undrgrnd Cliquez ici Toys NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici Cliquez ici Acheter Fire Cliquez ici nav_TPL0516 cliquez_ici Jeux Vidéo soldes montres soldes bijoux
Profil de Michelle RIVALLAND > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Michelle RIVALLAND
Classement des meilleurs critiques: 826
Votes utiles : 1103

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Michelle RIVALLAND
(TOP 1000 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
L'année pensionnaire
L'année pensionnaire
par Isabelle Lortholary
Edition : Broché
Prix : EUR 13,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un drame savamment dosé, 21 juin 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'année pensionnaire (Broché)
Ce roman à l'écriture très fluide, et qui se lit très vite, nous fait pénétrer dans le monde fermé d'un internat pour jeunes filles riches, dont les parents ont d'autres passions que l'éducation de leurs enfants. Ils se "débarrassent" donc de leur progéniture, en espérant que le pensionnat leur inculquera le savoir et les bonnes manières. Mais qu'en est-il de la situation affective de ces enfants ? Personne ne s'en préoccupe vraiment.

Tout le monde ne sort pas indemne de cette conjoncture. Des drames sourdent.

L'héroïne du roman, qui elle-même souffre énormément du manque d'amour, vit très mal le climat ambiant et les frustrations qui en découlent. Elle observe ses compagnes d'infortune avec un regard clairvoyant, mais blasé, et sans chercher d'échappatoire. Elle subit le sort commun et se comporte même en égoïste, indifférente aux tracas des autres. Pourtant elle recherche avidement, mais en vain, l'amitié d'une autre pensionnaire, une fille étrangère, froide et désabusée, qui n'a aucun contact avec personne, et qui reste une énigme pour tous.

Cette quête n'aboutira jamais et en plus un drame se profile. C'est une lente descente en enfer.

Ce roman d'une infinie tristesse est très prenant. Il nous transporte dans un monde où vraiment l'argent ne fait pas le bonheur, où il faut sauvegarder les apparences, où les éducateurs ne se soucient pas beaucoup du mal-être de ces jeunes filles élevées en vase clos. Il a un impact douloureux sur notre état d'esprit.

Cependant le suspense bien dosé de cette histoire dramatique rend sa lecture palpitante.

Une fois que le livre est refermé, il nous reste un goût amer, une grande affliction. On a vraiment partagé avec Éléonore ses années de jeunesse gâchées.


Alceste à bicyclette
Alceste à bicyclette
DVD ~ Fabrice Luchini
Proposé par Expédition sous 24H
Prix : EUR 6,46

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un scénario rocambolesque, audacieux. On passe un moment délicieux, 17 juin 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Alceste à bicyclette (DVD)
Ce n’est vraiment pas banal cette histoire de deux comédiens misanthropes qui entreprennent de jouer le "Misanthrope", de Molière.
C’est un scénario dans le scénario, une mise en abîme, le monde à l’envers, l’arroseur arrosé, l’apprenti sorcier, la cerise sur le gâteau, dans l’univers sombre des misanthropes. Voilà les expressions un peu galvaudées certes, que cette comédie m’inspire. C’est comme une farce exquise, que Molière lui-même aurait sûrement appréciée.

Disons que c’est surtout l’un des deux protagonistes qui est misanthrope, en l’occurrence le personnage interprété par Fabrice Luachini, qui entre parenthèses a trouvé là un rôle à la mesure de son talent. Cet homme donc, ancien comédien, s’est retiré sur l’île de Ré dans une vieille maison dont il a hérité, mais dont le confort laisse à désirer. Il vit là, à l’écart de la société. Il a tourné le dos à sa vie antérieure où il fréquentait plutôt le devant de la scène. À présent il se comporte plutôt comme un ours mal léché.

Cependant, lorsque que son ancien ami (interprété par Christophe Lambert) comédien lui aussi, vient lui proposer de rejouer au théâtre, dans le rôle d’Alceste, il n’hésite pas très longtemps.

Voilà nos deux compères qui se disputent à présent âprement le rôle d’Alceste. Finalement ils trouvent un compromis, décidant d’alterner, l’un aura le rôle d’Alceste, tandis que l’autre sera Philinte, à chacun son tour.

