undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos FIFA16 cliquez_ici Rentrée scolaire Shop Fire HD 6 Shop Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Laurent Jacquot > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Laurent Jacquot
Classement des meilleurs critiques: 1.302
Votes utiles : 533

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Laurent Jacquot "Tony Clarkin" (France)

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Now and Zen
Now and Zen
Prix : EUR 7,00

3.0 étoiles sur 5 Un peu trop mesuré, 14 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Now and Zen (CD)
Après l'échec commercial du pourtant novateur "Shaken'n'stirred", Robert Plant revient à un style d'écriture plus classique en réhabilitant davantage les guitares sans pour autant éliminer les claviers.
Trouvant ici un équilibre moins radical, il tranchera néanmoins nettement en faveur des guitares sur le prochain et plus foncièrement hard rock "Manic nirvana".
"Now and zen" est un album respectable (mais pas le meilleur) comme le reste de la discographie de Robert Plant en solo, pourtant souvent allègrement critiquée de par son côté trop différent de Led Zeppelin.
La principale déception apparait ici avec la mise en retrait de la chanteuse Toni Halliday, qui était bien plus présente sur le précédent (on l'entend surtout sur le très bon "Why" dont l'intro aux claviers en outre un peu datés me rappellent avec effroi le générique de "Pinot simple flic" de notre Gérard Jugnot national !)
Certaines compositions sont également assez moyennes comme le poussif "Heaven knows", et surtout le très ennuyeux "White, clean and neat". Le bonus "Walking towards paradise" poursuivant d'ailleurs hélas dans cette voie.
Les principales réussites sont par contre plus à trouver du côté du poignant "The way I feel", et des rockabilly dans l'âme "Tall cool one" et "Billy's revenge ou encore avec le mélodique et léger "Why" cité plus haut. La ballade "Ship of fools" est également réussie mais loin d'être aussi mémorable que la splendide "Sixes and sevens" de l'album précédent.

Mes titres préférés : "The way I feel", "Why", "Tall cool one".

Note : 13/20


Hydra
Hydra
Prix : EUR 6,88

4.0 étoiles sur 5 Différent du premier, 14 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Hydra (CD)
On ne peut pas reprocher à Toto de vouloir rééditer l'expérience du premier album, n'ayant pas chercher ici à composer des morceaux aussi immédiats que sont les hymnes "Hold the line" ou "I'll supply the love" pour ne citer qu'eux.
En effet, dès l'entame avec un "Hydra" qui dure plus de sept minutes au compteur, l'atmosphère y est plus progressive si l'on peut parler en ces termes.
Du coup, et n'ayant pas fait partie de ceux qui l'ont découvert à la sortie, l'écoute à peut-être pu déconcertante de prime abord à l'époque.
Néanmoins, passé cette surprise, force est de constater que les morceaux sont de qualités, ce qui assoit le groupe californien dans une place sur laquelle il faudra compter au sein des groupes rock de légende.
Un bémol quand même concernant la durée des titres qui avoisinent en moyenne les cinq minutes et ou on aurait peut-être eu une préférence pour un ou deux supplémentaires. Seul la moyenne ballade finale "A secret love" étant plus courte, faisant d'ailleurs un peu office de remplissage comme pour compléter l'album.
Il est aussi possible d'entendre des réflexions du genre qu'aucune composition ne ressort vraiment. Il est vrai qu'a part un "99" plus identifiable à la première écoute, les autres sont moins faciles d'accès.
Ce qui rejoint la thèse d'un pari assez osé mais tout à fait louable pour le groupe.
Enfin, notons le déchainement guitaristique de Steve Lukather sur le puissant "White sister", qui restant discret en général au sein du groupe, aura besoin d'une carrière solo pour s'exprimer davantage.

Mes titres préférés : Tous ou aucun en particulier ... ou "All us boys" sûrement et "Lorraine" puis "White sister".

