Profil de Aristide France > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Aristide France
Classement des meilleurs critiques: 855
Votes utiles : 1242

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Aristide France
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
À la recherche du temps perdu, I : Du côté de chez Swann
À la recherche du temps perdu, I : Du côté de chez Swann
par Marcel Proust
Edition : Poche
Prix : EUR 7,40

5.0 étoiles sur 5 Le livre des souvenirs et de la découverte., 18 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : À la recherche du temps perdu, I : Du côté de chez Swann (Poche)
Difficile de présenter un roman aussi majeur de la littérature, sans spoiler l’épisode de la madeleine si emblématique de cette longue exploration sensible dans les arcanes de la mémoire d’enfance et des affres du sentiment amoureux. Des phrases interminables, méandreuses, complexes pour appréhender toutes les subtilités d’une émotion, d’une sensation, de la construction d’un souvenir écrites à la première personne dans la première et troisième partie. Un récit à la troisième personne dans cette deuxième partie-fleuve qui analyse dans les moindres détails les jeux de l’amour. De très longs tunnels de phrases, complexes mais jamais superflues, la volonté encore une fois de ne rien oublier, de tout décrire, percées ça et là d’éclaircies géniales, mais qui laissent néanmoins comme un goût d’inachevé. Dire que ce fut une rupture dans l’histoire de la littérature est un lieu-commun et, même s’il ne fut pas le seul, on devine aisément l’influence de son œuvre encore aujourd’hui.


Le présent du passé au carré. La fabrication de la préhistoire
Le présent du passé au carré. La fabrication de la préhistoire
par Yves Coppens
Edition : Broché
Prix : EUR 22,34

3.0 étoiles sur 5 Carré…ment moins bien que le précédent., 18 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le présent du passé au carré. La fabrication de la préhistoire (Broché)
Si Yves Coppens est une sommité incontestable de la préhistoire, qu’il sait rendre passionnant tous les débats sans aucun dogmatisme – souvent il parle humblement de préférence - comme, par exemple, la séparation du singe et de l’homme, la cohabitation entre Sapiens et Neandertal, avec la possibilité que la moindre découverte chamboule tout l’édifice, cet opus tourne malheureusement à la redite voire à des chroniques qui sont d’assez mornes annonces. Bref, un peu décevant, même si j’achèterai le suivant.


Un don
Un don
par Toni MORRISON
Edition : Poche
Prix : EUR 7,10

5.0 étoiles sur 5 Il était une fois en Amérique, 17 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un don (Poche)
C’est dans une prose bien singulière, à la fois lyrique, poétique et onirique traversée d’accents brutaux et réalistes que Toni Morisson s’immerge dans cette Amérique de la fin du XVIIème siècle, quand elle avait à peine perdu son statut de terra incognita. Bien avant la légende du Far West, Un Don décrit cette Amérique sauvage, colonisée par des puritains et des affairistes de peu de foi, commençant à asservir les Indiens et à développer l’esclavagisme des africains. C’est dans cette atmosphère pesante et légère à la fois où l’oppression se mêle à l’envie de liberté que vit une communauté où chacun membre représente un fragment de l’Histoire américaine. Le récit n’est pas linéaire, très enchevêtré, jusqu’à la limite du supportable, pour faire ressentir le chaos originel de la naissance de l’Amérique, entre espérance et cruautés. Un roman généalogique qui n’est pas qu’une dénonciation de l’esclavagisme mais qui donne de clés précieuses pour comprendre la civilisation nord-américaine.


Les clefs du pouvoir sont dans la boîte à gants
Les clefs du pouvoir sont dans la boîte à gants
Prix : EUR 13,99

4.0 étoiles sur 5 Sexus Politicus, 13 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Les clefs du pouvoir sont dans la boîte à gants (Format Kindle)
Suite indépendante de l'incroyable "Y-a-t-il un Français dans la salle", Frédéric Dard continue son exploration d'une Vème république moribonde autour d'un trio composé de l'animal politique Horace Tumelat, d'Eric Plante devenu conseiller politique et d'une nouvelle venue, Eve Mirace, emblématique du pouvoir médiatique montant et arrogant. Il y va à fond dans la noirceur, les relations triangulaires sont malsaines, vénéneuses, de telle sorte que le mélange des genres qui avait si bien fonctionné dans l'opus précédent est ici parfois indigeste. Les rapports au pouvoir s'entremêlent avec des considérations plus intimes, mais l'intrigue est parfois superficiellement compliquée. Cela reste néanmoins un roman particulièrement bien vu sur le pouvoir qui corrompt tout, ici sous fond de fin de VGE et d'avènement de Mitterrand où l'on sent déjà poindre la déception, le tout à la sauce San-Antonio toujours aussi efficace dans le bon humour "gaulois".