Les répétitions commencent, entrecoupées de petites bordées sur l’Île de Ré, et de petites fâcheries sans conséquences. Survient une belle Italienne, plutôt agressive au premier abord, qui va mettre un peu de piment dans les relations entre les deux comédiens. Nos deux compères ne tardent pas à tomber sous le charme de l’Îlienne qui s’est subitement radoucie. Qui l’emportera ? Mais, attention aux conséquences ! Un misanthrope amoureux est sans pitié !

Cette histoire pleine de rebondissements nous tient en haleine joyeusement. L’humour est omniprésent. Les deux acteurs sont excellents dans leurs rôles.

Le film est génial. Que de belles trouvailles !
On ne s’ennuie pas une seconde, et puis on fait une agréable escapade à l’Île de Ré. Que demander de plus !
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 21, 2016 9:54 AM MEST


Un Dimanche à la campagne
Un Dimanche à la campagne
DVD ~ Louis Ducreux
Proposé par MEDIA BOX
Prix : EUR 8,11

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un enchantement visuel, 3 juin 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Un Dimanche à la campagne (DVD)
Cette histoire émouvante qui nous ramène aux années proches de 1900 dans une famille bourgeoise, est surtout l'occasion pour le cinéaste de nous présenter chaque scène à la façon d'un tableau impressionniste. Le résultat est une merveille pour les yeux.

L'intrigue est assez succincte. Elle est le prétexte à pénétrer dans la vie d'une famille aisée arrivée à un tournant de son existence. Il s'agit, comme le titre l'indique, d'un dimanche à la campagne, où un vieux peintre de talent reçoit ses enfants et ses petits-enfants dans sa riche propriété. La caméra s'attarde à plaisir sur le mobilier cossu et les objets luxueux qui décorent l'intérieur de la maison où règne une atmosphère accueillante et confortable. De même elle nous fait visiter à loisir le magnifique jardin arboré et fleuri à foison.

Le vieux peintre est un personnage attachant. Ses deux enfants ont des caractères assez opposés, la fille très enjouée et charmeuse, le fils à la mentalité et au comportement plus étriqués. Ils préoccupent un peu le vieillard veuf, qui commence à souffrir de la fatigue et de la solitude des fins de vie en dépit de la présence constante de sa dévouée servante. Il s'inquiète aussi pour le devenir de son domaine, mais sans jamais en parler. Tout est dans ses pensées que l'on devine.

Les trois petits enfants mettent un peu de piment dans cette atmosphère un peu vieillotte. Comme tous les enfants du monde, ils font leurs petites expériences, ils batifolent à plaisir bien qu'un peu engoncés dans leurs tenues du dimanche pas très adaptées aux jeux.

Les hommes sont habillés comme des dandys, les femmes sont très élégantes, avec leurs jolis chapeaux et leurs gracieuses robes longues raffinées, comme il se doit. Les enfants sortent aussi d'un tableau impressionniste, avec leurs costumes très coquets. De vrais petits enfants modèles, des gravures de mode.

Ce film est comme un voyage en peinture. Chaque scène est un tableau. Mais s'y ajoute l'évocation des mœurs de l'époque où les bonnes manières sont de mise. Il y a aussi beaucoup de non-dits. Cela n'empêche pas de voir clair dans l'âme des protagonistes. Les sentiments n'ont pas changé au cours des siècles, même s'ils s'expriment différemment. La courtoisie et la politesse, de rigueur au temps remémoré par ce film, ne masquent pas réellement le vrai caractère des personnages. Leurs réactions sont semblables à celles des gens d'aujourd'hui.

Enfin j'ai adoré ce film, reposant et attendrissant, dans un cadre enchanteur, plein de lumière et de poésie.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (4) | Permalien | Remarque la plus récente : Jun 21, 2016 10:01 AM MEST


L'Ombre douce
L'Ombre douce
par Nguyen Hoai Huong
Edition : Broché
Prix : EUR 6,30

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une histoire d’amour profonde et très douloureuse, sur fond de guerre d’Indochine, 31 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : L'Ombre douce (Broché)
Dans un style simple, prenant, élégant, lumineux, doux, mais avec parfois des accents violents, selon les passages, comme il sied à ce genre de récit, Hoai Huong Nguyen, nous raconte avec beaucoup d’émotion la rencontre d’une jeune Chinoise avec un Breton, dans un hôpital où elle soigne les blessés de guerre.

