undrgrnd Cliquez ici NEWNEEEW nav-sa-clothing-shoes Cloud Drive Photos cliquez_ici nav_WSHT16 Cliquez ici Acheter Fire Achetez Kindle Paperwhite cliquez_ici Jeux Vidéo
Profil de Werlings > Commentaires

Fiche d'identité

Contenu rédigé par Werlings
Classement des meilleurs critiques: 197
Votes utiles : 1257

Chez vous : découvrez nos services personnalisés en pages d'aide !

Commentaires écrits par
Werlings (France)
(TOP 500 COMMENTATEURS)   

Afficher :  
Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20
pixel
Symphonie N° 2
Symphonie N° 2
Prix : EUR 14,89

4.0 étoiles sur 5 Un romantisme tardif très abouti, 24 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Symphonie N° 2 (CD)
La deuxième symphonie de Ludolf Nielsen, compositeur danois du tournant entre le XIXe et le XXe siècle, tient-elle les promesses de la première ? Ce disque permet d'y répondre, et ainsi de confirmer le talent de ce compositeur peu connu. Une notice bilingue (anglais-allemand) sera fort instructive pour se documenter sur le compositeur comme sur les oeuvres enregistrées. On regrettera seulement qu'une telle richesse d'orchestration soit ternie par une prise de son étouffée, pâle et lointaine, qui oblige l'auditeur à pousser le volume. Un travail de restauration s'impose... un comble pour une prise de son de 1996.

Une fois cette déconvenue acceptée, et puisqu'il faut bien faire avec les limites du disque, on entend ici une musique fort bien écrite. Amplement développée, et richement orchestrée, l'ouverture de concert est une oeuvre démonstrative et virtuose, sur le modèle germanique en vogue à l'époque. La romance pour violon et orchestre est une partition mélancolique et inspirée.

On prêtera une oreille attentive à la seconde symphonie, dite "symphonie de la joie", une oeuvre vigoureuse, animée d'un optimisme évident. Le premier mouvement s'ouvre sur une marche légère et allante, avant une section centrale plus sombre voire inquiète. L'articulation entre les cordes et les cuivres donne à entendre une musique dont l'écriture est très maîtrisée. Le second mouvement, un andante, est une page poétique et rêveuse, d'une grande douceur (et les nuances, toutes en finesse, entre le piano et le pianissimo, souffrent de la prise de son décevante), avant un passage plus animé, débordant d'émotion. Le troisième mouvement ressemble, comme dans d'autres oeuvres de Nielsen, à une danse populaire : c'est un mouvement gai et enjoué. Le final, enfin, s'ouvre sur une introduction lente, avant l'exposé d'un thème triomphal. Le mouvement dans son ensemble est pourtant bien plus introverti et profond. On devine un bel espace orchestral, pénalisé par la prise de son.

Au final, on entend donc ici une musique révélatrice du romantisme tardif, avec une orchestration raffinée, des audaces ponctuelles, et des sentiments exacerbés. Ce compositeur danois mérite donc le détour.


Symphonie N 1
Symphonie N 1
Prix : EUR 13,01

5.0 étoiles sur 5 Un romantisme assumé et réussi, 23 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Symphonie N 1 (CD)
Ce disque, publié par Dacapo dans sa collection "Late romantic", est une belle trouvaille. Sans doute Ludolf Nielsen est-il moins célèbre que son homonyme ; il n'en est pas moins passé, lui-aussi, par une formation rigoureuse dans les conservatoires germaniques. Le résultat ne manque donc pas d'allure.

La première symphonie est sans doute une oeuvre de jeunesse. Le premier mouvement respecte une forme très classique, celle de l'introduction lente. Mais très vite (en deux minutes à peine), le mouvement se développe avec force et grandeur. Le deuxième mouvement offre un bel andante, avec une orchestration riche et audacieuse. C'est néanmoins un mouvement très intériorisé, presque douloureux, un lent crescendo. C'est un de ces "adagios méconnus" particulièrement attachants. Le troisième mouvement est beaucoup plus enjoué, comme une danse paysanne ; orchestration, rythme sont dignes d'un Dvorak. Enfin, le final est emprunt de dynamisme et d'allant, respectant ainsi la tradition de la symphonie romantique "à final".