Note : 16/20


Shaken 'n Stirred
Shaken 'n Stirred
Prix : EUR 7,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Expérimental mais intéressant ("Sixes and sevens" est superbe), 14 novembre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Shaken 'n Stirred (CD)
Oui cet album de Robert Plant se veut plutôt expérimental de par l'abondance des synthés, du coup cette surenchère du gadget électronique a pu effectivement en rebuter plus d'un à l'époque.
Néanmoins, comme il bon ton de le rappeler pour les sorties de cette période, ces claviers étaient inévitables, et ce même pour les plus réfractaires à la base.
"Shaken'n'stirred" est donc à redécouvrir si l'on ne fait pas partie de cette dernière catégorie.
Par ailleurs, il est vrai aussi qu'en terme de compositions, on y trouve tout ce que Robert Plant a fait de plus étrange tout au long de sa carrière solo, et l'on peut effectivement rester assez perplexe devant des titres aussi torturés que "Too loud", "Kallalou kallalou" ou "Doo doo a do do" ... (rien que les titres résume l'ambiance).
Pour une structure plus classique, mieux vaut jeter son dévolu sur "Little by little" ou le splendide morceau émouvant qu'est "Sixes and sevens", s'inscrivant comme le digne successeur de "Big log" de l'album précédent.
Signalons enfin la présence pour la première fois d'une vocaliste additionnelle, en la présence de Toni Halliday, du groupe rock alternatif Curve. Cette dernière réalisant d'ailleurs un très bon travail, renouvellera l'expérience sur le prochain et moins déroutant "Now and zen".
"Shaken'n'stirred" reste donc assurément à part dans la discographie de l'ex-dirigeable, mais n'est pas non plus le désastre que beaucoup de critiques veulent bien faire croire.

Mes titres préférés : "Sixes and sevens" puis après "Easily lead", "Hip to hoo", "Doo a do do".

Note : 15/20


5150
5150
Prix : EUR 10,99

3.0 étoiles sur 5 Les conséquences du succès de "Jump", 8 novembre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : 5150 (CD)
"5150" est la continuité du succès planétaire "Jump" de l'album précédent "1984", d'où une présence plus qu'abondante de larges nappes de claviers.
Pour cette nouvelle orientation musicale, l'incidence fut la séparation d'avec l'emblématique David Lee Roth.
Sammy Hagar possédant un registre vocable davantage adaptable à ces nouvelles compositions, qui hélas mettent même la guitare d'Eddie Van Halen au second plan sur la plupart des titres.
"5150" est du coup l'album qui à le plus mal vieilli des quatre avec Sammy Hagar, notamment "Why can't this be love" et "Dreams" dont le thème principal m'a toujours fait penser à celui de "Champs Elysées" de notre Michel Drucker national.
Pour le reste, on trouve quand même deux titres hard basique avec l'ouvrant "Good enough" et son typique "Hello Baaaaaaby" en intro, et un "Get up" qui comme son nom l'indique est énergique.
Puis un "Best of both world" sympathique, un "Summer nights" assez quelconque malgré un solo digne de notre guitar hero, une ballade "Love walks in" sirupeuse à souhait, un "5150" convaincant et un final "Inside" original.
En résumé, et bien qu'étant fan de Sammy hagar, "5150" est certainement celui que j'apprécie le moins de sa collaboration avec les frères Van Halen.
Sans doute pour ce côté pas assez naturel et trop ciblé radios US, les suivants seront plus variés sans toutefois exclure totalement cette option.

Mes titres préférés : "5150", "Inside", "Dreams".