L’amour ne tarde pas à troubler les cœurs de ces jeunes gens, mais la jeune fille est promise par son père à un dignitaire chinois et elle ne peut échapper aux lois traditionnelles. Le drame ne fait que commencer. Hélas l’issue sera fatale.

J’ai beaucoup aimé le début du roman, quand tous les espoirs sont encore permis. Mais les pages sur la guerre deviennent de plus en plus éprouvantes. Je les ai un peu survolées.

J’ai une excuse : un de mes frères est mort à la guerre d’Indochine, à 19 ans, encore un enfant… J’étais très jeune, une dizaine d’années, cela marque.

Revenons au roman de Hoai Huong Nguyen. La belle histoire d’amour du début devient de plus en plus tragique. Elle finit très mal. Il s’en dégage une infinie tristesse, de la stupéfaction face à méchanceté inconcevable de certains protagonistes, de l’incompréhension face à de telles cruautés.

J’ai déjà un peu trop défloré le sujet de cette tragédie dont le fond est axé sur la guerre, l’amour, et les traditions ancestrales. Par sa forme originale ce roman nous apporte une lecture captivante. Il est aussi très poétique et pénètre au plus profond de l’âme.

Je ne regrette pas d’avoir fait l’acquisition un peu au hasard, de ce livre dont la couverture m’avait attirée. C’est un premier roman, qui mérite bien les nombreux prix qui lui ont été décernés. Son titre est bien approprié, il ramène un peu d’apaisement après le malheur.


Le Petit Prince
Le Petit Prince
par Antoine de Saint-Exupéry
Edition : Relié
Prix : EUR 14,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un album sublime, habillé d’or et de lumière, 13 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Petit Prince (Relié)
Après le film qui m’a moyennement plu, j’apprécie l’acquisition de ce magnifique album, qui, tout en ayant conservé le texte original intégral de l’auteur, bénéfice des superbes photos du film. Voilà un mariage heureux du récit d’Antoine de Saint-Exupéry et de ces illustrations en papier découpé, tellement réussies qui ajoutent à l’émotion permanente procurée par la lecture. Je crois que Saint-Exupéry aurait adhéré à ce projet, lui qui ne se sentait pas à la hauteur pour dessiner.

Il aurait peut-être été intéressant quand même d’ajouter les vrais dessins de l’auteur dans quelques pages annexes, mais c’est sans doute beaucoup demander.

Enfin voilà un livre précieux, qui ne fait qu’ajouter au prestige de cette histoire fabuleuse dont personne ne se lasse, et qui apporte sans fin le même émerveillement à chaque relecture. Le voilà habillé d’or et de lumière comme il le mérite, et empreint d’une tendresse infinie.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : May 24, 2016 3:45 PM MEST


Le Petit Prince
Le Petit Prince
DVD ~ André Dussollier
Prix : EUR 9,99

3 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Quelques moments magiques, de pure grâce, mais un ensemble déconstruit, 8 mai 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Le Petit Prince (DVD)
Tout d’abord il me vient tout de suite à l’idée qu’il aurait fallu donner un autre titre à ce film, puisqu’il ne s’agit pas de l’histoire réelle du Petit Prince, mais de son histoire mêlée à une autre, ce qui ne produit pas le même effet. Le titre est trompeur sur ce point.

Ceci dit, j’ai beaucoup aimé la première partie du film. J’y ai retrouvé les moments clés de l’histoire si merveilleuse écrite par Antoine de Saint-Exupéry, délicieusement présentés. Le seul inconvénient est qu’ils se déroulent trop vite à l’image. Il est évident qu’on ne peut goûter un passage de film avec la même intensité émotionnelle qu’un paragraphe de lecture, cela fait partie du pouvoir fabuleux des mots.

Pour être honnête je dois dire cependant que la représentation cinématographique, avec les effets spéciaux qu’elle permet, ajoute un plus à l’enchantement procuré par une lecture préalable de l’œuvre. Pourtant c’est très délicat de "retoucher" en quelque sorte cette œuvre du Petit Prince.

