Profil de Laurent Jacquot > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Laurent Jacquot
Classement des meilleurs critiques: 924
Votes utiles : 380

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Laurent Jacquot "Tony Clarkin" (France)
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Humanity Hour 1
Humanity Hour 1
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Oui mais non, 22 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Humanity Hour 1 (CD)
Bien sûr, "Humanity hour I" n'est pas un mauvais album de Scorpions, surtout du fait que les compositions sont pour la majeure partie inspirées ... principalement dans la deuxième moitié d'ailleurs.
Par contre, même si certains titres sont bien encrés dans un registre hard rock comme le lourd "Hour I" ou encore "321" (2 sur 12 en fait), force est de constater que l'ensemble sonne encore une fois mille fois trop mièvre, parfois même limite variété.
En effet, que penser de "The future never dies" ou de "Your last song" mielleux et soporifiques à souhait, ou plus surprenant encore, de "Humanity" la ballade finale doté d'un refrain nul idéal pour les fêtes foraines ...
Heureusement, deux titres sortent du lot, à savoir "The game of life" et "Love is war" pour leurs qualités mélodiques indéniables.
Mais cet album reste vraiment trop tristounet et mélancolique pour en faire une oeuvre indispensable dans la féconde discographie du groupe.
Il faudra d'ailleurs attendre le prochain (et annoncé comme le dernier) "Sting in the tail" pour retrouver davantage de hargne, celle qui faisait toute leur force dans leurs plus belles années.

Mes titres préférés : "The game of life", "Love is war".

Note : 11/20


Bomber
Bomber
Prix : EUR 7,00

1 internaute sur 2 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Démoniaque, 12 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bomber (CD)
"Bomber", sorti peu de temps après le classique "Overkill", souffre un peu de sa comparaison car le tempo sur certains morceaux s'est en effet ralenti.
Néanmoins, on peut lui vouer une préférence pour son côté plus sombre et malsain, les titres évocateurs "Dead men tell no tales", "Sweet revenge", "Poison" et encore "Stone dead forever" en sont les meilleurs exemples.
Par ailleurs, Eddie Clarke tient même le micro et y fait des interventions parfois plus longues du meilleur effet (le bluesy "Step down").
Bien que certaines sortent du lots, on ne trouve pas de compositions faibles bien qu'aucune n'auront autant de notoriété que le rapide "Overkill" ou le détonateur qu'est "No class".
Pourtant, dans son ensemble "Bomber" est certainement un des album les plus homogènes de Lemmy et sa bande.
"Bomber" est aussi un Motörhead différent dans le sens où certaines compositions sont moins "in your face" mais c'est également ce qui fait son charme.
Il est enfin coincé entre "Overkill" et "Ace of spades" deux albums qui sont les plus mythiques du groupe.
Enfin, à titre personnel, c'est celui que je réécoute le plus souvent car sûrement le plus varié.

Mes titres préférés : "Poison", "Dead men tell no tales", "Stone dead forever", "Step down".

Note : 19/20


Unbreakable
Unbreakable
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
2.0 étoiles sur 5 Pas vraiment le retour aux sources escompté, 12 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Unbreakable (CD)
Paru après l'innovateur "Eye II eye" et sa désillusion qui s'en est suivi, "Unbreakable est annoncé comme un retour aux sources pour le groupe.
L'argumentation commerciale allant même à comparer cet album à l'illustre "Blackout".
Autant le dire tout de suite, il n'en est absolument rien tant les morceaux proposés manquent cruellement de hargne.
"New generation" démarre pourtant plutôt bien avec cette alliance de puissance et de mélodie, les deux suivants sont bons mais dotés par ailleurs de refrains trop "gentillets". "Deep and dark" possédant par ailleurs un solo enfin digne de ce nom.
La suite n'est guère réjouissante puisque "Borderline" et "Blood to hot" sont assez quelconques, seule la ballade "Maybe I maybe you" viendra réhausser le niveau ("A moment in a million years" sur le précédent étant par ailleurs plus réussie).
"Someday is now" repart sur un ton bien trop léger et l'auditeur peut alors se demander si Scorpions fait encore du hard rock (ou du moins du bon ?).
"My city my town" et "Through my eyes" donnent plus de satisfaction, mais qui sera de courte durée tant les morceaux "Can feel it" et "This time" ne présentent aucun intérêt, si ce n'est juste une envie de passer à la suite.
"She said" est la deuxième ballade, sympa mais pas de grand frisson ... quant à "Remember the good times", il semble tout droit composé en tant qu'hymne de stade ...
Bilan finalement mitigé pour ce "Unbreakable" qui, s'il voit Scorpions revenir à un son plus classique n'en reste pas moins assez décevant avec des compositions bien trop timorées.

