Profil de elvisisalive > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par elvisisalive
Classement des meilleurs critiques: 743
Votes utiles : 1659

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
elvisisalive "Good Old Time" (FRANCE)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Neil Young Journeys [Blu-ray]
Neil Young Journeys [Blu-ray]
DVD ~ Neil Young
Prix : EUR 13,80

17 internautes sur 17 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Voyage en chantant et presque enchanté..., 13 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Neil Young Journeys [Blu-ray] (Blu-ray)
Jonathan DEMME est un fan inconditionnel de Neil Young. Pas de doute la dessus. Il avait déjà réalisé le magnifique Neil Young : Heart of gold en 2005, filmant le Loner sur scène à Nashville, dans un registre forcément country folk rock.

DEMME réitère l'opération, avec un film réalisé lors de la tournée Le Noise en 2011. Le texte de présentation du Blu-Ray annonce un documentaire intimiste dans lequel Neil Young livre ses souvenirs de jeunesse, au volant d'une vieille américaine, sur la route reliant sa ville natale au Massey Hall de Toronto, où il doit donner les deux derniers concerts de sa tournée. Le tout est entrecoupé d'extraits live.

C'est effectivement le contenu du Blu-Ray. Les extraits live sont superbes, Neil Young seul à la guitare ou au piano interprète des extraits de Le Noise, l'album qui a tant fait débat et que pour ma part, j'ai adoré. Mention spéciale à Love & War et Peaceful Valley Boulevard, aussi poignantes en live que sur disque. Les titres plus vieux dont les classiques Ohio, Down By The River, After The Gold Rush ou Hey Hey My My, ainsi que les deux inédits Leia et You Never Call, sont ici livrés dans des versions dépouillée façon Le Noise, que l'on écoute avec recueillement. Le son est ample, enveloppant et fait tout simplement oublié que Neil Young est seul sur scène. Exactement ce qu'était parvenu à réaliser Daniel Lanois en produisant Le Noise. Musicalement, c'est donc du très bon Neil Young, pour peu que l'on ait accroché à Le Noise.

Par contre, question images documentaires, on reste vraiment sur sa faim. Les dites images sont franchement rares voire quasiment absentes à partir de la moitié du film. Dommage car les quelques passages montrant Neil Young dans sa voiture, suivant son frangin (pas de doute là-dessus, la ressemblance est flagrante), sont assez captivants voire émouvants, notamment lorsqu'il revient sur les lieux de son enfance. Mais c'est vraiment court, très court, trop court. 10 à 15 minutes en tout et pour tout, à vue de nez.

Du coup, on ressort du visionnage du film, avec un sentiment mitigé. Pas vraiment documentaire, pas vraiment concert filmé, on se demande un peu ce qu'on a vu.

Reste la musique de Neil Young, intimiste, vivante, prenante, habitée, chargée d'émotion. Et pour les frissons qu'elle me procure encore une fois, je mets 4 étoiles.


The Axeman Cometh
The Axeman Cometh
Prix : EUR 22,60

27 internautes sur 28 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 « Si vous ne pouvez pas l'écouter fort, ne l'écoutez pas... », 12 janvier 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Axeman Cometh (CD)
Il est des albums mystérieusement addictifs qui me collent à la peau, tels le futal d'Olivia Newton John dans Grease. The Axeman Cometh est de ceux-là. Définitivement.

Quelle claque ! Quelle tuerie ! Quel disque ! Mais comment ai-je bien pu passer à côté pendant d'aussi longues années ? La réponse est simple : les deux albums de Wicked Lady étaient introuvables avant leur réédition en 2012. Du gâchis.

Ce premier album date de 1970 et hisse les Wicked Lady au niveau des meilleurs Stooges, sans aucun problème. Le son est rude, crasseux et lourd, la section rythmique primaire mais redoutable d'efficacité et le guitariste... ce guitariste... un fou furieux qui balance des riffs plombés et des solos tout droit sortis de l'enfer. Enregistrer ce genre de musique en 1970, c'est du pur génie.