À ce niveau-là de mes réflexions à propos de ce film, je pense qu’il est pratiquement indispensable de connaître l’histoire du Petit Prince avant de le regarder. Mais ce n’est pas forcément le cas pour les enfants, qui ne le connaissent pas. De plus ce film me paraît très compliqué pour eux, c’est tellement philosophique !

La deuxième partie du film est déstabilisante. Le rythme s’accélère, il nous entraîne, avec l’avion qui a réussi à décoller, dans le dédale sombre d’une ville pleine de gratte-ciel. C’est un vertige permanent. Nous voilà décontenancés de voir apparaître un petit prince qui a grandi, qui est moins sympathique, qui est devenu un ramoneur soumis à la loi implacable du businessman obsédé par "l’essentiel". L’histoire perd tout son charme.

La fin retrouve un peu la magie initiale, heureusement, mais le mal est fait !

Bref, au sortir du film j’avais une envie irrésistible de me précipiter sur l’histoire authentique du Petit Prince, pour remettre mon esprit d’aplomb !

J’en viens à présent aux côtés positifs du film. J’ai aimé le personnage de la petite fille, celui de sa mère, caricaturale mais malgré tout sympathique dans ses ambitions démesurées pour son enfant. J’ai été charmée par le vieil aviateur si touchant et bien sûr par le Petit Prince si émouvant dans sa fragilité. Bravo au petit garçon qui lui prête voix (et vie) !

Je n’oublie pas non plus les décors sublimes et les musiques.

Finalement toutes les étoiles omniprésentes dans ce film, tendrement accrochées à des fils, ou qui s’évadent de leur bocal où elles étaient prisonnières ne cessent de tourner joyeusement dans ma tête. Et je me souviendrai longtemps de la superbe piste de décollage de l’avion, illuminée d’ampoules multicolores, une vision magique ! Et toutes les inventions pathétiques de l’aviateur, dans sa vieille maison ensorcelante ! Oh ! Que de trouvailles extraordinaires dans ce film !

Mais mon "Petit Prince" est un peu dénaturé dans ce film. Je retourne à mon livre, à ses grelots… Leur petite musique résonne toujours dans mon cœur.


The birthday crown : Queens 90th birthday
The birthday crown : Queens 90th birthday
par Davide Cali
Edition : Relié
Prix : EUR 22,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Délicieux et porteur d’idées pour les enseignants, 3 mai 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : The birthday crown : Queens 90th birthday (Relié)
Cet album charmant destiné aux jeunes enfants est une histoire toute simple, inspirée par l’actualité, en l’occurrence la célébration des 90 ans de la reine d’Angleterre.

Son scénario est original et son illustration par des collages de papiers découpés est tout à fait bien adaptée. L’ensemble est, ni plus, ni moins, un petit trésor à préserver.

Je ne voudrais pas trop dévoiler le sujet, mais c’est tellement tentant ! Je vais pourtant en dire le moins possible : pour l’anniversaire de la reine, le maître de cérémonies lui demande de choisir entre plusieurs couronnes, toutes plus farfelues les unes que les autres, à porter pour cette occasion exceptionnelle.

Vous serez peut-être un peu surpris, mais surtout attendris, au final, d’apprendre sur quelle couronne la gentille souveraine de 90 ans aura porté son choix.

Sachez que le petit prince Georges et la petite princesse Charlotte, déjà si célèbres au Royaume-Uni, ont leur place dans cette aventure.

Après une brève présentation des faits, toute l’écriture du récit n’est constituée que de dialogues écrits dans des bulles. Le tout est en anglais, ce qui fournit d’emblée un bon exercice de traduction pour des enfants pratiquant cette langue, pas forcément en primaire, ce serait peut-être difficile, mais début secondaire.

Pour ce qui est des plus jeunes, de nombreux exercices peuvent leur être proposés à la suite de la lecture de ce livre, par exemple, en premier lieu, dessiner les couronnes sur des fiches cartonnées pour fabriquer un jeu de couronnes. Ceci permettrait des manipulations diverses : (classement dans l’ordre du récit, chercher le ou les couronnes manquantes, trouver celle qui vient avant, après etc., chercher les couronnes par devinettes etc.). Et puis bien sûr les enfants pourraient imaginer d’autres couronnes, les dessiner, des robes assorties…

À l’époque de la fête des Rois par exemple, voilà bien un sujet à exploiter.