Note : 13/20


Metamorphose
Metamorphose

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Rien à envier aux plus grands, 24 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Metamorphose (CD)
"Métamorphose" est un album assez incroyable tant le niveau d'ensemble n'a rien, mais vraiment rien à envier aux groupes anglais issus de cette même vague.
Sa sortie date de 1984, période phare pour le hard où bon nombre d'excellents albums paraissaient à foison. D'ailleurs, malgré mes 14 ans de l'époque, je me rappelle parfaitement des somptueuses découvertes de "The last in line", "Perfect strangers" ou encore "Defenders of the faith" pour ne citer que ceux-là.
"Métamorphose" se compose de titres excellents, le son est superbe, les solos de guitares de Stéphane Dumont sont dantesques et gorgés de feeling, (l'écoute du solo du "Cyclope de l'étang" suffira à vérifier ce constat), la voix de Christian Augustin est puissante même si elle peut sembler criarde par moment lors de sa réécoute aujourd'hui, (le contraire sera pourtant prouver sur les couplets riches en émotion de "Delire d'un fou").
Il est assez inouï d'avoir eu un groupe français aussi talentueux à l'époque et de le voir vouer à l'échec à l'issue du suivant "Larmes de héros", doté hélas au final d'un titre assez prémonitoire.
Peut-être ont-ils simplement eus la malchance de ne pas naître anglophones et de posséder cet accent britannique naturel nécessaire pour une accession à la notoriété mondiale ...
Contentons-nous, et c'est déjà bien, de garder ce "Métamorphose" comme un précieux testament et de lui rendre hommage en l'écoutant toujours maintenant même s'il nourrit tellement de regrets.

Mes titres préférés : "Cyclope de l'étang", "D'ailleurs", "Légende", "Métamorphose", "Délire d'un fou".

Note : 18/20


Sammy Hagar & Friends - Edition Limitée
Sammy Hagar & Friends - Edition Limitée
Proposé par Fulfillment Express
Prix : EUR 25,01

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile 
4.0 étoiles sur 5 Sammy et ses amis, 23 octobre 2013
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sammy Hagar & Friends - Edition Limitée (CD)
Sammy Hagar revient avec cet album faisant suite à "Cosmic universal fashion", qui il est vrai fut un peu dur à digérer.
Il s'entoure ici non pas seulement des Waboritas son excellent groupe, mais aussi de ses acolytes de Chickenfoot, et enfin d'invités divers comme Nancy Wilson de Heart, Neil Schon de Journey ou des ex-Montrose.
Ne manquent qu'a l'appel Joe Satriani (juste présent pour un solo) et les frères Van Halen mais ça, c'était moins probable !
Sinon, musicalement nous avons droit à une oeuvre très variée alliant du rock pur et dur, du hard mais aussi de la country et des ballades.
"Sammy & friends" est un album pour les fans qui connaissent déjà l'étendue de son style musical mais aussi du coup pour les novices qui sauront apprécier bon nombre de titres dès la première écoute.
Quatre titres sont seulement écrits par Sammy Hagar lui-même mais bon si l'on ne connait pas les versions originales, ce n'est qu'un détail ... mais qui peut avoir de l'importance par ailleurs pour la notation, sachant qu'il est plus louable d'avoir ses propres réalisations.
Néanmoins, le résultat est quand même probant et c'est ce que l'on va retenir ici, même si l'on peut regretter l'emplacement des titres qui fait que tout décolle plus vers le cinquième titre.
La première partie étant représentée avec le blues basique "Winding down" sonnant déjà un peu entendu, un "Not going down" un poil lassant, la reprise de Depeche Mode "Personal Jesus" un brin répétitive et enfin "Father sun" et son accordéon rural un peu déconcertant.
Loin d'être catastrophique, cet entame est compensée par le percutant "Knockdown dragout" (avec Kid Rock), le sympathique "Ramblin' gamblin' man" de Bob Seger, le furieux "Bad on fords and chevrolets" du chanteur country Ronnie Dunn (bien que ce morceau n'ait rien de ce style musical), le succulent "Margaritaville" célèbre reprise de Jimmy Buffett à laquelle il participe ici, la belle ballade "All we need is an island" avec Nancy Wilson et enfin un puissant "Going down" de Don Nix (dont le dernier album de 2002 s'appelait aussi Don Nix & friends !). Le solo de Neil Schon rappelle d'ailleurs étrangement sur certaines lignes un certain Eddie Van Halen, le morceau étant d'ailleurs dans l'esprit du groupe.
Il y'a aussi pour la version bonus le bon titre live "Space Station # 5" de Montrose enregistré lors d'un hommage au guitariste disparu.
Enfin, le dvd est intéressant, parsemé d'extraits live et de prestations diverses de notre serviteur (souvent accompagné de sa femme ...)

Mes titres préférés : "Bad on fords and chevrolets", "Margaritaville", "All we need is an island".