Encore plus intéressante, la suite orchestrale "Depuis les montagnes" propose quatre petits poèmes symphoniques ; de fait, c'est une véritable symphonie à programme en soi. Le premier mouvement, "les ruines du château", impose un thème martial et solennel, qui préfigure les pins de Rome de Respighi. L'évocation des grandeurs passées est très bien rendue par le contraste entre le thème principal et une ambiance plus crépusculaire. "Le berger" offre une rêverie, où le pâtre solitaire garde son troupeau face aux grands espaces. En troisième position, "la chapelle dans les montagnes" est un véritable coup de cœur, avec l'introduction délicate de l'orgue. Il y a là une belle inspiration, de belles couleurs orchestrales, et une certaine modernité dans l'écrite et l'orchestration. Enfin, "la vie populaire dans la vallée" termine la suite dans une ambiance dansante, en s'inspirant de danses villageoises, pour dépeindre une atmosphère de fête.

Voici donc au final un très beau disque, qui mérite incontestablement le détour. La notice bilingue (anglais-allemand) est instructive et propose une analyse approfondie des différentes œuvres. On peut donc ainsi sortir des sentiers battus ; c'est une invitation réussie à découvrir Ludolf Nielsen, mais aussi la musique romantique danoise.


Oeuvres orchestrales (Volume 2)
Oeuvres orchestrales (Volume 2)
Proposé par METAMZCI
Prix : EUR 5,71

5.0 étoiles sur 5 Le meilleur de Zdenek Fibich, 7 avril 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Oeuvres orchestrales (Volume 2) (CD)
L'Europe centrale compte de nombreux compositeurs talentueux, formés à l'école germanique, mais soucieux de préserver une "couleur locale" pouvant aller jusqu'au patriotisme musical, alors que les recompositions géopolitiques les intègrent à des ensembles plus vastes. Au XIXe siècle, point de Pologne, et pas davantage de république tchèque. Zdenek Fibich resta attaché toute sa vie à Prague, même s'il reçu l'essentiel de sa formation dans le sévère conservatoire de Leipzig.

Ce disque, le deuxième volume d'une intégrale entamée par le label Naxos, offre une notice assez brève, en anglais. Il donne à entendre un orchestre tchèque, dirigé par un jeune chef lui-aussi tchèque, dans une prise de son un peu sèche et métallique, mais fort honnête (et qui évite les réverbérations outrancières de type "hall de gare").
L'essentiel du disque est consacré à la deuxième symphonie de Fibich : une oeuvre ambitieuse, ample (près de 40 minutes), articulée très "classiquement" en quatre mouvements (avec le mouvement lent en deuxième position), et avec un final triomphal, dans la plus pure veine romantique. Le premier mouvement laisse clairement entendre une inspiration germanique, mais le mouvement lent est plus personnel, avec un beau lyrisme. Le scherzo s'ouvre sur une fanfare, mais en évitant tout caractère "pompier". Le final retient l'attention, mû par une force intérieure évidente.
Le poème symphonique "au crépuscule" évoque ce moment de transition entre l'ombre et la lumière, et c'est une pure merveille. On pourra y reconnaître différentes sections, avec un beau nocturne central. L'orchestration est encore plus fouillée et contrastée. C'est un nouveau coup de cœur, qu'on écoute et réécoute avec plaisir.
Enfin, l'idylle pour clarinette et orchestre donne à entendre une petite pièce de moins de 7 minutes, une petite miniature poétique et inspirée, interprétée avec pudeur ici. C'est une ultime confirmation des talents de Fibich sur ce disque.

Voici donc dans l'ensemble un très beau disque, qui laisse entendre une musique fort belle, fort bien écrite, élégante et raffinée.


