Profil de elvisisalive > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par elvisisalive
Classement des meilleurs critiques: 518
Votes utiles : 1639

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
elvisisalive "Good Old Time" (FRANCE)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Charlie Is My Darling
Charlie Is My Darling
Prix : EUR 21,99

11 internautes sur 16 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Frénésie commerciale chez les Stones !, 17 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Charlie Is My Darling (DVD)
Après le nième et dispensable best of Grrr ! publié la semaine dernière, voici Charlie Is My Darling, un petit film, pas mal monté et réalisé à partir d'images d'archives des Stones à leurs débuts, en 1965.

Au menu, des extraits d'interviews, des images des Stones pris dans la tourmente de leur succès grandissant et des extraits de concerts donnés en Irlande durant leur tournée européenne de 65.

Passage le plus marquant : lorsque la scène sur laquelle se produisent les Stones, est envahie par une poignée de spectateurs surexcités, se jetant sur des musiciens pas rassurés du tout... définitivement rock'n'roll !

Les images sont de bonne qualité mais le noir et blanc et le format de l'image en 4:3, ne justifient aucunement l'option Blu-ray. Le DVD fait largement l'affaire. Et je ne vous parle même pas du coffret deluxe vendu pour la modique somme de 100 euros... exclusivement réservé aux plus fanatiques.

Au final, disons que ce film est doté d'une valeur historique relative et que sa sortie n'a rien d'un événement.


Music From Another Dimension
Music From Another Dimension
Prix : EUR 6,07

19 internautes sur 22 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Tyler un short..., 8 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Music From Another Dimension (CD)
P.... 11 ans ! 11 ans qu'ils n'avaient pas publié de nouvelles chansons hormis quelques inédits sur les innombrables best of sortis à intervalles réguliers (tous les 2 ans en moyenne). Il y avait quand même eu l'épisode blues Honkin' On Bobo, plutôt réussi à mon sens.

Mais question nouvelles compos, que dalle ! Faut dire que Tyler n'a pas chômé : opération de la gorge, hépatite, pathétique compromission dans la télé réalité (American Idol), publication d'une croustillante autobiographie (Est-ce que ce bruit dans ma tête te dérange ?), rumeurs incessantes de séparation du groupe... bref, la perspective d'un nouvel album d'Aerosmith devenait de plus en plus improbable lorsque, oh miracle, Music From Another Dimension est arrivé dans les bacs en ce début de mois novembre, soit un mois avant la fin du monde... Savent y faire question marketing les Aerosmith !

Mais ne cédons pas à la facilité de descendre en flamme un album, sans l'avoir attentivement écouté et décortiqué. Revue de détail donc...

Ca démarre fort avec Luv XXX et son intro rétro-kitch futuriste façon Star Trek et cette voix qui annonce vouloir nous contrôler sans partage... Le son de batterie et les guitares tranchantes qui débarquent ensuite pourraient bien lui donner raison. Perry et Whitford semblent en grande forme.

La production et le mixage me semblent assez proches de ceux de Get A Grip en 1993, le dernier grand album d'Aerosmith.

Même constat sur Oh Yeah. Ca envoie du bois, les influences blues sont omniprésentes, les solos de Perry sont inspirés. Out Go The Light et Street Jesus sont deux pièces maîtresses de l'album avec leurs presque 7 minutes chacune au compteur. Du riff, du solo en veux-tu en voilà...

Bien sûr, Tyler en fait des tonnes, comme d'habitude. Mais n'est-il pas dans son rôle ? Et puis, la sobriété lui va si mal...

Bref, après l'écoute de cette poignée de titres bien envoyés, on se réjouit d'avance à l'idée d'écouter un album entier de ce niveau...

Las... la mayo retombe malheureusement très vite... Beautiful, Tell Me, Closer, Legendary Child, Something, manquent cruellement d'inspiration et tournent inexorablement en rond. Pire, Lover Alot et Freedom Fighter semble avoir égaré leur mélodie...

Déjà 7 titres sur 15, la tête dans le sac... ça fait beaucoup.