Faites-moi plaisir, écoutez le riff introductif du tout premier titre de l'album, Run The Night et laissez glisser jusqu'au solo qui démarre à la 2ème minute. Si ça c'est pas du rock, je suis prêt à léguer ma collection de vinyles classic rock au premier fan de Lady Gaga qui passe... War Cloud c'est 1mn45 de ballade électro-acoustique puis près de 6 minutes de déluge sonique. The Axeman Cometh est un fabuleux instrumental dédié au « Dieu Guitare ». Wicked Lady, le titre, et son intro jouée à l'aide d'une pédale wah-wah fait bien évidemment penser à Voodoo Child d'Hendrix.

Life & Death, Out Of The Dark et Living On The Edge, trois rivières de lave en fusion, dépassent tous trois allègrement les 10 minutes mais voyez-vous on ne s'ennuie jamais. On martyrise la touche « repeat » et on agresse la molette du volume pour qu'elle aille explorer les sommets volcaniques du son.

D'ailleurs c'est Martin Weaver, le leader de Wicked Lady, qui nous le demande dans le livret : « If you can't play Wicked Lady loud, don't play it !" On s'exécute et on monte le son.

Tout est enregistré sur magnéto 4 pistes, c'est tellement plus rock'n'roll, plus pur. Oui, c'est comme ça que j'imagine Martin Weather et ses deux potes, en 1970, dans leur garage... comme des puristes du rock.

Voilà, je pense avoir tout dit. Je suis heureux. Heureux de pouvoir encore faire des découvertes classic rock de cette trempe en 2012. Depuis 15 jours, le rock pour moi, c'est Wicked Lady.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 12, 2013 9:28 PM CET


The Studio Albums
The Studio Albums
Prix : EUR 336,79

8 internautes sur 8 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 La mode est au vinyle en boîte..., 25 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Studio Albums (Album vinyle)
On est gâtés... après l'intégrale vinyle des Beatles, voici celle des Who... et on attend celle des Black Sabbath pour le mois de décembre... A quand celle des Led Zep ?

11 albums ici, dont quelques grands classiques : Who's Next, Tommy, My Generation, The Wo Sell Out, Quadrophenia, A Quick One. Du moins bon aussi : en gros, les albums post Quadrophenia.

La finition du coffret est de qualité, la même que l'intégrale vinyle des Stones.

Bien évidemment, pour rentabiliser un max l'achat de ce coffret, l'idéal est de ne posséder aucun de ces albums en vinyle, ce qui à l'exception de Who's Next, était mon cas.

Je reste cependant objectif : le retour du vinyle, c'est un truc de riche. Racheter des albums que l'on possède déjà en CD, juste pour le plaisir d'entendre craquer le saphir sur le vinyle... faut être plein aux as ou nostalgic-addict aux 60's et 70's... Je fais clairement partie de la seconde catégorie... dommage pour moi.

Mais le (disque) vinyle a une autre vertu : offrir la chance de re-découvrir des albums dans leur intégralité, quand le CD est une inéluctable invitation à zapper, à papillonner de titre en titre.

Oui, je vais enfin pouvoir redécouvrir My Generation, Tommy et Quadrophenia, quasiment comme mes parents ont pu les découvrir il y a 40 ans... et une fois de plus, ma platine vinyle va me dire merci, tous les jours.


Celebration Day (2 CD + DVD Digipack Format DVD)
Celebration Day (2 CD + DVD Digipack Format DVD)
Prix : EUR 19,19

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Celebration Day... ou la théorie de la relativité..., 24 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Celebration Day (2 CD + DVD Digipack Format DVD) (DVD)
Bon, soyons clairs, ce BR/CD et plus encore le show qu'il nous donne à voir, n'est bien évidemment pas parfait. Mais comment aurait-il pu l'être ? L'attente était tellement démesurée !!!

Donc, côté faiblesses, on notera des choix de réalisation et de montage irritants sur la longueur, la voix de Plant très régulièrement poussive, qui ne monte plus dans les aigues. Et puis il y a le jeu de Page, il est vrai un peu décevant. On ne lui demandait pas de reproduire chaque solo, chaque riff, à la note près, mais là, parfois, on est un peu déstabilisés par de trop nombreuses approximations... Trois faiblesses donc, dont deux à mettre sur le compte du temps qui passe, de l'âge... et ça, elles n'y peuvent rien nos idoles 70's.