Scharwenka : Oeuvres orchestrales. Solén.
Scharwenka : Oeuvres orchestrales. Solén.
Prix : EUR 17,00

4.0 étoiles sur 5 Philipp Scharwenka : un deuxième volume intéressant, 30 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Scharwenka : Oeuvres orchestrales. Solén. (CD)
Le patronyme Scharwenka peut évoquer une musique germanique de la fin du XIXe siècle, éventuellement des concertos pour piano virtuoses : dans la famille, le cadet, Franz-Xaver est le mieux connu. Pourtant, l'aîné, Philipp, a composé une musique qui ne manque pas d'intérêt. Un disque fort réussi, publié par le label Sterling, en témoigne.

Ce disque est donc en quelque sort le deuxième volume de la musique orchestrale de Philipp publié par Sterling ; on ne peut que se féliciter qu'un label indépendant ose se consacrer à l'enregistrement de ces compositeurs romantiques et post-romantiques tombés en désuétude. Une notice instructive (allemand-anglais) rappelle l'importance de Philipp Scharwenka dans la vie musicale germanique et européenne à la fin du XIXe siècle.
Pourtant, ce disque ne se hisse pas tout à fait au niveau du précédent. La première pièce proposée est un petit poème symphonique peignant les esprits de la forêt et de la montagne. C'est agréable, bien composé, avec une orchestration colorée, mais rien ne marque vraiment la mémoire. De même, les deux danses polonaises qui terminent le disque sont enlevées, brillantes, habiles sans doute, mais sans surprise. Ces maîtres de l'ombre allemands connaissent leur métier, leur musique est solide à défaut d'être "remarquable".

En revanche, la "fantaisie dramatique" est une oeuvre de maturité, en trois mouvements bien équilibrés, et qui mérite le détour. Le premier mouvement, animé et inquiet, crée une ambiance lourde et pesante, qui justifie pleinement le titre donné à cette pièce. L'orchestration est brillante. Le mouvement central est un andante tranquillo : c'est une vraie réussite, avec un solo de clarinette nostalgique. Scharwenka y développe de réelles qualités, avec une intensité dramatique croissante. Le final renoue avec l'animation inquiète du premier mouvement pendant les premières minutes, avant de glisser vers une tonalité plus triomphale.

Au final, voici donc un disque fort agréable, qui illustrera le romantisme tardif allemand, que l'on écoutera avec plaisir sans doute. La prise de son rend justice à l'engagement des interprètes, qui servent cette musique avec ferveur. La musique orchestrale de Philipp Scharwenka est plus engagée, plus réussie que celle de son frère Xaver. Bref, c'est une exploration à poursuivre.


Réussir l'Épreuve d'Histoire à Sciences Po 41 Fiches de Cours Dissertations et Commentaires de Texte Corrigés
Réussir l'Épreuve d'Histoire à Sciences Po 41 Fiches de Cours Dissertations et Commentaires de Texte Corrigés
par Pierre Michon
Edition : Broché
Prix : EUR 23,00

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un manuel utile, efficace et original, 30 mars 2016
La préparation à un concours demande à la fois de maîtriser les bases incontournables (sur lesquelles la moindre erreur est rédhibitoire) et de pouvoir témoigner d'une érudition plus originale, grâce à des exemples moins convenus. Le concours d'entrée à Sciences-Po Paris porte sur le programme de Première S depuis la réforme de 2014. A quoi bon un nouvel et énième manuel, si le concours porte sur les bases du lycée ?

Cet ouvrage s'impose avec une efficacité redoutable : il regroupe 41 fiches en trois grandes parties, elles-mêmes subdivisées en sous-parties. Une table des matières précise permet de s'y repérer aisément. Une bibliographie générale clôt le propos.
C'est l'intitulé (et donc la problématique) des fiches qui est intéressant. On peut y trouver la formulation la plus classique ("les origines de la Première Guerre mondiale") comme le découpage le plus intéressant ("de la victoire à la Guerre Froide, naissance d'un monde bipolaire, 1943-1947"), voire parfois des thématiques osées ("fascisme, autoritarisme et totalitarisme après 1945").
Chaque fiche s'ouvre sur une chronologie assez brève : voici pour les bases. Chaque fiche se termine sur une courte bibliographie commentée, indiquant parfais très précisément les pages à lire et à connaître ! Ajoutons, au cœur de chaque fiche, un choix d'encarts ou de textes originaux et vivifiants ! Comme chaque fiche est élaborée comme une composition, voici en plus la pédagogie par l'exemple !