Il y a bien les sempiternelles ballades pour nous rappeler qu'Aerosmith est un foutu bon groupe lorsqu'il s'agit de verser dans le romantisme. Ici, les sucreries romantiques s'intitulent What Could Have Been Love, We All Fall Down, Can't Stop Lovin' You (avec la pintade Carrie Underwood) et Another Last Goodbye.

Oui mais... il en faudrait bien plus pour faire de cet album une réelle réussite. Car au fond, cette nouvelle livraison des Aerosmith présente les mêmes défauts que la plupart de leurs albums publiés depuis 20 ans, des albums bâtis sur un schéma immuable : quelques bons titres placés en début d'album et puis la dégringolade, la lente dérive vers l'insipide, la tentation du remplissage et au bout du compte, des albums trop longs, bourrés jusqu'à la gueule d'un rock tiédasse sans saveur.

Au final, pas sûr qu'Aerosmith parvienne à nous maintenir sous son contrôle avec ce nouvel album bien trop inégal.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (8) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 1, 2013 12:47 PM MEST


La Futura
La Futura
Prix : EUR 10,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Retour vers le futur... du blues., 3 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Futura (CD)
C'est rare mais parfois nos barbus texans préférés acceptent de s'échapper de leurs années 70 pour faire un bon dans notre présent... leur futur. Et en général, c'est pour nous livrer une nouvelle galette de blues bien gras. Et c'est effectivement le cas avec La Futura, un album de blues rock dans la plus pure tradition ZZ Topienne.

La très bonne nouvelle c'est que cet album est bien meilleur que son prédécesseur, l'ampoulé et indigeste Mescalero - Copy control publié il y a déjà 9 ans. La Futura renoue avec le son des années 70 des ZZ Top. C'est blues, roots, concis, organique et... orgasmique.

Mention spéciale à Flyin' High, Chartreuse enchaînée avec Consumption, Heartache In Blue, I Don't Wanna Lose You... bref tout est bon dans le nouveau ZZ Top même la ballade Over You qui reprends les ingrédients de Rough Boy, THE ballab by ZZ Top...

Les guitares de Billy Gibbons sont bien grasses, la basse de Dusty Hill bien ronde et la batterie de Frank Beard sèche comme une journée d'été sous le soleil du Texas. Ces trois-là, manifestement toujours au top de leur art, n'ont pas fini de nous faire plaisir avec leur blues hors du temps.

D'ailleurs, une autre des vertus de ce nouvel album, est de nous faire replonger dans leur discographie passée et notamment celle des années 70. Quelle cohérence, quelle constance, quel talent... Hormis les techniques d'enregistrement, forcément marquées par le progrès, on réalise que La Futura aurait pu sortir en 1973, à la place de Tres Hombres.

Bien sûr, on aurait manqué La Grange, mais on aurait sans aucun doute tout autant aimé passionnément ces 10 titres intemporels qui composent La Futura.

En 2012, les ZZ Top entretiennent la flamme du blues et on les en remercie.


Psychedelic Pill
Psychedelic Pill
Prix : EUR 21,90

10 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Il est libre Neil..., 2 novembre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Psychedelic Pill (CD)
Monsieur Young vieillit, c'est inévitable. Il est plus proche de la fin que du début. Mais Monsieur Young profite du temps qui lui reste pour mettre les choses au point avec ses contemporains : le rock héroïque, lyrique et cabossé c'est lui et personne d'autre.

Il sait qu'il lui reste peu de temps, donc Monsieur Young enregistre, comme un cheval fou. Pas toujours avec réussite mais toujours avec honnêteté et conviction.

J'avais été impressionné par les risques pris avec Le Noise, superbe album sombre, intimiste mais tellement lumineux. J'ai été beaucoup moins convaincu par Americana, une collection de reprises de standards et traditionnels américains.

Avec Psychedelic Pills, Neil renoue avec le bon, voire le très bon. Le fidèle Crazy Horse déjà présent sur Americana, est encore là, à sa place : n'en faire jamais trop tout en marquant de son identité musicale, les 8 titres qui composent l'album.