Mes titres préférés : "New generation".

Note : 11/20


Eye Ii Eye
Eye Ii Eye

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Prise de risque, 12 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Eye Ii Eye (CD)
Paru après un "Pure instinct" (assez inspiré mais vraiment trop soft), "Eye II eye" est une énorme prise de risque.
Scorpions décidant en effet d'ajouter une pointe de modernisme dans ses compositions, avec en sus il faut bien le dire une production excellente.
Quelques touches électro apparaissent en effet ci et là pour un résultat pas toujours convaincant, mais louable quant au fait d'avoir essayer.
Mais franchement ce n'est pas ce qui dérange le plus tant certaines compositions passent plutôt bien, "To be N°1" est assez sympa", et les semi-ballades "10 light years away" ou "Eye to eye" sont réussies.
Par contre, l'auditeur ne peut rester que dubitatif devant d'autres morceaux, euh comment dire ... dans l'ère du temps mais complètement dénués de supplément d'âme.
Pour exemple en priorité ce titre en allemand "Du bist so schmutzig" assez horrible, ce "Priscilla" pénible et encore un "Aleyah" qui laisse pour le moins perplexe ...
"Eye II eye" aurait pu être plus digeste en enlevant ces trois titres franchement mauvais, seuls auraient suffi pour le modernisme "Yellow butterfly" ou encore "Freshly squeezed" qui, sans être indispensables ne sont pas complètement inintéressants.
Enfin heureusement l'album se conclut par une merveille qu'est le slow triste mais émouvant "A moment in a million years" ayant mérité d'ailleurs un aussi large succès que "Winds of change" ou "Still loving you".
En conclusion, "Eye II eye" n'est pas si mauvais que ça mais le fait de posséder des très bons titres au côté d'autres, indignes pour un groupe de cette trempe, lui apporte une appréciation générale trop moyenne.
Le gros problème étant finalement sûrement plus dû au manque d'inspiration des certains titres que dans leur modernité.
"Eye II eye" fut d'ailleurs un tel échec que Scorpions se dira revenir aux sources avec le prochain "Unbreakable".

Mes titres préférés : "A moment in a million years", "Eye to eye", "10 light years away".

Note : 12/20


Pure Instinct
Pure Instinct
Proposé par MMT-France
Prix : EUR 17,04

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Une approche plus commerciale, 10 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Pure Instinct (CD)
Ayant tenter le coup d'un retour au hard rock sans concession avec "Face the heat", Scorpions abdique et finalement nous propose ce "Pure instinct" plus accessible et surtout plus soft.
Bien que les compositions ne soient pas mauvaises, leurs écoutes est assez décevante malgré la très bonne entrée en matière du titre d'ouverture "Wild child".
La voix de Klaus Meine se veut également plus douce et donne une impression assez désagréable d'une orientation dirigée vers un aspect plus commercial.
"Pure instinct" n'est pas un mauvais album mais annonce le début d'une nouvelle ère pour le groupe allemand qui le verra peu à peu s'éloigner de son hard rock traditionnel, en s'essayant notamment à l'électro sur le suivant et controversé "Eye II eye".
"Pure instinct" est un album dont la satisfaction première est de voir le groupe revenir à un certain degré d'inspiration ("Soul behind the face") mais qui a aussi le défaut d'être trop lisse pour raviver entièrement la flamme.
En ce sens, je lui préfère "Face the heat" car malgré quelques titres moyens, avait le mérite de posséder un son plus brut.

Mes titres préférés : "Soul behind the face", "Wild child".