Dans la cour
Dans la cour
DVD ~ Catherine Deneuve
Prix : EUR 14,99

5.0 étoiles sur 5 Des hommes qui tombent, 6 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Dans la cour (DVD)
Des personnes qui tombent.
Etrange, cette comédie sombre qui met en scène la rencontre improbable entre un rocker dépressif et toxico qui trouve une cachette pour dépérir en paix en prenant un job de concierge d'immeuble et une jeune retraitée aussi anxieuse qu'anxiogène. Le rire est efficace mais bien plus grinçant que les comédies précédentes de Salvadori, les seconds rôles témoins d'une déshérence sociale environnante sont très bien campés, et le duo entre le monstre sacrée Deneuve et le presque petit nouveau Kervern - qui confirme son talent - fonctionne on ne peut mieux. Bref, Salvadori confirme qu'il est un des meilleurs cinéastes français, en dépit d'un nombre d'entrée très faible pour ce petit bijou vénéneux.


Time Out
Time Out
DVD ~ Justin Timberlake
Prix : EUR 9,99

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 ♫Le temps (et rien d'autre), le temps, le temps qu'on veut nôtre...♪, 5 juillet 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Time Out (DVD)
Thriller d’anticipation, Time Out décrit un monde où le temps a remplacé l’argent, peuplé d’humains génétiquement modifiés qui, passés 25 ans, conservent éternellement leur aspect physique mais à la condition de recharger leur compteur temps qui s’affiche sur leurs bras et qui désormais leur servira à payer la moindre dépense ; qu’il tombe à zéro, et c’est la mort immédiate. Ce monde est binaire, avec d’un côté un ghetto de pauvres vivant au jour le jour pour et où la moindre augmentation de prix fait d’innombrables victimes, et de l’autre un quartier de nantis arborant des avant-bras à plusieurs zéros. Il y a plusieurs niveaux de lecture dans ce film : économique (le capitalisme sauvage) et philosophique (la vaine quête du temps), un peu à deux balles (enfin à deux minutes, je veux dire) car tout cela reste assez manichéen comme souvent les angoisses futuristes portées à l’écran. Justin Timberlake s’en sort très bien – confirmant qu’il devrait arrêter de chanter – dans le rôle du prolo beau gosse prêt à tout, aux côtés de sa passion amoureuse, fille repentie de milliardaire, pour venger les injustices entretenues par une oligarchie aveugle protégée par d’ impitoyables gardiens du temps. La mise en scène est efficace mais sans génie particulier, avec une esthétique de jeu vidéo à laquelle je ne me ferai jamais, qui prive un néanmoins bon film du souffle qui en aurait fait un très bon.


Plateforme
Plateforme
par Michel Houellebecq
Edition : Broché
Prix : EUR 8,10

2.0 étoiles sur 5 La tentation de Bangkok, 29 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Plateforme (Broché)
Je n’ai pas lu l’œuvre de Houellebecq dans un ordre chronologique, mais c’est égal ; Plateforme offre les mêmes techniques littéraires. Un personnage désabusé et solitaire trimballe son regard acéré sur le monde contemporain, en ethno-sociologue goguenard. Là, Houellebecq s’en prend au tourisme de masse et sexuel, multiplie des scènes de cul fantasmagoriques, théorise sur la femme moderne qui lui fiche les jetons, règle ses comptes avec une gauche humanitaire bien-pensante et sombre dans une provocation navrante anti-musulmane. Le déclin de l’Occident vu sous l’angle de la civilisation des loisirs - ça rappelle vaguement Philippe Murray - cette propension à confondre son désarroi sexuel avec la violence pornographique, à se planquer plus ou moins derrière ses personnages bien campés ; ça dégaine contre toute médiocrité ambiante, son humour fait mouche et est toujours aussi ravageur (méfiez-vous des points-virgules; c'est à leur détour que Houellebecq bastonne). Bref, du Houellebecq, ni plus ni moins. Mais à force de labourer le terrain du déclinisme, avec cette manière ambigüe d’entretenir un anarchisme de droite moisi, le pamphlet devient indigeste et vire au lieu-commun nihiliste.