Quant aux supposés défauts techniques du Bluray et du double CD ici proposés, je ne m'étendrai pas dessus tant je considère qu'ils sont dérisoires en comparaison du plaisir que j'ai à découvrir, enfin, dans mon salon, ce concert de légende. Idem pour le son que je trouve plutôt très bon.

La setlist est certes sans surprise, c'est un quasi best of du Zeppelin, mais peut-on le leur reprocher ? Qu'aurait-on penser d'une setlist sans Good Times, sans Ramble On, sans Black Dog, sans Nobody's Fault But Mine, sans Dazed, sans Stairway, sans Kashmir, sans Whole Lotta Love, sans Rock And Roll ? On aurait craché dessus... Non, la setlist est à mon sens quasi parfaite.

Soyons sérieux et un peu objectifs, il en aurait fallu des tonnes pour gâcher la fête de la sortie de ce live. Et il faut vraiment être difficile et éxigeant (du genre à vouloir faire du mal au postérieur des mouches) pour lui coller moins de 4 étoiles.

L'unique question qui devrait mettre tout le monde d'accord, est : aurait-on préféré que ce live ne sorte pas ?

Celebration Day... ou la théorie de la relativité...


Delta Swamp Rock 2 - More Sounds From The South 1968-75: At The Crossroads Of Rock, Country & Soul
Delta Swamp Rock 2 - More Sounds From The South 1968-75: At The Crossroads Of Rock, Country & Soul
Prix : EUR 22,00

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Back to South..., 22 novembre 2012
Ca va être très simple... il vous suffit de reprendre mon com' sur le volume 1 (Delta Swamp Rock: Sounds From The South) et vous saurez ce que je pense de cette suite...

Même qualité du packaging, beau livret en papier glacé, très documenté avec de belles photos. Au niveau du contenu musical, quelques différences tout de même : un seul CD (ou double vinyle) cette fois-ci, mais bien rempli (20 titres) et des artistes non présents sur le 1er volume (Chet Atkins, Marshall Tucker Band, Captain Beyond, Bobby Lance...).

En revanche, on retrouve les Bobbie Gentry, Area Code 615 , Cowboy, Barefoot Jerry, Joe South et la famille Allman. Cher est encore là avec l'un de ses fameux enregistrements de 69 au mythique Muscle Shoals Studio. C'est une reprise du For What It's Worth de Buffalo Springfield, délicieux ! Quant à Tony Joe White, il reprend le Who's Making Love de Johnnie Taylor... et ça le fait.

Notons une version alternative du Free Bird des Lynyrd Skynyrd, enregistrée en 1971, toujours au Muscle Shoals Studio, une version un peu plus courte et un peu moins produite. Du bonheur !

On navigue à vue dans cette sélection, à la découverte de titres rares, peu connus, surprenants pour certains, mais toujours de bon goût et avec pour décors, le sud... ce sud que l'on a tant stigmatisé pour son conservatisme, souvent à raison d'ailleurs.

Mais répétons-le, le sud des USA, ce n'est pas que ça, ce n'est pas que la xénophobie et le racisme, ce n'est pas que le rock bourrin des bikers, c'est aussi cette soul-rock music distinguée que cette compilation nous donne à écouter.

Le label soul Jazz Records est en train de se faire un belle place au soleil (du sud, forcément) dans ma discothèque...


Live 2012 (Blu-ray + CD)
Live 2012 (Blu-ray + CD)
Prix : EUR 30,49

13 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 The final crash, 22 novembre 2012
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live 2012 (Blu-ray + CD) (Blu-ray)
Voici donc le crash final d'un groupe qui a connu une lente mais certaine descente aux enfers artistiques, après un début de carrière pourtant très prometteur...

Souvenez-vous, au début des années 2000, Coldplay c'était la grâce incarnée, la finesse et la classe absolue en matière de pop-rock. Il suffit de réécouter Parachute et surtout, le chef d'oeuvre A Rush Of Blood To The Head en 2002 pour s'en convaincre.

Des mélodies ciselées artisanalement, des arrangements lumineux, des musiciens concernés, consciencieux et humains...