A la fin de l'ouvrage, et pour s'accorder avec l'épreuve réformée, on retrouve 4 compositions, parfois originales (boire et manger...) ainsi que 3 commentaires de documents, dont un corpus original sur Mistinguett, pour illustrer l'émancipation de la femme.

Voici donc au final un manuel qui ne fera pas double emploi avec d'autres, et qui remplit parfaitement ses objectifs : conforter les bases en apportant un éclairage original, nouveau et pertinent.


Histoire - Concours commun des IEP - Tout pour réussir
Histoire - Concours commun des IEP - Tout pour réussir
par Thibaut Klinger
Edition : Broché
Prix : EUR 24,90

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Un excellent manuel : efficace et utile, 20 mars 2016
Ce commentaire fait référence à cette édition : Histoire - Concours commun des IEP - Tout pour réussir (Broché)
Le concours commun des IEP de province porte en histoire sur un programme simple : le monde, l'Europe et la France de 1945 à nos jours. Pour les élèves de terminales, il s'agit donc tout à la fois de confirmer les points des programmes de lycée (en première et en terminale) qu'ils sont supposés maîtriser, et de combler les lacunes de ces mêmes programmes. Ce manuel remplit parfaitement cette tâche.

Le premier point fort de ce manuel, c'est son plan, simple et efficace : d'abord un cours, complet tout en restant simple, c'est-à-dire facile à apprendre et à mémoriser, structuré en 31 fiches rassemblées en 11 thèmes cohérents, et ensuite 30 compositions corrigées. De fait, l'introduction générale et ensuite le petit propos méthodologique ne restent pas des idées abstraites.
Parmi les fiches de cours, et à côté des grands classiques incontournables, on lira avec profit la fiche 12 sur "vingt-cinq ans de puissance russe" depuis 1991, la fiche 21 sur "le Moyen-Orient ou la globalisation des conflits depuis 1990", la fiche 24 consacrée à "plus de vingt ans d'Union Européenne (1993-2015)".

Certaines compositions sont également utiles, car elles forment autant de petites synthèses sur des sujets transversaux : "l'arme nucléraire dans les relations internationales depuis 1945", "l'ONU et la paix dans le monde depuis 1945", "les Etats-Unis et le Moyen-Orient depuis 1945", "la France et l'Afrique de 1945 à 1962", "l'Afrique dans les relations internationales depuis 1945", "être premier ministre sous la Ve République", ou encore "l'année 1954 en France". Tous les autres sujets sont eux-aussi intéressants. C'est le deuxième point fort de ce manuel.

Ajoutons des annexes utiles, et voici un troisième point fort : de courtes biographies d'acteurs incontournables, des cartes et des organigrammes, de petites mises au point ponctuelles. Et, quatrième point fort, une table des encadrés permet de s'y retrouver facilement.

Voici donc un manuel bien structuré, facile à utiliser, et riche d'enseignements. Bref, un ouvrage utile, à jour, efficace. C'est ce que l'on demande pour se préparer à un concours.


Robert Fuchs : Sérénades n° 1 et n° 2
Robert Fuchs : Sérénades n° 1 et n° 2
Prix : EUR 9,82

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une musique agréable et plaisante, 20 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Robert Fuchs : Sérénades n° 1 et n° 2 (CD)
Robert Fuchs est un compositeur autrichien connu aujourd'hui pour ses élèves (car il a été un professeur estimé) et ses sérénades. Si certains de ses élèves ont été à la pointe de la modernité musicale (Mahler, Korngold), ses sérénades se tournent délibérément vers le passé. Cet attachement à la tradition explique sans doute l'estime de Brahms à l'égard de Fuchs. Cette estime était sans doute d'autant plus facile que les sérénades, élégantes et policées, n'allaient pas entrer en concurrence avec les compositions de Brahms...

