée de faire d'Arminda une femme qui mène son monde à la cravache en passant ses nerfs et sa colères sur des tournesols qu'elle décapite au fur et à mesure que les jardiniers les lui apportent est un des grands moments de rire positif le tout sur un moment de chant exceptionnel. Personne dans le distribution ne fait défaut avec une mention toute spéciale à Erin Morley qui a le timbre et le physique de l'emploi, Maria Savastano qui campe une Serpetta manipulatrice et revêche à mourir de rire et Marie-Adeline Henry en maîtresse femme sculpturale.

Peu à peu mais de façon sûre, Emmanuelle Haïm s'impose comme une excellente chef lyrique qui mène son concert d'Astrée avec un allant et une stature remarquables.

Un très grand et très beau moment d'opéra, vraiment !!!!


Vieuxtemps, Ysaÿe : Concertos pour violoncelle. Gerhardt, Caballé-Domenech.
Vieuxtemps, Ysaÿe : Concertos pour violoncelle. Gerhardt, Caballé-Domenech.
Prix : EUR 18,99

4.0 étoiles sur 5 Merci Hypérion !, 18 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Vieuxtemps, Ysaÿe : Concertos pour violoncelle. Gerhardt, Caballé-Domenech. (CD)
Hypéron s'est fait une spécialité de l'enregistrement d'oeuvres inconnues ou méconnues de compositeurs peu ou jamais enregistrés. Résultat : on trouve de tout, du pire au meilleur...

C'est assurément le meilleur qu'on nous réserve ici avec la découverte (pour ma part du moins) des deux concertos pour violoncelle et orchestre composé par Henri Vieuxtemps en 1876 pour le premier et entre 1877 et 1879 pour le second. De Vieuxtemps, on connaît surtout ses nombreux concertos pour violon lui qui fut l'un des plus grands virtuoses de sa jeunesse avant que la maladie ne le frappe et ne l'oblige à renoncer à jouer pour se consacrer exclusivement à la composition.

L'écoute de ces deux opus nous révèle deux concertos magnifiques, parfaits d'équilibre, le premier au climat assez clair tandis que le second présente un caractère plus dramatique organisé autour du mouvement central fait d'un andante poignant. Voilà des oeuvres qui n'ont pas à rougir des grands concertos du genre et qui mériteraient d'être interprétés régulièrement. Ils furent d'ailleurs accueillis avec enthousiasme à l'époque bien que le deuxième fût créé après la mort du compositeur, décédé d'une ultime attaque alors qu'il résidait en maison de soins en Algérie.

Hyperion a subtilement choisi de compléter ce très beau programme par deux oeuvres absolument méconnues d'Ysaÿe qui fut le plus brillant élève de Vieuxtemps. On y entend une belle Méditation offrant un superbe dialogue entre le soliste et l'orchestre et une Sérénade où le soliste occupe le premier plan quasiment de bout en bout. Ces deux pièces écrites autour de 1910 offrent un complément de programme fait de curiosités et de découvertes très équilibré.

Alban Gerhardt se montre un violoncelliste d'une musicalité remarquable et à la solide technique car les deux concertos ne pardonnent aucune approximation et exige une technique d'airain. Josep Cabale-Domenech dirige L'Orchestre Philharmonique Royal Flamand d'une main sûre et n'est pas pour rien au succès indéniable de cet album. On regrettera seulement une prise de son un peu trop réverbérée et qui manque globalement de naturel. Pour le reste, c'est une heure de pur enchantement;


Mendelssohn/Lieder Ohne Worte
Mendelssohn/Lieder Ohne Worte
Prix : EUR 22,00

5.0 étoiles sur 5 Romances sans paroles pour une interprétation qui laisse sans voix, 18 juillet 2015
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mendelssohn/Lieder Ohne Worte (CD)
Interpréter les Romances sans paroles de Mendelssohn peut se révéler fort piégeur pour un pianiste soit par excès de virtuosité, soit par souci de vouloir faire dire à ces petites pièces plus que ce pour quoi elles ont été conçues, soit encore par risque de plonger l'auditeur dans une certaine torpeur.

N'ayez crainte, Javier Perianes ne tombe dans aucun de ces pièges et nous livre bien au contraire un sublime disque qui nous montre qu'il a tout compris de Mendelssohn. En se mettant au service d'un mélodie de génie qui a le regard d'un côté tourné vers la modernité de ses contemporains (Lizst ou Chopin pour ne citer qu'eux) de l'autre vers la tradition (Goethe qu'il vénérait et qu'il a rencontré et Bach qu'il a redécouvert et rejoué), Javier Persanes a pour simple souci de nous faire entendre l'extraordinaire qualité de ces petites pièces sans doute écrites comme une sorte de jeu entre Felix et sa soeur avec laquelle il entretenait un rapport fusionnel et passionnel.

Afin d'alléger l'écoute d'une série de courtes pièces qui pourrait s'avérer à la longue monotone, il a, avec son producteur, eu la bonne idée d'intercaler quatre autres pièces composées à différentes périodes de la courte vie de Mendelssohn et qui permettent de bien voir comment les Romances sans paroles s'inscrivent naturellement dans un cycle mélodiste caractéristique du style de l'ami Felix.

Capté à la perfection, le piano sonne comme le compositeur aurait sans doute rêvé qu'il le fit sous les doigts inspirés d'un Persanes au sommet de son art. Voilà un pianiste dont les débuts laissèrent un peu dubitatif et qui s'affirme désormais comme un interprète majeur du piano romantique.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20