Je recommande fortement ce livre tendre et riche d’intérêts, aux enseignants de maternelle, ou de collège en ce qui concerne l’étude de la langue anglaise.

Bravo à l’auteur et à l’illustrateur !


Kervez, ce paradis
Kervez, ce paradis
par Léontine DRAPIER-CADEC
Edition : Broché

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un vrai coup de cœur !, 30 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Kervez, ce paradis (Broché)
J'avais entrepris de lire ce livre prêté, sans grand enthousiasme, sans grande conviction, au vu de son aspect un peu jauni, un peu défraîchi, mais au bout de quelques pages, j'étais complètement sous le charme.

Il porte une jolie dédicace de l'auteure à ma sœur institutrice, dont Léontine Drapier-Cadec avait reçu tous les élèves, pour préparer avec eux cette belle surprise. Une nièce de l'auteure fréquentait la classe de ma sœur. Ceci explique cela.

Étant née dans une famille d'enseignants (mère, oncle, fratrie, enfants, neveux, etc.) et moi-même enseignante en retraite, je suis toujours curieuse de lire des récits de vie d'enseignants, et ils sont souvent savoureux. Mais celui-ci l'est particulièrement.

Léontine Drapier, née en 1895, a vécu 100 ans. Dans "Kervez ce paradis", elle raconte 5 ans passés dans une école de hameau de Lopérec, en Bretagne, un peu en dehors du temps, en dehors de la civilisation, comme elle le dit elle-même. Son mari enseignait dans la "grande classe", tandis qu'elle avait en charge les petits, elle était la "petite maîtresse".

Si Léontine est très amoureuse de la vie et des gens qui l'entourent, elle est aussi très en demande d'amour.

Dans son livre on découvre une personnalité très attachante. Elle pratique beaucoup l'humour. Elle ne se prend pas au sérieux, elle est espiègle et porte toujours un regard bienveillant sur les gens. En même temps elle reste fidèle aux valeurs d'une vie vouée aux autres, et particulièrement aux enfants, mais également à leurs familles.

La "Skoleres" (maîtresse d'école en breton) est toujours très jeune de caractère, tout en appréciant quand même d'être reconnue importante de par sa fonction. Celle qui se donne comme surnom "la reine de Bessarabie", aime les hommages, toutes proportions gardées. On sait que l'instituteur ou l'institutrice étaient des personnages respectés à la campagne, au siècle dernier, car ils détenaient le savoir.

Tout va donc pour le mieux, dans le meilleur des mondes, dans "Kervez, ce paradis" où Léontine, maman de deux coquines comme elle, surnommées Renarde et Peluche, vit comme dans une lune de miel perpétuelle. Elle admire son mari et apprécie qu'il intervienne parfois dans la petite classe, pour rétablir l'ordre si besoin ! Mais elle n'en est pas moins une femme qui savoure les compliments des hommes qu'elle côtoie ici et là, et qui sont sensibles à son charme, en tout bien tout honneur, bien entendu !

Le livre fourmille d'anecdotes sur la vie à la campagne dans les années d'après guerre, et là encore la magie de Léontine opère. Elle écrit dans un style poétique complètement naturel. Elle fait chanter la vie par ses mots qui coulent de source, et la vie prend des allures idylliques.

Quant aux aventures de l'enseignement à la campagne à l'époque où vivait Léontine, j'en ai connu moi-même un certain nombre et ce n'était pas toujours le paradis. Mais le passé ressurgit toujours d'une façon apaisée et tendre dans les souvenirs. Il prend des couleurs nouvelles. Même les petits drames ont perdu leur côté tragique. Ils se transforment en récits piquants que l'on se remémore à plaisir mais dont il ne faut pas trop ennuyer l'entourage. L'abus de souvenirs peut déranger certains. À distiller donc avec modération.

Léontine Drapier a eu raison de fixer les siens sur le papier. Elle avait une "si jolie plume".