A croire que le sang est monté un peu trop vite à la tête des quatre Coldplay car ensuite, ce fut une toute autre affaire. Je mets X&Y à part. Un album de transition que je reconnais avoir beaucoup écouté et beaucoup aimé. Mais j'aurais dû me méfier... car il annonçait le pire : Viva la Vida et Mylo Xyloto. Le côté obscure de la pop, la musique dans tout ce qu'elle a de plus détestable.

Comment ces quatre types, biens sous tous rapports, ont-ils pu passer d'une telle classe absolue, celle de leurs débuts, à une telle vulgarité ? Leur musique est une somme de clichés, les ficelles sont énormes et le filet à peine dissimulé pour mieux prendre au piège les masses populaires.

Et rien n'arrête la pompe à fric Coldplay : des ressorties d'albums agrémentées de remix douteux et inutiles, des rappeurs convoqués et, comble de l'horreur, la pintade R&B « Ris Anna ! » sur un titre de leur dernier méfait... on touche le fonds.

La génération NRJ est aux anges, les amateurs de musique au bord du suicide.

Et puis arrive ce live... l'apothéose, le crash final devant 80.000 adeptes parqués au Stade de France, sans doute beaucoup plus si l'on compte ceux venus assister à la projection du film dans les salles obscures de France et de Navarre... Et oui, nouveau concept : « le concert dans ton multiplexe préféré »... No limit !

Pour en revenir au DVD/Bluray/CD live, le son est bien évidemment indécent, bourré d'échos (et oui, le son résonne dans un stade...), saturé de boom boom et de basses électro-pop... La setlist est trustée par les tubes racoleurs des deux derniers albums (c'était prévisible...) et les quelques bons titres extraits des premiers albums sont saccagés par des arrangements putassiers, histoire de mettre un peu de cohérence dans tout ça (tiens... un compliment !). Quant aux images, au-delà de leur indécente mauvaise qualité (un comble pour du Bluray), on y voit des lights, des graffitis, des bracelets fluos, des écrans... au fond, c'est un peu Disneyland avec Picsous trônant au centre, au piano...

On a beaucoup comparé la trajectoire de Coldplay à celle de U2... Je l'ai pensé également mais plus le temps passe et plus je réalise que Coldplay a franchi des limites que U2 s'est jusqu'ici (touchons du bois !) interdit de franchir... Mylo Bidulechouette est autrement plus vulgaire que « Pop », l'album pourtant le plus décrié de U2... La différence c'est que U2 assumait l'aspect caricatural et parodique de l'affaire, quand Coldplay est dans le cynisme absolu.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 22, 2012 10:12 AM CET


The Pogues in Paris - 30th Anniversary Concert Live at the Olympia (Coffret 2 CD + 2 DVD, Format Livre-Disque)
The Pogues in Paris - 30th Anniversary Concert Live at the Olympia (Coffret 2 CD + 2 DVD, Format Livre-Disque)
Prix : EUR 28,95

22 internautes sur 23 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Shane in the Guinness... Book !, 19 novembre 2012
Ce joli coffret peut également faire office de jeu... je m'explique : lancer la lecture du 1er DVD et amusez-vous à parier avec vos amis, sur le temps que mettra Shane McGowan à tomber raide ivre mort sur la scène de l'Olympia...!!!

L'état d'ébriété avancée de ce bougre d'irlandais ne fait aucun doute : la cinquantaine bedonnante, il débarque sur scène en titubant, édenté, grosses lunettes noires sur le nez, grimace en allumant ses clopes, baragouine quelques mots incompréhensibles entre les morceaux... bref le type n'est pas frais !

Mais dès le premier titre, le miracle opère... Shane chante plus que correctement, bien mieux qu'un Renaud en fin de carrière. Et ceux qui ont parié sur la chute de l'irlandais avant la fin du concert, en seront pour leurs frais. Plein comme une barrique, McGowan assure le show et s'ouvre les portes du Guinness Book... le chanteur le plus bourré ayant jamais chanté sur la scène de l'Olympia !

Côté setlist, c'est du classique, de la valeur sûre... la totale : 24 titres, 24 incontournables des Pogues, de quoi faire la fiesta dans la fosse, de quoi pogoter, sauter, danser, chanter... Le public français ne s'y trompe d'ailleurs pas et s'en donne à coeur joie.

Les ballades irlandaises sont belles à chialer... dans sa Guinness...