Note : 13/20


Face The Heat
Face The Heat
Prix : EUR 8,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Du hard rock pur avant de se ramollir, 10 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Face The Heat (CD)
"Face the heat" a le mérite de présenter un hard rock sans concession, certains morceaux figurant parmi les plus heavy de leur carrière.
On ne retrouve néanmoins pas tout à fait l'alliance en puissance et mélodie qui faisait leur force jusqu'en 1984, les compositions dans l'ensemble étant en dessous en degré d'inspiration.
Par ailleurs, avec sa réécoute aujourd'hui, il faut reconnaître qu'il n'est pas si mal cet album malgré la déception lors de sa découverte en 1993.
Les titres sont néanmoins tous d'un niveau acceptable même s'il manque encore une fois ce plus en qualité.
Une réserve quand même pour "Destin" et son refrain en français lui donnant un côté variété assez regrettable, et à un niveau moindre un "Unholy alliance" très moyen, un "Hate to be nice" auquel je n'accroche pas ou encore un "Woman" bluesy qui sonne déjà entendu.
Scorpions, avec cet album a semble t-il voulu retrouver son public hard, un peu perdu il est vrai avec l'album précédent et son succès "Winds of change".
Pari pas vraiment réussi mais pas louper non plus, beaucoup de fans retrouvant avec plaisir ce côté plus dur.
Un quatre étoiles d'encouragement pour l'orientation choisie même si l'on sait aujourd'hui que le dard sera nettement plus ramolli sur l'album suivant "Pure instinct".

Mes titres préférés : "Ship of fools", "Someone to touch".

Note : 14/20 (3,5/5)


Crazy World
Crazy World
Prix : EUR 6,99

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
2.0 étoiles sur 5 Leur plus faible, 9 avril 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Crazy World (CD)
"Crazy world", paru deux ans après le déjà un peu en dessous "Savage amusement", enfonce le clou dans le mauvais sens.
Autant le dire tout de suite, c'est pour moi le plus faible de toute leur discographie.
Quelques titres figurant sur cet album sont d'ailleurs carrément indignes de leur énorme potentiel de composition.
Les deux titres composés par Matthias Jabs n'est pas une expérience à renouveler (d'ailleurs cela ne se reproduira que très rarement par la suite) tant ces derniers sont d'une platitude inhabituelle concernant le groupe allemand.
En effet, le titre d'ouverture "Tease me please me" est doté d'un refrain plus qu'insipide et "Money and fame" est vraiment sans intérêt.
Heureusement, la paire Schenker/Meine compose ici quelques morceaux qui sauveront l'album : "Don't believe her (avec l'aide d'autres compositeurs) s'en tire plutôt pas mal, de même que l'aérien "To be with you in heaven", la seconde ballade "Send me an angel" a fait son chemin en radio bien qu'il aient fait mieux par le passé.
En ce qui concerne LA ballade "Winds of change" que l'on ne présente plus pour cause de diffusion à foison partout (j'arrive d'ailleurs encore à écouter "Still loving you", mais celle-là c'est l'overdose), Klaus Meine décroche cette fois le Jackpot tout seul. Il compose également un autre titre, "Lust or love", hard celui-là et bien dans l'esprit du Scorpions mélodique qu'on aime.
Le reste est plus que moyen avec un "Kick after six" (là c'est Buccholz qui s'y colle) trop banal et un refrain avec des houhouhouhou assez insupportables.
"Restless nights" est passable, "Hit between the eyes" tente un peu de relever le niveau sans vraiment y parvenir et "Crazy world" confirme le sentiment désagréable d'avoir à faire à du remplissage tant ce morceau est affligeant.
Compensé commercialement par le succès des slows, "Crazy world" est une réelle désillusion sur le plan artistique.

Mes titres préférés : "Don't believe her", "Lust or love".