Note : 16/20


Mirage
Mirage
Prix : EUR 9,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Non ce n'est pas un mirage, 21 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mirage (CD)
Un peu étonné que cet album n'atteigne pas ici une fois la note maximale, je m'empresse d'effectuer cette mise à jour qui me semble pourtant justifiée.
J'ai découvert cet album et par la même occasion ce groupe dans les années 80 (ceci explique peut-être ma note, le premier album écouté laissant parfois les meilleurs impression vis-à-vis d'un artiste).
Mes oreilles pourtant aujourd'hui confirme cette non hallucination auditive relative à ce "Mirage" qui reste de très bonne facture même si certains arrangements ont un peu mal vieillis (les claviers de "Can't go back" surtout).
Christine Mac Vie apparait peut-être un brin en désavantage ici avec le moyen "Only over you" qui ne rivalise pas avec ses autres contributions que sont le magnigique titre d'ouverture "Love in store", l'emblématique ritournelle "Hold me" ou la ballade finale "Wish you were here".
Les gagnants sont la paire Nicks/Buckingham, la première alignant des titres immenses tels que le country "That's alright", l'envoutant "Straight back" ou le classique et incontournable "Gypsy".
Quant au second, "Diane" et son rythme rétro ou le très fort "Eyes of the world" ont de quoi satisfaire les plus exigeants.
Non vraiment chapeau bas pour ce "Mirage" aux allures de best of tant les morceaux sont dans la quasi-totalité d'un niveau qui frise l'excellence.

Mes titres préférés : "That's alright", "Eyes of the world", "Love in store", "Straight back", "Gypsy", "Oh Diane", "Hold me".

Note : 19/20
Remarque sur ce commentaire Remarque sur ce commentaire (1) | Permalien | Remarque la plus récente : Dec 26, 2013 8:30 PM CET


Toto
Toto
Prix : EUR 7,00

5.0 étoiles sur 5 Premier album pour Toto et déjà un classique, 21 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Toto (CD)
Une réelle réussite que ce Toto éponyme riche en mélodie et très varié, à ce titre d'ailleurs plus que l'indéboulonnable "IV" surtout surestimé par la présence du tube "Africa".
Tout l'album s'écoute sans temps mort, de l'instrumental "Child's anthem" (repris sur RTL pour un générique d'émission dont je ne me souviens pas lequel .... hé ne m'en voulez pas je n'avais que huit ans à l'époque !) à "Angela" qui clôture parfaitement l'oeuvre.
Les compositions sont signées Davis Paich sauf "You are the flower" (Bobby Kimball) et "Takin' it back" (Steve Porcaro).
Steve Lukather n'apparait donc pas dans les crédits mais se rattrapera davantage par la suite et prendra même plus de place dans les vocaux, surtout sur les plus rock "Kingdom of desire" et "Tambu" dans les années 90.
Enfin bref, une excellente entrée en la matière pour ce groupe californien à l'emblématique carrière.
Il contient d'ailleurs le hit "Hold the line" qui accompagne toujours les autres "Rosanna" ou "Africa" sur les radios du monde entier.
Mais encore une fois tous les titres sont d'un excellent niveau ici et l'atmosphère que dégage ce premier album en fait une pièce unique et essentielle dans la discographie du groupe.

Mes titres préférés : "I'll supply the love", "Georgy porgy", "Hold the line" puis les autres ...