Des cinq sérénades pour cordes que Fuchs a composées, les deux premières sont sans doute les plus intéressantes : légères, animées de mélodies entraînantes, elles témoignent d'un solide métier de composition et exploitent au mieux toutes les possibilités offertes par un orchestre de cordes. La première sérénade se décompose en cinq mouvements, dont un délicat menuet, en écho au XVIIIe siècle. Néanmoins, on écoutera avec attention l'adagio placé en quatrième position : il y a là un lyrisme, un soyeux des cordes qui n'est pas sans évoquer... Mahler. Les apparences sont trompeuses. La deuxième sérénade est plus "classique", à la fois dans sa forme (quatre mouvements, avec le mouvement lent en deuxième position), et dans son inspiration. L'allegretto initial ne sert que d'introduction, l'essentiel est ailleurs : dans le très beau larghetto par exemple, et dans l'allegro risoluto, très engagé.
Outre ses sérénades, Fuchs composa plus tardivement un andante grazioso et capriccio, toujours pour orchestre de cordes. L'andante est finement ciselé, avec une grande délicatesse et une belle expressivité. Le capriccio est tout aussi élégant et dansant.

Ce disque, agrémenté d'une notice bilingue (anglais-allemand), laisse donc entendre une musique fort agréable, solidement composée, mais sans surprise. Elle s'écoute avec plaisir, sinon avec intérêt, mais s'oublie tout aussi vite. C'est une invitation à poursuivre la découverte de ce compositeur, à travers d'autres œuvres : ses autres sérénades, ses symphonies, et son très beau concerto pour piano.


Fuchs : Sérénades N°3, 4 et 5
Fuchs : Sérénades N°3, 4 et 5
Proposé par zoreno-france
Prix : EUR 6,47

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Une musique élégante et agréable, 19 mars 2016
Achat vérifié(De quoi s'agit-il ?)
Ce commentaire fait référence à cette édition : Fuchs : Sérénades N°3, 4 et 5 (CD)
La musique de Robert Fuchs était appréciée du grand Johannes Brahms : ces trois sérénades permettent de comprendre pourquoi. Robert Fuchs était connu pour ses sérénades pour cordes, alors que d'autres de ces œuvres sont autrement plus intéressantes, comme son concerto pour piano. Il a été le professeur de grands noms de la musique, mais il est tombé dans l'oubli.

Voici une musique solidement composée, très agréable à écouter... et qui s'oublie très vite. Le métier de composition est évident, les mélodies sont plaisantes, avec une touche d'originalité ici et là (un final "à la hongroise" pour la troisième sérénade, des citations de Strauss dans le final de la cinquième). Tout ceci est élégant et délicat, mais manque de ce souffle épique qui permet de distinguer une musique honnête d'un chef d'oeuvre. Et voici que l'attitude de Brahms s'éclaire : d'abord, il s'agit d'une musique pure, sans aucun programme, très académique, et c'est important à l'époque de cette compétition entre les partisans de la nouvelle musique et ceux de la tradition. Ensuite, cette musique ne fait absolument aucune ombre à celle du Maître. Quand on voit combien Brahms a été ingrat avec un Herzogenberg qu'il devait trouver trop proche de son propre style, on comprend cette admiration pour Fuchs.

Une interprétation vivante et contrastée, soigneusement enregistrée et documentée par une notice instructive en anglais et en allemand, ne peut transfigurer ces sérénades. Voici donc une musique agréable, élégante, qui fera un excellent fond sonore, mais dont on aura bien de la peine à retenir un thème...


Histoire des Relations Internationales de la Fin du XVIIIe Siècle à l'Aube du IIIe Millénaire
Histoire des Relations Internationales de la Fin du XVIIIe Siècle à l'Aube du IIIe Millénaire
par François-Charles Mougel
Edition : Broché
Prix : EUR 27,50

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
4.0 étoiles sur 5 Un manuel utile et intéressant, 19 mars 2016
Les manuels consacrés aux relations internationales couvrent parfois des champs chronologiques très précis (le XIXe siècle, le XXe siècle, l'après 1945...) et n'offrent donc pas une fresque plus ample dessinant des tendances sur la longue durée. Ce manuel, couvrant une période allant de l'indépendance américaine à nos jours, s'inscrit dans un temps plus long.