8 titres pour près d'1 heures 30 de musique, tout de même. Le seul premier titre, Driftin' Back, était dans tous les esprits depuis des semaines, bien avant la sortie de l'album, précédé qu'il était par un buzz monstre concernant sa durée... Buzz confirmé puisque le titre pointe à 27 minutes 37. Un peu plus loin, Ramada Inn s'étend sur 16 minutes 51. Quant au dernier titre, Walk Like A Giant, 16 minutes 29 au compteur, il semble ne jamais vouloir s'arrêter avec un final de 4 minutes 25 secondes, interminables...

Et c'est peut-être là, la seule limite de l'exercice dans lequel s'est lancé Neil Young avec cet album : des longueurs un peu excessives et, il faut bien le dire, parfois vaines. De tous temps, Neil a su nous amener aux portes de la transe : Down By The River, On The Beach, Cortez The Killer, Like A Hurricane, Love And Only Love, Ordinary People et j'en passe... Oui, avec Neil, ça a souvent été bon quand c'était long mais là, on flirte avec la démesure.

Mais bon, c'est à peu près le seul reproche que je peux faire à cet album. Car question compositions, Neil est au top. Le son de sa Old Black serpente et tressent des mélodies addictives, la production est rugueuse à souhait, pas racoleuse pour un sou. Et c'est finalement ce qui est le plus rassurant dans cette affaire : à l'écoute des deux albums publiés en 2012 par Neil Young, on se dit que Neil reste définitivement libre et indépendant... Libre de publier 2 albums en 6 mois, libre de publier des albums au son roots et crasseux, libre d'écrire des chansons de près de 30 minutes...

Oui, définitivement, il est libre Neil...
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Nov 3, 2012 2:20 PM CET


The Doors: Live at the Bowl '68
The Doors: Live at the Bowl '68
DVD ~ The Doors
Prix : EUR 15,01

9 internautes sur 9 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Beau travail de restauration de l'image, 21 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The Doors: Live at the Bowl '68 (DVD)
Nouveau témoignage live des Doors, capté en 1968 à Los Angeles.

L'image est excellente, restaurée avec maestria, le son est plus que correct, la setlist passionnante... Morrison est bien défoncé mais assure quand même ses parties chantées... ce qui, on le sait, ne sera pas toujours le cas par la suite.

C'est filmé avec talent, les gros plans sont précis et nous font rentrer dans l'intimité des musiciens. Du coup, ça en devient émouvant...

Que ceux qui hésiteraient encore entre le Live In Texas 75 des Who récemment publié et ce Live At The Bowl '68... n'hésitent pas longtemps. Les Doors gagnent par KO, haut la main.


In Concert '72 - 40ème Anniversaire (Double Vinyle)
In Concert '72 - 40ème Anniversaire (Double Vinyle)

12 internautes sur 12 ont trouvé ce commentaire utile 
5.0 étoiles sur 5 Made In England, 21 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : In Concert '72 - 40ème Anniversaire (Double Vinyle) (Album vinyle)
Ce double vinyle propose un live capté le 9 mars 1972 à Londres, soit le mois de la sortie de Machine Head (Machine Head (40eme Anniversaire)), le chef d'oeuvre de Deep Purple dont on fête le 40ème anniversaire cette année.

Première information importante donc : il a été enregistré bien avant le mythique Made in Japan, le live qui fait référence chez tous les fans de Deep Purple.

Les setlist anglaise et japonaise présentent pas mal de similitudes : démarrage en trombe avec Highway Star, Strange Kind Of Woman et Lazy qui s'étirent tous deux sur près de 10 minutes, l'indéboulonable Smoke On The Water, Space Trucking et ses 20 minutes de digressions sonores...

Par contre, ni Child In Time, ni Black Night, ni Speed King sur In Concert '72. En lieu et place on a droit à Never Before et Maybe I'm A Leo, deux excellents titres de Machine Head. On regrette l'absence, sur l'un comme sur l'autre, de Pictures Of Home.