Note : 09/20
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Apr 11, 2013 8:21 AM MEST


Savage Amusement
Savage Amusement
Proposé par EliteDigital FR
Prix : EUR 27,95

4.0 étoiles sur 5 Dur de rester au top, 8 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Savage Amusement (CD)
Après le succès planétaire d'une ballade et par conséquent de l'album précédent "Love at first sting", il est effectivement difficile de siéger au sommet de son art.
"Savage amusement" nous le prouve sans être pourtant, loin de là, un échec artistique absolu.
Il lui manque simplement ce petit supplément d'âme et contient aussi surtout quelques titres dispensables auxquels le groupe allemand ne nous avaient pas habitués.
En effet, même si "Don't stop at the top" et "Rhythm of love" entame l'album de fort belle manière, on redescend d'un cran avec le moyennement inspiré "Passion rules the game", le facile "Media overkill" et le plat (pour ne pas dire raté) "Walking on the edge".
La deuxième partie sera heureusement meilleure avec des morceaux purement dans l'esprit de Scorpions.
"Believe in love", le slow attendu au tournant restera lui dans l'ombre de son emblématique prédécesseur (malgré le fait qu'il soit assez bon, il ne réussit pas à surpasser "Still loving you").
"Savage amusement" annoncera pour moi le début du déclin pour Scorpions, ne retrouvant jamais la magie et le haut niveau par la suite, des albums parus jusqu'en 1984.
Néanmoins, l'ensemble de leur carrière reste fort honorable si l'on tient compte des oeuvres majeures déjà fournies par le passé.
Scorpions figurant dejà de ce fait incontestablement parmi les noms indispensables du hard rock.

Mes titres préférés : "Don't stop a the top", "Rhythm of love".

Note : 15/20


The House Of Blue Light
The House Of Blue Light
Prix : EUR 8,00

4.0 étoiles sur 5 Deep Purple varie les plaisirs, 8 avril 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : The House Of Blue Light (CD)
"House of blue light", deuxième album de la reformation de Deep Purple, contient des titres allant dans plusieurs directions.
C'est peut-être ce qui a pu décontenancé certains auditeurs à l'époque.
En effet on y trouve du hard classique ("Bad attitude" ou "Dead or alive" et son solo de claviers typique), du blues ("Mitzie Dupree"), du hard pop FM avec le premier single ("Call of the wild"), mais aussi de l'inclassable ("Strangeways") et ses sonorités bizarres.
Néanmoins l'ensemble y est inspiré et toujours mélodique, sans il est vrai atteindre des sommets dans les compositions mais ces dernières suffisent amplement à faire de cet album une oeuvre réussie.
Par contre, aucun solo inoubliable comme c'était le cas à l'époque de Rainbow ou plus récemment sur "Perfect strangers" avec le magistral "A gypsy's kiss".
"House of blue light" ne possède pas de titres aussi forts que "Perfect strangers" ou "Knocking at your back door" mais reste par ailleurs moins inégal et par conséquent plus homogène, aucun titre n'étant réellement faible.
Un album honnête avec des sonorités certes plus pop qu'à l'habitude mais en aucun cas raté et ennuyeux comme peut l'être "The battle rages on" sur la plupart des titres.

Mes titres préférés : "Bad attitude", "Hard lovin' woman", "Strangeways", "The unwritten law".

Note : 14/20 (3,5/5)


1°album
1°album
Prix : EUR 6,99

5.0 étoiles sur 5 Un trésor du patrimoine hard français, 26 mars 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : 1°album (CD)
Je passe sur la polémique des paroles politiques ou sur le cas Mesrine qui font que Trust soit parfois critiqué, les paroles n'étant pour moi pas primordiales.
En ce qui concerne la musique, difficile de nier qu'elle ne laisse pas indifférent, qu'on aime ou pas.
Trust possède une identité unique, celle qui fait d'un groupe un grand, et ce premier album est certainement le meilleur représentant de sa discographie.
L'écoute en est, plus de 30 ans après sa sortie, toujours aussi jouissive.
Tous les titres possèdent un niveau de puissance et de spontanéité incroyable, aucun titre n'est faible.
La voix de Bernie Bonvoisin colle parfaitement aux compositions et les parties de guitares de Norbert Krief étant incisives et diablement efficaces ...
De ce fait il est juste de constater que Trust à cette époque était indiscutablement le meilleur groupe Hard français, (Téléphone se trouvant dans un registre Rock).
D'ailleurs, même si certains groupes français possédaient un fort potentiel, (je pense à Sortilège pour le Hard et Fragile pour le Rock), qui a fait mieux dans le genre depuis en terme de qualité et de notoriété ?

Note : 20/20

Mes titres préférés : "Bosser huit heures", "Dialogue de sourds", "L'élite" et les autres.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20