undrgrnd Cliquez ici Livres de l'été nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Aristide France > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Aristide France
Classement des meilleurs critiques: 1.136
Votes utiles : 1531

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Aristide France

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Noces suivi de L'Été
Noces suivi de L'Été
par Albert Camus
Edition : Poche
Prix : EUR 6,50

5.0 étoiles sur 5 Aux origines de Camus, 18 juin 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Noces suivi de L'Été (Poche)
De courts textes, entre méditations et rêveries, descriptions de villes de l’Algérie française et de la nature, et dans lesquels, dans le style concis propre à Camus, il va à l’essentiel : le soleil, la lumière, les odeurs, tout ce qui inspirera la pensée de midi, cette vision de la vie comme un « tragique solaire ». Essentiel pour comprendre les ressorts intimes de Camus.


Qui est Charlie ? : Sociologie d'une crise religieuse
Qui est Charlie ? : Sociologie d'une crise religieuse
par Emmanuel Todd
Edition : Broché
Prix : EUR 18,00

2.0 étoiles sur 5 Dis-moi contre quoi tu manifestes, je te dirai qui tu es., 18 juin 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Qui est Charlie ? : Sociologie d'une crise religieuse (Broché)
En se basant sur une abondante cartographie des manifestations de soutien à Charlie, Todd fait son intéressant en démontrant que loin d’être un mouvement spontané, les manifestants sont en fait des islamophobes grandremplacistes (qui s’ignorent). Bref, encore un sociologue qui prétend nous dire quelles sont nos influences latentes ; en manque de repère identitaires (chrétiens), nous errons comme des zombies et sous le masque de la défense des libertés, nous cherchons ni plus ni moins à chasser le Sarrazin. S’il est indéniable que toute la France n’a pas manifesté, que beaucoup n’était vraiment pas dupe de l’unanimisme né de la sidération des attentats, Todd dont les modèles prédictifs démographiques m’avait plutôt convaincu, me déçoit ici tant il est palpable qu’il se sert de corrélations bancales pour balancer des scuds à cette pseudo-gauche modérée, européiste, néo-libérale, social-traite qu’il exècre.


Bubble gum
Bubble gum
par Lolita Pille
Edition : Poche
Prix : EUR 6,10

3.0 étoiles sur 5 Pervers Pygmalion, 20 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bubble gum (Poche)
C’est un roman trash, comme on dit. Celui d’une fille qui s’emmerde dans son trou de province, qui monte à la capitale pour fuir un univers socio-cu indigent ; elle y rencontre le prince charmant, oisif surfriqué et pervers qui lui offre l’illusion de la célébrité et une rude descente aux enfers. Pas forcément un bon roman, très convenu dans ce genre, avec du name dropping ad nauseam, de la défonce mondaine, toussa, mais qui dit bien quelque chose de notre époque et illustre à sa façon la prophétie wharolienne : « Avec la télévision, chacun aura son quart d’heure de gloire ».


Sapiens : Une brève histoire de l'humanité
Sapiens : Une brève histoire de l'humanité
par Yuval Noah Harari
Edition : Broché
Prix : EUR 24,00

5.0 étoiles sur 5 L'homme pressé, 20 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Sapiens : Une brève histoire de l'humanité (Broché)
Sapiens s’est élevé en un temps records du (grosso modo) milieu de la chaîne alimentaire en son sommet, sans laisser le temps aux autres espèces animales de s’adapter. Partant de ce constat, Yuval Noah Harari enchaîne les séquences de son évolution, de plus en plus brèves, de plus en plus rapprochées : révolution cognitive, révolution agricole, révolution scientifique, et en devenir et perspective la bio-technologie. La vision globale et dynamique de l’évolution de Sapiens est exceptionnellement bien restituée, même si on peut trouver critiquable le côté reader digest, parfois anecdotique, de ce récit-essai néanmoins captivant. J’ignore si, comme l’a dit Marc Zuckerberg, c’est le livre de l’année 2015, mais c’est une somme, une synthèse, et une introduction très efficace qui donne des clés et des éclairages sur le mystère de l’humanité.


Bonjour tristesse
Bonjour tristesse
par Françoise SAGAN
Edition : Poche
Prix : EUR 4,95

3.0 étoiles sur 5 Aux origines de l'auto-fiction, 23 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Bonjour tristesse (Poche)
L’éducation sentimentale et sexuelle d’une adolescente mineure, le manque de la mère, la recomposition familiale dans la douleur, la tentation de l’hédonisme. Ecrit en 1954, ce court roman, qui suinte l’ennui et le désir de vivre à toutes ses phrases, préfigure bien des romans post-modernes. Un classique sans génie, à lire.