Le groupe vieillissant est en place et ne s'économise pas. Phil Chevron, 55 ans, en parait 20 de plus avec sa casquette de papi. Ella Finer, soeur de Jem, les rejoint sur scène pour Fairytale Of New York... Bref la famille est au grand complet pour fêter son 30ème anniversaire, sur la scène de l'Olympia à Paris.

Un beau coffret à un prix abordable avec de jolis bonus et notamment deux émissions TV mythiques des années 80 : Avenue du Rock et, bien sûr, Les Enfants du Rock.

A écouter fort, entre amis, au pub du coin de la rue, en dégustant une (ou plusieurs) bonne Guinness...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (3) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 29, 2012 6:02 AM CET


Live At River Plate
Live At River Plate
Prix : EUR 15,99

9 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 20 ans déjà..., 19 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live At River Plate (CD)
Le dernier véritable live d'AC/DC date de 1992. 20 ans après, nouveau double CD (ou triple vinyle), sans grande surprise il est vrai, étant donné qu'il s'agit du concert de Buenos Aires déjà publié en DVD et Blu-Ray l'année dernière, dans la foulée du Black Ice World Tour.

La setlist est sans surprise et donc, ultra efficace. Tous les classiques y sont, plus quelques extraits de Black Ice. Le public argentin est chaud bouillant et ça s'entend. Le son est correct mais un peu brouillon. Et puis, sans l'image, on prend un peu plus conscience que la voix de Johnson a pas mal subi les affres du temps. L'homme à la casquette est parfois un peu poussif et l'on se prend à souffrir avec lui sur certain passage... Mais bon pas de quoi gâcher la fête et ce double live.

Il suffit juste de fermer les yeux sur le mercantilisme forcené qui guide sa sortie à l'approche des fêtes de fin d'année, deux ans après la sortie de son équivalent imagé, pour pouvoir apprécier, sans gêne, ce Live At River Plate.


The Beatles In Stereo Vinyl Box [Boxed Set]
The Beatles In Stereo Vinyl Box [Boxed Set]
Prix : EUR 374,90

16 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Le bonheur a un prix..., 18 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Beatles In Stereo Vinyl Box [Boxed Set] (Album vinyle)
... 350 euros. Cela peut paraître onéreux mais si c'est le prix à payer pour atteindre la plénitude absolue, ainsi soit-il...

Alors, que dire sur cet objet ? D'abord qu'il est en édition limitée à 50.000 exemplaires dans le monde. Donc dépêchez-vous... Je vous le dis tranquillement, car j'ai déjà reçu le miens.

Alors oui, après l'intégrale CD Stéréo et l'intégrale CD Mono, une troisième intégrale en moins de 3 ans, ça fait beaucoup... Oui mais il faut bien le reconnaître, le vinyle est aux Beatles ce que le codage MP3 est à Lady Gaga... indissociables.

Et je ne le répèterai jamais assez : les Beatles étaient des extra-terrestres. 14 albums studios et un peu plus de 250 chansons parmi les plus efficaces de l'histoire de la pop music, le tout en seulement 7 ans, c'est parfaitement hallucinant.

Cette intégrale vinyle est donc là pour rendre un digne hommage à cette oeuvre titanesque.

C'est simple, depuis une semaine, ma platine vinyle verse quotidiennement des larmes de bonheur et d'émotion...

Si avec ces arguments, votre banquier ne nous accorde pas un petit prêt de 350 euros...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (6) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 8, 2013 6:32 PM CET


Grrr! (Digipack 3 CD)
Grrr! (Digipack 3 CD)
Prix : EUR 41,27

8 internautes sur 13 ont trouvé ce commentaire utile 
1.0 étoiles sur 5 Inédits à prix d'or..., 17 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Grrr! (Digipack 3 CD) (CD)
The Rolling Stones : 26 albums studio et... 31 compilations officielles. A ce rythme, on mourra d'overdose de best of, avant Keith Richards...

Dommage car les deux inédits enregistrés à Paris sont assez convaincants.

Mais tant qu'il y aura des fans pour acheter des inédits à 10 euros l'unité (20 euros, le prix de ce best of, pour 2 petits inédits), on ne voit pas pourquoi la bande à Mick Jagger se fatiguerait à enregistrer un nouvel album...


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20