Les dix chapitres s'organisent en quatre grandes parties :
- les relations internationales de la fin du XVIIIe siècle au congrès de Vienne (1780-1815),
- les relations internationales au XIXe siècle (1815-1914),
- les relations internationales au long du court XXe siècle, 1914-1991,
- les débuts du XXIe siècle.
La démarche est chronologique, classique ; et c'est sa première qualité : voici des chapitres clairs, facile à mettre en fiches éventuellement, et bien cadrés.
Ces chapitres s'accompagnent de compléments très utiles : une chronologie sous forme de tableau, une bibliographie à jour, des documents qui forment au final un corpus documentaire utile, et aussi des cartes.
Prenons un chapitre convenu comme la seconde guerre mondiale : voici un beau tableau synthétique sur les différents fronts et sur la diplomatie des deux camps adverses, un jeu de cartes, un tableau sur les différentes réunions et conférences organisant l'après-guerre. Ces documents sont très utiles. Sur un autre chapitre, la chronologie de la décolonisation et des principaux événements affectant le Tiers-Monde est tout aussi remarquable.

Voici donc une excellente synthèse, agréable à lire, et riche de belles annexes. La table des matières, bien structurée, en permet un usage aisé. Un regret cependant : une tableau des annexes aurait permis de retrouver plus rapidement encore telle carte, telle chronologie, tel document complémentaire. Mais dans tous les cas, voici un ouvrage utile et efficace.


Année au lycée (Une) - tome 1 - Une année au Lycée (Guide de survie en milieu lycéen)
Année au lycée (Une) - tome 1 - Une année au Lycée (Guide de survie en milieu lycéen)
par Fabrice Erre
Edition : Album
Prix : EUR 17,95

1 internaute sur 1 a trouvé ce commentaire utile :
5.0 étoiles sur 5 Une BD drôle, pertinente, excellente !, 19 mars 2016
Une année au lycée nous propose de suivre une année scolaire d'un professeur d'histoire de lycée à travers les étapes les plus marquantes de l'année. Après un avant-propos subtil, sont donc abordés des points parfois osés : certes, on a la traditionnelle rentrée, le problème du portable, la correction des copies, mais aussi la correction des copies du bac et l'harmonisation des notes...

Les esprits chagrins regretteront peut-être les prénoms composés saugrenus (et pourtant si crédibles !), les ados chevelus et boutonneux ou la chemise à carreaux du professeur. Mais derrière ces clichés apparents, quelle belle transcription de la réalité : la frayeur du premier appel, le dialogue de sourds entre deux générations, les réunions parents-professeurs ou les conseils de classe, et même la rédaction des appréciations dans les bulletins !

Si l'on s'attend à des gags plus ou moins énormes, alors on sera déçu. Ce livre propose un rire sincère, jamais moqueur. Le fou rire naît de l'identification à une situation vécue, et non d'une grosse rigolade vulgaire. Les surveillances de bac (ou de devoir) avec les manifestations sonores d'un appétit féroce, ou encore l'influence de la neige sur l'attention des élèves en classe : une planche suffit parfois pour transmettre un long discours ! De fait, cette bande dessinée s'apprécie encore plus à la relecture. Chaque situation emblématique apparaît alors encore plus pertinente.

Cette excellente bande-dessinée évitera les caricatures de certaines autres productions sur les professeurs. Tout enseignant (en particulier d'histoire-géographie en lycée) se reconnaîtra dans ces planches qui abordent tous les sujets sans tabou. C'est frais, drôle, pertinent. Oserait-on proposer une appréciation ? "Excellent travail ! des qualités de synthèse intéressantes, exprimées avec humour. L'ensemble témoigne d'une réelle intelligence du milieu scolaire. Il faut continuer ainsi et confirmer vos qualités dans le prochain album."


Page : 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11-20