Côté son, ma préférence va au live japonais, plus puissant, plus chaud, plus compact, plus... rock... Peut-être parce qu'après des dizaines d'années d'écoute et de passion, l'objectivité n'est plus de mise. Mais le son de In Concert '72 reste très bon, supérieur à bien d'autres livraisons live ultérieures de Deep Purple (Live In Denmark 72, Phoenix Rising ou l'indécent California Jamming...).

Au final In Concert '72 est un très bon live du Pourpre Profond, suffisamment différent de Made In Japan pour justifier son achat, tout du moins pour les fans de Deep Purple.

A noter que la version CD est proposée dans le coffret Machine Head (40eme Anniversaire) - Edition Limitée (Coffret Deluxe 4 CD + DVD + Livret 60 pages) - Edition Limitée récemment publié. Ceci étant, rien de tel qu'un bon vieux vinyle pour écouter un Deep Purple live des années 70...
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Sep 16, 2014 5:53 PM MEST


Country Soul Sisters : The Rise Of Women In Country Music 1952-74
Country Soul Sisters : The Rise Of Women In Country Music 1952-74
Prix : EUR 21,87

3 internautes sur 5 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 La country music au féminin, 20 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Country Soul Sisters : The Rise Of Women In Country Music 1952-74 (CD)
Cette compil' est publiée par Soul Jazz Records, dans le même esprit que le Delta Swamp Rock: Sounds From The South de 2011, dont on attend d'ailleurs fébrilement le volume 2.

Cette fois-ci, ce sont les country girls que Soul Jazz Records met à l'honneur. 25 titres triés sur le volet, avec pas mal de pointures (Dolly Parton, Lynn Anderson, Bobbie Gentry, Tammy Wynette, Tanya Tucker, Patsy Cline...) et quelques noms moins connus.

Alors bien sûr, c'est de la country music... donc il faut aimer le genre pour apprécier cette compil'. Ceux que l'american way of life agace, passeront forcément leur chemin.

La sélection couvre la période 1952-1978 et même si elle est d'une indéniable qualité (aucune facilité, pas de Stand By Your Man ou de Jolene...) on ne retrouve malheureusement pas ce qui faisait tout le charme de Delta Swamp Rock : la diversité des influences, l'éclectisme, l'inattendu... Car oui, ici tout est définitivement country.

Sinon, le packaging est à nouveau au top : livret de 66 pages, belles photos couleur, bio de chaque artiste... toujours la classe quoi !

De quoi nous mettre en appétit pour le volume 2 de Delta Swamp Rock !


Sur la route avec Springsteen
Sur la route avec Springsteen
par Olivier Démoulin
Edition : Broché
Prix : EUR 16,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Sur la route avec Springsteen et Olivier Démoulin, 9 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sur la route avec Springsteen (Broché)
Il aurait pu écrire un énième bouquin de fan, une biographie approximative de plus, ou encore une thèse hasardeuse sur les textes du Boss... mais non, c'est bien la forme romancée qu'a choisie Olivier Démoulin pour évoquer son idole Bruce Springsteen. Un roman avec une histoire, des rebondissements et trois personnages principaux : deux ados devenus adultes et dont les vies se croisent et se décroisent au son des chansons de Springsteen, lequel est justement le troisième personnage principal du livre.

Sur la route avec Springsteen est un récit dans lequel Démoulin sème ici et là des épisodes de sa vie, à peine dissimulés sous quelques artifices fictionnels et tente surtout de nous transmettre sa passion pour l'oeuvre du Boss. Le livre constitue également un témoignage historique remarquable sur une époque révolue, les années 80, que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître. Du coup, ils découvriront le walkman, les disques vinyles achetés avec des francs chez le disquaire indépendant du quartier...

Très facile à lire, ce livre plaira autant aux fans du Boss, qu'aux coeurs d'artichauts et âmes sensibles en mal d'émotions, qu'aux dames à la recherche de belles histoires romancées, fussent-elles allergiques à la voix rocailleuse du Boss. Il y a d'ailleurs fort à parier que certaines d'entre elles viendront à Springsteen grâce à ce bouquin.

A lire, bien évidemment, en écoutant le double album the River...