La violence des riches
La violence des riches
par Michel PINÇON
Edition : Poche
Prix : EUR 10,00

Aucun internaute (sur 1) n'a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 Salauds de riche!, 23 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La violence des riches (Poche)
Patronat voyou, techniques managériales perverses, fraude fiscale massive, caste de dirigeants, capitalistes néo-libéraux associés aux social-traitres du PS, médias complices de diffuser la vulgate de la classe dominante pour étouffer toute velléité de révolte des dominés : voici en (très) résumé la description sans concession de Pinçon et Pinçon-Charlot de la violence économique, culturelle et symbolique des riches, de l’oligarchie qui tient les manettes du système. C’est un long réquisitoire, révoltant. Et ce creusement incessant des inégalités est effectivement très violent pour ceux qui en font les frais. Même si je ne partage pas cette vision subjectivement noire du capitalisme néo-ultra-méga-libérale, même si les accents sont très dogmatiquement structuralistes (l’intériorisation de la domination par les masses abruties, idée qui prépare surtout le terrain à une avant-garde éclairée), il n’en reste pas moins que les inégalités, la perte du sens de la common decency, la morgue aristocratique d’une classe dominante repliée sur elle-même, toujours plus étroite, peuvent inquiéter à raison. Il est en tout état de cause urgent que le pouvoir politique se reprenne en main, se réforme pour reprendre contact avec une réalité sociale, économique et psychologique productrices de fortes frustrations.


Houellebecq Economiste
Houellebecq Economiste
par Maris Bernard
Edition : Broché
Prix : EUR 14,00

3.0 étoiles sur 5 Homo Consumeris, 21 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Houellebecq Economiste (Broché)
Bernard Maris établit un point de rencontre assez inattendu entre une économie qui fait la part belle à la société de consommation, au futile, au jetable et la musique houellebecquienne qui traverse toute son œuvre : un monde médiocre, sombrant dans le nihilisme et la faute de goût généralisée. C’est une tentative intéressante de faire communiquer littérature et « science économique », la piste interdisciplinaire n’étant pas si fréquente. Néanmoins, on reste un peu sur sa faim : ni convaincu que Houellebecq est le plus grand écrivain de sa génération (surtout un bon trousseur de formules efficaces), ni emballé par les critiques convenues du « néo-libéralisme » (expression qui en soi ne signifie pas grand-chose). En revanche, il reste l’idée lancinante que l’infantilisation du consommateur à l’insatiable désir a effectivement quelque chose de morbide sur lequel nous invite à réfléchir, mais sans dégager de solution alternative.


Le Vin de Paris
Le Vin de Paris
par Marcel Aymé
Edition : Poche
Prix : EUR 8,20

5.0 étoiles sur 5 Ecce Homo, 21 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Vin de Paris (Poche)
On ne fera – il me semble – jamais mieux que Marcel Aymé pour décrire les ombres et lumières, les clairs-obscurs, les zones grises de l’âme humaine, surtout pendant cette période troublée de l’occupation où elle fut mise à rude épreuve. Et puis, dans certaines nouvelles, il y a cette touche de de surnaturel, son humour fin et rosse qui mènent directement au cœur, dit si bien les tourments et la précarité de la nature humaine. Pour conclure, un lieu-commun – en fin j’espère : Marcel Aymé est un très grand écrivain. Voilà.


Apprendre à finir
Apprendre à finir
par Laurent Mauvignier
Edition : Poche
Prix : EUR 6,50

5.0 étoiles sur 5 Le douloureux apprentissage de la fin, 21 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Apprendre à finir (Poche)
C’est le monologue intérieur d’une femme qui ne se résous pas à la fin de son couple, fait mine de croire que l’accident qui cloue un temps son époux au lit, le rendant totalement dépendant d’elle, va lui permettre de « reconstruire ». Mais non. Il faut bien apprendre à finir, à ne plus se leurrer, se bercer de douloureuses illusions et de vains espoirs. En arrière-fond, une tonalité sociale : celle d’une femme d’un milieu modeste, sans permis de conduire, piégée par la dépendance financière de son mari. Et encore une fois, l’écriture de Mauvignier, d’une précision redoutable, qui parle à l’estomac, envoûte et émeut, celle d’un grand auteur.


Le gang de la clef à molette
Le gang de la clef à molette
par Edward Abbey
Edition : Broché
Prix : EUR 25,00

4.0 étoiles sur 5 Zad is à big novel, 21 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le gang de la clef à molette (Broché)
Un gang de quatre ricains se révoltent contre le saccage des paysages par les grandes firmes industrielles et se lancent dans une entreprise d’éco-terrorisme, détruisant sur leur passage tous les ouvrages défigurant. Quatre personnages bien campés, atypiques et denses, une épopée rocambolesque à travers l’Amérique sauvage des répliques hilarantes (et donc, une fois de plus, un grand boulot de traduction), marquent ce classique de la contre-culture américaine qui date de … 1975. Must read.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20