Les dessins de Suzanne BARON agrémentent aussi délicieusement l'ouvrage, avec leur petit côté rétro qui apporte à l'ensemble un charme suranné. Une belle collaboration.


La Madeleine Proust, une vie, Tome 2 : 1939-1940 - Ma drôle de guerre
La Madeleine Proust, une vie, Tome 2 : 1939-1940 - Ma drôle de guerre
par Lola Sémonin
Edition : Broché

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Un récit bien documenté, 3 avril 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : La Madeleine Proust, une vie, Tome 2 : 1939-1940 - Ma drôle de guerre (Broché)
J’avais bien aimé le tome 1, mais forcément le 2 perd un peu de charme du fait que le plaisir de la découverte n’est plus au rendez-vous et qu’il joue un peu les prolongations, même si l’action change, ce qui est quand même le cas ici.

En effet le récit de la vie de "la Madeleine" au sein d’une famille de la campagne prend une nouvelle orientation à l’approche de la guerre de 39/40. La narratrice, à l’âge des premiers émois de l’amour, fait connaissance malheureusement avec les affres du conflit international qui bouleverse la vie de la France et celle de la famille. Son univers en est totalement chamboulé. La peur s’installe. Chacun réagit à sa façon.

Même si j’ai trouvé des longueurs inutiles au récit, je salue l’extraordinaire travail de recherche de l’auteure pour écrire ce roman documentaire. Et puis Lola Sémonin ne perd jamais son sens de l’humour. Son livre est truffé de blagues et d’expressions amusantes de l’époque qu’elle décrit. C’est aussi un concentré d’images de la vie de ce temps-là.
Il y a là un intérêt historique certain.

Personnellement je trouve qu’il y manque quand même le petit plus, le supplément d’âme qui crée l’émotion. Les récits sur la guerre sont habituellement plus poignants et je n’ai pas été particulièrement émue par cette saga, que j’ai quand même parcourue avec intérêt mais parfois en accélérant ma lecture.

Pardon pour ce regard un peu négatif sur un travail colossal.


Marguerite
Marguerite
DVD ~ Catherine Frot
Proposé par Showpeen
Prix : EUR 11,02

6 internautes sur 7 ont trouvé ce commentaire utile 
3.0 étoiles sur 5 Traumatisant, 20 février 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Marguerite (DVD)
J’espérais quelque chose de mieux, vu le succès retentissant de ce film, qualifié même "d’hilarant" ou "d’exaltant", il me semble bien à tort.

Certes on ne peut nier les nombreuses qualités de cette œuvre et le jeu impressionnant de Catherine Frot particulièrement vraie et émouvante dans ce film, et également le talent des autres acteurs.

Le scénario est machiavélique, avec tous ces personnages malhonnêtes ou carrément louches qui gravitent autour de la chanteuse. Les décors, à dessein sombres et peuplés d’animaux ou d’objets bizarres, créent une atmosphère d’angoisse permanente. La chanteuse, avec ses tenues extravagantes est proche de la folie, dans sa fragilité. Son majordome, dévoué à l’extrême est en réalité un psychopathe. Le mari est un faible qui ne sait pas trop comment réagir.

On regarde ce film amer avec une souffrance quasi permanente, autant pour les oreilles que pour le cœur.

Bon, essayons d’enlever les côtés sordides et malsains de ce scénario inspiré de faits réels. Que reste-t-il ? Des lueurs d’humanité, en repensant au mari de la chanteuse qui aime sa femme malgré tout et qui veut la sauver à la fin. En revoyant la maîtresse de ce dernier qui exprime aussi des sentiments altruistes lorsqu’elle prend conscience de la détresse infinie de sa rivale. Cela nous permet de garder foi en l’homme, et adoucit l’ensemble.

Ce film, aux costumes et décors somptueux est une œuvre bouleversante, mais très noire. Il nous permet d’écouter quelques airs magnifiques, malheureusement en partie massacrés, comme l’air de Casta Diva de la Norma de Bellini, que ma fille Amélina a interprété plusieurs fois, et qui me procure tellement d’émotion.
Remarque sur ce commentaire Remarques sur ce commentaire (2) | Permalien | Remarque la plus récente : Feb 21, 2016 11:07 AM CET


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20