Note : 18/20


OU812
OU812
Prix : EUR 9,26

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 La continuité de "5150", 15 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : OU812 (CD)
"OU812" est un bon album quoiqu'en disent les puristes réfractaires aux claviers dominants et surtout au remplacement de David Lee Roth.
Nous sommes en 1988 et il ne faut pas oublier que l'importance des synthés était dans l'ère du temps.
Et franchement mieux vaut ce style tant que l'inspiration est là ainsi que les solos de guitares que l'affreux grunge arrivé dans les années 90, balayant tout ce qui pouvait se rapprocher de la moindre mélodie.
Bon ok "When it's love" est un peu dégoulinant mais c'est un bon morceau néanmoins, et puis "A.F.U" (Naturally wired"), "Source of infection" ou "Sucker in a 3 piece" sont bien là pour nous rappeler que Van Halen ne délaisse pas pour autant le Hard Rock pur et dur.
La nouvelle ère du groupe avec le fantastique Sammy Hagar fut même une réussite exemplaire de reconversion tant le résultat fut probant, peu de groupes ont d'ailleurs réussi ce périlleux exercice.
Le groupe lui-même n'a pas pu réitérer l'expérience et l'échec que fut "Van Halen III" avec Gary Cherone.
"OU812" n'est donc pas à éviter dans les albums du groupe, même si "Cabo Wabo" ne rend pas bien hommage au club de Sammy à Cabo San Lucas, ce dernier est un peu long et manque cruellement de relief ... "Black and blue" est en ce sens lui aussi assez moyen.
Par contre,il y a un lot de surprises qui relève bien l'intérêt que suscite ce disque.
En effet, le blues "A political blues" justement clôture de fort belle manière et complètement inédite jusqu'alors, mais aussi "Feels so good" et sa nappe de claviers, "Finish what ya started" et sa guitare acoustique ou encore "Mine all mine" et son rythme syncopé.
"OU812" restera d'ailleurs par conséquent une pièce unique et variée puisque le suivant "For unlawful carnal knowledge" laissera place a un hard mélodique plus brut davantage dans l'esprit du Van Halen habituel.

Mes titres préférés : "Mine all mine", "A.F.U." (naturally wired), "Feel so good", "Finish what ya started".

Note : 16/20


Head First
Head First
Prix : EUR 13,13

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Assez inégal, dommage, 15 octobre 2013
Ce commentaire fait référence à cette édition : Head First (CD)
Après l'enthousiasme suscité par "Abominog" et son lot de titres forts, "Head first" déçoit par son côte moins urgent des compositions d'où résulte finalement un avis mitigé.
En effet, dès l'entame de "The other of midnight" aussi peu inspiré que banal, la désillision est grande tant il ne tient pas la comparaison avec le puissant et mélodique "Too Scared to run".
"Stay on top" assez quelconque ne rassure pas non plus et il faut attendre le radiophonique "Lonely nights" (signé Adams/Vallance) pour retrouver une certaine inspiration.
Hélas, malgré de bons couplets, "Sweet talk" retombe à plat avec son refrain peu convaincant ... mais enfin arrive le mélodique et inspiré "Love is blind" (mais signé cette fois "Carbone/zito).
Voilà donc pour la première partie du disque plutôt moyenne de ce "Head first".
Heureusement la seconde est meilleure (et signé en totalité par Uriah Heep), déjà par l'impériale intro "Roll-overture" et ses choeurs tout droit sortis d'un couvent de moines.
Tout ça pour laisser place au direct et énergique "Red lights" qui, s'il n'est pas le meilleur de cette deuxième moitié remet quand même bien les pendules à l'heure.
Le meilleur arrive justement avec les trois derniers morceaux en commençant par "Rollin' the rock" qui nous remet dans l'ambiance d'"Abominog" pour l'inspiration, surtout concernant les couplets riches en émotion, le refrain quant à lui laisse la place hélas à du plus conventionnel.
"Straight through the heart" poursuit dans la même lignée et confirme (certes trop tard ici) que Uriah Heep est toujours là avec son sens de la mélodie et un chanteur dont le timbre est le plus puissant de l'histoire du groupe.
"Weekend warriors" enfonce le clou avec cet hymne dont la rythmique nous rappelle les plus grand moments du Heep.
Un album gâché par quelques titres et qui ne confirme donc pas la belle prestation du précédent, "Equator" ne sera pas meilleur et sombrera dans un registre trop lisse.
La suite on la connait puisque Peter Goalby laissera sa place avec des regrets tout de même tant le potentiel de ce chanteur méritait d'être mieux servi.
Cependant, Bernie Shaw ne décevra non plus car excellent lui aussi.

Mes titres préférés : "Love is blind", "Straight through the heart", "Weekend warriors".

Note : 13,5/20
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Oct 22, 2013 10:24 PM MEST


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20