Mad Men - L'intégrale de la Saison 5
Mad Men - L'intégrale de la Saison 5
DVD ~ Jon Hamm
Prix : EUR 30,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
3.0 étoiles sur 5 La saison de trop?, 18 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Mad Men - L'intégrale de la Saison 5 (DVD)
La condition des femmes est toujours au cœur de cette série époustouflante ; elles se fraient un chemin comme elles le peuvent au travers d’une misogynie pernicieuse et violente. On est dans les années 70 et les archaïsmes sexistes font de la résistance. Peggy démissionne, Megan veut battre de ses propres ailes, Betty lutte contre la dictature de la minceur ; tandis que le ténébreux Don doit à nouveau se battre contre les fantômes de son passé. C’est toujours aussi bien joué et les seconds rôles – qui n’en ont que le nom – continuent à faire mouche : Roger toujours aussi drôle et cynique, Campbell en éternelle tête-à-claques. Et des hommes continuent à sombrer au moindre faux pas, fauchés par un système économique sans scrupule.

Mais tout cela a comme un goût de déjà vu. La saison 5 est comme une synthèse des précédentes. C’est plaisant à regarder mais beaucoup moins fascinant. Bon, il paraît que la 6ème et dernière saison est fabuleuse.


La Fabrique du Crétin: La mort programmée de l'école
La Fabrique du Crétin: La mort programmée de l'école
par Jean-Paul Brighelli
Edition : Poche
Prix : EUR 7,90

3.0 étoiles sur 5 Etait-ce mieux avant?, 10 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Fabrique du Crétin: La mort programmée de l'école (Poche)
On connaît tous le constat : un nombre important d’élèves atteignent la 6ème sans les bases requises en matière d’écriture, lecture et mathématiques. Sans grande surprise, le contempteur en chef du déclin inexorable de l’Educ Nat en impute la responsabilité aux soixante-huitards pédagogistes qui de mèche avec les méchants néo-méga-ultralibéraux-européistes n’ont de cesse de programmer la crétinisation de notre belle jeunesse pour en faire une main-d’œuvre corvéable à merci. Il faut mettre de côté cet aspect un peu parano de la démonstration ainsi que les travers propres au genre pamphlétaires – que le bougre maîtrise bien, c’est une lecture très plaisante et souvent drôle – qui tendent trop souvent à faire d’un exemple une preuve et le prisme déformant de son expérience une généralité. Mais c’est dur, le côté c’était mieux avant quand mon instit était un hussard noir qui transmettait dignement le savoir à coup de classiques incontournables use très vite. Il n’en reste pas moins que le système actuel est en échec ; l’ascenseur social est bel et bien en panne comme on dit et la reproduction des inégalités n’a jamais été aussi criante. Sortie de cette diatribe d’un auteur qui se fait beaucoup plaisir et rejoue de manière caricaturale l’opposition classiques contre modernes, accordons-lui qu’on ne voit pas très bien ce que nous avons à gagner à sur-spécialiser des filières au détriment d’une culture générale nécessaire pour s’adapter aux changements, à ne pas remettre l’apprentissage dans une relation hiérarchique mais respectueuse, à galvauder le niveau des épreuves et, d’une manière générale, à ne plus faire le pari de l’intelligence et de la centralité de la qualité de l’enseignant. Sur ce dernier point, j’en suis intimement persuadé : c’est sa capacité à faire comprendre que le plaisir de savoir se suffit à lui-même qui est le pivot de la réussite scolaire. Quoi qu’on en pense, il est évident que tomber sur des personnalités aussi fortes que Brighelli, par exemple, au cours de sa scolarité, offre plus de chances de progresser.


Expo 58
Expo 58
par Jonathan Coe
Edition : Broché
Prix : EUR 22,00

3.0 étoiles sur 5 A bout de souffle., 4 mai 2014
Ce commentaire fait référence à cette édition : Expo 58 (Broché)
Un obscur gratte-papier du Foreign Office, à la vie rangée so british est expédié pour 6 mois en mission à Bruxelles à l’occasion de l’exposition universelle d 1958. Le personnage principal fleure bon les films d’Hitchcock et de Capra, évoque James Stewart et Clarck Gable, va se débattre au milieu de sa confusion des sentiments perturbées par une atmosphère cosmopolite grisante et d’une intrigue rocambolesque d’espionnage, made in guerre froide. C’est un roman mollement drôle – pour un Jonathan Coe – très mélancolique – normal pour un Jonathan Coe – où s’entremêlent diverses histoires poussées par le vent incertain de l’Histoire. Il y manque le mordant habituel de Coe d'avant Mr Sim, les intrigues y sont plus flottantes, les portraits psychologiques moins acérés, m’a-t-il semblé. Jonathan Coe demeure malgré tout parmi mes lectures préférées.


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20