A écouter, mon entretien d'une heure avec Olivier Démoulin, diffusé le 7 novembre 2012 sur le 93.5 à Montpellier et sur le site internet de Radio Clapas (radio associative non commerciale) ([...]) dans le cadre de mon émission Les Dieux du rock.


Live In Texas 75
Live In Texas 75
DVD ~ The Who
Prix : EUR 15,82

19 internautes sur 19 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Images indécentes, son pourri..., 9 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : Live In Texas 75 (DVD)
Un DVD live des Who plus que dispensable compte tenu de la médiocrité du son et de la qualité indécente des images proposées.

Pourtant la setlist était alléchante : 25 titres parmi les plus célèbres du groupe avec de nombreux extraits de Who's Next et Tommy...

Problème : une seule caméra fixe, vraisemblablement placée dans les tribunes, sur la gauche de la scène. Du coup, le caméraman n'a pas d'autre choix que de zoomer pour tenter de nous donner quelques images potables du groupe.

Côté son, c'est également la cata...

Bref, un DVD pour les fans hardcore et les collectionneurs.

Pour les autres, je recommande le live at Killburn 1977 (Kilburn 1977 [Blu-ray]), avec des images et un son irréprochables.


The 2nd Law - Edition limitée (Inclus DVD)
The 2nd Law - Edition limitée (Inclus DVD)
Prix : EUR 19,99

37 internautes sur 46 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Muse ne s'amuse plus..., 1 octobre 2012
Ce commentaire fait référence à cette édition : The 2nd Law - Edition limitée (Inclus DVD) (CD)
On avait tout entendu et lu sur cet album attendu comme la huitième merveille du monde... je crains hélas qu'il ne soit pas à la hauteur des espérances que bon nombre de fans de la bande à Matt Bellamy avaient placées en lui.

Car en lieu et place du chef d'oeuvre de pop-rock avangardiste annoncé, c'est un pétard mouillé que nous envoie Muse.

Mais restons objectifs : les 12 chansons ici proposées ne sont pas foncièrement mauvaises, elles sont globalement plutôt bonnes d'ailleurs. Ce disque serait sorti en 2006 à la place de Black Holes & Revelations, on aurait même hurlé au génie... Sauf, qu'il sort en 2012 et qu'entre temps sont sortis Black Holes et The Resistance en 2009, deux disques qui nous ont déjà tout révélé de ce dont pouvait être capable Muse en matière de pop-rock grandiloquente et mystique.

Des Supremacy, Survival, Follow Me, Animals et j'en passe... on en trouve plein les albums précédents de Muse. Et il manque à The 2nd Law, le tube ultime que possédaient Black Holes (Starlight) et The Resistance (Uprising).

Alors bien sûr, on trouve ici et là quelques trouvailles et nouvelles influences : Panic Station et sa production vaguement new wave, The 2nd Law et son beat électro-transe, l'orchestre symphonique et les chaeurs façon Armée Rouge sur Survival, les guitares prog-rock à la Genesis sur Save Me... Oui, mais désolé, ça ne suffit pas à faire de cet album, l'événement annoncé.

Du coup, je ne sais pas si c'est à cause de ce sentiment permanent de déjà entendu, mais l'écoute de cet album donne l'impression que Muse ne s'amuse plus en jouant sa musique. A force de rechercher l'extravagance et la démesure, le groupe semble avoir négligé l'essentiel : la flamme et la passion du rock.

Nous verrons bien ce que donnent ces nouvelles chansons sur scène. Mais là aussi j'ai des craintes car à mon humble avis, Muse n'a jamais été aussi bon que lors de la tournée Origin Of Symmetry, à cette époque où les chansons étaient reines, où les guitares saturaient, où la batterie cognait et où Matt Bellamy était leader d'un groupe de rock, plus que le Monsieur Loyal d'un grand cirque à la démesure toujours plus grande.

Du coup, je me prends à rêver que Muse descende de son vaisseau spatiale de pacotille, pour écrire à nouveau des chansons rock.
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 31, 2012 10:32 AM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20